PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Épisode précédent

L'ami Mathieu -2

Le vendredi commence exactement comme la veille sauf que j'ai à peine le temps de m'asseoir devant lui à la cuisine qu'il se lève en me disant que c'est ma soif qui me réveille, la bite déjà sortie et bien raide, et me la fourre direct en bouche : cette pipe est bien plus hard, c'est nettement lui qui dirige et ce n'est pas pour me déplaire ; je ne suce pas : je me fais baiser la bouche. « tu l'aimes ma bite, hein ?... régale-toi !... tiens, bouffe bien… tu vas prendre ta dose… ça te plaît de vider un mâle, hein ? » etc. A ce rythme de coups de reins, à ce flot de paroles, j'ai sorti ma bite et me branle, et Mathieu ne tarde pas à se vider les couilles, avec une force singulière : il me noie presque la gorge, mais je ne suis pas con au point d'en laisser échapper ! Ses râles bestiaux se calment au fur et à mesure qu'il se soulage, et la pression de ses mains derrière mon crâne se relâche.
-       Oufff, eh ben putain ! je crois que t'en as pris une sacrée là…
-       Tu peux le dire ! dis-je en reprenant sa bite en main et léchant par petits coups pour nettoyer partout, sacrée dose !
-       C'est peut-être parce que tu m'as pas vidé dans la nuit, dit-il plein de fierté virile
-       En tout cas, délicieux petit-déj !
-       On remet ça ce midi, si tu veux.
-       Ah oui que je veux ! midi au resto ?
-       Non je prends mon aprem, je rentre ici.
Et le voilà parti à la douche, je finis mon bol, il part, je me branle, je me douche, etc. Je me dis qu'en deux jours, il s'est bien libéré, l'hétéro 200%, et je me rends compte qu'il a quand même juté dans ma bouche jusqu'à 4 fois par jour ! et pas qu'un peu ! Je reprends mon bronzage-lecture et me mets aux fourneaux. Son « salut ! » me fait tourner la tête : il entre dans la cuisine déjà en train de déboutonner son bermuda ! A genoux aussitôt, je vois arriver son dard bien raide jusqu'à ma bouche : « Allez, une bonne purge pour commencer le week-end », dit-il en posant virilement ses mains sur ses hanches. Pipe beaucoup plus soft que celle du matin : il se laisse faire, se déshabille entièrement, et ne donne que de légers mouvements de bassin. Quand il sent la sauce monter, il ramène ma tête vers ses couilles et se branle frénétiquement : « je veux voir mon jus ! … putain ouais ça monte ! ouais… aaaah ouvre ta bouche !... aaaahh ». Il dirige son gland vers ma bouche grande ouverte et y expulse plusieurs bons jets, saluant chacun de « ouais… làààà… encore…. ». Il se marre et me dit d'avaler.
-       Toujours aussi bon ?
-       Un vrai régal !
-       C'est moi ou je t'en mets de plus en plus ?
-       Je me suis dit la même chose ce matin, je sais pas…
-       En tout cas je me suis jamais senti aussi bien des couilles !
-       On peut dire qu'elles se régénèrent depuis que je suis là !
Bref, je finis le petit nettoyage, il part enfiler un caleçon et on mange tranquillement. La sieste est très câline : il me prend dans ses bras, m'embrasse ; nos jeux de langues le mettent en très bonne forme, et il se remet sur le dos, bras croisés derrière la nuque, pour me regarder sucer.
-       C'est fou d'aimer ma bite à ce point ! tu vas plus pouvoir t'en passer ! (euh, il parle de moi ou de lui, là ?)
-       Ben j'adore sucer… la tienne est très belle… ça te fait du bien… et on peut dire que t'as les couilles généreuses ! dis-je entre deux coups de langue.
-       Ouais, on se fait du bien, c'est cool ! t'embrasse bien aussi…
Je remonte aussitôt lui rouler une pelle, masse ses pectoraux, descends les lécher aussi.
-       Et à part sucer et le jus t'aimes quoi surtout ?
-       J'aime bien lécher le cul d'un mec.
-       Ah ça non, désolé, ça fait vraiment trop pédé (bon au moins cette fois il ne le dit pas méchamment), d'ailleurs je veux pas te sauter non plus.
-       Je t'oblige à rien, Mat', ça me va très bien comme ça… J'ai pas souvent l'occasion de me faire nourrir plusieurs fois par jour.
Je constate qu'il a débandé. Je remonte vers sa langue, qu'il me redonne, et il me serre dans ses bras. Je m'interroge quand même : c'est d'avoir abordé le sujet ? ou lui de ne pas avoir envie du tout de ce que j'ai proposé ? Bref : pas de pipe, mais un long câlin, et on s'endort (même si je bande à mort et j'ai pas eu ma dose !...). Or, quand je me réveille, je l'entends se doucher. Il rentre dans la chambre 5min après, bandant à moitié et me dit :
-       Si tu veux me lécher le cul, je me mets comment ?
Victoire ! Très rapidement je calcule que lui demander le cul en buse ça lui fera trop femelle, et de toute façon je préfère autre chose : qu'il s'agenouille en posant son cul sur mon visage. Un peu hésitant il s'exécute néanmoins, et le bonheur commence dès l'instant où je vois descendre vers moi ce petit cul blanc, j'entrouvre ses petites fesses hyper fermes, et son trou m'apparaît dans des poils dorés. « J'ai jamais fait », souffle-t-il tout bas. Je lèche doucement toute la raie, et aussitôt il gémit, et à chaque coup de langue, de plus en plus appuyé et dirigé sur le trou lui-même, j'obtiens un gémissement. J'entends, je sens, qu'il n'en revient pas du plaisir qu'il éprouve, et moi je me délecte de ce minuscule cercle rose, je le bouffe de plus en plus impérieusement, et constate qu'il s'ouvre légèrement, incapable de continuer à se crisper… Et Mathieu se branle en râlant de bonheur ; il ne craint plus de s'asseoir carrément sur ma bouche. Moi aussi j'ai envie de me branler ! Mais j'ai peur de sa réaction. Je lui propose une autre position : qu'il se retourne face à la tête de lit, et vienne poser son trou, en appui sur ses chevilles, pile sur ma langue. Il obéit, se tient d'une main aux barreaux du lit ; gros plan sur ses couilles et son trou m'est complètement offert. J'aperçois à travers les poils de ses boules toutes contractées, son visage en proie à un plaisir violent, et de fait il râle continuellement. Son trou est un pur régal, il s'ouvre, je pointe ma langue ; il gémit dans l'aigu. J'ai un de ses tétons entre deux doigts et de l'autre main je me branle comme un furieux. Lui pareil. Et son trou vient nettement chercher ma langue. Je me mets moi-même à jouir comme une pucelle en giclant sur mon ventre une marre. Au même moment il gueule carrément, bascule le bassin et vise de sa bite en feu mon visage : je me prends la faciale de l'année ! Il se dégonfle les couilles à coups de geyser, et même les yeux fermés je sens la puissance et la quantité de tout ce qu'il m'envoie, y compris quelques br!
 uits sourds d'éclaboussure contre la tête de lit ! Je ne récolte qu'un jet en bouche, quand il me lève la nuque pour m'enfourner son gland. Il me lime un peu encore, récupérant son souffle (et sa voix d'homme), puis s'effondre sur le dos à mes côtés. Je ne suis pas dans un meilleur état… « Oh putain ! oh putain ! » répète-t-il. Puis il se marre toujours essoufflé en regardant le spectacle : mon ventre inondé et bien sûr ma gueule couverte de jus. Je ris de bon cœur aussi. Je prends sa main, et il ramène vers ma bouche un peu de son sperme, me disant que je suis vraiment taré en rigolant.
Après une douche commune, pleine de baisers (une fois que j'ai été rincé évidemment), nous partons pour une petite balade, vu qu'avec les nuages il ne fait pas trop chaud. Nous ne parlons bien sûr absolument pas du plaisir que vient de découvrir Mathieu, et je joue le jeu en parlant d'autre chose. On fera quand même une pause pour qu'il me lime la gueule, reprenant la main cette fois et me considérant vraiment comme un vide-couilles. Et ma foi, je n'arrive pas à croire qu'il jute encore autant. Il s'en réjouit, vu que je n'ai pas eu grand-chose à la sieste… Nous rentrons un peu tard et nous dépêchons pour le repas avec Yann. L'apéro traîne à trois, en attendant que ça cuise, et du coup nous buvons, et buvons… Mathieu a l'air très heureux, et Yann le lui fait remarquer. Moi je ne peux plus trop maîtriser mes regards sur les deux entrejambes qui voisinent… Je repars en cuisine par prudence. C'est de là que j'entends leur conversation… Yann n'y va pas par quatre chemins, cash comme à son habitude. Il fait remarquer à Mathieu que ça a l'air d'aller beaucoup mieux depuis que je suis là, demande s'il s'est passé quelque chose… A l'étonnement gêné de Mat', il continue ses questions, et fait remarquer que je n'arrête pas de mater son bermuda (celui de Mathieu). Je crois que seul l'alcool explique que Mathieu se lâche et avoue qu'il me donne sa bite à téter plusieurs fois par jour, tellement JE suis en manque de jus. Je souris tout seul dans la cuisine : franchement il est terrible. Yann le prend très bien, avec une légère surprise, et demande plein de renseignements. Quand je reviens sur la terrasse, ils parlent d'autre chose, et quand je retourne en cuisine, ça fuse : trois pipes par jour minimum, je l'attends à genoux, etc., je ne perds pas une goutte, etc. Je constate qu'il ne dit mot sur le bouffage de cul de l'aprem… Bref. Yann demande de but en blanc s'il m'a enculé. Comme Mathieu lui répond que non, Yann ajoute qu'il est « bien con de ne pas me faire le cul » ! je n'en reviens pas… Il se lance alors dans !
 un éloge de la sodo, que Sylvie ne le laisse pas pratiquer autant qu'il voudrait, des sensations dans un cul, et au passage de remarques sur mon « joli ptit cul qui doit apprécier ». Mathieu rigole mais gêné. Je finis par les rejoindre avec les plats, et on repasse à autre chose. Au dessert, les digestifs défilent ! les deux mâles se refilent les joints, sont complètement partis, et évidemment la complicité virile s'établit, au sujet de la baise. J'ai l'impression de revivre mon premier soir avec Mathieu. La discussion part sur ce que c'est qu'un vrai mec. Là encore Yann y va direct : un vrai mec a besoin de se vider les couilles souvent, aime se faire vénérer la bite par une salope, et de se choper le paquet en parlant des gros besoins de son gros barreau. Mathieu n'en reste pas là en finesse :
-       Ca va, on le sait que t'as une grosse bite ; mais pour une salope c'est bien aussi d'être un gros producteur
-       Qu'est-ce qui te dit que je jute pas comme un taureau ? et ma grosse bite, tu l'as jamais vue, ajoute-t-il dans ma direction.
-       Euh non…
-       Toi t'es un connaisseur, t'as dû en voir des bites !
-       Pas qu'en voir, rajoute Mathieu…
Yann baisse sa braguette et sort une queue d'enfer : longue et épaisse, un bon 19, bien veiné, peau mate, gros gland décalotté déjà.
-       J'te présente… Alors t'en penses quoi ? demande-t-il en la secouant
-       Mais, interrompt Mathieu, je te dis que la dose de jus compte autant que la taille pour lui…
-       Ah il t'a bien purgé alors ?... hein ?, m'interroge-t-il.
Je n'ose pas répondre, mais je bande comme un fou.
-       Eh relaxe, c'est cool, t'aimes la bite et moi j'aime qu'on l'aime. Tu me montres ce que tu sais faire, et quand j'aurai éclusé tu nous diras qui jute le plus, ok ?
-       Euh ok, dis-je en regardant Mathieu, dont les yeux sont explosés, qui se paluche la queue.
-       Ouais, dit-il, après tu me pomperas… une bonne pipe avec dijo et joint, en plein air, c'est le pied…
-       Allez, viens goûter ma viande, insiste Yann en agitant son pieu gorgé de sang.
Je m'installe donc entre ses jambes, dos à Mathieu qui se branle doucement en attendant son tour. La bite de Yann est un vrai régal, et je n'ai pas besoin de faire d'efforts pour lui faire une excellente pipe. Et ses compliments ne cessent pas, entre ses soupirs et gémissements ; je déguste tous ses reliefs, des couilles, bien grosses, au gland hyper gonflé. En m'enfonçant la totalité dans la gorge, je balade mes mains sur son torse superbe. Epaté par ma gorge profonde, Yann m'encourage en ouvrant sa chemise : « Fais-toi plaisir, régale-toi… oh putain, quelle bouche ! » Je prends un de ces pieds à me limer la gorge en bavant sur son chibre ! et palper ses pecs ! « Putain, j'ai trois jours dans les couilles, tu vas aimer ! ». Je pompe en frottant bien ma langue sur son frein, et le long beuglement viril commence, sa queue gonfle à chaque giclée et je me prends une vraie soupe de couilles, au goût plus salé que Mathieu. Reprenant son souffle Yann me regarde laper le gland en encourageant son « ptit minou ». Je n'ai pas fini le nettoyage que j'entends Mathieu derrière moi : « Deuxième service ! » ; je me tourne : il est debout, plonge sa bite dans ma bouche, saisit ma tête et me lime comme il fait si bien : en trente secondes il décharge à grands bruits et à flots, malgré les diverses vidanges de la journée. Je me rassieds, gavé comme rarement de délicieux jus et les deux gars sont assis aussi la bite à l'air qui débande doucement. Yann, qui a un sourire jusqu'aux oreilles, demande mon avis. Eh bien ils ont juté autant mais Mathieu avait déjà beaucoup produit… Mathieu jubile d'avoir « gagné », Yann dit qu'on verrait bien demain si je le vidais régulièrement.
-       Et t'as pas envie de te branler toi ? me demande-t-il
-       Euh oui là ça urge…
-       Allez, montre-nous un peu.
Je m'exécute, enlève mon tee-shirt, sors ma queue et me branle. Ils me matent, reprenant un joint ou un verre, et se caressent les couilles bien apaisées. Yann me dit de me mettre debout : il vient me rouler une pelle (avec une soufflette), dit à Mathieu de préparer sa main sous ma queue, me caresse un téton et fouille ma rosette de son index… En quelques secondes je suis en transe, et jute à en flageoler des genoux. Yann me tient, Mathieu se fait remplir la paume. « Bois tant que c'est chaud », dit Yann, et les deux gars me regardent amusés lécher la paume de Mathieu. Leurs bites sont en train de se redresser… mais non : tout le monde est vidé et crevé, bien défoncé… C'est le lit qui nous appelle, surtout vu les travaux de demain.

mike

cherchebiberon64@hotmail.fr

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur : Famille recomposée - L'ami Mathieu - Correspondances
Défouloir pour homme marié - La communauté - À la fac - Blanche fesse - Abdel - Boucheafion - Pine d'âne - Petit gorêts

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

19/02 : 16 Nouvelles

La sorcière aux dents vertes Jako
Weekend d'intégration Grossteub96
Mâle alpha Chopassif
Dressage d’une lope Olive
Il y a 4 ans Nico76500
Une pute dans une cité de rebeu Nico76500
Les Garçons... P'titGayPassif
De nouveaux amis... Raphaël
Les bains Lille Passif-lille
Vendredi voiture Ya-se
Enfermé 30 Heures... James
Mon collègue hétéro Elliot
Vendredi trop arrosé Hombre50
Fantasme d’un couple Couplehom
Fantasme d’un couple -02 Couplehom
Le faux patient D.kine.75

La suite... 13 épisodes

Début avec mon maître -05 Jd18
Chaudes vacances -03 Petit cul 57
Mon pote, l'intello -2 Étalon
Stage BTS à la ferme -07 Stéphane
Théo et mon père -02 Stephane276
Domination par Stéphane -67 Pattlg
Domination par Stéphane -68 Pattlg
Domination par Stéphane -69 Pattlg
Domination par Stéphane -70 Pattlg
Domination par Stéphane -71 Pattlg
Domination par Stéphane -72 Pattlg
Domination par Stéphane -73 Pattlg
Domination par Stéphane -74 Pattlg

Février 2019

Nouvelles

Rendez-vous particulier Pititgayy
Plan snap Noprise2tete
Plan snap -02 Noprise2tete
Piste de danse jouissive Sasha
Fellation improvisée Lemarnais
Visite médicale Tanatos
Un mec grindr, ou plus Gayboyquebec
Mon modèle Houne66
Voisin antillais Hairylegs94
Surprise Virilsalope
Éric Clemsex
Mon meilleur ami et moi Le-sanguin
Grand romantique Celestin
Premier plan à 3 Matt
Sodomie improvisée Lemarnais
Recherche du Travail Jeanmarc
Une détente bien méritée Stéphane
Voyage en train Pierrot
Ma première fois avec un homme Fred 02600
Défoncé par 2 beurs Adonf
La queue de Rachid Chopassif
À la terrasse d’un café Houne66
Folle soirée au sauna Maasquelour
Stage BTS à la ferme Stephane

La suite...

Soumission & Domination -520 Jardinier
Soumission & Domination -521 Jardinier
Début avec mon maître -04 Jd18
Ma vie de lope exhib -06 Lopexhib
Frenchies -05 Pititgayy
Frenchies -06 Pititgayy
Stage BTS à la ferme -02 Stephane
Stage BTS à la ferme -03 Stephane
Stage BTS à la ferme -04 Stéphane
Stage BTS à la ferme -05 Stéphane
Stage BTS à la ferme -06 Stéphane
Chaude soirée -04 Red
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)