PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Stage BTS à la ferme

J’ai 23 ans, Maxime, en terminale BTS. Je repique ma dernière année et dois changer de stage, car ça s’est mal passé l’année dernière. Comme je ne suis pas d’origine agricole, je me suis adressé aux jeunes agriculteurs de la confédération paysanne pour chercher un stage. J’ai eu une proposition dans la Manche. C’est joli, mais très isolé… Je n’ai pas le choix, je prends. L’agriculteur n’a encore jamais pris de stagiaire, car il vient de s’installer. Dommage, car lorsqu’on a des rapports précédents, on repompe un peu dessus, c’est pratique !

Moi 1m78, 65 kg, châtain mi-long, un peu bouclé. On me trouve souvent mignon !
Avec ma petite Clio d’occasion, j’arrive chez Pascal Lefebvre (Nom inventé). Un long chemin à la sortie du bourg, une maison en briques d’une centaine d’années qui a dû être jolie, peu entretenue. Je descends et frappe à la porte : Personne ! Je cherche dans la cour : Personne… ça commence à me gaver ! Je remonte en voiture et attends en regardant mes messages, mais ça rame, réseau de merde, on capte à peine ! Il fait gris, bien frais… VDM…
Soudain bruit de moteur et d’un petit chemin apparait un tracteur Renaud sans cabine avec un jeune brun au volant. 1,70 environ 65 kg, tignasse frisée, barbe de 5-6 jours, en cotte de travail verte un peu crade et trouée, un grand sourire, entre 25 et 30 ans, il lève les bras au ciel pour me saluer. Il est magnifique, fascinant, improbable dans ce décor si rural !

Salut Maxime, je suis désolé, j’ai un veau qui s’est échappé. J’ai dû aller le rattraper alors que je savais que tu arrivais ! Alors bon voyage ? Tu viens on va à la maison poser tes affaires et boire un café.
Je le regarde scotché, il se dégage de lui force, sympathie et virilité !
Arrivé à la maison il enlève sa cotte de travail, dessous un vieux short beau paquet…
Il me montre ma chambre au premier, sur le palier, lui en face. Je pose vaguement mes sacs d’affaires et descends à la cuisine prendre un café avec lui.
Bon, on est fin juin et comme travail il y a le foin, quelques derniers semis et les vaches, matin et soir ! Toi tu aimes quoi comme travail ?
J’avais envie de dire que ce qui me plaisait le plus c’était lui, Pascal ! Mais bon, j’ai répondu : un peu tout il faut que j’apprenne, je ne suis pas encore autonome, je découvre l’élevage.
Bon si tu veux on va traire quand tu seras installé et prêt, je trais vers 16h30. Comme ça j’ai fini à 18h30.
Mets-toi en tenue et tu me rejoins à l’étable.

Il me laisse dans ma chambre et part à l’étable. J’ouvre fébrilement mes bagages et découvre que je suis un triple idiot ! Pas de tenue de travail… Dans mon précédent stage c’était que des cultures et ils avaient des tenues pour les ouvriers et stagiaires. Merde ! Comment faire ??? Je trouve un t-shirt pas trop neuf, j’hésite entre mon short de sport et un jogging. Bon, pour traire je choisis le jogging. Il est noir, sympa, près du corps, légèrement moulant. Avec mon boxer rouge taille très basse essential Doreanse, ça va bien !
Arrivé à l’étable, je me rends compte du ridicule de ma tenue tout à fait citadine, mais Pascal ne dit rien. Il me regarde avec un sourire sympa et commence à me montrer comment traire. Il faut brancher chaque vache à la machine à traire, c’est toute une technique. Il est debout derrière moi et fais les gestes avec moi. On se touche, cela me plait. Sans me coller, il est à l’aise et n’hésite pas à être à mon contact.
Peu à peu j’apprends et pascal a moins besoin de me guider. Une heure et quart après c’est fini, les vaches sont remises au prés. Pascal lave et me demande de jeter un grand sceau au pied d’un arbre qu’il a replanté pour l’arroser. Je sors et y vais en ligne droite. La cour est un peu sale, je glisse dans le fumier-purin et tombe en plein dedans, je suis tout dégelasse. Je ne dis rien, mais suis mort de rire… Tout est plein de bouse, du t-shirt aux chaussures en passant par le jogging et mon boxer, évidemment !
Je mets le fond du sceau sur l’arbre et reviens, l’air résigné, souriant de ma bêtise !
Pascal : Mais par où tu es passé ? T’as pas fait le tour ! Il rigole, mais ne sait pas comment faire pour me laver.

Pascal : tu ne peux pas te doucher comme ça, tu dégueulasserais la maison et la douche. Bin, t’es propre… pour un premier jour te voilà baptisé !
Je vais te laver au jet dans la laiterie, ça ne te dérange pas ?
Bah, non, je n’ai pas le choix ! Qu’est-ce que je suis gaffeur, je n’en rate pas une…
Pascal : T’inquiètes, ce n’est pas grave, viens, suis moi.
On va dans la laiterie. Il a un tuyau d’arrosage pour tout laver avec eau chaude réglable. Il ne va pas non plus me cramer !
Pascal : ça y est le tuyau coule, bouge pas, je commence par rincer sur toi.

Il m’arrose un peu le visage, le t-shirt, jusqu’à ce qu’il ne coule plus marron, puis mon jogging. Cela rend tout très moulant, très sexy. Sans s’en rendre compte, Pascal se rapproche de plus en plus de moi et me contemple avec un grand sourire. Sa cotte de travail est plutôt ample, mais je crois voir un beau paquet lorsque par un mouvement le tissu se tend.
Ensuite il passe au jogging, hummm quel embarras, c’est trop bien, se faire doucher au jet dans une laiterie par un bogosse souriant…. Le jus marron coule, ça me colle partout, me moule. Je commence à triquer ! Quand Pascal me passe le jet, j’ai l’impression que c’est une partie de son corps qui me touche, et lui aussi, cela se voit dans son regard, ce geste.
Pascal : bon maintenant vire ton pantalon !

J’exécute avec grande honte. J’espérais qu’il s’arrête là et que je finisse dans la douche !

Je descends difficilement mon jogg tout collé à ma peau, la gêne totale… Lui me regarde avec toujours ce sourire sympathique et maintenant j’y vois poindre de la malice ! Mon boxer rouge taille très basse apparait. Pascal bloque dessus et semble admirer. Un beau paquet dessous, évidemment avec tout ce qui m’arrive… Il continue de m’arroser au jet, me demande de me tourner, m’arrose les fesses, puis reviens devant et arrose ma bosse. J’en peux plus, la honte totale et l’excitation. Je pense à plein de mauvais moments que j’ai passés dans ma vie pour arrêter de bander, ça marche un peu. Quand je croyais être tiré d’affaire, Pascal me dit : Maintenant tu peux virer ton slip, il est encore plein de bouse, tu en a plein sur les fesses où tu es tombé.

Putain… j’y crois pas ! J’ai en même temps extrêmement honte et envie de le faire.
Pascal : on est entre garçons, ça te gêne pas ? Et je ne voudrais pas ruiner ma salle de bain !
Moi : non, pas de soucis (menteur !) j’ai l’habitude (menteur), ça ne me dérange pas (menteur) !
Et pour la plus grande honte de ma vie, pendant qu’il m’arrose toujours au jet bien tiède, je commence à baisser timidement mon boxer. D’abord les fesses, Pascal suit le mouvement avec le tuyau et m’arrose la raie, puis les côtés, puis évidemment devant, libérant ma bite en érection. Elle est horizontale. Pascal suit toujours mon striptease et à un mètre de moi m’arrose la bite, toujours déployée et horizontale, puis dirige le jet sur mes couilles, entre les jambes puis reviens à ma toison. Je suis mort de honte, il s’en aperçoit.
Pascal : tu sais si tu bandes c’est pas grave, c’est normal. On est jeune. Moi, je suis pareil, à ta place je serais dans le même état que toi ! Bon maintenant le plus gros semble être parti, je vais te chercher une serviette à la maison pour que tu te couvres en revenant et tu te douches.

Moi, je ne sais pas pourquoi je dis ça : non pas la peine, il n’y a personne ici. La maison est juste à côté, j’y vais comme ça !
Et nous revenons à la maison, lui en cotte de travail et moi à poil à côté de lui. Du coup je ne bande plus, je suis dans un état second, mais heureux, comme si j’avais franchi une étape dans ma vie.

Après ma douche on se retrouve à table. Pascal me dit qu’il est heureux de rencontrer un stagiaire comme moi. Il craignait d’avoir un gros bourrin fils d’agriculteur un peu rustre.

Après le diner on va se coucher. Dans mon lit, je me suis mis à poil, ce que je fais jamais, je me caresse, je bande, me branle en pensant à Pascal qui est en face sur le palier. Je serais bien curieux de savoir ce qu’il fait. Je tends l’oreille, comme c’est le silence total je peux capter le moindre bruit. J’entends quelque chose, me lève (à poil, bandant comme un fou, ma bite dressée touche mon ventre). Puis j’ouvre doucement la porte de ma chambre, m’avance sur le palier, me colle à la porte de la chambre de Pascal : je l’entends se branler et gémir. Je reste là à l’écouter en me branlant aussi (mais en silence), après un moment il accélère, puis j’entends des spasmes dans ses draps qui se froissent puis il jouit longuement avec beaucoup d’énergie. Il ne crie pas fort, non, mais quand même pas à voix basse, non plus. Comme s’il assumait, se disant : il entendra peut-être, mais je ne vais pas non plus hurler pour me faire remarquer ! Quel tact ce garçon !
Je retourne me coucher, me branle en pensant à la journée, j’éjacule, me tartine le sperme sur mon ventre, puis m’endort…

Dites-moi si vous aimes, détestez, faire plus de ceci, moins de cela, j’adore ceci, cela….
À suivre si cela vous intéresse

Stephane

chevalsauvage2@hotmail.com

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur : L'écurie - Stage BTS à la ferme

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

19/03 : 17 Nouvelles

Andrew Aeshenn
La fibre paternelle gaydu71
Parfaite femelle Femelle
Retour de soirée Vap
Le serveur de la plage Eric
Le sandwich taiwanais Jako
Cours particuliers Julespg
Les toilettes du train Marc
Combien sont-ils ? Houne66
Pas vu venir celle-là ! James
Seul… Jako
Première avec un homme mûr Curiosite40
Dernier sauna à Paris Chopassif
Lieu de drague Puteadispo
Le mec de ma coloc Bryan
Siaka, le bel Ivoirien Gregmrs
L’internat Matte070

La suite... 7 épisodes

Le moniteur moto -09 Sketfan
Ma gorge défoncée -05 Mâlelope
Mon demi-frère hétéro -05 Oldyano
Stage BTS à la ferme -09 Stéphane
Soumission & Domination -523 Jardinier
Le patient -05 d.kine.75
Mariage pour tous -05 Yan
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)