PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Premier épisode - Épisode précedent

18ème anniversaire -03

Je vaque ensuite à mes occupations pendant le reste de la matinée et attend que Luca daigne se lever. J'ai déposé, bien ostensiblement au milieu de la table du salon, les clefs de mon Aston Martin, et me réjouis par avance de la discussion à laquelle il ne pourra échapper. Même si je comprends son comportement d'hier soir, je ne peux laisser la faute impunie.

Luca se lève un peu avant midi, alors que je suis allongé au bord de la piscine et je l'entends qui fait une pause dans le séjour, avant de me rejoindre, vêtu de son seul caleçon et le visage contrit. Les clefs pendent mollement à ses doigts.

- Salut, lui dis-je simplement.

Il s'assoit à côté de moi, le regard baissé.

- Comment tu as su ?
- Tu n'es pas très discret.
- Tu es fâché ?

Il a pris un air si penaud, si honnêtement désolé, que je plonge au plus profond de moi pour y puiser un peu de dureté dans le ton.

- Tu penses à quoi, Luca ? Ce n'est pas tant que tu aies pris l'Aston Martin sans me le demander qui me pose problème, mais tu n'as pas encore ton permis ! Imagine qu'il te soit arrivé quelque chose !
Il garde ses yeux rivés sur ses pieds.
- Je sais, j'ai bien fait attention, mais je voulais un peu frimer en ville. Il y a des mecs qui claquent tellement de tune et qui paradent au volant de leurs bagnoles de luxe, et faire un rapide tour avec l'Aston me semblait si facile.
- Tu n'as pas besoin de ça, tu sais. L'été sur la Côte a ce côté show off qui ne me plait pas, et tu vas donner raison à ta mère qui ne voulait pas que tu le passes avec moi cette année. Tu dois résister à cette frivolité.
- Je sais. C'était stupide.

Nous demeurons un instant silencieux.

- J'espère au moins qu'il était mignon.

Je le vois rougir en esquissant un sourire, comprenant que le sermon est achevé.

- Il en valait le coup, répond-il un peu gêné.

Je me lève en riant pour détendre l'atmosphère.

- Je demande ça juste comme ça. Ne t'inquiète pas, ton vieux père ne s'immiscera pas dans ta vie privée, ni te fera honte devant tes petits copains.

Je m'éloigne en direction de la cuisine. Luca me rattrape quelques instants plus tard et fait mine de s'emparer d'un fruit.

- Tu sais, Papa, ça ne me dérange pas d'en parler. Et tu ne me fais pas honte, pourquoi tu dis ça ?

Je le regarde avec tendresse. Il me paraît si mature, je crois que je suis de plus en plus fier de lui.

- C'est juste que je te vois sortir pratiquement tous les soirs – parfois même avec ma voiture – et que je n'ai jamais croisé le moindre de tes amis.
- Je veux pas t'imposer leur présence. Je sais que tu bosses beaucoup en ce moment, et je ne suis pas sûr que voir défiler mes potes te fasse plaisir.

Je souris.

- Je ne parle pas d'une invasion, mais sens-toi libre d'inviter qui tu veux. Cette maison est aussi la tienne.
- Merci.
- Je le pense. Et c'est un piège à garçons sans doute aussi efficace que mon Aston Martin, dis-je en lui adressant un clin d'œil complice.

Le reste de l'après-midi se déroule sans accroc et il s'éclipse de nouveau en milieu de soirée me laissant seul avec l'image de son ami Quentin au fond de la tête, les imaginant en train de danser ensemble au milieu de la foule enjouée d'une boite de nuit.

Il rentre tard dans la nuit, et je me rends compte, aux murmures étouffés qu'il a pris ma proposition au mot et qu'il est revenu accompagné de sa virée nocturne. Je me retourne dans mon lit avec un sourire, en imaginant avec encore plus de clarté le corps et le visage de Quentin se glisser dans les draps du lit de mon fils.

Dans le silence immaculé de la villa, les grincements du sommier alliés aux gémissements rauques raisonnent avec une ampleur que je n'imaginais pas, alors même que la chambre de Luca se situe de l'autre côté du couloir.

Les deux garçons baisent sans retenue, et j'essaie vainement de bloquer mon ouïe à ces râles perturbateurs afin de me replonger dans un sommeil profond. Ma queue m'en empêche en se rigidifiant progressivement à mesure que cette ambiance sonore berce mon esprit, et je me surprends à agiter mon bassin afin de faire glisser ma bite entre mon ventre et les draps, mimant une pénétration lente. Je sais que je parviendrai ainsi à l'orgasme sans même avoir à utiliser mes mains, et je m'abandonne à cette masturbation en écho à la baise à laquelle mon fils s'adonne quelques mètres plus loin.

Je ne m'endors qu'après avoir abondamment jouis, et utilement changé les draps, et laisse Luca emplir sa nuit d'une nouvelle succession de plaisirs.

Le réveil des deux amants, le lendemain, est tout aussi tardif que d'ordinaire, et je masque mon étonnement en voyant débarquer Luca aux côtés d'un jeune garçon que je n'ai jamais vu, d'une taille à peine plus petite que mon fils, et la peau très matte.

- Salut Papa, me lance-t-il joyeusement. Je te présente Pedro, il est espagnol.
- Hola.

Pedro me salue à son tour. J'avoue que mes rudiments d'espagnols sont loin et notre conversation se limite aux banalités d'usage. Luca ne cache pas ses petites attentions à son égard, caressant son épaule en passant derrière lui et lui souriant en lui tendant son café. Pedro disparait ensuite pour prendre une douche.

- Alors, comment tu le trouves ?

Luca a prononcé ces mots d'un ton tellement naturel que je ne trouve pas déplacé qu'il me demande mon avis sur ses conquêtes.

- Très mignon.
- J'espère qu'on a pas fait trop de bruit hier.
- T'inquiète, j'ai le sommeil lourd. J'espère que c'était bien.

Il me sourit.

- Il est sacrément chaud ! Je ne sais pas si tous les espagnols sont comme ça, mais il m'a appris des positions assez hallucinantes.
- Je suis sorti avec un espagnol quand j'avais ton âge, et je me souviens de nuits effectivement assez torrides.
- Il y a juste sa bite qui est un peu petite.

Je n'ose pas lui dire que toutes les bites ont sans doute l'air minuscules à côté de la sienne.

- S'il sait s'en servir, c'est l'essentiel.

Notre discussion s'achève avec le retour de Pedro, et les deux garçons s'éclipsent pour piquer une tête dans la piscine.

Luca ramène des mecs à la maison deux ou trois fois au cours des deux semaines qui suivent, chaque fois différents, et nous mettons en place, inconsciemment un petit rituel le lendemain, au cours duquel je lui donne mon avis personnel sur sa conquête du jour et lui me glisse quelques indices sur les détails sexuels de leurs ébats, auxquels je ne peux éviter de participer à distance depuis ma chambre.

Je soupçonne même Luca de prendre un petit plaisir à rendre sa baise la plus sonore possible, à la fois parce que le volume des gémissements et autres râles est souvent proportionnel au plaisir procuré à son partenaire, mais aussi pour me prendre à témoin de sa vitalité sexuelle insatiable, comme un orgueil filial irrésolu.

Et je dois avouer que je l'envie un peu, moi qui n'ai pas baisé depuis la soirée d'anniversaire de Luca et l'inoubliable Kevin.

A la fin du mois de juillet, je dois partir en déplacement sur trois jours à Paris, et je laisse la villa à Luca. Le retour dans la grisaille parisienne me déprime encore plus, et je décide finalement d'écourter mon séjour pour rentrer plus tôt dans le sud. Mon avion atterrit en fin de matinée, et je reprends ma voiture en songeant que je devrais arriver à temps pour piquer une tête dans la piscine avant la fin de l'après-midi.

La villa est silencieuse lorsque je pénètre dans le patio, et j'appelle Luca en vain. Il doit être sorti. Je remonte tranquillement déposer mes affaires dans ma chambre et me déshabiller, quand j'aperçois brusquement un spectacle assez inattendu par la fenêtre.

Deux jeunes hommes, visiblement habitués aux salles de gym – voire aux stéroïdes tant leur musculature me paraît démesurée, à rendre le fameux Kevin parfaitement gringalet – encadrent mon fils dans une position qui ne laisse aucun doute sur la nature de leur relation, en contrebas de ma fenêtre, sur le petit coin de pelouse qui jouxte la piscine.

Le premier, un beur à la barbe naissante et au crâne rasé, pilonne l'anus de Luca avec une violence inouïe, tandis que le second, un blond peroxydé aux cheveux noués derrière sa tête, maintient sa queue dressée au fond de la gorge de mon garçon. Luca courbé en avant, semble perdu entre cette batte qui lui laboure le cul et celle à laquelle il prodigue les bienfaits de sa langue agile, et alterne ses mouvements de lèvre avec des halètements extatiques.

Ses mains sont crispées contre les fessiers contractés du bodybuilder qu'il pompe goulument, celui-ci lui caressant nerveusement le dos et les épaules. Le garçon qui le pénètre à cet instant ne cesse de mugir bestialement, ce qui semble ravir mon fils dont la bite, énorme, semble bloquée à son érection maximale.

Le second garçon fait signe à son pote qui approche son visage, sans relâcher sa pénétration, et les deux statues grecques échangent un baiser complice, comme si ce genre de situation leur était usuel. Sur un geste du même garçon, ils échangent d'ailleurs leur place, et Luca est retourné, la bite dressée vers le ciel, et une nouvelle queue qui se glisse dans ses entrailles.

Le premier jeune homme s'éloigne un instant pour se servir un verre sur la table qui se situe entre la maison et la piscine, et je peux mieux entrevoir, depuis mon nid d'espion, sa bite, d'une taille tout à fait honorable – une vingtaine de cm – et d'une épaisseur sans doute supérieure à celle de Lucas. Je me dis que c'est typiquement le genre de mec que je mettrais volontiers dans mon lit, et hésite, un instant, à descendre les surprendre, innocent, en espérant qu'ils m'invitent à les rejoindre, ou que l'un des deux s'éclipse avec moi. Mais ce moment est à Luca, et je ne veux rien gâcher, aussi je me limite à cette observation bandante, et au mouvement de ma main contre mon entrejambe.

Luca est baisé par son nouveau partenaire avec autant de violence que le précédent, et les muscles inhumains de son amant semblent prêts à exploser au fil des mouvements. Mon fils a passé ses jambes derrière le cul du jeune homme et s'est redressé pour nouer ses bras derrière son cou, échangeant au passage un baiser fougueux avec son compagnon. Celui-ci, debout en position conquérante, guide le corps de Luca autour de sa queue avec une force et une endurance qui me rendent jaloux.

Soudain, le premier garçon les rejoint, et au lieu de chercher la bouche de Luca pour une fellation, celui-ci tâte le cul de mon fils, déjà labouré par l'autre bite, en quête du moindre interstice. Je retiens ma respiration. Luca ne semble pas anticiper ce qui se prépare, et il lâche un cri, mélange de douleur et de plaisir, au moment où la seconde queue, de toute son épaisseur dure comme du diamant, pénètre à son tour dans l'anus de Luca, et que les deux bites se joignent dans leur va-et-vient puissant.

La vision de ces deux corps lustrés, brillant sous le soleil de cette fin d'après-midi, et unis de cette façon au cœur même de mon fils, me fait gicler instantanément, avant même que j'ai pu esquisser la moindre parade afin de faire durer le plaisir.

Les deux hommes poursuivent leur ouvrage avec ardeur pendant de longues minutes, avant que Luca n'explose à son tour dans un rugissement d'extase que je ne lui connaissais pas, ce qui semble combler de fierté les deux mâles dominants qui l'enserrent.

Ceux-ci finissent par se retirer de Luca, et se branlent vigoureusement, face à face, au-dessus du visage de mon fils, dont la bouche, grande ouverte, semble appeler leur semence de son appétit féroce. Les deux jeunes bodybuilders finissent par juter, quasiment simultanément, et Luca absorbe une partie de leur sperme en léchant ses lèvres. Je ne lui connaissais pas ce goût pour le foutre, mais à voir son avidité à n'en laisser subsister aucune trace, je comprends que ceci n'est pas simplement une expérience passagère.

Après quelques instants de répit bien mérité, les deux jeunes hommes se relèvent et piquent une tête dans la piscine, sous le regard amusé de Luca. Celui-ci finit par se lever, enfile son short de bain et se dirige vers la maison. Je me rhabille aussitôt et descend, mine de rien, dans le séjour.

- Tiens Papa, tu es là, lance Luca le visage légèrement rougi.
- Je viens d'arriver à l'instant, tu étais dehors ?

Je joue l'innocence à merveille, aussi Luca ne se doute de rien et reprend une respiration plus sereine.

- Oui, je suis avec deux potes.

Je me dirige vers la porte-fenêtre et admire quelques instants, les deux corps extraordinaires qui s'amusent quelques dizaines de mètres plus loin.

- Joli !

Luca sourit, un peu gêné.

- Oui, ce sont deux stripteaseurs du club où je suis allé hier soir, ça ne te dérange pas que je leur ai proposé de venir ?
- Non pas de souci, je comprends aisément.
- Ils sont assez canons en effet ! Ils sont même un peu trop bodybuildés à mon goût, rien à voir avec Kevin qui était juste parfait, mais je dois avouer que de temps en temps une débauche de muscles n'est pas à refuser.
- J'espère juste qu'ils savent s'en servir.
- Oh oui, répond Luca.

Il s'éclipse pour les rejoindre, et je me rends compte que cette petite conversation a suffi à me faire bander de nouveau, et je comprends qu'aucune masturbation solitaire, aussi inspirée soit-elle, ne sera aussi gratifiante qu'une bonne baise ; et de ce côté, c'est plutôt le calme plat, puisque la dernière fois remonte à l'anniversaire de Luca et à la baise d'anthologie avec Kevin.

L'évocation du nom de Kevin tout à l'heure dans la conversation a d'ailleurs fait émerger une idée dans ma tête. Il n'est pas tard et je sais où le trouver à cette heure.

(la suite bientôt...)

DM

pierrebeau1977@gmail.com

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur : 18ème anniversaire

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

18/04 : 15 Nouvelles

Sauna de Sochaux Chatenois25
Une soirée partie en couille 17cmglandcompris
Un charme fou Ghost writer
Rasage coquin Jako
Plan anonyme -01 Rsexenc
Plan anonyme -02 Rsexenc
Surprise à la fac Aymeric
Militaire-Motard Militaire
Plan avec une racaille Passif-lille
Dans le vestiaire Pakito31
Voisin Marlon
L'éveil du Renart Renart
Séance sportive Pititgayy
Un Affectueux Collègue Jako
Tout a basculé à 19 ans ThomasLePassif

La suite... (7)

Mariage pour tous -09 Yan
Frenchies -11 Pititgayy
Mathieu -03 Jeanmarc
Chambres à louer -15 Jeanmarc
Kader -12 Cédric T
Kader -13 Cédric T
Dans les geoles d'Armid -03 Iwan

Avril 2014

Nouvelles

Que de changements -01 Evanaddison
Que de changements -02 Evanaddison
Que de changements -03 Evanaddison
Que de changements -04 Evanaddison
Soirée torride Caramel
À la fin de l’été Bookman
Victor Victorbg
Une aire d’autoroute. Ginger
Marché D’Amiens Nord Legarsdu80
Mon petit frère Pédale69
Un Chinois très chaud... Mat44
Thibault Theo5852
Masseur Bastien
Le Club Ganymède Jako
Soumis au livreur wantmonster86

La suite...

Que de changements -05 Evanaddison
Que de changements -06 Evanaddison
Que de changements -07 Evanaddison
5ème jour Curiosity
Frenchies -10 Pititgayy
Mathieu -02 Jeanmarc
Soumission & Domination -524 Jardinier
Souvenir d’internat -03 Benvart
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)