PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Une soirée au Stud de Tours

Histoire vraie

Les beaux jours, la pleine lune autant de raisons pour mes hormones de m'exciter à donf. Vendredi soir, fin d'une série de journées chargées et début d'un long week-end. Une bonne douche sans savon, j'aime mes odeurs de mec. Un lavement pour prendre de bonnes bites dans mon petit cul. Je bande. Il est encore tôt, je me mate un film de cul. Le cockring gonfle ma bite. J'ai résisté à la jouissance et monte m'habiller. Un truc à capuche stretch bien moulant met en valeur mes nibs développés, un jeans destroy sans rien en dessous, pieds nus dans mes baskets, blouson de cuir, l'intérêt : ouverture immédiate et mise à dispo du matos dans les plus brefs délais. Un coup d'œil dans la glace, pas mal, merci Narcisse.

Programme disco à fond la caisse dans la voiture, stock de clopes, vitres ouvertes, humeur badine. J'ai 45 ans, avec la chance, dans ce milieu gay sans complaisance, d'en faire dix de moins. 1m78, 63 kg, cheveux courts, imberbe, peau mate, yeux verts (photos dispos à la demande), petit cul blanc rebondi, teub de 19 cm, bonne paire de boules pendantes, nibs de 1 cm au moins. Le tout dû à un entraînement solo intensif. Je conduis stretch ouvert, le vent et parfois mes doigts caressent mes seins, hum ! Je file au Stud, à 70 km de chez moi. J'y ai fait des plans sympas, sauf la dernière fois où je me suis fini tout seul à la maison, après un bon plan exhib sur la route. Le patron m'excite, un skin, la trentaine, un fantasme ambulant. Je me branle souvent en pensant qu'il me garde à la fermeture et me dérouille avec quelques mecs. Je suis lope dans l'âme, bien que j'aime aussi prendre en main un mec.

Je trouve une place de parking tout de suite. Je remonte la rue, sonne, le patron m'ouvre, sourire vicieux, les yeux matent la marchandise. Je prends une bière. Observe les mecs au bar. Mon regard croise un mec canon, la trentaine, cheveux courts, blouson en jeans sans manche, laissant voir des bras musclés, foulard noué serré autour du cou, rangers. J'ai l'impression que nos regards se croisent, mais dans la pénombre je pense plutôt me faire des illusions. Un tour dans la backroom : rien. Retour au bar, une clope, un coup d'œil sur le film de cul : deux jeunes mecs s'enculent, rien de rare. Je file pisser, petite halte pour prendre des capotes et sniffer un peu de pops. Devant le gog, je déboutonne mon jeans, le descend bien à moitié du cul, on est pute ou pas. Je range tout ça, après un long jet bien odorant. Me retourne et tombe nez à nez avec le mec du bar.

Putain, pas mal ! Il me plaque contre la paroi, j'ouvre mon stretch, mes nibs l'attire, ça marche à tous les coups. Je mets les mains dans le dos, baisse la tête en signe de soumission. Ses mains descendent sur mon paquet. Je trique à mort. Il sent la pisse, ça m'excite à mort. Un mec nous rejoint, il s'occupe des seins, l'autre (Pascal) de mes boules. Il les sort de mon fut, les roule, les tabasse : le pied, j'ai mal, mais c'est bon. Il me chope la nuque, je me retrouve à genoux devant sa teub, beau morceau, il me colle le nez sur ses boules (puantes) et m'ordonne de lécher. La voix est douce, posée, virile mais ferme. Le second mec poursuit sur les nibs. Il voit ma paire de pinces accrochée au jean, la prend, Pascal lui prend et me les pose. Tournée générale de pops, l'excitation monte. J'ai envie d'appartenir à ce mec. Son slob pue et je lèche comme une bonne femelle. Les coups de rangeos se font plus hard et j'en redemande. « A poil » J'exécute. Il me pousse dans la cabine à côté. Je n'ai gardé que les skets. Il tire sur la chaîne des pinces. «Tu t'allonge, les mains derrière la tête, je vais d'exploser les couilles ». Petit intermède, l'autre mec n'en pouvant plus, jouit. Pascal se marre (sourire ravageur), il joue avec la chaîne, tire d'un coup et me fait lâcher un cri. Il remet immédiatement les pinces, je morfle, je sniffe du pops et il me fait m'allonger. Sa rangeos écrase mes couilles. Il roule un patin à l'autre mec, puis lui dit « Va chercher Bruno, j'ai une bonne larve pour lui ». Je rêve, c'est le patron, le skin qui me fait triper. Je bande à mort, malgré la pompe qui écrase ma teub. La porte est restée ouverte, les mecs viennent mater. Le pied. Après un long moment, les couilles et la teub en vrac, Bruno arrive. Il ferme la porte. Pascal lui explique « Putain, c'est une bonne lope, vas y sur les couilles, il en a pas assez encore », l'autre y va, puis me relève avec les pinces qui sautent de nouveau et sont remises immédiatement. Bruno s'en va. Mon maître me gifle à la volée, me faisant dire « Je suis ta pute », « Je ne suis qu'une larve ». J'ai la tête explosée. Il me prend dans ses bras, me caresse, m'offre une clope. Ce doit faire au moins une heure que je suis entre ses mains. Je trique. Je vis un réel fantasme. La pause est de courte durée. « Prends tes fringues et mets-les au vestiaire, et tu m'attends ». le vestiaire est à côté du bar. Je traverse toute la zone de drague, entre dans le bar. Pose les fringues. Bruno arrive. M'explose les couilles avec le genou. Je gueule. Toutes les têtes se tournent vers nous. « Vous inquiétez pas, pour une fois qu'on a une bonne pute, on va pas se priver ». Chacun reprend son activité. Pascal arrive. Prends une bière, m'en fait boire en me titillant les nibs et les couilles, histoire de me garder en forme. « On continue », je ne réfléchis même pas et réponds « Oui ». Il renverse de la bière sur les pecs et chope mes couilles, m'obligeant à le suivre. Il pousse une porte qui donne sur une cour, puis va vers une autre porte qu'il ouvre. Elle cache un escalier de pierre étroit. Tiré par la chaîne cette fois, il me fait descendre dans une cave voûtée. Il me pousse violemment. Je me retrouve le nez sur le sol recouvert de sable. « Suis moi en rampant ». Je rampe. Je tortille du cul. Le sable me râpe le corps. Les pinces s'accrochent. La rangers m'écrase au sol. Il relâche « Nettoie mes pompes ». Je n'aime pas ça habituellement, mais là, j'y vais à fond. Des pas dans mon dos. La voix de Bruno. Je reçois un long jet chaud sur le dos. Ils me pissent dessus. Je ne suis rien qu'une lope. Putain ! j'aime ça. La gueule pleine de sable sur les pompes, je reçois des coups sur les couilles, sur le corps. « Sur le dos ». Un long jet chaud m'inonde. Les deux mecs sont debout, zob  bandant à l'air. Je plane. L'atterrissage est rapide. Je suis mis à genou avec la chaîne des pinces. « Pompes ». Je prends les bites dans la gueule à fond, longtemps. Ma gueule est devenue une bonne chatte. Bruno file. Les rangeos de mon maître me cogne. Je suis à poil, boueux, à dispo de ce mec. Les couilles, la gueule, les nibs en vrac. Il commence à faire froid. On remonte. Pause « câlins », avec travail des balls et des seins. Je me réchauffe. Je n'ai pas débandé un seul instant, lui non plus. Il me fout dans un coin et m'oblige à sucer des bites. Le matos est globalement moche, les bites à l'avenant, mais je veux lui obéir. Le patron revient. Je le suce à fond, tout en recevant encore des jets de pisse.

Toujours à l'aide des pinces, mon maître m'emmène vers le sling. M'attache. Prend une capote et me lubrifie le cul.. Je pousse un cri. Il vient de me défoncer d'un coup. La douleur passée, il s'installe, me lime, m'injurie. Il jouit sur moi après un long moment. Il s'écroule. Je suis bien. On a dû s'assoupir. Il se relève, choppe un mec à côté, nous file du pops et l'oblige à me faire les seins. Il s'en va. L'autre veut m'enculer. Je refuse avec fermeté. Pascal revient avec le patron, qui met une capote et m'enfile à fond. Il jouit rapidement et j'explose à mon tour. Je suis cassé. Mais j'ai pris un super pied.

On reprend nos esprits. Il m'emmène dans les toilettes pour me laver. Je suis méconnaissable, je pue. Décrassé, nous allons au bar. Il est ravi et m'interroge. Je suis toujours à poil. Il m'explique ce qu'il attend de moi, je suis ok pour tout. Je lui propose aussi une lope que je connais et qui lui irait bien. Il est d'accord pour la voir et nous dérouiller ensemble.

Voilà l'histoire de ce plan réel. Vivement la semaine prochaine, qu'il me reprenne en main.
 Mat 2336 à votre dispo et vos ordres.

Mat2336

smsex@wanadoo.fr

Autres histoires de l'auteur : A la dispo d'un jeune maître et de sa lope

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

18/04 : 15 Nouvelles

Sauna de Sochaux Chatenois25
Une soirée partie en couille 17cmglandcompris
Un charme fou Ghost writer
Rasage coquin Jako
Plan anonyme -01 Rsexenc
Plan anonyme -02 Rsexenc
Surprise à la fac Aymeric
Militaire-Motard Militaire
Plan avec une racaille Passif-lille
Dans le vestiaire Pakito31
Voisin Marlon
L'éveil du Renart Renart
Séance sportive Pititgayy
Un Affectueux Collègue Jako
Tout a basculé à 19 ans ThomasLePassif

La suite... (7)

Mariage pour tous -09 Yan
Frenchies -11 Pititgayy
Mathieu -03 Jeanmarc
Chambres à louer -15 Jeanmarc
Kader -12 Cédric T
Kader -13 Cédric T
Dans les geoles d'Armid -03 Iwan

Avril 2014

Nouvelles

Que de changements -01 Evanaddison
Que de changements -02 Evanaddison
Que de changements -03 Evanaddison
Que de changements -04 Evanaddison
Soirée torride Caramel
À la fin de l’été Bookman
Victor Victorbg
Une aire d’autoroute. Ginger
Marché D’Amiens Nord Legarsdu80
Mon petit frère Pédale69
Un Chinois très chaud... Mat44
Thibault Theo5852
Masseur Bastien
Le Club Ganymède Jako
Soumis au livreur wantmonster86

La suite...

Que de changements -05 Evanaddison
Que de changements -06 Evanaddison
Que de changements -07 Evanaddison
5ème jour Curiosity
Frenchies -10 Pititgayy
Mathieu -02 Jeanmarc
Soumission & Domination -524 Jardinier
Souvenir d’internat -03 Benvart
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)