PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Trou à bites
et pognes à dispo devant mâles

Histoire vraie récemment vécue Je venais d'arriver à paris, en cette fin de décembre 2O14, habitant dans le département des Vosges, hélas, dès mon entrée dans Paris, peu après Bercy, panne de voiture, remorqué, je dus laisser mon auto trois jours durant  boulevard voltaire pour réparation, trois jours devant moi, alors que je ne devais faire que l'aller et retour pour affaire. Dès le lendemain dans l'après midi, je décidai de rejoindre un sauna où je vais habituellement quand je descends à Paris. Rapidement à poil, alors que je tendais mon cul dans une cabine, un puis  deux puis trois mecs à grosses bites entreprirent de me défoncer le fion en me traitant de salope. T'aime la bite salope, oh oui, elle aime la bite cette pute, on va lui faire voir ce que c'est que des grosses bites en rut.Ils étaient costauds, la quarantaine et la cinquantaine comme moi, sauf que je suis mince, imberbe, svelte et terriblement cho du cul pour  1,7O m et 58 kg.Une femelle pute quasiment et rasé pour le peu de poils qui me restaient au pubis, glâbre pour mieux plaire aux arabes .  Le plus costaud m'enfonçait une grosse bite d'environ 19 et bien large de 6, il me pilonnait puis stoppa pour laisser la place aux deux autres, le second, bite de 2O un rien moins large s'enfonça dans mon cul direct et me pilonna à son tour, il me repassa ensuite au premier,qui me défonça à nouveau pour laisser la suite au troisième qui me traita de sale pute, t'aime la queue, ça se voit, sa bite était aussi large que le premier mais un chouilla plus longue, un bon 21 cm réel. Je ne sentais plus mon cul, j'étais devenu un trou à bites car ils me baisaient tour à tour depuis une bonne heure dans une cabine assez étroite où je m'étais présenté le cul tendu en levrette tête au mur, d'où l'impossibilité pour moi de sucer hélas. J'étais taraudé sans cesse, à peine une bite sortie qu'une autre rentrait, d'autres mecs passaient et repassaient médusés par ces enculades à répétition d'une bonne pute soumise. Ils jouirent tour à tour puis quittèrent la cabine aussi vite qu'ils y étaient entrés. . J'allai prendre une douche et me réinstallai dans une autre cabine, plus spacieuse cette fois et qui fermait à clé. Je laissai la porte ouverte et tendais mon cul, ma croupe à qui en voudrait, en plaçant à côté gants, crisco et gel à fist. Je tournais le dos à la porte, croupe offerte, j'entendis un mec rentrer et me peloter les fesses, me constatant peu farouche, il fermait la porte et commença à me tripoter le cul. T'as une belle chatte me dit il, t'es une salope, je répondis que oui, que j'étais même une bonne putain à dispo et que je lui tendais ma vulve de chienne. Il ne se fit pas prier , ne mit pas de gant mais se lubrifia copieusement, il graissa mon fion de tapette et y pénétra un doigt, voyant la bonne largeur de la chatte, il y mit très vite deux doigts puis trois, puis commença à m'ouvrir de ses cinq doigts, me pénétra rapidement de sa main que mon cul absorba. Putain dit il, t'es une belle putain toi, je vais te casser le cul salope ! Il me fouillait et commença à aller plus profondément, jusqu'à mi bras, putain, t'es profonde comme une grosse pute toi me dit il, ouvre toi, ouvre ton cul salope.... et il se mit à y ajouter quelques doigts de l'autre main, doucement, la première ayant été absorbée au delà du poignet par ma chatte de pute, il enfonçait alors la seconde doucement et réussi à mettre la seconde main, grosse pute me dit il encore, t'es une grosse pute ! à ses insultes, je m'ouvrais encore davantage, car j'aime être dominé  et insulté en sale  pute que je suis. Il me fouilla ainsi puis retira une main, ramena la première à hauteur du poignet et ferma son poing dans ma chatte et commença à me tringler hard à poing fermé,il le tournait dans ma chatte sans égard,  il sortait et rentrait aussitôt, puis il commença à me boxer la chatte de ses deux mains en aller et retour, il avait des mains de 7-8 cm. Je ne sentais plus mon cul, je n'étais plus qu'un trou , ce que j'aimais être, ne plus penser, n'être plus q'un trou à dispo pour les bites et les pognes vicieuses, en me gazant au poppers copieusement pour être total soumise. Après une petite heure de défonce, je souhaitai faire une pause. J'avais le cul en feu et avide à peine ses mains sorties d'en découdre à nouveau. Aussi, je lui tendis à nouveau ma chatte et la sortais au maximum, les cuisses bien écartées.  T'en veux encore grosse pute que tu es ! Oui, vas y, fais ce que tu veux de ma chatte, je suis en chaleur. Il ouvrit alors la porte, me traita encore de sale pute et me boxa la chatte à un rythme encore plus effréné,poings fermés qui rentraient et sortaient tour à tour,  d'autres mecs regardèrent alors et l'encouragèrent à me casser le cul, vas y ça c'est de la pute ! Un des mecs se joignit  à lui et ils me fistèrent à deux, l'un sortait, l'autre rentrait, ma chatte était pleine de jlube et mouillait sans retenue, j'écartais de plus en plus mes cuisses et je leur tendais de plus belle ma croupe de tapette, de pédale, de femelle pour leur faire comprendre que j'en voulais encore. Je suis à vous, leur dis je une nouvelle fois, faites ce que vous voulez de ma chatte, je suis une pute totale, car j'avais le besoin de m'abandonner total à ces mecs , leur donner mon trou, qu'ils me fassent une grosse vulve de truie, je n'étais que ça, une chatte béante prête aux grosses mains et grosses bites. La fin de l'après midi arrivant, nous fîmes tous une pause et j'en profitai pour quitter le sauna et allai me restaurer avant la soirée que j'avais prévu de passer dans un club fist très connu de la capitale et qui ouvrait vers 22-23 heures. Je pris mon temps à bien diner et gagnai la direction opposée de là où je me trouvais afin de me présenter au club proche de Bastille,  pile à l'ouverture.Il s'était écoulé quelques cinq heures depuis mon dernier fist dans le sauna, mon cul réclamait déjà. Je rentrai dans le club le premier, je me mis à poil en joks strap cuir et boots de motard, chaussette rouges, couleur distinctive des Fistés et Fisteurs. Je m'installai au sous sol dans une cabine ouverte où je pus me présenter en levrette, ma position favorite, cul offert à tous, sans voir, sans choisir, en bon soumis. Je me lubrifiai la chatte et j'attendis. Un mec vint me Fister, sans que je ressente de domination, cela dura peu. Un autre pris la relève et  plongea sa main directe dans ma chatte, sans autre préliminaire, salope me dit il et il s'enfonça plus encore, doucement puis me boxa un petit moment.  Je lui demandai alors s'il voulait qu'à mon tour je lui rende la pareille et que je le Fiste, il me répondit merci, mais je ne suis qu'actif. Je remontai à l'étage, pris un verre de jus de pomme, et snifai  comme auparavant mon poppers pour m'exciter et m'offrir comme une pute. Là, après une vingtaine de minutes, un black, costaud, quatre fois plus costaud que moi, de très grosses pognes me caressa la croupe, je frétillais déjà, il enduit ses mains sans gant de graisse crisco et commença à plonger deux doigts, puis trois, puis quatre, très vite, il engagea sa main, rentré dans ma chatte il forma son poing et poussa plus loin dans mon cul, je jouissais de la chatte tellement je me sentais écartelé et dominé sans qu'il prononce un seul mot, je me sentais être sa pute . Il me travailla la chatte en aller et venue changeant de main à chaque pénétration, doucement. Le cul ainsi préparé, il engagea un rythme plus rapide, il me boxa avec ses grosses pognes de mâle, une main sortait au poing, une autre rentrait, je gueulais de plaisir et de souffrance à la fois, j'en voulais, ça c'était certain. Je suis incapable de dire combien de temps cela a duré tellement la baise était intense forte et hard. Il me cassa le cul littéralement, j'étais démonté du cul, une chatte béante de vraie putain cette fois. C'était là ma seconde soirée à Paris, je quittai après ce bourrage intense et bestial le club, il était environ deux heures du matin. Dès le lendemain, je reprenais ma voiture réparée, je rentrais dans les vosges, curieusement, je n'avais pas mal au cul, le black m'avait défoncé en roi de la baise hard, vraiment. .. mais je fus rassasié pour un bon quinze jours, c'est à dire jusqu'à ce début janvier de 2O15. Je dois retourner à Paris vers le 9 janvier et je compte bien trouver quelques machos en rut pour dominer mon cul et en faire ce qu'ils veulent.... car je ne suis u'un trou, qu'un cul, en baise je ne pense pas, je suis UN CUL en chaleur à dispo. Comme d'autres ici , j'adore les arabes, les blacks et les mecs bien montés, les mecs vicieux qui savent ouvrir un cul pour en faire une chatte de pute à fist et à bites sans retenue......alors si vous êtes dominateur de cul, de bonne pute, je suis à votre dispo. mail baladyn@live.fr

Tiger800

baladyn@live.fr

Autres histoires de l'auteur : Le Keller - Trou à bite -

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

19/03 : 17 Nouvelles

Andrew Aeshenn
La fibre paternelle gaydu71
Parfaite femelle Femelle
Retour de soirée Vap
Le serveur de la plage Eric
Le sandwich taiwanais Jako
Cours particuliers Julespg
Les toilettes du train Marc
Combien sont-ils ? Houne66
Pas vu venir celle-là ! James
Seul… Jako
Première avec un homme mûr Curiosite40
Dernier sauna à Paris Chopassif
Lieu de drague Puteadispo
Le mec de ma coloc Bryan
Siaka, le bel Ivoirien Gregmrs
L’internat Matte070

La suite... 7 épisodes

Le moniteur moto -09 Sketfan
Ma gorge défoncée -05 Mâlelope
Mon demi-frère hétéro -05 Oldyano
Stage BTS à la ferme -09 Stéphane
Soumission & Domination -523 Jardinier
Le patient -05 d.kine.75
Mariage pour tous -05 Yan
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)