PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Premier épisode - Épisode précédent

Charles et Julien

Chapitre -05 : la douche

L'étage se vide et la bande descend vers la cour pour un adieu bruyant aux correspondants et nous nous dirigeons vers le bus pour les quelques heures du  trajet de retour.

Ce moment de solitude (mes deux linguistes de collègues papotant sur les sièges devant moi), je le mets à profit pour faire le point. La conclusion s'impose vite à mon esprit : je me suis attaché très fortement à Charles et je crève littéralement de jalousie envers le camarade qui s'est assis à ses côtés sur le banc juste derrière moi. Charles joue d'ailleurs à me provoquer en labourant régulièrement mon siège de coups de genoux, non sans s'attirer une remarque de son voisin qui l'incite à faire attention, ignorant tout du caractère manifestement délibéré de ses mouvements.

Il n'est guère possible de nous parler lors de la pause sur l'aire d'autoroute et nous arrivons à destination en fin d'après midi de cette troisième journée.

Je laisse mes collègues discuter avec les familles du bienfait des échanges linguistiques, je vais récupérer ma voiture laissée au parking des profs et je reviens pour stationner près du bus pour m'assurer moi aussi que tous les élèves rentrent bien chez eux. Je constate alors que Charles reste le dernier. Il semble rivé à son téléphone.

_ ma mère ne répond pas, me dit-il quand je viens aux nouvelles.

_ si tu veux, je te ramène chez toi.

Mes collègues dont les maris attendent me remercient de cette prise en charge et sont toutes contentes de me laisser gérer cet imprévu.

Charles ne cache pas son inquiétude, on met son sac à dos à côté du mien dans le coffre de mon auto et il me guide vers le domicile de sa mère.

L'inquiétude le rend volubile. J'apprends alors qu'il vit seul avec elle et qu'il n'a pas d'autre famille : son père, il est mort d'un cancer quand il avait sept ans fils et petit fils unique, il n'a plus que sa mère.

_ Ce n'est vraiment pas son genre, me répète-t-il une fois encore, de plus en plus inquiet.

Je pose avec tendresse la main sur son bras pour lui témoigner mon soutien. Arrivés au pied de l'immeuble tout se précipite : un camion d'assistance aux victimes est là, toutes portes ouvertes, un brancard sur le point d'être chargé. Charles reconnait la personne qu'on transporte :

_C'est maman !

Et il descend en trombe de l'auto. Je cherche une place pour me garer et quand je reviens à pied, c'est pour voir, impuissant, l'ambulance partir. Je reste sur le trottoir, son sac à la main. Seul. Une voisine me renseigne : alors qu'elle descendait au sous sol prendre sa voiture afin de chercher son fils, la mère de Charles a fait un malaise, un habitant de l'immeuble qui rentrait chez lui l'a découverte inanimée à côté de sa voiture et a appelé les secours. Je n'en apprendrai pas davantage ici, on ne sait même pas vers quel hôpital elle a été dirigée. Le CHR sans doute.

Je me retrouve vite seul et n'ai donc d'autre choix que de regagner mon domicile.

En rentrant je fouille dans mes documents et retrouve le numéro de portable de Charles sur la fiche de rentrée et je me trouve idiot : je n'ai même pas pensé à l'échange de nos numéros ! Je devrais descendre de mon nuage et penser à être un peu plus pratique !

Je risque un coup de fil mais tombe sur sa messagerie : je lui demande de me rappeler à mon domicile et lui file mon numéro de portable même si celui-ci a dû s'afficher à l'écran. Je raccroche et j'attends, vautré dans le canapé de mon salon, encore tout bouleversé par le final dramatique de cette soirée. A force d'attendre un appel qui ne vient pas, je finis par m'endormir sur le canapé jusqu'au petit matin. Je jette alors un œil sur mon portable : merde ! Il est totalement déchargé !

Je le mets aussitôt en charge mais il me faut patienter plusieurs minutes avant qu'il soit à nouveau opérationnel. Cette attente m'insupporte mais il faut en passer par là. J'en profite pour filer sous la douche : cette nuit sur le canapé ne m'a pas vraiment reposé. Dès que c'est possible j'ouvre le téléphone  et découvre alors son appel en absence. Je lance le répondeur et écoute le message qui remonte à 3 heures déjà :

« Ma mère a fait un AVC, les médecins sont très inquiets, viens vite s'il te plait, je suis au CHR dans le hall des urgences  ...  J'ai besoin de toi. »

Cet appel au secours me bouleverse. Je ne songe plus qu'à aller le rejoindre, vite. Je ne sais pas vraiment que penser ni où j'en suis. Comment gérer tout ça ? C'est arrivé si vite ? Comment lui expliquer mon retard ? Comment me présenter à sa mère ? Comment ... ? Mon cerveau tourne à vide, comme en panique.

J'arrive enfin au CHR, je cherche une place pendant un moment qui me semble infini et me précipite vers la salle d'attente des urgences : personne !

Je patiente à l'accueil et demande, anxieux, des nouvelles de Mme Turinois, la mère de  Charles. On me demande inévitablement si je suis de la famille et donc on me signifie que le règlement des urgences interdit toute communication à des étrangers. Alors, dépité,  je compose son numéro et tombe de nouveau sur sa messagerie ; je lui explique mon contretemps et lui dis que je suis aux urgences et que j'attends de ses nouvelles. Le vigile de la sécurité, une armoire à glace, me demande de sortir passer mon coup de fil à l'extérieur pour ne pas interférer avec les appareils médicaux. Je le regarde hagard mais je m'exécute.  Je reçois un appel quelques minutes plus tard  « ma mère est décédée ce matin. Suis à la morgue. Dépêche-toi, j'ai tellement besoin de toi ». Cette nouvelle me glace. Quel coup de massue ! Je me renseigne sur la localisation de la chambre mortuaire auprès du grand black de la sécurité et m'y dirige la tête vide, l'esprit embrumé. Je ne connais pas cette femme mais son fils est devenu en quelques heures le seul être au monde, le seul de mon monde.

Quand j'arrive Charles est sur un banc, effondré les yeux rougis, il a beaucoup pleuré, c'est évident. Quand il me voit il se lève, court se jeter dans mes bras.

- Je me doutais bien que ça n'était pas normal qu'elle ne soit pas là, à l'arrivée du Bus.

Il tourne en boucle.  Je ne trouve pas les mots pour le réconforter. En existe-t-il d'ailleurs ? En tous les cas ils ne viennent pas, mes bras se referment sur lui tandis que les larmes me montent aux yeux et je pleure avec lui. Le responsable de la chambre mortuaire vient vers nous :

- Vous êtes la famille de Madame Turinois ?

Charles lui fait face, répond par l'affirmative. Il apprend qu'il lui faut désigner au plus vite une entreprise de pompes funèbres, que sa mère ne peut rester en ces locaux plus de 48 heures.

Un discours rodé pour l'agent hospitalier mais un cataclysme pour lui, pour nous.

L'employé s'en va et nous laisse non sans lui avoir glissé dans la main un guide à destination des  familles. Bien piètre réconfort !

_ Viens, on s'en va maintenant. On reviendra plus tard si tu veux mais là, il faut que tu dormes et on fera le point après.

Charles me suit sans un mot, comme un somnambule.

_ Je t'emmène à l'appart, ajoutais-je.

Kawiteau

kawiteau@gmail.com

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur : Jean - Charles et Julien

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

11/02 : 10 Nouvelles

Rendez-vous particulier Pititgayy
Plan snap Noprise2tete
Plan snap -02 Noprise2tete
Piste de danse jouissive Sasha
Fellation improvisée Lemarnais
Visite médicale Tanatos
Un mec grindr, ou plus Gayboyquebec
Mon modèle Houne66
Voisin antillais Hairylegs94
Surprise Virilsalope

La suite... 8 épisodes

Frenchies -06 Pititgayy
Ma vie de lope exhib -06 Lopexhib
Stage BTS à la ferme -04 Stéphane
Stage BTS à la ferme -05 Stéphane
Stage BTS à la ferme -06 Stéphane
Soumission & Domination -520 Jardinier
Soumission & Domination -521 Jardinier
Début avec mon maître -04 Jd18

Février 2019

Nouvelles

Éric Clemsex
Mon meilleur ami et moi Le-sanguin
Grand romantique Celestin
Premier plan à 3 Matt
Sodomie improvisée Lemarnais
Recherche du Travail Jeanmarc
Une détente bien méritée Stéphane
Voyage en train Pierrot
Ma première fois avec un homme Fred 02600
Défoncé par 2 beurs Adonf
La queue de Rachid Chopassif
À la terrasse d’un café Houne66
Folle soirée au sauna Maasquelour
Stage BTS à la ferme Stephane

La suite...

Frenchies -05 Pititgayy
Stage BTS à la ferme -02 Stephane
Stage BTS à la ferme -03 Stephane
Chaude soirée -04 Red
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)