PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Premier épisode - Épisode précédent

Ma vie de lope exhib -04

Apprenti exhib

Ce n’est pas un hasard si, comme je vous l’ai déjà raconté, je me trouve cul nu le plus souvent possible, encouragé par mon mec. Être nu devant d’autres mecs habillés a toujours été un vrai kiff. Mais il m’a fallu du temps pour passer à l’action.

Ma première expérience a été fortuite : j’assistais à la projection d’un long-métrage d’art et d’essai dans un petit cinéma du Ve arrondissement, dans le cadre d’un festival du film gay et lesbien. Tout à coup j’ai senti une main sur ma braguette : c’était le mec à côté de moi, a priori assez âgé, qui s’était enhardi à me draguer ouvertement. Il m’a ouvert le pantalon et m’a branlé pendant le film ; tétanisé à l’idée d’être vu, mais excité aussi — ce n’était pas un film porno et il y avait un public sérieux dans la salle —, je me suis laissé faire. À la fin du film, au moment où les lumières allaient se rallumer, je me suis dépêché de remballer le matériel et nous sommes allés prendre un verre. Le mec, le monsieur plutôt, d’environ 65 ans, m’a fait une proposition qui arrangeait bien mes affaires d’étudiant fauché : il m’inviterait de temps à autre à diner à son domicile et je devrais être nu devant lui ; il ne me toucherait pas et resterait habillé. Cela me plaisait bien et j’ai accepté illico. Au total, j’ai dû aller trois ou quatre fois chez dans son appartement. Plaisir d’être totalement à poil devant un voyeur sans doute impuissant, qui a fini par me proposer, évidemment, de me branler, pattes écartées, devant lui. Inutile de dire que j’ai pris plaisir à lui offrir ce spectacle. La fois suivante, il a demandé s’il pouvait me caresser pendant l’opération, ce qui ne me dérangeait pas. La toute dernière fois, il avait invité un autre mec plus âgé -75 ans peut-être — qui a pris des photos. Dieu sait qui les a vues, et/ou elles sont archivées ; on aurait du reste du mal à me reconnaitre, car je portais les cheveux assez longs à l’époque.

Terminant mes études, ne pouvant me permettre de les rater, je ne m’autorisais en réalité guère d’extras de ce genre et ne fréquentais pas les lieux gays. J’ai mis longtemps à me décider, mais enfin je l’ai fait : je me suis rendu pour la première fois dans un ciné porno gay où l’on passait des films X en continu. La première expérience a été peu concluante : trop timide, je me suis contenté de mater les gars qui, dans la salle, sortaient leurs queues, se faisaient sucer ou en suçaient d’autres ; cette fois-là, je n’ai même pas osé ouvrir mon pantalon ne serait-ce que pour me branler. Je me souviens que je portais alors un long manteau qui me donnait l’air d’un enquêteur des Renseignements Généraux... La fois suivante, encouragé par mon voisin de rangée, j’ai ouvert ma braguette et il s’y est pris de telle sorte que je me suis retrouvé le pantalon complètement aux pieds, en train de me faire sucer par ce beau gars bien gourmand. Et puis, j’y ai pris gout. À la troisième visite, ayant troqué le manteau pour un blouson court bien plus « sexe », je m’installais au premier rang des sièges, bien visible du fait de la lumière de l’écran. Un mec s’est assis à côté de moi et nous avons commencé à jouer ensemble, bien en vue de ceux qui tournaient à la recherche de l’âme-sœur. Et là, le choc : le mec m’a dit à l’oreille : « Enlève complètement ton pantalon et ton slip », ce que j’ai fait sans réfléchir. J’ai remis mes baskets et ai immédiatement adoré me trouver cul nu en blouson à la vue de tous, me levant de temps à autre pour être bien visible, suçant le gars sans pudeur. J’avais trouvé ma vocation. À l’époque, je ne me faisais pas niqué — trop peur des maladies — mais j’ai beaucoup sucé. Le mieux était encore à venir.

J’ai commencé à rechercher les occasions de m’exhiber. Au sauna, que je ne m’autorisais que rarement au vu du tarif d’entrée, je pliais en deux la serviette donnée à l’entrée pour qu’elle ne cache qu’à peine mon cul et mes couilles. Un jour, bingo : un jeune mec commence à me mettre direct la main au paquet et me dit :
« Toi, t’as l’air bien exhib, au vu de ta tenue. Pas vrai ?
- Vrai.
- Alors, tu veux qu’on s’exhibe tous les deux ?
- OK, cool. »
On a commencé à se palucher et à se sucer en plein milieu du couloir, serviette autour du cou. À tel point qu’un mec un peu coincé nous a dit : « Vous seriez mieux dans une cabine ! » Mais on s’en moquait, au contraire. Bonheur de se palucher et de se sucer, bien en vue des mecs qui passaient ! C’est ce gars, Bertrand, qui m’a incité à aller plus loin ; devenu un « régulier », il m’a proposé différents plans exhib qu’on a mis en pratique dans des lieux ordinaires : au cinéma de quartier, on se branlait pantalon baissé pendant la projection ; idem au restaurant, choisi pour la présence de nappes qui nous permettaient de sortir nos queues tout au long du repas. Je l’ai enculé une ou deux fois dans les toilettes du restau, le plus délicat étant de sortir de la cabine sans attirer l’attention. Le top, ça a été un voyage en voiture de jour, sans slip ni pantalon. 200 km cul nu, à se demander si les chauffeurs routiers croisés ou doublés nous voyaient, le défi étant de ne pas jouir, car, bien évidemment, on se branlait mutuellement et il me suçait pendant que je conduisais. Autres défis : prendre du cash à un distributeur (lui restait devant la porte du sas pendant que je procédais à l’opération), sortir dans la rue le soir, se balader nus en forêt (avec, quand même, les fringues dans un sac à dos), etc.

Une fois l’habitude prise, difficile de s’en défaire. Je me suis mis à conduire en slip sur certains longs trajets, et une fois ai même osé m’arrêter pour prendre un autostoppeur qui me plaisait bien à première vue. Il était néerlandais et parlait avec un petit accent charmant. On a roulé une bonne heure comme ça, en discutant comme si de rien n’était. À l’heure du déjeuner, comme je lui proposais d’aller manger un morceau, il m’a dit en riant : « Oui, mais je suppose que tu vas remettre un pantalon ? C’est cool de rouler en slip, remarque, j’ai trouvé ça sympa. Tu te sens bien comme ça ? Tu es gay ? » Je lui ai répondu que oui et il a eu un petit sourire. Le repas terminé, nous avons repris la route. Il m’a demandé si j’allais enlever mon pantalon, ce que j’ai fait. Et là, surprise, il m’a dit : « Moi, je suis hétéro, mais mets-toi à l’aise. Ça m’amuserait de voir un pédé conduire nu ». J’ai donc aussi enlevé le slip et on a roulé sans qu’il me touche. Je bandais. Il ne m’a jamais touché, juste maté… Quand je l’ai déposé, il m’a dit : « Salut, mec, c’était cool ! », ce qui était le meilleur compliment. Il avait bien compris mon trip exhib et m’avait forcé à aller jusqu’au bout. Sympa et cool, sexuel d’une certaine manière… et bien dans la logique de ce que je recherchais : être en état d’infériorité en tant qu’exhib et salope devant un autre mec resté habillé.

J’ai continué à fréquenter les cinés X. Il y avait une très bonne adresse, qui a hélas disparu il y a près de douze ans, je crois, c’était le « Ranger’s », sur les Grands Boulevards. À l’entrée, au lieu de ne déposer que mon blouson au vestiaire, je laissais aussi mon pantalon, mais le caissier ne voulait pas que je laisse mon slip. J’entrais donc en slip et t shirt dans le cinéma, et déambulais ensuite cul nu ou totalement nu dans la salle. J’y ai fait beaucoup de bons plans, c’est à cette époque que j’ai commencé à me faire tripoter et tirer par qui voulait — il y avait beaucoup de vieux dans le ciné, mais ça ne me gênait pas du moment qu’ils bandaient. Un jour, par l’intermédiaire d’une annonce, j’ai fait la connaissance d’un mec dominateur et voyeur qui prenait plaisir à me donner des ordres : me goder debout au milieu de l’allée, dans la semi-pénombre, sucer tel ou tel mec choisi par lui, rester à quatre pattes dans l’allée jusqu’à ce qu’un mec m’encule, etc. Il m’a aussi emmené sur des aires de drague où j’ai dû évoluer nu pour chauffer les mecs. Les plans extérieurs se sont multipliés, que je vous raconterai plus tard. Mon apprentissage de lope exhib était terminé, je n’avais plus qu’à continuer… ce que j’ai fait jusqu’à maintenant.

Si mon mec actuel comprend et encourage ce trip exhib, ce n’a pas toujours été le cas dans mes relations antérieures. Un jour, avec mon copain de l’époque, nous nous étions arrêtés en vacances au fond d’une gorge où les gens — des familles, des couples hétéros — se baignaient, en maillot de bain. Nous n’étions pas encore arrivés à destination et n’avions donc pas facilement accès à nos vêtements de plage, rangés au fond du coffre dans les valises. Mon copain est resté au bord du cours d’eau à se tremper les pieds dans l’eau, mais moi, d’instinct, j’ai enlevé mon short et je suis entré dans l’eau directement en slip blanc, ce qui a eu pour effet immédiat de coller le tissu à ma teub, si bien que c’était presque comme si j’étais nu. Fureur de mon mec, qui m’a reproché par la suite de n’avoir aucune pudeur, alors que moi, j’avais bien pris mon pied à cette exhib improvisée (je pense même que je bandais). Il m’a aussi reproché un jour d’être allé ouvrir en petite tenue (même pas à poil !) à un livreur qui nous avait cueillis à l’improviste, au petit déjeuner. Les temps changent : dire que mon mec actuel exige de me voir cul nu en permanence…

Lopexhib

woofy@wanadoo.fr

Woofy

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur : Ma vie de lope exhib

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

13 mai 2019

Nouvelles (15)

Sauna Sun city Julien
Ma première chez les hommes 13008
Une sacrée initiation Lucif
Mon prof, mon pote et moi ? Étalon
Un bon prêt en liquide Pititgayy
Le copain de ma fille Jeanmarc
Soumis en cam Lope75
Jeux de rôle musclés Stéphane
Les potes de mon grand-frère 3-1 Marc 67
Travesti éduquée par son maître Julia2
Mise à dispo  Lopeajus39
Sissy Bumi88
Tournante de rêve Jerem72
Le clandestin Jako
Les skets de mon pote d’internat Kifflesket

La suite (8)

Un amour de soumis -06 Elfe
Au Sauna de Sochaux -02 Chatenois25
Un examen oral -03 Gogo
Les skets ... -02 Kifflesket
Soumission & Domination -527 Jardinier
Soumission & Domination -528 Jardinier
Soumission & Domination -529 Jardinier
Soumission & Domination -530 Jardinier

Mai 2019

Nouvelles

Ma (Dé) Formation Matiti Yah
Un plan psychologique Alcide
Révélation nocturne Pierredelavega
Enfin ! T&R
Au mariage de mon neveu Eliot
La chienne exhib Pol
Bar bien chaud Caramel
Réalité fantasmée Fred
Un taxi ? Houne66
Rendez-vous chez le médecin Paul75
Randonnée initiatique Ron
Comment j’ai sucé mon cousin Romain
Prague Astro
Vengeance Julian Lerkin

La suite

Frenchies -12 Pititgayy
Le patient rebeu -02 Dirtybator
Stage BTS à la ferme -12 Stéphane
Ma (Dé) Formation -02 Matiti Yah
Ma (Dé) Formation -03 Matiti Yah
L'éveil du Renart -04 Renart
L'éveil du Renart -05 Renart
L'éveil du Renart -06 Renart
Kader -15 Cédric T
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)