PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Premier épisode - Épisode précédent

Voyage au Brésil

3) L'école de Samba

Deux jours ont passé, hier nous avons assisté à la défaite de L'Espagne qui se retrouve éliminée de la compétition, mais aujourd'hui nous nous rendons dans une école de samba réputée d'après Yolanda. A son propos, j'avais vu juste quand à l'attrait réciproque naissant entre elle et Virginie. Elles restent toujours proches l'une de l'autre et j'ai même assisté à un baiser furtif entre elles, dans une coursive du stade après le match à l'arrière du groupe. Mais elles me font confiance et je n'ai aucune envie de révéler leur idylle aux autres, surtout à Bertrand qui espère toujours une suite à leurs galipettes à 10000 mètres d'altitude. Virginie m'avoue même que, malgré les quelques expériences entre filles qu'elle avait eu, elle n'aurait jamais pensé tomber amoureuse d'une femme.

Le bus s'arrête devant une grande bâtisse blanche surmontée d'une terrasse où des enfants semblent jouer. Yolanda frappe à la porte, un homme ébène et sec parait et, après un échange de quelques mots en brésilien, nous laisse entrer dans une grande cour intérieure. Ma guide prend mon bras au moment où je franchis le seuil et me glisse à l'oreille :

« J'ai ici une amie que je veux te présenter, je suis sûre que vous allez vous plaire ! ».

Au milieu de la cour, nous assistons à un petit défilé privé de divers danseurs et danseuses vêtus d'étoffes colorées qui nous donnent un goût du fameux carnaval. Certains costumes portés sur des harnais doivent nécessiter une force et un équilibre impressionnants au vu de leur taille, or de jeunes brésiliennes aux jambes effilées enchainent les pas de danse sur des talons hauts. Mais alors que certains du groupe se font entrainer par les danseuses notamment, Virginie me fait signe de la suivre vers une porte de l'école, puis par un escalier nous gagnons la terrasse où nous rejoignons Yolanda.  Le ciel couchant est teinté de reflets jaunes orangés, et c'est sous ce décor de rêve que je rencontre Ana. Sous une fine chevelure châtain se terminant sous les épaules, un visage fin et innocent m'observe derrière de grands yeux verts. Ses longues jambes disparaissent sous un short en jean effilé, l'échancrure prononcée d'un simple maillot de corps jaune, ajusté au niveau de sa taille, met en valeur sa poitrine rebondie.

Par chance, elle parle aussi français, certes un peu moins bien que Yolanda, mais beaucoup mieux que moi avec le portugais dont je n'ai retenu que les expressions de base. Effectivement, nous accrochons vite l'un à l'autre et je ne remarque même pas que les filles se sont mises à l'écart pour être tranquilles.

« Viens avec moi » me dit Ana prenant ma main.

Nous entrons dans une salle de l'école, qui a tout l'air d'être une salle de classe d'ailleurs, et après avoir fermé la porte à clé, cette déesse au superbe fessier vient saisir mes hanches et, collant son bassin au mien, m'embrasse avec fougue. De la main droite, je saisis une de ses fesses tandis que je place l'autre sur son cou juste sous son oreille et commence à lui caresser la nuque sous sa chevelure. Puis lui faisant faire volte-face, je passe une main sous son marcel et je commence à jouer avec un téton tandis que je plonge l'autre main dans son short. Mes doigts ne sont pas surpris de reconnaitre un morceau de chair inattendu sur ce corps.

« J'espère que ca te fait plaisir, Yolanda a cru comprendre que tu étais assez ouvert d'esprit, histoire que tu essaye quelque chose de local» me précise-t-elle.

« Rassure-toi, tout comme elle, je suis bisexuel et j'adore ca »

« OK alors c'est moi qui commence » dit-elle, tout en descendant sur ses genoux.

Mais à peine a-t-elle sorti mon sexe de mon boxer que Yolanda vient frapper à la porte. Le bus va repartir et il vaut mieux rejoindre le groupe avant de risquer de se faire attendre. A regret je dois me séparer d'Ana après un dernier baiser, mais Yolanda lui révèle le nom de notre hôtel. Elle m'y rejoindra après le repas, mais n'aura que peu de temps à m'accorder car elle s'est déjà engagée sur une autre invitation qu'elle ne peut remettre. Ca va être dur d'attendre. Deux heures.

Je trépigne plus qu'un enfant la veille de Noël, durant le trajet retour et pendant le repas. Virginie n'arrête pas de me titiller gentiment à ce propos et l'attente n'en devient que plus dure. Les râleurs reprennent sans doute leur train-train habituel mais je ne les entends pas, toutes mes pensées vont vers Ana. Certes, j'espérais pouvoir vivre une expérience avec le troisième sexe mais je ne pensais absolument pas en tomber amoureux. Je vois bien dans les sourires complices de Virginie que mon émoi est au moins visible à l'œil averti, j'ai l'impression de revivre la maladresse sentimentale de l'adolescence. Vite, que la fin du repas arrive et mette fin à mon supplice !

Enfin, je suis là dans le hall de l'hôtel à l'attendre. D'abord debout, j'opte finalement pour un fauteuil accueillant. Elle parait, soudaine, derrière les vitres du hall, sublime. Sitôt la porte franchie, elle illumine la vaste pièce. Sa robe de soirée noire, ses mules à légers talons, ses longs pendentifs d'oreille, son sourire, sa fraicheur, le déhanchement de ses hanches, je ne peux énumérer tout ces petits détails qui me foudroient dans mon siège. Je me redresse néanmoins pour l'accueillir.

« Ana, tu es simplement ravissante et je suis content de te revoir ».

« Moi aussi ca me fait plaisir, mais malheureusement je dois partir dans une heure. Yolanda t'a prévenu ? » s'inquiète-t-elle.

« Oui je sais, si tu t'es déjà engagée ailleurs c'est normal » tout en essayant de cacher ma déception, mais je rajoute,

« Tu veux prendre un verre ici ou on peut aller ailleurs, si tu préfères ».

« Allons dans ta chambre, c'est mieux, on n'a pas beaucoup de temps ».

Alors que nous nous dirigeons vers l'ascenseur, je lui assure de la disponibilité d'un minibar dans cette dernière. Quelle remarque d'abruti ! Intérieurement je me maudis. Comme si elle était revenue uniquement pour boire un verre ! J'essaye de rattraper ma maladresse tant bien que mal, ce qui la fait sourire. Sa lumière me fait fondre et je ne vois pas qu'une personne s'est glissée dans la cabine. Il faut en plus que cela soit Serge.

« Alors, on s'offre une petite gâterie locale mon pote ? » demande-t-il sur un ton lubrique accompagné de clins d'œil nettement affichés.

« Ca va, ferme-là ! Ce n'est vraiment pas le moment » je lui réponds avec fermeté tout en assumant ma main autour de sa taille.

« Et elle a un petit plus, hein ? » redoublant de clins d'œil.

Ce manque de respect envers Ana me donne envie de lui écraser mon point sur sa gueule de connard et j'imagine sa tête éclatée contre la cabine. Je sens qu'Ana est mal à l'aise, s'imagine-t-elle que j'ai confié notre rencontre à un tel connard ? Je m'empresse de la rassurer aussitôt.

« Je suis désolé, c'est un connard que je n'apprécie pas ».

« Un connard ? ».

« Un abruti, un idiot, quelqu'un que je n'aime pas » je m'empresse de préciser.

« Tu sais, je viens là que parce que c'est toi, j'ai confiance ».

Ces mots me transportent de joie mais me font aussi prendre conscience de l'importance de cette confidence. C'est avec galanterie que je la fais pénétrer dans ma chambre, nous nous asseyons dès lors sur le bord du lit. Aussitôt, nos doigts se cherchent et rapidement s'entrelacent, nos bouches en font de même. Tels des adolescents, nous nous allongeons sur le lit, elle sur moi, et commençons d'innocentes caresses. Nos baisers sont juste entrecoupés de nos aveux amoureux l'un envers l'autre, notre désir commence à se manifester ostensiblement, surtout chez Ana avec sa petite robe. J'ai envie de lui procurer du plaisir et aussi, je viens placer ma tête entre ses jambes. Dégageant délicatement son sexe de son string, je caresse son intimité du doigt. Ce pénis fin et doux mérite toute l'ardeur et la dévotion que ma bouche puisse donner. Ma main remonte sous sa robe vers sa poitrine et atteint l'un de ses seins. J'en décris le galbe du bout des doigts, m'attarde sur le téton afin de l'exciter puis le saisis telle une pieuvre sur sa proie. Son souffle et son râle grandissants m'annoncent sa proche jouissance, la désirant, je redouble d'efforts. Redressée par son orgasme, Ana saisit simultanément mes cheveux alors que sa semence envahit ma gorge, pour mon plus grand plaisir. Nos câlins reprennent immédiatement après, enlacés. Mais trop vite il lui faut partir et c'est pour moi, un deuxième déchirement dans la même journée. Je vois bien dans ses yeux que nous sommes au diapason, y compris dans le supplice de l'attente qui va nous séparer.

« Quand-est-ce que je te revois ? ».

« Très bientôt mais j'ai à faire les deux prochains jours, je t'appellerai par Yolanda mon amour» me rassure-t-elle dans un baiser langoureux.

Je la raccompagne jusqu'à un taxi où elle finit par disparaitre après un énième baiser. Je reste pantois quelques minutes à l'extérieur de l'hôtel, puis je rejoins ma chambre et mon lit où, apaisé, foudroyé par l'amour peut-être, je ne cesse de répéter intérieurement ses derniers mots, ici même : mon amour, mon amour, mon amour,… Malgré ma joie mêlée de frustration, le sommeil finit par me gagner.

Bearhand

bearhand@hotmail.fr

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur : David, pute à routiers - Chienne nocturne - Julien - Fred - Les douaniers - Gabriel - Victor, père de famille - Voyage au Brésil

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

19/03 : 17 Nouvelles

Andrew Aeshenn
La fibre paternelle gaydu71
Parfaite femelle Femelle
Retour de soirée Vap
Le serveur de la plage Eric
Le sandwich taiwanais Jako
Cours particuliers Julespg
Les toilettes du train Marc
Combien sont-ils ? Houne66
Pas vu venir celle-là ! James
Seul… Jako
Première avec un homme mûr Curiosite40
Dernier sauna à Paris Chopassif
Lieu de drague Puteadispo
Le mec de ma coloc Bryan
Siaka, le bel Ivoirien Gregmrs
L’internat Matte070

La suite... 7 épisodes

Le moniteur moto -09 Sketfan
Ma gorge défoncée -05 Mâlelope
Mon demi-frère hétéro -05 Oldyano
Stage BTS à la ferme -09 Stéphane
Soumission & Domination -523 Jardinier
Le patient -05 d.kine.75
Mariage pour tous -05 Yan
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)