PAUSE

Le garçon derrière la machine a besoin de repos, de vacances...
Rendez-vous fin septembre ;)

PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Premier épisode - Épisode précédent

Mariage pour tous -04

Nous arrivons devant l’hôtel vers 16h, Ethan y fume une clope devant l’entrée, Simon se dirige vers lui.

– On va jouer avec la tarlouze si ça t’intéresse, lui dit-il.

Ethan sourit, écrase sa cigarette et nous montons en silence vers la chambre de Simon. Une fois entré, Simon m’ordonne de déposer les capotes sur la table, d’aller me doucher et de revenir à poil. Bien entendu, je m’exécute, effectue un lavage complet et lorsque je reviens, les 3 mâles sont à poil eux aussi, la bite tendue. Simon désigne du doigt le lit auquel je vois qu’il a ajouté des sangles. Je m’y dirige, il m’indique que je dois m’y allonger sur le ventre, j’obéis sans moufter et immédiatement, je suis attaché solidement en croix. Simon me pose un bâillon et lorsque j’en vois la forme, je comprends que c’est un bâillon de pisse, j’ai sous le nez un petit réservoir tel un urinoir, je ne peux donc pas poser ma tête sur le lit, je dois maintenir un effort pour garder la tête bien droite. Il se saisit d’une des 10 capotes et vient la percer au-dessus de ce bâillon, le sperme y tombe, bien liquide il va toutefois mettre un peu de temps avant d’arriver dans ma gueule.

– Voilà comment ça va se passer Yan, il est 16h30, Alban, Ethan et moi, on va te sauter puis on va juste inviter des mecs à venir te sauter pendant qu’on filmera. À 20h on te détache pour descendre diner.

Impossible de parler, de bouger, j’en ai pour 3h30 dans cette position qui va forcément devenir inconfortable, j’ai envie de dire « non »… Puis les quelques gouttes de sperme arrivent sur ma langue, comme toujours, ça m’électrise, me transforme, c’est mon carburant à salope, j’incline la tête encore un peu plus vers le haut pour faire tomber le reste du liquide, les mâles ricanent, je gémis dans le bâillon…

– Il est prêt, défonçons-le, déclare Simon.

C’est Ethan qui commence, il entre en moi et s’active, ce jeune mec musclé me laboure bien le cul, sans violence, mais avec vigueur.

– Hmmm, oui vas-y mets-moi bien tes doigts dans le cul pendant que j’encule le bâtard, dit-il.

Je ne peux pas me retourner, mais j’aimerais bien voir la scène, savoir qui de Simon ou Alban joue avec le cul d’Ethan pendant que lui m’encule toujours sans violence. Puis comme, lors de ma séance dans sa chambre, il accélère quand il est sur le point de jouir et il m’embroche à fond lorsqu’il atteint son orgasme. Il reste immobile quelques secondes puis sort, il vient se poster à côté de ma tête, je le vois enlever sa capote et verser le sperme dans mon bâillon. Très crémeux, celui-là va mettre plus de temps encore à atteindre ma langue, je le regarde et cligne des yeux comme pour lui dire merci, il sourit et annonce qu’il doit aller prendre son service. Lorsqu’il part en fermant la porte, un violent coup de ceinture me fait étouffer un cri dans mon bâillon.

– Alban n’a pas apprécié d’apprendre qu’il a bu du sperme dans ton whisky hier soir et encore moins que tu ne lui ais pas dit la vérité sur le fait que t’es une salope de pédale Yan, déclare Simon, j’estime donc qu’il a le droit de te cingler les fesses et on est bien d’accord que toi et moi, on a un deal, t’es ma pute pour toute la durée du séjour et je fais ce que je veux de toi, hein tarlouze ?

Je fais un signe de tête positif, je prends un autre coup de ceinture, je me crispe un peu.

– Mon cousin est un pédé…

Nouveau coup de ceinture…

– Il ne s’assume pas devant moi…

Encore un coup…

– Maintenant que je sais ce que tu es Yan, je compte bien m’amuser aussi, t’avais pas le droit de me cacher ça, Simon et moi on va t’en faire baver et t’aimes ça de toute façon.

Je reçois cette fois un coup très puissant, je gueule dans le bâillon, bouge la tête vers l’arrière, le sperme d’Ethan atteint ma langue, ça m’électrise de nouveau, je supporte sans difficulté le coup suivant et je sens les mains puissantes de Simon se poser sur mes fesses pendant qu’il monte sur le lit. Il ne faut que quelques secondes avant qu’il n’entre en moi. Il s’allonge sur moi, je sens ses poils de torse frotter sur mon dos, j’adore…

– Vas-y Alban, encule-moi et bourrine-moi, je veux que ton cousin sente ma queue aller au plus profond de lui sous tes coups de bite.

Simon a passé ses mains sous mon torse et m’a attrapé les tétons, il les malaxe doucement, sa bouche est à mon oreille.

– T’as bien bossé au mariage petite salope, t’as ramené ta bouffe hein… Alban et moi, on a plein d’idée pour le reste du séjour pour t’humilier et te baiser…

Simon gémit, Alban est en lui, je suis très frustré de ne pas pouvoir regarder ça, je sens le poids des 2 mâles sur moi, Simon à l’oreille gauche qui m’insulte, Alban vers l’oreille droite, mais d’un peu plus loin qui veut que je morfle pour lui avoir caché mon statut de pédé lope et, je crois, quelque peu jaloux que Simon se soit fait plaisir sans lui. Et je me fais démonter en règle, comme j’aime en fait. Impossible de bouger, à disposition des mâles, devant subir ce qu’ils ont envie de me faire, je couine et gémis de plaisir.

– Écoute-le ton cousin, il prend son pied à se faire démonter, j’en ai sauté des tarlouzes, mais des comme lui, ce n’est pas fréquent…

Alban s’est retiré du cul de Simon, il vient à l’avant du lit, je le vois ôter sa capote, il a joui en silence. Je le regarde, je continue de subir l’assaut de Simon. Alban me montre sa capote pleine.

– Tu le veux mon foutre enculé ?

Faut pas me dire ça, je ne sais pas résister, je fais un signe positif de la tête assez frénétique, je tends ma tête vers la capote pour qu’il y déverse ce nectar qui me rend dingue et irréfléchi. Mais Alban fait durer le plaisir, il a débandé et je le vois positionner sa queue devant mon urinoir.

– Ce sera une première pour moi, mais j’te jure Yan, pas la dernière…

Et le flot d’urine commence à se déverser dans mon bâillon, j’avale en couinant.

– À la station service il a failli me faire gueuler de plaisir tellement c’était excitant de lui pisser dans la gueule, intervient Simon qui ne s’arrête pas pour autant de me niquer, c’est bon hein Yan ? T’aimes ça hein ?

Nouveau signe de tête positif de ma part, mais je reste concentré pour qu’Alban déverse bien le tout dans le bâillon. Je le regarde, il semble plus détendu, il a du plaisir et ça me rassure. Il avance la capote vers le bâillon, fait tomber un peu de sperme dedans et ajoute les derniers jets de pisse qui lui vident la vessie. J’avale tout en couinant comme jamais et j’essaie encore d’avancer la tête vers la capote.

– Putain Yan t’es un affamé du sperme ? Me demande Alban.

Je ne suis plus moi-même, je ne réfléchis plus, je suis en mode salope à 200 % et je gueule « oui » dans mon bâillon toujours en essayant de me rapprocher de la capote. Alban s’agenouille et fait balancer la capote devant la tête. Comme si j’étais hypnotisé, je la suis du regard et les 2 mâles rigolent. Je suis comme ces chiens qui ne regardent que le sucre qu’on leur met devant le museau, à vouloir le dévorer alors que le maître sadique le fait patienter parce que c’est lui qui décide quand le chien aura le susucre… Et là, c’est pareil avec le sperme d’Alban. Il se décide enfin à retourner la capote et va pour faire tomber son foutre dans mon urinoir, je couine, je souffle à fond d’excitation. À la dernière seconde, il ramène la capote devant sa bouche et aspire le contenu du préservatif. J’ouvre des yeux de hibou tellement je suis surpris de ce qu’il fait.

– Même si je ne veux pas me faire enculer, j’ai déjà sucé et bouffé du sperme, ce n’est pas dégueux et j’aime beaucoup le mien… M’annonce Alban en ricanant.

Je le vois se saisir d’une des 9 capotes restantes, il la perce et la verse dans mon bâillon, je couine, au même moment Simon me beugle dans l’oreille « salope » et je sens sa queue gonfler, tenter d’entrer encore plus loin en moi et même s’il avait pu y entrer ses couilles je crois qu’il l’aurait fait tellement il pousse en moi. Je sens tout le poids du bucheron canadien sur moi, il a posé son menton sur mon épaule, je le soupçonne d’être tendre avec les mecs par moment… On frappe à la porte de la chambre, Alban va ouvrir et revient accompagné d’un mec que je ne connais pas. J’avais oublié le coup du « on va te faire baiser et on va filmer »…

– C’est lui, une bonne pédale à enculer, tu peux aussi lui pisser dans le bâillon avant de commencer si tu veux.

L’homme ne dit rien, baisse sa braguette et sort sa queue, il vient vers ma tête, je la bouge pour mettre mon bâillon à sa hauteur, il se vide la vessie pendant que Simon sort de mon cul. Puis il se malaxe la queue pour la faire grossir tout en me regardant d’un air sadique avant de se décider à parler.

– T’as vu ma grosse bite ? Tu vas prendre cher salope…

Pourquoi les mecs ont-ils si souvent besoin de dire qu’ils ont une grosse bite ? Comme si la taille était le principal critère et si c’est ça qui donnait du plaisir… Autant se foutre un énorme gode dans le cul à ce tarif-là. Si je n’avais pas mon bâillon, il se prendrait une réflexion du style « ben montre-moi comment tu t’en sers après on verra si elle est si bonne que ça… ». Ce genre de remarque m’a déjà valu bon nombre de gifles, d’insultes et de démontage de cul violent, les mâle n’aiment pas qu’on mette en doute les capacités de leur « grosse bite ». Pour autant, tous n’ont pas su me faire couiner de plaisir parce qu’aussi grosse soit-elle, certains manquaient d’un mode d’emploi. La situation en revanche avait tendance à m’exciter et me donner ce plaisir de servir.

Il bande à présent, oui il a une grosse bite et s’il ne sait pas s’en servir, je vais avoir mal… Il ne se déshabille pas, il passe derrière et je le sens monter sur le lit, ses mains malaxent mes fesses, les écartent puis les compriment. Il passe ensuite ses jambes sous les miennes, moment assez compliqué, car je suis bien écartelé, mais il y parvient. Son gland se place devant ma rondelle et il entre… Un coup violent, il entre à fond en une fois. Je serre les poings et ferme les yeux, je souffle dans mon bâillon.

– Ouais p’tite pute, elle est grosse et je sais m’en servir, je m’installe et ensuite je te montre ce que c’est qu’un mec, quand j’en aurai fini avec toi, t’auras du mal à t’assoir pendant un moment pédale.

C’est à croire qu’il a lu dans mes pensées…

Je ne sais pas comment il arrive à entortiller ses jambes autour des miennes, mais cela lui permet d’être solidement stable. Il pose ses poings sur le matelas au-dessus de mes épaules.

– Retirez-lui son bâillon, je veux l’entendre geindre…

Simon le retire et se recule, l’homme commence très lentement à entrer et sortir de mon cul par des mouvements de bassin, je pose enfin la tête sur l’oreiller, la position est plus confortable, mais je commence déjà à souffler parce que le morceau qui entre et sort de moi est en effet plus gros que la moyenne. Il entre et sort 3 fois, presque complètement puis il me pilonne d’un coup pendant 15 secondes avant de s’immobiliser au plus profond de mon cul. Je lâche un couinement involontaire, je l’entends ricaner.

– Ouais p’tite pute, tu vas couiner de plus en plus fort et de plus en plus longtemps, c’est mon kiff de faire couiner les pédales…

Il se met alors à alterner les mouvements très lents à presque sortir de mon cul et les mouvements de bourrin à me défoncer avec force. Et il a raison, il me fait couiner presque contre ma volonté, je ne parviens pas à contenir mes gémissements tellement il sait y faire. Le sentir presque enroulé autour de mes jambes est une première et je me lâche, bientôt, comme il l’indiquait, le volume monte et ce mec me fait tourner la tête. Sans le vouloir, je me mets à geindre, mes couinements sont saccadés par les coups de queue, Alban et Simon sont venus devant, ils se sont penchés près de ma tête et me regardent en souriant.

– Tu chantes Yan ? Demande Simon.

Je plonge la tête dans l’oreiller et j’y gueule de plaisir…

– Oui, le bâtard chante, dit le mec, le but c’est qu’il couine le plus longtemps possible, mais sans le faire gicler, vous verrez, il va en demander encore plus bientôt…

Et le mec continue son ouvrage, j’enfonce ma tête dans l’oreiller, je n’en peux plus, non pas de douleur, mais de plaisir, je n’ai jamais ressenti ça. Habituellement, je me fais enculer, le mec prend son pied, j’ai plaisir à le sentir se faire du bien, mais là, il se fait du bien et m’en fait aussi, c’est quasiment nouveau pour moi et il a raison, je ne veux pas que ça s’arrête. Au bout d’un long moment, je redresse la tête et je gueule que je vais gicler, le mec s’enfonce au plus profond de moi et s’immobilise totalement, il se redresse.

– Ok les mecs, votre bâtard est à sa limite, on va le maintenir sur le fil, mais je suis venu prendre mon pied aussi alors vous allez enlever ma chemise et me sucer les tétons.

On a presque l’impression que je chiale, mais ce n’est pas le cas, j’émets des couinements en continu qui sont juste interrompus par le fait que j’essaie de reprendre mon souffle. Je ne peux pas voir ce qui se passe derrière, mais le mec qui est bien installé dans mon cul gémit de plaisir aussi, je pense qu’Alban et Simon lui font du bien comme il l’a demandé. Je sens sa queue palpiter dans mon cul et pourtant, il ne bouge pas d’un millimètre et je couine comme pour demander qu’il reprenne son pilonnage, je suis déboussolé, les sensations sont terriblement bonnes. J’essaie de bouger un peu mon cul pour le sentir de nouveau m’enculer, mais je prends une forte frappe sur la tête.

– Tu ne bouges pas salope, tes potes t’ont mis à disposition alors tu ne décides pas de ce qu’il se passe, t’as eu ton plaisir maintenant je prends le mien à 100 %. Allez les mecs, bouffez-moi bien les tétons que je jouisse.

Les minutes passent, je continue de couiner avec la tête qui tourne, j’entends le mec gémir de plus en plus fort, il encourage mes potes et subitement, je sens sa queue palpiter plus vite encore, elle gonfle, il gueule, ses poings se posent de nouveau sur le matelas et il m’encule avec violence pendant quelques secondes avant de sortir totalement. Il se lève, libérant mes jambes bien qu’elles soient encore solidement attachées, je respire fort, j’ai du mal à reprendre mon souffle, je pose la tête sur l’oreiller, je n’en peux plus. Le mec passe devant, me redresse la tête en me tirant par les cheveux, il m’ouvre la gueule, il y jette sa capote et me lâche. Je mastique sa capote en soupirant de plaisir tout en laissant retomber ma tête lourdement sur l’oreiller.

– Merci les gars, c’était génial, j’ai vraiment pris mon pied.

L’homme s’en va, je sens qu’on me détache, je redresse la tête et marmonne un « je croyais que c’était jusqu’à 20h » et je m’affale de nouveau sur l’oreiller.

– Il est 19h45 Yan, dit Alban.

J’hallucine, je n’ai pas vu le temps passer, pour moi, ça faisait à peine une heure qu’on avait commencé, j’ai beau être détaché, je ne bouge pas. Je n’ai pas giclé, mais je suis vidé et je mâchonne la capote avec le sperme du mec qui m’a fait monter aux rideaux. Je crois que je pourrai presque m’endormir dans les secondes qui viennent tellement je me sens dans le coton. Simon me secoue l’épaule vigoureusement.

– Tout va bien Yan ? Tu te sens bien ?

Je fais un petit signe de tête pour lui confirmer que tout va bien.

– Lève-toi alors, on va aller diner, faut que tu t’habilles. Par contre uniquement jean, chemise et chaussures.

Je bouge péniblement, on a l’impression que je suis un malade de la grippe qui se lève de son lit avec les pires difficultés. Simon me demande de nouveau si tout va bien sur un air un peu inquiet, je lui confirme que tout va bien, que je dois juste me remettre de cette baise qui a été très intense.

– Tant mieux alors parce que la soirée commence tout juste ma petite salope, on n’en a pas fini avec toi aujourd’hui… Déclare Simon.

Je le regarde, l’air surpris et fatigué.

– Vache et salaud Yan, t’as été baisé, mais pas humilié encore… Ajoute Simon en me posant un collier autour du cou.

Yan

ftasm@yahoo.fr

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur : Mariage pour tous - Pisse and Love - Déclaration de dépendance - Faites vos jeux - Triangle à géométrie variable… - Mon Maître - Le chalet

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

Septembre 2019

Repos

Le garçon derrière la machine a besoin de repos, de vacances...
Rendez-vous fin septembre ;)

Nouvelles (20)

Dépucelé par mon cousin Mecbi
Le pote de mon frère Jvicks
Plan au sauna Bonboul33
Du fantasme à la réalité Loic1972
Les oreilles d’Armand Romain
Gourmand Médi
Un domi humilé par son bâtard Franck de Nice
le prof et Karim -01 Gilou 44
Aurélie Yanno
7 mois d’abstinence James
Déjeuner torride Chopassif
Jack Yanno
Jeremy et Yohan Soroco63
Plans totalement anonymes Eric84
Premier plan hard Tardif
Après-midi au Suncity Hidalgowien
Dans l’intimité du Valo sauna Oakspirit
La Fratrie JulesP
Alexis Romain
Chroniques d’été -01 Caramel

La suite (7)

Première hard -02 Tours37
Mes dépucelages -03 XXL
Mes dépucelages -04 XXL
Mes dépucelages -05 XXL
Les potes de mon grand-frère 4-4 Marc 67
Un amour inaccessible -06 MiangeMidemon
Un Maitre marocain -02 Lope75
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider
(Simple et anonyme)
Ne donne pas accès aux pages "avant-première"