PAUSE

Le garçon derrière la machine a besoin de repos, de vacances...
Rendez-vous fin septembre ;)

PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Premier épisode - Épisode précédent

L'ami Mathieu -9

Mes deux mâles prennent le ptit déj, quand je les rejoins, après lavage rapide de la grosse fuite sentie dès le pied posé hors du lit : Chris est décidément très généreux… J'ai dormi tard. Ils ont une demi-gaule à table. On se salue avec un grand sourire, puis un baiser chacun. Mon petit dej est prêt et une fois terminé, mes deux mâles se lèvent pour le « compléter avec du bon lait de mec » : double pipe, ils me laissent les traire debout, chacun d'un côté de ma chaise. On ne tarde pas ensuite : c'est leur dernière journée, qu'on passera à la plage la plus proche : pas de pinède, pas de viol en vue… On se marre beaucoup car nos érections successives nous obligent à passer pas mal de temps sur le ventre ou dans l'eau pour ne pas être repérés par les autres estivants. Après le resto, chacun dort après un bon crémage solaire. Christophe conduit la voiture de Mat' pour le retour pendant que je suce le propriétaire à l'arrière. 8h qu'il n'a pas juté, c'est archi plein ! et Christophe craque 5mn après la vidange : il gare la voiture, les chauffeurs changent de place, et je purge Christophe pour son plus grand soulagement ; je constate aussi la puissance de la dose. Alors que je plane à moitié, avec cette dizaine de giclées en 10mn, Christophe lance la discut' :

-       C'est notre dernière soirée, on se ferait bien un truc spécial…
-       Genre ?
-       Genre refaire la baise sous les pins.
-       Ah ouais ?... ben ok, pourquoi pas ?
-       Nan mais ça te branche ? demande Mathieu
-       Ok mais vous me laissez me laver !
-       Ce qu'on veut c'est une salope qui fait tout ce qu'on veut toute la soirée.
-       Chris…, dit Mat'
-       Ben c'est pas déjà comme ça ?, demandé-je amusé.
-       Nan mais un truc plus hard, plus longtemps… que tu sois juste un trou pour nous vider les couilles… On se disait qu'on pouvait te soumettre encore plus et que tu kifferais…
-       On se disait ? vous avez parlé quand ?
-       Ce matin, complète Mat', au ptit déj.
Je pense alors à plein de choses en même temps : des images de ce qui pourrait m'attendre, celles des pins, Christophe a-t-il parlé à Mat' du plan pisse ?, etc. La langue de Christophe m'ouvre la bouche et sa main fouille déjà entre mes fesses…
-       Tu veux pas être notre jouet ? reprend Christophe.
-       Ma… Mat'…hmmm… tu veux… haaaaaa… tu veux toi ?
-       Moi j'avais pris un pied d'enfer, alors si ça te tente, c'est super…
-       Hmmmm (c'est Christophe, entre deux pelles)… j'ai déjà envie de te viander dans la caisse…je vais te faire gueuler… sur ma bite, bonne lope…
-       Chris…, reprend Mat'.

Pas facile de le calmer, mais on arrive ; j'ai dit ok à tout. On entre chez moi en bandant tous à fond, mais je file à la salle de bain, assez longtemps…Christophe me chope au moment où je vais sortir, et referme derrière lui. En clair, je dois prendre sa pisse ou il raconte à Mathieu… Je regrimpe dans la baignoire, il baisse son short et pisse aussitôt, il m'arrose partout en rigolant. Une fois soulagé il me rejoint, envoie la douche et me dit de le laver. Ensuite il appelle Mathieu et lui dit de se faire laver aussi, et sort. Heureusement il ne dit rien d'autre… Mathieu me roule pelle sur pelle pendant que je savonne bien partout, se fait sucer la bite et lécher le cul. Quand je l'essuie, j'ai l'impression que sa bite va exploser.

Les hostilités commencent dans le canapé : je me fais embrocher en levrette et les gars alternent entre ma bouche et mon cul. Je me fais démonter des deux côtés pendant deux heures ; ils se finissent une fois dans ma bouche grande ouverte, et une fois chacun dans mon cul, après une brève pause coca. Concours de celui qui me fait le plus gueuler à coups de reins, de celui qui m'ouvre le plus le cul, etc. « La première manche » se termine par moi, m'arrosant la gueule de jus, retourné sur le canapé tête en bas, maintenu et doigté par les deux bêtes qui m'insultent. Lors du repas, mes deux hommes sont encore pleins de testostérone, si j'en juge par leurs commentaires salaces. Il est décidé qu'on ferait la deuxième manche au lit, qu'on m'envoie recouvrir d'un drap.

Je croise Chris dans le couloir et d'autorité il me plaque au mur et m'encule. Mes cris attirent bientôt Mathieu, qui me gave la bouche ; les bites tournent, les remarques pleuvent sur le bonheur « d'avoir un trou dispo n'importe quand ». Christophe, après son retour dans mon cul, décide finalement de finir au pieu. Tirer mes bras en arrière pendant la levrette l'inspire : « j'ai bien envie de t'attacher salope ! Mat', prends la ceinture, là… ». J'indique où en trouver une seconde, pendant que Chris me lie les poignets dans le dos et me fait gueuler de plus belle en me bourrinant. Il s'interrompt pour faire la même chose à mes chevilles. Mat' est complètement enflammé par le spectacle ; les deux me fourrent les trous dans toutes les positions possibles, qu'ils essayent à tour de rôle. Je suis archi soumis et j'en redemande, et j'ai ce que je veux ! Alors que je suis en équerre et de côté, Mat' se vide ans ma gorge après m'avoir énergiquement « enculé » la bouche, et Chris me remet sur le dos pour se finir ; Mat' me triture les tétons pour me faire crier de plaisir encore plus, et plus je gémis plus mes deux mâles me suivent et lorsque Chris commence à me doser furieusement, Mat' chope ma queue, et je gicle en 20 secondes, m'arrosant largement le torse et le ventre. Ils me laissent là, Christophe « payant sa bière ». Je les entends se marrer au salon. Quand ils reviennent, Mat' me prend le cul et Chris se fait lécher les pieds en finissant sa bière. Etc, etc. Je suis épuisé, aussi trempé que possible, entre la sueur et le jus, et je ne sais même plus où je suis le plus farci de sperme. Ces assauts s'achèvent en double, proposée par Chris bien sûr… Ils me libèrent des ceintures et je m'installe sur lui. Je sens en me l'enfilant, que j'ai le cul quand même bien élargi, mais quand Mat' m'investit en forçant, je gueule !

Tous les deux kiffent à mort, les sensations, et Chris de voir mon visage tordu. Il est aussi frénétique avec sa langue, partout sur ma gueule, que Mat' avec sa bite. Je n'arrête plus de gueuler, serré par leurs 4 mains à la taille, sauf quand Chris sort loin sa langue pour se la faire sucer. Le plus souvent il parle, soit à Mat' (« on a jamais été si proches, man ! ouais, dérouille-le, ce cul de salope il lui en faut deux ! »), soit à moi (« putain t'aimes te faire ouvrir toi ! ouais !... gueule bien ! si c'est pas prendre son pied ça, hein ? trou à bites ! ») ; parfois, quand même, il se tait et geint, la tête renversée et les yeux blancs. Cette double sodo n'en finit pas, normal vu le nombre de fois où ils ont juté jusque-là. Mais enfin (plus de notion du temps, et à part mon trou dilaté et ramoné, et ma langue occupée à sucer celle de Chris, je n'ai plus vraiment conscience d'autre chose), Mat' annonce que ça va venir. Mais c'est ma « gueule qu'il va arroser ». Il décule, Chris me pousse sur le côté. Le temps que je me remette, et m'adosse à la tête de lit (cet air frais dans mon trou !), les deux sont à genoux de chaque côté et se branlent, la bite visqueuse et toute rouge. Je tète le gland qu'on me présente tour à tour, je malaxe les couilles en même temps, et j'ai l'idée d'aventurer mes doigts jusqu'à leur petite rosette… Après ce qu'ils ont fait à la mienne, j'ai bien envie de les stimuler… Ca glisse bien avec la sueur et je titille chacun… ils gémissent… j'enfonce lentement une phalange… ils gueulent, les ordres et les insultes ne cessent plus… je leur branle alors le cul et sens que ça hésite entre ouverture et crispation… entre deux glands à sucer, je les regarde qui me regardent avec des yeux de feu parfois mi-clos…

Et Chris entame un long râle assourdissant ; Mat' le rejoint en gueulant. Je meurs d'envie de juter aussi, mais j'aime leur doigter le cul. J'entrouvre la bouche et sors un peu la langue, les giclées pleuvent, partout des cheveux au menton. Je sors délicatement mes doigts et saisis les deux bites qui sont épuisées, pour lécher les glands et tout nettoyer, puis leurs doigts. Ils s'écroulent tous deux en arrière, en lâchant un simultané « oh ! putain ! », et tentent de récupérer leur souffle. On est donc tête-bêche, et ils appuient leurs pieds contre la tête de lit. Ils me réécartent les jambes, chacune sur leur ventre, et Mat' veut que je pousse leur jus. Je n'ai plus honte de rien, et je m'exécute. Je ne sais pas si le « oh la vache ! » de Mat' commente les coulées de jus, l'air bruyant qui s'évacue ou la forme explosée rougeoyante que doit avoir mon trou. Chris se marre : « ça c'est de la chatte de partouze ! ». Complètement exhib, je relève les cuisses carrément pour offrir un meilleur spectacle et continue de pousser sous leurs encouragements ; par ailleurs j'ai rapproché un pied de chacun : je lèche et suce les deux panards qui me couvrent presque tout le visage et me branle, toujours poussant ou rétractant mon cul. J'ai un orgasme fulgurant, violent, juteux comme rarement, et eux sont presque admiratifs de ce que je donne à voir… Avec la plus grande peine, on s'extirpe pour virer le drap trempé et tâché. Les deux mâles sont fourbus et se rallongent aussitôt, dans le bon sens. Marchant avec bien des difficultés, je gagne l'autre chambre et m'écroule sur le lit.

Je suis réveillé par le ptit déj servi au lit et mes deux hommes souriants comme des rois. Des baisers (« ouh, tu sens sacrément le sperme ! dit Mat' ; « ah, ce côté-là, c'est le mien ! dit Chris »), des blagues, ils sont adorables. Et les compliments n'arrêtent pas : ils vont me faire rougir ! Bien que les bites commencent à gonfler, Chris part à la douche, et je discute avec Mathieu. Il hallucine du plan de la veille, une première à bien des titres ; il prend des nouvelles de mon trou, qu'il caresse. Je lui dis qu'il a donc 2 jours pour se remettre ? il confirme qu'ils repassent dimanche soir avant de rentrer, lui en Provence, Chris en Normandie. Chris sort de la douche, remplacé par Mathieu ; il vient aussitôt au bord du lit, et bandé comme un cerf, se branle en disant que j'ai assez bossé la veille, qu'il va me nourrir. Je me contente de léchouiller son gland, je me branle en passant mes doigts sur mon trou très cuisant. Il m'enfonce son gland et me tient la tête. Je jute le premier, de quoi rajouter à tout ce qui a séché… Il jouit peu après, se tirant le jus rien que pour moi, « prends ta tétée, bébé ». Un délice reconstituant ! Mat' ouvre la porte de la salle de bain, je l'y rejoins pendant que Chris fait son sac ; il ne bande pas mais je m'agenouille quand même ; il a tôt fait de durcir dans ma bouche, et j'invite ses mains à me tenir la tête : message reçu, il me lime énergiquement la gorge jusqu'à se vider les couilles avec soulagement. Quand je sors de la douche, ils sont prêts ; dernier café et puis l'au revoir plein de bisous des deux, et « à dimanche ». Je n'ai qu'à surveiller la voiture de Mat' d'ici là.

mike

cherchebiberon64@hotmail.fr

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur : Famille recomposée - L'ami Mathieu - Correspondances
Défouloir pour homme marié - La communauté - À la fac - Blanche fesse - Abdel - Boucheafion - Pine d'âne - Petit gorêts

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

Septembre 2019

Repos

Le garçon derrière la machine a besoin de repos, de vacances...
Rendez-vous fin septembre ;)

Nouvelles (20)

Dépucelé par mon cousin Mecbi
Le pote de mon frère Jvicks
Plan au sauna Bonboul33
Du fantasme à la réalité Loic1972
Les oreilles d’Armand Romain
Gourmand Médi
Un domi humilé par son bâtard Franck de Nice
le prof et Karim -01 Gilou 44
Aurélie Yanno
7 mois d’abstinence James
Déjeuner torride Chopassif
Jack Yanno
Jeremy et Yohan Soroco63
Plans totalement anonymes Eric84
Premier plan hard Tardif
Après-midi au Suncity Hidalgowien
Dans l’intimité du Valo sauna Oakspirit
La Fratrie JulesP
Alexis Romain
Chroniques d’été -01 Caramel

La suite (7)

Première hard -02 Tours37
Mes dépucelages -03 XXL
Mes dépucelages -04 XXL
Mes dépucelages -05 XXL
Les potes de mon grand-frère 4-4 Marc 67
Un amour inaccessible -06 MiangeMidemon
Un Maitre marocain -02 Lope75
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider
(Simple et anonyme)
Ne donne pas accès aux pages "avant-première"