PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

M. Chaubet

Chapitre -01

Je m’appelle Yann. J’ai aujourd’hui 34 ans et je souhaite vous raconter mon histoire d’amour avec mon mari. Vous verrez qu’elle n’est pas banale.

C’est l’année de mes 18 ans qui a chamboulé ma vie. Jusque là, j’avais eu une adolescence de rêve. Comme je faisais du sport, mon corps se sculptait, tout en restant très svelte, mes fesses étaient très belles et rebondies et ma queue avait très vite pris des proportions énormes ! Je restais des heures sur mon lit à me palucher, imaginant défoncer la chatte de toutes mes copines de classe. J’avais pris l’habitude d’avoir entre les mains ce chibre circoncis de 20cm, dur et veineux. Je me massais rapidement, jusqu’à l’orgasme, toujours abondant et très intense.

Pourtant, malgré mon corps et ma queue gigantesque, je n’avais toujours pas eu une nana dans mon lit. Pas que ça ne m’intéresse pas, mais en classe, elles couraient toutes après Romain, un joli petit footballeur un peu trapu qui avait un petit cul bien rond et rebondi et de belles plaques de chocolat et après André qui n’avait rien de spécial, mais un sacré bagou. Parfois je me disais que si elles les voyaient à poils, il n’y aurait pas de match et qu’elles viendraient toutes à mon chibre…

Cet été là, nous sommes partis avec l’école à l’île d’Yeux, c’était l’été de nos 18 ans, même si comme j’étais un peu plus jeune, c’était plutôt l’été de mes 17 ans. Une semaine géniale en perspective : plage, alcool, filles. Deux profs sont venus avec nous : notre référent principal M. Chaubet (43 ans) et Mme Zimmen (41 ans) notre prof d’arts plastiques.

Nous étions plusieurs par chambre, pour ma part, je la partageais avec Romain et André. A peine arrivés, André nous a dit qu’on devait fermer nos gueules s’il ramenait sa copine Alexia dans la chambre, ce qu’il avait bien l’attention de faire.

A : Putain ! Je vais enfin me la faire cette petite salope… Elle va enfin me sucer et je vais la défoncer !

R : Euh. Si c’est sa première fois t’aurais plutôt intérêt à y aller doucement, pour pas trop la brusquer.

A : De toute façon, vous serez sûrement présents puisqu’on partage la piaule. Alors tu me feras tes commentaires après coup. Je te montrerai ce que c’est «un homme»…

Je restais muet. Un peu surpris qu’il veuille une première fois en notre présence. Je trouvais ça ni excitant ni romantique. Juste nul.

Les premiers jours passèrent, entre plage, cours de navigation, tours en vélos, matchs de foot et jeux. Le soir, on ramenait des bouteilles d’alcool que l’on buvait avec les potes sur la terrasse de la pension. Jusque là, André et Alexia ne s’étaient pas retrouvés dans la chambre et Romain et moi n’en étions pas mécontents.

Au milieu de la troisième nuit, ne pouvant dormir, j’ai décidé d’aller sur la terrasse pour prendre l’air. En marchant dans le couloir, j’ai entendu des râles et des gémissements. Je me suis dirigé vers le bruit, cela venait de la chambre individuelle qu’occupait M. Chaubet. Il n’était pas seul. Je me suis donc penché pour regarder par la serrure, il n’y avait pas la clé. C’est là que j’ai vu Mme Zimmen nue, à genoux et M. Chaubet, nu lui aussi, debout devant elle. Il mesure 1m85, et bien qu’il soit sportif il n’est pas «trop musclé», mais a le corps bien fait. Ses pectoraux sont bien développés et ses bras musclés. Son corps est très poilu. Il tient fermement la tête de Mme Zimmen et lui défonce la bouche. De temps en temps il sort sa queue, Mme Zimmen le regarde alors et il lui crache dans la bouche avant de recommencer à pilonner sa gueule. Quand sa queue est dehors, je peux la voir. Son pubis est aussi très poilu, sa queue pas très longue, à première vue 16 cm, mais très large.

Je bande tellement fort que j’en ai mal. Accroupi, je sens que je mouille par la queue et le cul. Un truc de dingues.

Je me précipite dans ma chambre en faisant le moins de bruit possible. Je réveille André et Romain pour qu’ils viennent voir.

Quand nous y retournons, Mme Zimmen est à 4 pattes sur le lit. M. Chaubet est derrière elle, il la tient par les hanches et la défonce avec une violence extrême. Nous les voyons de dos, mais on distingue qu’elle mord le coussin pour ne pas crier. Ça ne s’arrête plus, il la soulève et la prend dans tous les sens. C’est très long. Il râle beaucoup alors que ses gémissements à elle sont étouffés par le coussin. On bande comme des bêtes. André a la main dans le caleçon et se branle doucement. Romain lui a la main vers ses fesses et titille sa rondelle. Moi j’ai une telle matraque que si je bouge mon pantalon se déchire.

A : Oh putain, elle prend cher la Zimmen. Elle a l’air d’aimer ça cette salope.

Y : C’est clair. Regarde le rythme de dingue auquel il la saute !

A : t’imagines ? J’aurais juté depuis longtemps…

R : Il est hyper endurant. Elle a de la chance !

A : Mais tu dis quoi ? C’est lui qui a de la chance ! T’as vu comme elle est foutue la Zimmen ? C’est une bombe. Je pense à elle presque toutes les nuits.

On retourne dans notre chambre et, tous les 3 couchés sur notre lit on discute encore quelques minutes.

A : Oh putain ! Je vais faire la même chose à Alexia. Cette conne me suppliera de continuer.

Y : Sans vouloir te vexer, je pense pas que tu sois aussi endurant. A ce rythme tu vas tenir 2 minutes.

R : MDR. Trop. Et après ça Alexia ira raconter que t’es précoce.

A : Vous êtes deux cons. Vous ne savez même pas de quoi je suis capable. Bon j’éteins faut qu’on dorme. Je vais me branler, faut vraiment que je me vide.

Dans la pénombre, nous l’avons donc vu se branler, comme son lit est devant la fenêtre et qu’il y a la pleine lune, on voyait vraiment bien. Il a quand même un beau corps ce con. Et sa bite, bien que petite comparée à la mienne est jolie.

Comme prévu, après 2 minutes, il a joui en hurlant presque. Il était tellement excité que ce sont d’énormes jets qui se sont répandus sur son torse. Romain et moi avons rigolé de cette «précocité» alors qu’André s’est endormi directement.

J’ai donc tâché de faire pareil. Il n’y avait pas un bruit dans la chambre, mais je ne dormais pas encore. C’est alors que j’entends Romain se lever. Pour voir ce qui va se passer, je fais semblant de dormir.

Romain, debout dans la chambre, se dirige vers André. Il s’agenouille devant son lit, prend la queue flasque d’André dans la main puis, lèche. Il lèche la queue, les burnes, puis le torse, il nettoie le corps de notre camarade comme si sa vie en dépendait. Une fois qu’il eut léché tout le jus, il s’est relevé et retourne vers son lit. De mon côté, je ne comprends plus rien. Moi qui aime la chatte, je bande comme un taureau en voyant un pote lécher le jus d’un autre mec.

Y : Qu’est ce que tu viens de faire ?

R : Quoi ? Moi ? Rien… J’ai du mal à dormir je faisais quelques pas.

Y : Arrête tes conneries. Je t’ai vu lécher le jus sur le corps d’André !

R : Mais tu dormais pas ?

Y : Non.

R : Putain. Putain. Putain. Je suis trop con.

Y : Mais arrête Romain. Explique-moi.

R : J’ai pas résisté Yann, je sais pas. Mais ne dis-lui rien s’il te plait. S’il apprend que je suis PD il va le dire tout de suite à toute la classe.

Y : Mais t’es homo ?

R : Euh oui. Mais t’es le premier à qui je le dis.

Y : Cool !

R : Tu rigoles ? C’est la merde oui. Les nanas me courent après, les mecs m’envient et moi j’envie les nanas qui se font défoncer.

Y : Bah tu sais, moi je me croyais hétéro. Mais ce soir en voyant Chaubet et Zimmen, bah, je me rends compte que je pense qu’à lui et que j’aurais bien aimé être à la place de Zimmen. Du coup, c’est un peu la merde dans ma tête en ce moment.

R : Je comprends. Je me serais bien pris quelques coups de son chibre moi aussi. D’ailleurs je me doigtais à fond le fion en les regardant.

Y : T’as déjà eu une expérience avec un mec ?

R : Euh. Mais ce qu’on se dit là ça restera entre nous ?

Y : Bah c’est clair. Je te raconte moi aussi que je suis en train de me rendre compte que je suis homo. Je ne vais pas aller crier ça sur les toits.

R : Ouais. Alors oui j’ai déjà été sucé la bite à Yoan, mon frère ainé. Et une fois où il avait un peu trop picolé, il m’a enfilé le gland de sa queue dans le cul. J’étais trop excité, mais après on a dû s’arrêter, car nos parents allaient nous surprendre.

Y : Wôw. C’est chaud ! Habille-toi, j’ai une idée.

R : OK.

Nous nous sommes donc habillés et sommes sortis en douce. On a pris nos vélos et avons rejoint la plage.

Y : Ici on sera plus tranquilles pour discuter.

R : Trop cool !

Il se penche alors vers moi et m’embrasse sur les lèvres. Un baiser avide. Mon premier baiser ! Il a les lèvres pulpeuses et embrasse bien. Je me laisse faire. Puis il passe sa main sous mon T-shirt. Je l’arrête.

Y : Écoute Romain, c’est cool notre discussion, mais je ne suis pas amoureux de toi.

R : Et alors ? Je ne te demande pas en mariage. On peut s’amuser un peu non ? T’as un corps de malades et sans doute la plus belle queue du bahut, on a vu ce soir que même «Mister Chaubet superstar du X» n’est pas membré comme toi… Donc voilà ! C’est la première fois que je rencontre un autre gay. J’ai envie qu’on s’amuse un peu et qu’on s’apprenne quelques trucs.

Y : Cool. Mais moi j’ai découvert ce soir que je suis gay. Donc on va doucement OK ?

R : OK ! T’inquiète ! En plus je suis 100 % passif, donc ce n’est pas ce soir que tu te feras enculer.

Y : Ouais, je suis encore même pas sûr d’en avoir envie.

Sur ces mots il m’a à nouveau embrassé. Je lui ai rendu son baiser. C’était tellement bon. Sa barbe naissante piquait un peu. Sa belle mâchoire carrée et ses épaules de footballeur le rendaient tellement viril. J’avais du mal à croire que j’embrassais un mec, mais encore plus de mal à croire que la langue qui virevoltait avec la mienne était celle de ce footeux hyper sexy qui, visiblement en voulait à ma queue !

Il s’est alors redressé et a ôté son T-shirt. La lumière de la lune éclairait son corps, ses plaques de chocolat saillantes, ses pectoraux légèrement séparés par une petite forêt de poils, ses petits tétons. Directement ma bouche s’est dirigée sur ses seins que je mordillais avidement. Il gémissait comme une chienne en chaleur. On aurait dit une femme. Je lâchais les tétons pour lécher son ventre, dur comme du béton, je mordillais la bande de poils qui reliait ses seins à son pubis. C’était légèrement salé, un pur délice !

D’un geste il m’a redressé et a arraché mon T-shirt pour que je sois torse nu à mon tour, puis, a déboutonné mon short qu’il a descendu en même temps que mon caleçon. Il a ensuite baissé son pantalon laissant apparaître un magnifique pubis bien poilu, une jolie queue dressée et un splendide cul rebondi et velu.

R : On doit aller lentement, mais je ne peux plus attendre pour ça !

Directement, il a mis ma queue, dure comme du roc, dans sa bouche, je sentais sa langue tourner autour de mon gland. Il la tenait des deux mains et aspirait avidement le gland, c’était magique, ma première fois par un mec et ma première fois tout court !

Je n’étais pas habitué, alors j’ai très vite joui, dans un râle de bonheur et de plaisir intense. Mon orgasme semblait ne plus s’arrêter ! Il a tout pris dans la bouche.

Il m’a alors poussé dans le sable et s’est assis sur moi, je bandais encore. Il mit en bouche mes deux index et mes deux majeurs. Mes doigts se mêlaient à sa langue, à sa salive et à mon sperme. Quand ils furent bien humides, il les dirigea vers sa rondelle et me fit comprendre que je devais le doigter. Il avait avalé le reste de mon jus, se plaqua sur moi et m’embrassa en se frottant intensément à moi alors que mes doigts allaient et venaient frénétiquement sans son cul tout ouvert. Ce moment splendide dura une vingtaine de minutes, quand, dans un râle il jouit, longtemps. J’étais recouvert de son sperme, j’enlevais alors mes doits de son cul et ramassa tout ce jus pour l’avaler à mon tour. Une odeur forte, un gout amer, mais j’y pris un énorme plaisir.

Il se coucha alors sur le dos à côté de moi et nous nous sommes endormis là, nus sur la plage.

Je me suis alors réveillé avec le soleil. Il était très tôt, mais nous devions être rentrés avant que les autres ne se lèvent, sinon le mythe du sportif viril dont profitait Romain tomberait à l’eau. Il était dans l’eau justement, sans doute pour rincer son sublime corps. Je le rejoignais parce que si quelqu’un arrivait maintenant, nous pouvions simplement prétexter que nous étions venus nous baigner.

R : Elle est bonne hein ?

Y : Oui ! Et cette nuit aussi c’était bon. Tu as été génial !

R : Toi pareil. D’ailleurs, ce soir on revient. Je veux vraiment que tu m’encules !

Y : OK ! J’ai trop envie d’essayer et ton cul est trop beau.

R : Tu vas me faire de ces trucs, je le sens. Mais faudra bien me préparer parce que c’est énorme ton engin !

Y : T’inquiète je suis bien inspiré !

Nous avons donc repris nos vélos et sommes retournés à la pension. Il était encore tôt donc tout le monde dormait. C’est en tout cas ce que nous croyions. Mais dans le couloir sombre, une ombre et une voix noire nous ont arrêtées.

M.C : Vous étiez où ? Je vous rappelle que nous vous avons interdit de sortir la nuit !

R : Euh. Désolé Monsieur Chaubet, mais il faisait hyper chaud cette nuit et on n’arrivait pas à dormir… Trop de trucs dans la tête. Du coup on est allés sur la plage.

C : Ouais, t’es gentil Romain, mais franchement je ne te crois pas ! Mais je ne vais pas dire ce que je pense. Donc si ça se reproduit, vous serez plus dans la même chambre pour le reste du séjour. J’espère juste être clair !

Y : Oui oui M’sieur, pas de soucis, ça n’arrivera plus. Promis.

On retourne dans notre chambre, la queue entre les jambes et un peu déçus parce que nos plans pour le soir tombaient à l’eau.

R : T’inquiète, on ira quand même sur la plage.

Y : Ouais, on verra.

A : Vous étiez où ?

R : Tu dormais pas ? Qu’est ce que t’en as à foutre ? T’en a profité pour baiser ta copine ?

A : Ne m’agresse pas ! C’est pour savoir, j’aurais préféré venir avec vous. Cette conne n’a pas voulu se faire prendre… Parce que c’était sa première fois et tout ça.... Elle m’a juste branlé. Elle a même pas voulu me sucer ! Donc après qu’elle ait bien avalé, je l’ai envoyée bouler. Qu’elle se trouve un autre chibre. Elle pleurait et tout et tout.

Y : Putain André, mais t’es trop con ! Elle est super cette fille et tu la traites comme de la merde !

A : Ah bah super ! Vous ne me soutenez même pas.

R : Mais si on te soutient. Mais on est tes meilleurs potes, donc on doit pouvoir te dire ce qu’on pense. Sans filtre !

Il se lève, enlève son caleçon et libère une belle bite, molle. Ce qu’il nous montre est superbe. Des poils blonds foncés sur le pubis, une bite non circoncise, fine et bien dessinée. Je regarde l’entrejambes de Romain qui s’est dressé. Nous nous asseyons tous les deux pour qu’André ne voie pas nos triques respectives.

A : Alors si vous êtes mes potes… Bah dites-moi, si vous étiez une nana, comment pourriez-vous résister à ça ? Vous avez vu ce corps et cette queue ?

R : On t’avait déjà vu à poils André !

A : Ouais, mais là imagine, t’es une meuf et y’a tout ça qui te supplie de te faire baiser. Tu fais quoi ?

R : Bah moi j’écarterais les jambes et je me laisserais prendre comme une bête !

La sortie de Romain me fait éclater de rire. Je sais que c’est ce qu’il pense vraiment et la situation est vraiment cocasse.

A : Bah voilà. C’est ce que je voulais entendre. Donc c’est une conne !

Je prends au sol le caleçon d’André et le lui lance dessus.

Y : Elle a peut-être juste besoin de temps. C’est sa première fois et elle ne veut pas se louper. Toi tu lui mets la pression et ça la stresse. C’est juste dommage parce que je suis sûr qu’elle a des monstres sentiments pour toi. Mais tu fais comme tu veux.

Il remet son caleçon, se couche sur son lit et nous tourne le dos.

A : Ouais, je fais peut-être une connerie. Ce matin j’irai lui parler.

Y : Pis commence à la bien la traiter. Arrête de la voir comme un garage à bites !

R : Trouve un endroit romantique, dans les criques, embrasse là, rends-lui la pareille pour ce soir et essaie d’aller plus loin sans la brusquer.

Y : Et là, elle devrait te laisser faire !

A : Vous parlez comme deux experts ! OK je vais essayer. Mais je n’irai pas dans les criques, j’ai une meilleure idée. Et puis, faut que je vous laisse la plage je crois !

Romain et moi nous sommes lancés un regard amusé. Si André savait ce qui se tramait sur la plage, il ne voudrait pas être de la partie !

A : Bon, je vais me doucher en premier !

Une fois André dans la salle de bain, Romain vient vers moi et me roule une pèle magistrale. A nouveau il soulève mon T-shirt pour embrasser et lécher mon torse, arrive à ma queue, soulève l’élastique pour la libérer et me suce. L’avantage c’est que l’on entend la douche, donc André est occupé. J’attrape alors la tête de Romain et pousse mon dard plus loin dans sa gorge.

Y : Il m’a trop chauffé ce con. Faut que je me vide !

R : ghhhh ghhhh ghhhh

Y : Vas-y !!! Encore !!!

J’ai les mains autour de la tête de Romain et je lui impose un rythme hyper rapide. C’est trop bon. Il a l’air d’aimer et gémit. Je jouis, fort. Je râle, fort aussi. 4 ou 5 jets de sperme finissent dans la gorge de Romain qui se relève, sonné. La douche s’arrête, il avale. Je range mon chibre. André sort de la salle de bain.

A : C’est qui qui a crié ?

Y : Je ne sais pas, ça doit être dans la rue.

A : OK. Romain, t’as un truc sur le côté de la bouche, on dirait que tu baves.

Je regarde Romain, il y a une grosse goutte de mon sperme qui pend sur ses lèvres. C’est tellement chaud ! Il la récupère avec sa langue, se lève et va à la salle de bains. André s’assied sur son lit et dès qu’on entend la douche il me dit :

A : Oh putain ! C’était ton jus ? Il t’a sucé ? Vous êtes PD ?

Y : Mais de quoi tu parles ?

A : Arrête, il avait une monstrueuse goutte de sperme sur les lèvres. On est deux autres mecs dans la piaule et j’étais sous la douche !

Y : Il doit avoir mal à la gencive et il bave c’est tout.

A : Ah ouais ? Et pourquoi il était vautré sur ton lit ? Et c’était quoi l’énorme bosse dans ton froc ? Vous me prenez pour un con ?

Y : Mais non André. Tu te fais des idées, c’est tout.

A : Je suis sûr de ce que j’ai vu. En plus, vous seriez encore mes potes si vous étiez PD… Pis je vous ferais du chantage : des pipes contre mon silence ! hahaha

Y : Ta gueule !

A : C’est lequel la fille ? Avec ton cul ça devrait être toi, Romain est beaucoup plus viril. Mais vu que c’est lui qui t’a sucé… Alors comme ça tu aimes les petites chattes poilues Yann ?

Y : Ta gueule ! Sinon je te défonce ton petit cul de salope ! Et t’as vu ma queue ? ça risque de te faire mal !

A : OK OK. On ne peut même pas rigoler !

Romain est alors sorti de la douche, je l’ai averti de la théorie d’André. On en a ri, lui avons dit qu’il voit de la bite partout, et qu’il devrait se poser des questions, ce qui a vexé André, et je suis allé me doucher à mon tour.

La journée s’est passée comme prévu avec un cours de catamaran. Le moniteur était hyper viril, mais très moche. Il draguait comme tous les jours Mme Zimmen qui restait complètement insensible, et nous savions maintenant pourquoi.

Jaime

Autres histoires de l'auteur : M. Chaubet - Histoires de famille - Le voisin croate

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

18/04 : 15 Nouvelles

Sauna de Sochaux Chatenois25
Une soirée partie en couille 17cmglandcompris
Un charme fou Ghost writer
Rasage coquin Jako
Plan anonyme -01 Rsexenc
Plan anonyme -02 Rsexenc
Surprise à la fac Aymeric
Militaire-Motard Militaire
Plan avec une racaille Passif-lille
Dans le vestiaire Pakito31
Voisin Marlon
L'éveil du Renart Renart
Séance sportive Pititgayy
Un Affectueux Collègue Jako
Tout a basculé à 19 ans ThomasLePassif

La suite... (7)

Mariage pour tous -09 Yan
Frenchies -11 Pititgayy
Mathieu -03 Jeanmarc
Chambres à louer -15 Jeanmarc
Kader -12 Cédric T
Kader -13 Cédric T
Dans les geoles d'Armid -03 Iwan

Avril 2014

Nouvelles

Que de changements -01 Evanaddison
Que de changements -02 Evanaddison
Que de changements -03 Evanaddison
Que de changements -04 Evanaddison
Soirée torride Caramel
À la fin de l’été Bookman
Victor Victorbg
Une aire d’autoroute. Ginger
Marché D’Amiens Nord Legarsdu80
Mon petit frère Pédale69
Un Chinois très chaud... Mat44
Thibault Theo5852
Masseur Bastien
Le Club Ganymède Jako
Soumis au livreur wantmonster86

La suite...

Que de changements -05 Evanaddison
Que de changements -06 Evanaddison
Que de changements -07 Evanaddison
5ème jour Curiosity
Frenchies -10 Pititgayy
Mathieu -02 Jeanmarc
Soumission & Domination -524 Jardinier
Souvenir d’internat -03 Benvart
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)