PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Un petit tour très chaud au musée et ses environs

*prénom modifié pour des raisons évidentes d’anonymat

Salut à tous. Depuis le temps que je lis toutes vos histoires, et que certaines me donnent un plaisir incomparable, il fallait bien qu’un jour, je fasse partager mon expérience et mes tribulations de petit mec passif, chaud des fesses !

Je me présente je m’appelle Antoine*, j’ai 22 ans. 1 mètre 72, 75 kilos, pas musclé pas tout svelte et sec, mais mignon dans l’ensemble. Yeux marron clair et verts, perçants, un vrai regard de petite salope accro à la queue. Châtain, cheveux courts, visage plutôt carré et bien taillé. Je ne suis pas une gravure de mode, mais au vu de mes conquêtes, et de leur nombre je dois m’avouer très heureux, et probablement au gout des mecs. Je suis totalement passif, plutôt salope au lit voire très salope, une vraie chienne. Pas efféminé, ce qui plait, mais dès que je suis au lit devant un bon mec bien chaud, avec une bonne grosse tige bien baveuse, aux couilles pleines à se vider, et qu’on me file un peu de poppers, je deviens une vraie pute à baiser et défoncer dans tous les sens, sauf que l’on n’a pas besoin de me payer. Me faire déboiter sans ménagement et sans pitié me suffit.
Je suis étudiant en master à Clermont-Ferrand et pour le bien d’un stage universitaire, je dois me rendre dans un musée de la région, dont je tairais le nom, anonymat oblige ?. Rien de sexuel ne se passe dans le musée, il faut rester sérieux, mais à longueur de journée, je n’ai qu’une idée en tête, attendre ma pause entre midi et deux heures pour trouver un bon mâle en rut, avec une bonne grosse queue, et me faire exploser le cul en 2-2, en bonne chienne offerte.

L’autre jour, un mercredi après-midi, j’avais énormément de travail à faire, mais Grindr n’était pas loin. Soudain, je vois la diode de notif clignoter blanc. Un seul geste, je vais voir sur l’appli. Un mec, 29 ans, plutôt BG me contacte. Après les banalités d’usages, et quelques photos, où le mec me montre un beau corps svelte et musclé, plus une jolie bite, mais sans plus d’intérêt selon mes gouts, je conclue que rien ne se passera. Je dois partir à 16 h 50 maximum pour chopper un train à 17h10.
Il est 16h, je désespère quand là, le miracle se produit. Un mec, 38 ans (tout ce que j’aime puisque je kiffe par-dessus tout les mecs entre 35 et 45 ans, là avec ces gaillards je suis une vraie pute !) me contacte. Quelques rapides banalités, puis direct m’envoie une photo de son visage et de son corps. Barbu de 3-4 jours, visage carré, châtain, tirant sur des reflets roux, cheveux courts. Son corps est comme j’aime, genre bear un peu musclé, mais sans que ce soit trop. Bon sillon de poils au-dessous de son tapis sur le torse, descendant jusqu’à un slip aussiebum, bien garni à en croire ce que je vois. Là, direct à cet instant, aucun doute n’est possible, je veux me prendre sa queue ! j’envoie tout ce que j’ai en stock pour le chauffer et le mec m’envoie une photo de sa queue. Un bon 19 cm par 6 je dirais à la louche (maintenant, j’avoue que je peux le confirmer). Le mec est chaud. Il ne peut pas recevoir, tant pis j’ai envie d’être sa chienne même quelques minutes. Je lui indique un chiotte public automatique (et propre, car oui, la salope que je suis a fait ses repérages au préalable lors de son arrivée en stage…) à côté du musée, le mec me répond direct :
– Ok… Sois là dans 10 minutes. Attends-moi sur le parking. T’as du poppers, j’en ai. Tu vas prendre cher p’tite salope. Tu veux du mâle ? ; t’en auras jusqu’au fond de ton cul…

Direct je prépare mes affaires, salue les collègues du musée, il est 16h20. Je mouille déjà du cul, et je sens mon boxer mouillé. Je suis fébrile, je suis passé en mode bonne lope. Je réfléchis même plus, qu’une idée en tête ; pomper son gros dard, sniffer du poppers, le supplier de me défoncer comme une pute et ramasser sa queue bien à fond (safe bien sûr).

16h30, le mec arrive en SUV, se gare sur le parking comme convenu. Il me fait un sourire limite vicieux. Il est encore plus sexy en vrai, il respire le mâle et la virilité, et putain ce qu’il pue le sexe. Je vais grave prendre cher. Le mec me tape la bise, me dit « alors comme ça t’as envie de te faire niquer comme une pute ? Bah viens et profite ». Il m’entraîne dans les chiottes. Dès la porte automatique refermée, il me plaque contre cette dernière et vient me coller la main au paquet. Je fais de même, le mec bande déjà comme un âne. Il me roule des patins de monstres, me bouffe la langue, le cou et les lèvres. De mon côté, je lui masse la queue, puis au bout de deux petites minutes, viens y mettre la main et putain, le mec est décidément membré comme j’aime. Je peux plus attendre, je me fous à genoux, ouvre son pantalon, le descend avec son slip là, sans comprendre, me prend une biffle de malade dans la tête. Il rigole, se prend la bite, dont le gland mouille abondamment et me la rentre direct dans la bouche.
Je gobe cette tige pleine de jus, en gorges profonde tant bien que mal (car je n’en suis pas un parfait expert, je le reconnais), mais le pompe à fond. Le mec me force à suivre sa cadence. Je lui lèche les couilles, lu caresse le scrotum. Le mec me biffle, m’excite en me parlant crument. Je suis aux anges. Puis alors que je lui pompe la gueule, assis à même le sol, coincé par la porte, à la limite de me faire violer la bouche, le mec sort un flacon de poppers, me bouche les narines successivement et me gaze au poppers.
Et là, je deviens fou. Je me relève sur les genoux, lui pompe encore plus violemment la tige et me cambrant. J’essaie de le regarder avec la queue dans la bouche. Le mec se triture les tétons, me lance quelques baffes assez soft et d’un coup me sort :
– Alors ma ptite pute, t’as envie que j’te la mette ma bonne queue ? T’as envie de te faire défoncer ce ptit cul de chienne, de te faire ravager comme une pute ?
Je peux pas attendre plus. Shooté avec un max de poppers, j’arrête de le sucer pour juste lui répondre :
– Putain vas-y mec, prends une capote et défonce-moi ! j’suis ta chienne, ta pute ! déboite-moi le cul sans pitié, j’ai grave besoin d’être ta pute à foutre !!
Je me fous à 4 pattes, à même le sol (heureusement qu’il est clean, le sol), me branle comme un malade. Je sens qu’il m’enduit le cul de gel, ouvre une capote, puis d’un coup me lance « allez ma salope t’es prêt à te faire exploser ! J’aime les putes chaudes comme toi ». Et ni une ni deux, le mec m’enfonce son dard dans le fion. Direct sans ménagement. J’ai beau être plutôt bien ouvert par l’excitation et le poppers, je prends quand même cher. J’essaie de me détendre quand l’autre bête sans même attendre commence ses allers retours frénétiques, assez modérément d’abord puis avec une telle puissance et une telle force que je me retrouve la tête contre le miroir du chiotte. Et putain que ça m’excite, un putain de mâle viril et poilu est en train de me baiser le fion comme jamais, dans un chiotte public, à 40 m de mon taf, à même un parc. Je suis aux anges.

Putain ce qu’il me baise bien. Il me tient les hanches fermement, je sens sa grosse bite à chaque mouvement, elle est belle, grosse, nervurée de toute part avec un gland bien dessiné. On croirait presque un dessin de Tom of Finland. Et le mec continue de me baiser, moi à 4 pattes, abusant largement du poppers, me branlant à fond, couinant comme une chienne en manque qui enfin prend sa dose de queues de mâles. Il me claque es fesses, par intermittence, il sort sa queue et me la fait bouffer tout en me doigtant le cul avec 2 ou 3 doigts et e faisant sniffer son flacon de poppers. Je me branle en même temps que je pompe et qu’il me doigte. C’est trop bon. Au bout de plus de 10 minutes de baise intensive, il est toujours vaillant. Je suis au paradis. Le mec, viril, bien poilu, est en plus super endurant. Il me claque les fesses à fond, m’insulte et se fait de plus en plus sauvage.
Chaque aller-retour est de plus en plus violent, il se saisit de ma queue et me branle frénétiquement. Je me contente de toujours sniffer le poppers et de couiner, de gémir, de hurler de plaisir même si j’essaie de rester discret. Puis au bout, je pense de 20 bonnes minutes, le mec me branle encore plus fortement, ses coups de reins démoniaques sont encore plus violents. Il me sort « putain mec je vais cracher, t’as envie de te le prendre où ? ». Je me contente de gémir comme une bonne lope en transe, shooté par le poppers. « Allez mec dépêche de répondre, tu le veux où mon jus ? Ptite pute… ». Je suis grave au paradis avec cette queue et mon image de chienne en train de se faire loper par un mâle alpha. Je lui réponds « vide-toi dans ma bouche mec, et en faciale ». Et à lui de répondre du tac-au-tac, « Putain géant, de toute façon même si t’avais dit autre chose je t’aurais rempli la bouche et la gueule. T’as une trop belle gueule d’ange innocent pour que ce soit réel. Toi t’es une salope de la première heure et j’vais te finir comme on finit une chienne bien salope comme toi ! ».
Ni une ni deux, le mec me donne quelques ultimes coups de bites vraiment violents me faisant même limite tomber la gueule la première par terre puis vient vite me fourrer sa queue raide comme de l’acier dans la gueule. Et il continue avec la même puissance animale, la même violence masculine de me violer la bouche pendant deux trois minutes durant lesquelles je me branle à fond, alors qu’il me redoigte comme un malade. Puis d’un coup je sens que sa queue se raidit, il la sort, se branle en gémissant, en grognant comme une bête, tout en me bifflant.
– « Ah putain sale pute tu vas me faire gicler ! J’vais tout t’cracher à la gueule, t’as intérêt à tout avaler sale chienne. Sinon la prochaine fois que j’te baise tu vas dérouiller encore plus.
Je lui réponds “alors je vais gaspiller comme ça la prochaine fois tu me baiseras encore plus fort.
– Ah putain ça vient, AH !!!”
Et la sa queue me déverse quatre gros jets d’un foutre très épais et très visqueux, ans la gueule et sur la bouche, le nez et même les cheveux. Puis il me fourre sa queue dans la gueule et quatre autres jets arrivent. Plus petits mais déjà grave impressionnants. Le mec me branle et d’un coup je largue tout mon jus dans ses mains, six gros jets de mon jus, épais mais moindre. Là le mec me montre mon jus, alors que j’ai sa queue encore toute raide dans la bouche. Je suis au paradis, j’ai kiffé ma race en me faisant baiser, ça fait au moins 25 minutes qu’on est là-dedans à baiser, ça pue le sexe, la transpiration, les effluves de poppers et la bite, le jus. Bref ça pue le sexe comme jamais. Je suis encore accroché à sa queue, la bite qui redescend, et quand enfin j’ai avalé, le mec me fourre mon jus dans la gueule et remet sa bite. J’avale tout. Je suis aux anges. Le mec me roule une pelle de fou, me claque sa queue sur la joue et me sort :
- “Toi mec, t’es la encore un mois en stage ? Tu vas être à moi pendant un mois. Si tu veux, tu viens chez moi quand tu veux. J’te baiserai tant que tu voudras et si tu veux j’ai un ou deux potes qui pourraient vouloir te baiser seuls ou à 2 ou trois si ça te dit ?
– Ouais grave”, dis-je en e rhabillant, levé, mais les jambes toutes chancelantes.

On se resape, rapidement, puis nous sortons discrètement des chiottes, laissant derrière nos ébats. On se quitte après avoir grillé une petite clope discrètement, loin du musée. Le mec me file son 06, me tape la bise et se casse oklm. Tandis que je me dirige vers la gare je reçois un sms : “C’était grave chaud mec, t’es un putain de coup. Je parle de toi à mes potes, réserve-toi deux ou trois créneaux pour qu’on te baise à 2 ou trois tu vas pas être déçu”. Puis deux minutes après “Ps : reviens demain même heure, tu vas encore prendre cher ma salope, allez tchao à demain bises”. Il signe de son prénom.
Je file à la gare, le cul bien ouvert, limite douloureux, comme j’aime. Là sur le quai, je mate un mec de la sécurité ferroviaire (1 m 90, moyennement musclé je dirai normal, mais barbe de 3 jours brune, chauve, teint hâlé en attendant et gros paquet moulé dans on uniforme) en attendant le TER, il me fait un sourire, je lui rends. Je l’ai déjà remarqué plusieurs fois dans le train. Je vais sur grindr, et bam, le truc de ouf, il y est. Le mec vient vers moi, ayant vu ma photo de profil. Discrètement devant moi il se touche le paquet et me dit tout doucement. “T’es de Clermont ? Moi ouais. Regarde ton grindr et viens un de ces jours. J’vais te baiser comme une chienne !”. J’en crois pas mes oreilles et c’est véridique. À peine me suis-je fait baiser qu’un autre veut déjà me défoncer à son tour. Je rebande direct, le mec me sourit et lance “Allez ptite lope, tkt viens à Clermont et tu l’auras dans le fion”.

Le train arrive en gare, puis part. je suis installé tranquille, les mecs de la sécurité repassent dont le Don Juan du quai, il me sourit, fait un clin d’œil et dernier du rang dans une voiture assez peu remplie se touche la queue. Je bande de ouf, puis sors mon ordi. J’ouvre Word et me voilà à raconter cette folle histoire, incroyable mais dans laquelle tout est vrai !

À bientôt, peut-être. Faites-moi parvenir vos impressions et retours, en espérant que cette histoire vous a plu ! N’oubliez pas vos mouchoirs !

Histofun

ach120297@gmail.com

Autres histoires de l'auteur : Un petit tour très chaud

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

21 mai 2019

Nouvelles (15)

Découverte Femelle
Une bonne salope sur un parking Chubbyslut
Complainte du garçon... Jako
Mon coloc me trouble -01 Svven
Mon coloc me trouble -02 Svven
Mon coloc me trouble -03 Svven
Mon coloc me trouble -04 Svven
Dépucelage à la plage Femelle
Découverte de nouveaux plaisirs Paupours
Louvain-La-Neuve sur un parking Nico
Sauna, mon premier dominant Femelle
Mes rêves J.S.
Domination à la forge Theo49
L’ange pervers Frank
L’ange pervers -02 Frank

La suite (8)

L'éveil du Renart -07 Renart
L'éveil du Renart -Fin Renart
Valentin et Simon -02 Aeshenn
Kader -16 Cédric T
Colocation -09 Emerick
Colocation -10 Emerick
Stage BTS à la ferme -13 Stéphane
Les potes de mon grand-frère 4/2 Marc 67

Mai 2019

Nouvelles

Sauna Sun city Julien
Ma première chez les hommes 13008
Une sacrée initiation Lucif
Mon prof, mon pote et moi ? Étalon
Un bon prêt en liquide Pititgayy
Le copain de ma fille Jeanmarc
Soumis en cam Lope75
Jeux de rôle musclés Stéphane
Les potes de mon grand-frère 3-1 Marc 67
Travesti éduquée par son maître Julia2
Mise à dispo  Lopeajus39
Sissy Bumi88
Tournante de rêve Jerem72
Le clandestin Jako
Les skets de mon pote d’internat Kifflesket
Ma (Dé) Formation Matiti Yah
Un plan psychologique Alcide
Révélation nocturne Pierredelavega
Enfin ! T&R
Au mariage de mon neveu Eliot
La chienne exhib Pol
Bar bien chaud Caramel
Réalité fantasmée Fred
Un taxi ? Houne66
Rendez-vous chez le médecin Paul75
Randonnée initiatique Ron
Comment j’ai sucé mon cousin Romain
Prague Astro
Vengeance Julian Lerkin

La suite

Un amour de soumis -06 Elfe
Au Sauna de Sochaux -02 Chatenois25
Un examen oral -03 Gogo
Les skets ... -02 Kifflesket
Soumission & Domination -527 Jardinier
Soumission & Domination -528 Jardinier
Soumission & Domination -529 Jardinier
Soumission & Domination -530 Jardinier
Frenchies -12 Pititgayy
Le patient rebeu -02 Dirtybator
Stage BTS à la ferme -12 Stéphane
Ma (Dé) Formation -02 Matiti Yah
Ma (Dé) Formation -03 Matiti Yah
L'éveil du Renart -04 Renart
L'éveil du Renart -05 Renart
L'éveil du Renart -06 Renart
Kader -15 Cédric T
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)