PAUSE

Le garçon derrière la machine a besoin de repos, de vacances...
Rendez-vous fin septembre ;)

PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Premier épisode - Épisode précédent

Sauvetage réciproque 3

Des coups à la porte me tirent de mon sommeil assisté à la vodka. Ce canapé n'est résolument pas fait pour y dormir. Les mêmes coups se répètent. Je me lève, me dirige vers l'entrée quand une troisième salve fait résonner dans ma tête étourdie mille tambours.

Mon cerveau refonctionne en une fraction de seconde quand je le vois campé sur le pas de ma porte. Je ne sais pas quoi lui dire et son sourire me force au silence. Il entre de lui même et referme la porte. Nous nous faisons face un court instant puis il me prend dans ses bras et me presse contre lui. Je savoure de nouveau la chaleur de son corps contre le mien, ainsi que cette sensation de bien-être qui l'accompagne. Puis il se recule un peu, plonge son regard dans le mien et comme au ralenti approche son visage du mien. Quand ses lèvres entrent en contact avec les miennes c'est tous mes sens qui menacent d'exploser. Alors que le temps ne semble plus s'écouler normalement nos langues font connaissance et l'explosion continue. Il mets un terme à ce baiser fabuleux et me presse à nouveau contre lui. Je ferme les yeux.

- Pourquoi t'as fait ça?
Sa voix froide comme la mort est en totale contradiction avec la douceur de notre étreinte.
- Quoi?
- Pourquoi t'as fait ça?
Puis en s'écartant il précise, me glaçant jusqu'au plus profond de mon âme:
- Pourquoi tu l'as tué?
Je m'écarte, la même fichue boule revenant à l'assaut de ma gorge, accompagnée de ces toutes aussi fichues larmes.
- Pourquoi tu l'as tué Mika? Il t'aimait pourtant...
Des sanglots brisent ma voix lorsque ces mots sortent presque malgré moi:
- Je ne voulais pas ça!! Je te jure que ce n'est pas ce que je voulais!!
Et en pleurant comme un gosse:
- Je n'ai jamais voulu ça Karim je te le jure...

Mon portable sonne. J'émerge de mon état somnolent, ne comprenant pas trop ce que je fais là, affalé sur le canapé, complètement désorienté.
- Mika ça va?
Mon frère.
- Oui qu'est ce qu'il y a?
- T'as pas oublié que tu dois récupérer ton chien?
La voix pâteuse et encore ensommeillée je réponds:
- Non non, je me reposais c'est tout...
- Ok on t'attend alors.
Je raccroche, tente d étudier l'horloge afin de définir l'heure qu'il peut être. 17H30. La vodka est vraiment une amie bien traître.

Deux semaines plus tard, je suis au cabinet. Malgré cette fin d'après midi de février, le soleil baigne allègrement mon bureau confortable d'une clarté douce et enjôleuse.
Mon téléphone sonne, le standard..
- Oui Mickaël il y a quelqu'un pour toi!
- Mon rendez-vous de 18 heures?
- Non. Monsieur n'avait pas prévenu.
- Fais le patienter j'arrive.
Je termine une demande définitive de devis auprès d'un menuisier avec lequel j'ai l'habitude de travailler et vais voir qui ose venir à l'improviste.

Assis dans la salle d'attente, il me fait penser à un ado convoqué chez le proviseur. Il porte un jean avec des Gazelles bleues, et son caban ouvert laisse entrevoir un pull noir. La première chose qui me frappe est que ce mec ne devrait jamais plus porter de survet tant il est beau habillé ainsi. Si l'émoi de cette rencontre aussi exaltante qu'éphémère n'était pas encore si cuisant, j'aurais souri comme un gosse.
- Karim?

Il se lève d'un bond. Lui non plus ne sourit pas. Son visage est fermé, son air grave. Il me fait tellement penser au Karim de mon cauchemar qu'un frisson me saisit l'échine.
- J'suis désolé, j'espère que j'te dérange pas..
- Non ça va.. Tu veux boire quelque chose?
- Nan merci..
J'ai beau sonder son regard, il ne laisse transparaître aucune émotion.
Viens on va s'installer dans mon bureau on ne va pas rester là.
Sans un mot il me suit. Je referme la porte derrière lui, il regarde un peu partout, les plans aux murs, les maquettes, le bureau, et son visage s'ouvre enfin sur un air curieux et impressionné.
- J'suis désolé d'te déranger ici mais j'avais pas ton numéro..
- Ça va t'inquiète pas.

Un silence gêné s'installe, une fois les banalités d'usage expédiées nul ne semble disposé à faire le premier pas. Considérant que c'est lui qui a entrepris la démarche de venir me voir, et je dois l'avouer toujours tétanisé par les réminiscences du cauchemar surréaliste qui pollue encore mon sommeil, c'est sciemment que je le laisse se jeter à l'eau.
Les secondes s'écoulent, il regarde un peu partout mais ses yeux refusent de se poser sur moi, aussi, craignant qu'il se terre dans son mutisme indéfiniment je me lance:
- Qu'est ce qui me vaut le plaisir de ta visite? Des plans à dessiner? Un appartement à repenser?
Il esquisse un léger sourire et me regarde enfin.
- J'avais pas envie d'te laisser l'image du mec qui s'tire comme un bâtard alors qu'tu l'as aidé.

Je prends un instant pour peser mes mots, aussi bizarre que cela puisse paraître je n'ai aucune envie de laisser deviner la rancœur que je peux ressentir.
- C'est rien. Je n'ai rien fait d'extraordinaire... et puis je peux comprendre que tu aies certaines obligations.
Son regard intense se fixe à nouveau sur moi. À travers un sourire sans joie il me répond:
- J'avais trop envie d'rester j'te jure, t'as rien fait d'mal et j'avais trop envie mais...
- mais c'est compliqué..
- Ouais...
Je regarde l'heure, 17H56. Mon prochain rendez-vous va arriver et je décide d'aller droit au but.
- Et tu n'es venu que pour me dire ça? Que tu es désolé que ta vie soit compliquée?
L'intensité de son regard augmente encore d'un cran.
- C'était important oui déjà et...
- et??

Il ressemble à ce moment précis plus que jamais à un petit garçon transi de timidité.
- et j'suis un peu en galère pour ce soir, et... j'sais qu'c'est abusé mais si j'pouvais... au moins pour cette nuit...
Je prends une profonde inspiration, pour me donner une contenance et réfléchir à une réponse que je connais déjà.
- Bien sur.. tu peux dormir chez moi..
Il ne sourit pas à cette permission, mais semble vraiment honteux d'avoir dû me demander l'hospitalité.
- Je peux t'emmener manger quelque part?
- Pas ce soir Karim, j'ai un client qui ne devrait plus tarder et j'ai un dîner prévu ce soir et je ne peux pas décaler.

Son visage se referme et je crois déceler le voile de la colère dans ses yeux. Il se lève.
- Non mais j'veux pas t'déranger...
- tu ne me déranges pas t'en fais pas...
On sonne à l'entrée.
- Je dois te demander d'y aller mon client est là.
Je cherche un double de mes clefs et les lui tends, ainsi qu'une carte sur laquelle j'ai griffonné mon numéro de portable.
- Vas chez moi, il y a de quoi manger dans le frigo, fais comme chez toi. Simplement si tu peux sortir le chien ça m'évitera de repasser par l'appart.
Il se dirige vers la porte et fait mine de refuser.
- J'insiste, tu ne me déranges pas.
- T'as un chien toi? Depuis quand?
- Il était chez mon frère la dernière fois.
Il se résigne et sors. Je m'empresse d'accueillir mon client que je ne voudrais surtout pas froisser.

21H30, au restaurant, je suis en compagnie de mon directeur et d'un client important susceptible de devenir mon premier gros contrat. Les deux petites vibrations dans ma poche gauche me font savoir la réception d'un message. Je pense tout de suite qu'il peut s'agir de Karim qui a besoin de quelque chose, je m'excuse auprès des convives et me rends aux toilettes.
- "j v pa reste jveu pa t derange et gache ta fin d soire j peu t laisse les cle ou?"
Putain il déconne ou quoi? Il me laisse en plan comme un con il y a deux semaines, réapparaît comme ça et en plus il me tape une crise de jalousie?!
- "Tu ne peux laisser les clefs nulle part et tu ne vas rien gâcher du tout, je ne vais pas rentrer tard!"
Quasiment aussitôt:
- "OK"
Je retourne à table en tentant de cacher l'état de nervosité dans lequel son message à la con m'a mis et fais bonne figure afin de terminer de ''séduire'' mon gros poisson.

Il est 23 heures passées quand je quitte le restaurant, mon contrat en poche. Une petite demie heure plus tard je suis chez moi.
Sparky vient me faire la fête, et rapidement retourne se coucher aux pieds de Karim. Il est assis dans le canapé, en pantalon de survêtement et débardeur. Je ne la connais pas mais je suppose que sa tête est celle des mauvais jours. Il tourne vers moi son visage assassin et me lance d'une voix rendue tremblante par les nerfs:
- J'espère qu't'as pas écourté ta soirée à cause de moi!
Je ne réponds pas immédiatement. Je réfléchis et me demande si je dois lui dire en quoi a réellement consisté ma soirée.
- Non je n'avais pas prévu de rentrer tard c'est tout. Tu as mangé?
Toujours le même regard et le même ton plein de reproches:
- Ouais j'ai fait livrer et j'ai promené ton chien.
- Merci. Je vais prendre une douche.

Quand je sors de la salle de bain le salon est éteint, la télé aussi, la porte de la chambre fermée.

Une clope, un thé, remplissage de la gamelle d'eau du chien pour la nuit, brossage de dents et je vais me coucher. Il est sur le côté, me tourne le dos.
Au bout de quelques minutes je tente:
- Tu dors?
Il lâche un long soupir...
- Nan.
Sa voix semble plus apaisée mais trahit toujours un énervement manifeste.
- J'ai dîné avec mon patron et des clients, au sujet d'un contrat pour l'agence.
- T'as pas à t'justifier.
- Je sais...
Je laisse échapper un soupir sonore à mon tour et termine:
- Bonne nuit Karim.
Je me tourne aussi de mon côté.
Il n'est pas long à se mettre sur le dos, quelques secondes, puis se retourne vers moi. Timidement il me prend dans ses bras, comme la première fois, et tout comme cette première fois, tout s'apaise dans ma tête.

MiKaL

memyandi@live.fr

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur : Sauvetage - Le Keum

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

Septembre 2019

Repos

Le garçon derrière la machine a besoin de repos, de vacances...
Rendez-vous fin septembre ;)

Nouvelles (20)

Dépucelé par mon cousin Mecbi
Le pote de mon frère Jvicks
Plan au sauna Bonboul33
Du fantasme à la réalité Loic1972
Les oreilles d’Armand Romain
Gourmand Médi
Un domi humilé par son bâtard Franck de Nice
le prof et Karim -01 Gilou 44
Aurélie Yanno
7 mois d’abstinence James
Déjeuner torride Chopassif
Jack Yanno
Jeremy et Yohan Soroco63
Plans totalement anonymes Eric84
Premier plan hard Tardif
Après-midi au Suncity Hidalgowien
Dans l’intimité du Valo sauna Oakspirit
La Fratrie JulesP
Alexis Romain
Chroniques d’été -01 Caramel

La suite (7)

Première hard -02 Tours37
Mes dépucelages -03 XXL
Mes dépucelages -04 XXL
Mes dépucelages -05 XXL
Les potes de mon grand-frère 4-4 Marc 67
Un amour inaccessible -06 MiangeMidemon
Un Maitre marocain -02 Lope75
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider
(Simple et anonyme)
Ne donne pas accès aux pages "avant-première"