NEWS :
13 Juin

Grosse queue
"Plan à 3"
"handgag"

103 pages en accès
avant-première.
C’est quoi cet accès ?

Valable tout 2024.
Simple,
CB ou Paypal,
Discret

Shop Gay

Cyrillo20 ans
site gay gratuit

PUBLIER

HISTOIRE

Sextoy
Sexshop

Signaler ici si l'histoire ne respecte pas les mineurs, ado, enfants (-18ans) ou toute autre infraction. Merci !

Une bonne affaire

‒ Ah, c’est vous pour le frigo ?
Je l’ai tout de suite reconnu : Vincent P.
Il m’a à peine regardé, et retourne déjà dans garage. A l’intérieur, tout est bien rangé, à l’image du quartier de maisons impeccables.
‒ Ma femme n’a pas pu rester. Elle est partie déposer notre fille à l’équitation. C’est elle qui a posté l’annonce et vous a envoyé des messages.
‒ Oui, désolé, j’étais bloqué par un tracteur…
‒ Pas de souci ! Je lui ai dit que j’allais gérer.
Il prend un torchon, essuie son front ruisselant – il fait pas loin de trente degrés – et se rince les mains avant de me montrer le réfrigérateur.
‒ Comme neuf. Très peu servi ! Mon garçon est parti à l’université et comme son logement était meublé…
Je ne peux pas m’empêcher de le dévisager. Vincent est devenu un cinquantenaire sexy, plus bandant que dans mes souvenirs : cheveux courts grisonnants, des yeux toujours aussi bleus, une mâchoire bien carrée. Son marcel informe ne gâche pas la vision de ses bras massifs. Et il a une gueule de mec bien viril, tout ce que j’ai toujours aimé.
Pendant les cours de technologie, j’avais déjà remarqué que son corps me faisait de l’effet quand il venait m’expliquer des trucs.
Il se retourne et me demande :
‒ Au fait, tu t’appelles … ?
‒ Lilian.
‒ Bien, Lilian, tu m’aides ?
Vincent est déjà accroupi, prêt à saisir le mini-frigo. Je m’approche et saisis le bas l’électroménager.
‒ C’est bon ? Un… deux… trois !
Nous le posons sur une palette sur roues que l’on fait glisser jusqu’au coffre de ma voiture. Sous un soleil de plomb, le moindre effort nous fait transpirer. Je sens que je goutte en refermant le coffre après avoir chargé le frigo. Vincent reprend sa palette et retourne dans le garage.
‒ Il fait meilleur ici ! dis-je.
‒ Je viens de tondre la pelouse. Il ne fait que 20 degrés dans le garage mais même ici, je suis bouillant !
Il s’est adossé au lavabo, comme s’il attendait quelque chose. Malgré moi, je fixe son entrejambe. Je devine son sexe derrière le jogging crasseux. Je sens que le mien durcit lentement. Mon gland frotte sur le coton.
‒ Alors ? demande-t-il.
‒ Euh… Ah, oui ! Pardon, la thune !
Je fouille dans ma poche et prie pour qu’il ne remarque pas mon érection.
Je sens la tension, la chaleur.
Je suis seul, avec mon ancien prof de techno. S’il savait combien de fois je me suis branlé la bite en pensant à lui, pendant mon année de troisième. J’évite d’y penser, ma queue est encore plus dure que d’habitude.
‒ Une bière ? demande-t-il en rangeant les billets.
‒ Je bois pas d’alcool.
‒ De l’eau ?
Il remplit un verre qu’il me tend. Cette fois, il me regarde, puis fronce les sourcils.
‒ Mais… Lilian… Lilian T. ?
‒ Oui, c’est bien moi.
‒ Je suis Vincent P. Enfin, Monsieur P. T’étais un de mes élèves quand j’ai commencé à enseigner !
‒ Oui, je sais, je vous ai reconnu.

‒ C’est drôle, ça alors ! Fallait le dire ! Qu’est-ce que tu deviens ?
Je lui réponds des banalités. Je cherche du taf, même si je fais beaucoup de services dans un restaurant de la ville.
Son attitude a changé. Je les sens, les mecs hétéros qui peuvent vite flancher. Et j’ai tellement la gaule, et tellement envie, que je me fiche de me faire recaler. Alors je tente :
‒ Vous êtes toujours aussi hot ! J’ai fantasmé sur vous longtemps.
Il sourit, puis regarde sa montre posée sur la caisse à outils.
Ma femme ne rentre pas tout de suite.
Deux secondes passent.
On se regarde en comprenant tout de suite ce qui va se passer. Bordel, je ne pensais pas bander si fort. Son membre a clairement grossi. Alors qu’il s’en va baisser la porte du garage, son pantalon est tout tendu.
Bordel, il est bien membré, c’est sûr.
Je sens ma salive monter.
Vincent revient devant moi.
‒ Alors, prêt à faire de nouveaux devoirs ?
Je me baisse devant lui.
Il appuie d’abord son sexe sur ma joue, j’inspire en pensant à ce qui se cache sous le tissu.
Sa voix est plus grave, plus autoritaire, mais il reste calme.
‒ Vas-y, déballe. Regarde ce qui t’attend !
Il a pris mon menton dans sa main. Nous nous regardons. Ça m’excite. Je le regarde en mode soumis, tout en baissant son pantalon.
Son chibre est droit comme la pierre. Ses veines bien gonflées et son gland bien large me font face.
‒ Vas-y, doucement. Fais moi d’abord sentir tes lèvres !
Lentement, ma bouche et ma langue entourent le bout. Gros matos. Elle fait au moins 21cm.
‒ C’est ta femme qui doit pas s’ennuyer, dis-je entre deux succions.
‒ Je vais te faire saliver autant qu’elle, t’inquiète !
Je ne tiens plus et la prends en bouche.
‒ Oh… oui… comme ça… bien… attends, attends… moins vite… laisse-moi sentir ta langue… bien… comme ça… Je baise ta belle gueule !
‒ Brrrllgh… Brrrrllg… Brrrllgh...
Il accélère. Fond de gorge, joue, fond de gorge, joue.
Sa matraque me déboîte la mâchoire. Ma salive tombe sur le sol. Il ressort sa bite, me bifle plusieurs fois. Puis il la claque sur ses mains et crache dessus.
‒ Reprends-la ! Voilà. Comme ça ? Tu aimes, Lilian… Oh, putain, ta bouche est une chatte si humide ! Tu mouilles de la bouche. Allez, on y retourne. Continue, comme ça !
‒ Brrrllgh… Brrrrllg… Brrrllgh...
J’ai l’impression que l’orgasme est proche. Je suis si dur et si excité que mon bout coule sans y toucher. Je prends ses fesses dans mes mains. Elles sont musclées, poilues, viriles. Ses muscles se tendent alors qu’il me lime.
‒ Un… deux… trois… voilà ma queue !
J’entends son râle, sa respiration et ses gémissements se faisant de plus en plus aiguës, alors qu’il accélère la cadence.
‒ Oh, putain… C’est bon… je vais t’éclater en gueule… Oh, oui… putain…
‒ Brrrllgh… Brrrrllg… Brrrllgh
‒ Si je pouvais faire pareil avec ton petit cul.
Je reprends mon souffle. Il me bifle encore.
‒ Tu veux ?
‒ Pas le temps… Tu reviendras ? Remets là dans ta bouche ! J’ai le gland qui veut sentir ton fond de gorge.
Il me la remet encore. Je manque presque de vomir tant il va loin. J’ai la tête qui va éclater de chaleur. Je m’acharne et prends sa grosse pine, la lubrifie avec ma bouche qui monte et descend comme une folle.
‒ Oh… putain… oui… comme ça…
Il ressort sa queue.
‒ Non, je la veux ! dis-je goulûment.
‒ Attends, tu m’as trop chauffé là…
On respire comme deux sportifs en fin de courses. Sa queue mouille, un long filet de bave et de pré-cum coule.
‒ Fais voir un peu ce que tu as dans le caleçon, toi !
Je descends mon pantalon complètement.
‒ Lilian, tu as bien grandi !
Sa main robuste m’empoigne virilement le bout. Je gémis.
‒ Oh, ça te fait de l’effet… c’est ça… tu veux cracher ? Voilà, bien… fais-toi plaisir…
Il laisse sa main bien empoignée et je fais des va-et-vient.
‒ Je t’encule la main, lui dis-je en riant.
Puis, il me la branle. Je tremble déjà, serre fort ses pecs pour contrôler mon envie de juter.
‒ Petite pute, t’es chaude et salope, j’adore !
Je n’en peux plus et crache dans sa main un foutre épais.
‒ Et bah voilà… à mon tour, j’arrive. T’es prêt ?
Il étale mon sperme sur sa queue toujours aussi grosse.
‒ Lave ma bite, Lilian. Pompe-moi fort !
Je suis toujours autant excité et reprends sa teub en bouche. Mon sperme chaud est bon sur sa queue.
‒ Oh la salope, oh la salope… C’est booonnn…
Il râle comme un taureau. Ses muscles sont contractés de partout. Il tremble mais ne crache pas encore, me limant avec force. Elle est énorme et pourtant semble grossir encore.
‒ Regarde-moi !
Je relève les yeux, il est tellement bandant que je pourrais jouir une seconde fois. Son visage viril est crispé par le plaisir et la retenue. Il fait tout pour juter le plus tard possible.
‒ Tu aimes ? Ça te plaît ? Comme ça, je te prends la bouche comme je prendrais bientôt ta chatte ! Oh, putain… Lilian, je vais venir… je viens…
Il se retire et prend sa bite dans ses deux mains. J’ouvre la bouche.
‒ Tire la langue, petite pute !
Je m’exécute. Avec ses deux mains, il branle fort sa queue impressionnante. Gonflée de plaisir et luisante de ma salive. Il crie :
‒ PUTAIIIINNNN !!! AAAARRGH !!!!
Son jet de foutre me frappe la langue, la gorge, un autre atteint ma joue.
Je n’ai pas le temps de comprendre, ni de lécher qu’il me la refourre dedans et me lime comme jamais, tout en gémissant, et hurlant, expirant comme une bête.
Son gland frappe le fond de ma gorge plusieurs fois. Il maintient ma tête a fond, je suis neutralisé, j’attends et sens qu’il crache un dernier jet de foutre dans ma gorge. Il donne deux coups de reins. Je fais pression sur ses fesses contractées. Enfin, il me libère. J’inspire et expire. Je m’aperçois que j’ai craché une seconde fois. Vincent P. me caresse les lèvres, essuyant le jus. Il branle une dernière fois sa queue, toujours aussi raide malgré l’orgasme.
‒ Putain, tu sais sucer, toi !
Il est redevenu plus calme, plus doux.
‒ Tiens !
Il me lance une serviette, j’essuie mon visage. Nous nous rhabillons. J’entends une voiture se garer dans l’allée en contrebas.
‒ C’est ma femme.
‒ Okay. J’y vais.
Il ouvre la porte du garage et je sors.
‒ Lilian ?
‒ Oui ?
‒ Reviens dimanche prochain. Si t’es aussi doué avec ton cul qu’avec cette bouche, je vais te doser comme jamais ! J’ai plein d’idées à faire avec toi.
Je regagne ma voiture, ruisselant de sueur. Sa femme est remontée près de la porte d’entrée et me fait un signe de la main alors que je démarre.
Moi, je bande encore en pensant à la fois où il m’enculera.
Quelle bonne affaire que ce frigo !

DelosFairy

Autres histoires de l'auteur :

TEXTE IMPLIQUANT DES MINEURS,
UN ENFANT OU ADO (-18ANS)
IL FAUT ME LE SIGNALER :
CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Signaler aussi tout texte incitant à la haine, au racisme, à la violence et à la cruauté. Sous peine de fermer ce site !

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

💦 2 Juin | 117 pages

Les nouvelles | 8 Pages

Balèze Gill
Mon cousin, mon mec Ascavtrln
Petit bourgeois Coolsexe
Pissotières de l'autoroute Fabrice
Poupée Gonflable Fabrice
Viens recevoir ta punition Fabrice
Canon mais timide Meetmemz
Guet-apens Meetmemz

Les séries : 102 pages

La horde sauvage | 8 | +2 Fabrice
Saison 1 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8
Les contes fantastiques | 2 | +2 Archangeru77
1 | 2
Bilal | 3 | +1 Meetmemz
1 | 2 | 3
Le quaterback | 2 | +1 Meetmemz
1 | 2
Entre frères rebeus | 8 | +1 Meetmemz
1 | 2 | 3 | 4 | 5
6 | 78
Les jumeaux et leur père | 16 | +1 Meetmemz
1 | 2 | 34 | 5
6 | 7 | 8910
11 | 12 | 1314 | 15
16
L’ensemenceur | 2 | +1 Meetmemz
1 | 2

ET CE N'EST PAS TOUT !
Il y a 103 pages en + ici

RETOUR AUX HISTOIRES

21 ans d'histoire :
2023 | 2022 | 2021 | 2020 | 2019 | 2018 | 2017 | 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011 | 2010 | 2009 | 2008 | 2007 | 2006 | 2005 | 2004 | 2003 | 2002 | 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
N’oublie pas les dangers d'une relation sexuelle sans protection,
que tu sois sous Prep ou pas.
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES !

Sextoy
Sexshop

Chercher sur le site

ATTENTION

HISTOIRE AVEC DES MINEURS, ADO, ENFANT(-18ANS)
IL FAUT ME LE SIGNALER :
CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Signaler aussi tout texte incitant à la haine, au racisme, à la violence, à l'absence de consentement ... à la cruauté. Sous peine de devoir fermer ce site !

Plan du site


Merci !

J'aime ce site et je souhaite faire un don,
du montant que je veux, juste pour aider


Simple, en CB ou Paypal, Discret.


Mai 2024 : 3 858 045 pages lues.

Ce site utilise des cookies uniquement pour faciliter la navigation. Aucune données personnelles ne sont collectées ni conservées pour du partage, ou a des fins marketing. ©2000 Cyrillo.biz. Hébergeur : Planethoster Canada

À jour : jeudi 11 avril 2024 à 08:23 .

Retourner en haut