PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Épisode précédent

LA 1ère FOIS AVEC LARRY (10)

JALOUX

La semaine dernière j’ai eu LA baise. Je dis LA baise parce que Chris m’a baiser sous le coup de la jalousie (ce qui soit dit en passant arrive rarement puisque je ne sors presque jamais sans lui). Et quand ces rares moments arrivent, oh putain je kiffe à mort (tiens, je parle comme notre petit voisin maintenant…) !

Je vous explique :

Mon adorable mari à un énorme défaut : quand il s’agit de moi, il est d’une jalousie maladive !  Le simple fait de me voir parler avec un autre garçon, en dehors de nos amis, le rend fou. Il garde les yeux braqués sur nous, il se trémousse sur sa chaise, se dandine, ne suit plus sa conversation… et puis finalement il laisse tout le monde en plan et vient m’enlacer pour bien montrer à l’autre que je suis sa propriété privée. Moi ça m’amuse et me plaît beaucoup. J’aime savoir qu’il est jaloux, ça m’excite et me conforte dans l’idée qu’il m’aime. C’est trop bon ce sentiment.

Ce jour-là donc, le fils aîné du voisin (30 ans, très brun avec des yeux bleus, grand, assez beau mec) rendait visite à ses parents. Nous revenions des courses et Chris n’avait pas rentré la voiture dans la cour, et j’ai dû sortir sur la route pour récupérer des choses dans le coffre. C’est là que j’ai croisé Stéphane (c’est son nom) qui déchargeait lui-même ses affaires.

Grands bonjours, embrassades, plaisanteries, et discussions sur les raisons et la durée de son séjour. Stéphane, je n’ai jamais vraiment eu l’occasion de lui parler seul, c’est plutôt le pote de Chris, mais on discute bien lui et moi.

Vous devinez bien sûr qu’en entendant les rires, Chris est vite sorti. Et juste au moment où il arrivait près de la voiture, Stéphane me faisait une accolade, plutôt appuyée et chaleureuse  je dois dire, lol ! J’ai cru que Chris allait étouffer ! Il s’est dépêché de m’enlacer après avoir salué son pote et tout le reste de la conversation s’est déroulée avec moi dans ses bras.

C’est à la maison que ça s’est « gâté », lol ! Parce que moi bien sûr j’ai mis de l’huile sur le feu !

« Il s’est étoffé Steph, tu ne trouves pas ? Il est bien comme ça ».

« Mouais »

« En tout cas il a l’air en pleine forme ! Il m’a raconté qu’il avait eu une promotion et qu’il allait peut être s’installer ici »

« Mouais »

« Il s’est laissé pousser les cheveux, ça le rend plutôt sexy ! »

« Dis donc, on va parler longtemps de lui ? On va pas en faire toute une histoire non plus, ce n’est pas le président de la république qui est arrivé, non ? »

« Chéri c’est juste pour faire la conversation et… »

« Tu étais bien dans ces bras ? »

On y est ! Il a tenu 10 mn ! Pas mal !

« De quoi tu parles mon amour ? »

« Tu crois que j’ai pas vu sa façon de te regarder ? Et ça façon de te serrer avant que j’arrive ? »

« Hein ?? Mais… »

« Il n’y a pas de mais ! Ça t’a plu, n’est-ce pas ?

« Tu dis.. »

« Ma queue ne te suffit plus, il t’en faut une autre ? Il veut ton cul et ça te plaît ! »

J’éclatai de rire malgré moi.

« Tu ne parles pas sérieusement mon amour ? »

J’essayais de prendre un air sérieux, mais je n’y arrivais pas. C’était drôle de le voir comme ça. Drôle et touchant.

« Et ça t’amuse en plus ! Eh ben tu vas voir ! Je vais te montrer à qui il appartient ton cul ! Viens par-là ! »

Il me tira sans ménagement jusque dans le salon de jardin sur la terrasse. Oh merde, il ne va pas me baiser là, tout le monde peut nous voir de ce côté.

Je n’avais plus envie de rire.

« Chris les voisins vont… »

« Hé bien justement, qu’ils voient ! Qu’ils voient à qui ton beau cul de salope en chaleur appartient ! Et j’espère bien que ce gros con de Steph verra bien que je suis le seul, tu m’entends, le seul à pouvoir te déchirer ta chatte de pute vorace ! »

« Enlève ton putain de jeans !!! »

Sans même attendre, il me l’arracha littéralement, emportant dans le même mouvement les chaussettes et les chaussures.

Je fus penché en avant sans ménagement, les mains en appui sur un des fauteuils de la terrasse. Je savais que le traitement que j’allais subir ne serait pas doux, mais je ne pouvais m’empêcher de mouiller comme une petite pute que j’étais et de bander comme un âne. Ma chatte s’ouvrait toute seule. Un long filet de mouille coulait déjà de mon gland.

J’ouvris largement les jambes et me cambrai un max pour bien faire ressortir ma chatte. J’étais impatient d’être défoncé.

« C’est lui qui t’excite comme ça ? »

« Oh non chéri, c’est toi… »

J’avais pris ma voix de salope.

« Ah ! »

Chris venait de m’arracher le plug du cul !

« Je ne veux pas t’entendre couiner ! Pas un mot ! Pas un seul ! »

Je fus fut déchiré en deux avant la fin de la phrase. Je me mordis les lèvres pour ne pas crier. L’énorme mandrin se planta d’une traite au fond de ma chatte avide. Chris se redressa et mes pieds décollèrent pratiquement du sol.

Je ne sais pas combien de temps cela dura, parce que je planais. J’étais partagé entre la peur  d’être découvert par les voisins et le plaisir immense que je ressentais. Chris était déchainé, la jalousie décuplait sa force, chaque coup de queue me démontait le cul. Mais putain qu’est-ce que c’était bon !!!!

« Cette bonne chatte est à moi, tu m’entends, à moi… Personne n’y entre… à part moi… personne… je vais te la mettre dans le ventre pour que tu n’ais plus faim… ta chatte est à moi… ta chatte de pute est à moi…»

Ces paroles m’excitaient à mort ! Je mouillais vraiment comme une pute et je me sentais vraiment chienne, même si je ne pouvais pas l’exprimer à voix haute ! Je sentais la bête aller de plus en plus loin dans mon ventre, avec force, puissance et vitesse !

J’avais envie de hurler mon plaisir, crier comme un fou « plus vite ! Plus fort ! », Mais l’ordre avait été formel : pas un mot !

Chris s’agrippa à mes épaules et me lima à petits coups secs et rapides. Ses couilles claquaient avec la régularité d’un métronome sur mon cul. J’étais au bord de l’extase. Je regardais sans cesse la maison d’à côté, mais la peur d’être surpris ne diminuait en rien le déferlement de plaisir que je ressentais dans mon ventre, ma tête, mon corps. Ma chatte s’ouvrait sous les assauts de la bite de cheval, mais ne pouvait s’empêcher de se resserrer autour d’elle comme pour l’empêcher de ressortir.

« Couche toi sur la table et ouvre bien ta chatte ! »

J’obéis sans un mot, tout en souhaitant intérieurement qu’il rentre vite en moi : je détestais être vide, j’avais ce besoin impérieux d’être comblé, rempli.

Mon homme attrapa mes jambes et les releva de façon à bien faire ressortir mon cul. Puis il me positionna de manière à ce que mon trou soit dirigé vers la maison des voisins.

« Chris qu’est-ce que… »

« Je t’ai dit de te taire ! Je montre ta jolie chatte à ce connard de Steph ! Je veux qu’il voit ce qu’il n’aura jamais, là où il n’entrera jamais… Jamais ! »

« Arrête, c’est ri… »

Je ne pus terminer. Chris était déjà au fond de moi et rapprochait sa tête de mon visage, comme s’il voulait m’embrasser.

« Je t’ai dit de te taire… »

Il recommença à me labourer. Putain, vous n’imaginez pas à quel point je planais ! Je ne sais pas comment vous expliquer ce que je ressentais, le plaisir que je ressentais, les sensations que j’avais dans la chatte. C’est tout simplement inexplicable. Il n’y a pas de mots pour décrire cela. Chaque coup de boutoir m’ouvrait les entrailles. Ma chatte palpitait, se serrait et se desserrait autour de la queue de mon homme. Je mouillais abondement (oui je mouille et je jouie du cul, étonnant pour certain, hein ? ». Et toute cette mouille lubrifiait ma chatte avide, et coulait le long de ma raie. La position plus la mouille permettait à Chris d’aller profond en moi, ce qu’il ne se gênait pas de faire, se déchainant dans ma chatoune. Je voyais le plaisir sur son visage, aussi intense que le mien. Mon homme kiffait ma chatte, il l’adorait même. Et moi je m’ouvrais pour lui, je me donnais sans retenue, je recevais chaque coup de queue au plus profond de mon boyau, avec un bonheur immense.

D’un seul coup, mon chéri me releva sans sortir de moi, et les jambes serrées autour de lui, il me souleva et me serra à m’étouffé.

« Pardon ! Pardon mon amour ! Tu comprends… ça me rend fou de te voir avec…je deviens dingue. »

Tout en me serrant (moi toujours empalé sur son mandrin), il s’assit dans un fauteuil et me serra encore plus fort contre lui.

« Je t’aime chéri ! Je t’aime comme un fou »

Il plongea ses yeux gris dans les miens.

« Je t’aime à en crever mon amour. »

Il me couvrait de baiser. Attrapant ma bouche, il glissa sa langue entre mes lèvres et m’embrassa goulument, enroulant sa langue autour de la mienne, me faisant basculer dans un tourbillon.

« Mon dieu, comment j’ai pu faire ça ?... Comment j’ai pu t’exposer ainsi… Viens, rentrons… Accroche-toi… »

Je m’accrochai à lui, fort, tellement fort. J’enfoui ma tête dans son cou.

Une fois à l’intérieur, mon homme me posa dans le canapé et s’allongea sur moi. Et ses yeux plantés dans les miens, il recommença à me limer, d’abord doucement, puis de plus en plus vite. Je ne pu m’empêcher de gémir. Les coups de boutoirs se faisaient de plus en plus rapide, de plus en plus fort.

Puis Chris sorti de moi et me positionna de manière à ce que mon cul soit tout au bord du canapé. Il remonta mes jambes en les écartant de chaque côté de ma tête. A nouveau ma chatte fut exposée, offerte, ouverte à l’extrême, mais pour lui seul. Toujours en maintenant mes cuisses largement ouvertes, il glissa sa langue dans mon trou. Oh putain le bonheur ! Je poussai un long gémissement de plaisir. C’était trop bon ! je sentais cette chose chaude et douce qui me titillait l’intérieur, essayant d’aller le plus profond possible en moi, me procurant un plaisir fou.

« Hhhhaaaaaaaa !!!! »

La bite de cheval venait d’assaillir ma chatte !

« Oui c’est ça crie ! Gueule, tu m’entends gueule ! »

Oh je gueulais ! Je ne pouvais de toute façon pas faire autrement, c’était si gros… et si bon !

« Dis que tu aimes ma queue ! »

« J’aime… ta queue »

« Dis que ta chatte de salope m’appartient »

« Ma chatte… de… salope… t’appartient »

« Oui c’est ça elle m’appartient !... Bonne salope… Tu le sais ça que tu es une bonne salope… dis-le que tu es une bonne salope ! »

« Je suis une bonne salope ! AAAHHHHHH !!!! »

Les coups de queues se faisaient plus fort, plus puissants. Chaque coup me défonçait  la chatte, déchirait mon boyau. Je hurlais comme un dément ! Je ne voulais pas que ça s’arrête.

« Putain ta chatte est trop bonne ! Tu es si serré !...C’est ça, gueule ! Je vais te la mettre tellement fort et profond que tu n’auras pas envie d’aller voir ailleurs ! TIENS ! »

« AAAAAHHHHHHH !!!! Oui ! Oui ! Oh oui donne-la moi ! Encore ! Oh oui encore ! EEEENNNNCCCCOOORRREEEEEEE !!!!!!!!!»

J’en voulais plus, encore plus, toujours plus.  Je n’étais pas loin de jouir, ma queue bavant abondamment sur mon vente tressautait.

« HHHHuuuuummmm !!! Aaaaaaahhhhhh !!! Bonne petite pute… Bonne chatte… j’ai beau te la défoncer, elle reste toujours aussi serrée… Aaaaaaahhhhhh ! Putain je vais te remplir le ventre… Je vais bien te remplir la chatte… »

Je senti la bête au fond de moi prendre encore du volume et durcir encore plus. Il allait jouir et moi aussi. Les mouvements s’accélérèrent, et j’inondai mon ventre, mon visage. Après un dernier coup de queue tellement fort qu’il me fit mal, Chris jouit dans un grand râle. Il déversait une telle quantité de foutre que ça déborda. J’étais mort, mais comblé. Chris sorti de moi.

« Tiens prend le reste ».

Je nettoyai sa queue avec une avidité et un plaisir évident. J’adorais le gout de son nectar. Sa queue propre, il me serra contre lui.

« je t’ai fait mal… »

« Non »

« Si, je t’ai fait mal ! De plusieurs manières ! Je t’ai exposé à la vue de tous, je t’ai littéralement défoncé les entrailles à la fin… »

« Chéri arrête ! »

« J’ai perdu le contrôle ! J’ai perdu la tête ! C’est pas une excuse, mais ça me rend dingue quand un autre te touche ! »

Je ne pu m’empêcher de sourire.

« Je t’aime comme ça, chéri. »

« Je suis fou de toi, Ricky ! Et quand je suis en toi, je perds tout sens des réalités. Plus rien n’existe à part toi et ta chatte fabuleuse. Je t’aime mon amour. Même si je te fais mal quand je suis jaloux, n’oublie jamais que je t’aime. »

Je me blotti encore plus contre lui. Ma bouche dans son cou, je murmurai :

« Je sais. Et j’aime ça »

Croyez moi, j’aimais ça !

(j'ai lu quelque part sur le site que pour se muscler encore plus la rondelle, il fallait le faire avec un crayon. Hé bien je le fait depuis quelques mois, et croyez moi, ça marche du tonnerre ! c'est encore plus efficace que le plug ! et c'est mon homme qui est content !)

Chris & lousol

mykinglove@hotmail.fr

Suite de l'histoire

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

13 mai 2019

Nouvelles (15)

Sauna Sun city Julien
Ma première chez les hommes 13008
Une sacrée initiation Lucif
Mon prof, mon pote et moi ? Étalon
Un bon prêt en liquide Pititgayy
Le copain de ma fille Jeanmarc
Soumis en cam Lope75
Jeux de rôle musclés Stéphane
Les potes de mon grand-frère 3-1 Marc 67
Travesti éduquée par son maître Julia2
Mise à dispo  Lopeajus39
Sissy Bumi88
Tournante de rêve Jerem72
Le clandestin Jako
Les skets de mon pote d’internat Kifflesket

La suite (8)

Un amour de soumis -06 Elfe
Au Sauna de Sochaux -02 Chatenois25
Un examen oral -03 Gogo
Les skets ... -02 Kifflesket
Soumission & Domination -527 Jardinier
Soumission & Domination -528 Jardinier
Soumission & Domination -529 Jardinier
Soumission & Domination -530 Jardinier

Mai 2019

Nouvelles

Ma (Dé) Formation Matiti Yah
Un plan psychologique Alcide
Révélation nocturne Pierredelavega
Enfin ! T&R
Au mariage de mon neveu Eliot
La chienne exhib Pol
Bar bien chaud Caramel
Réalité fantasmée Fred
Un taxi ? Houne66
Rendez-vous chez le médecin Paul75
Randonnée initiatique Ron
Comment j’ai sucé mon cousin Romain
Prague Astro
Vengeance Julian Lerkin

La suite

Frenchies -12 Pititgayy
Le patient rebeu -02 Dirtybator
Stage BTS à la ferme -12 Stéphane
Ma (Dé) Formation -02 Matiti Yah
Ma (Dé) Formation -03 Matiti Yah
L'éveil du Renart -04 Renart
L'éveil du Renart -05 Renart
L'éveil du Renart -06 Renart
Kader -15 Cédric T
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)