PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

1er Épisode - Épisode précédent

Soumission & Domination 333

Nouvel an 2015 (suite 1)

Je me réveille le 1er. Je suis sur le dos, Ludovic à ma droite sur le ventre son bras passé sur mes pecs et Côme à gauche avec son bras sur mes abdos, leurs têtes contre mes épaules. Il fait grand jour même si la lumière est tamisée par les feuillages.

Je réfléchis à ma situation avec mon dernier amour en date et son frère dans mes bras. J'écoute la maison. De faibles bruits me parviennent. Le rythme régulier de nageurs qui crawlent lentement ne dérange pas. Ils finissent quand même par avoir raison du sommeil de mes dormeurs. Bisous, on se serre dans les bras puis décidons de retrouver la civilisation. Même si c'est « Sodome & Gomorrhe », c'est quand même la civilisation !

Les premiers que nous voyons sont les trois nageurs. Il y a bien sûr Anthony notre maitre-nageur et ce sont Max et Guillaume qui l'accompagnent. Petits saluts de la main mais le temps de contourner le bassin, ils sont sortis pour m'étouffer. A ce que je comprends, ils sont contents de leur 31. C'était une première pour eux et ils avaient trop aimé ça. Pour les jeunes ça ne m'étonne pas. Anthony me dit qu'à 80, il n'avait jamais fait de telle touze !

Passage au 3ème où nous nous douchons dans ma propre salle de bain. Je n'ai pas été surpris de trouver notre chambre vide puisqu'elle était hors lieux de baises. J'enfile un Jock ES et passe à mes invités de quoi couvrir leurs « fesses » aussi.

Quand on débarque au 4ème, quasiment tout le monde est en train de bruncher. Notre arrivée est saluée par de grands bonjours.
Nous voyons que la projection des « déjeuners sur l'herbe » avait cédé la place au plan fixe de nous trois en train de dormir entre les palmiers. PH est le premier à nous rejoindre. Il nous dit que c'est lui qui a fait la photo, il nous avait trouvé trop beaux tous les trois.
Nous mettons bien 10mn à faire une bise à tous avant de pouvoir commencer à calmer la faim qui nous tenaille depuis que les odeurs de café sont parvenues à nos nez.

Samir et Ammed ont l'air frais comme des roses et assurent la fourniture de pancakes tièdes et d'omelette et autres œufs brouillés. En les saluant, je les remercie pour leur efficacité. En traversant le plateau, je n'ai pas vu une kpote pleine à trainer ou un tube de gel ouvert.
Tout le monde porte l'anneau que je leur ai offert, ça me fait plaisir.
Les « habitués » de mes réveillons du nouvel an me disent que celui (annulé cause accident) de l'année passée leur avait manqué mais que j'avais su me rattraper cette fois. Les autres ont encore les yeux pleins du fantastique de la veille et du matin même vu l'heure à laquelle la touze s'est calmée. Si tous ont enfilé un sous vêtement, je ne suis pas sûr que ce soit celui qu'ils avaient en arrivant. Je suis con mais si cela ne me dérange pas que l'on déambule nu chez moi, quand on mange ça me gêne.

Alors que Julien et Second sont partis ouvrir la boutique de Julien pour la matinée, Xavier est le premier à partir. Il doit rejoindre sa femme. Je lui dis de l'embrasser de ma part et lui donne un énorme bouquet de rose que j'avais prévu pour cela.  Elle m'appellera dès le retour de son mari pour me remercier pour le bouquet et pour le lui avoir renvoyé pas trop tard (son mari).
Ce sera le seul ce 1er de l'an à partir définitivement. Tout l'après-midi ça va être des va et vient. Mes escorts qui ont de la famille pas loin nous abandonnent le temps d'aller claquer une bise à leur géniteurs. Moi-même je m'éclipse avec Ludovic et Côme pour souhaiter la bonne année à leurs parents.
Nous avons du mal à ne pas nous éterniser. Nous n'échappons pas au thé avec petits gâteaux. On se souhaite le meilleur pour l'année à venir.
Enguerrand me dit que ce n'était pas gentil de ne pas l'avoir invité à ma fête. Quand je lui glisse qu'il ne serait pas senti bien entouré de 80 mecs chauds et prêts à sauter sur tout ce qui bougeait, il me répond que ça n'aurait pas été la première fois qu'il se serait fait enculer et que, là au moins, il aurait pu choisir lui-même celui qui la lui aurait mise.
Quand nous repartons, je le vois s'isoler un instant avec ses frères.
Dans la voiture Ludovic me dit qu'Enguerrand lui avait demandé d'intercéder pour lui afin qu'il puisse venir avant la fin du WE. Il me demande en quoi cela me gênerait qu'il participe aux touzes à venir. Je suis un peu étonné. Côme sait il sa démarche ? Ludovic m'assure que ce dernier est OK, il pense même que ce serait une bonne façon pour Enguerrand de tourner la page de sa soumission forcée.

Quand nous arrivons au blockhaus, Côme me demande si Ludovic m'a parlé. Je réponds que j'ai été surpris. Ils doivent savoir que si Enguerrand vient, il aura quand même du mal à ne pas se faire prendre par tous les actifs présents, que son cul et sa bouille juvénile vont méchamment exciter, Marc en premier.
Il en est conscient mais pense, comme Ludovic, que cette expérience librement consentie lui redonnera confiance. Il sait que même excités par lui, mes amis ne le violeront pas, du moins sans son accord.
Côme ajoute qu'il en sera responsable et qu'il veillera sur lui.

Je cède ! Que voulez-vous je suis un garçon faible avec les gens que j'aime !!

Ils appellent aussitôt leurs parents et après discussion, au vu de son changement d'attitude envers moi et son assagissement ces dernières semaines, ils autorisent Enguerrand à venir chez moi. Côme retourne le chercher avec ma voiture.

Ils arrivent avec la majorité de ceux qui avaient dû s'éclipser momentanément. Au moins il n'est pas le seul habillé à son arrivée. Ludovic se charge de le présenter à tous ceux qu'ils rencontrent. Si les plus âgés se contentent d'une bise sur la joue, mes plus jeunes y vont directement d'une pelle. Quand ils arrivent enfin au 4ème, les yeux du petit dernier brillent comme s'il avait vu le père Noël !
Il me saute au cou et me dit que j'avais été très méchant de lui avoir refusé d'être là depuis la veille. Quand je lui dis que j'avais eu peur que cela lui rappelle de mauvais souvenir, il hausse les épaules et me dit que ça va être l'inverse, il va s'en faire de nouveaux et beaucoup plus beaux.
Côme l'emmène à l'étage en dessous pour le mettre à notre diapason (en boxer quoi !).
Je profite de son absence pour dire à tous que mon petit beau-frère n'est pas un trou de plus à remplir. Que je serais ravi si tout le monde prenait quelques précautions avec lui. Je me fais huer d'avoir pu penser qu'ils en profiteraient.
Par contre, Enguerrand devient rouge quand revenant en boxer Addicted, mes Escorts le sifflent quand il traverse le plateau. Il se serre contre moi. Je lui dis que je l'avais prévenu, il n'était pas au pays des Bisounours.
Max qui a son âge et que son père a accepté de nous laisser en récompense de ses progrès de comportement envers eux l'attrape par le bras et me dit de le lui laisser, qu'il va lui montrer les trucs à connaître. En s'éloignant, il se retourne vers moi, me fait un clin d'œil et me dit qu'il s'en occupe.  
Je n'ai pas le temps de réagir qu'ils ont déjà disparu.
Je vais pour les rattraper mais Côme m'intercepte et me dit que c'est lui qui avait demandé à Max de le coacher ils ont le même âge.  
Pas de sexe…visible… avant l'apéro. Les mecs sont pourtant les uns contre les autres, certains dans les bras d'autres, mais non, ça parle travail ou expériences sexuelles. Ça discute aussi beaucoup sur les potentiels locaux.
Alban répond à ceux qui pense qu'à Paris on est obligé de trouver son bonheur que lui, c'est chez nous qu'il l'a trouvé et de rouler un gros patin à notre musculeux Ric.
Les deux Lads assurent n'avoir jamais eu de problème pour trouver un réceptacle à leurs bites pourtant légèrement surdimensionnées. Eclats de rire à leur façon de présenter leurs attributs hors normes !  

Les bouchons de champagne sautent à nouveau. Cela attire les quelques qui étaient partis faire du vrai sport. C'est aussi le moment où nous retrouvons Enguerrand. Les yeux plus brillants que jamais et le boxer tendu par sa bite, il me dit qu'il vient de faire le tour complet du blockhaus et que le sous-sol l'avait surpris. C'est à ce moment-là qu'il remarque que c'est ses deux frères et moi qui sommes en photo projetés sur le mur en 4x3. Il se serre contre moi et tout bas me dit qu'il n'a pas encore fait l'amour depuis que je l'ai tiré des griffes de X et qu'il aimerait que ce soit moi son vrai premier.
Normalement ce n'est pas une proposition que je refuserai. Là, comme c'est le petit frère de Ludovic et Côme je suis un peu ennuyé. Il insiste et me dit que c'est sa volonté à lui, que si Ludovic m'aime c'est que je suis quelqu'un de bien, que si ce n'était pas le cas, je me serais déjà fait démonter par Côme. Conclusion : je n'avais aucune raison de refuser. Argumentaire un peu simpliste mais très convaincu !
Je lui dis de plutôt se concentrer sur Max, qui avait l'air de bien lui plaire, ou de choisir parmi mes escorts celui qui le branche le plus et de faire des bêtises avec.  

Il me laisse et pendant un moment je crois qu'il a laissé tomber l'idée.

Le début de soirée monte doucement en pression. Les gestes se font plus précis, les tissus se tendent de nos queues en érections. Les tétons gonflent, les lèvres entrent de plus en plus en contact entre elles plutôt qu'avec les surfaces froides de nos flutes. Les premiers groupes se font et partent à la recherche de l'endroit idéal du moment.
Comme je fais un point avec Samir, les trois frères viennent vers moi. C'est Ludovic qui prend la parole pour me demander d'accéder aux vœux de son petit frère. Ils savent tous les trois que je serais le partenaire idéal pour redonner confiance à Enguerrand et lui permettre de véritablement tourner la page précédente. Il ajoute que PH et Ernesto sont tout à fait d'accord avec eux.
Devant une telle coalition je capitule. Bon le fait qu'Enguerrand soit des plus bandant ça aide aussi !
Je l'embarque. Nous trouvons refuge dans une des chambres du 3ème que je réquisitionne pour nous seuls. Il est déjà quasi nu et je le regarde vraiment pour la première fois. C'est un Ludovic en puissance. Même physique de beau mec, plus finement musclé mais on voit bien le sportif explosif qu'il est en tant que boxeur. Son bassin étroit accentue encore plus le V de son torse. Peu poilu au naturel, seuls ses avants bras et mollets sont couverts de poils blonds peu denses.
Nous sommes encore debout. Il vient dans mes bras et pose sa tête sur mon épaule. Je le laisse mener à son rythme. Il m'a choisi pour le « dépuceler » (même si c'est déjà fait, psychologiquement c'est un nouveau départ qu'il veut) et je ne veux pas avoir le moindre geste qui pourrait lui rappeler sa première expérience malheureuse.
Il redresse la tête pour me regarder et me dire qu'il est trop content que j'ai accepté. Il sait que j'aime son frère comme je ne l'aimerai jamais lui, mais il se sentait en confiance avec moi.
C'est très troublant ce genre de déclaration. Il me touche le con ! Je le serre plus fort encore.
C'est lui qui me descend le boxer sur les chevilles. Je bande c'est évident ! Il se décolle de moi, passe ses mains sur ma peau des épaules à mes hanches et mon sexe. Il admire la coupe de ma pilosité. Il me demande pourquoi. J'explique que se retrouver avec des poils entre les dents lors d'une pipe c'est assez moyen. Il veut du coup faire pareil avant qu'on fasse l'amour. Passage rapide à la salle de bain et entre crème épilatoire et mousse à raser, il se retrouve comme ses frères avec le minimum syndical, un trapèze de poils coupés courts au-dessus du sexe. Il bande comme un fou lui aussi. Monté dans les 18x5 avec sa largeur de bassin réduite, elle parait beaucoup plus grosse.
On se couche et on commence par une bonne grosse pelle. Il embrasse bien ! Mes mains le caressent, de son dos à ses hanches, j'ai plaisir à suivre ses muscles qui  se contractent sous sa peau. Il bouge doucement le bassin pour frotter sa queue contre la mienne. Nos glands suintants s'excitent l'un l'autre. Il quitte mes lèvres et descend sur mes tétons (plutôt mon téton libre de piercing). Il le laisse bien gonflé avant de continuer sa descente de mon corps. Comme il arrive à mon gland, je lui relève le menton et lui demande une dernière fois si c'est bien ce qu'il veut. Il secoue la tête et embouche mon gland.
Il est très bon ! Sans un renvoi, il s'enfile mes 20x5 jusqu'au fond de sa gorge. Il tient même une bonne minute le nez enfoui dans mon pubis.
Je lui souffle que ce n'est pas un examen de passage mais juste un bon moment de plaisir mutuel. Il me pompe avec maestria. XX de XXX l'a peut-être abusé mais en attendant il a su l'éduquer correctement. Je le tire vers moi pour lui rouler une pelle. Le petit mec est avide. Il aspire ma langue dans sa bouche pour que la sienne se batte avec. Sa fougue laisse paraitre un brin de désespoir.
Je calme le jeu en le serrant très fort contre moi. Il prend un moment de pause sa tête sur ma poitrine, sa main gauche sur ma bite et la mienne sur ses fesses.
Inconsciemment je les caresse et mes doigts s'aventurent dans leur sillon. Quand mon index se pose sur sa rondelle, il pivote et se place en 69.
Il recommence à me pomper tout en me présentant sous mon nez son oignon bien serré.
Je sais qu'il est séro-négatif puisque je l'ai obligé à se faire dépister. Quand je pose ma langue sur les petits plis qui entourent son trou, ça lui fait comme une décharge électrique dans tout le corps.
Je crois bien que dans la famille YYY de YYY il n'y aura que Côme pour se marier un jour !  Enfin avec une femme.
Le petit Enguerrand m'a l'air trop bien marqué à la pratique sexuelle masculine. Il aime ça c'est indéniable et son corps est demandeur de caresses viriles.
Il me maintient bien raide le temps que j'assouplisse sa rondelle suffisamment pour pouvoir l'enculer sans douleur.
Là, ça va le changer puisque son « maître » le prenait le plus souvent sans préparation. Une ou deux fois, il essaye de se dégager pour venir s'assoir sur ma bite, mais je le retiens, il n'est pas encore assez ouvert.
Quand je l'estime prêt, je le laisse faire. Il se place à cheval au-dessus de mon bassin et pose sa rondelle sur mon gland. C'est les yeux dans les yeux, sans jamais dévier son regard, qu'il s'enfonce mon gland d'un seul, lent mais ininterrompu mouvement.
Une fois s'être bien planté dessus, il s'est penché me rouler une nouvelle pelle.
C'est vraiment un bon petit mec !
Puis c'est le déchainement. Il me fait un véritable festival. Ses cuisses puissantes font monter et descendre son petit cul à grande vitesse. Puis il m'agrippe aux épaules et bascule en arrière pour m'amener à dominer la situation. Dans un premier temps je me retrouve à genoux, assis sur mes pieds avec Enguerrand sur mes cuisses. Puis il glisse sur le dos et je me retrouve les reins ceint de ses jambes, en appuis sur mes mains posées de chaque côté de sa tête. Ses mains derrière mon cou, il monte sa tête vers moi et m'embrasse à nouveau. Je commence le mouvement de pilonnage. Je fais attention à son plaisir et le fait monter lentement en excitation. Il halète de plus en plus fort. C'est lui qui change encore de position. Il se place à 4 pattes et me demande de le « saillir ». Puis il se laisse glisser. Les épaules sur le matelas, il écarte ses fesses de ses deux mains pour que je puisse l'enculer encore plus profond. Je me lâche à mon tour, emporté par l'excitation, accroché à ses hanches, je le défonce littéralement. Il apprécie vu les gémissements qui sortent de sa bouche.
Il monte vite et fort jusqu'à juter dans sa main. Il m'emmène dans sa jouissance et je lui remplis le ventre.
Je m'étale sur le dos et il vient se coucher sur moi. Il m'embrasse le cou et me dis merci. Je tire son menton vers moi, dépose un baiser sur ses lèvres et lui dis qu'il est un petit mec formidable.
Nous restons tout un moment comme cela, sans bouger, repus momentanément.

Nous enfilons chacun un boxer pour retourner dans le monde. Avant de passer la porte, je lui donne un petit flacon de poppers de compétition. Il me questionne du regard. Je lui dis que s'il tombait entre les pattes d'Éric ou de mes Lads, il souhaiterait probablement « s'ouvrir » un peu plus encore.

Au 4ème nous retrouvons ses deux frères. Ils nous disent nous avoir attendus avant de partir dans la mêlée. Enguerrand saute à leurs cous et leur dit qu'il n'avait encore jamais rien ressenti d'aussi bon. Clin d'œil de Côme vers moi.  Puis il nous quitte, pressé de tenter d'autres expériences. Comme il va pour disparaitre, je vois Max l'intercepter. Ils partent ensemble.

Je saurais plus tard comment s'étaient finie leur nuit. Depuis son nouveau dépucelage par mes soins, Enguerrand a fait de moi son confident.

De mon côté, je me suis amusé avec mon mec accompagné de Tic et Tac, puis je me suis fait les Lads dans le donjon.
Ils ont apprécié le détournement des selles d'équitation. Ils n'avaient jamais pensé à équiper une selle d'un gode. À leur décharge, ils étaient plutôt actifs avant notre rencontre. Ils me disent qu'avec de telles selles ils feraient un malheur auprès de certaines clientes. En attendant on joue avec et ils ne sont pas les dernier à monter dessus.
A nos côtés Ric est menotté à la croix de saint André. Sous la surveillance d'Alban, il se fait « travailler » par le moniteur d'équitation qui le chauffe avant de lui enfiler ses 26x7. Il abandonne le travail des tétons à des pompes et l'équipe de poids pour lui étirer les couilles. Ric n'en bande que plus et ses 20cm collent quand même à ses abdos !
J'abandonne mes Lads occupés à attirer du monde sur la « selle » avant de les enculer avec leur bites de chair ferme et rejoins les « tortionnaires » de Ric.

Comme je suis là, Alban nous quitte à la recherche de « modèles » à sauter.
Je conseil alors le moniteur sur comment procurer du plaisir à Ric en frôlant la limite de la douleur. Nous espaçons les périodes de « contraintes » par des pauses où nous occupons ses orifices. J'ai préféré être le premier à l'enculer car même si Ric à une rondelle bien musclée, après un ramonage en règle par un étalon monté 26x7, je crois que je m'y serais senti un peu au large !
 Nous repartons pour une stimulation en profondeur de notre proie. Comme le moniteur sollicite un peu trop les tétons de Ric, je lui dis de passer à autre chose si on ne voulait pas le voir exploser prématurément. Nous le travaillons une bonne heure avant de le laisser jouir. Sous la pression il jute à plus d'un mètre de lui. Nous le détachons pour un répit de courte durée. Je connais mon homme, il va chercher rapidement de quoi percuter à nouveau sa prostate. Quand je remonte du sous-sol, je croise Sosthène et João. Je leur indique le plan Ric en ajoutant qu'ils pourraient même jouer ensemble dans le même trou. Mon Ric mérite au moins ça après ce qu'il nous a donné.

Jardinier

sasha72@hotmail.fr

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur ( Top auteur ) : Vacances - Soumission - Moto - Dépucelage anal - inceste - Soumission domination

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

19/03 : 17 Nouvelles

Andrew Aeshenn
La fibre paternelle gaydu71
Parfaite femelle Femelle
Retour de soirée Vap
Le serveur de la plage Eric
Le sandwich taiwanais Jako
Cours particuliers Julespg
Les toilettes du train Marc
Combien sont-ils ? Houne66
Pas vu venir celle-là ! James
Seul… Jako
Première avec un homme mûr Curiosite40
Dernier sauna à Paris Chopassif
Lieu de drague Puteadispo
Le mec de ma coloc Bryan
Siaka, le bel Ivoirien Gregmrs
L’internat Matte070

La suite... 7 épisodes

Le moniteur moto -09 Sketfan
Ma gorge défoncée -05 Mâlelope
Mon demi-frère hétéro -05 Oldyano
Stage BTS à la ferme -09 Stéphane
Soumission & Domination -523 Jardinier
Le patient -05 d.kine.75
Mariage pour tous -05 Yan
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)