PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Ma première histoire 1

C'est fou comme les années passent vite, et comment une rencontre peut faire remonter les souvenirs...

C'était dans les années soixante dix, a l'époque ou l'on a fait venir en masse de la main d'oeuvre portugaise pour travailler dans les plaines maraîchères de la région parisienne...

Je ne sais pas comment je l'ai remarqué la première fois, ça reste flou... On était au mois de juin, ça je m'en souviens, il faisait très chaud... Les cours étaient terminés, et on passait le temps a se promener, a glander ...

Je faisais partie de ces ados assez libre de leurs mouvements, sans avoir besoin de rendre compte a qui que ce soit... Il faut dire que j'étais raisonnable et que j'avais la tête sur les épaules pour mon âge...

Je vivais confortablement dans une jolie maison, mon père était ingénieur, et avait été un des premiers a "inventer" les piscines avec linner ... Ce qui nous avait permis d'avoir la première piscine de ce genre dans les environs... Ma mère infirmière avait des horaires un peu compliqués, mais nous étions heureux.

En face de notre maison, il y avait les plaines maraichères , on vivait un peu au rythme des saisons... Les poireaux en hiver, les carottes et les salades en été...

Beaucoup de jeunes hommes travaillaient dans les champs par tous les temps, je les voyais sans vraiment les voir, ils étaient inscrits dans le paysage, loin de ma vie confortable..

Ce matin là, je montais sur mon vélo et commençais a pédaler pour aller me promener quand je l'ai vu.... Il urinait sur le bas côté du chemin, sans se cacher, sans pudeur... Je n'avais jamais vu d'autre sexe que le mien.... Je continuais de rouler, et passais devant lui, je crois que je ne pouvais pas détacher mes yeux de son sexe, il me semblait long et d'une étrange couleur grisâtre avec un gland rose dont sortait un jet de pisse... Il me regardait, et sourit a pleine dent, et envoya son jet d'urine dans ma direction... Je forçais sur la pédale du vélo et m'éloignait a toute vitesse , le rouge au joue, honteux d'avoir été surpris en train de la mater .Je l'entendis rire ...

Pendant plusieurs jours, je n'osais pas passer par le même chemin .... A la fin de la semaine, sans le vouloir, je me retrouvais devant lui . J'étais toujours sur mon vélo, et en voulant l'éviter, je dérapais et me cassais la figure. Il se précipita, et m'aida a me relever. j'avais les genoux écorchés et en sang. Il me tira par le bras et m'emmena vers un espèce de hangar où était rangés les tracteurs et les outils.

Vu la dernière rencontre, j'avais un peu peur, et je ne voulais pas y aller, pourtant, il me tenait fermement par le bras et me fit assoire sur une pile de cageots . Il se dirigea ensuite vers un point d'eau et en revint avec un torchon mouillé. il me nettoya les genoux avec brusquerie ce qui m'arracha quelques gémissements, il releva la tête et sourit, il me donna une grande tape dans le dos et baragouina quelque chose moitié portugais, moitié français ... J'en déduisit que les mecs ne devaient pas se plaindre.

Il était debout devant moi, il me sembla plus grand que dans mon souvenir, il était jeune, plus vieux que moi, c'est sur, mais c'était un jeune homme, son pantalon de travail était maculé de terre , un accroc sur la cuisse,laissait voir un bout de peau sombre. Il portait un marcel lui aussi maculé de taches de terre, il semblait extrémement poilu, j'avais jamais vu cela, ça semblait déborder de partout, de l'échancrure du col, jusqu'aux emmanchures ... son visage était mangé de barbe , c'était un visage fin et assez joli, enfin, c'est ce qu'il me sembla a ce moment là... Il avait des yeux marrons foncés, et des cils très longs ...

Il me fit comprendre qu'il fallait que je parte, il me raccompagna jusqu'au chemin, et releva ma bicyclette . Il l'enfourcha et fit quelques cercles avant de me la rendre. Il ébouriffa mes cheveux et me fit un signe d'au revoir .

Le lendemain, je repassais mine de rien dans le même chemin espérant l'apercevoir, je ne savais pas pourquoi, mais j'avais envie de mieux le connaître. Je ne le vis pas ce jour là, ni les deux suivant... Le quatrième jour, c'est lui qui passa devant chez moi, il était midi, il faisait une chaleur infernale...

Je m'arrangeais pour sortir comme si j'avais a faire dehors. Il me dit bonjour, et me montrant mes genoux, demanda si ça allait, je mis un moment pour comprendre, car, il avait un fort accent et pour tout dire, écorchait pratiquement tous les mots.

Lorsque j'ai eu enfin compris, je lui répondit que tout allait bien, et que je le remerciais. Il me fit signe qu'il faisait chaud, et mima quelqu'un qui nageait. Je lui demandais s'il voulait se baigner, il me sourit et fit oui de la tête.

J'ouvris la grille et le laissait entrer. Je lui dit de me suivre et l'emmenait derrière la maison ... Il émis un sifflement quand il vit la piscine et les transats qui attendaient sur la pelouse... Il me demanda l'autorisation de se baigner. Avant que je réponde, il avait enlevé son marcel et enlevait ses bottes en caoutchouc . Je ne pouvais pas quitter son torse du regard, il était couvert d'une toison drue et frisée qui partait de la ceinture du pantalon pour s'étirer jusqu'au cou. Il fit glisser son pantalon qui tenait grâce a une ficelle, et se retrouva en slip ...

Sans attendre, il plongea, et remonta immédiatement pour me faire signe de venir avec lui. Je remontais chez moi afin de mettre mon maillot de bain . Je plongeais a mon tour, et nageait dans sa direction. Il faisait la planche, et se laissait doucement flotter . Quand il me sentit près de lui, il m'attrapa et essaya de me couler. Je me débattais et essayais a mon tour de le couler, je sentais ses mains sur moi, et la présence de son corps contre le mien, j'avais conscience de l'émoi que ça me procurait . Lorsque plus tard, il sortit de l'eau, je le regardais, son slip blanc épousait la forme de son sexe, je pouvais même deviner son gland. Il se pencha, enleva son slip et le tordit afin de l'essorer . Là aussi, il y avais autant de poils que sur sa poitrine, ses fesses étaient musclées et très velues aussi... La première idée qu'il me vint, c'est qu'il était poilu comme un singe...

Je suis sorti aussi et je lui ai proposé une serviette afin qu'il se séche.

Lorsqu'il fut rhabillé, il ébouriffé mes cheveux comme l'autre fois, et s'en alla sur un signe de la main.

La fin de la semaine arriva et mes parents partirent en week end dans leur maison de campagne.

Je n'avais qu'une envie c'était de revoir mon copain portugais. Je ne savais même pas comment il s'appelait ... Je trainais sur le chemin près du champ espérant le rencontrer, lorsque mes voeux furent exaucés ... Il était adossé contre le mur du hangar et fumait tranquillement. Lorsqu'il m'aperçut il me tendit la main et me proposé sa cigarette. Je n'avais jamais fumé, mais j'avais envie de jouer a l'adulte . Je pris la cigarette, et commençais a inhaler la fumée, je me mis a tousser comme un dératé, il se leva en riant et ma tapa dans le dos a grand coup de claque ... Ma toux cessa bientôt et je pus recommencer a respirer normalement. Il reprit le mégot et tira une longue bouffée , il me recracha la fumée au visage . En riant, il m'ébouriffa a nouveau les cheveux, ça m'a énervé, j'avais pas envie qu'il me prenne pour un gamin , et là c'était visiblement le message qu'il voulait me faire passer. Je fis demi tour, et allait toujours avec mon cher vélo au bureau de tabac du coin, acheter un paquet de blondes.

Je passais le reste de la journée a fumer afin de lui montrer que je savais aussi le faire !

Lorsque je le rencontrais le soir, il semblait épuisé, il transpirait et ses vêtements étaient encore plus sales qu'a l'habitude. Je sortis mon paquet de cigarettes, en allumait une devant lui et inhalait la fumée sans tousser... Il sourit ...

Il enleva la cigarette de mes lèvres et la porta aux siennes. Comme le matin, il avala de grandes goulées de fumée. On se passait la clope , et je trouvais excitant de poser mes lèvres ou il avait posé les siennes.

La cigarette finie, il me fit comprendre qu'il voulait aller se laver et se reposer...

Je ne sais pas ce qui m'a prit, mais je lui ai dit de venir a la maison prendre un bain. Il est resté hésitant, et a mon tour, je lui ai prit le bras et je l'ai entrainé vers chez moi.

Une fois dans la maison, il semblait perdu, il regardait partout, semblait ébloui par ce qui devait lui sembler du luxe, comparé aux dortoir commun qu'il partageait avec ses collègues.

Je le fis entrer dans la salle de bains, et actionnait les robinets afin de remplir la baignoire . Il ne mit pas longtemps a se déshabiller, j'étais étonné qu'il ait aussi peu de pudeur.

Il prit du savon et se lava vigoureusement devant moi, j'étais tétanisé, je ne savais pas s'il fallait que je reste ou que je le laisse faire sa toilette. A un moment, il s'est tourné vers moi et s'est savonné le sexe . Sa queue s'est allongée, et il a rigolé et dit quelque chose en portugais...

Il s'est rassis dans l'eau et s'est rincé. Une fois séché, il m'a dit merci et a de nouveau mimé la nage... Il est sortit en courant de la maison et a plongé nu comme un ver .

J'avais envie de le rejoindre , je me suis mis nu moi aussi, mettant en coque mes mains devant mon sexe que je trouvais bien petit par rapport au sien.

Comme la première fois il m'a attrapé l'épaule et a essayé de me couler , je sentais malgrès moi qu'autre chose se passait, nos corps étaient l'un contre l'autre et je sentais que son sexe était dur contre moi, il n'était plus question de jouer. Je me suis agrippé a lui, me suis serré plus fort contre lui, pour qu'il sente aussi mon sexe qui bandait . Je crois qu'on s'est embrassés ensemble en même temps. Sa bouche était dure . Pour ma part, c'était la première fois que j'embrassais quelqu'un de cette façon, je n'avais pas encore eu de petite copine, et je ne savais pas ce qu'il fallait faire. Déjà, je trouvais cela merveilleux de sentir une bouche contre la mienne.

Il n'a pas chercher a m'embrasser plus avant. Ses mains me caressaient , moi, j'avais envie de sortir de l'eau et de voir son sexe, de le toucher. Doucement, il a prit ma main, et l'a posé sur sa queue qui me semblait énorme maintenant. J'ai adoré cette sensation, cette dureté et cette douceur en même temps ... Il tenait ma main et a imprimé des mouvements d'aller et retour sur son sexe. Un moment plus tard, je n'avais plus besoin d'être guidé, j'y arrivais très bien tout seul....

Je semblais très bien m'y prendre, au regard des soupirs et de son air extasié ...

On est sortis de l'eau et on s'est allongé sur un transat a l'abri des regards. J'étais étonné par la grosseur de son sexe, son gland avait doublé, et des grosses veines parcourait sa bite. Il a posé sa main sur mon ventre, et m'a caressé doucement , il a prit ma queue et m'a branlé . Il a posé ma main sur son sexe et j'ai compris qu'il fallait que je fasse la même chose...

Pendant un bon moment , nous nous somme masturbés , le silence entrecoupé de nos soupirs de plaisir. C'est moi qui ai joui le premier... Et cette jouissance là, je m'en souviendrai toute ma vie... Elle a été aussi délicieuse que douloureuse... C'était ma première jouissance, et mon gland a été sensible pendant deux jours...

Lorsqu'il a jouit, il a poussé un grognement, et une quantité impressionnante de liquide blanc et sortit de son sexe, bien sur, après j'ai su ce que c'était...

Nous sommes restés un long moment sans bouger , puis, il a semblé sortir de léthargie et est parti précipitamment .

Je pensais le revoir rapidement, car, moi, ça m'avait beaucoup plu, et j'avais envie de recommencer, mais lui semblait maintenant m'éviter, et lorsque je le voyais, il m'ignorait.

Une semaine a passée, je me sentais triste, j'étais honteux, je me disait qu'il devait penser des horreurs sur moi, je savais ce que l'on disait des hommes qui faisaient ce que nous avions fait...

Peut être qu'il pensait la même chose que moi...

J'ai laissé passer quelques jours encore, et j'ai décidé d'aller le voir et de provoquer une discussion avec lui . Il était assis a l'endroit habituel, une cigarette entre les lèvres, habillé avec ses vétements de travail...

Le soir tombait, il faisait encore chaud. Il m'a regardé venir et s'est levé quand j'ai approché de lui . Il m'a regardé intensément et je me suis senti tout drôle . Il m'a attiré dans le chemin, là où les arbres étaient plus denses et m'a attiré contre lui. Le baiser que nous avons partagé était nettement moins chaste que le précédent... Le temps semblait arrêté , je sentais sa langue dans ma bouche, et j'ai très vite compris ce qu'il fallait faire avec la mienne.

Sa main droite est venue entre me jambes me carressant nerveusement, je me suis enhardit a faire de même. Je trouvais un sexe en érection, je dénouais la ficelle et baissait son pantalon, je n'arrivais pas a détacher mon regard de cette barre de chair, je l'ai branlé très vite, il grognait dans mon cou, et j'aimais le sentir en mon pouvoir .

Il m'a retourné, et a baissé mon pantalon et mon slip, il a glissé sa verge entre mes fesses. Je lui ai dit que je ne voulais pas, mais, il m'a appuyé contre un arbre et a mimé le coït entre mes fesses. A chaque fois que son gland frottait mon anus, j'avais comme une décharge électrique .

J'avais honte de ce que je faisais, mais , j'étais aussi heureux de le faire avec lui. Il a accéléré la cadence et en poussant des grognements il a éjaculé . Je sentais le jus chaud couler entre mes fesses. Il est resté un petit moment a donner des coups de reins et a faire coulisser sa queue dans ma raie engluée de sperm. Il embrassait ma nuque et caressait mon ventre, je lui ai demandé de me branler, il a rit et s'est exécuté ...

Quand j'ai jouit, et m'a embrassé. Nous sommes restés un long moment l'un contre l'autre en attendant que notre rythme cardiaque se calme.

Je me suis rhabillé, gardant entre mes fesses ce précieux chargement .

Les jours suivants, nous avons fait le maximum pour nous voir et renouveler l'expérience... La fois d'aprés, c'est moi qui ai jouit entre ses fesses, c'était rugueux et doux a la fois. Ses poils étaient tous collés avec mon jeune foutre.

Je crois que je suis tombé amoureux de lui au fur et a mesure. Je crois que lui aussi était amoureux de moi, il était doux, gentil, et très tendre. Nous n'avons jamais été plus loin que ces jeux là, et pourtant, ce sont les meilleurs souvenir de ma sexualité que je garde...

Cette histoire a durée deux ans... Deux ans pendant lesquels je lui ai appris a lire le français, a l'écrire.

Deux ans d'amour clandestin, de sexualité hors norme pour l'époque. deux ans de bonheur...

Et puis, un jour, il m'a dit qu'il devait partir au portugal pour régler une affaire de famille et que quand il reviendrait, il me parlerait...

Lorsqu'il est revenu deux mois plus tard, il était marié, et sa jeune femme attendait un enfant.

Il m'a dit qu'il ne pouvait plus faire ce que nous faisions avant, maintenant qu'il était marié ... Qu'il espérait que je comprenais .

Bien sur que j'ai compris, mais, ce n'est pas pour cela que je n'en ai pas souffert.

Quelques temps après, il a changé de lieu de travail, le patron pour qui il travaillait avait de nombreuses exploitations, et comme a présent il était marié, il le logeait a une cinquantaine de kilomètres...

J'ai fini par oublier cette histoire, j'ai fait ma vie, je me suis marié, j'ai eu des enfants, sans jamais ressentir le moindre désir pour un homme.

Et puis, la vie se charge de faire remonter le temps quelques fois...

Franko

frankorusse@hotmail.fr

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur : Vacances en Sicile - Tatouages - Dans l'immeuble d'en face - Ma première histoire

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

21 mai 2019

Nouvelles (15)

Découverte Femelle
Une bonne salope sur un parking Chubbyslut
Complainte du garçon... Jako
Mon coloc me trouble -01 Svven
Mon coloc me trouble -02 Svven
Mon coloc me trouble -03 Svven
Mon coloc me trouble -04 Svven
Dépucelage à la plage Femelle
Découverte de nouveaux plaisirs Paupours
Louvain-La-Neuve sur un parking Nico
Sauna, mon premier dominant Femelle
Mes rêves J.S.
Domination à la forge Theo49
L’ange pervers Frank
L’ange pervers -02 Frank

La suite (8)

L'éveil du Renart -07 Renart
L'éveil du Renart -Fin Renart
Valentin et Simon -02 Aeshenn
Kader -16 Cédric T
Colocation -09 Emerick
Colocation -10 Emerick
Stage BTS à la ferme -13 Stéphane
Les potes de mon grand-frère 4/2 Marc 67

Mai 2019

Nouvelles

Sauna Sun city Julien
Ma première chez les hommes 13008
Une sacrée initiation Lucif
Mon prof, mon pote et moi ? Étalon
Un bon prêt en liquide Pititgayy
Le copain de ma fille Jeanmarc
Soumis en cam Lope75
Jeux de rôle musclés Stéphane
Les potes de mon grand-frère 3-1 Marc 67
Travesti éduquée par son maître Julia2
Mise à dispo  Lopeajus39
Sissy Bumi88
Tournante de rêve Jerem72
Le clandestin Jako
Les skets de mon pote d’internat Kifflesket
Ma (Dé) Formation Matiti Yah
Un plan psychologique Alcide
Révélation nocturne Pierredelavega
Enfin ! T&R
Au mariage de mon neveu Eliot
La chienne exhib Pol
Bar bien chaud Caramel
Réalité fantasmée Fred
Un taxi ? Houne66
Rendez-vous chez le médecin Paul75
Randonnée initiatique Ron
Comment j’ai sucé mon cousin Romain
Prague Astro
Vengeance Julian Lerkin

La suite

Un amour de soumis -06 Elfe
Au Sauna de Sochaux -02 Chatenois25
Un examen oral -03 Gogo
Les skets ... -02 Kifflesket
Soumission & Domination -527 Jardinier
Soumission & Domination -528 Jardinier
Soumission & Domination -529 Jardinier
Soumission & Domination -530 Jardinier
Frenchies -12 Pititgayy
Le patient rebeu -02 Dirtybator
Stage BTS à la ferme -12 Stéphane
Ma (Dé) Formation -02 Matiti Yah
Ma (Dé) Formation -03 Matiti Yah
L'éveil du Renart -04 Renart
L'éveil du Renart -05 Renart
L'éveil du Renart -06 Renart
Kader -15 Cédric T
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)