PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Les baises sulfuriques

Chapitre 1

( L'histoire qui suit est bel et bien réelle. Adepte de vos récits, j'ai décidé de vous faire part, à mon tour, de mes expériences les plus marquantes. Je me permettrai, cependant, de changer les noms des protagonistes. Je vous souhaite une bonne lecture, et qui sait : une bonne masturbation. )

Si vous cherchez un récit sexuel, je vous conseille de lire ma prochaine histoire. Celle-ci est une introduction, je vous explique qui je suis et les enjeux de mon récit.

Je m'appelle Marko, j'ai vingt ans et je peux vous assurer que malgré mon jeune âge, j'ai enchaîné les pénis à de trop nombreuses reprises. J'ai commencé à me masturber aux alentours des trois, quatre ans. Ce qui est étonnamment tôt. J'ai pour souvenir de m'être frotté au sol, ou contre mon matelas même devant mes parents, sans songer une seule seconde à l'intimité que devait engendrer mon acte. J'ai toujours su que j'aimais les hommes. Et par homme, je n'entends pas les garçons, non, je parle d'homme. J'ai compris, au fil de mes traquas d'adolescent, que j'étais également attiré par les filles, mais c'est une toute autre histoire et qui n'a que très peu d'intérêt sur ce site. Je suis petit, avec un corps plaisant mais bizarre. J'ai des jambes et des fesses de rugbymen sans même avoir pratiqué de sport. Le reste de mon corps, lui, est plutôt fin, il m'est même arrivé d'avoir du ventre. Bref, je ne suis pas un mannequin mais j'ai bien d'autres atouts. Je suis mignon, j'ai un visage d'enfant. On me donne souvent quatorze, quinze ans, ce qui est parfois enquiquinant dans les clubs ou les bars. J'ai de bonnes joues avec un air de gosse accroché à la gueule. J'suis brun, aux yeux brun. J'ai également un style vestimentaire que je soigne au plus haut point. J'suis le genre de type qui ferme ses chemises jusqu'au dernier bouton, avec les chaussures cirées et les costumes parfaitement taillés. Ma queue n'est pas hors-norme, non. Elle peut atteindre 17,5 en longueur lorsque je suis vraiment excité mais c'est plutôt rare. Nous y reviendrons plus tard. Elle est par contre large, 7 centimètres, et ornée d'une grosse tête recouverte d'un prépuce.

J'ai un rapport au sexe assez complexe. Je suis quelqu'un de très sensuel, aimant mêler passion, fougue, fermeté et violence. Les amants avec qui j'ai pu résoudre cette équation se compte malheureusement sur les doigts d'une main. J'ai pour rêve d'être acteur, et je vois la vie comme une immense et imprévisible scène de théâtre. Avec ces hommes, que je rencontrais sur internet, il m 'était donné l'occasion d'exercer tous les rôles possibles et imaginables. De la prostituée en manque de drogue, au fils à papa voulant défier l'autorité parentale. Mais aussi de la racaille aux fantasmes lugubres au jeune ado évasif voulant faire son grand saut dans l'univers du sexe. Oui, je peux comprendre que ça a l'air déroutant, mais c'est ce qui m'excitait. Alors oui, attendez-vous à lire les descriptions de mes sensations, de mon plaisir mais aussi de mes frustrations sexuelles. Mon aventure n'est pas anodine, et c'est pourquoi je veux vous la faire partager.

J'ai commencé à forniquer à seize ans, mais je ne m'attellerai pas aux récits de mes expérience avant le jour de mes dix-huit ans. Pour faire court, ma première fois était décevante, mon petit ami de l'époque était doté d'un pénis si minuscule que je ne le sentais pas passer. Il avait au moins la chance d'embrasser comme un dieu.

Dans LES BAISES SULFURIQUES, je veux allier mon amour pour l'écriture, mes sensations et mes expériences. J'aimerais également avertir les jeunes lecteurs, ceux de ma génération. Je vous conseille de ne pas faire la même erreur que moi. Le sexe, ce n'est pas de la pornographie comme on en voit sur nos écrans. Par exemple, il faut travailler ses sensations avant de savoir, si oui ou non, le viole vous excite réellement. Il faut apprendre à connaître son corps et surtout ses envies. Les récits qui suivent ne sont pas tous formellement joyeux, mais que l'on se rassure, tout va bien pour moi à l'heure actuelle. J'ai cessé de coucher avec le premier venu, et favorise l'entente spirituelle aux désirs physiques.

Chapitre 2

J'enchaine les pipes, et je dois avouer que j'adore ça. Sentir toutes ces verges, tous ces glands se gonfler au fond de ma gorge, c'est si exaltant. Les expressions de mes partenaires, leurs membres qui se crispent à chaque coups de langue, ça ne me donne que d'avantage confiance en moi. Je suis en capacité de les assouvir avec ma simple bouche, je fais ce que je veux d'eux et ce en une bouchée. J'adore, c'est comme avoir le contrôle sur leurs pensées, sur leurs réactions. Puis il faut dire que je sais y faire pour les exciter. Je mesure leurs tempéraments, et j'en joue ouvertement. Monsieur A est timide, pas très beau et manque de confiance en lui, alors je serai extraverti et bien chaud. Monsieur B est silencieux, le regard sombre, il n'est donc là que pour une seule raison : se faire vider les boules. Je dois donc m'appliquer à le débarrasser de tout son stress de la semaine avec ma vulgaire et curieuse langue. Il doit se lâcher sur moi quoi, je suis là pour ça après tout.

C'est pas que je m'ennuie des bites, mais j'ai un autre trou qui commence à se sentir seul. Parce qu'à part par un ridicule et microscopique pénis, mon cul n'a jamais été visité comme il se doit. Je me mets des doigts quelques fois, mais c'est pas l'extase. Quel bonheur quand je me connecte sur mon tchat tant adoré et que je fais la rencontre de Basil qui n'accepte de venir me voir que si je le suce, et qu'il m'encule par la suite. C'est enfin le grand soir. Il se décrit, rebeu, vingt-huit ans, patron d'une chicha. Je peux vous dire que je m'attendais tellement au stéréotype du blédard que j'y suis allé franco. Je me suis décrit comme une vierge qui rêve de teub, prête à se soumettre à un bon mâle actif et dominateur pour la première fois de sa vie. Le beau Basil ne s'est pas fait prier. En une poignée de minutes, il est arrivé au point de rencontre.

J'arrive sur le parking, stressé et excité comme à mon habitude. Une Audi débarque. Je monte lorsque je reçois son sms. Il est foutrement beau ce Basil. Loin de l'image que je m'étais donné. Non pas que je l'avais imaginé laid, loin de là, mais j'étais étonné de voir qu'il était plutôt apprêté. Je hume son parfum si enivrant, probablement un hugo boss, je ne saurais dire lequel mais putain, qu'il m'excite. Il a peu de cheveux, voir par du tout malgré son jeune âge. Et je n'ai qu'une seule envie, lui arracher cette doudoune. Il nous conduit jusqu'à mon squat. Un parking perdu dans une forêt. C'était un centre aéré que je fréquentais en étant enfant. La nuit, il n'y a personne à l'exception des bêtes perdues dans les bois. On sort de la caisse, puis jee lui raconte quelques bobards autour d'une cigarette, en m'assurant de lui donner envie de me baiser.

Je n'ai sucé qu'un mec, soufflais-je calmement.
Un reubeu ?
Totalement, je ne suce que des arabes. Vous me procurez.. J'sais pas, il y a ce truc qui m'excite et que n'ont pas les autres.

Je jette ma clope et vient palper son paquet en approchant mon visage du sien. Pour une raison que je ne saurai jamais expliquer, je ne l'embrasse pas. J'en avais envie, mais il ne me semble pas judicieux de le faire. Il y a un contexte pour tout n'est-ce pas ? Toujours est-il que mes doigts s'affairent à dessiner la bête que je vais dévorer sous cette pleine lune. Et bon sang, qu'elle semble grosse. Il appuie rapidement sur mes épaules, et c'est à genoux que je viens dézipper la braguette de son jean. Je lape avidement sa teub sous le tissu de son caleçon. C'est déjà si bon. Je coince son extrémité entre mes lèvres et je l'entends déjà râler. Que j'aime ce bruit putain. Je ne me fais pas prier, je baisse son caleçon et je découvre une belle et bonne bite circoncise, tendue comme la corde d'un arc. Elle doit bien faire dix-huit centimètres sur six, ce qui est encore ahurissant pour moi, qui débute dans le métier. J'évite de sucer avec les mains, donc c'est avec le bout de la langue que je viens titiller ce gland que je devine scintillant. C'est avec vélocité que je l'enveloppe de ma bouche. Je l'aspire avec une douceur exotique. Il goûte les épices, la virilité, la fermeté. C'est diaboliquement bon. Je le tête lentement en tentant de lui dessiner un visage. Il fait sombre. Je ne le vois que très peu mais je l'entends grogner. Ses doigts se perdent dans mes cheveux et c'est naturellement qu'il vient glisser ma tête le long de son pieu.

Petite pute, ta bouche est trop bonne, râle le mâle.

Je le sais Basil, je le sais. Sa queue s'enfonce dans ma gorge et c'est facilement que je la prends entièrement dans ma bouche. Je peux vous dire que lorsque je l'aspire, avec vigueur, ça le fait gueuler de plaisir. Moi, je bande fermement mais j'ose pas vraiment la sortir. Alors je me frotte comme un chien contre son mollet en espérant de tout coeur que ça ne le dérange pas.

Faut que je te baise putain, faut que je te nique.

Il me prend gentiment la main, et passe sa main derrière ma taille. Curieux, c'est presque mignon. Il me mêne au grillage, et me demande de me mettre à quatre pattes, de lui tendre mon cul. Je stresse, vraiment. Il sort de sa poche un flocon de poppers, et m'en fait prendre. Ça ne me fait rien, je ne sais probablement pas aspirer. C'est une première pour moi. Il colle sa bite à mon cul.

T'as un leggings ? demande Basil.

Je ris doucement en prétextant qu'il s'agit d'un jean serré, un jean ultra skinny pour les connaisseurs. Il me le baise et complimente mon cul. Moi je lui tends avidement. Je la veux sa bite putain. Il me met des doigts. Ça pique, mais je fais avec. Il s'enfonce en moi, son gland, ça brûle mais je fais avec. Il s'enfonce, ça m'irrite mais je fais avec. Je rugis de douleur, il me rassure, me fait reprendre du poppers et je prétexte que ça me fait du bien alors que non. Il me dit que tout est en moi, je peine pourtant à le croire. Je n'ai plus mal. Il enchaine les va et vient, et moi je ne suis parcouru que par une seule pensée « C'est que ça ? ». Je ressens sa bite en moi, je sais qu'il y prend du plaisir, mais moi., il m'en procure aucun. Il m'excite pourtant, énormément, mais rien de ce que je ressens ne s'apparente au plaisir. Alors, comme à mon habitude, je prétends que c'est bon en jouissant longuement.

Baise moi putain, dis-je pour l'exciter.
Me dis pas ça, je vais te violer.
Baise moi !

Il me martyrise le trou à coup de teub, je sens ses couilles se claquer contre les miennes et.. et.. il sort, s'excuse et je ne comprends pas vraiment pourquoi.

Je sens un liquide chaud s'étaler sur mon cul. Ce con de Basil éjacule avant même de me faire ressentir quoi que ce soit.

Il s'excuse en prétextant que ma « chatte est trop serrée ». Il me glisse aussi que jamais il n'avait été sucé comme ça. Quel plaisir d'entendre ça. Je n'ai pas ressenti le plaisir escompté, mais j'ai reçu mon lot de compliment. Il me raccompagne vers chez moi en me proposant de devenir son plan cul régulier à la seule condition d'être le seul que je vois. Je lui dis que oui, que ça me tente. Je suis rentré, et je me suis masturbé longuement. Frustrant, mais cool. Une drôle de première fois.

Il ne m'a jamais recontacté de lui même. J'ai pu le faire, une fois, et il a prétexté que j'étais un mythomane. Il disait qu'il était impossible qu'il s'agissait de ma première fois en vue de mes prouesses à la pipe. Il est pas si con ce Basil, tant pis pour lui.

Marko

idiothookers@gmail.com

Autres histoires de l'auteur : Les baises sulfuriques

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

19/03 : 17 Nouvelles

Andrew Aeshenn
La fibre paternelle gaydu71
Parfaite femelle Femelle
Retour de soirée Vap
Le serveur de la plage Eric
Le sandwich taiwanais Jako
Cours particuliers Julespg
Les toilettes du train Marc
Combien sont-ils ? Houne66
Pas vu venir celle-là ! James
Seul… Jako
Première avec un homme mûr Curiosite40
Dernier sauna à Paris Chopassif
Lieu de drague Puteadispo
Le mec de ma coloc Bryan
Siaka, le bel Ivoirien Gregmrs
L’internat Matte070

La suite... 7 épisodes

Le moniteur moto -09 Sketfan
Ma gorge défoncée -05 Mâlelope
Mon demi-frère hétéro -05 Oldyano
Stage BTS à la ferme -09 Stéphane
Soumission & Domination -523 Jardinier
Le patient -05 d.kine.75
Mariage pour tous -05 Yan
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)