PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Nourri pas Farès

Salut, moi c’est Alex, 21 ans, châtain, yeux clairs, traits plutôt fins, 1m81 pour 70 kg. Jusqu’en janvier 2018, je n’ai pas eu une sexualité extraordinaire, en tout cas, rien qui mérite d’être raconté. J’ai commencé ma vie sexuelle en hétéro, mais, parallèlement, j’ai couché avec un mec, ce qui a fait de moi un bi.

Les choses sont alors restées plutôt calmes jusqu’en janvier 2018 où j’ai emménagé dans un appartement et j’ai rencontré Wilfried, Paul et Karim qui ont fait de moi leur vide-couilles. Je vous ai raconté notre rencontre dans « Pendaison de crémaillère ».

Bien sûr, cette nouvelle vie sexuelle plutôt intense a eu des conséquences sur ma libido et ma vie en général. Déjà, le sexe a pris une importance conséquente dans ma vie et dans mes pensées, l’idée de retrouver mes « voisins » et se faire du bien est plus ou moins omniprésente. De même, il doit y avoir une addiction au sexe, je me sens parfois en manque, je me suis surpris à me doigter vigoureusement pour retrouver cette merveilleuse sensation d’avoir une queue en moi. En société, je mate beaucoup plus les mecs qu’avant, j’aime voir leur bosse, j’imagine leur torse, j’essaye de deviner une pilosité ou un torse glabre, je suis tout de suite conquis quand un mâle qui me plait me sourit, me donne une tape amicale dans le dos, impose sa virilité par sa prestance, sa démarche, son odeur musquée…. Je n’ai pas grand-chose à faire pour l’imaginer en train de me culbuter. Avant, je pouvais bander en voyant un beau cul de mec, maintenant, en plus, j’ai la sensation de mouiller à la vue d’un beau paquet.
Souvent, alors qu’un de mes voisins est en train de me sodomiser avec ardeur, je peux l’entendre me dire à l’oreille : « Hummm, t’es une sacrée salope toi ! ». Je dois avouer qu’ils ont raison, je suis devenue une sacrée salope ! J’assume cet état de fait vu que je n’avais jamais pris un tel pied.

Pendant les fêtes, j’ai retrouvé ma vie d’avant pendant plus d’une semaine. Hébergé dans ma famille, dormant dans ma chambre d’ado, je suis redevenu le gentil et discret petit Dylan. Ça fait du bien, faut pas cracher dans la soupe, mais c’est bien aussi quand ça s’arrête ;).

Le 1er janvier, j’ai envoyé 1 texto tout simple aux trois mecs pour leur souhaiter une bonne année, ils m’ont répondu poliment sauf Paul qui m’a demandé si je m’étais fait sauter, j’ai dit que non, il m’a envoyé des smileys en rajoutant que plus d’une semaine d’abstinence faisait presque de moi un puceau, qu’il allait falloir vite s’occuper de ça ^^. Le soir de mon retour, j’ai été « dépucelé » par les trois queues qui m’ont défoncé et rempli l’une après l’autre. Il parait que c’était le « versement de mes étrennes ! ». Les orgasmes que j’ai eus m’ont fait prendre conscience qu’ils m’avaient manqué.

Pour être tout à fait honnête, je n’ai pas été totalement abstinent pendant tout ce temps. Les 24 et 25 décembre sont des fêtes 100 % familiales avec mes parents, oncles, tantes et cousins. Après Noël, comme chaque année, des amis des uns et des autres débarquent chez nous pour le réveillon du 31. Ce sont toujours à peu près les mêmes, mais, cette année, un de mes cousins a invité un nouveau pote, Farès. Il se retrouvait seul pour le réveillon, sa meuf était partie en famille un peu loin et lui travaillait jusqu’au dernier moment. Farès a réveillé ma libido et mes hormones sexuelles dès que je l’ai vu. C’est un pur beau gosse, un rebeu sculpté dans du marbre, du muscle, un visage limite racaille avec une petite barbe bien entretenue, des cheveux frisés, mais super bien coiffés et des putains d’yeux verts, je n’avais jamais vu ça !

Bien sûr, après le premier effet passé, mes yeux sont automatiquement descendus vers son paquet, il portait un survêt noir et une belle bosse se dessinait sous le tissu. J’ai salivé, j’ai cambré mon cul qui a mouillé, j’ai eu un coup de chaud au creux du ventre, quand j’ai relevé les yeux, j’ai vu qu’il me regardait avec un petit sourire narquois.
A partir de ce moment, il ne m’a plus vraiment calculé par contre, il s’asseyait en écartant bien les jambes, en plaçant sa main sur son paquet et, quand il se rendait compte que je fixai son entrejambe, il se caressait d’un doigt en toute discrétion en me matant en coin de temps en temps, toujours avec ce petit sourire. Avec mon cousin, il parlait des meufs, de celles qu’ils avaient levées et baisées, il regrettait qu’il n’y en ait pas de libre dans le coin parce que, tant de jours sans se vider, c’est inhumain… Franchement, j’en pouvais plus.

Ensuite, sont arrivés les contacts physiques hyper virils et excitants, on s’est retrouvés deux trois fois à vouloir entrer en même temps dans une pièce, il m’a mis un petit coup d’épaule pour s’imposer puis s’est arrêté, m’a fait passer et, discrètement, m’a dit : « Les dames d’abord ! », ou alors, en cuisine, il fallait sortir un plat bouillant du four, il est arrivé, m’a pris les maniques des mains, m’a fait un clin d’œil et m’a dit : « T’inquiètes, laisse faire les hommes forts ! ».
Tous les soirs, je me branlais et me doigtais dans mon lit en pensant à Farès, à son beau paquet, à son regard, à son sourire, à sa voix grave, chaude et virile, à son corps parfait et à son cul ferme et rond qui est canon !
Les matins, y’avait la séance de sport, on allait faire du vélo, du footing, piscine, un tour en salle de sport… Bon, en muscu, là, je ne suis pas au top, mais côté footing, vélo et natation, j’assure pas mal, il l’a remarqué et m’a félicité, il m’a même demandé deux trois conseils, j’étais flatté !

Le vendredi 28, on est sorti, on a fait un peu la fête, picolé, on est rentré tard ou tôt c’est selon. Le lendemain, j’ai émergé vers 10 h 30, il n’y avait pas un bruit dans la maison, je suis allé dans la cuisine prendre mon petit déjeuner. J’ai réalisé que les parents étaient partis au marché et que les autres devaient être partis faire du sport, du coup, je prenais bien mon temps. À un moment, Farès est revenu, dégoulinant de sueur :
- « Putain, j’ai voulu les suivre en footing, mais là, je peux plus, je suis mort ! »
- « C’est clair que t’as l’air cassé ! »
- « Ouais, enfin, j’y suis allé moi ! T’es une grosse feignasse toi ! »
– « Oh ça va, j’irai demain !
- “Bon, je vais me doucher. À plus”
Un gros quart d’heure après, il est revenu, douché, le corps encore humide, juste un caleçon, les cheveux dégoulinants :
- “Tu me sers un café s’te plait”
Il s’est assis à côté de moi et a bu son café, on s’est pas parlé, mais je le sentais à l’affut, une sensation étrange, je n’osais pas trop le regarder, mais je sentais son regard qui me scrutait, ben sûr ça m’excitait et je me disais qu’il ne valait mieux pas que je bande.
C’est lui qui a rompu le silence :
- “T’es chelou comme mec !”
- “Ah ouais ? Pourquoi tu dis ça ?”
- “Ben, t’as vu comment tu me mates depuis l’autre jour ?”
- “Ça te gêne ?”
- “Non, mais là, on est tous les deux et tu me calcules même pas, t’es chelou !”
J’ai souri, je l’ai entendu écarter la chaise de la table, il s’est retrouvé assis face à moi, les jambes écartées, mais ce coup-ci, il a posé ses mains derrière sa tête, a souri et a dit :
- “Toi, je suis sûr que t’aimes la queue et moi, je ne me suis pas vidé depuis au moins 4 jours, on doit pouvoir trouver un deal tous les deux !”

J’ai maté son torse aux tétons bien marqués entourés de quelques poils et son ventre musclé, ses jambes légèrement poilues, je me suis mis à genoux, une main a caressé son corps pendant que l’autre sortait sa queue de son caleçon. Une demi-molle, circoncise, belle longueur au repos, épaisse et lourde, j’ai sorti ses couilles pesantes, manifestement pleines, un peu poilues, je l’ai regardé en le branlant, on s’est souri, d’un mouvement de menton il m’a désigné sa bite, j’ai plongé dessus pour embrasser et lécher le méat du gland, j’ai fait tourner ma langue dessus puis j’ai léché la hampe de haut en bas pour m’occuper de ses couilles. Je les ai léchées, je les ai faites rebondir sur ma langue avant de les gober, une d’abord puis les deux, toujours en le branlant. Il kiffait vu comme il expirait profondément. Je suis remonté en léchant sa queue, une grosse goutte de mouille était apparue, je l’ai étalée avec ma langue sur tout le gland puis je l’ai pris en bouche, j’ai salivé dessus en faisant tourner ma langue autour. Je l’ai entendu gémir, il a rejeté sa tête en arrière et dans un souffle a lâché :
- “Oh putain ouais, c’est trop bon ce que tu me fais, t’arrête pas, suce !”

Il était raide, sa queue frôlait avec les 20 cm je pense, j’en ai avalé un maximum, je remontais, je redescendais en allant toujours plus loin jusqu’à ce que je lui fasse une gorge profonde. Là, j’ai senti sa main sur ma tête pour me maintenir quelques secondes, il a poussé un râle viril, suivi d’un : “Oh putain !”. Je suis remonté et j’ai commencé à le pomper doucement puis de plus en plus vite tout en lui triturant les tétons d’une main et en lui massant les couilles de l’autre.

Je lui ai fait quelques gorges profondes entre des séances de pompe, il était en kiff total. Ça a duré un bon moment jusqu’à ce qu’il me dise :
- “Je vais venir !”
Je l’ai regardé et lui ai fait un clin d’œil, il a rejeté à nouveau la tête en arrière, sa main s’est délicatement posée sur ma tête, je l’ai sucé encore quelques secondes, j’ai senti son gland se gonfler d’un coup, je suis remonté pour libérer de la place dans ma bouche et là, j’ai reçu au moins 6 jets de jus bouillant, épais, acre, abondant. Il a juste dit :
- “Avale, salope !”
Bien sûr que j’ai avalé tout son nectar, j’ai même nettoyé sa queue avant de la lui rendre, j’ai juste déposé un bisou sur son gland et j’ai dit :
- “Ça devrait aller mieux là !”
- “Carrément ! Putain comme tu suces bien !”

Je suis allé me doucher, je me suis branlé jusqu’à éclabousser le mur, tout le monde était rentré quand je suis revenu dans la cuisine, il était habillé, on a fait comme si de rien n’était.

Voilà, j’espère que ça vous a excité et plu. Faites-le-moi savoir, je pourrai vous en dire un peu plus si ça vous intéresse ^^. Alex.bezaud@gmail.com

Alex

alex.bezaud@hotmail.com

Autres histoires de l'auteur : Nourri pas Farès - Pendaison de crémaillère

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

21 mai 2019

Nouvelles (15)

Découverte Femelle
Une bonne salope sur un parking Chubbyslut
Complainte du garçon... Jako
Mon coloc me trouble -01 Svven
Mon coloc me trouble -02 Svven
Mon coloc me trouble -03 Svven
Mon coloc me trouble -04 Svven
Dépucelage à la plage Femelle
Découverte de nouveaux plaisirs Paupours
Louvain-La-Neuve sur un parking Nico
Sauna, mon premier dominant Femelle
Mes rêves J.S.
Domination à la forge Theo49
L’ange pervers Frank
L’ange pervers -02 Frank

La suite (8)

L'éveil du Renart -07 Renart
L'éveil du Renart -Fin Renart
Valentin et Simon -02 Aeshenn
Kader -16 Cédric T
Colocation -09 Emerick
Colocation -10 Emerick
Stage BTS à la ferme -13 Stéphane
Les potes de mon grand-frère 4/2 Marc 67

Mai 2019

Nouvelles

Sauna Sun city Julien
Ma première chez les hommes 13008
Une sacrée initiation Lucif
Mon prof, mon pote et moi ? Étalon
Un bon prêt en liquide Pititgayy
Le copain de ma fille Jeanmarc
Soumis en cam Lope75
Jeux de rôle musclés Stéphane
Les potes de mon grand-frère 3-1 Marc 67
Travesti éduquée par son maître Julia2
Mise à dispo  Lopeajus39
Sissy Bumi88
Tournante de rêve Jerem72
Le clandestin Jako
Les skets de mon pote d’internat Kifflesket
Ma (Dé) Formation Matiti Yah
Un plan psychologique Alcide
Révélation nocturne Pierredelavega
Enfin ! T&R
Au mariage de mon neveu Eliot
La chienne exhib Pol
Bar bien chaud Caramel
Réalité fantasmée Fred
Un taxi ? Houne66
Rendez-vous chez le médecin Paul75
Randonnée initiatique Ron
Comment j’ai sucé mon cousin Romain
Prague Astro
Vengeance Julian Lerkin

La suite

Un amour de soumis -06 Elfe
Au Sauna de Sochaux -02 Chatenois25
Un examen oral -03 Gogo
Les skets ... -02 Kifflesket
Soumission & Domination -527 Jardinier
Soumission & Domination -528 Jardinier
Soumission & Domination -529 Jardinier
Soumission & Domination -530 Jardinier
Frenchies -12 Pititgayy
Le patient rebeu -02 Dirtybator
Stage BTS à la ferme -12 Stéphane
Ma (Dé) Formation -02 Matiti Yah
Ma (Dé) Formation -03 Matiti Yah
L'éveil du Renart -04 Renart
L'éveil du Renart -05 Renart
L'éveil du Renart -06 Renart
Kader -15 Cédric T
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)