PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

1er Épisode - Épisode précédent

Soumission & Domination 322

WE à Paris-2

Le vernissage est terminé et je me retrouve le pantalon sur les chevilles, dans le bureau de Bo-gosse avec l'artiste à mes genoux en train de me pomper grave.

C'est à ce moment-là que je propose à Bo-gosse de finir la soirée chez lui avec son nouveau peintre.

C'est aussi à ce moment-là que Ludovic entre, à ma recherche. Il n'est pas étonné, PH à qui il avait demandé où j'étais, lui avait répondu « probablement en train de me faire pomper par l'artiste ». Il passe sa main sur la tête du pompeur et me demande s'il est meilleur que lui. Je l'attrape par le cou, lui roule une pelle et lui dit qu'il n'y a pas comparaison, il est le meilleur. J'attends un peu et ajoute « avec PH, Ernesto, Jimmy et une demi-douzaine d'autres mecs, mais toi, je t'aime ».

Il me roule une nouvelle pelle et d'un petit coup de bassin pousse la tête de l'artiste sur ma bite enfonçant mon gland dans sa gorge à l'étouffer. Petite vengeance ?!

Bo-gosse met fin aux hostilités. Il nous entraine vers les autres (après que je me sois réajusté). Regroupés, il nous propose de finir la soirée chez eux (lui et Moitié). Les provinciaux sont partants et Alban ne laisse pas son Ric filer sans lui. Bras dessus bras dessous, nous prenons toute la largeur des trottoirs jusqu'à leur appartement.

C'est la première fois que j'entre chez eux, les autres fois nous avions baisé dans son bureau !

Bel appartement donnant sur l'église de La Madeleine, dans les 400m², l'intérieur est très moderne. Le mobilier actuel est ponctué par des pièces anciennes de toute beauté. Notamment une commode Louis XV avec bronzes dorés qui se détache du reste du salon avec une glace avec cadre en bois doré de bien 20cm de large.

On joue les curieux et furetons dans tous les coins. Evidemment quand nous arrivons à leur chambre, la pose est plus longue.

Je crois bien que c'est Ludovic qui a poussé Bo-gosse en avant pour qu'il chute sur le lit. Quand ça commence comme ça, tout le monde se retrouve à poil rapidement. Moitié ouvre le tiroir à Kpotes et gels et ça part pour une nuit de débauche.

Je n'ai pas le temps de faire attention aux autres. Moi je me retrouve à enfiler ma queue dans le cul de Moitié. Il prend toujours aussi bien et aussi facile à la pénétration. Par contre une fois dedans il sait vous serrer la bite comme moi, c'est-à-dire que s'il le veut on ne peut plus bouger, compressé par sa rondelle. En attendant il me libère et je peux coulisser dans son cul. Une impression soyeuse parcourt ma hampe pourtant couverte d'un préservatif. Peut-être que c'est dû à la marque. Je le lime un bon ¼ d'heure avant de trouver ma rondelle bien vide. La bite de Ludovic est libre. Couché sur le dos, ce dernier se fait bourrer la gueule par Alban et le cul par Bo-gosse. Ernesto et PH sont occupés à faire monter en pression Ric. Comme je me dégage de Moitié, je suis remplacé par notre ibère qui n'attendait que ça. PH lui occupe l'avant et enfile ses 19cm derrière la glotte de notre ami.

Je vois Ric enjamber le corps de Ludovic et s'assoir sur son sexe. Il fait face à Alban et je les vois se rouler des pelles. Orphelin, je repousse Bo-gosse et m'intercale entre lui et Ludovic.

J'ai juste le temps de m'enfoncer dans son cul avec toujours autant de délice, que Bo-gosse me défonce le cul. Son arrivée intempestive m'écrase contre les fesses de Ludovic qui poussé, s'étrangle avec le gland d'Alban.

Le temps de trouver tous nos rythmes et de les faire coïncider, Ludovic trinque ! Il s'étrangle plusieurs fois mais c'est bon pour moi. Quand il manque de s'étouffer, il se contracte de partout et sa rondelle spasme sur ma bite, la bloquant dans son évolution. Chaque pression bloquante, m'envoie dans le cerveau un coup de pression qui me chauffe, mais me chauffe !! Du coup je répercute à mon occupant et Bo-gosse me gueule dans les oreilles que c'est trop bon.

Ludo encaisse mais il bande dans le vide. Je me dégage de son cul et le retourne. En 69 nous nous faisons du bien. Alban n'a pas perdu au change, une kpote et il défonce mon mec ! Malgré ma bite dans le fond de sa bouche, la pénétration d'Alban lui arrache un gémissement long, long, enfin aussi long que les 21cm qui lui rentre dans le cul. Il ne peut y échapper, de toute manières il ne le voulait pas non plus, car je le bloque, menton posé sur son pubis et mon nez entre ses couilles remontées. 

Chacun nous profitons d'une belle queue dans le cul qui s'active avec maestria et chacun nous nous occupons amoureusement de la bite de son amour ! Excité par les frottements sur ma rondelle, je pompe comme un malade sa bite. Je m'enfile son gland dans la gorge et dégluti pour le masser. J'alterne en le gardant en bouche et en passant ma langue râpeuse sur toute sa surface, dessous de couronne comprise, j'excite chaque mm² de la peau fine couverte de terminaisons nerveuses.

Je ne suis content que quand je sens qu'il lâche les vannes et que je sens rouler sous ma langue ses spermatozoïdes qui nagent dans son jus. J'en garde le plus en bouche pour noyer son gland dedans. Dans le lointain, j'entends Alban rugir alors qu'il doit remplir sa kpote. Puis c'est à mon tour de prendre mon plaisir. Je m'enfonce une dernière fois dans sa gorge et y lâche mon premier jet direct vers l'estomac !

Je recule le bassin pour larguer le reste dans la bouche de Ludovic qu'il puisse à son tour goûter mon sperme. Le mouvement m'enfonce bien profond les 24cm de Bo-gosse dans le cul.

Je sens les mains qui me tenaient les hanches me serrer plus fort, mon enculeur vient de juter à son tour.

Je me dégage. Je serre bien les lèvres en quittant la bite de Ludovic pour ne pas laisser échapper de sperme et je sens que Ludo fait de même. Nos enculeurs respectifs s'écartent et je me retourne pour rouler une pelle juteuse à mon dernier amour. Nos spermes se mélanges, je suis sûr que nos spermatos se battent entre eux, s'entortillent leurs flagelles comme nos langues s'affrontent.

Nous nous décollons que quand le partage est terminé et que nos dents brillent.

Nos deux enculeurs nous traitent affectueusement de salopes insatiables. Cette appréciation trouve un écho de la part du trio qui a fini, lui aussi.

Bo-gosse s'absente le temps de ramener des bouteilles d'eau. On en vide quelques une avant d'aller nous doucher. On a eu un peu chaud pendant un moment !

Comme ils ont une douche à deux pommes nous arrivons à nous y entasser tous. L'avantage c'est qu'on fait tomber un peu de gel douche sur nos tête et quand il coule, à partir des épaules, il nous suffit de nous frotter les uns contre les autres pour nous savonner efficacement. Evidemment nous sommes bruyant et même trop puisque ça tape contre le mur mitoyen avec l'appartement d'à côté. Donc, on se calme          un peu !

Ça bataille encore un peu quand on recherche nos habits. Les slips et shortys volent dans tous les sens. Jusqu'à ce que chacun récupère le sien. Les chemises sont reboutonnées mais les cravates glissées dans les poches.

Nous rentrons à pied. Ric et Alban tournent vers l'atelier et nous nous dirigeons vers l'appart de Kev.  L'air frais nous réveille tous et quand nous passons devant l'immeuble d'Henri, nous voyons son étage allumé et nous nous invitons. Kev nous ouvre, il a la clef. Nous trouvons Henri en peignoir sur son canapé à étudier des dossiers. Il nous accueille chaleureusement sans se soucier de l'heure. Il nous remercie même de le distraire de son travail.

Kev sort les alcools et sert tout le monde. Le choix est consensuel et se fixe sur un Jet 27 sur glaçon. Henri parle avec tout le monde et même plus avec Ludovic. Il sait bien qui il est et comment il se situe dans notre couple à 6 ! Henri est adorable et bienveillant comme toujours, comme il l'a été avec moi, même quand je n'étais encore que l'escort d'Emma.

C'est son seul ami qui sait presque tout. Et c'est pour ça aussi que je lui ai mis Kev entre les mains. Les amis, ça se bichonne non ?

Henri me demande comment marche ma société. Je lui brosse le tableau en quelques chiffres : CA, nombre d'employés et masse salariale, résultats nets et impôts, de la maison mère française. Ernesto sort ceux de la filiale espagnole.

Henri les analyse en quelques secondes. Il trouve que la masse salariale est trop importante. Il ajoute même si mon salaire est compris dedans. Kev est d'accord avec lui. Il me le dit plus crument : je paye très/trop cher mes collaborateurs.

Ma réponse est nette, je n'ai pas besoin de réfléchir. Je leur dit qu'il suffit que cela m'assure un salaire très confortable et que cela paye le blockhaus et mes 3 beurs de services (et oui y'a aussi Jimmy qui s'occupe de la campagne à l'année), ça me va. En plus je ne travaille qu'avec des jeunes qui, eux, ont besoin de cet argent pour vivre, donc si je peux donner un coup de pouce, je ne vois pas pourquoi je me priverais.

Kev me prend dans ses bras et me roule une pelle. Il me dit qu'il me reconnait là. Henri, lui, me dit qu'avec cette philosophie, ma société tourne alors idéalement !

PH connait mes comptes mais Ernesto et surtout Ludovic apprennent les chiffres totaux.

Ludovic en reste sur le cul. Il ne voyait pas ma société aussi importante. Ernesto me dit qu'il lui reste du boulot pour que la filiale espagnole rejoigne le niveau de la maison mère !

Ludovic trouve que je paye quand même énormément d'impôts. Je reconnais là le côté « droite terrienne » de sa famille. Je lui dis que moi, je suis content d'en payer autant. Qu'il n'oublie pas que c'est la prise en charge de la santé de tous, des infrastructures qui nous entourent. Et oui, je sais qu'il y a de la gabegie et qu'on pourrait sûrement faire mieux sans penser que nous en tant qu'homo, nous bénéficions de la totalité des impôts des hétéros sans avoir droit à tous leurs avantages. Mais je ne transfèrerais pas mon siège social ailleurs !

Henri qui est dans la même situation avec sa société basée en France, m'approuve. Il nous dit qu'il pense comme moi. La seule entorse qu'il a faite étant célibataire a été d'adopter Kev pour pouvoir économiser un peu sur les frais de succession.

Kev me donne les clefs de son appart et me glisse qu'il va rester cette nuit (enfin ce qu'il en reste) avec son mec/père. Il ajoute qu'ils nous attendent pour le brunch du dimanche.

La nuit sera calme. Tous éreintés par notre folle journée.

Réveils vers 11h ! Sans nous presser, nous nous câlinons sans sexe jusqu'à avoir les yeux en face des trous. Rasages, douches, quelques vêtements sur les fesses et nous débarquons 2 n° plus loin, chez Henri.

Je ne sais depuis combien de temps ils sont réveillés mais quand nous arrivons, un véritable buffet excite nos appétits. Les viennoiseries font concurrence aux plats plus anglo-saxons (sans aller jusqu'au red-beans). Nous ne nous faisons pas prier et pillons allègrement la table. Henri est un hôte charmant et nous avons plaisir à être avec lui malgré la différence d'âge.

Il nous demande ce que nous pensons de l'artiste dont nous avons vu les œuvres la veille.

Je suis clair, je lui dis que sa bouche et son cul sont meilleurs que ses toiles.

Mes amis se récrient que je suis dur. Y'en a quand même pas mal qui ont aimé vu les commentaires que son œuvre suscitait. Bof ! Moi j'aime pas.

Ernesto est le premier à nous quitter. Son avion pour Barcelone part vers 16h alors que notre train est en début de soirée.

Henri me lance les clefs de sa voiture pour que nous soyons ensemble un peu plus longtemps. Ernesto lui roule un gros patin de remerciement et nous le laissons tout bandant j'en suis sûr !

La C6 a toutes les options, quel confort ! On est dimanche et la circulation est fluide. Nous arrivons rapidement à Orly. Dans le hall, un peu de monde. Comme d'habitude, notre passage fait se retourner plus d'une femme et d'un homme. Nos embrassades alors qu'Ernesto doit passer en salle d'embarquement, en détourne pas mal. Faut dire qu'on met la langue dans nos bisous d'adieu !!

Retour à Paris. Henri nous demande de venir plus souvent les voir. Il sait que Kev est trop content quand nous sommes là. En plus ça lui permet de « choquer » en s'affichant avec nous. Il me dit que la prochaine fois nous devrions venir avec Emma et qu'on se fera un théâtre ou un opéra.

Je n'en ai vu qu'un d'opéra mais je me souviens bien de l'acteur/chanteur principal, un anglais à croquer !

Je lui dis qu'il nous fasse signe quand il y aura quelque chose à ne pas louper.

Kev nous ramène à Montparnasse juste à temps. Nous courrons et n'avons même pas le temps de composter. Du coup alors que le train démarre, je cherche le contrôleur pour lui expliquer notre cas. Je le trouve. Dans les 25/30ans pas avantagé par son uniforme alors qu'il parait pas mal.

Je lui explique que nous sommes 3 à ne pas avoir eu le temps de composter et je nous excuse d'avance. Il me demande où nous sommes. Je lui dis que mes amis ont dû prendre leurs places en premières. Je lui montre mon billet et alors qu'il le poinçonne, nous nous dirigeons vers les places. Quand nous arrivons, j'ai la surprise de voir Ric en train de discuter avec eux. Sourires avenants et contrits de mes amis qui présentent à leur tour leur billet. Ludovic déshabille le contrôleur de ses yeux et ce dernier ne peut que le remarquer. Je le vois rougir, teinte pivoine, et bafouiller pour nous dire que c'était pas grave et que nous avions eu le bon réflexe de venir le trouver.

Ludovic que je ne maitrise plus, si jamais j'ai pu un moment le diriger (je m'aperçois qu'il s'est émancipé), lui demande carrément s'il n'avait pas une cabine privé. De pivoine il passe tomate et il s'étouffe. Je lui tape dans le dos pour relancer sa respiration. Mais il a un mouvement de recul brusque. Quand j'en regarde la raison, je vois la main de Ludovic serrer la queue bandante du contrôleur dans son pantalon. Il est infernal ! Je lui dis de lâcher ce monsieur et de le laisser faire son travail. Au contrôleur, je lui exprime mes excuses pour le comportement déplacé de mon ami.

Quand il m'entend, il se défend que c'est pas lui qui a une trique de ouf. Qu'il essayait juste de rendre service ! PH entre dans le jeu. Il dit qu'effectivement, on ne peut décemment laisser repartir ce monsieur dans cet état. Avec tous les yeux des passagers au niveau de son bassin, tous vont s'apercevoir qu'il bande à mort. Il se lève et se place dans l'entrée de la cabine à 4. Ludovic ne perd pas de temps et dégrafe son pantalon. Ce dernier tombe immédiatement sur ses chaussures noires et laisse apparaitre un slip quelconque. Par contre, ce qui ne l'est pas c'est ce qu'il ne cache plus, un gros sexe de plus de 20cm épais. Vu le gabarit moyen du mec, c'est impressionnant. Même si je sais que les queues c'est pas proportionnel à la taille du mec !

Encore sous le choc notre jeune contrôleur ne réagit pas.

Il ne reprend ses esprits que lorsque Ludovic avale son gland. Il essaye alors de reculer mais ma présence dans son dos l'en empêche.

Je pose mon menton dans sa salière droite et lui souffle de se laisser faire. Que je connais mon Ludo, il va lui faire un bien fou.

Désireux je pense de ne pas faire d'esclandre, il serre les lèvres et se laisse pomper. Je rejoins PH pour faire écran avec le reste du wagon. Dans notre dos, passent des voyageurs qui cherchent leurs places où vont au wagon restaurant.

Notre contrôleur prend des initiatives. Il pose ses mains sur la tête de Ludovic et gère le rythme de pompage. Ludo se fait aux modifications des va et vient les mains posées sur le fessier cheminot pour éviter tout retrait intempestif.

Il ne relâche la pression que quand, dans un souffle, notre controleur l'informe que ça monte. Deux coups de poignet et il jute dans le mouchoir en papier que je tends à Ludovic.

Il se rajuste rapidement et nous souhaite un bon voyage. Il part, laissant derrière lui une odeur de sperme frais ! On éclate de rire quand la femme qui est installée face à notre porte plisse le nez. Nous ne reverrons plus notre contrôleur qu'à 10mn de l'arrivée. Il passe devant nous avec un sourire et un clin d'œil. C'est seulement là que je note l'alliance qu'il porte à l'annulaire gauche.

Jardinier

sasha72@hotmail.fr

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur ( Top auteur ) : Vacances - Soumission - Moto - Dépucelage anal - inceste - Soumission domination

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

21 mai 2019

Nouvelles (15)

Découverte Femelle
Une bonne salope sur un parking Chubbyslut
Complainte du garçon... Jako
Mon coloc me trouble -01 Svven
Mon coloc me trouble -02 Svven
Mon coloc me trouble -03 Svven
Mon coloc me trouble -04 Svven
Dépucelage à la plage Femelle
Découverte de nouveaux plaisirs Paupours
Louvain-La-Neuve sur un parking Nico
Sauna, mon premier dominant Femelle
Mes rêves J.S.
Domination à la forge Theo49
L’ange pervers Frank
L’ange pervers -02 Frank

La suite (8)

L'éveil du Renart -07 Renart
L'éveil du Renart -Fin Renart
Valentin et Simon -02 Aeshenn
Kader -16 Cédric T
Colocation -09 Emerick
Colocation -10 Emerick
Stage BTS à la ferme -13 Stéphane
Les potes de mon grand-frère 4/2 Marc 67

Mai 2019

Nouvelles

Sauna Sun city Julien
Ma première chez les hommes 13008
Une sacrée initiation Lucif
Mon prof, mon pote et moi ? Étalon
Un bon prêt en liquide Pititgayy
Le copain de ma fille Jeanmarc
Soumis en cam Lope75
Jeux de rôle musclés Stéphane
Les potes de mon grand-frère 3-1 Marc 67
Travesti éduquée par son maître Julia2
Mise à dispo  Lopeajus39
Sissy Bumi88
Tournante de rêve Jerem72
Le clandestin Jako
Les skets de mon pote d’internat Kifflesket
Ma (Dé) Formation Matiti Yah
Un plan psychologique Alcide
Révélation nocturne Pierredelavega
Enfin ! T&R
Au mariage de mon neveu Eliot
La chienne exhib Pol
Bar bien chaud Caramel
Réalité fantasmée Fred
Un taxi ? Houne66
Rendez-vous chez le médecin Paul75
Randonnée initiatique Ron
Comment j’ai sucé mon cousin Romain
Prague Astro
Vengeance Julian Lerkin

La suite

Un amour de soumis -06 Elfe
Au Sauna de Sochaux -02 Chatenois25
Un examen oral -03 Gogo
Les skets ... -02 Kifflesket
Soumission & Domination -527 Jardinier
Soumission & Domination -528 Jardinier
Soumission & Domination -529 Jardinier
Soumission & Domination -530 Jardinier
Frenchies -12 Pititgayy
Le patient rebeu -02 Dirtybator
Stage BTS à la ferme -12 Stéphane
Ma (Dé) Formation -02 Matiti Yah
Ma (Dé) Formation -03 Matiti Yah
L'éveil du Renart -04 Renart
L'éveil du Renart -05 Renart
L'éveil du Renart -06 Renart
Kader -15 Cédric T
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)