PAUSE

Le garçon derrière la machine a besoin de repos, de vacances...
Rendez-vous fin septembre ;)

PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Une détente bien méritée…

Pour ma deuxième histoire, je ne peux m’empêcher de vous relater une nouvelle histoire de massage très chaud, qui m’est arrivée il y a maintenant 4 ans, et qui m’a permis de rencontrer un fabuleux amant, que je continue à voir à chaque passage sur Paris.
Pour ceux n’ayant pas lu mon précédent récit, je suis Stéphane, 45 ans, 1M80 et 83 KG, sportif, yeux bleus. Je vis dans le Pacifique et viens régulièrement pour le boulot en Europe.
Cette histoire démarre justement au cours d’un de ces voyages. Après 2 Vols de 10H et 4 heures d’attente à Tokyo, j’atterris à Roissy, fourbu malgré le confort de la classe affaire. Ayant eu la mauvaise idée de faire un parcours de golf juste avant de décoller, mon dos était en vrac. Je n’avais qu’une hâte, rejoindre mon hôtel dans le Marais, et me glisser dans un bon bain chaud puis dans un lit douillet.

Aussi dit aussi tôt fait. J’avais juste oublié que le décalage horaire allait me jouer des tours, et que je n’étais pas près de m’endormir. Ayant toujours les lombaires douloureuses, je me mis à surfer sur internet, et à rechercher un masseur pouvant me soulager.
C’est là que je suis tombé sur l’annonce de Bruno, un masseur naturiste qui proposait ses services. Son annonce était très bien écrite, expliquant ses techniques de massage et donnait envie de le tester. J’ai toujours aimé les massages professionnels et j’en avais pour le coup bien besoin. Si en plus, cela était fait par un masseur sexy naturiste, j’espérais, sans pour autant penser au sexe, profiter de la vue sur ce corps nu, et de ce corps à corps à même la peau. Je contactais donc Bruno, qui chance pour moi était disponible et se proposait de venir me rejoindre à mon hôtel d’ici 1 heure.

À l’heure dite, Bruno frappa à la porte de ma chambre, et c’est un bel homme d’une quarantaine d’années, un sourire ravageur vissé sur son visage, que je découvris en ouvrant. La glace fut brisée immédiatement tellement il était sympathique et après quelques échanges sur mon voyage, mon pays, et mon mal de dos, j’avais l’impression de le connaitre depuis toujours.

Il installa une grande serviette sur le lit, mis son Ipod en marche, diffusant une musique zen et me demanda de m’allonger sur le Ventre. Je profitai de ma position pour l’étudier alors qu’il se déshabillait, et me mis à saliver en voyant son corps musclé, et surtout son sexe lourd et gros, laissant imaginer un membre très bien proportionné. Comme moi, il s’épilait le sexe et les couilles, et j’avais déjà très envie de passer ma langue sur cet appendice… mais ce n’était pas prévu normalement, d’autant que nous n’avions pas évoqué notre sexualité, mais juste mes gouts en termes de massage durant nos échanges internet.

Bruno vint se placer sur moi et ses mains commencèrent à se mettre en action, dénouant mes muscles tendus. Je m’abandonnais au plaisir de sentir ses doigts façonner mes muscles, faisant comme par magie disparaitre les tensions. Après les bras, le dos, les jambes et les pieds, Bruno s’appliqua à masser mes cuisses, assez musclées je dois le dire. Ces mains s’attardaient à l’intérieur de mes cuisses, puis remontaient vers mes fesses. Bruno me demanda de me détendre, car mes muscles fessiers étaient très contractés, et il s’appliqua longuement à me masser les fesses, laissant parfois ses doigts s’immiscer dans mon sillon. À chaque fois qu’il changeait de position ou bougeait, je sentais son sexe et ses couilles frotter sur mon corps. Je commençais à avoir une érection, et mes 19CMX6 se déployaient sous mon ventre.
Cela ne me gênait pas plus que cela jusqu’à ce que Bruno me demande de me retourner sur le dos…

Après quelques secondes d’hésitation, je me retournai, dévoilant mon excitation, un brin gêné. Bruno ne dit rien et ne montra pas d’émotion, et très professionnellement commença à me masser l’intérieur des mains et des bras. Je ne savais pas comment réagir et rêvais de pouvoir attraper son sexe, que je voyais maintenant en plus de le sentir se frotter à moi. En même temps je ne voulais pas risquer de faire un geste déplacé, et casser la magie du massage et du moment.

Bruno, voyant mon érection, a dû comprendre mes gouts et envies. Afin de pouvoir me masser les deltoïdes et le crâne, il vint se positionner à genoux au-dessus de ma tête. Il glissa ses mains derrière ma tête pour me masser le cou et, étant rasé, je pouvais sentir son sexe et ses couilles caresser mon crâne. J’avais l’impression que son sexe grossissait, mais peut-être n’était-ce qu’un désir de ma part, loin de la réalité. Je fus fixé, quand après avoir massé le haut de mon corps, Bruno commença à me masser les pectoraux, puis à descendre vers mon ventre. Afin de pouvoir me masser le ventre, il s’allongea au-dessus de moi, presque en position de 69 et sa queue, effectivement plus grosse qu’au repos passa au-dessus de mes yeux, caressant mon nez, puis mes lèvres. N’y tenant plus, j’ouvris alors la bouche et osa sortir ma langue sur laquelle la queue de Bruno se frotta dans un langoureux mouvement d’avant et d’arrière, au rythme du massage qui partait de mes épaules et descendait jusqu’à mon ventre.

Alors, d’un mouvement souple, Bruno attrapa sa queue, désormais au garde-à-vous, mesurant un bon 20CM, au bout de laquelle une goutte de plaisir perlait, et la guida dans ma bouche. Je sentis son sexe prendre possession de ma bouche et s’enfoncer dans ma gorge, jusqu’à ce que je sente les couilles de Bruno taper contre mon nez et son ventre musclé appuyer sur mon menton. Malgré quelques haut-le-cœur, bloquant ma respiration, je profitais et du massage et de ce sexe qui me possédait la bouche. Sa mouille coulait sur ma langue et le gout de ces gouttes d’excitation était divin, légèrement salé.

Après 5 minutes de ce traitement où Bruno alternait les gorges profondes et les effleurements de ma bouche avec sa queue, celui-ci changea de position et vint se mettre à genou entre mes jambes qu’il remonta, positionnant mes cuisses sur les siennes. J’avais l’impression d’être une poupée gonflable entre les mains d’un homme décidé à s’en servir à son gré. Il m’écarta les jambes et ses doigts commencèrent à masser mon trou, mes couilles et ma queue. Petit à petit, je sentais qu’il préparait mon anneau et que ses doigts passaient de l’effleurement à l’introduction. Je sentis un doigt de la main gauche titiller mon anneau, puis un autre de la main droite pour commencer à l’écarter, puis ce fut 2 doigts pour chaque main, allant de plus en plus loin à l’intérieur de mon ventre. J’étais proche de la rupture, mais à chaque fois que j’allais exploser, Bruno arrêtait ses caresses et me laissait reprendre mes esprits. Puis il remonta mes cuisses sur mon ventre, et positionna sa large et longue queue contre mon trou. Doucement, mais fermement, je sentis son gland forcer le passage et mon anneau céder, laissant entrer cette queue si dure. La douleur arriva n’étant pas habitué à un tel engin, mais s’estompa très vite. Naturellement, facilement grâce à sa préparation, il s’enfonça en moi jusqu’à ce que je sente ses couilles taper sur mes fesses. Il m’emplissait comme rarement, avais pris possession de mon cul, sans me demander mon avis, mais surement bien conscient que c’était ce que j’attendais depuis le début.

Il entama un long va-et-vient, faisant sortir complètement son sexe avant de le rentrer à nouveau jusqu’à la garde. À chaque passage, son gland tapait sur ma prostate, et cela m’envoyait des décharges électriques dans tout le corps. Je soupirais, puis commençais à crier mon plaisir, lui demandant de me baiser plus loin, plus fort. Je ne me reconnaissais pas, je devenais une salope qui en voulait toujours plus. J’imaginais même qu’il puisse y avoir un autre mâle pour me remplir la bouche en même temps. Bruno accéléra, et me pénétra plus fort plus loin, plus violemment. Sans prévenir, je fus alors emporté par un orgasme anal que je découvrais pour la première fois. Mon cul se contractait et j’avais l’impression de décoller. J’aspirai cette queue que je voulais encore plus au fond de mon ventre. Je sentis alors Bruno se tendre. Il allait jouir. Il sortit de mon cul, et alors que par respect peut-être il s’apprêtait à cracher son nectar sur mon ventre, je l’attirais vers ma bouche et engloutissais son sexe au fond de ma gorge. Il cracha alors de nombreux jets de sperme que je m’appliquais à bien avaler. Son gout était délicieux, crémeux, épais. Je n’en perdis pas une goutte, même si cela fut difficile tant la quantité de jus était impressionnante. Puis Bruno s’allongea à côté de moi et je me mis alors à califourchon sur ses jambes. N’en pouvant plus, je crachai mon jus sur sa queue encore raide et sur son ventre.

J’allais me lever pour prendre une serviette quand Bruno m’attrapa par le cou, et me parla pour la première fois depuis le début de la séance… Tu sembles aimer le jus, alors nettoie-moi tout ça. Il appuya sur mon cou attirant ma tête vers son ventre. Il me dominait de la voix, et du geste. Je n’avais pas le choix. Je n’avais jamais bu mon propre sperme, mais là je ne pouvais pas faire autrement. Je m’appliquai donc à lécher le ventre de Bruno, puis à gober sa queue pleine de mon sperme, avalant mon jus jusqu’à la dernière goutte. C’était divin.

Après cette séance, j’ai dormi comme un bébé, et depuis je suis devenu accro au sperme. Je revois Bruno à chaque passage sur Paris, et je profite de ces massages externes et internes, ainsi que de sa fontaine à jus.
J’espère que cette histoire véridique vous aura excité. N’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez et si vous souhaitez que je vous raconte d’autres aventures bien chaudes qui me sont arrivées ces derniers temps.

Stéphane

titilyon@hotmail.com

Autres histoires de l'auteur : Il sentait bon le sable chaud - Jeux de rôle musclés - Une détente bien méritée - Séjour en Tunisie

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

Septembre 2019

Repos

Le garçon derrière la machine a besoin de repos, de vacances...
Rendez-vous fin septembre ;)

Nouvelles (20)

Dépucelé par mon cousin Mecbi
Le pote de mon frère Jvicks
Plan au sauna Bonboul33
Du fantasme à la réalité Loic1972
Les oreilles d’Armand Romain
Gourmand Médi
Un domi humilé par son bâtard Franck de Nice
le prof et Karim -01 Gilou 44
Aurélie Yanno
7 mois d’abstinence James
Déjeuner torride Chopassif
Jack Yanno
Jeremy et Yohan Soroco63
Plans totalement anonymes Eric84
Premier plan hard Tardif
Après-midi au Suncity Hidalgowien
Dans l’intimité du Valo sauna Oakspirit
La Fratrie JulesP
Alexis Romain
Chroniques d’été -01 Caramel

La suite (7)

Première hard -02 Tours37
Mes dépucelages -03 XXL
Mes dépucelages -04 XXL
Mes dépucelages -05 XXL
Les potes de mon grand-frère 4-4 Marc 67
Un amour inaccessible -06 MiangeMidemon
Un Maitre marocain -02 Lope75
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider
(Simple et anonyme)
Ne donne pas accès aux pages "avant-première"