PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Accro à la bite d'Hugo...

Ça fait presque un mois que nous avons expérimenté un plan à trois avec Jérôme. Lucas semble un peu différent, il était super heureux puis, réflexion faite, je n'arrive pas à savoir s'il en garde un si bon souvenir que cela. Au début, il voulait que l'on se voit tous les jours, que l'on partage plein de choses ensemble et, bien sûr, que l'on baise. Moi, ça m'allait très bien, je profitais au maximum de ces moments passés ensemble. J'ai même cru que j'allais le convaincre de faire son coming out, il était presque prêt. On a dû rester quatre jours sans se voir et, malgré de chaudes retrouvailles, je ne l'ai pas retrouvé complètement, il y a un truc qui bloque ! Depuis, je redouble d'efforts pour le rendre à nouveau accro.

Voilà qu'un petit incident a bousillé tous mes efforts. On ne vit pas ensemble donc on se retrouve chez lui ou chez moi, là, on était chez lui, on s'était envoyés en l'air une bonne partie de l'après-midi en se prenant à tour de rôle, le lit ressemblait à un champ de bataille, on s'était fécondé plusieurs fois, j'étais allongé sur lui et l'on s'embrassait tendrement quand on entend quelqu'un frapper à la porte et tenter d'ouvrir. Heureusement, Lucas avait fermé la porte à clé, du coup, la personne à l'extérieur n'a pas pu entrer. Il m'a balancé du lit, on a sauté dans nos jeans et nos T-shirts, on s'est vite recoiffés, je me suis assis dans le canapé et j'ai allumé la télé sur la chaine des sports.

Lucas a ouvert, c'était sa sœur ainée, Isabelle, qui venait lui parler d'une surprise pour l'anniversaire de mariage de leurs parents. Nous avons fait connaissance, elle ressemble beaucoup à son frère et a l'air très sympa. J'ai préféré partir pour les laisser monter leur projet.

Le soir tard, Lucas m'appelle pour me dire qu'il l'a échappé belle et que, pour ne pas que ça se reproduise, il valait mieux que l'on ne se voit que chez moi. Je me suis énervé et je lui ai dit tout ce que j'en pensais, notamment qu'il est désormais complètement gay, qu'il serait temps qu'il se regarde dans une glace pour se l'avouer et pour trouver le courage de le dire aux autres. Il s'est aussi agacé, m'a traité d'emmerdeur et de bien d'autres choses. Avant de raccrocher, je lui ai dit qu'il ne me reverrait qu'après avoir clarifié complètement la situation. J'avais eu ma première dispute avec mon mec, j'ai été déçu et j'ai espéré que ça ne soit pas trop grave, il me manquait déjà !

Deux jours passent, je reçois enfin un sms : « T'es calmé ?, je peux venir ? ». Je suis soulagé mais je dois garder le cap : « Calmé, bof. Passe si tu veux mais tu vas ramer !!! ». J'ai dû regarder 1000 fois par la fenêtre ! Enfin, il arrive vers 19h, j'en pouvais plus d'attendre, il frappe, je suis derrière la porte avec le cœur qui bat fort, je me retiens pour ne lui ouvrir qu'au bout de plusieurs secondes. Il prend ma tête dans ses mains, je suis déjà conquis, il entre en m'embrassant, déjà je lui tiens le paquet qui durcit d'un coup, on se déshabille et on tombe sur le lit. Les deux heures qui ont suivi ont été chaudes, on s'est pris deux fois chacun et l'on s'est fini en 69. On était assoiffés, affamés, crevés mais réconciliés, on a fait livrer des pizzas, j'ai voulu qu'il reste dormir, il n'a pas résisté. Bien sûr, on a refait l'amour !

Les choses ont repris leur cours mais plus question d'aborder le sujet du coming out. Ayant peur de le perdre, j'ai cédé. Trois semaines passent et, un vendredi soir, je finissais à peine de jouir en lui quand il me dit :

-       « Profites-en bien car tu ne pourras plus baiser avec moi pendant deux semaines. »

-       « Quoi ??? »

-       « Ben oui, pour fêter l'anniversaire de mariage de mes parents, on part demain pour deux semaines à Ibiza, c'est là qu'ils avaient passé leur lune de miel il y a 30 ans. »

-       « Tu le sais depuis longtemps ? »

-       « Euh, un peu. A vrai dire, depuis le jour où ma sœur a failli nous surprendre. »

-       « Je vois ! »

-       « Le prends pas mal, c'est une fête de famille, j'ai attendu le dernier moment pour pas que tu gamberges. On se contacte tous les jours et puis, deux semaines, c'est pas si long ! »

-       « T'as raison ! Eclate-toi sur les plages d'Ibiza. Je ne baiserai pas avec toi pendant deux semaines, mais est-ce que je peux baiser avec d'autres ? Après tout, moi aussi je peux bien m'éclater un peu. Rassure-toi, je te tiendrai au courant, comme toi, au dernier moment pour pas que tu gamberges ! »

-       « T'es trop con ! Je savais que t'allais en faire toute une histoire, c'est ta spécialité, j'en ai ras le bol ! »

Il s'est rhabillé et est parti sans un mot. J'étais tellement énervé que je n'ai même pas essayé de le retenir, je ne voulais même plus le voir.

Dans ces moment-là, je fais exactement ce qu'il ne faut pas faire : J'ai appelé Hugo, un ancien amant, en le chauffant bien. Me sachant en couple, il a résisté mais je sais quoi lui dire et comment lui parler pour l'exciter, il a craqué en 5 minutes. Je suis parti chez lui, j'en avais pour environ une demi-heure. En route, il m'envoie un sms : « Non, c'est pas une bonne idée, rentre chez toi, tu fais une connerie ! ». « M'en fous ! Ce soir, j'ai besoin d'un bon coup de bite, tu peux pas me refuser ça, je suis sûr que tu bandes déjà en pensant à ce que tu vas pouvoir faire à mon petit cul ! ».

Une heure après le départ de Lucas, j'étais chez Hugo, sa langue était dans ma bouche et s'enroulait autour de la mienne, ses mains pétrissaient mon cul et moi, j'ouvrais la braguette de son jeans pour libérer sa belle bite déjà dressée et humide de plaisir.

Il m'a encore une fois demandé si je voulais vraiment qu'il me baise, je lui ai souri, je suis allé dans son salon, j'ai saisi la bouteille de téquila, j'en ai bu quatre grandes gorgées, je me suis essuyé les lèvres avec le revers de ma main et je lui ai dit :

-       « Maintenant, je suis prêt ! Phil la salope est de retour ! Occupe-toi de moi, je ne repartirai de là que rempli à bloc et démonté ! »

Ça a été violent mais salvateur ! Hugo s'est jeté sur moi, m'a arraché mes fringues, mon t-shirt a fini en trois ou quatre morceaux, mon jeans a sauté à l'autre bout de la pièce, mon boxer a été déchiré pour libérer mon trou. J'ai été projeté au sol le temps du déshabillage, il m'a ensuite mis sur le dos, m'a écarté les bras et les maintenait fermement avec ses mains, il était au-dessus de moi, ses deux genoux de chaque côté de mon torse, il m'a souri et a fait tomber, dans ma bouche ouverte, une grande quantité de salive en me demandant de ne pas l'avaler. Elle s'est mélangée à la mienne, j'en avais plein la bouche, il s'est penché en avant et a enfoncé sa bite dans ma gorgé, il a donné de grands coups de reins puissants et rapides m'obligeant à lui faire une gorge très profonde. Nos salives sortaient de ma bouche et souillaient mon menton et mes joues. L'alcool et la violence des coups m'ont sonné, il m'a relevé, m'a plaqué fermement contre le mur et m'a directement enfilé trois doigts, il m'a limé, j'ai mouillé, il a mis un quatrième doigt et m'a travaillé la chatte pendant un long moment, j'ai eu un orgasme anal.  Il l'a senti et m'a dit doucement à l'oreille :

-       « Voilà, c'est ça que t'aime, t'es là pour ça. C'est vrai que t'es une belle salope mais moi, je sais comment te combler ! »

Il a recueilli ma mouille dans sa main et me l'a faite bouffer en me traitant de tous les noms. Je m'abandonnais complètement à lui, je bandais à fond dans mon boxer déchiré, ma bite était écrasée contre le mur. D'un coup, il m'a pénétré et m'a demandé de lui montrer à quel point j'en voulais. J'ai fait aller et venir mon cul sur sa bite, je me suis même lâché :

-       « Han, ouais, j'en veux de ta bite, je veux qu'elle me fouille, han, qu'elle me défonce, han, je veux sentir tes couilles cogner contre mon cul, han ».

Ses mains me malaxaient la poitrine, il me mordillait l'oreille, j'entendais son souffle fort calqué sur mes coups pour m'enfoncer au maximum.

Il m'a retourné, m'a assis sur un meuble, j'ai écarté les jambes, il est entré en moi, m'a embrassé et m'a baisé de toutes ses forces. Le meuble bougeait de plus en plus, tout ce qu'il y avait dessus est tombé, du coup, je me suis allongé sur le dos, il s'est couché sur moi et a continué à me bourriner. D'un coup, on a entendu un grand crac, on s'est retrouvés par terre, le meuble avait cédé sous nos assauts. Tant pis, Hugo a continué au même rythme comme si de rien n'était et, au bout de quelques minutes, il m'a largué tout son jus bouillant bien au fond. Comme il m'embrassait, son râle de plaisir s'est diffusé dans ma bouche et a résonné dans tout mon corps en même temps qu'il me fécondait. J'ai joui dans mon boxer ou, du moins, dans ce qu'il en restait !

On s'est relevés, j'ai regardé le meuble en riant et j'ai dit :

-       « Et ben, on l'a bien éclaté. Tu crois qu'il est réparable ? »

-       « Je m'en fous, je voulais le changer, j'en ai commandé un nouveau qui doit arriver dans quelques jours. Il aura eu une belle fin ! »

-       « C'est sûr ! T'as d'autres choses à virer ? »

-       « Non mais on a pas encore testé toutes les pièces et toutes les positions. T'en veux, tu vas en avoir ! »

On s'est assis au salon pour finir la téquila, après quelques verres, je suis tombé à quatre pattes devant lui, il a écarté les jambes et je lui ai fait une pipe bien baveuse, je m'occupais de sa queue et, de temps en temps, je gobais ses couilles, il gémissait de plaisir et m'encourageait en me traitant de « bonne suceuse ». Il s'est penché pour me caresser le cul qu'il trouve si excitant et, d'un coup,  il s'est mis à me le frapper de plus en plus fort. J'avais mal, mes fesses me brûlaient mais ça me faisait bander, il a continué jusqu'à ce qu'il me remplisse la bouche.

On a encore bu, on a mangé un peu puis il m'a porté dans son lit où il m'a baisé trois autre fois jusqu'au matin et, chaque fois, il m'a fécondé et m'a fait jouir, c'est exactement ce que je voulais.

Au petit matin, je lui ai parlé de Lucas, il m'a dit que je faisais absolument tout ce qu'il fallait pour le perdre : lui mettre la pression, le foutre en colère et le tromper à la première contrariété. Il a rajouté que si les choses tournaient mal, je ne pourrais m'en prendre qu'à moi. Ça m'a fait réagir, j'ai pris mon smart phone et je lui ai écrit : « Désolé pour ma crise d'hier soir, je suis trop con, tu as raison. Passe de bonnes vacances et amuse-toi. Je t'attends au retour, bises ». Il m'a répondu immédiatement : « Merci pour ton message. Je pars soulagé et heureux à l'idée de te retrouver bientôt. Tu me manques déjà. »

Hugo m'a prêté un t-shirt, j'allais partir quand il m'a dit :

-       « T'es donc seul pour deux semaines. Moi, je veux bien t'aider à arranger tes coups avec ton mec mais, pendant cette période, si ton petit cul se sent seul, je veux bien lui tenir compagnie. Penses-y ! »

Le salaud, il savait que me dire ça allait me trotter dans la tête et surgir d'un coup n'importe quand et que je n'essaierais même pas de résister. Je suis parti en lui faisant un doigt d'honneur, il a éclaté de rire et m'a dit :

-       « A ce soir ou à demain mais ça m'étonnerait que tu résistes davantage. On se connaît trop bien tous les deux. »

Il avait raison …..

Phil

philroz@hotmail.com

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur : Coming out ! - Accro à la bite d'Hugo - Plan juteux à trois - Enfin actif ! - Un rapport pour un stage - Jérôme ce queutard ! - Dimanche soir et en manque - L'inconnu du train - Chaude manif ! - Expérience échangiste - Dépucelage à Roland Garros

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

18/04 : 15 Nouvelles

Sauna de Sochaux Chatenois25
Une soirée partie en couille 17cmglandcompris
Un charme fou Ghost writer
Rasage coquin Jako
Plan anonyme -01 Rsexenc
Plan anonyme -02 Rsexenc
Surprise à la fac Aymeric
Militaire-Motard Militaire
Plan avec une racaille Passif-lille
Dans le vestiaire Pakito31
Voisin Marlon
L'éveil du Renart Renart
Séance sportive Pititgayy
Un Affectueux Collègue Jako
Tout a basculé à 19 ans ThomasLePassif

La suite... (7)

Mariage pour tous -09 Yan
Frenchies -11 Pititgayy
Mathieu -03 Jeanmarc
Chambres à louer -15 Jeanmarc
Kader -12 Cédric T
Kader -13 Cédric T
Dans les geoles d'Armid -03 Iwan

Avril 2014

Nouvelles

Que de changements -01 Evanaddison
Que de changements -02 Evanaddison
Que de changements -03 Evanaddison
Que de changements -04 Evanaddison
Soirée torride Caramel
À la fin de l’été Bookman
Victor Victorbg
Une aire d’autoroute. Ginger
Marché D’Amiens Nord Legarsdu80
Mon petit frère Pédale69
Un Chinois très chaud... Mat44
Thibault Theo5852
Masseur Bastien
Le Club Ganymède Jako
Soumis au livreur wantmonster86

La suite...

Que de changements -05 Evanaddison
Que de changements -06 Evanaddison
Que de changements -07 Evanaddison
5ème jour Curiosity
Frenchies -10 Pititgayy
Mathieu -02 Jeanmarc
Soumission & Domination -524 Jardinier
Souvenir d’internat -03 Benvart
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)