PAUSE

Le garçon derrière la machine a besoin de repos, de vacances...
Rendez-vous fin septembre ;)

PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Premier épisode - Épisode précédent

Exhibitions 02

J'en viens aujourd'hui à parler de mes exhibitions dans les bois, principalement à Paris, au bois de Vincennes. L'été je suis en short, l'hiver en jogging.

Le bas du short est assez large autour de mes cuisses, et, bien sûr, je le porte sans slip dessous. Je m'allonge sur le dos dans l'herbe, le long d'un sentier, jambes repliées et n'importe qui passe sur ce sentier peut voir ma bite et mes couilles. Bien sûr, il faut se placer dans un coin de drague gay. J'ai les yeux mi-clos, faisant semblant de dormir. Pour les passants plusieurs attitudes sont possibles :
-       Passer devant l'air indifférent
-       S'arrêter et mater ( comportement le plus fréquent )
-       S'arrêter, mater puis s'agenouiller et venir tripoter ( là j'adore, et me laisse faire sans bouger, prétendant dormir )

Un jour j'ai surpris sur un banc, deux mecs âgés. Il y avait un arabe, qui avait plongé sa main dans l'arrière du jogging de l'autre, essayant de le doigter. Comme l'autre était assis, il n'y arrivait pas. Je me suis assis face à eux de l'autre côté du sentier dans mon attitude habituelle. Ils me mataient tous les deux semblant trouver le spectacle intéressant. Puis le mec que l'arabe voulait doigter, se lève et s'en va. Je prends sa place, mais en m'asseyant sur le dossier du banc, le cul le plus en arrière possible. Je sentais ma raie des fesses bien écartées, et comme j'avais le cul très en arrière du dossier, ma rondelle accessible. Et j'invite le papy arabe à me doigter. Cette fois ci il entre sans peine, et commence un mouvement de va et vient. Un mec approche et je dis au papy de continuer son jeu. Le mec s'arrête en face de nous, avec un sourire vicelard, montrant qu'il avait bien compris ce qu'on faisait. Je lui dis alors que j'étais à poil sous mon short, que l'arrière était occupé, mais que le devant était libre. Le mec s'assoit alors sur le banc, de l'autre côté du papy, et se met à me branler la bite sous le short. En plein milieu de l'après midi, je me faisais tripoter par deux mecs, l'un par devant, l'autre par derrière.

J'ai refait une exhibition analogue devant deux mecs, mais là c'est moi qui bandait à mort. Un mec, assis sur un banc avait, assis sur ses cuisses un jeunot en jogging. Il le tripotait furieusement par derrière à un point tel que le pantalon avait glissé, découvrant les poils pubiens et la courbe des fesses du jeune. Et on voyait alterner sur le visage du jeune des grimaces de douleur et des sourires de plaisir. A mon avis, l'autre y allait avec deux doigts et avec enthousiasme. Quand le jeune en a eu marre de se faire étirer la rondelle, il a remonté son froc et est parti.

Une autre fois j'étais maté par un mec, assis sur son vélo, au milieu du sentier. J'en ai eu marre de le voir là, immobile. Je me suis approché de lui et lui ai tourné le dos. Et j'ai immédiatement senti un doigt partir à la recherche de ma rondelle. Il a par la suite écarté un mec qui s'approchait. Il voulait mon petit trou pour lui tout seul ..

Et je me suis aperçu que je n'étais pas le seul à pratiquer ce jeu. Sur un parcours sportif, j'aperçus un jour un mec, suspendu à une barre fixe, cuisses bien écartées, et un mec devant lui, le matant. Quand j'arrivai, le mec partait en faisant son jogging, en short. Je le suivis. Il s'installa sur un plan incliné, pour faire ses abdos en levant les jambes, cuisses un peu écartées. Il me semblait ne pas avoir de sous vêtements. Je m'approchai, il écartait plus les cuisses. Je me positionnai en face de lui. Il leva bien les jambes, arqua son cul et écarta les cuisses au maximum, m'offrant clairement la vision de sa rondelle. Il resta ainsi, un bon moment, me laissant mater, puis a continué son jogging.

Une autre attitude, en short consiste à s'allonger sur le côté, une jambe légèrement repliée, l'autre étendue en tirant sur l'entrejambe du short pour que ca baille bien. Par l'ouverture, on peut bien mater la raie du cul. J'ai remarqué que les gens étaient plus hardis, pensant que j'étais vraiment endormi, et allaient plus facilement passer la main dans le short, en palpant la raie et en titillant le trou du cul. Un jour je m'aperçois que c'est un grand black, très musclé qui me tripote. Quand je dis musclé, un déménageur aurait eu l'allure d'une fillette à côté. Un peu le genre Teddy Riner. Il me bascule à plat ventre , m'écarte le bas du short, et glisse sa bite le long de ma raie. Je proteste que je ne me fais pas baiser ( et surtout pas par le type d'énorme bite qu'ont les blacks ). Il me rassure, cependant je sens son gland appuyer contre ma rondelle. Ce n'était pas désagréable du tout De la façon dont on était placés, lui sur moi faisant de légers mouvements du cul, on aurait dit qu'il me baisait, et derrière les fourrés en face de moi, j'ai aperçu deux mateurs qui se branlait. Un petit blanc mince se faisant enculer en public par un black très costaud, le spectacle devait en valoir la peine. Et soudain je m'aperçus qu'il avait commencé à rentrer sa bite, sans que je ne sente rien que du plaisir. Je l'ai laissé faire avec plaisir. J'ai souvent par la suite eu envie d'essayer de me faire baiser par un black, mais n'ai jamais osé ( rien de raciste la dedans, simplement la taille supposée de leur engin ..)

L'exhib l'hiver est beaucoup moins facile. Pas question de s'allonger dans l'herbe humide, ni d'être en short, fait trop froid. Je porte donc un blouson qui m'arrive à mi cuisses et est bien fendu par derrière au milieu. Je marche en ayant positionné l'élastique de la ceinture du jogging sous mes couilles, mon sexe et mes couilles bien à l'air. L'avant du blouson est ouvert, mais avec deux mains dans mes poches, et, quand je croise un mec, j'écarte les mains, et le mec me voit, bite et couilles à l'air. Par derrière c'est plus facile. Je baisse mon jogging juste en dessous des fesses, et je m'agenouille en faisant semblant de relacer un lacet. Les pans arrière s'écartent, offrant la raie de mon cul à qui veut bien mater.

Et puis, en hiver, il n'y a pas de feuilles aux arbres, on voit très loin, c'est moins discret. Là, j'ai vu un exhib qui me battait à plate couture. J'aurais jamais osé faire son truc. C'était une après midi, morne, avec des mecs attendant, assis sur leurs bancs. J'apercevais 6 a 7 bancs avec un mec dessus. Un mec, la quarantaine est arrivé faisant son jogging. Il s'est arrêté en face de chaque mec, de l'autre côté du sentier. Il leur tournait le dos, le buste penché en avant, faisant semblant de reprendre son souffle. Et il baissait brutalement son pantalon, écartant ses fesses pour bien montrer la rondelle, attendait un moment, puis se reculottait, trottinant jusqu'au prochain banc. J'ai eu droit bien sûr au spectacle. Il avait vraiment un beau cul …

J'avais trouvé, pour l été, un endroit d'exhib que j'aimais bien. Une petite clairière au milieu des fourrés. Il y avait un endroit, difficilement discernable, où on pouvait, en écartant les fourrés pénétrer dans la clairière. Et au-delà des fourrés, des sentiers ou marchaient des dragueurs. Je me tenais là avec un seul tee shirt assez court, le reste à l'air. Ma position favorite était debout, un pied par terre, l'autre sur un tronc d'arbre, jambes écartées. Je reposais mon coude, sur le genou le plus élevé, et faisais semblant de lire en exhibant par derrière cul couilles et bite. Je ne sais pas si l'endroit était plus fréquenté, ou si ma posture était particulièrement excitante, mais j'ai eu de nombreux mateurs, certains repassant plusieurs fois.

Quelques autres aventures, ou, pour une fois je n'étais pas le seul exhib :
° un mec en short allongé dans l'herbe, en train de lire, à plat ventre en short ; je m'approche et comme il me jette un coup d'œil complice, je vais lui caresser le cul à travers son short ; un papy arabe arrive, et s'assoit derrière, dans l'axe du cul du mec ; l'autre me chuchote de le déculotter ; ce que je fais ; le papy commence à se frotter l'entrejambe ; j'écarte le cul du mec pour laisser bien mater sa rondelle un bon moment, et puis je me mets à doigter ; le coin était très tranquille ; au bout d'un moment, je me déculotte, et m'allonge à côté du mec ; le papy avait deux culs à mater ; mon voisin m'a tripoté les fesses un moment, et puis le papy est parti. Il avait dû jouir dans son froc
° en marchant le long d'un sentier, je vois un jeunot, en tee shirt, allongé sur le ventre, en lisant d'un air amusé ; en approchant, je m'aperçois qu'il est cul nu, cuisses bien écartées ; et, derrière lui, assis sur un tronc d'arbre, un papy arabe profitant du spectacle ; par jeu je vais m'asseoir à côté du papy ; il avait bon goût le spectacle valait le coup ; on échange des commentaires pour exciter le jeune ( il a un super cul / ouais et il écarte les cuisses au maximum / on lui voit même ses couilles / …)
° un autre endroit où se trouve un ilot entouré d'un fossé, à sec l'été ; fossé profond, une fois dedans on a la tête au ras des berges ; je m'installais souvent là, avec d'autres mecs, plus loin ; tous sur le dos, jambes repliées, le cul à l'air au bord des berges ; les mecs dans le fossé avaient le nez à hauteur de nos rondelles, et en plus très près ; clientèle de mateurs, quasi exclusivement des papys arabes ; malheureusement pas un seul doigteur ..

Au bois de Vincennes, le long de l'hippodrome se trouve un lieu de drague avec une route. Le meilleur moment est en été vers 6h du matin, quand il fait déjà jour. Personne ne passe par là, à cette heure là, sauf, roulant très lentement en voiture, des dragueurs. Moi, je me tenais sur le trottoir, à poil, short à la main. Certaines voitures s'arrêtaient un peu plus loin, vitre baissée. J'allais me mettre devant la vitre et me livrai au bon plaisir du conducteur : branle, suce, attouchements du cul, doigtage … D'autres voitures s'arrêtaient parfois à notre hauteur, en double file pour mater. Un peu plus loin, les voitures se garent « en épi ». Un jour, en arrivant en voiture, je me gare auprès d'une voiture où le conducteur était torse nu. Je sors de ma voiture et m'aperçois que le conducteur est en fait à poil. Moi j'avais le bas à l'air. J'ouvre la portière arrière et me penche comme pour chercher quelque chose dans la voiture, mon cul nu à l'extérieur de la voiture. Le mec sort, m'attrape par la taille, me traite de sale petit pédé et me dit qu'il va me donner une correction. Une fessée, en fait, assez légère car en  général je n'aime pas ça. Mais là, 5 à 6 voitures se sont arrêtées pour assister à une fessée publique.

Je fréquentais la nuit, une ile au milieu de la Seine où on peut accéder depuis le pont Mirabeau. Des arbres des bancs, idéal pour une exhib de nuit. Je m'appuyais contre la rambarde surplombant la Seine, short à mi cuisses, exhibant alternativement mon cul et mon sexe. Peu de succès. Un soir, découragé, j'étais assis sur un banc, sans exhiber. Je vois arriver un mec, la cinquantaine un peu bedonnante, portant costard et cravate.. Il reste debout, les mains sur un dossier de banc, fesses pointées vers l'arrière. Et je vois arriver 3 jeunots, la vingtaine, ensemble. Je me crispe un peu, craignant une possibilité d'agression. Au lieu de cela, ils se sont placés derrière le mec. Voyant qu'il ne bougeait pas, un s'hasarde à lui passer la main au cul. Pas de réaction, ils lui baissent alors pantalon et slip, et un commence à l'enculer sans doigtage préparatoire, et probablement à sec. Un second prend sa suite. Le second l'a saisi par les hanches pour l'enculer bien profond. Ensuite, le mec s'est reculotté et est reparti. Les 3 jeunes sont passés devant moi, et je les ai entendu rigoler, en échangeant leurs appréciations respectives sur le cul du mec.

Je fréquentais aussi une petite route près de la porte Dauphine. J'y allais rarement, car c'était plein de gigolos. Exhib « soft ». Assis dans ma voiture, côté trottoir, sous un lampadaire éclairant bien ce que j'avais à l'air, une fois le short à mi cuisses. Beaucoup de mecs qui mataient en passant, certains me branlant un peu ou me pelotant les couilles. Un soir il y avait un mec, probablement dans la même tenue dans la voiture devant moi. Un mec en jogging arrive, et se penche à travers la vitre pour sucer le mec. Et je vois la main du mec sucé, sortir par la vitre ouverte, baisser le pantalon de jogging du suceur, lui mettant bien le cul à l'air, et commencer à le doigter. Rien de bien extraordinaire, à ceci près que ça se déroulait « en public » devant la vingtaine de mecs qui draguaient sur le trottoir

J'allais souvent aussi dans un tout petit square, à côté de chez moi. Entouré de hautes haies, 4 bancs à l'intérieur, tranquille. Quand j'arrivai un soir vers minuit, trois bancs étaient occupés par des papys arabes, avec deux « célibataires », les deux autres discutant sur le même banc. Restait un banc libre. Je m'allongeais sur le ventre sur un banc, faisant semblant de dormir, le short à mi cuisses et ayant la chance d'avoir mon cul bien éclairé par un lampadaire. Un premier papy est arrivé et m'a gentiment peloté le cul, puis est parti. Le second était plus entreprenant. Après m'avoir bien doigté, il a enjambé le banc, et s'est assis sur moi, prêt à m'enculer. Je l'ai repoussé .Les deux autres sont arrivés ensemble, et pendant que l'un m'écartait les fesses, l'autre me doigtait, puis ils échangeaient les rôles. Très bon moment de détente avant de rentrer me coucher, tout près de là.

Quelques remarques pour terminer. Beaucoup de doigts dans le cul. J'aime pas trop les branlettes mutuelles ni la suce, et pour la baise je préfère un bon lit. Rien de bien extraordinaire, non plus. Il s'agit d'aventures vécues, et la vie est rarement « extraordinaire »

A suivre … ( parkings d'autoroute, urinoirs publics, divers ..)

Hotman7512

hotman7512@gmail.com

Autres histoires de l'auteur : A la campagne - Médecin militaire - Dans le train de nuit - Exhibitions 1

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

Septembre 2019

Repos

Le garçon derrière la machine a besoin de repos, de vacances...
Rendez-vous fin septembre ;)

Nouvelles (20)

Dépucelé par mon cousin Mecbi
Le pote de mon frère Jvicks
Plan au sauna Bonboul33
Du fantasme à la réalité Loic1972
Les oreilles d’Armand Romain
Gourmand Médi
Un domi humilé par son bâtard Franck de Nice
le prof et Karim -01 Gilou 44
Aurélie Yanno
7 mois d’abstinence James
Déjeuner torride Chopassif
Jack Yanno
Jeremy et Yohan Soroco63
Plans totalement anonymes Eric84
Premier plan hard Tardif
Après-midi au Suncity Hidalgowien
Dans l’intimité du Valo sauna Oakspirit
La Fratrie JulesP
Alexis Romain
Chroniques d’été -01 Caramel

La suite (7)

Première hard -02 Tours37
Mes dépucelages -03 XXL
Mes dépucelages -04 XXL
Mes dépucelages -05 XXL
Les potes de mon grand-frère 4-4 Marc 67
Un amour inaccessible -06 MiangeMidemon
Un Maitre marocain -02 Lope75
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider
(Simple et anonyme)
Ne donne pas accès aux pages "avant-première"