PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

1er Épisode - Épisode précédent

Soumission & Domination 325

Marc – Diversification des ressources : João

Quand Marc revient le WE suivant, Ludovic ne peut s'empêcher de lui raconter ce que j'ai fait pour son frère.

Cela me vaut une discussion en tête à tête ! Je suis obligé de lui expliquer le dossier de A à Z. A la fin de mon récit, il me demande ce que j'aurais fait si je n'avais pas eu les ressources de mes amis. Sans ambages je lui avoue que je l'aurais peut être battu à mort.

Il me prend dans ses bras et me dit que j'ai bien fait alors.

Nous passons un WE que tous les 4. Samir et Ammed nous ont demandé la maison de campagne pour se faire un WE « Domi » avec Amaury. Ils nous ont préparé tous les repas et laissé la liste à respecter sauf que Marc compte bien nous emmener diner au restaurant le samedi soir.

Mais nous sommes vendredi. On retrouve PH et Ludovic et décidons ensemble qu'un bain serait bien agréable. A poil nous grimpons sur la terrasse et allons nous tremper dans la piscine. Ludovic chahute et glisse entre nos jambes, en s'arrangeant pour nous faire bander aux passages. Marc cède le premier, il l'attrape et le balance hors de l'eau sur l'herbe synthétique. Excité, Ludovic prend des poses jusqu'à ce que nous aussi, excités, sortions de l'eau. Ce qu'il n'avait pas prévu c'est que nous serions trois contre un. Marc le prend aux épaules, moi aux jambes et nous l'étalons sur l'herbe. PH se charge des chatouillis et il se tord pour essayer de nous échapper. Il cesse quand je lui attrape les couilles et tire doucement dessus.

Marc enjambe son torse et Ludovic lui mange la bite. PH m'aide et, à deux, nous soulevons ses fesses pour pouvoir : PH le pomper et moi, lui manger la rondelle.

Occupé de partout notre nouvel ami prend grave son pied. Quand Marc recule le bassin pour le laisser respirer un peu, c'est lui-même qui l'attire à nouveau dans sa gorge.  Je bande comme un malade. Je m'enfonce dans sa caverne chaude et moite de ma préparation. PH continue de le pomper. J' profite bien de sa rondelle musclée et de sa chaleur interne. Je m'enfonce à chaque fois plus loin et avec encore plus de plaisir.

Comme je vois ses couilles remonter contre sa bite, je sors vite avant qu'il ne jouisse. PH arrête aussi ses caresses buccales. Marc se retourne et nous demande pourquoi nous avons cessé d'exciter le petit.

On lui montre ses couilles qui lentement redescendent. Il se retire. Ludovic s'étire et nous dit de continuer que c'est trop bon ! On s'en doutait un peu !! On attaque à nouveau. C'est le tour de Marc d'enculer ce beau jeune homme. Moi, je joue avec sa queue. Je suçote son gland, passant ma langue sur chaque mm² de cette peau si douce quand elle est tendue par le sang en furie. Je la passe sous la couronne pour toucher le frein et jouer avec. Je la fais fine pour essayer de l'enfiler dans le petit trou d'où jaillira tout à l'heure son sperme chaud.

Je descends sur ses couilles. Elles ont juste de la bonne taille pour que je puisse les prendre ensemble dans ma bouche. Je les fais rouler sous ma langue. Elles grossissent et je retourne à sa queue. Elle me rentre toute seule dans la bouche et dans la gorge, poussée par les coups de rein de Marc. Je me colle les lèvres à son pubis et masse son gland par mes déglutitions. Il kiffe ça et la bite de PH qui lui obstrue la bouche n'est pas suffisante pour l'empêcher de crier son plaisir.

Marc le lime plus vite, je sens qu'il ne va pas tarder à lâcher la première salve.  C'est Ludovic qui part le premier. Il me remplit la gorge et j'ai juste le temps de reculer pour pouvoir en garder dans la bouche. Marc le secoue d'un dernier et puissant coup de main qui me renfonce son gland dans ma gorge !  PH se vide à son tour mais dans la bouche de Ludovic.  Il a juste le temps de se retourner et de me prendre en bouche qu'à mon tour je largue la purée. Une fois dés-emboités, nous nous roulons des pelles aux spermes. Marc nous regarde faire. Dans notre monde, nous nous léchons le museau jusqu'à ce qu'il ne reste plus un spermatozoïde hors de nos estomacs.

Allongés cotes à cotes sur le dos, nous regardons le ciel noir et constellé. On voudrait faire des vœux mais pas d'étoiles filantes pour nous aider. Marc rit de nos enfantillages et nous dit qu'il descend mettre le diner au chaud.

Petite douche et nous le rejoignons. Nos hommes de service avait prévus le coup, les quantités sont généreuses et malgré cela, nous finissons les plats !

Marc nous raconte ses conquêtes locales. Avec Hervé qui l'accompagne de plus en plus, depuis qu'il a bien vu que cela n'altérait pas sa relation avec Ernesto, ils trainent les bars gays et rentrent rarement tout seul.

Il nous montre quelques photos des petits mecs qu'ils mettent dans leurs lits ?  Ils ne se font pas chier !  Mais faut dire que nous non plus nous ne sommes pas des anges ! Tous ces asiatiques sont mignons, ça me fait penser que j'en ai pas encore dans mon équipe. Mais faut dire que j'ai principalement du blanc hormis Jimmy qui est mon seul beur en activité.

C'est d'ailleurs la remarque que mon fait PH et Ludovic après le visionnage du portable de Marc.

C'est décidé mes prochaines recrues devront sortir du stéréotype « petit blanc ».

Le samedi soir, Marc nous « sort » au restaurant. Il a réservé dans le meilleur de la ville. Etoilé au Michelin, il n'usurpe pas sa distinction. Ses plats de crustacés et de poissons sont délicieux.

La clientèle est sélecte (vu les prix c'est pas étonnant), mais nous ne détonnons pas vu que Marc nous avait demandé de laisser les jeans au placard. Notre table attire comme souvent pas mal de regard. Je reconnais autour de nous quelques clients de ma société. Certains sont accompagnés de femmes de leur âge, probablement leurs femmes.

J'ai juste eu le temps, quand nous sommes entrés, de retenir Ludovic qui allait saluer à une table Viktor et Nicolaï qui travaillaient en duo avec un de mes clients. J'ai juste le temps de lui glisser que quand nous rencontrons nos « amis » en prestation, nous devons faire comme si nous ne les connaissions pas sauf exception.

Le client me fait quand même un clin d'œil quand mon regard parcours la salle.  

Depuis quelques mois, ces deux-là me sont souvent réclamés ensemble. Comme 1+1=3 chez moi, ça ne me pose aucun problème. L'homme est aussi blond qu'eux. Si je ne savais pas, ils pourraient passer sans problème pour un père et ses deux fils.

Quand je vais aux toilettes, je suis rejoint par Viktor. Il me dit que tout se passe bien comme d'habitude avec ce client. Par contre ce dernier voudrait étendre la prestation jusqu'à dimanche soir mais que ce n'était pas prévu. Oui, je me souviens maintenant, c'était juste « soirée + ». Je lui demande si cela les dérange tous les deux de rallonger la prestation. Il m'assure que non, j'accepte et lui dis de prévenir le client de mon accord.

Le diner se passe, le vin est bon et pour une fois que je ne conduis pas j'en profite. C'est quand nous reprenons nos manteaux que nous croisons le client. Il me fait un signe. Je traine et laisse partir devant mes amis. Il me fait remarquer qu'il ne pourra régler la différence que lundi prochain, le temps d'aller à sa banque (ce client me paye toujours en liquide pour ne pas laisser de trace). Je lui signifie qu'il n'y a aucun problème, j'ai confiance en lui. Il me remercie et pousse les deux benêts qui l'assurent qu'il va passer un dimanche merveilleux.  

La semaine qui suit, je prends un peu de temps pour rechercher dans le fichier des Premières années de Facs (et mecs de 18ans) mes recrues « ethniques », (fichier récupéré auprès de DGSE). J'effectue un premier tri avec les boursiers et les revenus parentaux faibles en sus des origines hors caucasiennes.

Il m'en sort un nombre encore trop important. Je resserre les critères, ajoute le ratio taille/poids (la taille seule n'est pas intéressante) et la pratique d'un sport. Là, j'obtiens une sélection de 100 jeunes hommes.

Après c'est la lecture fiche par fiche. Ejections faites des mecs trop moches, des physiques irréguliers (faut bien des critères quand même), des porteurs de lunettes, des sportifs en compétitions quoique certains soient quand même assez canon,  il me reste 20 dossiers.

  • 6 physiques asiatiques petits formats mais musclés, adeptes de boxe thaï et autre sports de combat,
  • 5 blacks stéréotypés, grands, très black, suspecté d'être très bien montés,
  • 4 « brésilien » métis, belles gueules et slips remplis,
  • 3 beurs, peau bronzée, noir de poil, massifs de tous côtés,
  • 2 blacks des iles, teint plutôt chocolat au lait, traits européens,

Avant de les approcher je demande à Jona et François de vérifier leurs préférences sexuelles. S'ils sortent dans le milieu ou pas et de se renseigner pour voir où je pourrais les harponner.

Retour d'enquête, j'ai la chance d'en avoir 4 dans ma sélection. 2 asiatiques, 1 des « Brésiliens » et un des DOM-TOM.

Autant commencer par ceux-là.

Le brésilien, João 20ans, est un adepte de la Capoeira qui enseigne aux jeunes de son club, j'irai donc y faire un test un jour où je serais sûr qu'il y soit. Il ne sort pas dans le milieu gay et n'a pas de petit copain connu. De temps à autres traine les lieux de drague où il se laisse branler par des vieux (enfin des 30-40ans) et pratique la réciproque. Parfois il accepte un billet quand le mec est trop vieux. En chambre de cité U, il n'a pas l'air d'avoir beaucoup d'amis et travaille le soir avec un ou deux de ses collègues de 1ère année de Science. Il se déplace en bus et n'a pas de véhicule à lui.

Ok au moins ça le choquera pas de taffer sexe pour du fric.

Je m'arrange pour aller tester ce sport de façon à ce que je sorte dans ses propres horaires.

L'accueil au club est chaleureux. Le dirigeant (la 40aine) discute une bonne demi-heure avec moi pour savoir mes motivations (ça je brode un peu) et si j'ai une pratique des sports de combat. Quand j'aligne, karaté (appris auprès de PH), Krav Maga (auprès de Jona), close combat militaire et quelques notions de boxe française (avec Côme et Ludovic), il me demande franchement ce que je fais chez lui.

Je lui souris et lui dis que j'étends mes connaissances. Il me dit que le plus dur sera de tout oublier de ces dernières pratiques pendant les cours.

On visite son club. Vestiaires classiques, placard à cadenas, sanitaires avec douces communes, là un « sympa vos installations » m'échappe, puis la salle proprement dite. Elle est suffisamment grande pour que le cours que donne mon Brésilien s'y passe et que deux autres groupes travaillent aussi.  

Je le regarde un moment officier. Les gamins ont dans les  13 et 15 ans, peut-être 16 et il est super patient avec eux. Montrant et remontrant les gestes et les enchainements. Je me tourne vers le dirigeant et je lui dis que ses moniteurs son jeunes. Il me répond que lui, c'est spécial, ça ne fait que 5 ans qu'il est arrivé en France et il pratiquait cet art depuis l'enfance au Brésil.

Il me pousse vers le vestiaire et je me change tout en continuant à discuter avec lui. Quand je suis à poil, il mate ma cicatrice et me demande ce que c'est. Toujours nu, je me tourne et avance la jambe. Accident de moto l'année dernière ! Il siffle et me dit que je ne m'étais pas loupé. Il me passe un pantalon et me dit que je peux rester nu dessous si je préfère. Lui opte plus pour un jock, ça évite de les avoir ballotant entre les cuisses. J'avais prévu le coup et de toute manière tout le sport se fait en jock chez moi !  Il tourne autour de moi et me trouve très large d'épaules. Je lui dis que c'est la conséquence de 6 mois sans les jambes !

Torse nu, je le suis dans la salle. J'ai la chance qu'il m'emmène à côté de mon futur escort. Il me montre les mouvements de base et me dit que contrairement aux sports de combat que je pratique déjà, là, c'est l'évitement du corps du partenaire qui est recherché. Evidement ça change !!

J'ai beau faire attention, une ou deux fois je suis en contact avec mon prof. A la fin de l'initiation, il sourit des réflexes que j'ai eus. Il y voit un troublant mélange des techniques que je lui avais cité. Comme le cours des juniors venait de finir, nous sommes rejoint par mon brésilien. Il vient voir qui est l'hurluberlu qui attaque la capoeira d'une façon un peu asiatique et un peu autre chose. Gagné !

Le gérant me laisse entre ses mains ce qui me va encore plus. Alors que nous rejoignons les vestiaires, João me questionne sur mon parcours en sport de combat. Il est impressionné par la liste. Cela me permet de glisser que j'ai acquis ces compétences auprès de divers amis avec lesquels je continu à m'entrainer. Tout en marchant, je le mate sérieusement. Il a une peau cuivré, il y a surement de l'indien local dans sa génétique en plus du blanc et du noir. Le fait que j'ai l'impression qu'il soit imberbe naturellement appui cette idée, ses cheveux noir et lisse me le confirme. Question masse musculaire, il est très bien foutu même si moins large que moi. Il est aussi plus petit dans les 1,80 maximums.

Pendant que je le scrute, il me donne les infos sur le club, je le félicite pour sa patience avec les enfants. Il me retourne un sourire à se damner illico. Son accent de là-bas est enchanteur. 

Très naturellement on se retrouve coté à cote sous les douches. Ça me permet de voir que sa peau est colorée uniformément, qu'il n'a pas de poils sur les jambes et seulement au-dessus du sexe. Il se rase déjà les couilles ! Le sexe, lui, est généreux bien qu'au repos, dans les 12cm. Le frein cassé laisse son gros gland découvert et un bourrelet de peau à sa base.

Je sens son regard sur mon dos. Je me retourne pour qu'il puisse mater la bête.

Il capte ma cicatrice et me demande lui aussi comment ça m'est arrivé.  Je lui raconte en deux mots et quand j'ajoute que ça aurait été pire si mon ami n'avait pas été derrière moi et s'il n'avait mis sa voiture en travers de la rue pour me protéger, il laisse échapper un « un ami !? ». À mon tour de lui envoyer un grand sourire et de confirmer « « oui, l'homme que j'aime ».  

Il est sensible car il se met déjà à bander rien qu'à l'évocation que je sois gay.

Comme il se tourne pour le cacher, et que nous sommes seuls, je m'approche et par les épaules le fait pivoter. Les yeux dans les yeux, je lui dis de ne pas me cacher l'effet que je lui fais. Il bande carrément et c'est impressionnant !

Je prends les choses en main, non pas son service trois pièces bande d'obsédés, et lui dis qu'on prend un verre après. Il bande encore quand on se rhabille. On sort du club et il me propose un bar pas trop loin car sans véhicule, il fait en fonction des lignes de tram et de bus.

Je lui montre ma voiture et lui dis de grimper. Impressionné par la Mercédès, il grimpe dedans en me disant que c'est la première fois qu'il voit en réel une telle voiture. Je l'emmène au Blockhaus autant y aller direct. Comme il s'inquiète de son retour à sa cité U, je lui dis que je le reconduirais après.

On grimpe au 4ème. Il a des yeux comme des soucoupes. Il en reste muet bien 5mn !! De la cuisine je lui demande ce qu'il veut bière, alcool, jus de fruit… Il choisit un jus d'orange, je l'accompagne.

Je le fais s'assoir de façon à ce qu'il soit en face des projections du « déjeuner sur l'herbe ». Du coup il a du mal à se concentrer sur mes questions ! J'apprends qu'il est en France suite à une sélection d'une organisation charitable qui l'a tiré de sa favela, qu'à part les dirigeants de l'association et quelques collègues de sa Fac, il ne connait que les pratiquants du club.

L'enquête disait qu'il était seul mais c'est plutôt « ermite » qui aurait dû être inscrit !

PH choisit ce moment-là pour rentrer. Il salut notre invité et se penche sur moi pour me rouler une bonne grosse pelle qui nous laisses les lèvres brillantes avant d'aller se chercher un rafraichissement au frigo.

Il nous rejoint et après les présentations, discute avec nous. Questions sur son déracinement, sur ses conditions de vie, et de vie gay aussi. João essaye mollement de se défendre d'en être. Mais PH le coupe et lui dit que vu comme il bande alors qu'il n'y a pas l'ombre d'une meuf chez nous, sa défense est un peu désespérée.

Là-dessus c'est au tour de Ludovic d'arriver. Comme il le salut aussi avant de nous rouler un patin, c'est l'incompréhension que je vois paraitre sur son visage.

Je m'excuse et présente Ludovic comme mon « ami » aussi. Quand Ludovic entend que João pratique la capoeira, il s'exclame qu'avec le karaté, le krav maga, le close combat et la boxe française, c'est en véritable dojo que je vais transformer le second étage !

Je lui dis qu'il va un peu trop vite en besogne et que João n'est pas encore au courant. Ce dernier me demande « au courant de quoi ? ».

OK je me lance. Je lui dis que  je l'avais repéré pour faire partie de ma société d'escort. Que je savais pertinemment qui il était et qu'il était comme nous, homosexuel et qu'il tirait le diable par la queue. Là sa compréhension du français a fait que j'ai dû reformuler, que tout ce que j'avais appris en le rencontrant physiquement me l'avait confirmé et que oui, je serais très heureux qu'il accepte : notre amitié et le taf que je lui proposais. J'ajoute que s'il refusait le travail, très bien rémunéré au passage, il pourrait quand même être notre ami.

Il est scié mais ne se sauve pas en courant, c'est déjà ça !

Nous le laissons réfléchir. Il boit son verre à petites gorgées pour se donner une contenance.

Quand il prend la parole, c'est pour me demander s'il a bien compris quand je lui ai parlé d'Escort. Je lui dis que par « Escort » j'entendais accompagnement d'hommes influents et relations sexuelles avec le plus souvent. Je précise le salaire mensuel moyen pour quelques prestations et là, heureusement qu'il était assis sinon il serait tombé.

Il réfléchit de nouveau et me demande s'il pourra continuer ses cours au club, il n'en donne qu'une fois par semaine. Je l'assure que ce ne sera pas incompatible. Il aura même de nouveaux élèves, adultes cette fois ci, et de lui expliquer notre « club sportif privé ». PH complète en lui disant qu'il n'est pas que sportif ce « club », c'est aussi une « famille » dans le sens où chacun est solidaire de l'autre et l'aide en cas de besoin.

C'est la première fois que je l'entends en parler comme ça de notre petit groupe, et c'est pas faux. Ludovic confirme qu'on est tous là pour les uns pour les autres et que lui c'est ses 5 ans de boxe française qu'il met à disposition. Il ajoute qu'il est intéressé par une initiation à la capoeira et qu'il ne sera sûrement pas le seul.

En attendant Ludovic le fait se lever et sans que personne ne s'y attende, il roule un gros, très gros patin à notre invité. Il le laisse à bout de souffle et nous dit de ne pas être hypocrite, nous en mourrions tous d'envie !

Pas faux ça non plus !!

Comme il y retourne, je vois le sexe de João reprendre du volume. Le mien comme celui de PH n'avait pas débandé depuis un moment. Ça part en baise torride. 

Les vêtements volent, les sous-vêtements les rejoignent et mes deux acolytes restent baba devant le corps de João. Enfin pas longtemps avant de lui sauter dessus.

Notre invité n'est pas en reste. La souplesse acquise dans son sport est mise à profit pour le bien de tous. J'ai le plaisir de tester sa bouche. J'aime ses lèvres légèrement épaisses, elles font merveilles autour de ma bite. Je n'ai pas connaissance de son expérience sexuelle (hors l'enquête) mais il avale mes 20cm sans sourciller. Son jeu de langue sur mon gland dénote une pratique de la fellation qui ne date pas d'hier non plus. Par contre mes doigts rencontrent une bonne résistance de la part de sa rondelle. Un actif seulement où un manque de pratique ? Quand il sent que j'insiste, il me dit d'y aller doucement, il ne s'était pas fait enculer depuis qu'il était en France.

Avec l'aide de mes deux amours, je le prépare bien pour son nouveau dépucelage (après 5 ans sans utilisation c'est quasiment le cas !). Lorsque je le pénètre PH lui roule une pelle et Ludovic le suce. La progression est difficile il est bien serré à l'intérieur aussi. Chacun de mes cm est pressé par sa rondelle. J'ai conscience comme jamais de l'excitation due aux frottements de nos surfaces en contact. Quand mes hanches touchent ses fesses, il revient dans le monde du sexe complet. Il repousse PH le temps de me dire que c'est trop bon et que ça lui manquait grave. Avec mes amis, nous prenons un soin extrême à faire monter son plaisir et à le maintenir au bord de l'explosion le plus de temps possible. Dès que ses couilles remontent, nous cessons nos sollicitations et le reprenons dès qu'elles redescendent. Je reste dans son cul alors que mes deux amours s'échangent leurs places. Ils sont d'accord avec moi et trouve sa bouche et sa gorge d'une douceur parfaite. Sa mâchoire assez large laisse ses dents en dehors du trajet de nos bites. Il fera merveille sur les bites TTBM de mes clients. On arrive à le maitriser 3 à 4 fois avant qu'il ne bascule et qu'il jute.

Ludovic s'écarte juste avant et João se couvre le ventre de sperme. PH qui à ce moment-là, n'avait pas quitté ses lèvres en reçoit même sur la joue. João nous surprend en lui attrapant la tête et en léchant sa joue couverte de son sperme. A mon tour j'explose dans un dernier coup de rein qui m'enfonce au plus profond de son intimité (sous kpote bien sûr).

João sort de notre petite partie enthousiasmé. Nous sommes encore avachis sur les canapés du salon qu'arrivent Samir et Ammed pour le service du soir. Légère surprise pas plus de notre invité. Quand Ludovic s'en étonne, lui qui en était tombé sur le cul, João lui répond qu'après la dernière heure qu'il vient de passer, plus rien ne peut l'étonner venant de ma part.

Pas mal vu pour un mec qui ne me connais que depuis quelques heures !

Je le retiens pour diner. Il apprécie la cuisine et nous dit qu'habitué au Restaurant Universitaire WE et jours fériés compris, ça faisait longtemps qu'il n'avait aussi bien mangé.

Je le raccompagne à sa Cité U. En chemin je lui propose au cas où il intégrerait mon équipe (analyses à faire avec résultats négatifs obligatoires), il pourrait déménager pour une colocation avec d'autres 1ères années qui bossent aussi pour moi. Mais j'ajoute qu'il n'est pas question quand même de louper ses études pour autant.

Il me dit qu'à ce propos, la femme de son directeur de club l'aide en Français. Je lui dis que ce sera à lui de voir mais qu'il trouvera aussi ce type d'aide dans notre équipe, ce sera à lui de voir. Si sa réponse est positive ! 

Jardinier

sasha72@hotmail.fr

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur ( Top auteur ) : Vacances - Soumission - Moto - Dépucelage anal - inceste - Soumission domination

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

19/03 : 17 Nouvelles

Andrew Aeshenn
La fibre paternelle gaydu71
Parfaite femelle Femelle
Retour de soirée Vap
Le serveur de la plage Eric
Le sandwich taiwanais Jako
Cours particuliers Julespg
Les toilettes du train Marc
Combien sont-ils ? Houne66
Pas vu venir celle-là ! James
Seul… Jako
Première avec un homme mûr Curiosite40
Dernier sauna à Paris Chopassif
Lieu de drague Puteadispo
Le mec de ma coloc Bryan
Siaka, le bel Ivoirien Gregmrs
L’internat Matte070

La suite... 7 épisodes

Le moniteur moto -09 Sketfan
Ma gorge défoncée -05 Mâlelope
Mon demi-frère hétéro -05 Oldyano
Stage BTS à la ferme -09 Stéphane
Soumission & Domination -523 Jardinier
Le patient -05 d.kine.75
Mariage pour tous -05 Yan
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)