PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Premier épisode - Épisode précédent

Éric, ma vie Chapitre -17

MON BAPTÊME

Nous sommes sortis de cette pièce, Ken, toujours sous la douche, était penché par en avant et se faisait fourrer allègrement par Guillaume. Notre arrivée, ne les interrompit pas, même que Guillaume redoubla d’ardeur.

« Je crois avoir besoin d’une douche moi aussi. » Dis-je en regardant Bryan avec un sourire.

« J’ai du travail au bureau, je vous laisse. »

« Dommage. »

« Ne crains rien, nous nous reprendrons. » Garantit-il avec un beau sourire.

Il s’approcha de moi, appliqua sa bouche sur la mienne et m’embrassa avec beaucoup de fougue, mais avec une tendresse évidente. Sa main se posa sur mon entrejambe et caressa ma queue bandée par le spectacle devant nous. Il tourna des talons et s’engouffra dans l’ascenseur.

Je me déshabillai prestement et rejoignis Guillaume et Ken sous la douche. Je passai une main sur les fesses contractées de Guillaume, je tâtai ses couilles durcies par la jouissance, j’introduis un pouce dans son anus, il poussa un râle et je le sentis éjaculer dans le cul de son amant. Ken déchargea sur la céramique au même moment.

Guillaume sortit sa queue dégoulinante, se retourna vers moi et m’embrassa.

« Je pense que nous aurons beaucoup de plaisirs ensemble. »

« J’espère bien, il est juste dommage que Bryan ait dû descendre travailler. »

« Tu baiseras avec Bryan quand nous te le dirons. » Ordonna Ken.

« Pour l’instant, couche-toi sur le sol. » Dit-il avec autorité.

Je m’exécutai un peu décontenancé. Guillaume ne dit pas un mot, je perçus un sourire sarcastique sur ses lèvres. À peine étendu, Ken m’aspergea d’urine de bas en haut et termina en me pissant dans la face. Je ne bronchai pas et le laissai assouvir ses instincts. J’avoue même avoir été excité par ce geste, je bandais de plus en plus fort. Je me tournai, lui offrant mon cul à bourrer.

« Ton fils est une chienne en chaleur, Guillaume, il va falloir l’élever. »

« Non, le dresser et nous commencerons dès ce soir. En attendant, on va le préparer un peu. Reste comme ça. »

Il décrocha un long tuyau chromé avec un bout en plastique transparent. Il enduisit de savon l’extrémité arrondie et il le présenta à l’entrée de mon anus. Lentement, très lentement, il l’inséra, centimètre par centimètre. Quand il fut bien enfoncé, je le vis vérifier la température de l’eau. Sur son ordre, Ken tourna graduellement une petite manette et je sentis mon ventre se gonfler lentement d’eau.

« Garde tout, serre les fesses, attends qu’on te dise quoi faire. » Dit Guillaume.

Il flattait doucement mon ventre devenu dur, il m’administrait des claques sur les fesses mouillées, il jouait avec mes couilles pleines de jus. Soudain, Ken arrêta de me remplir le cul et progressivement Guillaume retira le tube.

« Attends, écarte les jambes, baisse les épaules et relève bien ta croupe. Comme ça ! Maintenant, force, laisse l’eau sortir. »

Je n’ai pas eu besoin de forcer beaucoup, un jet puissant alla gicler sur le mur. Guillaume continua de me caresser le ventre, il mit un peu de pression et un autre jet sortit de mon cul. Le manège continua quelques minutes et au moment où il estima toute l’eau évacuée, il réinséra le tube dans mon anus et tout recommença.

« Nous allons te nettoyer les boyaux, tu ne le croiras pas. Regarde le mur comme il est sale. »

Je regardai par-dessus mon épaule et vis des taches brunâtres maculer la céramique. Mon ventre se remplit à nouveau, l’eau entra et j’avais peine à contenir le liquide. Guillaume sortit le tuyau et j’éjectai le tout en plusieurs jets. Cette fois, je regardais sortir l’eau qui allait éclabousser les carreaux et nettoyer un peu des saletés précédentes.

« Allez, une dernière fois. » Dit Guillaume.

L’eau, qui sortit, était maintenant beaucoup plus claire, plus aucune trace de matière fécale. Ken s’approcha de moi et me releva, il me colla le dos au mur, leva mes bras dans les airs et largement écartés au-dessus de la tête, il les attacha. Il fit la même chose avec mes jambes. Il approcha alors le tube et l’enfonça entre mes fesses.

Il ouvrit l’eau et commença à me masturber lentement. Il mordilla mes mamelons et chatouilla mes couilles. Quand il soupçonna mon bas ventre plein, il arracha le boyau et augmenta la cadence de masturbation. J’éjaculai par les deux bouts, l’eau alla choir sur le plancher et Guillaume reçut tout mon foutre dans la gueule.

J’étais complètement mort, tant par l’effort fourni que par le voyage et le décalage horaire. Ils me détachèrent, je dégoulinais encore entre les jambes, ils m’asséchèrent et m’allongèrent sur le lit. Je plongeai alors dans un profond sommeil.

Il était 23 heures lorsque je m’éveillai, Guillaume, Ken et Bryan étaient assis dans les causeuses près du feu. Bryan relatait les évènements survenus durant leur absence, il les informait des problèmes rencontrés avec différents locataires, des inspections faites par les services municipaux et des différents messages laissés par les amis. Il leur parlait de l’avancement des préparatifs concernant la fête du 31 décembre et de la liste des d’invités.

« Avec la centaine de personnes présentes, combien voulez-vous de serveurs/danseurs ? »

« Nous gardons le même ratio, un par groupe de quatre invités, c’est-à-dire autour de vingt-cinq. Cinq à six pour le champagne, cinq à six pour les canapés et les hors-d’œuvre, trois derrière le bar, deux pour dresser la table de buffet, trois dans la cuisine et les autres sur les cubes pour danser. Choisis bien les préposés à la bouffe, ceux de la cuisine et ceux qui vont dresser la table, je veux que ce soient toujours les mêmes. Pour les autres, ils peuvent se relayer. » Précisa Ken.

« Pour ce qui est de la pièce de résistance, y avez-vous pensé ? » Interrogea-t-il.

« Il se repose présentement. » Ajouta Guillaume.

« Éric ? » Demanda-t-il d’un ton incrédule.

« Pourquoi, je ne serai pas à la hauteur ?. »

« Non, loin de moi l’idée que tu ne feras pas l’affaire, au contraire, sauf que le personnel n’a pas droit au plat de résistance et je trouve cela déplorable pour moi. »

« Assez ri les enfants. Tu as bien dormi, Éric ? » Intervint Guillaume.

« Oui, j’étais vidé. »

« Guillaume, pourquoi n’irait-on pas prendre une bière aux WATERS ? » Questionna Ken.

« Éric, cela te tente ? »

« Oui, Bryan, viens-tu également ? »

« Je travaille tôt demain, mais pour une bière, pourquoi pas. »

« Bryan, irais-tu préparer Éric ? » Demanda Ken.

Bryan esquissa un sourire et m’entraina dans le vestiaire.

« Mets ces jeans pâles, ce t-shirt jaune, des baskets blanches et place ce mouchoir jaune dans ta poche arrière droite, ça va aller avec ton t-shirt. »

« Pourquoi ? »

« Tu verras. »

« Toi, tu ne t’en mets pas un ? »

« Non, je ne peux pas rester longtemps ce soir. »

« Pourquoi n’es-tu pas resté prendre une douche avec moi tout à l’heure ? J’aurais beaucoup apprécié. »

« Moi aussi, mais nous devrons attendre la soirée du 31, après je vais être plus disponible pour toi. En plus, je crois que nous devrons travailler ensemble, donc nous avons le temps. J’ai hâte de gouter à ce que t’as entre les jambes. Tu sembles très coopératif à ce que j’ai pu voir. J’aime ça cochon. »

« Qu’est-ce que tu as vu ? »

« Tu n’as pas remarqué ? L’appartement est rempli de caméras, on peut visionner tout ce qui se passe ici à partir du bureau et par un système intranet aussi. »

« Pas vrai. Il faut que j’aille pisser, excuse-moi. »

« Tu n’as pas le temps, nous partons immédiatement, retiens-toi. »

En sortant, Bryan s’adressa discrètement à Ken et je n’ai pu comprendre. Après un court trajet en métro, nous sommes entrés dans un sous-sol sombre, l’éclairage était un néon projetant sa lumière sur une table de billard, le reste de l’éclairage était très diffus. La décoration était sobre, le sol en ciment avait des drains un peu partout, cela devait faciliter le nettoyage, avec un boyau d’arrosage le tour est joué.

Derrière le bar, un gars en marcel blanc, bonnes épaules, gros biceps, taille fine et tête rasée jouait le barman. La clientèle n’était pas nombreuse, mais semblait de qualité. Un drôle de parfum arrivait à mes narines, je ne pouvais l’identifier exactement, mais c’était une senteur connue.

Le barman arriva, il sourit à Ken et Guillaume, mais me jeta un regard interrogateur, probablement me crut-il mineur. Ken lui fit un signe approbateur et commanda quatre pintes de bière. Nous nous sommes assis sur des bancs de bois autour d’une petite table haute.

Le serveur arriva avec les bières et du maïs soufflé très salé, il embrassa amicalement Guillaume, Ken et Bryan. Guillaume me présenta, mais ne fit pas allusion au fait qu’il était mon père. James me serra la main et retourna derrière le bar. Il portait des chaps en cuir découvrant deux belles fesses rondes.

« J’aurais pu mettre mes chaps moi aussi, Ken. »

« C’est comme ça que nous voulions te voir ce soir. C’est nous qui décidons comment tu t’habilles pour l’instant et tu n’as rien à ajouter. » Ajouta Guillaume.

Je le regardai incrédule par la dureté de ses propos.

« Vous m’excuserez, mais je dois aller aux toilettes, où sont-elles? »

« Tu ne bouges pas d’ici. » Intervint Ken.

« Mais j’ai envie de pisser. »

« T’as envie ? Bien, pisse, ici, dans tes jeans. » Ordonne Guillaume.

Je reconnus maintenant l’odeur qui m’était venue aux narines, l’urine. Je regardai Bryan qui sourit et je me retins.

« Laisse-toi aller, tu vas aimer. » Dit-il.

« Donne-moi le temps d’assimiler. »

« Allez, dépêche-toi, vide ton verre. » Me somma Ken en appliquant une pression sur mon bas-ventre.

« Je t’ai dit de te vider maintenant, ici tout de suite. » Commanda Guillaume.

« James, d’autres bières. » Demanda Ken.

Je ne pouvais plus me retenir plus longtemps, je pissai dans mes pantalons, je vis mes jeans changer de couleur au fur et à mesure que l’urine l’imprégnait, l’intérieur de mes deux jambes était maintenant d’un bleu foncé.

« T’as fini maintenant ? » Demanda Guillaume.

« Oui, pourquoi ? »

« Tu n’es pas autorisé à poser de questions. Tu ne fais qu’obéir, point. » Crie Ken.

Encore une fois, j’étais interloqué. James arrivait avec les bières et regarda agir Guillaume et Ken en riant. Il pouvait difficilement dissimuler l’intérêt et l’érection dans son cache-sexe en cuir. Des clients passaient et repassaient devant nous, ils nous draguaient sans retenue. La majorité était en jeans, quelques-uns en cuir.

« Ouvre ton jeans, tu vas surement avoir encore envie tantôt. » Dit Guillaume.

Après avoir dégrafé ma culotte, Ken s’empara de ma queue, la plaça vers le haut et referma les boutons de ma braguette.

« La prochaine fois, tu pisseras vers le haut. »

J’entamais ma troisième pinte et encore une fois l’envie revenait, je ne me posais plus de questions et sans attendre, j’épanchai ma vessie tout en continuant de jaser. Ken s’en aperçut et soudain voulut jouer au billard avec moi. Je me regardai attentivement, mon t-shirt était maintenant mouillé jusqu’aux pectoraux et l’intérieur de mes jeans complètement détrempés jusqu’aux genoux.

« Tu me demandes d’aller jouer comme ça ? »

« Je ne te demande rien, je t’ordonne. Allez, montre à tout le monde que tu pisses dans tes culottes. »

Je me levai et me dirigeai lentement vers le support à baguettes. J’étais quelque peu gêné de porter ces vêtements mouillés d’urine par contre, me promener devant tous ces clients me regardant m’excitait énormément.

Ken amorça la partie et toute l’attention de la clientèle se tourna alors vers la table. Je m’installai en position pour jouer, Ken et Bryan se placèrent de chaque côté. Mon coup exécuté, ils déposèrent leur baguette sur mon cou et ils m’empêchèrent de me relever, je sentis alors sur mon dos une chaleur humide. Sur le moment, je m’interrogeai, mais je compris vite, on me pissait dessus. Je ne pouvais bouger et je devais laisser l’opération se terminer.

Ils laissèrent la pression, je pus me relever et voir Guillaume remonter la fermeture à glissière de son pantalon. Les clients salivaient et souriaient. C’était encore à mon tour et je devais faire dos au bar afin de jouer, je présentais ainsi mon postérieur à un des clients qui avait déjà commencé à ouvrir sa braguette.

« Défais tes culottes. » Ordonna Guillaume.

Je déboutonnai mon jeans, ouvris ma braguette sans baisser ma culotte et après avoir fait contact avec la blanche, le client pissa dans l’embrasure de mon jeans juste en haut de mes fesses. Toute cette action me déconcentrait et je ratai ma boule. L’urine chaude coulait dans ma raie et descendait entre mes jambes. Je me retournai et regardai l’homme dans les yeux, je lui fis un sourire de remerciement. Ken s’approcha et m’embrassa avec fougue. Mon attitude les excitait, je le savais. Je décidai de jouer le jeu.

Ken se déplaça à son tour pour jouer. Bryan en profita alors pour placer sa queue dans la braguette béante de mes pantalons toujours ouverts. Il y vida le contenu de sa vessie en me regardant et en montrant sa série de dents blanches. Maintenant, mes jeans étaient détrempés complètement et ma queue placée le long de ma cuisse laissait voir un furieux bandage.

« Je veux t’emplir le cul. » Dit Ken.

« Baisse ta culotte et mets-toi à quatre pattes. » Ordonna-t-il.

Je m’exécutai. J’écartai mes jambes, tendis mes fesses et je dégageai bien mon anus. Il s’installa derrière moi, s’approcha tout près et visa ma rosette dilatée. Un puissant jet arriva sur mon trou du cul, je percevais même l’urine s’insérer un peu à l’intérieur. Au même moment, je me vidai moi aussi. Guillaume en me voyant pisser, me força à baisser la tête et à prendre une douche faciale de ma propre pisse.

Je me relevai dégoulinant, mais gardant un air désinvolte. Je ne relevai même pas mon pantalon et repris place pour jouer. J’étais grisé par la bière et par l’ambiance perverse flottant dans l’air. Je réussis quelques boules tout en me faisant asperger çà et là, mais aucun attouchement. Quand la partie se termina, je ne portais plus mes vêtements au grand plaisir de toute la clientèle.

« À genoux. » Commanda Guillaume.

Il s’installa devant moi, présenta sa queue à la hauteur de ma face et laissa aller son jet, le promenant un peu partout. Ken s’approcha, en me pinçant le nez, il me força à ouvrir la bouche. Je reçus une rasade au fond de la gorge, c’était un peu salé, la situation aidante, je ne trouvai pas cela désagréable. Terminé, Guillaume poussa sa queue dans ma bouche et exigea une fellation. Je m’exécutai et tout le sperme coula dans le fond de mon gosier, changeant le gout précédent.

Il me fit étendre par terre et je vis les gens s’approcher, je vais avoir droit à la douche. Les jambes bien écartées, les bras en croix, je regardais tout le monde s’installer tout autour, défaire leur braguette, sortir leur queue et commencer à se vider partout sur moi. Bryan et Ken se localisèrent à ma tête et ils concentrèrent leur jet sur mon visage. À l’occasion, j’ouvrais largement les lèvres afin de gouter au liquide. Je me masturbai et éjaculai puissamment sur mon ventre.

La soirée se termina ainsi. Sans m’essuyer, j’enfilai nonchalamment les fringues mouillées tendues par Guillaume. Ensuite, nous avons emprunté le métro sous le regard médusé des badauds rencontrés, surpris de me voir ainsi mouillé avec une odeur d’urine. J’étais fatigué, mais surtout heureux de la soirée, une autre expérience à mon actif et j’en remerciai Guillaume, Ken et Bryan de m’avoir fait connaitre cette facette de la sexualité. Ils m’expliquèrent la signification des couleurs de mouchoir et du côté de la poche arrière à utiliser selon les goûts de chacun.

Je trouvais Bryan empressé pour moi, il ne me laissait pas d’une semelle, il était toujours à mes côtés et toutes les occasions étaient bonnes pour me toucher. Ses gestes n’échappèrent pas à Guillaume et à Ken. Arrivés à l’appartement, Guillaume et Ken enfilèrent sous la douche et lorsque je voulus en faire autant, Bryan me demanda : « S’il te plait, reste comme ça, étant donné que nous dormirons ensemble, j’aimerais que tu ne te laves pas ce soir. »

Je regardai Guillaume et il approuva de la tête en souriant.

« Tu vas prendre ton pied, mon Bryan ! »

« S’il vous plaît maître ? »

J’interrogeai Guillaume du regard, ne comprenant pas le sens à donner à cette supplication.

« Vois-tu Éric, Bryan est notre bras droit, mais aussi notre esclave. » Intervint Ken.

« Votre quoi ? »

« Dans la vie, il y a des dominants et des dominés. » Reprit-il.

« Ça me va, pas de problème, je vous ai vu agir au sexshop avant Noël et j’avoue avoir pris plaisir de la situation, mais là, un esclave... »

« Tout se fait par consentement mutuel, Bryan préfère être dominé. Il est impératif que ce genre de relation se fasse dans le respect de chacun. Servir d’esclave oui, mais il y a une limite tant pour l’un que pour l’autre. Nous aimons beaucoup Bryan et c’est réciproque, il est notre homme de confiance tant pour la business que pour l’appartement quand nous nous absentons et il n’a pas son pareil pour organiser des sauteries. Tu verras demain soir. » Expliqua Ken.

« Dans le fond, c’est comme un jeu ? »

« Tu as très bien compris. Allez au lit, il est déjà deux heures. » Dis Guillaume.

Après s’être déshabillé, Bryan leva les couvertures et je remarquai le drap de cuir sur lequel nous allions coucher lui et moi.

« Au réveil, je laverai les couvertures et pour le cuir, l’entretien est facile, allez viens près de moi que je te hume, je veux m’enivrer de toi. Si dans la nuit, l’envie te reprend, ne te retiens pas. »

Je m’étendis et il se blottit contre moi, je posai ma main sur sa queue bandée dure.

« Non, pas encore, après la soirée de demain. Je veux juste être près de toi. »

Rodrigue

Suite de l'histoire

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

18/04 : 15 Nouvelles

Sauna de Sochaux Chatenois25
Une soirée partie en couille 17cmglandcompris
Un charme fou Ghost writer
Rasage coquin Jako
Plan anonyme -01 Rsexenc
Plan anonyme -02 Rsexenc
Surprise à la fac Aymeric
Militaire-Motard Militaire
Plan avec une racaille Passif-lille
Dans le vestiaire Pakito31
Voisin Marlon
L'éveil du Renart Renart
Séance sportive Pititgayy
Un Affectueux Collègue Jako
Tout a basculé à 19 ans ThomasLePassif

La suite... (7)

Mariage pour tous -09 Yan
Frenchies -11 Pititgayy
Mathieu -03 Jeanmarc
Chambres à louer -15 Jeanmarc
Kader -12 Cédric T
Kader -13 Cédric T
Dans les geoles d'Armid -03 Iwan

Avril 2014

Nouvelles

Que de changements -01 Evanaddison
Que de changements -02 Evanaddison
Que de changements -03 Evanaddison
Que de changements -04 Evanaddison
Soirée torride Caramel
À la fin de l’été Bookman
Victor Victorbg
Une aire d’autoroute. Ginger
Marché D’Amiens Nord Legarsdu80
Mon petit frère Pédale69
Un Chinois très chaud... Mat44
Thibault Theo5852
Masseur Bastien
Le Club Ganymède Jako
Soumis au livreur wantmonster86

La suite...

Que de changements -05 Evanaddison
Que de changements -06 Evanaddison
Que de changements -07 Evanaddison
5ème jour Curiosity
Frenchies -10 Pititgayy
Mathieu -02 Jeanmarc
Soumission & Domination -524 Jardinier
Souvenir d’internat -03 Benvart
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)