PAUSE

Le garçon derrière la machine a besoin de repos, de vacances...
Rendez-vous fin septembre ;)

PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

L'abri de jardin de mon oncle

Lors de mes 18 ans, j?habitais dans un tout petit village d?Ardèche sans aucune ville digne de ce nom aux alentours. Depuis avoir pris conscience de mon homosexualité, je ne souhaitais qu?une chose, partir. Partir le plus loin possible dans une grande ville, loin de ma famille, pour pouvoir vivre ma vie ouvertement et jouir des plaisirs que celle-ci aurait à offrir. J?étais loin de me douter que mon village avait aussi quelques plaisirs en réserve.

J?avais déjà eu quelques expériences de masturbation mutuelle avec des amis du lycée, mais rien de plus et tous ces amis me semblaient plutôt homophobes. Et donc j?expérimentais de mon côté, seul, et découvrait petit à petit les plaisirs d?un bon massage prostatique. Divers légumes avaient fait les frais de mes expériences, jusqu?au jour où je décidai de tenter l?expérience avec une bouteille de bière en verre, subtilisée à l?abri de jardin de mon oncle.

Celui-ci habitait avec sa femme et mon cousin et ma cousine dans la maison voisine et non avions un portail nous permettant de passer d?un jardin à l?autre pour jouer plus facilement avec mes cousins. Ma mère et ma tante ne souhaitant pas voir d?alcool à la maison, pour nous « protéger », mon père et mon oncle, ceux-ci avait un réfrigérateur plein d?Heinek*n dans l?abri de jardin de ce dernier. Enfin, il s?agissait-là plus d?un refuge pour hommes « virils » que d?un vrai abri de jardin. Une grande partie de l?espace était occupée par un réfrigérateur, une TV à tube cathodique et une table, sûrement là pour jouer à la belotte en regardant un match de foot avec les copains.

Mon oncle me disait que quand j?aurais passé mon bac, je pourrais aussi participer à leurs soirées. Moi, je m?en foutais un peu, le foot et la belotte, c?était pas pour moi. Par contre, je n?avais rien contre une petite bière de temps en temps. J?avais observé plusieurs fois mon oncle rentrer dans le cabanon. J?avais, en effet, une vue directe depuis la fenêtre de ma chambre située au rez-de-chaussée de notre maison. Avec la lumière éteinte, personne ne pouvais me voir. Ainsi, j?avais découvert qu?il cachait un double de la clé sous la racine du chêne centenaire se tenant entre l?abri et le portail. De cette façon, je m?étais mis à voler une bière de temps à autres afin de passer une soirée bien détendue. Jusqu?au jour de mes 18 ans j?avais fait à trois reprises un petit tour dans la cabane pour y subtiliser une bonne bouteille qui finissait dans mon estomac puis dans mon cul. J?aimais bien faire rentrer doucement le goulot enduit de salive dans mon anus en faisant des mouvements circulaires. La troisième fois j?hésitais à l?enfoncer au-delà du goulot, mais j?étais encore trop coincé.

Le jour de mes 18 ans, le 17 Mars, fut d?un ennuie sans fin : repas de famille, blabla, « et alors t?as une copine ? », blabla,
Bref, vers 22h, la plupart des invités étaient partis : Il ne restait plus que mon oncle et ma tante qui étaient en pleine discussion politique avec mes parents. Je me suis alors levé et feignit une grande fatigue pour descendre dans ma chambre au rez-de-chaussée. Sur le chemin, je pensais jalousement à mon oncle et mon père qui allaient sûrement finir la soirée à boire quelques bouteilles alors que ce jour-là, c?était ma fête !

Une fois dans ma chambre, j?ouvris ma fenêtre, bondit sur le rebord puis en descendis sans un bruit. Je traversais notre partie du jardin atteignis le portail laissé ouvert par mon oncle et ma tante, je pris la clé sous la racine et me faufilai jusqu?à l?abri de jardin que j?entrepris d?ouvrir silencieusement. Une fois à l?intérieur, fort de mes précédentes infiltrations, j?allai au fond ouvris le frigo, mais cette fois j?en sortis 5 bières. Il était temps pour moi de prendre ma première cuite !

En sortant je fis attention à ce que personne ne sorte de la maison et fus rapidement devant ma fenêtre, cette fois-ci sans être un silencieux comme un chat, mais bon, personne n?aura rien entendu. Une fois dans ma chambre je commençais à cacher les bouteilles dans ma table de nuit quand je reconnu le bruit sourd de la porte d?entrée qui venait de se fermer. Je couru vers la fenêtre pour la fermer et j?entendais quelqu?un descendre les escaliers. Vite, j?allai éteindre la lumière et me mis aux aguets dans la pénombre le dos musclé de mon oncle. Une fois en bas, il lança un regard vers ma fenêtre puis continua en allant vers chez lui de parler avec ma tante et mon père qui venaient de le rejoindre. Comme je l?avais prévu, les deux compères souhaitèrent sûrement bonne nuit à ma tante avant d?entrer dans leur refuge.

La tension passée, je me mis à l?aise dans mon lit, me mis à poil puis me mis à siroter ma bière. Mon foie ayant peu d?entrainement l?alcool me montait vite à la tête et je commençais à sentir l?envie monter en moi. « Pas pour tout de suite » pensai-je, « aujourd?hui tu dois fêter tes 18 ans dignement, seulement après la 3ème.. ». Je continuais de boire et j?en étais à la moitié de ma 3ème bouteille, je me sentais ivre et prêt à tout, mon cul réclamer une récompense. Je pris donc une des bouteilles vides, je gobais d?un coup le goulot en imaginant qu?il s?agissait d?un vrai pénis pour bien l?humidifier amenai celui-ci à mon rectum et commençai ces mouvements circulaires que je connaissais bien. Pourtant la sensation était différente, je sentais que mon cul se dilatait beaucoup plus que d?habitude, il lui en fallait plus. Mais pour l?instant je profitais de cette sensation indescriptible que me procurait ce corps dur au contact de ma prostate. Comme pour marquer le début des festivités, j?entendis mon père monter les escalier.

En entendant la porte se refermer, je me dis « ce coups-là, je vais me la mettre en entier ». Ne voulant pas manquer ce spectacle, je décidai d?allumer la lumière, de posai la bouteille sur le sol devant mon miroir. Avec grand étonnement, je ne ressentis aucune douleur et aucune difficulté à descendre jusqu?au bout. Je fis quand même attention à toujours laisser 1 ou 2 cm pour ne pas risquer de perdre la bouteille, si vous voyais ce que je veux dire

Je m?observais dans la glace, mes 17 cm dressés comme jamais, mes jolies petites fesses galbées, mon corps imberbe, fin mais bien dessiné. Je m?imaginais qu?une version plus virile de moi-même, avec plus de poil, un bon gros manche et des muscles saillants était en train de me prendre comme une bête. Je n?en pouvais plus, mes sens étaient en extase, mes pensées caressaient un torse velu, je ne pus retenir la vigueur de mes 18 ans et je jouis abondamment. Bon nombre de jet allèrent s?écraser contre le miroir.
Aussitôt l?orgasme passé, je revins brusquement à mes esprits, car un autre claquement de porte venait de retentir au loin. Cela devait être mon oncle qui quittait le cabanon. En 2 secondes, je me précipitai pour éteindre la lumière puis me mis sous ma couette, faisant semblant de dormir, en espérant ne pas avoir était repéré.

Après ce qui me semblait être une éternité, je commençais à m?enfoncer dans un tourbillon qui allait sûrement me mener vers le sommeil, mais soudain j?entendis frapper à ma fenêtre. Je me doutais que c?était mon oncle. Je fis semblant de dormir. Cela sembla fonctionner, car j?entendis les pas de mon oncle s?éloignaient. Puis 4 minutes plus tard les pas s?approchaient de nouveau et une lumière vint éclairer mon visage, toujours avec les yeux fermés, je n?eus aucune réaction. De nouveau dans la nuit, j?entrouvris légèrement une paupière et remarquai que c?était sur mon miroir qu?était allée se poser la lumières blanche d?une lampe torche

[La suite le mois prochain]

Hotstude

Autres histoires de l'auteur : Surprise à la fac - L'abri de jardin de mon oncle - Études profondes

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

Septembre 2019

Repos

Le garçon derrière la machine a besoin de repos, de vacances...
Rendez-vous fin septembre ;)

Nouvelles (20)

Dépucelé par mon cousin Mecbi
Le pote de mon frère Jvicks
Plan au sauna Bonboul33
Du fantasme à la réalité Loic1972
Les oreilles d’Armand Romain
Gourmand Médi
Un domi humilé par son bâtard Franck de Nice
le prof et Karim -01 Gilou 44
Aurélie Yanno
7 mois d’abstinence James
Déjeuner torride Chopassif
Jack Yanno
Jeremy et Yohan Soroco63
Plans totalement anonymes Eric84
Premier plan hard Tardif
Après-midi au Suncity Hidalgowien
Dans l’intimité du Valo sauna Oakspirit
La Fratrie JulesP
Alexis Romain
Chroniques d’été -01 Caramel

La suite (7)

Première hard -02 Tours37
Mes dépucelages -03 XXL
Mes dépucelages -04 XXL
Mes dépucelages -05 XXL
Les potes de mon grand-frère 4-4 Marc 67
Un amour inaccessible -06 MiangeMidemon
Un Maitre marocain -02 Lope75
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider
(Simple et anonyme)
Ne donne pas accès aux pages "avant-première"