PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Premier épisode - Épisode précédent

Les Profs sont des salopes -03

Le retour du Prof d'Anglais

Après un gros week-end de 3 jours, je retournai au lycée impatient de retrouver certains profs... Bon, le premier cours de la journée fut histoire-géo avec une vieille chouette à moitié sénile, puis j'eus Anglais. Nous entrâmes dans la salle de cours, puis attendîmes le prof qui vint quelques minutes plus tard avec un paquet de copie, et une démarche singulière: en effet, il marchait comme un canard, et chaque pas lui coûtait une petite grimace. Je me demandai alors si cette douleur était dû à l'énorme boule qu'il avait dans son fondement, ou bien à cause de la défonce provoquée le vendredi soir dans les chiottes. Ce qui était sûr, c'était qu'il en avait gardé un souvenir indélébile. Quand il me tendis ma copie, je vis se former un petit sourire coquin sur son visage, sourire qui disparût immédiatement après. En prenant mon contrôle, je vis en bas à droite de la feuille une ligne de nombres. Oh le salaud, il m'avait donné son numéro ! Il ne devait sûrement pas avoir eu suffisamment de sperme vendredi, à moins qu'il ne souhaita que je lui enleva son de papier dans le fion. Dans tous les cas il voulait me revoir, c'était certain. Durant tout le cours, il cambra son cul, comme une pute en manque de visite, et, à la fin du cours, je sortis de la salle sans un mot simplement pour mieux le faire attendre. Dehors je lui envoya un SMS: « Alors petite salope, on a mal au cul !!! », et deux minutes plus tard, je reçus : «  Rigole pas, j'ai trop mal au cul, tu m'a défoncé le trou et ta boule de papier m'a déchiré le fondement. Stp, enlève moi ça, le sperme est en train de mariner avec ma merde, j'ai l'impression d'être une pauvre poubelle... et ça m'excite !» « Petit cochon,je vais te prendre. Ce soir à 18h, portail du lycée avant de se casser ailleurs, OK ?».

Après, j'eus Espagnol, et là, j'étais super chaud car le prof est très... caliente. Toujours en T-shirt coloré moulant à la perfection ses muscles, et de pantalons slims pour prendre la forme de son cul et de son entre jambes, une magnifique peau bronzé style latino, en permanence avec une barbe de 3 jours et des cheveux noirs courts. Il ne nous parla, pendant une heure, que de sa vie au Costa Rica, nous montrant ces photos, le tout dans la langue de Cervantes, ce qui fit qu'au bout d'une heure j'avais décroché, surtout avec l'autre prof qui m'avait chauffé pendant près tout le cours. Je ne pensais qu'à ce que j'allais faire subir à mon prof ce soir. Cette soirée arriva bien vite, et à 18h j'ai attendu, attendu, simplement pour qu'il s'impatiente, simplement pour que je puisse me sentir puissant, simplement enfin pour le faire chier. A la demie, alors que tout le monde était parti, j'arrivai tranquillement et le vis m'attendre bien sagement, comme un petit chien qui attend son maître pour avoir son gros os.

«- Putain, tu m'as fais attendre, j'ai mouillé du cul pendant 30 minutes sans aucune trace de ta bite !
Tu ne te souviens déjà plus du sperme dans ton fondement de sale pute ? Bon ! Avant de se barrer, on peut faire un tour dans le parc.
Non, je... il fut couper par une baffe que je lui attribua violemment
C'était pas une question.» Alors nous marchâmes dans le parc voisin.

Nous nous promenâmes dans le parc assombri par la nuit qui étalait son grand manteau, puis nous nous éloignâmes du chemin pour un petit coin secret, entre les sapins aux branches basses. Là, cachés dans les ténèbres par les bras des vieux arbres, nous commencèrent nos caresses interdites, faisant frisonner nos peaux aux contacts de l'autre, nos salives brûlantes se mélangeant dans le ballet de nos langues. Nos vêtements glissaient un par un, malgré notre envie mutuelle de baise sauvage, nous nous comportions comme un couple alors que nous n'étions qu'un plan cul. Je le fis mettre à genoux, menottai ses mains à une racine sortant une bosse de terre, puis j'approchai mon pénis de ses lèvres rubis et mon gland glissa entre ses doux morceaux de chair. Sa langue s'entortilla autour de mon gros morceau de chair, ses yeux si séduisants se posèrent sur mon visage: son regard était un doux mélange d'amour et de passion lancinante ainsi que d'une certaine forme de soumission dû à mon rang d'élève, et lui de professeur. Au bout d'un moment, je le retournai puis enfonçai soudainement ma pine jusqu'à son fondement de grosse salope, auquel je n'avais toujours pas extirpé la grosse boule de papier. Cela lui tira un beuglement de mâle en rut torturé, un cri grave et empli de souffrance, auquel s'accompagna d'une mine déconfite, de traits marqués par la douleur et par des petits pleurs s'écoulant de ses beaux yeux sur ses joues lissés par le sperme qu'il avait dû se prendre depuis tout ce temps. Malgré tout ça, je ne pus m'empêcher de bouriner son trou de grosse pute, enfonçant toujours plus ma verge ainsi que le morceau de papier, ses gueulements suivant les culbutations entre ses douces fesses de gros soumis. J'étais si heureux de défoncer comme un malade l'arrière train de mon prof comme on encule un simple vide couilles, surtout en levrette avec ses genoux et ses paumes frottants les brindilles du sol. Il n'était plus l'autorité virile et imposante, il n'était qu'une traînée bien soumise en manque de bite. Enfin je sentis le sperme monté, je sortis de son fion de moule à bites, puis enfonça ma virilité dans sa gorge servile avant d'inonder sa bouche, sa barbe, ses joues... en bref, tout son visage dégoulinait de liquide blanc, et, de ses yeux, il me disait merci. Je lui dis alors que maintenant j'allais le délivrer de la boule, et lui demanda de pousser, ce qui fit avec beaucoup de peine avant que ne sorte, sur sa chemise préalablement placé là, tout ce qu'il avait dans son garage à bite. C'est à dire un gros tas de merde bien molle, du sperme en abondance, du papier entourant le tout. Je pris alors sa chemise et barbouillai son visage de tout ce qu'elle contenait, et ceux, malgré ses gémissements qui lui fit avaler, parfois, ses propres excréments. Quand j'eus fini, je pris ses vêtements et les balança dans le fossé. Le prof voulu m'en empêcher mais se vit alors menotté à la racine sans qu'il ne s'en eut rendu compte. Je décidais de pousser le vice plus loin, pris une longue branche assez épaisse, rempli de résine, et enfonça tout dans sa petite chatte de supposé mâle provoquant un gigantesque cri rauque, ensuite, j'attachai ses pieds à la dîtes branche afin que quoiqu'il fasse il ne puisse que l'enfoncer plus profondément encore. Ensuite, je pris mon caleçon et le foutai dans sa gorge, pris un stylo noir dans mon sac et écrivis sur son dos: « Garage à bites bien ouvert toute la nuit ». Enfin je m' habillai afin de quitter le parc ni vu ni connu, laissant mon prof attaché et humilié.

Fossoyeurdesexe

Fossoyeurdesexe@gmail.com

Autres histoires de l'auteur : Les Profs sont des salopes

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

16 juillet 2019

Nouvelles (21)

Au sauna avec Nicolas Julienbogoss
Accompagnateur Martin Tche
Comment je me suis fait violer le cul chuuuut17
Un dimanche Martin Tche
Le masseur turc Martin Tche
Ma première hospitalisation Martin Tche
Mon pote Brice Thomas
Amir Thomas
Gabriel Renart
Sur la route de Bruxelles Omar-lille
5 garçons de terminale Frank
Olivier Lycrahot
Rapport de force -01 Lucif
Rapport de force -02 Lucif
Kiff Seithan
Exhibition et domination Pol
Un job d’été prometteur Tomtom69000
Virée au bar Lifeisdream
Medhi, un Maitre marocain Lope75
Chambre d’hôtel Frank
Chambre d’hôtel -02 Frank

La suite (12)

Le patient -06 d.kine.75
Un amour inaccessible -04 Miangemidemon
Le chef de chantier -06 Romain
Le chef de chantier -Fin Romain
Passion en toutes lettres 07 Cyrillo
Passion en toutes lettres 08 Romain
Passion en toutes lettres 09 Cyrillo
Passion en toutes lettres 10 Romain
Passion en toutes lettres -11 Cyrillo
Passion en toutes lettres -12 Romain
Les potes de mon grand-frère 4-2 Marc 67
Le fils prodige aime obéir -07 Charles.lope

Juillet 2019

Nouvelles

Passion en toutes lettres 01 Cyrillo
Passion en toutes lettres 02 Romain
Passion en toutes lettres 03 Cyrillo
Passion en toutes lettres 04 Romain
Passion en toutes lettres 05 Cyrillo
Passion en toutes lettres 06 Romain
Dans les airs ! Peter pan
Mon collègue Farid Hugo
Le grand frère de mon pote Julian
Éveilleur Alex
Éveilleur -02 Alex
2 ouvriers au supermarché Thomasqueutard
Soirée chez mon meilleur ami Arnaud

La suite

Le chef de chantier -05 Romain
Découverte de mon côté gay Alb29
Un amour inaccessible Miangemidemon
Les bains d’Odessa -02 Loic.1972
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)