PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Pudique violé

Salut je m’appelle Belmonde, j’ai 19 ans, passif, geek, de corpulence moyenne, mais athlétique (musculation ça impose) et très pudique. Très très même. Je respecte énormément mon corps et bien que je sois très mignon, peau mate, lèvre rose et trop bien relooké, quoi je suis excité par les mâles, mais ne veut pas passer à l’acte malgré l’excitation. Enfin... Dans la vie, si tu ne veux pas quelque chose de gré, tu l’auras de force.

On est au lycée, en Afrique, c’est plutôt le calvaire. Nonobstant le fait que ça soit un peu trop crasseux (quand il y a sport, vous vous changez en classe avant et après la séance : la merde !), être efféminé c’est synonyme d’être gay (une étroitesse d’esprit hallucinante) et ça courent dans tout le lycée que tu es le PD du lycée. Je me fais assez discret, mais avec mes amis pas possible et ça se voit. Enfin bref...

Quelques mois après la rentrée, rien de nouveau. Il n’y a même pas de beaux mecs dans ma classe sauf Bruno (c’est une autre histoire). Mais dans la classe voisine, c’est le contraire. Des mecs hyper musclés, trop beaux quoi (ah ! La jeunesse !). Je décide d’y faire un tour vu que j’ai des amis là-bas, d’anciens amis du primaire histoire de cibler les visages mignons. Je n’ai même pas fait 5 min que ça allègue déjà sur moi et ça me pointe du doigt. Mdr je savais qu’on parlait de moi, mais pas à ce point. Je ressors et retourne vers mon bâtiment. J’ai remarqué deux mecs, mais un est carrément la perfection : taille moyenne 1m70, noir de peau, musclé de ouf, charmeur, sourire tombeur et beau parleur (d’après les ont dits il s’appelle Maxime). Mais bon, nous sommes en Afrique, je vais juste me rincer les yeux et basta. Je décide donc de venir quelques fois quand ils ont sport histoire de le mater incognito. 04 semaines après, un Vendredi (je l’écris avec un grand V parce que c’est un jour spécial pour moi), un de mes amis (Franck) vient me voir pour que je l’aide pour son exposé de français sur Capitale de la Douleur de Paul Eluard sur le poème Absence II. Okay cool c’est no worries pour moi. On se programme donc à la fin des cours (ici c’est à 15h30 la fin des cours sauf les mercredis). La fin des cours sonne, il vient me chercher. J’entre en salle et OMG le BG ébène fait parti de son groupe. Je ne suis pas du genre à afficher mes émotions, au contraire, je sais très bien les masquer. Je me mets à expliquer le poème d’abord pour qu’ils comprennent, ensuite on choisit les outils d’analyse (en gros on fait une lecture méthodique du texte). Maxime (le pur BG) a l’air blasé par ce que je dis, il fait mine d’avoir autre chose à faire et me toise presque des fois. J’ai l’habitude, je digère. On finit et on se donne rendez-vous demain samedi chez Franck pour terminer l’étude, car ils remettent leur devoir lundi. Le lendemain vers 14h je prends mon bain, et je m’habille genre : pantalon slim jean, avec un t-shirt longue manche qui monte aussi vers le cou de couleur noir (lol chai pas comment on appelle ça). Je fais un enfilage avec une ceinture Gucci, une tennis adidas vapeur et une casquette Gucci. Je me suis parfumé et j’y suis allé. Je m’attendais sérieusement à ce qu’on soit juste tous les deux, mais non, coup de foudre total pour la situation Maxime aussi est là, habillé en jogging super sexy sur lui quoi, j’ai failli trébucher. On recommence le taf et tout, je lance avant à Maxime :
– Je croyais que tu n’étais pas trop français, pourquoi te priver un samedi pour venir ?
Silence total, regard noir. Mdr la honte. Heureusement qu’on était juste trois. Puis après 5 minutes il me balance :
– Je sais pas trop, on verra bien avec le temps.
Sérieusement qu’il me réponde ou pas, je n’étais plus avec lui. On commença les analyses et interprétations en prenant en considération la vie du poète et tout, Franck parti nous chercher des boissons et des apéritifs (à croire qu’on allait manger après). Dès qu’il se leva, histoire de l’attendre je mis mes écouteurs et fondu sur la chanson de Halsey without me (j’adore, ça me fait penser à mes ex). Et là je ressens une chaleur sur mes oreilles, Maxime, qui enlève mes écouteurs et me caresse par la même occasion. Je ne dis rien. Il articula :
– Tu écoutes quelle musique là ?
– Qu’est ce que ça peut bien te foutre ?

Je n’arrivais pas à croire que j’avais dit ça. C’était comme s’il ne me plaisait pas pourtant si !
Il ajouta :
– Eeh ! Calmos le PD...

Pardon ?! Le quoi ? De quel droit ? Je m’époumone à venir un SAMEDI aider des incapables et c’est ça, mon remerciement ?

– ... Attends un peu, tu cherchais quoi dire pour engager la conversation et t’as juste trouvé l’option insulter ?
Il ricana...
Moi : – pfff (en remettant mes écouteurs)
Lui : – Eh on se calme Belmonde... Nom de meuf.

Ouais pour ça il a raison.

D’autres du groupe arrivèrent au même instant. J’étais à bout de nerfs. Je ne voulais plus y rester. Comme si ça ne suffisait pas Franck ressorti avec les boissons et tout puis m’affirma qu’il allait partir à la piscine, car il a hyper chaud et je vais rester travailler avec les autres.

Moi (dans ma tête) : Mais connard j’ai aucune envie de rester avec ces mecs homophobes !!

Il y a 03 autres qui étaient venus, 02 d’entre eux allaient carrément à la piscine et je ne l’avais pas remarqué, mais il y avait aussi l’un des BG de la classe qui restait. Ça sentait le pas très net. J’ai voulu partir.

Franck : Stp reste (on était en aparté), tu ne peux pas me laisser en plan...
Moi : Je reste si tu restes.
Franck : Putain tu me dois bien ça ! Combien de fois je t’ai aidé à des heures tardives en maths ?

Il avait raison, je lui devais bien cela. Dès fois je débarque chez lui à 22h pour qu’il m’explique des trucs en math... Il avait réussi à me dissuader de rester.

Moi : Okay, mais c’est parce que c’est toi.
Maxime : Le PD a accepté de nous aider.

La foule ria. Je grinçai des dents !

Franck : Fais ça pour moi... Stp
Moi : (le dévisageant) c’est vraiment pour toi que je le fais.

Il s’échangea et partit avec les autres. Je restais avec les 2 BG hyper canons (j’exagère qu’à même), mais sérieusement à cet instant je me sentais hyper gêné, voire mal à l’aise. On était à l’extérieur et Maxime proposa qu’on entre vu qu’à l’intérieur il y a la climatisation. Arrivés au salon, nous recommençons là où on s’était arrêté. Le nouveau mec s’appelle Derrick, il est habillé style responsable (chemine & jean + Timberland). Après 10 min je me retrouvais à tout faire moi seul, car sérieusement les autres ne participaient point.

Maxime : Il fait hyper chaud, ça vous dérange si je me déshabille ?
Moi : oui ça me dérange !

Et là, s’en foutant de ce que je disais, il enleva qu’à même le haut de son jogging. Mdr pourquoi avoir demandé alors ? Il commença à se toucher les tétons, mais mon Dieu il était parfait ! La peau bien noire et super sexy. J’ai toujours été attiré par les noirs. Là j’en pouvais plus. Je ne voulais pas montrer ma gène, je suis allé aux toilettes respirer. La salle de bain est super grande qu’à même. À peine j’entre qu’il met la main et force l’entrée. Face à son poids impossible de tenir bon.

– Qu’est ce que tu fous là ?
– Ça fait des mois que tu entres en salle et me mates alors là tu vas écoper. J’espère que t’es clean, car je vais te limer tu vas la sentir passer.
– (abasourdi, je ne comprenais pas encore ce qui de passait.)
Et là Derrick entra :
– J’ai fermé les portes, on en a pour des heures avant que les autres reviennent.
Moi : – Pardon ? Vous me voulez quoi ? (Apeuré)
Les deux : – On va te salir grosse chienne.
Et là ils me giflèrent et direct je tombai sur les carreaux (je suis assez faible malgré mon physique). Maxime baissa son jogging, j’avais honte et peur de soulever la tête, c’était comme un film.

– Ne t’en fais pas, dit Maxime, c’est comme une sucette !

Et là il me prit par le cou (de force, je ne voulais pas le faire mdr) et me l’enfonça bien au fond ! Il faut dire que je n’avais pas mis une retenue. OMG ce gout ! Il fit des vas et viens hallucinants, je me sentais parcourir par des pulsions de chaleur immenses, un peu comme si j’étais un smartphone en mode vibreur quoi ! Et là Derrick baissa avec ardeur mon pantalon et m’enfonça sa langue bien au fond. Putain je gémis.

– Elle aime ça, la putain ! Elle va en avoir.

Le sexe de Maxime gonfla inéluctablement dans ma bouche, elle était hyper grosse. Derrick m’enfonça des doigts et me masturbait par la même occasion. Je gémissais comme une putain. Et là Maxime me porta et se dirigea au salon. Là il me plaça à califourchon et suça mon cul bruyamment. Putain j’allais mourir tellement c’était bon ! Derrick me mit sa bite bien en bouche et enchaina avec des gorges profondes. L’extase de ça ! J’étais tellement chaud que je pouvais supporter les gorges profondes. Je ne me voyais pas faire ça, je ne me connaissais pas comme ça, cette facette de moi était nouvelle. Là Maxime dit :
– J’ai toujours su que ce plan allait se passer un jour. Derrick prend une vidéo...
– Pardon ? Une vid....
Il me remit sa bite en bouche
– La ferme !
Pendant que Derrick me limait la bouche en cherchant son téléphone, Maxime me prit direct. La douleur était colossale, mais l’envie prenait le dessus. Il n’allait pas doucement, avec hargne et brutalité j’en bavais même. Derrick prit une vidéo de Maxime entrain de me limer comme une pute. Puis il alternait en levrette. Derrick baisait comme un dieu. Encore 45 min environ et Maxime voulu introduire sa bite pour se décharger à l’intérieur. J’étais tellement chaud et excité que je ne m’en suis pas opposé. Et d’ailleurs, à quoi bon ? Il entra, s’imposa pendant que Derrick me prenait de manière soft (lui au moins) et ils restèrent comme ça au moins 05 min puis déchargèrent ensemble. OMG nous étions vraiment en sueur. Maxime s’allongea et m’invita à le lécher de partout. On va dire que son corps noir avec cette queue c’est comme un chocolat qui fond quoi. Je suçais ses tétons, on se fourrait des pelles énormes, je me croyais rêver. Il me touchait de partout et me masturba pendant que je lui faisais une fellation. Il éjaculation une autre fois dans ma bouche une quantité considérable de sperme et moi dans sa main. Ils se rhabillèrent et moi, j’allai me laver une fois encore et me vêtir de mes habits restés dans les toilettes. Une fois ressorti, je les trouvais entrain de mater une vidéo, la nôtre :

Maxime : Tu fais une bonne pute dis donc. Ton cul est à tomber. En plus t’es sacrément beau mec.
Moi : Supprimer cette vidéo, dis-je en essayant de l’arracher le téléphone des mains (comme si je pouvais vraiment le prendre).
Maxime : Tu seras notre vide couille à partir d’aujourd’hui. Enfaite c’était un plan tout ça, et ton soi-disant ami en fait parti.
Moi : (choqué)
Derrick : Mais il n’est pas au courant, on peut toujours lui dire qu’au-delà de tes airs efféminés, tu es un hétéro et tu as refusé nos avances. À condition que tu baises avec nous quand on veut, où on veut et si on veut (là il me fit un sourire qui me désarmante en dépit de ma désolation). J’avalais la salive. En une minute je voyais ma vie foutue en l’air à cause d’un plaisir de quelques heures.
Maxime : T’en dis quoi ?
Moi : Silence.
Maxime : Qui ne dit mot consent. Apprête-toi pour mercredi prochain, après le cours de sport dans les toilettes des terminales. On va te limer 5 min pas plus.
Je pris mes affaires et voulu partir quand...
Maxime : Soit à l’heure sinon... On divulguer cette vidéo sur les réseaux. Toi qui aimes faire ta star tu seras servir.
Je sortis quand il m’appela :
– Belmonde ?
– (en larmes) quoi ?
– Cesse de faire ta chochotte et viens nous embrasser.
Et moi, malgré moi (et vraiment malgré moi) je me suis approché de chacun d’eux voulant juste faire des bises, mais Maxime lui m’arrêta avec force et m’envoya sa langue bien au fond dans ma bouche. Putain les frissons de ça !
– Tchiao firent-ils.
Et je rentrai chez moi, dégouté par ses hommes qui auparavant me rendaient fou. Peut-être c’est dû à l’éjaculation ? La consommation de ce moment ? Qui sait ?
Cependant, le mercredi prochain ne s’est pas vraiment passé comme on l’avait prévu.
À suivre...

Vos commentaires chaleureux à l’adresse belmondelips@gmail.com

Belmonde

Belmondelips@gmail.com

Autres histoires de l'auteur : Pudique violé

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

13 mai 2019

Nouvelles (15)

Sauna Sun city Julien
Ma première chez les hommes 13008
Une sacrée initiation Lucif
Mon prof, mon pote et moi ? Étalon
Un bon prêt en liquide Pititgayy
Le copain de ma fille Jeanmarc
Soumis en cam Lope75
Jeux de rôle musclés Stéphane
Les potes de mon grand-frère 3-1 Marc 67
Travesti éduquée par son maître Julia2
Mise à dispo  Lopeajus39
Sissy Bumi88
Tournante de rêve Jerem72
Le clandestin Jako
Les skets de mon pote d’internat Kifflesket

La suite (8)

Un amour de soumis -06 Elfe
Au Sauna de Sochaux -02 Chatenois25
Un examen oral -03 Gogo
Les skets ... -02 Kifflesket
Soumission & Domination -527 Jardinier
Soumission & Domination -528 Jardinier
Soumission & Domination -529 Jardinier
Soumission & Domination -530 Jardinier

Mai 2019

Nouvelles

Ma (Dé) Formation Matiti Yah
Un plan psychologique Alcide
Révélation nocturne Pierredelavega
Enfin ! T&R
Au mariage de mon neveu Eliot
La chienne exhib Pol
Bar bien chaud Caramel
Réalité fantasmée Fred
Un taxi ? Houne66
Rendez-vous chez le médecin Paul75
Randonnée initiatique Ron
Comment j’ai sucé mon cousin Romain
Prague Astro
Vengeance Julian Lerkin

La suite

Frenchies -12 Pititgayy
Le patient rebeu -02 Dirtybator
Stage BTS à la ferme -12 Stéphane
Ma (Dé) Formation -02 Matiti Yah
Ma (Dé) Formation -03 Matiti Yah
L'éveil du Renart -04 Renart
L'éveil du Renart -05 Renart
L'éveil du Renart -06 Renart
Kader -15 Cédric T
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)