PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Bonne séance au ciné

Salut les mecs.

Avant de vous raconter un plan bien chaud et totalement imprévu que j’ai vécu récemment, je tiens à remercier tous ceux qui m’ont envoyé des messages sympas, encourageants, voire coquins^^. Ca fait super plaisir et j’avoue que de savoir que mes histoires vous foutent la trique, ce n’est pas pour me déplaire lol.
Moi, c’est Mathias, black de 32 ans, 1m83 pour 78 kg, sportif depuis toujours et magasinier donc plutôt bien baraqué. Bi et actif avec les mecs. Pour les curieux, en forme, mon bâton monte à 21 cm, là, vous savez tout ^^
récemment donc, j’ai dû emmener ma mère pour un examen dans une petite clinique, un truc qui dure 30 minutes, mais, vu le bordel ambiant, qui risquait prendre une demi-journée ! Bon, on arrive, je l’accompagne pour la paperasse et on va dans la salle d’attente. Là, une secrétaire bien mignonne vient nous annoncer qu’il y a un peu de retard… Tiens donc !
Ma mère me suggère d’aller faire un tour parce que, franchement, je la stresse à râler. Merci maman, tu m’appelles quand t’as fini, je viens te récupérer, courage, à dans 10 ans si tout va bien ! On rigole et je sors.
C’est cool tout ça, mais qu’est-ce que je fais moi, là c’est paumé… je sens la lose arriver. Je me souviens qu’on est passé devant un petit ciné, il est 14 h 30, on ne sait jamais. Je le retrouve assez vite, je mate les affiches, c’est vite fait, y’en a 3 et, cet aprèm, y’en a qu’un seul qui est diffusé, «Le poulain» avec Alexandra Lamy. Ouais, bon, ce n’est franchement pas mon trip, mais je n’ai rien d’autre à foutre, je tourne, j’hésite, faut tuer le temps, mais quand même….
J’en étais à ces réflexions hautement philosophiques quand le caissier sort fumer sa clope. Un trentenaire, plutôt grand, brun, mais qui commence un peu à se dégarnir, pas super beau, mais une sorte de charme naturel, un corps mince, un T-shirt bleu ciel légèrement trop large vu son gabarit, par contre, un jean slim blanc qui le moulait bien. Moi, je portais un jean bleu ciel et un T-shirt blanc, ça m’a fait marrer, on était inversé ! Il a sorti une clope, mais avait oublié son briquet, il est reparti et là, j’ai maté son cul. Direct, je me suis dit que, dans un beau cul comme ça, j’y planterais bien ma queue.
Il est revenu et m’a salué avec un grand sourire, j’ai répondu en faisant pareil. Il a mis sa clope entre ses lèvres et a voulu l’allumer, saloperie de briquet, pas moyen de sortir la moindre étincelle. Il avait beau le secouer, rien, nada ! J’ai sorti le mien, je l’ai allumé, il a approché le bout de sa clope et m’a pris les mains. Nos regards se sont croisés, j’ai eu, je pense, un sourire carnassier du chasseur qui avait repéré sa proie et lui a juste relevé les commissures des lèvres alors que son regard s’est baissé sur ce qui allait probablement servir dans peu de temps. À cet instant, dans mon boxer, y’a eu comme un frisson, un afflux sanguin qui m’a fait avoir une demi-molle.
Il a remonté son regard vers le mien, il a longuement tiré sur sa clope, a expulsé la fumée sur le côté et m’a dit :
– «Vous venez voir le film ?»
– «Je ne sais pas, disons que j’ai du temps à occuper alors je cherche quelque chose de sympa à faire.»
- «OK, la séance doit commencer dans 10 minutes, mais là, y’a personne. Après, si vous voulez vraiment voir le film, y’a pas de problème !»
– «Non non, c’n’est pas impératif !»
Bon, je n’ai pas voulu être trop rentre-dedans, pourtant c’est bien à ça que je voulais aboutir ! Je l’ai questionné sur ces petits cinémas de quartier, comment ça fonctionne… Il m’a expliqué, mais nos regards disaient toute autre chose, moi, je le dévisageais, je m’attardais souvent sur ses lèvres en ayant des pensées bien cochonnes sur ce qu’elles pourraient me faire et je le scannais de la tête aux pieds. Lui me fixait en souriant, il passait lentement sa langue sur sa lèvre supérieure et, assez souvent, baissait les yeux sur mon paquet. On s’était rapproché l’un de l’autre, la tension sexuelle était flagrante et montait de minute en minute…

Cinq minutes après l’heure de début de la séance, il m’a dit :
- «Bon, ben, y’aura personne ! Un mardi, c’est souvent le cas.»
Je me suis dit que c’était le moment d’attaquer :
- «Je peux visiter ce petit ciné ? Juste pour voir, cinq minutes comme ça !»
Il a marqué un silence en marquant un petit sourire mi-coquin, mi-embarrassé, le mec comprenait que si je rentrais, ça risquait bien de déraper :
– «Ouais, ça peut se faire !»
Il a jeté son mégot et on est entré, moi derrière lui à mater son petit cul moulé dans ce jean. J’ai dû résister pour ne pas y coller ma main.
Il tout petit ce cinéma, un couloir où se trouve la caisse unique, un toilette au bout et juste avant, une porte qui amène à la «salle du bas» comme il a dit, sur la gauche, un escalier qui monte à la «salle du haut». Devant la porte de la «salle du bas», il s’est retourné face à moi et, avec un beau sourire, m’a dit :
– «On commence par quoi ?»
Je me suis collé à lui, mes deux mains se sont posées sur ses fesses, j’ai déposé un baiser dans son cou et j’ai dit :
– «Par ça !»
Là, on s’est roulé une méga pelle, bien baveuse, langues enroulées l’une contre l’autre, souffle puissant expulsé par les narines, mes mains qui lui pétrissaient le cul, les siennes qui caressaient mon torse et descendaient vers mon paquet.
D’un coup, il s’est écarté et a dit :
- «Attends, j’éteins et je ferme la porte !»
Ça lui a pris trente secondes, il avait une sacrée trique dans son slim blanc, j’avais la même dans mon jean bleu, je me caressais un peu en le regardant s’agiter puis il est revenu contre moi, on a repris où on en était, je l’ai poussé pour qu’on entre dans la «salle du bas». J’ai fait sauter son T-shirt, lui a fait pareil avec le mien puis a commencé à descendre pour me lécher les tétons. Je caressais ses cheveux. Il a dégrafé ma ceinture et a fait sauter les boutons de la braguette d’un coup, sa main s’est glissée à l’intérieur pour caresser ma queue à travers le boxer. J’étais dur comme de la pierre, il m’a regardé en souriant et a dit :
– «Hummm !»
Je l’ai saisi sous le menton et j’ai dit :
- «C’est pour toi, amuse-toi !»
Mon boxer est descendu d’un coup sec sur mes cuisses et mon jean est tombé sur mes chevilles. J’ai senti quelques bisous sur mon ventre de plus en plus bas, j’ai fermé les yeux et rejeté ma tête en arrière, j’ai senti ma queue entrer dans cette bouche gourmande, chaude et humide, c’était l’extase !
Il m’a fait une super bonne pipe avec massage des couilles, travail du gland et du méat à la langue, aller-retour tantôt rapides, tantôt plus lents, deux tentatives de gorge profonde, la troisième a été la bonne, j’ai kiffé sentir son nez dans mes poils pubiens et mes couilles s’écraser sur son menton. Il a recommencé ses va-et-vient tout en caressant mon ventre et remontant sur mes tétons qu’il triturait un peu.

J’ai senti que je ne durerais pas longtemps, je l’ai donc relevé pour calmer le jeu, je l’ai retourné, j’ai viré mon jeans et boxer, j’ai baissé son slim, il avait un petit slip blanc, complètement déformé devant par une trique de malade et une grosse tâche de mouille. Je l’ai baissé aussi, il m’a aidé pour se libérer de ses fringues, j’ai saisi sa queue que j’ai branlée pendant que je mordillais, embrassais et léchais ses fesses. Il gémissait de plaisir, j’ai glissé ma langue dans sa raie, les gémissements se sont intensifiés, ils sont devenus très sonores quand ma langue a forcé un peu l’entrée. Au premier coup de langue, son anus s’est contracté par réflexe, mais, très vite, il s’est complètement détendu et accueillait ma langue fouilleuse.

Je lui ai fait un anulingus pendant un bon moment en alternant avec un doigtage d’abord à un puis deux et trois doigts. Le mec mouillait, il gémissait et mordait le dossier du siège sur lequel il se tenait. À un moment, il m’a dit, d’une voix criarde montant dans les aigus :
- «Mets-la-moi, baise-moi, j’en peux plus là !»
Une invitation pareille, ça ne se refuse pas ! Je me suis donc relevé, j’ai lubrifié ma queue avec ma salive, j’ai présenté le gland, j’ai à peine poussé qu’il est entièrement entré, bien au chaud, la mouille et ma salive m’ont fait progresser jusqu’au fond. 21 cm plus loin il a relevé la tête d’un coup, a pris une grande inspiration et a bloqué son souffle avant d’expulser d’un coup, ses doigts se sont crispés sur le siège, son corps était raide. Je suis resté au fond, j’ai caressé son dos bien creusé par sa position, je suis passé dessous pour caresser ses tétons, je me suis penché et, à l’oreille, je lui ai dit :
- «T’inquiète, ça va passer, le plus dur est fait, maintenant tu vas kiffer !»
Sa respiration est redevenue normale, son corps s’est détendu petit à petit, il a rebaissé la tête, j’ai commencé les va-et-vient très doucement, j’ai senti qu’il prenait son pied désormais. J’ai pu accélérer un peu, puis davantage, il s’est mis à bouger son cul d’avant en arrière pour amplifier mes mouvements. Je l’ai donc saisi par les hanches et là, je n’ai plus rien contrôlé, la bête était réveillée. Je l’ai défoncé à grands coups de reins.
Il a eu une crampe dans le mollet, il a voulu changer de position, je l’ai allongé par terre, sur le dos, j’ai relevé ses jambes, il les a écartées, j’ai massé son mollet, son cul était grand ouvert, plein de mouille blanchâtre, j’y ai replanté ma queue d’un coup, il a poussé un long «Ouiiiiiiiiii» et c’est reparti pour un tour. Au début, il se tenait au pied du siège, mais, très vite, il s’est mis à se branler, j’ai trouvé qu’il était plutôt bien monté, j’ai craché sur son gland pour le lui lubrifier.
Entre ses gémissements, mes râles, le claquement de mes couilles qui frappaient ses fesses et le bruit de sa branle, y’avait un de ces bordels dans ce ciné !

Au bout d’un moment, il est parti, 6 bons jets de sperme ont giclé en l’air pour retomber sur son torse et son ventre, le mec avait les couilles bien pleines ! Le voir jouir et les contractions de son cul sur ma queue, m’ont fait monter. Je suis ressorti et j’ai tout craché sur lui, nos deux jus se sont mélangés. Il en avait partout jusqu’à sous le menton. Je me suis assis par terre à côté de lui, il m’a demandé d’aller chercher de l’essuie – tout à la caisse.
Une fois remis debout, à peu près nettoyé, on s’est rhabillé sans se dire un mot. Il m’a proposé un coup d’eau à boire, je crevais de soif, j’ai bu toute la bouteille d’une traite. C’est là que j’ai vu que j’avais 3 messages de ma mère, l’un me disant que le toubib la prenait en charge, l’autre que l’examen allait être plus rapide que prévu et le troisième qu’elle avait fini, il ne lui restait que deux trois paperasses à faire. J’ai regardé quand elle me l’avait envoyé, y’avait quatre minutes !
J’ai salué le mec et je suis reparti la chercher. Elle sortait de l’hosto, elle est montée en voiture, m’a expliqué son examen et m’a dit :
- «Ça va, tu t’es pas trop ennuyé ?»
- «Mais non, t’inquiètes maman, je trouve toujours un bon plan pour tuer le temps, c’était cool, j’ai visité le coin en profondeur !»
Faut toujours dire la vérité à sa mère lol…

Voilà les mecs, j’espère que ce plan vous a plu. Faîte-le moi savoir, c’est toujours cool de dial avec les lecteurs^^ :
mathias.martels@gmail.com

Mathias

mathias.martels@gmail.com

Autres histoires de l'auteur : Bonne séance au ciné

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

16 juillet 2019

Nouvelles (21)

Au sauna avec Nicolas Julienbogoss
Accompagnateur Martin Tche
Comment je me suis fait violer le cul chuuuut17
Un dimanche Martin Tche
Le masseur turc Martin Tche
Ma première hospitalisation Martin Tche
Mon pote Brice Thomas
Amir Thomas
Gabriel Renart
Sur la route de Bruxelles Omar-lille
5 garçons de terminale Frank
Olivier Lycrahot
Rapport de force -01 Lucif
Rapport de force -02 Lucif
Kiff Seithan
Exhibition et domination Pol
Un job d’été prometteur Tomtom69000
Virée au bar Lifeisdream
Medhi, un Maitre marocain Lope75
Chambre d’hôtel Frank
Chambre d’hôtel -02 Frank

La suite (12)

Le patient -06 d.kine.75
Un amour inaccessible -04 Miangemidemon
Le chef de chantier -06 Romain
Le chef de chantier -Fin Romain
Passion en toutes lettres 07 Cyrillo
Passion en toutes lettres 08 Romain
Passion en toutes lettres 09 Cyrillo
Passion en toutes lettres 10 Romain
Passion en toutes lettres -11 Cyrillo
Passion en toutes lettres -12 Romain
Les potes de mon grand-frère 4-2 Marc 67
Le fils prodige aime obéir -07 Charles.lope

Juillet 2019

Nouvelles

Passion en toutes lettres 01 Cyrillo
Passion en toutes lettres 02 Romain
Passion en toutes lettres 03 Cyrillo
Passion en toutes lettres 04 Romain
Passion en toutes lettres 05 Cyrillo
Passion en toutes lettres 06 Romain
Dans les airs ! Peter pan
Mon collègue Farid Hugo
Le grand frère de mon pote Julian
Éveilleur Alex
Éveilleur -02 Alex
2 ouvriers au supermarché Thomasqueutard
Soirée chez mon meilleur ami Arnaud

La suite

Le chef de chantier -05 Romain
Découverte de mon côté gay Alb29
Un amour inaccessible Miangemidemon
Les bains d’Odessa -02 Loic.1972
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)