PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Premier épisode - Dernier épisode

Kader -10

Cela va faire 3 mois que je n’ai pas vu Kader. Depuis quelque temps je suis en contact avec Karima, elle est venue me parler un soir sur fb pour me dire combien ils s’inquiétaient tous pour Kad. Ayant déjà des nouvelles par Ali, je n’ai pas trop su quoi répondre d’autre que ce n’était plus mes affaires. On a su malgré tout partager autre chose, et elle devient une vraie pote.

Nous sommes mardi soir, mon portable sonne.

– Cédric, on est à l’hôpital, mon père a fait une attaque.
– Roooh putain je suis désolé... Comment il va ?

Sa voix est flinguée par les sanglots.

– On ne sait pas s’il va passer la nuit... il faut que tu viennes, Kader ne gère pas du tout.
– Karima je te jure que je suis vraiment très triste de ce qui vous arrive, mais je ne suis pas sûr que ce soit de moi que Kad ait besoin en ce moment…
– Sérieux Cédric bouge toi ! Fais moi confiance ! Je le connais…

Je ne réfléchis pas plus.

– J’arrive...

Quand j’arrive devant la chambre de Ahmed, je vois d’abord sa femme à son chevet. Puis les filles et le petit frère. Kad est de son côté, le visage fermé, le regard absent.
Karima vient m’accueillir. Je la prends dans mes bras. Par-dessus son épaule je remarque que Kader me regarde d’un œil mauvais, je vois aussi que son visage est creusé, ses traits tirés, son teint gris, et je comprends que l’état de son père n’en est pas le seul responsable. Je réalise surtout que je n’ai rien à foutre ici en vrai. Je vais saluer Fatiha. Elle me sert chaleureusement dans ses bras. Je lui rends son étreinte avec toute la sollicitude dont je suis capable, même si je ne suis vraiment pas à l’aise avec ce genre « d’effusions ». Ahmed est conscient. Lointain, mais conscient. Je m’approche de lui et lui prends la main. Voir le père de Kad, cet homme si fier, si digne, allongé de la sorte, branché de partout, ça me serre le cœur. Je ne peux alors que me réfugier dans l’humour de merde qui me caractérise.

– C’est tout ce que vous avez trouvé pour vous faire remarquer ?!

Il esquisse un léger sourire.

– Tenez bon Ahmed. Tout le monde a besoin de vous…

Je m’écarte pour laisser la place à Fatiha.
Je fais le tour du lit et vais saluer Salima et Ali. Puis je me tourne vers Kad. Il est assis dans un coin de la pièce, sur le rebord de la fenêtre. Je bloque un peu... je ne suis plus rien en vrai...
Je m’assois malgré tout à côté de lui. Je pose ma main sur la sienne. Je ne trouve rien d’autre à dire que « je suis là ». Il secoue la tête en signe d’acquiescement. Nous restons un moment comme ça, puis deux infirmières nous font sortir. Ahmed doit passer d’autres examens.
Nous descendons au coin cafétéria, Kader sort. Karima me fait signe de le suivre. Arrivé dehors, hors de vue de la cafèt, il me demande une clope. Il l’allume puis :

– Pourquoi t’es venu ?

Je suis un peu déstabilisé par le ton agressif qu’il a employé.

– Karima m’a appelé, et…
– Pffff t’justifie pas excuse moi…

Un jeune gars arrive. Il doit être Jérémy, son nouveau mec. Il se place un peu en retrait derrière Kad, sans nous adresser un mot.

– Putain on t’a pas appris la politesse !!?
– C’est bon Kad c’est facile pour personne !

Je lance un regard au fameux Jérémy pour lui signifier que je n’attends pas qu’il fasse quoi que ce soit.

– Les médecins disent quoi ?
– Que les prochaines heures vont être décisives. Mais plus l’temps passe et mieux c’est... comme pour toi en fait…

Je ne relève pas, j’imagine combien son keum peut être mal à l’aise, et je n’ai pas envie d’accentuer ça en abordant nos vieux souvenirs. Si j’avais su qu’il serait là d’ailleurs je ne serais pas venu.

– Je vais vous laisser. Si vous avez besoin de quoi que ce soit, n’hésitez pas et... bah tenez au moi courant…
– Attends faut qu’tu lui dises au revoir au moins... la vérité il t’aime bien, il m’dit souvent qu’j’ai fait l’con en t’laissant partir…
– Putain Kad y a rien qui t’dérange là !!?

Sérieux je suis trop mal pour Jérémy. D’ailleurs j’entends le son de sa voix pour la première fois.

– Oh t’en fais pas j’ai l’habitude.

Kader se tourne vers lui, toujours agressif.

– Ouais bah t’as qu’à rentrer !
– Ok comme tu veux…

Il est dépité, et j’ai carrément de la peine pour lui. Ce mec à l’air gentil, beaucoup trop en fait. Mais il est carrément soumis à Kader.

– Putain Kad ! Désolé de te dire que le fait que ton père soit sur un lit d’hôpital ne t’autorise pas à parler aux gens comme ça ! Surtout ceux qui essaient de te supporter !
– Ouais bah j’l’oblige à rien ! Qu’il s’barre j’m’en bats les couilles d’lui !!
– Sérieux tu changes pas, toujours à te comporter comme un gosse égocentrique.

Jérémy fait un pas sur le côté. Il se tourne vers moi.

– C’est bon je vais rentrer.
Je le regarde partir et je me demande comment ce gars peut être aussi éteint. Connaissant la nature de Kad, je comprends qu’il l’a laissé prendre trop de terrain, jusqu’à se faire complètement bouffer.

– T’abuses Kad.
– Eh j’lui ai jamais menti ! il est là pour m’vider c’est tout !
– Ah ouais et c’est pour ça que tu l’as présenté à ta famille ?

Son regard se fait plus noir, j’ai tapé dans le mille.

– Fallait bien que j’trouve un moyen pour qu’ils arrêtent de m’souler avec toi ! Et on dirait qu’même ça, ça n’a pas suffi !

Ali nous prévient que l’on doit remonter voir le médecin. J’en profite pour lui demander comment il va, j’aime bien ce « gamin ».
Le médecin annonce que Ahmed est très faible, trop en fait pour être sûr que son cœur puisse tenir. Il préconise une mise en coma artificiel. La mesure est bien sûr très risquée, mais c’est selon lui sa meilleure chance.
La décision prise, il nous informe que l’on peut aller le voir rapidement, deux par deux. Fatiha et Salima y vont les premières. Karima de son côté prépare Ali à dire au revoir à son père. Kader, lui ne veut pas y aller. Je le prends par les avant-bras. Ce simple contact, sentir sa peau me trouble plus qu’il ne le faudrait…

– Kad…

Il fuit mon regard.

– Kader… c’est peut-être la dernière fois que tu peux lui parler... Tu le regretteras toute ta vie si tu n’y vas pas…

Il éclate en sanglots. Direct je le prends dans mes bras.

– Je vais y aller avec toi... je serai là Kad… t’inquiètes pas…

Il me serre plus fort. Je sens ses larmes couler dans mon cou. Je m’aperçois que le sentir contre moi, sentir sa chaleur, sa peau, m’est toujours aussi précieux…

– Il m’en veut d’t’avoir laissé... et puis j’fais qu’des conneries depuis qu’t’es parti... il m’en veut Cédric !! Et il a raison…
– J’suis là…

Notre tour arrive. Je pousse un peu Kad à s’approcher de son père. Il s’assoit à côté de lui et lui prend la main.

– Je t’aime papa... faut qu’tu t’accroches...

Son père lui répond en arabe. S’en suivent quelques échanges dans cette langue que je ne comprends pas. Ils semblent partager des choses profondes. Kader se tourne vers moi.

– Il veut t’parler.

Kad sort, je m’assieds à mon tour à côté de Ahmed.

– Comment ça va toi ?

Je suis plutôt déconcerté par la question, et je peine à répondre.

– Kader t’aime. Je sais qu’il n’est pas facile, mais j’aimerais que tu prennes soin de lui. Il a besoin de toi.
– D’accord.
– Promets le moi Cédric.
– Je vous le promets, Monsieur B.

Le médecin entre et m’avertit que je dois le laisser.

– Accrochez-vous Ahmed. On se revoit bientôt, j’en suis certain.

Je retrouve Kad et sa famille dans le couloir. Ils m’attendent pour rentrer.

Arrivés dans la maison de ses parents, Fatiha nous prépare un thé à la menthe, et nous sert un plateau de makrout et baclawa. Ça me fait tellement bizarre de revenir dans cette maison. Ils sont tous très naturels avec moi, comme si rien n’avait changé. Sauf que du coup je me demande comment ils agissent avec Jérémy… sont-ils naturellement gentils avec lui ? Se forcent-ils ? Le prennent-ils au sérieux ou ont-ils conscience qu’il n’est peut-être présent que pour combattre mon souvenir ?
Kader se met à l’écart dans le salon.

– Tu veux venir dormir à la maison ?

Il me regarde, circonspect.

– J’ai pas envie que tu t’en prennes à Jérémy…
– T’sais qu’il n’est rien pour moi... j’ai qu’toi dans ma tête…
– Il ne mérite pas que tu le traites mal.
– J’sais ouais…
– Alors c’est d’accord ?

Il me lance un sourire timide.

– T’sais bien qu’j’en crève d’envie…

J’essaie de garder la tête froide. Et si son père n’était pas entre la vie et la mort, je l’insulterais de jouer comme ça avec moi.

– Juste tu préviendras Jérémy. Et c’est pas négociable.

En partant, Fatiha me remercie de ma présence, et d’être là pour son fils. Elle aussi me confesse que son fils ainé a besoin de moi. J’ai donc un début de réponse quant à mes questions au sujet de Jérémy…

Kad est silencieux durant le trajet.
À peine arrivé chez moi, il me prend dans ses bras.

– Kad... faut que tu préviennes Jérémy que tu ne rentres pas…

Il ne m’écoute pas. Il essaie de m’embrasser, il est comme enfiévré. Je le repousse malgré cette putain de sensation de ouf de pouvoir enfin respirer à nouveau…

– Kad !

Il me regarde, un peu hagard.

– Mais on s’en branle ! J’ai trop b'soin d’te retrouver là…
– Préviens-le. Et sois correct avec lui.

Il tente de se recoller contre moi, mais je ne cède pas.

– Kader ! s’il te plait… préviens le… un texto au moins..

Il tape vite fait un message. Je demande à le lire. Il hésite, mais je me saisis de son tél.

« J rentre pas »

Je m’attendais pas vraiment à mieux, mais c’est le nom de son contact qui m’interpelle plus que le message en lui même. « bouffon ». Je bloque un moment. Comment peut-on nommer la personne avec laquelle on vit de cette manière… comment peut-on se sentir aussi mal au point d’avoir si peu de respect pour l’autre, et même pour soi-même en fait…

– Qu’est qu’y a ?
– Rien…
– Quoi ? T bloqué sur ça ??

Il met son tél. devant mes yeux et me montre la notification lui indiquant la réception d’un message de son « bouffon »…

– T’es vraiment qu’un connard…
– Il est là pour essayer d’me divertir !! T’voudrais j’l’appelle comment ??

Et ça l’amuse ! Il m’a répondu ça avec toute la désinvolture et l’insolence dont il est capable. Et il en a des capacités…

– Et tu te prends pour le roi c’est ça ??

J’ai tellement de peine pour lui. J’aimerais tellement comprendre ce qui s’est passé pour qu’il devienne comme ça. Ce n’est pas dans sa nature… mais putain qu’est ce que j’ai pu lui faire pour qu’il souffre au point de devenir si mauvais…

Il revient à la charge, me prend dans ses bras et essaie de m’embrasser. Mais tout ce qui s’était réveillé en moi c’est de nouveau effondré.

– Il se passera rien Kad. Tu ne tromperas pas ton mec ce soir désolé…

Il se montre plus pressant.

– Mais arrête « toute façon il le sait que j’baise ailleurs il s’en fout… allez bébé…
– Tu fais ce que tu veux, mais il est hors de question que tu le trompes avec moi. C’est plus clair ?

Il recule un peu. Son visage a changé. Les yeux noirs sont agressifs, presqu’intimidants… J’espère un instant qu’il va me répondre en larguant son mec dans la seconde, mais au lieu de ça il laisse le dark Kad prendre le relai.

– Pourquoi t’m’as fait venir alors ?
– Parce que je pensais qu’on pouvait encore partager autre chose que de la baise… mais on dirait que là-dessus aussi je me sois planté…

Plutôt que revenir du bon côté, il choisit de s’enfoncer encore plus dans son mauvais rôle.

– Ouais bah la prochaine fois réfléchis avant d’m’allumer là !!

Muet, j’acquiesce, mon visage ne sachant qu’exprimer une moue incrédule.

Manifestement à deux doigts de vriller, il enfile sa veste et se dirige vers la porte d’entrée. Il me lâchera simplement cette phrase : “t’vas être content l’bouffon sera pas tout seul ce soir”, en remettant ses baskets, et s’en ira sans un regard en arrière.

Cédric T

histoirecyrillo@gmail.com

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur : Kader

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

18/04 : 15 Nouvelles

Sauna de Sochaux Chatenois25
Une soirée partie en couille 17cmglandcompris
Un charme fou Ghost writer
Rasage coquin Jako
Plan anonyme -01 Rsexenc
Plan anonyme -02 Rsexenc
Surprise à la fac Aymeric
Militaire-Motard Militaire
Plan avec une racaille Passif-lille
Dans le vestiaire Pakito31
Voisin Marlon
L'éveil du Renart Renart
Séance sportive Pititgayy
Un Affectueux Collègue Jako
Tout a basculé à 19 ans ThomasLePassif

La suite... (7)

Mariage pour tous -09 Yan
Frenchies -11 Pititgayy
Mathieu -03 Jeanmarc
Chambres à louer -15 Jeanmarc
Kader -12 Cédric T
Kader -13 Cédric T
Dans les geoles d'Armid -03 Iwan

Avril 2014

Nouvelles

Que de changements -01 Evanaddison
Que de changements -02 Evanaddison
Que de changements -03 Evanaddison
Que de changements -04 Evanaddison
Soirée torride Caramel
À la fin de l’été Bookman
Victor Victorbg
Une aire d’autoroute. Ginger
Marché D’Amiens Nord Legarsdu80
Mon petit frère Pédale69
Un Chinois très chaud... Mat44
Thibault Theo5852
Masseur Bastien
Le Club Ganymède Jako
Soumis au livreur wantmonster86

La suite...

Que de changements -05 Evanaddison
Que de changements -06 Evanaddison
Que de changements -07 Evanaddison
5ème jour Curiosity
Frenchies -10 Pititgayy
Mathieu -02 Jeanmarc
Soumission & Domination -524 Jardinier
Souvenir d’internat -03 Benvart
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)