NEWS :
23 Mai

Grosse queue
"Plan à 3"
"handgag"

90 pages en accès
avant-première.
C’est quoi cet accès ?

Valable tout 2024.
Simple,
CB ou Paypal,
Discret

Shop Gay

Cyrillo20 ans
site gay gratuit

PUBLIER

HISTOIRE

Sextoy
Sexshop

Signaler ici si l'histoire ne respecte pas les mineurs, ado, enfants (-18ans) ou toute autre infraction. Merci !

Premier épisodeÉpisode précédent

Ville spatiale

4 | DECOLLAGE IMMINENT

Chapitre-3

La journée est rude, chargée de réunions, de briefings et debriefings qui n’en finissent pas.

Celle de demain ne sera pas moindre. Helena, Laura et les enfants arriveront juste avant la remise des médailles en début de soirée. Nous nous retrouverons dans le hall de l’hôtel. Nos chambres communicantes, devant permettre à la nounou de s’occuper de Tristan et Leonard, le temps de notre gala Elyséen.

Nous décidons en début de soirée, de rentrer à notre hôtel, flanqués de nos deux gorilles, qui ont tous leurs sens à l’affut.

En contact radio avec le pc sécurité, ils sont informés que la menace terroriste est en alerte rouge depuis un colis piégé envoyé il y a quelques heures à un des militaires de notre expédition. Il est décédé dans l’explosion, sa femme et ses enfants sont gravement touchés.

Boris nous indique qu’il n’est pas possible de diner à l’extérieur, ni même au restaurant de notre palace.

Ce sera donc dans nos appartements que nous serons contraints de prendre notre repas.

Nous montons directement à notre étage et attendons dans le couloir quelques instants, nos deux gardes du corps, étant partis sécuriser nos chambres.

Pendant que Bruce, me caresse le dos sous ma veste, je me tourne vers lui et lui dit :

« Mon amour j’ai une idée et une envie ». Bruce ouvre grand les yeux pour me montrer qu’il m’écoute. Il est beau et craquant dans son uniforme tout serré. Sa bosse m’allèche, et avant de reprendre la parole, je lui fais un ballet avec ma langue sur mes lèvres.

« Pour une de nos dernières soirées sur terre, je trouve ça nul de s’enfermer comme ça dans nos chambres. Si on se faisait monter un méga repas, quelques bonnes bouteilles et qu’on invite nos deux tourtereaux pour nous surveiller de près et partager le moment ? On pourrait s’amuser un peu à les surprendre et à les faire sortir de leur cachette. Et … » Je deviens hésitant et me lance.

« Et, peut-être pour une première fois, jouer avec nos corps en charmante compagnie ? ».

Bruce me regarde droit dans les yeux. Il fronce les sourcils, tourne sur lui-même, me regarde à nouveau et me répond.

« Ces deux jeunes gars m’attirent aussi physiquement, c’est vrai. Toutefois, je n’ai jamais eu envie de te tromper. Si quelque chose se passe ce soir, nous serons dans l’éphémère. Rien ne doit changer entre nous, j’ai trop d’amour pour toi et pour imaginer un instant nous perdre. Tes yeux malicieux qui demandent un plaisir différent, m’osent à penser que tu en as envie. Si c’est notre plaisir partagé, une simple découverte, alors soyons fous. Ce soir on fait la fête mon prince ! ».

Ses yeux s’illuminent en même temps que les miens. Nos bodyguards arrivent, pile poil au moment où ma main caresse sensuellement la nuque de Bruce. Je la laisse où elle est devant nos gardiens un tantinet médusés.

Tout est ok nous disent ils, l’espace est sécurisé. Nous allons vous faire porter à manger.

« Heu. Les garçons », déclame Bruce, « Nous ne sommes tout de même pas rassurés par les événements. Nous le serions si vous diniez avec nous dans notre immense chambre. Vous me laissez commander le repas et les boissons, on fait tous un brin de toilette, tenue décontractée, boxers autorisés dans une heure ? ».

Sans se faire prier, les bogoss sont ok.

Nous partons chacun vers nos chambres et Bruce commande un diner de Gala, du homard tiède en salade, et une feuillantine de foie gras de canard et lamelles de truffes fraiches du Périgord. Quelques pâtisseries pour dessert et le summum des « pouilly fumé », un « Baron L de La Doucette ».

Un, que dis-je, trois bouteilles et deux de Champagne pour un apéro prévu avec quelques tapas du chef.

Nous filons à la douche ensembles, et nous savonnons mutuellement et méticuleusement.

Impatients de cette soirée qui s’annonce, nous partageons uniquement nos langues dans de nombreux baisers fougueux. Nos corps s’enlacent, Bruce me serre dans ses bras très fort. Un moment d’inquiétude et de passion aussi.

Nous décidons d’accueillir nos invités en « Marcels » Blancs et boxers à poche. Les pieds nus, nous allons ouvrir aux deux éphèbes, qui nous regardent avec un léger recul. Boris et Moussa, n’ont pas osé retenir la proposition du boxer, et c’est tous les deux, en petit pantalons de lin clair, moulants et moulbites, petites chemisettes à moitiés déboutonnées, tout sourire qu’ils finissent par rentrer et s’installer penauds au salon.

L’apéritif nous est apporté par un splendide groom, mais personne ne relève et ne lance de regards. Le stress se fait sentir un instant, mais le paf de la bouteille de Champagne ouvert par le jeune commis, nous permet de nous intéresser un peu plus à eux, dans une conversation et des échanges très agréables.

Le Champagne est bien frais et nous donne de l’audace. Bruce s’indigne que nous soyons contraints d’être les seuls en sous-vêtements. Il donne l’ordre à nos convives, en tant que Capitaine, de se dessaper comme nous. « Exécution crie t-il ».

Les deux se déshabillent illico, et viennent se rasseoir, la chemise complètement ouverte et les mêmes boxers blancs à poche de l’armée que les nôtres.

Moussa a déjà un paquet bien plein, et le sexe de Boris que nous n’avons jamais encore vu, semble s’approcher de la taille du mien.

L’apéritif fait son effet, chacun y va de sa blagounette. Le tutoiement s’installe, nos mains se touchent quelques fois dans une discussion amicale et animée. Le sexe n’est pas abordé, mais les deux compères ont des yeux qui s’écarquillent chaque fois que Bruce me prend la main sans discrétion. Ils n’osent toujours pas poser de questions.

C’est en véritables gourmands et gourmets que nous terminons nos plats et entamons la dernière bouteille de blanc. Les desserts nous enchantent et nous finissons par commander quelques bouteilles d’alcools pour terminer la soirée.

Les deux grands canapés qui se font face nous accueillent par couple et nous poursuivons à bâtons rompus. Les verres successifs commencent à prendre le dessus, sur moi surtout. C’est alors que je me lance :

« Il y a longtemps les gars que vous êtes ensemble ? ».

Un grand blanc s’ensuit, et beaucoup de rouge sur les joues de Boris. Il semble vouloir se révolter à ma question, mais Moussa le bloque.

« Deux ans David, rien n’était prévu, mais les zones de combat ont rapproché notre fraternité, et l’amour a pris le dessus. Boris et moi c’est fort ».

Mais sans se décontenancer, il reprend :

« C’est normal que deux capitaines beaux-frères, se caressent le cou, les mains et ne défont qu’un lit pour dormir ? ».

Nous sommes pris à notre propre piège, et à notre étourderie concernant le lit. Nous partons tous les quatre, dans un rire collectif, qui nous vide les tripes. Nous expliquons sommairement la situation, et nous dévoilons un peu plus dans nos intentions de la soirée. Les deux semblent conquis d’avance et nous indiquent avoir beaucoup fantasmé sur leurs deux capitaines.

Il semblerait que les masques soient définitivement tombés. Boris et Moussa s’embrassent à pleine bouche et se caressent mutuellement le torse. Ils sont en pleine frénésie amoureuse et leur attachement fait plaisir à voir.

Bruce se jette sur moi pour en faire de même, et me presse à nouveau le sexe, comme dans l’obscurité du train.

Les compliments pleuvent et s’échanges. On se renvoi des : « vous êtes beaux gosses », les gestes et les rapprochements s’affinent.

Je me lève et vais m’assoir au plus près de Moussa, Bruce faisant de même à côté de Boris, selon le partage que nous avions tous deux convenus.

Cette nouvelle intimité, et quelques verres de plus, me fait coller mes jambes à celles de Moussa. Bruce a posé sa main sur celle de Boris, et caresse son genoux et l’intérieur sensible de sa cuisse.

Nos deux invités, semblent vouloir jouer la coopération et perdent définitivement leur timidité.

Moussa s’empare de ma nuque et ramène ma bouche jusqu’à la sienne. Il embrasse divinement bien le sergent Moussa. Sa langue cherche la mienne, la salive s’échange en même temps que de vrais bisous appuyés.

Bruce qui n’avait rien loupé dans le train, dévore les seins et les tétons de Boris. L’ambiance devient survoltée. Les caresses, les bisous, les léchouilles pleuvent sur tous les corps. Nous faisons bloc sur ce canapé. Bruce ne m’oublie pas et vient régulièrement me prendre ma tignasse dans sa main, et bisouiller mon cou.

Les boxers tombent, inutiles, tant nos sexes avaient depuis longtemps franchi la poche kangourou.

Je me jette goulument sur le sexe de Moussa. Boris m’imite sans hésitation. Bruce et Moussa, sont en mode pacha. Boris qui n’arrive pas encore à prendre tout le sexe de Bruce, est à genou au sol, ses fesses contre les miennes et nous nous caressons mutuellement en suçant nos partenaires.

Nos partenaires d’ailleurs, qui ont entrepris eux aussi un combat de langues et de caresses voluptueuses.

Mon habitude des gorges profondes, régale Moussa. Il bande très dur, son sexe envoi régulièrement quelques gouttes de precum, dont je me délecte. Après une dizaine de minutes de ce pompage en chaine, je sens le gland de Moussa changer de dimension. L’extrémité et les veines de son sexe sont gonflées à l’extrême. Il ronfle, vrombis et s’enflamme comme un moteur, puis dans un cri roque, il déverse sur ma langue et mes lèvres tout son sperme bien blanc, qu’il me vaporise en fond de gorge. Il enfonce son sexe encore plus profond et termine son orgasme par 4 nouveaux jets puissants que je m’empresse d’avaler.

Bruce n’est pas en reste avec Boris. Le sexe de mon géant, bien trop gros pour la bouche du sergent, parviens quand même à s’enfoncer de moitié. Bruce voyant mon visage tout visqueux des restes de l’éjaculation violente de Moussa, accélère le mouvement et dans un râle puissant, ressort son sexe de la bouche de Boris, et lui tapisse la face d’une dizaine de jets vigoureux. Il termine en étalant tout son foutre avec son sexe et le replonge dans sa bouche pour un nettoyage aux normes.

Pendant que nos pachas se reprennent et semblent discuter de nous et de nos préférences, je m’allonge avec Boris sur le tapis, nous nous positionnons dans un 69 sexy. Nos bites sont pleines de notre mouille et sentent l’homme viril. J’agite ma bouche, ma langue sur ce sexe bien dur, mais plus petit et donc plus reposant que le précédent, celui de Moussa.

Ma main, caresse l’entre cuisse de Boris, sa peau est douce. Je frôle ses grosses couilles pleines et approche mon doigt de son petit trou serré, bien décidé à terminer le travail de Bruce sur sa prostate. Il enchaîne sur moi avec les mêmes mouvements. Il n’en faut pas longtemps, pour que chacun un doigt dans l’anus de l’autre, nous explosions dans une éjaculation phénoménale. Le sperme chaud et légèrement sucré de Boris me remplit à nouveau la bouche, déborde et coule sur mon menton et mon torse. Boris lui, est obligé d’avaler tout mon litre de foutre, propulsé par 8 longs jets puissants dans son œsophage et sa bouche.

Nous décrétons une petite pause salvatrice, bien décidés à poursuivre cette aventure.

Un verre dans la main, nous nous glissons chacun vers nos hommes respectifs. Bruce est heureux de me retrouver et Boris se fait câliner avec volupté par son Soldat préféré. Mon géant de capitaine et Moussa proposent un rafraichissement sous la douche de nos corps souillés de jus.

Qu’elle complicité ces deux-là. Suspecte complicité dirais je.

Boris et moi, nous prenons par la main, pour nous rendre à la douche italienne immense. Un joli défilé de nu, où nous dandinons nos fessiers exagérément. Bruce et Moussa qui nous suivent ayant repris une légère érection, nous intiment soudain l’ordre de nous asseoir directement au sol. Nos jambes s’entrecroisent, et nos corps se collent.

Boris, avance sa bouche contre la mienne et s’accroche à ma langue. Un petit numéro érotique bien efficace qui fait pointer nos phallus bien droits.

Ils s’avancent tous deux au-dessus de nous. Leurs grosses couilles pendouillent et leurs bites mi molles semblent nous regarder.

Bruce qui tient maintenant son sexe de ses deux mains, me tire sa langue avec un clin d’œil et soudain s’attaque à m’inonder de son urine bouillante. Moussa lui emboite le pas et vise d’abord son Boris. Il dirige ensuite son engin vers moi et ce sont deux gros jets qui aspergent mon corps, mon visage, mes cheveux. Une véritable haie d’honneur, un feu d’artifice liquide qui m’émerveille. Ma bouche n’est pas épargnée, et Boris devient à son tour la cible de nos deux pervers. Nous nous enlaçons Boris et moi et nous embrassons à pleine bouche au milieu de cette douche sublime.

Nos corps se frottent dans ce fluide abondant et nos hommes ne tardent pas à redresser au maximum leur sexe, enflammés par notre petit numéro amateur.

Bruce et Moussa se félicitent de leur complot réussi, Boris me confie qu’il kiffe aussi très fort cette pratique.

La douche, la vraie coule maintenant sur nos corps bien rassasiés, nous nous savonnons mutuellement, Bruce et Moussa faisant de même. Les bisous se distribuent à tout va, et quand chacun a séché sa chacune, nous nous dirigeons tous vers le grand lit.

Nos hommes semblent survoltés et nous devinons le sort qu’ils nous réservent dans toute cette complicité qui semble se poursuivre.

Bruce me pousse sur le lit et m’allonge sur le ventre, les pieds légèrement pendants. Moussa allonge Boris dans la même figure mais face à moi. Eux sont debout, et se font front de chaque côté du lit. En même temps, nos amants respectifs, se baissent et viennent caresser nos lobes, puis ouvrent notre raie de leurs deux mains.

Leurs visages viennent s’appuyer sur nos fessiers et les langues se mettent à balayer nos petits trous. Boris me tient par les mains les doigts entrecroisés, et me lèche les lèvres de sa langue habile. Nos bouches et nos langues ne se décollent plus pendant cette dizaine de minutes que dur ce délice de l’anus.

Ils nous rendent tous deux le plaisir que nous leurs avons accordé un peu plus tôt. Moussa ramène Boris dans le même sens que moi et nous nous retrouvons alors sur le dos, côte à côte, corps contre corps, nos fessiers en apesanteur au bord du lit.

C’est au moment où je me réjouis d’être pénétré par mon géant, que les partenaires s’inversent et c’est en position de missionnaire, que Moussa vient me présenter son sexe à l’entrée de mon petit trou, qui frétille encore d’avoir vu son Bruce.

« Mon Capitaine, je vais t’envoyer en cloque dans la lune » s’exclame un Moussa au sexe maintenant difforme.

Il s’enfonce en moi sans retenue. Boris écrase ses mains sur mon torse et y plante ses ongles quand, Bruce fait de même en labourant son petit cul.

Les mâles semblent programmés à nous enfoncer. C’est brutal, mais doucement le plaisir s’installe. Ils nous baisent dans un même mouvement rapide, profond et synchronisé. Nous comprenons que le complot se poursuit et que leur défi, est de nous baiser sauvagement. Celui qui tiendra le plus longtemps à ce rythme sera certainement le gagnant.

Moussa, se déchaine en moi. Les mots sales s’invitent. Il me traite de capitaine salope, capitaine chaudasse. Boris est une pute, une chienne, qu’il va exploser selon les propos d’un Bruce fort à la tâche.

Nous haletons mon compagnon et moi. Nous résistons de plus en plus péniblement en nous caressant toujours plus fort. Boris transpire face à Bruce qui ne ménage rien. Les deux hommes sont en grande sueur, et soudain c’est l’échange.

Moussa s’efface devant Bruce et lui laisse la place. Mon géant me revient. Il me regarde comme un chien regarde une saucisse, et profite du passage fait par Moussa, pour pousser tout son énorme pieu en une fois. Pas de répit, en même temps que Boris se fait ouvrir par Moussa, Bruce reprend avec moi une défonce animale.

Les deux, toujours en symbiose, semblent en fin de course. 15 minutes maintenant de ces pénétrations intensives et ma prostate demande à se lâcher. Boris me fait signe qu’il est proche d’un orgasme historique, mais nos deux acolytes éructent simultanément, et dans une envolée lyrique, commencent à se vider en nous. La pression des jets de Bruce est intense. Il garde quelques réserves pour m’asperger le ventre, et après m’avoir rempli le rectum, il remplit mon nombril d’un petit lac de foutre blanc et crémeux qu’il me fait déguster de deux doigts rapides plongés dans ma bouche.

Moussa n’en finit pas de son orgasme et poursuit pendant une bonne minute à tasser son sperme dans le plus profond des entrailles de Boris.

Ni mon compagnon de passivité, ni moi n’avons encore joui. Nos deux actifs, s’agenouillent alors et entames un léchage de nos sexes. Comme de grands gourmands, ils les avalent et les font vibrer de leurs langues. C’en est trop pour moi, mon cri devient un hurlement et mon jus s’échappe de mes couilles, remonte dans ma verge et rempli l’œsophage de Bruce.

Moussa n’est pas en reste. Boris qui lui a déjà rempli la bouche, a encore des réserves et lui asperge le visage de ce qui reste.

Bruce se penche sur moi, s’enroule sur mon corps et me couvre de bisous liquides. C’est mon jus qu’il me rend le coquin et que je lui retourne à nouveau, en nouant ma langue à la sienne.

Nous prenons le temps d’un retour à un souffle plus régulier. Après une douche à 4, ou les caresses s'envolent à tout va, nos invités nous quittent dans un certain degré d’épuisement.

Quel moment de choix nous avons partagé me confie Bruce. Mais rien n’était plus fort que lorsqu’il était en moi me confie-t-il.

Nous nous endormons dans le grand lit, chacun à fleur de peau de l’autre, sans nous soucier de ce que sera demain ou tout à l’heure.

Fabiodimelano

fabiodimelano@gmail.com

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur :

TEXTE IMPLIQUANT DES MINEURS,
UN ENFANT OU ADO (-18ANS)
IL FAUT ME LE SIGNALER :
CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Signaler aussi tout texte incitant à la haine, au racisme, à la violence et à la cruauté. Sous peine de fermer ce site !

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

💦 23 Mai | 70 pages

Les nouvelles | 17 Pages

Militaire Meetmemz
Mes aventures Devilinme
Mon Inconnu du lycée Guiome
Location estivale Plume-Gay
Service militaire Meetmemz
Chez le docteur Fesses-Rougies
Soumission, domination. Jackx
Soumission au sauna Sylou69
Initiation Yannick
Bois de Vincennes SalopeAJus
Pris en flag Meetmemz
Plage naturiste Colinot
Camping Paradis DelosFairy
Le club des 4 en colo DelosFairy
Chaleur nocturne DelosFairy
Artisan électricien Meetmemz
Pipe à l'aire de repos Halex27

Les séries : 53 pages

Cousins rebeu | 14 | +1 Meetmemz
1 | 2 | 3 | 4 | 5
6 | 7 | 8 | 9 | 10
11 | 12 | 1314
En exterieur | 3 | +1 TheoWil
1 | 2 | 3
Job à Dubaï | 2 | +2 Dvdstaudt
1 | 2
Abdoul | 3 | +1 Meetmemz
1 | 2 | 3
Hugo & Ethan | 10 | +4 Hugo_ethan
1 | 2 | 3 | 4 | 5
678910
Sur une île déserte | 6 | +1 Meetmemz
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6
Femelle | 3 | +2 RyanSoumis
1 | 2 | 3
Baise dans sa cave | 2 | +1 Djack
1 | 2
Rencontre Twitter | 2 | +1 Shernabog
1 | 2
Chez moi | 2 | +1 Passif17
1 | 2
Hésitation première | 2 | +1 MoietMoietMoi
1 | 2
Le petit pêcheur | 4 | +3 Fabiodimelano
1 | 2 | 3 | 4

ET CE N'EST PAS TOUT !
Il y a 90 pages en + ici

RETOUR AUX HISTOIRES

21 ans d'histoire :
2023 | 2022 | 2021 | 2020 | 2019 | 2018 | 2017 | 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011 | 2010 | 2009 | 2008 | 2007 | 2006 | 2005 | 2004 | 2003 | 2002 | 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
N’oublie pas les dangers d'une relation sexuelle sans protection,
que tu sois sous Prep ou pas.
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES !

Sextoy
Sexshop

Chercher sur le site

ATTENTION

HISTOIRE AVEC DES MINEURS, ADO, ENFANT(-18ANS)
IL FAUT ME LE SIGNALER :
CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Signaler aussi tout texte incitant à la haine, au racisme, à la violence, à l'absence de consentement ... à la cruauté. Sous peine de devoir fermer ce site !

Plan du site


Merci !

J'aime ce site et je souhaite faire un don,
du montant que je veux, juste pour aider


Simple, en CB ou Paypal, Discret.


Avril 2024 : 3 388 758 pages lues.

Ce site utilise des cookies uniquement pour faciliter la navigation. Aucune données personnelles ne sont collectées ni conservées pour du partage, ou a des fins marketing. ©2000 Cyrillo.biz. Hébergeur : Planethoster Canada

À jour : dimanche 10 mars 2024 à 14:09 .

Retourner en haut