NEWS :
13 Juin

Grosse queue
"Plan à 3"
"handgag"

103 pages en accès
avant-première.
C’est quoi cet accès ?

Valable tout 2024.
Simple,
CB ou Paypal,
Discret

Shop Gay

Cyrillo20 ans
site gay gratuit

PUBLIER

HISTOIRE

Sextoy
Sexshop

Signaler ici si l'histoire ne respecte pas les mineurs, ado, enfants (-18ans) ou toute autre infraction. Merci !

Premier épisode | Épisode précédent

Le petit pêcheur

Chapitre-3

Après deux ans de vie commune, je lui ai demandé de s’en aller définitivement, sans se retourner. J’ai changé de boulot, changé d’appartement, et décidé de partir mi-aout, seul, pour une quinzaine de jours de vacances dans un camping à Saint Tropez. Après une première soirée agitée et juteuse, dans un lieu de rencontre au bord de l’eau, j’ai rencontré quatre jeunes garçons, et j’ai craqué sur Juan, magnifique petit jeune blondinet hétéro. Peut-être des projets ensemble. Nous verrons, mais ce soir Juan travaille, et j’attaque donc ma soirée avec ses 3 potes.

Karim est les deux frangins me proposent de les accompagner sur cette soirée.

Nous nous installons à la terrasse de la buvette du camping et dévorons nos 4 burgers, seul repas de cette journée agitée.

Karim, qui termine ses vacances le lendemain, fait le programme de sa dernière soirée.

Il compte bien déjà, se trouver une fille pour rentrer dans sa cité plein de ses souvenirs de vacances. Les deux frangins boutonneux, ont le même espoir, mais moins de chance d’y parvenir.

Ils décident de passer cette soirée du 15 aout sur Saint Tropez. Au programme, un petit tour des boutiques, une glace sur le port face aux bateaux géants, et le feu d’artifice à 23H00.

Je veux bien redécouvrir l’activité nocturne du village, mais l’idée est de m’éclipser avant la drague des filles.

Je verrais où le vent me porte, même si mon esprit ce soir, est bien occupé à analyser cette rencontre d’aujourd’hui avec le merveilleux Juan.

J’ai fini par les abandonner et je divague seul maintenant, le long du fameux port, à observer avec nonchalance les yachts gigantesques.

C'est là, qu'une main, vient tapoter mon épaule. Je me retourne et me retrouve nez à nez avec un bel homme proche de la quarantaine. Il est vêtu tout de blanc, avec une casquette de marin sous son bras. Son bronzage est parfait. Tout d’ailleurs chez ce beau brun latino est parfait.

Il me salue de son plus beau sourire, et s’excuse de m’importuner. Je lui dis qu’il n’y a pas de soucis. Qui pourrait se plaindre d’être aborder par un si grand charmeur.

« Vous passez la soirée tout seul séduisant jeune homme ? ». Je lui réponds que oui, que je viens d’arriver en vacances pour quelques jours, et que je découvre la ville.

« Je peux vous proposer de venir sur notre bateau ? Je m’appelle James, et je suis le capitaine du yacht que vous voyez la bas, mes patrons donnent une petite fête, avec un feu d’artifice en mer. Vous êtes le bienvenu si l’idée vous séduit ».

Je suis surpris et me dis qu’après tout je suis venu dans l’idée de faire la fête, et le capitaine est tellement craquant.

Je lui emboite le pas. Il me pose beaucoup de questions sur moi, et moi peux sur lui, car je bade le personnage et je bois ses paroles. Il m’explique que le bateau est celui de deux industriels qui donnent régulièrement des petites fêtes à bord.

Il me décrit le yacht, sa piste réservée à l’hélico, la piscine insérée dans le pont, et le grand espace de réception. 8 chambres doubles avec salles de bain, le yacht a tout pour lui.

Nous sommes accueillis par deux jeunes stewards en tenue de marin, qui me souhaitent la bienvenue.

Le capitaine m’abandonne à eux un instant, m’indiquant qu’il doit faire un rapide point technique avec ses patrons.

Il revient tout sourire moins de 10 minutes plus tard et m’invite à le suivre. Nous grimpons quelques marches en acajou éclatant et débouchons sur le pont où se déroule la réception.

Tous les regards se tournent vers moi et affichent un grand sourire. Le capitaine me présente deux soixantenaires bedonnants, qui sont les propriétaires du « paquebot » où nous allons faire la fête. Les deux me tapent la bise avec un regard assez lubrique.

Je salue tous les invités un à un. Ils sont huit, dont l’âge oscille approximativement avec celui de nos hôtes. Une soirée entre hommes, pas une seule femme sur le bateau. Un seul petit jeune, droit dans un coin, qui ne doit guère avoir plus de 20 ans et qui semble très heureux de mon arrivée surprise.

Les conversations reprennent entre eux, et le jeune homme vient se présenter à moi.

« Bonsoir, je suis Radù », me dit-il avec un accent prononcé. Radù est Roumain. Il est arrivé dans la région quand il avait 10 ans. Comme moi, il a été abordé et séduit ce soir par James le capitaine du bateau.

Il est un peu surpris de l’âge des invités, mais me dit que ce n’est pas tous les jours qu’on peut profiter d’une soirée sur un yacht. Le contact avec ce beau jeune homme brun à la peau mate est sympa.

Il rit facilement et semble vouloir échapper aux autres en me suivant pas à pas.

Un serveur, ou plutôt un superbe éphèbe Asiatique, lui aussi en costume de matelot, vient régulièrement remplir nos coupes d’un Cristal Roederer glacé. Les petits fours sont à profusion, la musique est agréable. Radù, après plusieurs verres, est maintenant volubile et amuse Lucien et Rolland nos deux hôtes, qui se sont assis autour de notre table.

Radù me regarde assez interloqué, quand la main de Rolland, petit homme dégarni, avec des lunettes dorées, vient se poser sur la sienne.

J’imagine que comme moi, le jeune Roumain, n’avait pas envisagé le prix à payer pour cet instant de croisière. Je vois Radù, retiré sèchement sa main. Une grimace de mécontentement peut se lire sur le visage du riche monsieur. Je vois Lucien lui faire un signe d’apaisement et de patience

L’ambiance reste agréable, d’autant que le capitaine nous annonce lever l’ancre. Notre bateau sort lentement du port. Au loin sur la mer noire pétrole de la nuit, se reflètent les lumières des villages environnants. La féérie de cette promenade nocturne est à son comble quand le jeune Asiatique déclenche le feu d’artifice.

Le champagne continue à couler à flots, pendant que les pétales de lumières, se réfléchissent dans l’eau sombre en éclatant au-dessus de nos têtes.

Juan, s’est installé à côté de moi pour assister au spectacle. Notre quiétude est soudain perturbée par le retour de nos hôtes, juste derrière nous.

C’est la main de Lucien qui se pose sur mes fesses qui me fait sursauter. Je suis bloqué là, en pleine mer et ne sais comment réagir à cette intrusion. Juan est lui aussi mis à mal par le copain Rolland qui semble avoir choisi sa proie.

Mais Juan se défend assez violemment. Je le comprends, d’autant qu’il m’a confié avoir laissé sa copine fatiguée à l’appartement de vacances. Les petits papis ne s’attendaient certainement pas à de la résistance, même si la mienne est moins farouche. Le jeune hétéro, se met à fustiger son agresseur, qui ne peut que se reculer.

Pour toute contenance, Rolland se met à rire et à feindre que son geste était une plaisanterie. Pour clore le malaise, il demande à leur esclave Asiatique de nous amener une nouvelle bouteille.

C’est Rolland qui déjà bien éméché, décide de nous faire le service. Avec grande classe, il nous tend une coupe chacun. Nous trinquons à notre nouvelle amitié et à cette vilaine plaisanterie.

L’électro tape à fond sur la coursive, les coupes s’enchainent et les invités s’amusent entre eux, avec semble-t-il quelques dérapages ou j’aperçois, quelques vieux sexes sortis et quelques vieux à genoux tout court.

Mais Lucien et Rolland, loin d’être découragés, poursuivent leur drague sur nous deux. Je me sens très relaxé, même un peu trop, toute ma retenue est tombée. Je vois un grand sourire sur le visage juvénile de Radù, je me lève, et le tire par une main pour l’entrainer à danser sur le floor du pont tout en acajou.

Les deux papis, nous encouragent et viennent une fois de plus, se coller à nous.

Rolland se relance sur Radù, qui étrangement ne dit plus rien et commence même à rouler des fesses contre les mains du vieux pervers. Radù ne semble plus rien Contrôler. Il est totalement désinhiber et viens soudain s’emparer de mes lèvres, me roulant une gamelle d’anthologie.

Je pense que mon état est similaire au sien, un manège de folie s’est installé dans ma tête et un rire permanent m’assaille à chaque mouvement. Je parviens même à m’esclaffer en voyant les pupilles de Radù totalement dilatées.

Lucien, s’est glissé dans mon dos et je le sens me retirer mon teeshirt transpiré, pendant que Rolland fait de même avec notre Roumain.

Comme dans le ballet des sirènes, leurs mains s’agitent maintenant sur nos torses et caresses nos tétons.

Tout est hors contrôle, les autres invités se dénudent tous chacun leur tour, et s’astiquent le chichi entre eux.

Nos hôtes m’encouragent à danser en corps à corps contre Radù, qui semble métamorphoser en Travolta de la piste. Il est chaud, il s’enroule à moi, ses mains se collent à mon corps. Tout en dansant, il reprend un torride baiser avec ma bouche, puis entame une scène de striptease intense.

Il dégrafe son bermuda tout en se trémoussant et le laisse tomber au sol. C’est Rolland qui vient glisser ses mains dans le caleçon du jeune et qui fait glisser son index tout le long de sa raie.

Mais Radù l’ignore, il laisse tomber aussi le caleçon, découvrant un sexe bien raide et humide.

Pendant que nos deux hôtes s’embrassent, ils entament eux aussi un déshabillage complet.

Radù, nu, se jette sur moi et me met à mon tour dans une nudité totale en quelques secondes. Il m’enlace de ses bras et de sa bouche. Le Roumain est bien détendu, son sexe se bat contre le mien qui mouille en abondance aussi.

Les deux pervers, se tiennent en retrait et s’excitent en nous contemplant. Ils ont tous les deux un sexe qui me parait énorme. Un 23 et un 24, tous deux biens larges à faire peur.

Mais mon insouciance dans les bras de ce beau Latino prend le dessus. Radù, me pousse sur la grande banquette et se jette sur moi, se roulant contre mon corps. Il est speed à bloc et semble avoir perdu tout contrôle.

Sans préliminaires, il relève mes cuisses et vient présenter son bel engin contre mon petit trou qui perle.

Je n’ai qu’une envie, qu’il m’enfile de son sexe et me laboure la prostate. Nous sommes proches de l’hystérie. Les mains des invités viennent profiter de nos corps et un cercle se forme autour de ce lit improvisé. Pas de pudeur, nous ne voyons plus personne et sommes justes guidés par la part de notre instinct animal.

Radù visite intensément ma bouche de toute sa langue. Ses caresses envahissent tout mon corps, mais Il finit par revenir à son premier objectif et frotte son gros gland sur mon anus. Dans un mouvement direct, il s’enfile et passe mes sphincters. La douleur semble apaiser par mon état second.

Rolland s’est collé à lui, et caresses ses fesses. Je le vois lui titiller sa rondelle du bout d’un doigt humidifié.

Radù, enchaine ses mouvements dans mon anus, il vient de toucher le fond et commence un pilonnage ample et profond. Il se déchaine sans fatigue et semble doté d’une force de conquérant.

Lucien lui aussi entre en scène, il vient attraper ma tête, et me force à la faire basculer au bout du matelas. Je comprends son objectif, et sans réaction, j’ouvre ma bouche. Il introduit comme il peut son énorme engin, et tente de le faire coulisser pour atteindre le fond de ma gorge.

Je m’étouffe, je subi, mais j’encaisse son gros gland gluant qui écrase mes amygdales.

Radù poursuit son pilonnage intense et semble y prendre un puissant plaisir, même si ses petits cris réguliers sont le fruit de plusieurs doigts de Rolland qui visitent son petit cul.

Je sens le sexe de Radù devenir encore plus raide sous ce massage prostatique. Lucien s’est retiré de ma bouche et me biffle allégrement. Mais l’extase suprême vient quand il pose à nouveau son sexe sur ma bouche et lâche quelques jets chauds d’une vieille urine.

La limite de résistance de Radù semble atteinte. Entre les doigts de Rolland et son sexe serré dans mon boyau, il n’en peut plus et dans de grands « whouah, whouah » je le sens se vider en moi. Mon hétéro de la soirée me remplit de jets puissants et d’un foutre bouillant. Il halète, m’embrasse, me mord dans un orgasme interminable, mais que j’apprécie à sa juste valeur.

Lucien a enfilé sa tête entre mes fesses. Il lèche et astique de sa langue mon petit anus bien ouvert et il avale goulument le sperme bien blanc et crémeux de mon bel amant Roumain.

Je suis toujours dans l’impossibilité de réagir. Je laisse faire et contemple le déroulé de cette soirée particulière.

Nos hôtes, qui semblent avoir besoin de se reprendre après le spectacle de ma baise avec Radù, nous propose une petite pause, et Rolland revient avec deux nouvelles coupes de ce champagne magique.

Nous sommes nus Radù et moi, côte à côte, nos corps se frottent et nous rions bizarrement toujours aux éclats. Nous avons perdu le sens des choses, sauf celui du plaisir.

Cette nouvelle coupe de champagne, semble m’abrutir encore plus. Je regarde Radù, il est comme automatisé, et ne ressens aucune gêne d’être maté et utilisé par cette bande de ventripotents, lui l’hétéro.

Sans contrainte aucune, Lucien nous demande de nous allonger sur le ventre. Radù et moi nous mettons à rire et nous exécutons. Puis, il nous fait nous allonger l’un en face de l’autre, nos jambes sont alors en équilibre sur la banquette et nos fessiers sont ainsi mis en évidence.

C’est là que Rolland, nous menotte ensemble. Chacune de mes mains et relayée à celle de mon collègue en face. Je commence à sentir le danger et m’agite en demandant de nous libérer.

Les rires fusent dans l’assemblée, et de nombreuses mains viennent peloter nos fesses mises à disposition.

Des mains qui s’écartent quand respectivement Lucien s’approche de moi avec son énorme pieux en main, et que Rolland en fait de même avec Radù.

Flairant le danger, dans cette semi inconscience que je commence à attribuer au champagne et à des substances rajoutées, Radù commence à se débattre, créant un véritable désordre avec nos mains solidaires.

Plus rien n’effraie les deux grassouillets, qui commencent à titiller nos anus du bout de leur gros glands difformes. Je sens une terrible pression sur le mien. Le morceau est gigantesque, il me presse le bas du dos, il écarte mes chairs et mes sphincters à outrance et dégage tout sur son passage.

Heureusement que le jus de Radù a bien lubrifié l’endroit. Je pense à lui qui est à sec et je ne vois pas de lubrifiant aux alentours.

Radù, tire fort maintenant sur mes mains. Je lui prends les siennes pour l’accompagner. Ses hurlements s’échappent sur la mer. Je le vois pleurer à chaudes larmes quand Rolland pousse et s’introduit finalement en lui. Il a du mal à reprendre sa respiration, et plus encore quand Rolland fini d’enfoncer la totalité de son morceau.

Lucien qui s’était arrêté pour admirer son homme violer un jeune puceau, fini par faire de même et me transperce violemment de son gros pénis large.

La descente est rapide mais provoque une profonde douleur. Qu’importe pour Lucien il est à l’œuvre, et son objectif est de m’utiliser comme il le veut.

Il me ramone sans pitié. Il cherche à chaque fois à s’enfoncer plus profondément et écrase ma prostate à chaque passage. Je sens son membre taper dans mon estomac. Aucun plaisir, tout est douleur et incompréhension.

Radù est effondré, il ne dit plus rien, seuls ses yeux donnent des signes de vie. Je le vois rebondir à chaque coup de pine de l’obèse.

Les deux sadiques, semblent se concerter pour atteindre leur jouissance. Les mouvements s’accélèrent et mon anus est en feu. Les voilà qui de concert, nous lèchent tous les deux le dos et nous tritures violemment les tétons. Des coups, des fessées, s’abattent sur nos lobes charnus, ils sont relayés par une salve de pénétration plus rapide, qui nous terrasse.

Le dégout me gagne, pendant que je sens le gland de mon vieux, devenir plus dur et plus accrochant sur ma pauvre prostate. Soudain et dans un hurlement de plaisir certain, il se vide en moi. Il lâche tout ce que pouvait contenir sa grosse paire de couille. Je le sens écraser son jus et celui de Radù.

Mon cul n’est plus qu’un sac à foutre ou il se complet à poursuivre encore quelques mouvements. Le viagra tient bien l’érection.

Un deuxième éclat de voix, c’est celui de Rolland qui jouit à son tour d’un orgasme phénoménal dans le ventre du pauvre Radù. Il doit le remplir abondamment, tant sa jouissance est longue et bruyante. Radù est blême, il respire à petit souffle et me serre les mains très fort.

Les deux compères sont fiers d’eux et se caressent encore le sexe devant leurs potes toujours bien excités. Rolland veut encore à tout prix nous abreuver de son champagne. Il tient la tête à Radù qui lape dans la coupe et Lucien lui aussi, m’aide à boire.

Mon cerveau est trop embrouillé, et ce n’est qu’après que je me souviens que ce breuvage est diabolique. Toujours attachés, le sourire nous revient, certainement grâce au fameux Cristal, et nous voilà reparti dans le délire ambiant.

Je suis épuisé, et l’angoisse réapparait quand Lucien propose à ses invités de venir gâter ses deux protégés.

Ils viennent tous à tour de rôle, nous effleurer de leurs sexes baveux. Ils nous tripotent, nous ouvrent le cul de leurs doigts boudinés, fouillent à la recherche du jus de leurs potes. Un bedonnant, plus gaillard que les autres commence à m’asperger de son urine chaude. Il me vise un peu partout et termine son arrosage sur Radù qui ne comprend plus rien.

Ils sont finalement 5 à déverser leurs vessies sur nos corps, pendant que les trois autres entament une masturbation en visant nos anatomies déjà souillées.

Les doigts s’enchainent dans nos anus et viennent chercher notre prostate. Certains essayent même de passer une main complète, vites stoppés par nos hôtes qui ne veulent pas abimer la marchandise.

Deux papis, comme pour Radù, parviennent tout de même à nous enfiler et rajouter leur jus à celui des précédents.

Ceux qui n’ont pas joui, viennent finir de se masturber au-dessus de nos visages et nous inondent de leur jus, qu’ils rabattent vers ma bouche et me forcent à avaler.

Je suis épuisé, soudain les images se brouillent et ma pensée s’échappe de mon corps trop sollicité.

Je sens la fraicheur mordre mon corps nu, tout n’est maintenant qu’un immense fouillis dans ma tête.

Fabiodimelano

fabiodimelano@gmail.com

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur :

TEXTE IMPLIQUANT DES MINEURS,
UN ENFANT OU ADO (-18ANS)
IL FAUT ME LE SIGNALER :
CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Signaler aussi tout texte incitant à la haine, au racisme, à la violence et à la cruauté. Sous peine de fermer ce site !

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

💦 2 Juin | 117 pages

Les nouvelles | 8 Pages

Balèze Gill
Mon cousin, mon mec Ascavtrln
Petit bourgeois Coolsexe
Pissotières de l'autoroute Fabrice
Poupée Gonflable Fabrice
Viens recevoir ta punition Fabrice
Canon mais timide Meetmemz
Guet-apens Meetmemz

Les séries : 102 pages

La horde sauvage | 8 | +2 Fabrice
Saison 1 | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8
Les contes fantastiques | 2 | +2 Archangeru77
1 | 2
Bilal | 3 | +1 Meetmemz
1 | 2 | 3
Le quaterback | 2 | +1 Meetmemz
1 | 2
Entre frères rebeus | 8 | +1 Meetmemz
1 | 2 | 3 | 4 | 5
6 | 78
Les jumeaux et leur père | 16 | +1 Meetmemz
1 | 2 | 34 | 5
6 | 7 | 8910
11 | 12 | 1314 | 15
16
L’ensemenceur | 2 | +1 Meetmemz
1 | 2

ET CE N'EST PAS TOUT !
Il y a 103 pages en + ici

RETOUR AUX HISTOIRES

21 ans d'histoire :
2023 | 2022 | 2021 | 2020 | 2019 | 2018 | 2017 | 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011 | 2010 | 2009 | 2008 | 2007 | 2006 | 2005 | 2004 | 2003 | 2002 | 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
N’oublie pas les dangers d'une relation sexuelle sans protection,
que tu sois sous Prep ou pas.
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES !

Sextoy
Sexshop

Chercher sur le site

ATTENTION

HISTOIRE AVEC DES MINEURS, ADO, ENFANT(-18ANS)
IL FAUT ME LE SIGNALER :
CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Signaler aussi tout texte incitant à la haine, au racisme, à la violence, à l'absence de consentement ... à la cruauté. Sous peine de devoir fermer ce site !

Plan du site


Merci !

J'aime ce site et je souhaite faire un don,
du montant que je veux, juste pour aider


Simple, en CB ou Paypal, Discret.


Mai 2024 : 3 858 045 pages lues.

Ce site utilise des cookies uniquement pour faciliter la navigation. Aucune données personnelles ne sont collectées ni conservées pour du partage, ou a des fins marketing. ©2000 Cyrillo.biz. Hébergeur : Planethoster Canada

À jour : mardi 7 mai 2024 à 15:58 .

Retourner en haut