En vacances !
Retour le 20 juin.

11 juin
+43 histoires
en accès avant première.

10 juin. :
+22 histoires

VIP?
Accès avant première :
Des histoires en avance,
pour vous remercier
de vos dons

Don anonyme, en paypal ou CB

PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Enfin actif !

Ça fait presque deux mois que Lucas et moi nous sommes ensemble. C'est ma première vraie relation amoureuse, plus jeune, j'avais eu des copines pendant plusieurs mois mais rien de comparable, là, c'est intense et beau. On partage tout, on se raconte tout, même ce qui est futile, pourvu qu'on se parle et que l'on soit ensemble. Je suis intéressé par tout ce qu'il me dit, pareil pour lui, on fait beaucoup de sport tous les deux, on sort avec nos potes respectifs. Pour ne pas éveiller encore les soupçons, nous avons convenus de raconter que l'on a sympathisé au club de tennis (décidément !). Bien sûr, on fait souvent l'amour, c'est tendre et sensuel, je suis toujours autant électrisé par ses baisers et ses caresses, je crois que toutes les parties de mon corps sont devenues érogènes depuis que je le connais, il lui suffit de me frôler pour m'exciter, son parfum me fait de l'effet, le fait de le savoir dans la même pièce que moi suffit à mon bonheur. Bref, les mecs, je crois que je kiffe ce mec !

Depuis le premier soir, c'est lui qui me prend mais il me fait des fellations de ouf et, cerise sur le gâteau, il m'a demandé de le dépuceler. J'ai donc fait ma première sodomie dans ma petite chambre d'étudiant. C'était magnifique !!! Il s'est mis à quatre pattes, je l'ai longuement caressé, embrassé, je l'ai branlé et sucé pour l'exciter au maximum puis je me suis occupé de son trou bien serré (dire que le mien a été comme ça !). Je l'ai léché doucement, j'ai commencé à faire entrer la pointe de ma langue, puis un peu plus, mon index, bien lubrifié, a pris le relais. Quand il a été enfoncé entièrement, j'ai commencé à le limer sans violence, son trou s'est bien détendu, il s'est même mis à mouiller, j'ai pu y entrer deux doigts. Au bout d'un moment, il m'a dit être prêt, je me suis approché de son cul, je l'ai pris par les hanches, j'ai posé mon gland bien lubrifié par sa langue sur son trou, j'ai un peu poussé, c'est entré. Il a redressé la tête, s'est raidi et a poussé un petit cri de douleur. J'ai attendu, il s'est relâché et m'a demandé de poursuivre, j'ai donc enfoncé toute ma bite en lui, je suis resté comme ça quelques secondes pour qu'il s'habitue mais aussi pour profiter de cette sensation inédite pour moi : pour la première fois, je dépucelais un mec et je dominais mon partenaire, j'adorais avoir ma queue dans son boyau chaud et humide, je comprenais enfin le plaisir qu'avaient pris tous mes partenaires sexuels en me pénétrant. Je l'ai sodomisé doucement mais avec des coups de reins fermes et réguliers. Je faisais cela naturellement, c'était mon rythme, j'étais épaté par la réaction de mon corps d'homme actif. Il s'est rapidement mis à éprouver du plaisir, je lui ai dit qu'il pouvait bouger, il a essayé mais ça devait être encore un peu douloureux, il a des progrès à faire, je lui apprendrai !
Je me suis retiré, j'ai admiré mon travail, un trou bien ouvert ! Je n'ai pas pu résister, j'ai plongé ma langue dedans, je l'ai inondé de salive, il gémissait de plus en plus fort. Je l'ai allongé sur le ventre, je me suis couché sur lui, je l'ai tendrement embrassé tout en guidant ma bite vers son trou, elle est rentrée sans problème, j'ai pensé que la voie était désormais ouverte ! J'ai repris les va et vient, j'entendais mes couilles claquer sur ses fesses. C'est drôle d'être de l'autre côté, les bruits sont les mêmes mais pas les sensations, c'est complètement différent, je ne pourrais pas dire si c'est mieux ou pas, c'est autre chose de très bon. J'ai continué à le baiser pendant un long moment, je ne voulais pas venir trop vite histoire d'en profiter au maximum. Ça a fini par monter, je me suis enfoncé à bloc, je me suis raidi, j'ai senti mon gland gonfler et j'ai tout largué au plus profond des entrailles de Lucas. Ma bite, toujours bandée et en lui, a soudainement été compressée par des spasmes, Lucas jouissais dans les draps en poussant des râles, j'ai adoré cette sensation, là aussi j'ai compris le plaisir des mecs qui me faisaient cracher en me baisant.
Nous étions enfin complètement dépucelés, à 19 ans et demi, il était temps !!!

Après s'être embrassés, lavés, embrassés, habillés, embrassés, on a déjeuné, on s'est encore embrassés puis on est partis chacun notre côté pour suivre nos cours. On ne devait pas se revoir avant quatre jours. Bien sûr, pendant cet éloignement forcé, on s'est envoyés des tonnes de SMS, souvent bien chauds et voilà que, dans le lot, j'en reçois un d'Hugo toujours aussi explicite : « Salut Phil, longtemps qu'on s'est pas vus, te ferais bien ta fête ce soir, t'es libre ? Je suis chaud, en manque et chargé à bloc, tu vas pas te déplacer pour rien ! ». Je décide d'ignorer pour l'instant, j'arrive et j'entre en cours. Aussitôt, je regrette de ne pas avoir répondu, pourtant la situation est claire : je suis désormais avec un mec, je n'avais qu'à lui dire ça et point barre. Je n'ai pas répondu car, inconsciemment, j'aime me faire baiser par ce mec et ses messages cash me font toujours de l'effet. Je m'en veux d'être comme ça, je me promets qu'à la première pause, je lui réponds. Au final, le lendemain à 17h30, quand je sors de cours, je n'ai toujours pas répondu. Je consulte mon mobile, pas de nouveaux messages d'Hugo, par contre j'en ai plusieurs de Lucas, le dernier me rappelle qu'il passe la soirée en famille, qu'on ne pourra se voir qu'après-demain, il a hâte d'y être, je lui réponds que moi aussi. Je sors du bâtiment et là, surprise, Hugo m'attend, il avance vers moi le visage fermé, ça sent le plan foireux :
-       « Salut Phil, je t'ai envoyé un message hier matin, t'as pas dû le voir, c'est pas grave, j'étais dans les parages, je suis donc passé te voir ».
-       « Salut Hugo, j'allais te répondre justement…. ». Il me coupe la parole.
-       « J'ai besoin de parler à quelqu'un, j'ai appris une très mauvaise nouvelle cet après-midi. Tu te souviens de mon ex l'australien, Lachlan. Sa sœur m'a appris sa mort tout à l'heure. Ça m'a bousillé ».
Il s'est mis à pleurer, je l'ai pris dans mes bras, je lui ai caressé le dos, il se reprend un peu et s'excuse. Je lui dis que c'est normal, qu'il n'y a pas de mal, je l'invite à aller s'assoir un peu plus loin. Entre deux sanglots, il me dit que Lachlan est mort sur le coup dans un accident de voiture il y a une semaine. Hugo est dans un état pas possible. Je lui dis que je l'accompagne chez lui, pas question de le laisser seul dans un état pareil.

Arrivés chez lui, il s'effondre dans le canapé et se met à pleurer, je m'assoie à ses côtés et j'essaye de le consoler mais je ne sais pas trop quoi lui dire, dans ces cas-là, il vaut mieux ne rien dire, le tout est  d'être là et d'écouter. C'est ce que j'ai fait pendant plusieurs heures, j'en avais mal au cœur pour lui. Je découvrais un Hugo fragile, vulnérable, sensible et tellement perdu, ça me touchait mais je ne savais pas quoi faire. Vers 20h, j'ai fini par faire cuire des pâtes et on a mangé, moi un peu plus que lui. Je débarrasse en mettant les assiettes dans l'évier, il arrive derrière moi, me prend dans ses bras, pose son menton sur mon épaule, ses mains me caressent la poitrine, il me remercie pour tout et là, je ne sais pas pourquoi, je lui dis :
-       « J'aurais préféré que tu sois dans le même état que hier matin quand tu m'as envoyé ton message ».
-       « Oh oui, je voulais que l'on se fasse un bon plan cul bien chaud, j'en avais vraiment besoin, quand je t'envoyais le SMS je pensais à ton petit cul, je bandais comme un âne ».

Tandis qu'il me disait ça, ses caresses se faisaient plus appuyées, je sentais sa bite se frotter sur mes fesses, je la sentais grossir. Il m'embrassait dans le cou. J'aurais dû le stopper, lui parler de Lucas, mais je n'en ai pas eu le courage, plus les choses avançaient, plus je m'en voulais mais je ne parvenais pas à reprendre le dessus, j'étais redevenu complètement passif. Il m'a enlevé mon pull, a déboutonné ma braguette, a baissé mon pantalon et mon boxer. Je me suis retourné face à lui, il m'a embrassé à pleine bouche en me malaxant le cul. De mon côté je lui enlevais son T-shirt et déboutonnais sa braguette, il bandait, sa queue a jailli, dure comme une pierre. Il m'a retourné d'un coup, s'est mis à genoux, m'a écarté les fesses et s'est mis à me bouffer la chatte, il faisait ça toujours aussi bien, c'était irrésistible. J'étais vaincu, incapable de réfléchir et de m'opposer, je redevenais la salope qui voulait sa bite et son jus. Il s'est relevé, sa queue s'est glissée dans ma raie, il a fait quelques va et vient puis, m'a frappé les fesses avec, ça claquait fort vu la trique qu'il avait. Il a finalement guidée sa queue vers mon trou et m'a pris en levrette, je me tenais à l'évier, j'avais l'impression de décoller à chaque coup de reins. Il me suçait et me mordillait l'oreille, je sentais son souffle dans mes cheveux. Comme je bandais, il s'est mis à me branler, je bougeais mon cul pour lui donner encore plus de plaisir, il aimait car je l'entendais susurrer :
-       « Oh putain, c'est bon ce que tu me fais, j'adore ça, t'arrête pas ».
J'ai joui le premier, j'ai largué mon jus dans l'évier, sur les verres et dans les assiettes. Il continuait à me branler, un peu de mon sperme avait coulé sur son index, il l'a porté à ma bouche pour que je le l'avale, il m'a aussi fait lécher un verre que j'avais arrosé. Presqu'au même moment, c'est lui qui a joui en moi, ce fut long et intense. J'ai repensé à son message, c'est vrai qu'il était gonflé à bloc ! Il s'est retiré, une partie de son jus est ressorti, il l'a récupéré dans sa main et me l'a fait bouffer en me disant que j'avais bien droit à un dessert.

On s'est rhabillés, déjà la honte et la culpabilité me gagnaient, je repensais à Lucas, à ce que je venais de lui faire. Je n'ai pas pu m'empêcher de le lui dire, c'est moi qui avais les larmes aux yeux. Il m'a pris dans ses bras et m'a félicité pour cette rencontre, me disant que je le méritais. Il s'excusait de m'avoir un peu poussé à ce rapport, il m'a promis de garder cela pour nous, m'a dit de ne pas me sentir coupable, qu'il me souhaitait beaucoup de bonheur, d'en profiter tant qu'il est là. Je suis reparti de chez lui le cœur plus léger (le cul bien rempli) en ayant gagné un super pote.
J'ai envoyé un SMS à Lucas : « Tu me manques ! ».

Phil

philroz@hotmail.com

Autres histoires de l'auteur : Coming out ! - Accro à la bite d'Hugo - Plan juteux à trois - Enfin actif ! - Un rapport pour un stage - Jérôme ce queutard ! - Dimanche soir et en manque - L'inconnu du train - Chaude manif ! - Expérience échangiste - Dépucelage à Roland Garros

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

Cyrillo holidays
à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

10 juin 2019

Nouvelles (15)

Trio fist Tétonmaso
Trianon Jako
Nynpho avec mon voisin Nymph
L’Homme est vulnérable Rogue
Ancien camarade sur Grindr Louisallenk
Mon voisin black Gregmrs
Découverte de mon côté gay Alb29
Petite salope -01 Lopamecsxl
Petite salope -02 Lopamecsxl
Petite salope -03 Lopamecsxl
Petite salope -04 Lopamecsxl
Vive l’armée ! Pititgayy
Comment j’ai dépucelé Hotcalvin
Le patron du centre médical À 19
Leçon particulière Frank

La suite (7)

Leçon particulière -02 Frank
Les sket -03 Kifflesket
Mon demi-frère hétéro -06 Oldyano
Le copain de ma fille -02 Jeanmarc
Moment de détente -03 Amical72
Moment de détente -04 Amical72
En «beurette» -02 Hamiasamira

Juin 2019

Nouvelles

Le porte à porte Jeanmarc
Ballade en VTT Femelle
Mon pote Nathan0
Une nuit en Tunisie Fisturo
Histoire de Hammam Dd38
Vengeance Femelle
Jonathan Théo

La suite

Mes potes du lycée -02 JuSP7766
Soumission & Domination -531 Jardinier
Soumission & Domination -532 Jardinier
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)