PAUSE

Le garçon derrière la machine a besoin de repos, de vacances...
Rendez-vous fin septembre ;)

PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Mon frère, cet hétéro bien pervers

Cette histoire se déroule en 2008. A l'époque, je venais de fêter mes 18 ans. Nous étions alors en Juin, le bac approchait et le stress avec. Lycée en terminal scientifique, je bachotais activement toutes les journées qui passaient. Je me devais d'obtenir la mention très bien, si je voulais tant entrer dans cette école qui me faisait tant envie

Tout commença à un dimanche après-midi. Aux alentours de quatorze heures, j'étais allongé sur mon lit, vêtu d'un simple short. Le soleil cognait fort et la chaleur se faisait clairement ressentir. Il ne restait plus qu'une semaine avant le bac, alors je révisais mes mathématiques à fond. Allongé sur mon lit, j'étais presque seul chez moi. Mes parents étaient partis en Espagne pendant une semaine la veille, et il n'y avait que mon frère et moi qui étions restés. Moi pour réviser mon bac, mon frère parce qu'l travaillait et n'avait pas pu poser de congés.
Que je me présente, d'ailleurs. Justin, j'avais 18 ans, donc, les yeux bleus, les cheveux bruns. Je mesurais environ 1m85 et j'avais un corps plutôt bien fait. Grâce à la génétique, mon père étant lui-même, toujours à 50 ans, bien fait, mais aussi parce que tout mon enfance et mon adolescence, et maintenant encore, je pratiquais assidûment le sport. Le football, puis le tennis, la natation … tout y passait, tout ce qui pouvait me défouler, me faire du bien, me détendre. Chaque matin, également, j'exécutais une série de pompes, puis d'abdominaux et de traction avec une barre que j'avais fixé dans ma chambre. J'avais donc des pectoraux carrés, dessinés, des abdominaux taillés, avec une fine ligne de poils bruns qui couraient jusque vers mon sexe, des cuisses musclées et des biceps plutôt épais pour un gamin de 18 ans

Mon frère, lui, semblait avoir pioché un peu plus encore dans la génétique. Il était plus grand, mesurant 1m90 environ. Il s'appelle Alexandre, mais on l'appelle bien sûr tous Alex. Il avait à l'époque 24 ans. Il était brun lui aussi, les yeux tout aussi bleus que les miens mais beaucoup plus costaud encore. Il avait pratiqué le rugby et le football américain. Des épaules très carrées, des biceps bien épais, un torse taillé dans le granit avec des pectoraux très larges et des cuisses qui devaient faire le double des miennes mais tout en muscles. Toutes les filles nous couraient après, quand nous sortions tous les deux dans la rue. Mon frère n'avait donc pas besoin de beaucoup courir, pour sa part. J'avais vu défiler énormément de filles, mais aucune stable. Quant à moi, j'avais déjà fait l'amour avec une fille, mais même si celle-ci avait été satisfaite, pour ma part, j'avais été plutôt déçu, par rapport à l'idée qu'on se faisait de la fameuse « première fois »

Bref, j'avais toujours admiré mon frère. Tant pour sa force que par ce qu'il était. Intelligent, brillant même, il était aussi posé, agréable, souriant. Il transpirait la force, la puissance et en même temps, il savait dévoiler ce qu'il éprouvait. Je ne l'avais jamais vu pleurer, mais je savais quand il n'avait pas le moral, et lui-même, lorsque je me sentais mal, savait me réconforter. Nous avions toujours été proches. Une relation grand frère protecteur – petit frère admirateur, s'était développée très tôt entre nous et avait perdurée même pendant l'adolescence.
Bref, ce jour là, donc, j'étais dans ma chambre et lui dans la sienne. Il ne vivait plus chez mes parents depuis déjà 5 ans, mais le week-end parfois il revenait, et là, il avait prévu de passer la semaine ici. Il ne travaillait pas loin, mais avait pris un bel appartement quelques rues plus loin, pour avoir son intimité, son indépendance. Ca avait été un déchirement quand il avait quitté le cocon familial, pour moi, mais nous étions restés toujours aussi proches et unis

Allongé dans mon lit, je travaillais, tant bien que mal. A vrai dire, ce jour là, la seule chose qui me trottait dans la tête, c'était l'état de ma queue. Avec tout le bac, je ne m'étais pas masturbé depuis plus d'une semaine. Et autant dire que ça faisait vraiment longtemps. Ce matin, je m'étais réveillé avec une érection énorme. Nu dans mon lit, comme d'habitude, j'avais commencé à me caresser, mais j'avais entendu mon frère se lever, et j'avais donc arrêté, de peur qu'il n'entre. Je m'étais habillé, m'étais calmé quelques minutes, puis était sorti prendre mon petit déjeuner

Mais là, je n'en pouvais plus. Voilà une demi heure que j'avais la verge tendue dans mon short. Posant alors mon livre à côté de moi, je soupirais et glissais ma main dans mon short. J'empoignais ma queue et commençait à décalotter mon épais gland, en soupirant légèrement. C'était si bon … . J'aurai bien pris mon ordinateur posé sur mon bureau pour me lancer un bon film porno, mais je n'avais pas mes écouteurs … et la flegme. Je me masturbais donc en imaginant qu'on me suçait la queue. Jamais on ne m'avait fait ce plaisir … et apparemment, c'était divin. Soupirant légèrement, je sortais lentement ma verge de mon short, les yeux fermés, la main bien ancrée autour. J'étais plutôt bien fait. Une vingtaine de centimètres de long, et une bonne épaisseur, avec une veine qui courait le long de mon pieu, jusqu'à mon gland. Je continuais donc de me masturber, et essayait de mettre un visage sur la fille qui s'activait à me pomper la verge … jusqu'à ce qu'un visage apparaisse enfin. J'ouvrais alors les yeux et essayais de le chasser de ma tête. Car ce visage, ce n'était nul autre que celui d'Alex, mon frère. Soupirant, j'essayais de me mettre d'autres images en tête, mais n'y arrivant pas, j'abandonnais vite. Allongé sur le lit, ma verge tendue hors de mon short, j'entendis tout à coup la porte de ma chambre s'ouvrir. Surpris, je remontais tant bien que mal rapidement mon short. Trop tard, mon frère, qui venait de débarquer vêtu uniquement d'un jean pour sa part, m'avait vu. Il paraissait surpris, puis se mit rapidement à rigoler, sans doute gêné, tout autant que moi

Désolé ! Je savais pas ! Tiens, je venais te les rendre justement, ça t'servira pour te passer de ton imagination

Il sourit et me balança mes écouteurs. Je levais les yeux au ciel et les prenait

Merci mais ça ira …

Gêné, je n'osais même pas le regarder. Je pensais qu'il partirait, mais non, il restait là, alors que ma verge tendait toujours mon short.
Allez prends pas ton air gêné, c'est bon. On l'a tous fait, même moi ! Tu veux que j'te donne une astuce d'un mec expérimenté ? Mouille toi la main, c'est encore mieux. Et attends, j'vais te montrer un truc.
J'étais surpris et encore plus gêné de cette … astuce, alors que mon frère se dirigeait rapidement vers mon ordinateur. Il le sortit du mode veille, tapa quelque chose Google et se décala pour dévoiler une vidéo qui venait de démarrer. Il l'avança, mit le son, et je vis alors une jeune femme se prendre une verge juste ENORME dans la chatte. La vidéo était un peu floue, la nana était empalée sur cette énorme queue entourée d'une capote, assise sur le mec qui était allongé. Je ne voyais pas grand-chose, ça devait être amateur. Mon frère se mit à sourire et me regarda

C'est mon ex. Elle adorait ça. T'as vu comme elle aime ma queue ?

J'ouvris alors grands les yeux. Il déconnait ? CA, ce monstre, c'était SA queue ? Je déglutis. Je paraissais bien con avec ma verge qui semblait minuscule à côté. Et j'étais encore plus gêné

Heu … ha ok … bien … cool …

C'est bon fait pas ton choqué ! Bon, moi elle m'excite cette salope

Mon frère sourit et sortit d'un coup sa verge. Elle était à son image : puissante. Longue, environ trois ou quatre centimètres de plus que la mienne, mais surtout, oui surtout, très large ! Il n'en faisait même pas le tour ce con. Il l'empoigna brutalement, la décalotta d'un coup et se mit alors à se masturber en soupirant

Putain, c'que c'est bon … quelle pute …

Je le regardais, choqué. Mon érection se faisait encore plus forte. Pour la nana et ses gros seins, ses gémissements et sa chatte distendue ? Non, parce que mon frère se branlait devant moi, et que sa queue était énorme. Il était en jean, celui-ci avec la braguette juste ouverte, et ses muscles étaient encore plus épais ainsi, alors qu'il les activaient pour se masturber.
Je le regardais, allongé sur mon lit, jusqu'à ce qu'il tourne la tête et sourit

Tu t'es déjà fait pomper ?

Il avança alors la vidéo jusqu'au moment où elle le suçait. Il devait tenir la caméra, car on ne voyait à chaque fois que sa queue énorme, la nana et le bas de ses abdominaux épais

Heu … non … non …

Ha ouai ? Putain c'que tu loupes … . J'adore ça perso … je me ferai bien pompé là bordel … regarde comme elle s'y prend bien … putain … .
Tiens pousse toi

Mon frère se leva, son énorme verge remuant dans le trou de sa braguette. Il se posa alors à côté de moi, reprit sa queue en main et continua à se masturber. Son gland était luisant de pré sperme, signe qu'en effet, il semblait aimer ça. Moi je n'avais toujours pas sortit ma queue. Il le remarqua, bien sûr, et d'un coup, il baissa mon short pour la laisser jaillir en dehors

Allez décoince toi et branle toi ! C'est bon on est fait pareils … t'es presque aussi bien monté qu'moi

Il regarda ma queue en souriant puis l'empoigna. Je me figea alors, tous mes muscles se bandèrent. Il se mit à rire légèrement, me décalotta puis la relâcha

Enfin, elle est un peu moins large mais bon, tu dois quand même les déchirer les nanas. T'as d'ja baisé au moins hein ?!

Oui oui c'est bon …

Elle a du douiller. Tu t'étais mis une capote rassure moi ?

Evidemment, j'suis pas con …

Et t'as jouis où ?

C'est gênant Alex là …

Oh c'est bon ! Arrête un peu ! Dans la capote ?

Oui si tu veux tout savoir !

Ben voilà, ça t'a pas tué. Bon, en tout cas, j'ai toujours autant envie d'une pipe moi. Putain une bonne langue sur le gland …

Oui ben appelle la …

Non elle arriverait pas assez vite cte pute. J'veux ma pipe maintenant moi

Dommage

Ouai … . Haaa mon frère …

Alex étira alors son bras gauche en riant légèrement, alors que sa main droite tenait toujours sa queue bien droite. Il mit son bras gauche derrière ma tête et regarda la vidéo. Moi je ne bougeais toujours pas … jusqu'à ce qu'il me force. Surpris, je me sentis basculer en avant, puis sur le côté. Il m'approchait de sa queue ce con ! Et il l'approcha aussi, en levant son bassin, jusqu'à cogner son gland à mes lèvres. Je fermais la bouche et m'extirpa tant bien que mal, jusqu'à ce qu'il me bascule sur le lit, m'allonge sur le dos et me grimpe dessus

Tu fous quoi ? Arrête ça putain !

Ho arrête ! J't'ai vu mater ma teub

Il sourit et alors que j'allais parler, en profita pour enfoncer son gland dans ma bouche. J'ouvris grand les yeux. Son gland était énorme, vraiment énorme ! J'avais la bouche grande ouverte. Lui râla bruyamment de plaisir

HAAA PUTAIN ENFIN UNE LANGUE !!

Il sourit et se mit alors à pousser. Moi je ne bougeais plus, trop choqué … jusqu'à ce que ma queue ne se mette à mouiller mes abdominaux, tant elle lâchait du pré sperme. Choqué, je mis alors mes mains sur ses cuisses énormes, à travers son jean, et tenta de le repousser, en vain. Il était vraiment très, très puissant. Il râla et se mit à aller et venir dans ma gorge. J'étais bien fait, mais pas assez puissant pour lutter. Les larmes inondèrent mes yeux et coulèrent le long de mes joues, alors qu'il m'étouffait avec sa queue. Elle s'enfonçait de plus en plus loin à chaque fois. Il râlait bruyamment, allant et venant de plus en plus vite et de plus en plus fort. Les gémissements de la salope derrière se faisaient aussi plus forts, car mon frère était en train de la bourriner violemment. Elle allait sans doute jouir. Mon frère continua encore et encore, me regarda en souriant et m'essuya même les larmes avec son doigt, avant de le lécher

Chiale pas frérot … regarde comme t'aimes ça

Il jeta un coup d'œil vers ma bite toujours très tendue, puis se mit à enfoncer plus loin encore sa queue. Mais je n'en pouvais plus, alors je griffais ses cuisses, car je m'étouffais. Il râla bruyamment, apparemment il aimait ça ce con ! Il me saisit aussitôt les cheveux et d'un geste, il me planta plus de la moitié de sa bite dans sa gorge. Ce n'était rien, sans doute. Mais quand on avait jamais sucé de bite et que la première à passer était une verge énorme, tant en longueur qu'en largeur, c'était vraiment … impressionnant. Mon frère hurla alors, et se mit à me prendre la bouche si violemment que ma tête heurta plusieurs fois ma tête de lit derrière. Je gémissais tant bien que mal et pleurait toujours, jusqu'à ce qu'il ne se plante violemment sur encore plus de centimètres. Je sentis alors sa queue se tendre et un liquide brûlant et amer envahir ma gorge et ma bouche. Il jouissait … cet enfoiré, mon propre frère, venait de jouir dans ma bouche ! Je me sentais humilié et soumis, alors que lui avait les muscles plus bandés que jamais et le torse couvert de sueur

PUTAIN AVALE MOI CA OUAI !

 Il râla encore quelques secondes, avant de se retirer lentement. Il étala doucement le sperme qu'il restait sur son gland sur mon visage, me donna deux coups de queue en souriant, comme pour me féliciter, et me prit la bite

Bravo … tu suces mieux que cette pute frérot … . En tout cas, t'as aimé apparemment

J'avais la queue tendue comme jamais et le gland rougit de plaisir. Il me le décalotta. Je me tendis alors, rien que ce geste m'électrisa, alors que j'avalais par réflexe tout le sperme dans ma bouche. Cinq ou six énormes jets de sperme jaillirent alors de mon gland, et s'étalèrent sur mon torse et même mon visage. Il en arriva même dans mes cheveux et derrière moi, sur ma tête de lit. Mon frère se mit à rire et me tapota les joues avant de ranger son énorme bite dans son jean, bien gonflé

Pas mal. Mais dis donc, tu sais ce qu'on dit ?

Hein ? (j'étais grogui, à l'ouest, avec tout ça)

Le premier sperme que la nana … enfin le mec en l'occurrence, avale. Ca la marque à vie. Et elle devient ensuite … la pute du mâle qui l'a marqué comme étant sa chienne. Content ?

Il sourit, se tourna et retourna dans sa chambre. Moi je restais allongé sur mon lit, ma queue débandant peu à peu, le torse couvert de sperme et le goût de celui, si puissant, je m'en rendais compte après, de mon frère dans la bouche. J'étais remplis par son jus … et il venait juste de me traiter, indirectement, comme étant SA chienne

Et ça n'était pas la dernière fois. Ni de la semaine, ni de la suite. Car le mois dernier encore, il m'a nommé ainsi …

Si vous avez apprécié mon histoire, n'hésitez pas : justinancdo75@yahoo.fr 

A très vite ;)

Justinancdo

justinandco75@yahoo.fr

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur : Comment mon frère m'a dépucelé - Mon frère, cet hétéro bien pervers

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

Septembre 2019

Repos

Le garçon derrière la machine a besoin de repos, de vacances...
Rendez-vous fin septembre ;)

Nouvelles (20)

Dépucelé par mon cousin Mecbi
Le pote de mon frère Jvicks
Plan au sauna Bonboul33
Du fantasme à la réalité Loic1972
Les oreilles d’Armand Romain
Gourmand Médi
Un domi humilé par son bâtard Franck de Nice
le prof et Karim -01 Gilou 44
Aurélie Yanno
7 mois d’abstinence James
Déjeuner torride Chopassif
Jack Yanno
Jeremy et Yohan Soroco63
Plans totalement anonymes Eric84
Premier plan hard Tardif
Après-midi au Suncity Hidalgowien
Dans l’intimité du Valo sauna Oakspirit
La Fratrie JulesP
Alexis Romain
Chroniques d’été -01 Caramel

La suite (7)

Première hard -02 Tours37
Mes dépucelages -03 XXL
Mes dépucelages -04 XXL
Mes dépucelages -05 XXL
Les potes de mon grand-frère 4-4 Marc 67
Un amour inaccessible -06 MiangeMidemon
Un Maitre marocain -02 Lope75
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider
(Simple et anonyme)
Ne donne pas accès aux pages "avant-première"