PAUSE

Le garçon derrière la machine a besoin de repos, de vacances...
Rendez-vous fin septembre ;)

PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Mickaël

Cet été, j'ai beaucoup passé de temps en compagnie de ma meilleure amie. Le soir, on se posait sur un parking et on restait à l'intérieur de sa caisse à parler de choses et d'autres, tout en picolant et en fumant des joints histoire de nous détendre un peu. Dans les jours qui ont suivi, une troisième personne est venue rejoindre notre petit duo, le faisant passer à trois et très vite, je me suis lié d'amitié avec cet individu. Il se nommait Mickaël et il venait tout juste d'avoir dix-huit ans. Malgré son jeune âge, le garçon était plus grand que moi puisqu'il faisait un mètre quatre-vingt et présentait un corps svelte.

Ses cheveux châtains sont coupés courts et ses yeux sont marrons tandis que sa peau est légèrement bronzée grâce aux origines qu'ils possèdent via ses parents. En effet, son père est portugais tandis que sa mère est espagnole, confirmant l'adage qui veut que les rejetons métisses sont les plus beaux. En tout cas, si ce garçon a pu intégrer notre groupe, c'est parce qu'il était devenu le petit ami de ma camarade même si je le connaissais depuis son plus jeune âge.

Par le passé, j'avais eu l'occasion de croiser ses deux grands-frères avec qui j'ai noué des liens amicaux très fort même si leur père ne voyait pas se rapprochement d'un très bon œil. Il est clair que pour un pur macho, un gay comme pote pour ses fils n'est pas la meilleure chose à désirer mais les faits étaient là. Ses rejetons m'adoraient et moi, je passais le plus clair de mon temps en leur compagnie. Grâce à mon amie, j'ai pu faire la connaissance du petit troisième que je trouvais très séduisant. De plus, c'était un garçon plutôt respectueux et poli malgré une condition de vie assez difficile.

Les jeunes mecs qui tentent de vivre avec pour partenaire autant de complications attire mon intérêt et forcément, le petit Mickaël n'échappa pas à cette règle. Au fur et à mesure que nous passions du temps ensemble, j'ai apprit que ce petit gars vivait à quelques mètres de chez moi et très vite, nos soirées se déroulaient chez lui, en l'absence de sa mère.

Ce gamin passait la majeure partie de son temps seul dans l'appartement, tout en réalisant des petites combines pour gagner un peu d'argent afin de se vêtir, de se nourrir, bref, de mener sa vie comme il le pouvait. Pour occuper ses journées, Mika restait souvent devant son ordi à jouer ou lorsque le besoin le prenait, il sortait pour retrouver des potes afin de se défoncer, histoire d'oublier un peu son calvaire. De temps en temps, le jeune homme se trouvait une petite copine et profitait du mieux qu'il pouvait de ces relations.

Vivant pleinement et malheureusement le syndrome de l'abandon, il tentait de mettre un terme à sa vie à chaque fois que l'une de ses histoires sentimentales s'achevait. A force, je ne comptais plus le nombre où nous l'avons « ramassé » à la petite cuillère avec mon amie. Lorsque je fus au courant de son quotidien un peu glorieux, je pris la décision de l'avoir sous mon œil afin d'être là pour lui à chaque fois que le besoin se ferait sentir. D'ailleurs, les premiers signes de détresse ne se firent pas attendre très longtemps après l'échange de nos numéros de téléphone et tandis que je l'aidais, je ne pouvais m'empêcher de soupirer amoureusement lorsque j'étais enfin seul, chez moi. Certains soirs, je me promenais sur son compte facebook dans le seul but de regarder ses photos et me convaincre que tôt ou tard, tout irait bien pour lui.

Très vite, Mickaël su pour mes attirances sexuelles et ce détail ne lui posait aucun souci. Ensuite, il apprit également que je le trouvais très mignon lors d'une conversation menée dans le couloir d'un hôpital. Bien sûr, je veillais à ne rien dire sur le fait qu'il m'arrivait de me masturber le soir tout en songeant à lui. Un jour, je fis part de mon prochain départ de vacances chez ma mère et je lui recommandais de ne pas faire de bêtises pendant mon absence. Sa réponse était rassurante et comme mon amie était en couple avec lui, je n'avais aucune raison de m'en faire. Le cœur léger, j'ai pu quitter notre ville de résidence afin de passer un peu de temps en vacances.

Hélas, au bout de trois jours, je reçois un message de Mickaël sur mon portable sur lequel il me disait qu'il était de nouveau célibataire puisque mon amie avait décidé de le quitter pour un autre mec, ce que je n'ai pas trouvé très sympathique de sa part. Cependant, au lieu de la contacter pour lui dire le fond de ma pensée, j'ai jugé préférable de garder le silence pour ne perdre l'amitié d'aucun des deux. M'en voulant d'être aussi loin de Mika alors que je savais très bien qu'il vivait ce moment avec beaucoup de difficulté, je mis un terme à mes vacances et je fus de retour très vite chez moi. Dès les premières minutes où je franchis le seuil de mon appartement, j'envoyais un message au jeune homme pour savoir s'il y avait moyen de se voir et il me répondit de venir chez lui le soir même. Bien sûr, ma réponse fut positive et il me tardait déjà d'être en se compagnie.

Les heures passèrent un peu trop doucement à mon goût et lorsque le fameux soir arriva, je ne mis pas longtemps pour traverser le quartier afin de me retrouver au pied de l'immeuble dans lequel il habitait. Aussitôt, j'enfonce le bouton de sa sonnette et j'entends sa voix dans l'interphone.

- C'est qui ?

- C'est Jay.

Le mécanisme de la porte d'entrée se manifeste par un son que je trouve particulièrement désagréable à l'oreille et j'entre aussitôt dans la cage d'escalier. Ensuite, je monte les cinq étages qui mènent à son palier et dès que je m'immobilise devant la porte de son appartement, je frappe. L'issue s'ouvre sur mon beau Mickaël qui m'invita à entrer et quelques secondes plus tard, nous voilà installés sur le canapé de sa salle à manger et j'attendis qu'il lance une conversation. Entre temps, je lui demande s'il veut fumer un joint et suite à sa réponse, j'ouvris ma sacoche noire pour en tirer le nécessaire et je me mets très vite au travail. Au bout de quelques secondes, me voilà en train d'éclater notre clef à la détente et à la première latte, je m'enfonce bien profondément dans son canapé.

Notre soirée se déroula ainsi, entre drogue, clopes, discussions et larmes pour mon Mika. Je n'aimais pas le voir souffrir ainsi et j'aurais aimé lui proposer mes bras pour qu'il puisse s'y réfugier mais je veillais à garder une certaine distance avec lui pour éviter toute méprise. Tout en matant la télévision d'un œil, Mickaël s'enfonce enfin dans son canapé et devient calme. Les pleurs cessent et les mégots s'accumulent dans le cendrier alors que je savourais le fait d'être uniquement avec lui ce soir là, malgré les circonstances. C'est dans ces moments que je regrette de ne pas être une fille car j'aurais tout fait pour le consoler correctement mais surtout, tenter de le rendre heureux comme il le désirait.

Soudain, j'entends la voix de mon ami mais comme je suis complètement défoncé, j'opte pour un tour de mon imagination et lui demande de répéter.

- Je peux venir dans tes bras ?

Je tourne mon visage vers le sien pour le regarder droit dans les yeux pour être sûr que j'ai bien entendu. Lorsque le vois qu'il me sourit, je me rends compte que tout était vrai et donc, je me devais de lui répondre.

- Ben si tu veux.

Aussitôt, Mickaël quitta sa place pour se blottir dans mes bras. Si sa mère devait entrer à cette heure, il aurait été normal qu'elle se pose des questions à la vue du spectacle qu'on devait offrir. Maintenant que mon jeune ami bénéficiait de mon étreinte, je n'osais plus bouger de peur que le moindre geste soit mal interprété. De plus, lorsque je suis défoncé, j'aurais une petite tendance à devenir paranoïaque donc forcément, je faisais de mon mieux pour rester immobile. Ainsi, les minutes passent et j'étais heureux d'avoir celui que j'aime contre moi.

Par moment, je faisais exprès d'inspirer fortement mais discrètement afin d'humer le parfum de mon jeune ami. Il sentait bon et j'aurais aimé plonger mon nez dans sa chevelure courte pour m'emplir les poumons mais il est clair que je me serais fait griller par cette tentative. L'envie de le caresser tendrement se fit sentir également et j'avais dû mal à me faire violence. Je me devais de rester tranquille car je n'aime pas profiter des gens lorsqu'ils ne vont pas bien. Soudain, Mickaël leva sa tête pour me regarder et me posa une toute nouvelle question.

- Tu veux qu'on se mate un porno ?

- Non merci.

- Ben pourquoi ?

- Si c'est pour qu'on mate un porno hétéro, tu dois te douter que ce n'est pas trop mon truc.

- On peut très bien en mater un qui soit gay, cela ne me pose pas de problèmes.

- Fais comme tu veux.

Après tout, on était chez lui et je n'avais pas trop mon mot à dire. Du coup, mon protégé se retire de mes bras et tente de se lever mais une fois debout, il titube légèrement.

- La vache ! Vas-y comment que je suis défoncé.

- Rassures-toi, tu n'es pas le seul mon grand.

Avec beaucoup de mal, mon hôte parvient à se déplacer jusqu'à sa télévision et se pose près d'une chaise qu'il a posé à côté et sur laquelle trône son ordinateur portable. Tout en reliant les deux appareils avec l'aide d'un câble, le garçon navigue sur un site pour adultes et hésite dans la sélection du film.

- Tu préfères quoi ? Me demande-t-il tout en fixant son écran.

- Les minets.

- Merci.

Une fois le choix fait, le garçon clique sur sa souris et vient me rejoindre en prenant soin de ne pas tomber pendant sa marche. Dès qu'il arrive sur son canapé, le jeune homme se pose près de moi et retourne dans mes bras. Alors que le générique du film débute, je me demande comment je vais faire si jamais j'ai une érection à cause des scènes que je m'apprête à voir. De plus, je m'interroge sur les réactions que pourrait avoir celui que je tiens dans mes bras et forcément, son avis m'intéressera énormément. A ce moment, je risque un œil sur son entrejambe et je remarque que son pantalon clair est plutôt serré.

Si jamais il devait avoir une érection, il est clair que je serais aux premières loges pour l'admirer mais est-ce que je pourrais m'en contenter ? Me connaissant, je chercherai à me le faire, ça c'est sûr. Tandis que Mickaël se serre davantage contre moi, la première scène du film commence et inévitablement, il ne faut pas longtemps pour que les deux protagonistes se mettent à poil. Tout en regardant ce qu'ils font, je trouve les deux garçons à mon goût et rapidement, je sens se manifester les premiers problèmes dans mon caleçon. Comme je porte un jeans, cela ne se remarque pas trop et c'est tant mieux dans un sens.

Même si je suis dans un état second, j'arrive à m'imaginer dans la peau de l'un des types et forcément, l'autre n'est autre que Mickaël. Je m'interroge aussi sur le fait du pourquoi suis-je arrivé à penser de cette façon. Est-ce parce qu'il se tient dans mes bras ? Il y a de fortes chances. En tout cas, de son côté, mon ami ne bouge pas d'un centimètre et tout semble se passer pour le mieux dans son pantalon, le veinard.

Au bout de quatre-vingt dix minutes, le film prend fin et je me penche légèrement en avant pour attraper mon téléphone portable afin de regarder l'heure qu'il se fait. Nous en sommes déjà à la matinée et je regrette déjà qu'il soit aussi tard. Désormais, la soirée touche quasiment à sa fin et je suis un peu triste de quitter mon Mika. Pendant ce temps, Le garçon se lève du canapé et retourne auprès de son ordinateur pour quitter le site avant de l'éteindre. Ensuite, il se tourne vers moi et c'est à ce moment que je remarque la bosse qui déforme son pantalon.

- Tu veux rester dormir à la maison ? Me propose-t-il. Ma mère ne rentre pas avant la fin de la semaine.

- Je n'ai pas d'habits de rechange sur moi, ni d'affaires de toilettes.

- Pas grave, tu prendras le gel douche et le shampooing qu'il y a dans la salle de bains.

Sincèrement, je n'aime pas trop dormir chez les autres, surtout lorsque l'on sait que l'objet de mes désirs se trouvera à un étage au-dessus de moi. Je dis ça parce que la chambre de Mickaël se situe au-dessus du salon alors que moi, je soupirerais probablement sur le canapé.

- Je préfère rentrer.

- Allez, s'il te plait.

Mickaël me fait un sourire sur ses lèvres et avec cette arme, je ne peux pas lui refuser. Après tout, je lui ai dis que je serais toujours là en cas s'il avait un pépin et comme ce soir, il n'avait pas le moral, autant que je reste pour veiller sur lui.

- Très bien, je reste.

- Cool.

- Par contre, où pourrais-je trouver les serviettes dans ta salle de bains ?

- Il y a un petit placard sous le lavabo.

- Merci.

Je me lève de son canapé et me dirige vers sa salle de bains puisque je connais son appartement par cœur à force d'être invité lorsqu'il voyait encore mon amie. Alors que je me rends dans la pièce en question afin de me laver, j'entends des pas dans l'escalier en bois qui mène jusqu'à sa chambre. Il est sûrement monté pour préparer son lit car il est plus agréable de se reposer sur un matelas préparé au mieux plutôt qu'il soit en bordel. Une fois dans la salle de bains, je parviens sans peine à trouver le placard dans lequel sont rangées les serviettes et une fois l'une d'entre elles dans mes mains, je la pose sur le rebord du lavabo. Au bout d'une vingtaine de minutes, je fais mon retour dans la salle à manger et je vois Mickaël qui m'attend sur le canapé, vêtu d'un simple caleçon rouge.

Visiblement, son sexe a retrouvé sa taille de repos car aucune bosse ne trahit une quelconque émotion sexuelle, ce que je préfère dans un sens. Pour ma part, j'étais habillé d'un très grand tee-shirt gris qui m'arrivait à mi-cuisse et d'un boxer bleu. Alors que je m'avance vers le canapé, Mickaël me sourit et me fit une certaine demande.

- Y a moyen que tu dormes avec moi ?

- Heu… si tu veux.

Bon, je vais devoir me contrôler une nouvelle fois car partager le même lit que ce garçon risque d'être une épreuve difficile. Je me connais, je serais très tenté de le toucher pendant qu'il dort mais connaissant sa situation actuelle, voilà que je suis pris de remords. Non, je dois me montrer comme un vrai pote et Mickaël a besoin de mon soutien, pas d'une nouvelle déception qui pourrait venir de la part d'un pote parce qu'il ne sait pas se contrôler. Rapidement, nous montons à l'étage et nous entrons dans la pièce. Alors que celle-ci est éclairée par une lampe de magma bleu, mon hôte marche vers son lit dans lequel il se glisse aussitôt.

Ensuite, il se tourne vers moi, plie son bras droit sur le matelas pour poser sa tête dans sa main et tapote le côté libre de son autre membre. Toujours avec un sourire sur les lèvres, le garçon semble agir naturellement et c'est sous cette incitation que je viens le rejoindre. Une fois allongé à ses côtés, le jeune homme garde sa lampe allumée mais continue à me regarder tout en me souriant.

- Tu crois que je pourrais dormir dans tes bras ?

- Bien sûr mais fais attention à ne pas trop coller ton bassin contre le mien.

- Pourquoi ?

- Parce que je suis défoncé et avoir un joli garçon contre moi pourrait devenir une sacrée tentation.

- J'aimerai bien voir ça.

Me répond-il avant de se lover dans mes bras comme il le souhaitait. Ensuite, il place son corps tout contre le mien et contre toute attente, Mickaël se montre désobéissant et positionne son entrejambe là où il ne faut pas. Son souffle chaud s'échoue sur mon cou à de nombreuses reprises, me faisant frissonner de temps à autre. Très vite, je me fais violence pour ne commettre un geste qui pourrait mettre un terme à notre amitié mais il est difficile de rester maître de soi-même lorsque l'on nourrit des sentiments amoureux envers un garçon qui se tient tout contre vous. Alors que je ferme les paupières pour faciliter mon voyage dans le monde de Morphée, mon ami ouvre la conversation.

- Tu as aimé le film qu'on a regardé ?

- Oui.

- Tout comme moi et j'ignore si tu l'as remarqué mais je n'ai pas arrêté de bander du début jusqu'à la fin. D'ailleurs, à une certaine scène, je n'ai pas pu m'empêcher de nous imaginer à leur place.

Suite à ce qu'il vient de me dire, j'éloigne mon visage tout en ouvrant les yeux afin de le regarder.

- Tu es sérieux quand tu dis ça ?

- Ouais et la scène que je te parle est celle où le grand blond léchait le cul à son pote. Tu m'aurais proposé de me le faire à ce moment, je ne t'aurais pas dit non.

Il est vraiment défoncé pour me dire ce genre de choses. Malheureusement, cette phrase n'est pas tombée dans l'oreille d'un sourd et voilà que je sens mon sexe qui commence à s'éveiller doucement dans mon boxer. Vu comme nous sommes collés l'un à l'autre, Mickaël doit probablement le sentir mais cela ne l'empêche pas de poursuivre.

- Tu aurais refusé ?

- Oui parce que j'estime que tes dernières journées ont été très difficile à vivre pour toi et je ne tiens pas à profiter d'une quelconque situation.

- Et cela ne sera pas le cas. A force de traîner avec toi, j'ai bien compris que tu étais un garçon super tendre et forcément, cela joue beaucoup sur ma motivation pour le faire avec toi. Tu aimes lécher les culs ?

- A fond. Lorsque je commence à le faire, j'ai dû mal à m'arrêter et cela me fout une gaule, je ne te dis pas.

- Tu me le prouves ?

- C'est vraiment ce que tu veux ?

- Ouais.

- Et tu ne regretteras pas ?

- Si tu me fais prendre du plaisir, je ne pense pas.

- D'accord ben dès que tu te sens prêt, fais-le moi savoir.

Aussitôt que je termine cette phrase, Mickaël approche son visage du mien pour déposer ses lèvres sur les miennes. Lors de ce premier contact plutôt doux, mon amant glisse sa langue dans ma bouche afin que celle-ci puisse jouer avec la mienne. Jugeant que cette partie est la sienne, je me laisse faire bien volontiers tandis que mes sentiments pour lui explosent tout au fond de moi. J'ai l'impression de vivre un rêve éveillé mais lorsque ma main droite commence à lui caresser le bas du dos, je réalise que la situation est bien réelle. Alors que je savoure pleinement ce baiser, Mickaël doit le juger suffisant pour la première fois parce que le voilà qui s'éloigne de moi pour être l'auteur de plusieurs bruits venant de sous les draps.

Quelques secondes plus tard, je vois son caleçon voler au-dessus du lit et terminer sa course sur le sol.

- Tu veux bien retirer le tien s'il te plait.

Alors que ma queue pointe fièrement, je fais glisser mon sous-vêtement le long de mes jambes afin qu'il retrouve celui de Mickaël au pied du lit. Maintenant que nous sommes tous les deux nus, c'est à mon tour de l'interroger.

- Alors, tu trouves ça comment d'embrasser un garçon ?

- Trop bien.

- Dans ce cas, allonges-toi sur moi et reprenons.

- Avec plaisir.

Le jeune homme exécute sa demande et une fois sur moi, il veille à placer sa verge en érection contre la mienne et m'embrasse de nouveau. Alors que nos langues reprennent leur jeu et que nos salives se mélangent entre elles, je reprends mes caresses en me montrant le plus tendre possible et par moment, j'ose descendre mes mains jusqu'à ses fesses. Alors que mes doigts passent sur son magnifique fessier, Mickaël ne proteste pas, ce qui me rassure dans sa volonté de vivre vraiment cet instant. Soudain, mon amant commence à frotter son bassin contre le mien et c'est surpris que j'entends des gémissements à peine étouffés venant de la part de celui qui se tient allongé au-dessus de mon corps. Mon excitation est à son comble mais j'ai toujours ce besoin de vérifier jusqu'où mon partenaire est prêt à aller pour sa toute première fois.

Alors que les caresses sur ses fesses se multiplient tandis que celles sur son dos se raréfient, j'ose promener mon index le long de sa raie, commençant du haut jusqu'à son petit trou. Là, Mickaël exprime un nouveau petit râle tout en faisant reculer son fessier. Je comprends alors qu'il souhaite des caresses plus en profondeur et c'est ce que je lui offre au bout de plusieurs promenades de mon doigt entre ses fesses. Lorsque mes phalanges se glissent parmi ses muscles anaux, le garçon cesse de m'embrasser pour pousser un râle qui dure tout le temps de l'intromission. Une fois que mon index est intégralement en lui, le jeune homme reprend tranquillement ses baisers.

Afin de le préparer tout doucement, j'emprunte un mouvement de va-et-vient dans son fondement et là encore, mon compagnon ne se montre pas des plus discrets. Si jamais il me donne l'autorisation de le pénétrer, je n'ose imaginer dans quel état il va se retrouver. J'ai déjà hâte d'être à ce moment mais ne précipitons pas les choses. Je ne dois pas oublier que c'est sa toute première fois et que surtout, Mickaël est en demande constante d'amour et de tendresse. Entre deux baisers, le jeune homme m'indique qu'il voudrait passer aux choses un peu plus sérieuses et c'est en retirant mon doigt que je lui dis que je vais le remplacer par ma langue.

De ce fait, Mickaël se glisse sur le côté afin de s'allonger à plat ventre sur le matelas tout en écartant légèrement ses jambes. Pour ma part, je me déplace sur son lit à quatre pattes afin que ma tête se retrouve juste au-dessus de son petit cul. Calmement, je pose mes mains sur chacune de ses fesses que j'éloigne doucement de l'une de l'autre avant que mes lèvres se déposent sur ses plis rosés. Ensuite, c'est ma langue qui lèche cette entrée avant de s'y frayer un chemin afin de le déguster plus en profondeur. Dès que mon organe se retrouve dans son intimité, le jeune homme exprime de nouveaux gémissements tout en plaçant son visage sur un coussin.

Pendant ce temps, je continue ma petite affaire lorsque je ressens le besoin de frotter ma verge en érection contre les draps qui recouvrent son lit. A mes mouvements, Mickaël devine l'état dans lequel je suis et tourne son visage pour me questionner.

- Y a moyen que je puisse voir à quel point tu gaules ?

- Si tu veux.

A ce moment, j'éloigne mon visage de son joli petit cul pour me mettre à genoux et me rapprocher du visage de mon ami. Là, il prend ma verge dans sa main et la masturbe tout doucement avant de la glisser dans sa bouche. Sentir sa langue sur mon gland accentue la pression qui anime mon sexe et tandis que le garçon se régale, je n'hésite pas à lui caresser son trou à l'aide de mes doigts. Quelques secondes plus tard, mon protégé libère ma tige pour me faire part de ses impressions.

- Je ne pensais pas que sucer une queue pouvait être aussi bon.

- Comme quoi. Tu veux continuer un peu ou tu veux qu'on passe à autre chose ?

- C'est toi qui décide, me dit-il avant de reprendre sa fellation.

Il est bien mignon de me dire ça alors que c'est lui qui a donné le feu vert à notre ébat. Néanmoins, j'ai bien envie de le prendre mais ne sais s'il est open. Dans un sens, je serais un peu étonné qu'il me dise non vu comment il accepte mes doigts et ma langue en lui, je ne vois pas pourquoi je ne devrais pas lui poser la question.

- Tu veux que je te sodo ?

Tout en continuant à me pomper, Mickaël me répond par l'affirmatif et là encore, j'attends qu'il se sente prêt pour commencer. Mon partenaire ne tarde pas à lâcher ma queue pour s'allonger confortablement sur son matelas. Ensuite, il soulève légèrement son bassin tout en écartant les jambes et m'invite à me positionner pour que je puisse me glisser en lui. Dès que bassin est devant le sien, je promène mon gland le long de sa raie avant de le positionner à l'entrée de son intimité. Là, je place ses jambes sur mes épaules pour lui éviter qu'il se fatigue et je m'adresse à mon ami pour savoir s'il est réellement prêt.

- J'y vais ?

- Ouais.

- Alors, c'est parti.

Peu après, mon gland se glisse dans son anus et je veille à y aller doucement pour qu'il ne puisse ressentir aucune douleur. Par moment, je vois Mickaël grimacer grâce à la lueur que dégage sa lampe mais le jeune adulte ne me dit en aucun cas d'arrêter. Dès que ma verge est entièrement en lui, j'attends plusieurs secondes pour qu'il se fasse à la largeur de mon sexe et dès que j'estime le temps d'attente suffisant, je ne tarde pas à remuer du bassin. Au tout début, j'y vais doucement pour aider mon ami à s'y faire tout progressivement mais malgré ce rythme, j'y prends déjà beaucoup de plaisir. De plus, comme je suis amoureux de lui, l'acte est davantage excitant et j'espère ne pas gicler trop vite afin de profiter de cet instant à son maximum.

Au fur et à mesure que mes coups de reins se poursuivent, mon amant recommence à gémir. Pour l'aider à se montrer discret afin de n'éveiller aucune curiosité malsaine chez l'un de ses voisins, je me penche légèrement en avant pour lui rouler une pelle. Cette audace et reçu positivement et c'est ainsi que nous continuons à faire l'amour. Quelques minutes plus tard, je sens que mon sperme va jaillir et je me dois de me retirer de ses lèvres et de son postérieur pour permettre à mon sexe de cracher sa semence. Là, je m'autorise à me vider les bourses sur sa verge et dès que je suis tranquille avec ce que je tiens dans ma main, je m'allonge dans la continuité de son corps afin de le sucer.

Sa verge est longue, environ dix-neuf centimètres si mon coup d'œil dans cette faible clarté n'est pas aussi mauvais. Je m'applique à lui offrir une fellation digne de ce nom et étant un partenaire appliqué, je n'hésite pas à jouer de ma gorge profonde. Tout en ayant son gland qui s'enfonce de plus en plus au-delà de ma bouche, le garçon se tortille de plaisir et ne cache pas son bonheur. Au bout de plusieurs passages de ma langue sur son gland, le petit cœur éjacule et je me régale de son sperme que j'avale aussitôt.

- Putain, c'était trop bon, me dit mon amant.

- Ravi que tu te sois régalé mon grand.

Je m'allonge à ses côtés afin de récupérer des forces tandis que Mickaël me passe par-dessus afin de descendre de son lit. Il me fait savoir qu'il va sous la douche et qu'une fois son retour on recommencera. Il m'a autorisé à lui faire l'amour trois fois dans la nuit et nous nous sommes séparés au petit matin.

Quelques jours plus tard, suite aux nombreux conflits qu'il y a eu entre lui et mon amie, Mika prit la décision de mettre un terme à notre amitié. C'est une situation que je vis difficilement car je pense très souvent à lui mais je me dois de tourner la page pour mieux avancer. Néanmoins, il sait que la porte est toujours ouverte en cas si quelque chose n'allait pas pour lui et depuis la fin des vacances, j'attends un éventuel retour même si je sais que je rêve les yeux grands ouverts.

Rolyat R.

jaysher@hotmail.fr

Autres histoires de l'auteur : Brandon - Ludovic et Vincent - Laurent - Florian - Sébastien - Mickaël

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

Septembre 2019

Repos

Le garçon derrière la machine a besoin de repos, de vacances...
Rendez-vous fin septembre ;)

Nouvelles (20)

Dépucelé par mon cousin Mecbi
Le pote de mon frère Jvicks
Plan au sauna Bonboul33
Du fantasme à la réalité Loic1972
Les oreilles d’Armand Romain
Gourmand Médi
Un domi humilé par son bâtard Franck de Nice
le prof et Karim -01 Gilou 44
Aurélie Yanno
7 mois d’abstinence James
Déjeuner torride Chopassif
Jack Yanno
Jeremy et Yohan Soroco63
Plans totalement anonymes Eric84
Premier plan hard Tardif
Après-midi au Suncity Hidalgowien
Dans l’intimité du Valo sauna Oakspirit
La Fratrie JulesP
Alexis Romain
Chroniques d’été -01 Caramel

La suite (7)

Première hard -02 Tours37
Mes dépucelages -03 XXL
Mes dépucelages -04 XXL
Mes dépucelages -05 XXL
Les potes de mon grand-frère 4-4 Marc 67
Un amour inaccessible -06 MiangeMidemon
Un Maitre marocain -02 Lope75
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider
(Simple et anonyme)
Ne donne pas accès aux pages "avant-première"