PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Etrennes et etreintes pour l'avenir

 

L'HOMME du NOUVEL AN

Pour achever l'année j'avais choisis de rejoindre mes grands-parents et de les aider à servir le réveillon dit « partagé » qu'ils co-organisaient à PRIVAS pour les personnes les plus démunies de la ville. A vrai dire, je fus plus satisfait par cette soirée de bienfaisance que par les fiestas/beuveries/baises (hétéros pour l'occasion) auxquelles j'avais participé les deux années précédentes.
Le lendemain, Grands-Père et Mère m'invitèrent dans un restaurant gastronomique de la ville et saluèrent à une table voisine de la nôtre des amis qu'accompagnait un fort bel homme.
Il ne dépassait sans doute pas la quarantaine, était élancé, brun aux cheveux courts, presque glabre de visage, souriant de manière enchanteresse, et très élégamment vêtu d'un costume sombre qui relevait le bleu acier d'yeux lumineux..Nos mains se frôlèrent délicatement, plus qu'en une poignée très virile, et nos regards se fixèrent un instant.

Dès ce moment magique de découverte mutuelle, un courant, une attirance, une séduction se cumulèrent et je pris place de façon à faire face au sujet de mon émoi.
Apparemment, il ne semblait pas indifféremment à la sveltesse musclée fin de mes 19 ans car, durant le cours du repas, il ne cessa de diriger vers moi  oeillades et sourires suffisamment éloquents, sans pour autant être trop visibles des convives de chacune des deux tablées.

Les agapes achevées pratiquement en même temps de chaque côté, les salutations reprirent et, en me serrant la main un peu plus qu'il n'aurait être dû, le sémillant « quadra » me murmura  un « A très bientôt, sans doute ».
Il disait vrai.
Après avoir entendu cela de mes « vieux » lors du déjeuner, savait-il que je devais prendre le car de 16heures ou la chance nous servit-elle ? Toujours est-il qu'attendant mon bus en rêvassant sur sa personne, il pila net sa voiture au bord du trottoir servant de quai pour les bus et me fit signe de le rejoindre dans sa « mini ».
Il va de soi que je ne me suis pas fait prier et qu'après avoir jeté mon sac sur la plage arrière du véhicule, je me suis installé à la place passager …..sans même réfléchir au lieu où je serais conduit.

Mais peu importait, d'autant qu'ayant du mal à fermer ma ceinture – et, en toute franchise, n'ayant fait aucun effort pour réussir – le chauffeur de mes désirs s'arrêta sur le bas-côté de la route et profita de l'occasion pour caresser ma joue gauche et déposer un baiser sur mes lèvres.
Hummm !!!
Après que nous eûmes échangé nos prénoms de Pierre (pour lui) et de Julien (pour moi), le cher conducteur profita d'une ligne droite pour saisir ma main gauche. Il l'embrassa tendrement, puis la déposa sur sa cuisse gauche où je l'ai naturellement laissée.
Devenue légèrement pressante, ma paume nous fit vibrer Pierre et moi.
Chacun eut alors le privilège de constater que, sous le tissu qui les recouvrait, nos entrejambes grossissaient avantageusement.

La discussion se poursuivit presque naturellement malgré nos émois et Pierre s'intéressa à mes études en Ecole de Commerce à LYON où il devait, lui aussi, se rendre ce soir-là.
Alors, il ne s'est plus agi me déposer à VALENCE, lieu où j'aurais dû quitter le car de PRIVAS pour prendre un train ….. mais de gagner ensemble la capitale des Gaules ….. les nôtres toujours tendues dans nos fûtes.
Pendant ce temps, la pluie avait évolué en rafales violentes tandis qu'au départ de LORIOL la circulation était ralentie sur l'autoroute A.7., autant par le climat que par l'embouteillage des voitures.
Alors, puisque nous n'étions pas pressés, ni l'un ni l'autre, - sinon de nous retrouver vite dans une intimité amoureuse - , il ne fut plus question que d'une étape à TAIN l'HERMITAGE.

Un «  ERMITAGE » à DEUX

La chambre de l'hôtel donnait sur le Rhône, le pont suspendu et TOURNON de l'autre côté du fleuve.
Il était 17 heures, la nuit tombait et les lumières de Noël scintillaient de mieux en mieux.

Alors que je contemplais ce spectacle, un peu pour me donner une contenance, Pierre vient se coller derrière moi.
 Il m'embrassa dans le cou, me susurra un « Julien, quel bonheur !» qui me fit fondre, puis retira le blouson que je portais, le déposa sur le lit (à une place) dont il était certain qu'il ne servirait pas, l'autre plus large devant nous recevoir.
Revenu derrière moi, ondulant légèrement des hanches pour mieux me faire sentir sa présence, il entreprit avec maestria de déboutonner la chemise de grosse toile et caressa mon torse, « pinçota » doucement mes tétons et, à son ravissement, me fit gémir, plaquer mes mains sur les siennes pour qu'il continue ces merveilleux attouchements.
Pour moi qui n'avait connu, en voiture ou dans de coins sombres, que des passades rapides et dénuées de sensualité, les attentions de Pierre furent une totale découverte.

Ma chemise alla rejoindre mon blouson, la sienne aussi : à nouveau contre moi, Pierre fit sentir la peau de son torse contre celle de mon dos et reprit ses baisers dans la nuque, ses titillements de mes seins, le voluptueux massage de ma poitrine, puis de mon ventre.
Mes soupirs d'aise, mes mains sur celles de Pierre, les vibration de tout mon corps étaient quelque peu égoïstes, mais semblaient satisfaire pleinement mon partenaire …. lequel murmurait entre deux bisous : « Oui, jeune amour. Abandonne-toi ».
S'agenouillant alors que j'étais toujours debout face à la porte-fenêtre, Pierre dénoua avec habileté la ceinture de mon pantalon de velours fin, passa une main sur ma braguette comme pour s'assurer que j'étais bien tendu et en fit glisser la fermeture-éclair.
Avant de se relever et de me retourner face à lui, il retira mes mocassins et mes cho7.

Le baiser qui suivit fut l'un des plus longs et des plus beaux que je connus.  Pierre me dira cela aussi, mais j'imagine qu'avant moi, il en avait connu d'autres … alors que j'innovais pratiquement en ce domaine.
 
Nos mains caressant nos visages, nos chevelures, nos épaules et nos dos, nos poitrines ondulant l'une contre l'autre, nous avons mêlé nos langues en une alternance de fougue et de tendresse ;
Dix minutes, un quart d'heure ? je ne saurais le préciser, mais Pierre prit son temps avant de passer ses mains sur le dos de mon slip, puis d'en glisser une à l'intérieur.
Quelle douceur qui m'électrisa et différait tant des palpes viriles, voire des claques, reçues lors de mes quelques relations précédentes !!!.
Désirant le remercier de ces bienfaits, l'inciter à poursuivre dans la découverte de nos corps et de nos sens, ne plus rester totalement passif, je voulus défaire sa ceinture ….. mais n'avait pas son art. Se détachant de moi avec un sourire malicieux, il se déshabilla lentement et n resta qu'un meini slip superbement déformé.

Me prenant par la main il nous conduisit vers le grand lit.

Volupte

djch@voila.fr

Suite de l'histoire

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

14 aout 2019

Nouvelles (20)

Abdou Romain
L’école de danse Noah93
Hétéro, juste ce qu'il faut Hugo
What a TØS Sexaddict49
Première hard Tours37
Plan à 3 en extérieur Sylou69
Fouille révélatrice à l’aéroport KarlJ
La piscine Quentin94
Un sauna de verre Glaudoun
Défonce au camping Heysi37
Pauvre Cyrillo Romain
Mes dépucelages -01 XXL
Mes dépucelages -02 XXL
Le fils du shérif -01 Matt
Le fils du shérif -02 Matt
Le fils du shérif -03 Matt
Faire durer le plaisir Frank
Faire durer le plaisir -02 Frank
M Renart
M -02 Renart

La suite (9)

Le cul -02 chuuuut17
Un étudiant appliqué -09 Amical72
Un étudiant appliqué -10 Amical72
Un étudiant appliqué -11 Amical72
Mariage pour tous -14 Yan
Passion en toutes lettres -21 Romain
Passion en toutes lettres -22 Romain
Passion en toutes lettres -23 Cyrillo
Passion en toutes lettres -24 Romain

Aout 2019

Nouvelle

Amoureux de Dimitri Chopassif
Prof de sport Victobg
Lost in Cocktown Pititgayy
Il m’offre son c... Seithan
Jardinier bien bâti Virilbgmuscle06
Mes années de fac Louisallenk
Toilettes publiques Hugo
Anniversaire de mon beauf Linox
La Cage d’escalier Éric
Révélation au club de natation WhiteKnight
Mehdi, le livreur de pizza Pol
Les vices de l’internat Lloh
Le volleyeur et le rugbyman Dolto
Chienne à rebeu Larbin
Nils -01 Renart

La suite

Passion en toutes lettres -17 Romain
Passion en toutes lettres -18 Cyrillo
Passion en toutes lettres -19 Romain
Passion en toutes lettres -20 Cyrillo
La grosse bite de mon beauf -08 Ghost writer
Un étudiant appliqué -07 Amical72
Un étudiant appliqué -08 Amical72
Amour inaccessible -05 Miangemidemon
Nils -02 Renart
Mariage pour tous -13 Yan
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)