NEWS :

17 Fév.

51 Histoires

21 Fév.

119 histoires
en accès
avant-première.

C’est quoi cet accès ?


Valable pour 2020,
Simple,
En CB ou Paypal,
Discret.

Cyrillo20 ans
site gay gratuit

PUBLIER

HISTOIRE

Passion en toutes lettres -01

Les correspondances de Marc & Cyril

24 juin 2019, à la La Bastide

Marc,

Rien que le premier mot de cette lettre m'amuse, un clin d'oeil de l'univers sur ce qu'il se passe entre nous. Marc...

Sais-tu que lorsque j'avais 10 ans, en vacances d'été en Corse avec me parents, je m'étais inventé ce prénom. Marc. Je disais à tous mes nouveaux copains de vacances et leur parent que je m'appelais Marc.
Besoin d'une autre identité. J'ai joué ce personnage, une sorte de héros, mais bien vite, quand ma mère me héla au loin alors que je paradais avec mes amis, le prénom de Cyril raisonna et assassina mon héros.

37 ans plus tard, cela m'amuse donc de me rappeler cela, et quelle analogie !
Des vacances, des copains, un héros, des mensonges puis la vérité, comme un rappel violent qui ramène à soi.

C'est la moitié des vacances, mais j'ai bouclé mes valises, il me reste du temps pour t'écrire.
Je laisserai là, sur toi, cette lettre avant de filer vers Paris.
Je suis à quelques mètres de toi, une piscine vide entre nous.
Je t'observe et t'écris, tu ne le sais pas.

Tu es immobile dans ta chaise longue, pas assez longue pour supporter ton mètre quatre-vingt-deux (tu me l'as assez répété, nous avons 2 centimètres de différence, tu es plus grand que moi, mdr).
Tu boudes, tu cuves.
Pas les litres de vin rosé d'hier soir, mais la toxique trahison que je t'ai plantée dans le coeur.
Tu as le coeur-de-bois plus que la gueule.
Tes années de boissons t'ont donné de l'entrainement, mais le coeur... il n'encaisse pas. Il ne sait pas digérer.

Tu es magnifique, le corps inerte comme un taureau tout juste abattu, les muscles bandés par la lutte, la peau et le poil luisant au soleil écrasant, brulant. Mais je t'ai tué.

Je devine qu'en ce moment tu détestes ta connasse de femme.
Celle-là même qui pour donner l'illusion de l'autonomie financière et jouer à la femme d'affaires, a décidé de louer des chambres de la bastide en maison d'hôte.
Sans quoi je n'aurai jamais atterri chez toi.
Sans quoi il n'y aurait pas eu d'intrus dans ton harem, ta cour pleine de putains.
Mais quel prince permettrait qu'un homme non castré vive dans son harem ?
Mieux, bon prince, tu les as même bouffées mes couilles.

Allez, cesse de bouder, dans quelques minutes tu seras à nouveau seul dans ta baraque à 4 millions d'euros, avec tes gens à genoux devant ton énorme bite, éclaboussés par tes flots de foutre, soumis à tous tes vices. Seras-tu assez malhonnête pour oublier ?

Bien sûr tu n'oublieras pas tes premiers exploits avec moi.
Je venais d'arriver. Moi tout blanc, toi tout bronzé.
Tu m'as froidement salué et j'ai vite compris que ces locations, c'était l'affaire de ta femme, qu'il ne fallait rien de demander.
Je t'ai trouvé très connard, mais très sexy aussi.

J'ai vu la belle quarantaine, le mec qui s'entretient, qui ne lâche pas la barre de la séduction à grand coup de séance de sport, de natation dans sa piscine quasi olympique.
La peau épaisse, les dents voraces et blanches, des muscles, du poil, un gros paquet dans le short.

Je t'ai trouvé grave connard quand tu parlais à ta femme, quand tu gueulais sur l'homme à tout faire de Madame, puisqu'en fait, Madame femme ne fait rien, n'en branle surement pas une...
Surement pas la grosse bite que je devine.

Je t'ai trouvé amour avec ton chien, et étrangement, très charmant avec le maçon qui construit, réalise les rêves de Madame.
Les délires créatifs de Madame, je veux dire. Pas les rêves de sa chatte.
Oui, j'ai très vite compris qu'il réalisait les tiens de rêves. Tes rêves félins.
" T'es PD mec ! " me suis-je dit, quand j'ai vu comment tu le reluquais prendre sa douche avec le tuyau d'arrosage.

Bref, tu n'oublieras pas le premier soir, ton exploit.
J'étais sorti diner en ville, j'étais allé visiter la zone de drague, le ventre plein, les couilles vides, je suis rentré à la bastide.

Tu buvais un verre avec ton chien. Je ne savais pas que certains chiens étaient alcoolique !
Poli, je suis passé te saluer à la piscine.
Tétais à poils dans ta chaise !
Fier comme Rocco Siffredi, t'as même pas essayé de dissimuler.
Ta grosse bite (j'avais bien deviné) était posée lourdement sur ta cuisse gauche, la droite écartée pour laisser assez de place à tes couilles imposantes.

Je me suis excusé de vous déranger.
Ton chien et toi m'avez lancé un regard furtif.
J'allais partir, la queue entre les jambes, mais dure, quand tu as grommelé " tu veux boire ? " J'ai répondu " ok pour un plan un trois ! " et tu n'as pas ri à ma blague, un peu nulle je l'admets.
Je me suis assis par terre, sur la pierre chaude.

On a bu, t'arrêtais pas de te toucher les couilles tout en causant, racontant tes gouts littéraires.
T'étais beau, fallait-il me prouver aussi ta culture ?
De plus en plus je voyais ta queue gonfler, est-ce que je rêvais ?
Non, car tu avais maintenant la bite dure, posée contre l'avant-bras alors que tu massais encore tes grosses burnes. Bon Dieu ! Ta bite allait jusqu'au creux du coude et couvrait presque sa largeur.

Du genre actif, pas pompeur, très bien monté, j'ai pourtant senti la femelle en moi.
Plein d'alcool et sans volonté de sauver mon statut de mâle alpha, j'ai approché ma main pour saisir ton engin.
Avec ton pied gauche, tu as repoussé cette main, faisant ainsi basculer ton gros chibre sur la cuisse droite. Dans les derniers retranchements de ma fierté, je t'ai proposé de te sucer.

Comme un gros bâtard, tu m'as demandé :
" Mais qu'est-ce que vous avez tous à vouloir me sucer ? Et ça va réclamer du foutre en plus ? "

Je me suis levé. Je n'ai pas eu le temps de reprendre ma veste que tu m'as dit " bah au moins essaies d'être un peu sexy, fous-toi à poils, montre ton cul ! "
J'ai failli t'en coller une, mais je l'ai fait : baisser mon short et montrer mon cul.

Tu t'es levé, je t'ai fait face.
Face à ton corps puissant, tu m'as retourné.
T'as fourré tes doigts dans ma bouche.
Pleins de salive, ils m'ont mouillé le cul, et t'es rentré direct.
J'ai eu le vertige, mais tes bras me soutenaient, en apesanteur tu me tapais au fond du cul.
Je ne sais plus toutes les moqueries que tu me disais à l'oreille, je me souviens juste de tes rires, de ton souffle chaud contre ma nuque, ton halène chargée de vin, et ta bite m'envahissant comme une horde de romains que rien ne peut arrêter.

Tu m'as lâché par terre, un dernier coup de reins et je suis tombé à genoux.
T'as dit " Allez, ça suffit pour ce soir, t'es trop facile "
J'ai eu à peine le temps de lever la tête vers toi que je t'ai vu plonger dans la piscine.
J'ai touché mon cul pour savoir si tu avais caché dedans, rien.

Je suis parti dans ma chambre. Mon coeur battait à cent à l'heure.
Merde merde ! je kiffais ce qu'il s'était passé. Putain...

Bien sûr tu n'oublieras pas ce premier exploit avec moi.
Bien sûr tu oublieras ce qu'il s'est passé ensuite.
Ou pas...
C'est ce que j'ai devant moi, un homme qui souffre, qui résiste.

Je vais partir, te jeter cette lettre sur le torse, et partir.

Si tu es honnête, que tu ne veux plus résister, si tu peux au moins te demander si tu ne t'es pas trahi toi-même, si la vérité qui ramène à soi t'attire, écris-moi.

Dis-moi ce qu'il s'est passé pour toi.

Là, je te déteste à la folie... Et t'embrasse tendrement.

Cyril

Cyrillo

cyrillo@cyrillo.biz

Suite de l'histoire


A lire aussi dans le blog :


Retour au blog de Cyrillo

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

News | 17 Fév.
51 histoires
28 Nouvelles | 23 suites

Les nouvelles | 28

Jogger LE7
Le bel homme LE7
Foot au soleil LE7
Pompier LE7
Mon cousin LE7
Mon cousin | 2 LE7
Les jumeaux LE7
Des Mâles, des mâles… LE7
La soupe à l’oignon Romain TOP AUTEUR 2020 ROMAIN
Fantasmes avec un collègue | 1 Jay
Fantasmes avec un collègue | 2 Jay
Courant | 1 Stéphane
Courant | 2 Stéphane
Courant | 3 Stéphane
Courant | 4 Stéphane
Le jus de Norbert Yanno
Mika y a prit gout Yanno
Stephane, David, Romuald, Mika, et moi Yanno
Mon livreur de surgelé Yanno
Plan Hardos Yanno
Le fantasme de Marc Yanno
Damien aime aussi la bite Yanno
La terrible grand-mère Yanno
La vidéo Yanno
José et son prof Yanno
Ça nique Yanno
Le gars du colissimo Yanno
Dominic F Yanno

Les suites | 23

Livreur rebeu | 4 LE7
Volleyeur et Rugbyman | 3 Dolto
Volleyeur et Rugbyman | 4 Dolto
Cul jouissif | 3 Le Cul jouissif
Cul jouissif | 4 Le Cul jouissif
Fratrie | 2 Calinchaud
Fratrie | 3 Calinchaud
Fratrie| 4 Calinchaud
La maison | 3 MJnavyman
Éveilleur | 11 Alex
Éveilleur | 12 Alex
Ascenseur | 5 YvesChalons51
Ascenseur | 6 YvesChalons51
Le mec de mon enemi | 2 Kyyrx
Un amour inaccessible | 9 MiangeMidemon
L’Algérie | 2 Calin chaud
L’Algérie | 3 Calin chaud
L’Algérie | 4 Calin chaud
Flash | 5 Zack
Flash | 6 Zack
Soumission & Domination -547 Jardinier
Soumission & Domination -548 Jardinier
Caïd de la classe | 2 Hugo

Février 2020

Nouvelles

Ma première rencontre avec les Beyhives 237biwriter
L’installation de la fibre Nicolas92c
La vie au Rainbow Houne66
Concert de M LE7
Triominos chaud LE7
BDSM Lope75
Coco LE7
Beur du bar Salopeabeur
Les bûcherons LE7
Nu chez les gitans An80

Publie ton histoire

RETOUR AUX HISTOIRES

2019 | 2018 | 2017 | 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011 | 2010 | 2009 | 2008 | 2007 | 2006 | 2005 | 2004 | 2003 | 2002 | 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
N’oublie pas les dangers d'une relation sexuelle sans protection,
que tu sois sous Prep ou pas.
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES !

Chercher sur le site

Plan du site


Merci !

J'aime ce site et je souhaite faire un don,
du montant que je veux, juste pour aider


Simple, en CB ou Paypal, Discret.

Inscris-toi


| Mise à jour : samedi 11 janvier 2020 à 12:21 |
©2000 Cyrillo.biz.
Retourner en haut