PAUSE

Le garçon derrière la machine a besoin de repos, de vacances...
Rendez-vous fin septembre ;)

PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Episode précédent

Mon p'tit con 2

Mon p'tit con voulu très vite qu'on se revoit après sa première fois. J'en mourrais d'envie aussi, replonger dans ses fesses si délicieuse, le coller contre ma peau...
Mais je voulais aussi en faire un affamé de sexe ! Je voulais qu'il ait tellement envie, qu'il accepte de se plier à mes envies pour espérer que je veuille bien coucher avec lui. Bref, je voulais le soumettre. Pour ça, je savais qu'il fallait le faire mariner un peu. Mon éloignement de quelques jours tombait donc à pic. Nous nous sommes échangés des SMS pendant ces quelques jours. J'ai rapidement fait en sorte qu'il soit de plus en plus cru, finissant par dire à mon p'tit con que sa bouche sur ma queue me manquait et que j'avais aussi très envie de me vider en lui, après l'avoir bien baisé. Il était tellement chaud qu'il m'envoyait des photos de ses fesses plus ou moins dénudées. Lui ayant dit que j'adorerai le voir en jockstrap, il m'avoua qu'il en mettrait avec plaisir pour moi, mais qu'il n'en avait pas. Deux jours après, il en recevait par colis chez lui (les joies du net) et il m'envoya des photos de ces essais. En échange, je lui envoyai des photos de mon boxer déformé par mon érection avec comme message "Dans 2 jours, 18h, chez toi"

Deux jours plus tard, je sonnais en bas de son immeuble. Il m'ouvrit sans dire un mot à l'interphone. Je trouvais la porte de son studio légèrement entrouverte. Alors que je la poussais pour entrer, je le vis se mettre à genoux dans son entrée. Il ne portait qu'un jockstrap. Cela signifiait une chose pour moi : je pouvais faire de lui ce dont j'avais envie. Je fermais la porte et en avançant vers lui, je retirai ma veste que je laissais tomber au sol, je débouclais ma ceinture et je déboutonnai mon jean. Au moment de descendre ma braguette, j'étais juste devant lui. J'entrouvris mon jean et posant une main derrière sa tête, le poussait vers mon sexe. Il se mit à lécher ma queue à travers le tissu du boxer. Alors que sa bouche tentait d'aspirer mon sexe enduit de salive, je lui dit "Bonjour mon p'tit con, on dirait que je t'ai manqué !". Il recula sa tête pour me répondre, mais aussitôt, je sorti ma queue de mon boxer pour lui enfourner entre les lèvres. Je m'enfonçais assez loin, il s'étouffa presque. Je me retirai le temps qu'il reprenne son souffle, puis je la lui remit en bouche. Je touchais le fond de sa bouche sans que mon chibre ne soit entièrement entré. Je le poussais donc légèrement en arrière, il se retrouva assis sur ses talons, penché, la tête levé. Sa gorge et ses lèvres étaient maintenant parfaitement alignées. J'étais au dessus de lui, pliant légèrement les genoux, je fis passes mon gland jusque dans sa gorge, ses lèvres se refermèrent alors sur la base de mon sexe. Je commençais de lent va et vient, lui permettant à la fois de respirer et en même temps de ressentir la plaisir d'avoir ses muqueuses caressant mon gland. Il ne me fallut que quelques minutes pour ressentir déjà l'envie de jouir monter. De temps en temps, je déformais une de ces joues en pressant ma queue contre. Je caressais alors la bosse de ma main libre. C'était un peu obscène, mais très excitant. Lui avait ses 2 mains par terre pour se maintenir en équilibre. Je contrôlais totalement mon plaisir et à priori le sien aussi !
 au vu de la bosse déformant la poche du jockstrap. Je fis encore quelques aller et retour dans sa gorge puis déchargeait abondamment mon sperme dans sa bouche. N'ayant pas joui depuis plusieurs jours, je lui rempli copieusement la bouche. Je ne retirai mon sexe que quand il eut déglutit pour tout avaler. Quand ma bite fut sortie, elle était encore gluante et débandait légèrement. Il l'embrassa puis la suçota pour la nettoyer et aussitôt elle retrouva sa raideur. Je le laissai bien baver sur ma queue puis le fis se mettre debout, je lui collais le visage contre sa porte d'entrée et le cambrait un peu. Je me servi de ma ceinture pour lui attacher les mains dans le dos. A aucun moment il ne protesta.
Je m'agenouillai derrière lui et commença à lui lécher la raie des fesses, elle était parfaitement propre et sentait bon. Je ne tardais pas à introduire ma langue dans son petit trou. Il se mit à gémir et se tortiller un peu. Je remontais une main devant pour lui pincer un téton, puis la redescendit sur son propre sexe que je tâtais à travers le tissu. Son sexe bien dur me prouvait qu'il appréciait grandement le plaisir que je lui offrais. Ceci dit, je n'en avais de toute façon pas douté un seul instant.
Je me mis debout derrière lui et pointait mon sexe entre ses fesses. Il était encore assez serré, mais je voulais sentir mon gland l'ouvrir lentement. Je pinçais ses tétons plusieurs fois, les caressant parfois. Je fis glisser mes mains jusque sur ses hanches tout en maintenant ma queue à l'entrée de son étroit canal de plaisir, jouant avec en donnant de léger coup de bassin. J'agrippais fermement ses hanches et doucement, commençait à le pénétrer. Je sentis ses parois s'écarter, et je l'entendis gémir. J'y allais lentement, voulant sentir la pénétration sur toute la longueur sans non plus lui faire mal. De temps en temps, je continuais à vérifier son érection, qui ne faiblissait pas au contraire. La poche du jock commençait à être un peu humide.
Enfin, ses fesses rencontrèrent mon bas ventre. Ma bite était entière en lui, il soupira de plaisir. Je me reculais lentement aussi pour ressortir ma queue. Je bavais dessus, laissant le gland juste contre son petit trou, puis en repoussant lentement, je le pénétrai à nouveau. Une fois enfoncé à fond, je resserais mes jambes et les tendit. En effet, étant plus grand que lui, j'étais obligé de les plier pour pouvoir le pénétrer. Une fois que je fus entièrement redressé, il ne put plus toucher le sol de ses 2 pieds. Il était sur la pointe des orteilles, un peu comme si il était installé sur un vélo dont la selle aurait été beaucoup trop haute. Et ses mains étant attachées dans son dos, il ne pouvait s'en servir pour se maintenir en équilibre. Alors qu'il tentait tant bien que mal de trouver son équilibre, ses muscles anaux comprimaient régulièrement ma queue sans que celle ci ne bouge.  Dans le même temps, il avait le visage complètement écrasé contre sa porte. En pliant puis dépliant mes genoux, je commençais des mouvements de va et vient avec une grande ampleur. Il gémissait de plus en plus, poussant même des petits cris quand mon sexe tapait dans son cul et l'obligeait à se remettre sur la pointe des pieds. J'avoue, j'adorais la sensation de le démonter calmement et tranquillement contre sa porte. Parce qu'il n'y avait clairement pas d'autres mots pour exprimer ce que je lui faisais. Je faisais des mouvements amples pour bien lui faire sentir mes 20 cm de bite à chaque pénétration. Et mon p'tit con avait l'air d'adorer. J'accélérai de plus en plus le rythme puis je décidais de changer.
Il m'avait dit par SMS avoir adoré quand je l'avais pris debout contre le mur alors qu'il était juste assis sur ma queue. Sentant parfaitement que je ne tiendrais pas longtemps avant une seconde jouissance, je voulais cette fois le faire jouir avec moi. Je me retirai donc et le retournais face à moi. Je le pris dans mes bras et mes lèvres s'approchèrent des siennes, je lui roulais une pelle à pleine bouche. Sa peau était recouverte d'une fine couche de sueur. Je me rendis compte que j'étais encore habillé et que ça n'allait pas être pratique. Je le fis donc se remettre à genoux, aussitôt il reprit ma queue en bouche, sans aucune hésitation. Il faut dire que malgré les ruades précédentes, elle était parfaitement propre. Mon petit con puceau une semaine avant avait dû apprendre à faire une toilette intime parfaite. Je retirais mon t-shirt et fit descendre mon jean et mon boxer. Je me reculais, finis de retirer le tout puis revint me coller contre mon p'tit con. Je le pris dans mes bras, lui roulant une nouvelle pelle, puis pliant mes genoux, je mis mes mains sur ses fesses. Je commançais à essayer de le soulever, il comprit immédiatement mon attention. Il le va une de ses jambes pour la mettre contre ma hanche, ma queue se glissa alors sous ses fesses. Il était collé contre sa porte. Je plaçais mon gland contre son anus et me redressant lentement, entamait une nouvelle pénétration. Il avait encore bien bavé sur ma queue, ça rentrait tout seul. Je sentais ses muscles s'ouvrir à mon passage. Je me collais contre lui, et soulevant l'autre jambe, réussit à le soulever entièrement. A nouveau, il était assis sur ma queue et moi debout. La sensation était toujours aussi bonne. Il avait ses mains attachées dans le dos, ça n'était pas très pratique, mais nous parvînmes quand même à bouger pour prendre notre pied. Je sentais sa queue à l'étroit dans le jock mais on s'en fichait. Ce qui comptait c'était son cul, et ma queue qui le pénétrait. Nous nous roulions pelle sur pelle en gémissant pendant que je le bourrai co!
 ntre sa porte. Si quelqu'un passait dans le hall d'escalier à ce moment là, il ne pouvait pas ignorer que quelqu'un se faisait défoncer contre sa porte.
Comme je le pressentais, la seconde jouissance vint rapidement, mais nous n'en avions cure, ni lui ni moi ne voulions plus nous arrêter de toute façon. Je me lâchais donc en lui, j'eu l'impression que mon corps avait ouvert les vannes, ma tête se vidait en même temps que mes couilles, tout partait dans son cul, en pur plaisir. Il avait sa tête en arrière coller à sa porte, ses gémissement ressemblaient à des râles, il prenait son pied aussi. Et manifestement, c'était un pied monumental !
Le plaisir me coupa les jambes, nous nous écroulâmes par terre. Ma queue encore dure tapa contre sa prostate et aussitôt, je le sentis se vider dans la poche du jock qui se retrouva imbiber de son sperme, en quantité. La jouissance qu'il avait avant était donc juste anale. Nous prîmes du temps pour reprendre notre souffle. Ma queue débanda lentement. Cette fois, il me faudrait une vrai pause si je voulais rebander pour le prendre encore. En allant sous la douche, je regardais l'heure, j'étais chez lui depuis prêt de 2 heures. Ça m'avait semblé si rapide pourtant

La suite bientôt

Merci pour les mails reçus, ça fait plaisir, n'hésitez pas à m'en envoyer d'autre surtout pour me dire ou me montrer ce que vous inspire mon récit.

Max

mimicq51@hotmail.fr

Autres histoires de l'auteur : Excitantes retrouvailles - Mon p'tit con - Vincent - Piscine

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

22 aout 2019

Nouvelles (20)

Douche salle de sport Noprise2tete
Sexe à l'armée -01 Martin
Sexe à l'armée -02 Martin
Sexe à l'armée -03 Martin
Sexe à l'armée -04 Martin
Sexe à l'armée -05 Martin
Sexe à l'armée -06 Martin
Sexe à l'armée -07 Martin
Sexe à l'armée -08 Martin
Excitantes retrouvailles Max
Aller en club tout seul Jh30du11
Un boss plus que pervers Private78
Le vigneron Romain
Fratrie « de Wintzt » Calinchaud
Mon voisin hétéro ? Étalon
Un magnifique voyage Passifsensuel
10 ans en arrière Bad boy
Weekend dans le sud Chopassif
La Première Fois de Mon Pote Molgax
Capotes et jus Barn

Aout 2019

Nouvelle

Abdou Romain
L’école de danse Noah93
Hétéro, juste ce qu'il faut Hugo
What a TØS Sexaddict49
Première hard Tours37
Plan à 3 en extérieur Sylou69
Fouille révélatrice à l’aéroport KarlJ
La piscine Quentin94
Un sauna de verre Glaudoun
Défonce au camping Heysi37
Pauvre Cyrillo Romain
Mes dépucelages -01 XXL
Mes dépucelages -02 XXL
Le fils du shérif -01 Matt
Le fils du shérif -02 Matt
Le fils du shérif -03 Matt
Faire durer le plaisir Frank
Faire durer le plaisir -02 Frank
M Renart
M -02 Renart
Amoureux de Dimitri Chopassif
Prof de sport Victobg
Lost in Cocktown Pititgayy
Il m’offre son c... Seithan
Jardinier bien bâti Virilbgmuscle06
Mes années de fac Louisallenk
Toilettes publiques Hugo
Anniversaire de mon beauf Linox
La Cage d’escalier Éric
Révélation au club de natation WhiteKnight
Mehdi, le livreur de pizza Pol
Les vices de l’internat Lloh
Le volleyeur et le rugbyman Dolto
Chienne à rebeu Larbin
Nils -01 Renart

La suite

Passion en toutes lettres -17 Romain
Passion en toutes lettres -18 Cyrillo
Passion en toutes lettres -19 Romain
Passion en toutes lettres -20 Cyrillo
Passion en toutes lettres -21 Romain
Passion en toutes lettres -22 Romain
Passion en toutes lettres -23 Cyrillo
Passion en toutes lettres -24 Romain
La grosse bite de mon beauf -08 Ghost writer
Un étudiant appliqué -07 Amical72
Un étudiant appliqué -08 Amical72
Un étudiant appliqué -09 Amical72
Un étudiant appliqué -10 Amical72
Un étudiant appliqué -11 Amical72
Amour inaccessible -05 Miangemidemon
Nils -02 Renart
Mariage pour tous -13 Yan
Mariage pour tous -14 Yan
Le cul -02 chuuuut17
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider
(Simple et anonyme)
Ne donne pas accès aux pages "avant-première"