PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Premier épisode - Épisode précedent

Première année de Fac – 4

Captés

Trois semaines !

Trois semaines que mon 'tit boy me sert gentiment tout au long de la journée.

C'est cool !!!

Presque pas de rébellion.

Il y a bien eu une tentative la semaine passée : le mardi, pour notre petite heure particulière, il est arrivé avec le visage tendu.
« - Tu sais ce que je veux… » Dis-je, pensant bien sûr au strip-tease.

Il a relevé la tête, pris un air décidé et m'a regardé dans les yeux.
« - Ca suffit. C'est fini ces conneries. Maintenant tu me fous la paix ! C'est clair ? » Il s'était presque étranglé en disant cela et sa voix était déformée par l'angoisse.

Un peu surpris, je pris trois secondes pour évaluer la situation et, avec un petit sourire suffisant, je lui ai répondu :
« - Dommage… Ton père va vraiment apprécier tes talents de suceur… 
- Tu vas effacer tout et maintenant ! » Cracha-t-il en sortant la main de sa poche en direction de mon visage.

Instinctivement j'ai paré très violement  du bras gauche et j'ai vu quelque chose voler à l'autre bout de la salle. Il tenta alors de m'assener une gifle de toutes ses forces : j'attrapai son bras au vol, le lui retournai dans le dos en le bloquant avec une clé douloureuse.

J'agrippai, de mon autre main sa nuque, l'obligeant à se pencher en avant et je l'emmenai à toute vitesse dans une cabine de chiotte. Je lui mis la tête dans la cuvette et tirai la chasse.

« - Tu vas te calmer maintenant ! » Rugis-je
« - Arrête !!! » Brailla-t-il en s'étranglant à moitié.
« - Tu vas arrêter tout de suite ! Tu es à moi et je ne te lâcherai JAMAIS ! »

Il tenta encore vainement de se libérer en agitant les bras en tous sens, mais la tête bloquée contre la porcelaine il n'arriva à rien : j'étais bien trop fort pour lui.

Je tirai une deuxième fois la chasse.

« - Salaud ! Connard ! Ordure ! Je vais porter plainte ! Tu finiras en taule ! » Avec l'énergie du désespoir il parvint à se redresser un peu mais un coup de genoux dans la cuisse et mes deux mains sur sa tête le remirent à sa place : la gueule dans les chiottes et je tirai une troisième fois la chasse !

Je me penchai sur lui et lui susurrai à l'oreille :
« - C'est pas comme ça que ça marche : si tu tentes quoi que ce soit contre moi, soit bien assuré que j'aurai TOUJOURS le temps de balancer tes photos à toute ta famille et à tout tes amis. S'il m'arrive des bricoles tu seras obligé de quitter la fac, la ville et la plupart de tes amis. Compris ? »

Il haleta, reprenant son souffle et probablement dégrisé de son envie de liberté. Je le vis chercher mon regard. J'approchai ma main de la chasse d'eau.

« - J'ai compris !!! J'ai compris !!! » Cria-t-il en panique.

Ce jour-là, il resta la tête dans les chiottes et je me vidai trois fois en lui, le laissant en pleurs, le cul à l'air souillé de sperme.

En sortant je récupérai l'objet qu'il avait sorti de sa poche : un petit spray au poivre que j'empochai.

A présent, c'est oublié. J'ai mes petits rituels bien rôdés : matin, branle dans son slip : lui et moi. Je le laisse me pomper et au lieu de juter dans sa bouche, je glisse ma queue dans son slip/boxer/shorty, contre la sienne et laisse couler le flot de sperme. Il se branle ensuite avec la queue bien lubrifiée de ma semence.

Il part ensuite en court et à chaque fois que je le croise, je vérifie qu'il marine bien dans nos jus. Il change de sous-vêtements tous les jours. Depuis quelques temps, il n'a plus que des boxers DIM. Je le soupçonne d'en avoir acheté des paquets pour éviter que sa môman ne tombe sur ses calbuts enspermés. Pas grave : je kiffe l'imaginer en train de changer de slip dans une cabine avant de rentrer chez lui et craindre que je ne lui tombe dessus.

Le reste de la journée, c'est suivant le temps que j'ai : pipe et/ou sodo (avec nettoyage maintenant !).

Mais ce que je préfère vraiment, c'est « mon heure de sperme »…

Ce matin, je suis chaud comme une baraque à frites. Je me suis réveillé très tôt – je ne sais pas pourquoi – et j'ai maté des porno pendant deux heures sur ma tablette. Je me suis caressé sans me faire juter : j'ai les couilles comme une bouteille de coca qui serait tombée du 10ème étage dans les escaliers : prêtes à exploser.

C'est la troisième fois que je m'offre cette petite heure de plaisir : on a exploré la plupart des coins de la pièce. Je sais pas trop ce que je vais trouver ce matin.

Pas grave : l'inspiration, ça ne s'explique pas.

Il arrive, toujours à l'heure comme il se doit. Il ne pleure plus désormais, il est même assez détendu : ça change de la semaine dernière. Je suis sûr qu'il y prend du plaisir même s'il ne l'avouera jamais !

Ce matin, il a un gilet noir et une jolie chemise bleue, jean Energie brut avec de petits trous par-ci par-là, des chaussures de ville en cuir noir… Et surtout sa jolie petite gueule. C'est la première fois qu'un mec me fait tripper aussi longtemps : d'habitude après trois quatre baises max, c'est bon : je me fais chier et je change. Là, j'ai vraiment envie que ça dure : ça tombe bien, j'ai tous les arguments nécessaires dans mon tel.

Pour ma part, j'ai un 501 noir, une chemise noire légèrement satinée, mon blouson de cuir noir (je l'adore car il me fait une taille ultra fine trop sexy) et des Vans noirs (U Authentic). Pas de casquette aujourd'hui, mais je me suis fait une petite mèche rebelle très classe.

Comme je ne désespère pas de le baiser à fond, je me suis bien rasé le torse et les aisselles. Le reste, c'est bien taillé, histoire d'être propre mais pas faire tapette (les rondelles épilées, ça fait trop femelle).

Je suis contre mon radiateur habituel, c'est vraiment la bonne place.

Il pose son sac dans un coin et se place devant moi pour commencer à se déshabiller lentement et de manière tout à fait aguichante. C'est trop cool, je n'ai plus besoin de lui dire quoi faire. C'est presque frustrant.

Ca doit être une stratégie pour que je me lasse de lui et le laisse tranquille. Il m'adresse même des sourires !

Ca mon grand, tu ne vas pas sourire longtemps : quand ton cul va se prendre ce que j'ai dans les couilles, tu vas cracher du sperme pendant une semaine !

A poil, il vient à genoux coller son visage sur mon jean et caresser ma bite : putain comme j'aime ça.

Je le laisse faire.

Il déballe ma queue et l'enfourne. Il me suce bruyamment et rapidement comme toujours. Je le bloque à quatre ou cinq reprises pour enfoncer mon gland au plus profond de sa gorge. Je le laisse là, au chaud, durant cinq, dix, vingt secondes selon le temps qu'il met à avoir son haut le cœur. Je me retire juste au bon moment : ça au moins, il ne peut pas encore le contrôler.

Comme j'ai les burnes comme des grenades dégoupillées, je ne le laisse pas s'éterniser à me sucer. Je l'emmène contre un lavabo. Je lui tends le gel : il m'enduit le sexe et se prépare la rondelle.

Il se retourne, empoigne les rebords du lavabo, écarte les jambes et se penche. (C'est mieux que de l'entendre pleurer non ?)

Je frappe ses fesses de mon gland et le fais rentrer dans son cul : doucement. J'adore toujours le contact de sa chatte sur ma bite.

Lorsque je suis dedans, je sens déjà que je suis sur le point d'éjaculer.

Je prends de grandes respirations et pense à ma prof d'auto-école pour me calmer. (ça marche toujours).

Une fois la zone critique quittée, je commence à le limer…

J'ai envie de juter ! Voyant que ça ne peut plus attendre, j'accélère le rythme en lui écartant bien les fesses pour bien mater ma queue aller et venir en lui.

Ca prends quelques instants, trois-quatre minutes au plus. Je sens la plus violente montée de plaisir de ma vie ! Et je sens des litres de sperme sortir de ma bite !

Ca me fait mal tellement la pression est forte !!! J'ai l'impression de sentir des mini billes d'acier me passer dans la queue.

Je lâche un cri de plaisir comme jamais.

Il est surpris et se retourne.

« -Bouge pas ! J'ai pas fini ! » Il replonge alors la tête dans le lavabo.

Je sors ma bite pour voir « les dégâts ». Son cul relâche une bonne quantité de sperme. Ca… je kiffe !

Je replonge immédiatement en lui : je n'ai pas débandé et j'ai bien l'intention de le doser au moins une deuxième fois. Durant dix minutes je lui laboure le cul… Son anus est tellement ouvert que je sens à peine les bords.

Soudain j'entends quelqu'un dans le couloir des chiottes.

Je suis à fond dans mon boy, je lui saisis les hanches et m'immobilise.

Un mec entre avec une nana.
« - Tu vas voir c'est pénard ici ! » Dit une voix masculine.
« - T'es sûr ? J'ai pas envie qu'on nous voit » Répond une voix féminine.
« - Ca m'excite… J'ai trop envie. Pas de limites hein ?
- C'est clair. »

Ils pénètrent alors tous les deux dans les toilettes et nous découvrent.

Elle est vêtue de manière assez vulgaire, robe en jean, chemisier violet, faux sac à main Vuitton, longs cheveux noirs, beaucoup (trop) de maquillage.

Lui est canon. Certes son visage est n'est pas extraordinaire, mais il est bâti comme un Dieu. Epaules très larges, taille fine, un pull à grand col à même la peau, jean brut bien près du corps. Sa petite taille est elle-même un atout.

« - Ah ! Désolé les mecs, j'pensais pas qu'y'aurait du monde. » Dit-il, souriant, d'un air dégagé et sans montrer de surprise.

« - Pas grave, c'est les risques du métier… » Dis-je en affichant un grand sourire de façade alors que mon boy tourne la tête pour qu'on ne voit pas son visage.

« - Ca vous dérange si on s'amuse dans une cabine ? » Ajoute-t-il.

Lui, il me plaît, pas froid aux yeux. L'idée de l'entendre niquer sa copine me fait triper.

« - Pas de problèmes. Vous n'êtes pas obligés de vous isoler… » Et là, petit clin d'œil au mec.
« - Nan ! Mais nan ! On va pas rester avec ces deux pédés. » Couine la fille d'une voix de pute de télé réalité.
« - Hey ma puce, ça te branche pas ?  C'est chaud bouillant ça ! 
- Nan ! J'veux pas ! Viens, on trouve un autre coin.
- Bah je sais pas trop où aller… Et moi j'ai bien envie.
- Pfffff ! Si c'est comme ça, j'me casse. »

Et elle tourne les talons et part avec un air furibard.

« - Elle a un gros cul… » Pensai-je.

« - Ouais, mais elle suce ! » Répond le gars.

Je me tourne vers lui, rouge de confusion (ca m'arrive pas souvent) : je n'ai pas pensé, j'ai parlé à haute voix.

« - Désolé, je crois qu'on t'a cassé ton coup. » Dis-je avec une fausse indifférence.
« - Ouais… Mais bon, des comme elles, t'en ramasses plein des boites. 
- Ca, j'sais pas dire… Si tu veux rester, te gêne pas hein. »

Il nous observe des pieds à la tête. J'imagine comment il nous voit : un mec à poil penché sur un lavabo avec un autre, jean sur les cuisses en train de l'enculer.

Je suis assez confiant sur la suite : j'ai tout de suite vu qu'il avait une belle trique et qu'elle ne s'était pas dissipée malgré la situation.

Joignant les actes aux paroles, je commence à limer tout doucement le cul de mon petit gars sans lâcher l'autre des yeux. Je vois que le spectacle lui plait.

« - C'est ton copain ? » Me demande-t-il ?
« - Ouais, c'est tout comme. Mets-toi à l'aise. »

Clin d'œil.

Je le vois qui porte sa main à son sexe. Ca le démange, c'est clair.
Inconsciemment, j'ai accéléré le rythme de mes coups de reins.
Il commence à se caresser en nous matant. Bingo !

« - Vient voir… » Lui dis-je. Il se rapproche lentement.

Je relève mon boy et l'oriente vers lui : je suis toujours dans son cul et je le fais se pencher. Le gars ne comprend pas ce que je fais mais mon petit chéri, lui, a déjà deviné.

« - Il va te sucer : c'est bien le moins qu'on puisse faire pour t'avoir cassé ton coup. »

Tout en donnant un coup de rein plus fort, je lui ordonne de s'exécuter.
« - Faut pas que ça le dérange. » Me dit le bel intrus.
« - Mais non, il adore ça. Hein que tu aimes ça ? »

Il ne répond pas, mais commence à ouvrir le jean du l'hétéro. Il porte bien son pull sur la peau, rien dessous. Il porte aussi un boxer noir avec une ceinture ornée de broderies dorées, sans marque connue : genre lingerie pour homme bas de gamme.

Il s'était vraiment préparé pour la niquer.

Sa queue est splendide, bien proportionnée autour des 17cm. Elle disparait dans la bouche de mon boy, je suis presque jaloux.

De la queue d'hétéro, c'est mon kiff. Ils sont toujours plus excités et le risque de les voir s'accrocher est moins grand.

Le bassin du bel intrus ondule d'avant en arrière dans la bouche accueillante. J'imagine ses sensations… Je le regarde dans les yeux et on se sourit.

Il kiffe aussi.

Il regarde aussi mon bassin entrer et sortir des fesses de notre objet de plaisir.
Je vois qu'il commence à faire gaffe… Il ne doit pas être loin de jouir.

« - Tu veux qu'on échange ?
- Tu veux bien ? Trop cool ! Merci !!! J'ai jamais essayé ! »

Il sort aussitôt sa bite et vient se mettre à mes côtés.
« - Attends, il faut lubrifier sinon c'est moins agréable. »

Et je m'occupe personnellement lui déposer du gel sur le gland et la verge. Je garde mon visage près du sien. J'ai grave envie de l'embrasser. Il le voit.

Surprise.

Il entrouvre la bouche pendant que je lui caresse la queue. Du coin de l'œil, je vois mon boy qui regarde autour de lui, guettant une occasion de s'enfuir. Mais à poil… pas de risques.

Sa queue est chaude et ferme dans ma main. A regret, je la lâche et quitte ses lèvres.

Sans autre forme de procès il pénètre dans la chatte de mon petit boy qui pousse un petit cri de surprise.

« - Oups pardon. » Dit l'hétéro.

Je reste quelques secondes, le temps de lui donner le rythme avec mes mains sur ses fesses d'hétéro.
Je contourne mon toy-boy et enfourne ma queue dans sa bouche. Je la lui enfonce bien à fond.

Haut-le-cœur, bruits, je ressors.

Le mec me mate, il a un petit sourire en coin. Ses hanches fines s'activent dans le cul blanc. Le jean entrouvert laissant apparaitre un ventre clair, ferme, dessiné et la toison pubienne dont émerge le sexe habitué aux véritables chattes…

Putain quel pied !!!

« - Te gêne pas si sa vient hein. » Lui dis-je.
« - No problemo… Ca va plus être long.
- Attends-moi alors… »

Et je me mets à limer la bouche au même rythme que le cul est honoré. Je sens mon plaisir monter. Je guette dans les yeux du mec le moment où nous pourrons tout lâcher.

Je le vois qui sert les dents et le rouge lui monte aux joues. Ca suffit à me faire venir !

Je crache une dizaine de giclées de sperme dans la bouche obéissante et je vois mon hétéro s'enfoncer et grogner plusieurs fois.

« -Ouah putain c'est bon. » Dit-il très fort.

Il se retire et je vois sa queue rouge qui commence déjà à ramollir, un mince filet de sperme coulant du gland. Il remballe et referme son jean.

« - Merci les mecs. C'est ma première fois avec un gars. C'était vraiment top ! 
- Tu veux mon 06 et y'en aura d'autres… »

Il me regarde avec un sourire amusé. Ce me vexerait presque. Mais finalement on échange nos nums que je rentre aussitôt dans mon tel.

« - On se reverra… » Lui dis-je tout bas.
« - Ca m'va. » Dit-il en partant.

Je ne peux m'empêcher de mater son cul lorsqu'il quitte la pièce : bien moulé et très étroit, je suis sûr qu'on doit s'y sentir bien… Reste à le convaincre de se prendre une bite dans le cul : les hétéros ont toujours un peu de mal… au début.

Je me retourne vers mon petit compagnon :
« - Bravo t'as bien assuré mec. » Il ne dit rien, mais j'éclate de rire en constatant qu'il bande.

« - J't'avais dit que tu kifferais avec le temps. » Toujours sans un mot, il se contente de cacher sa queue de sa main. Il rougit légèrement.

L'occasion est trop belle. Je prends son boxer et me glisse derrière lui, mon sexe glissant entre ses fesses. Je referme mon poing sur sa bite en l'enveloppant du tissu noir. Je commence à le branler.

Il se laisse faire. J'aime ça… D'habitude il se branle seul mais là j'ai vraiment envie de mener l'opération.

« - Vas-y… Je veux que tu jutes… T'en as envie, te retiens pas. » Lui dis-je doucement à l'oreille en me frottant derrière lui.

Je le branle pendant quelques minutes, lorsqu'il se met à gémir et que son sexe se raidi, je mets son boxer sur son gland et tout son sperme se répand dans le tissu noir.

Il transpire, je porte le boxer à mes lèvres. Je suis dans son dos, il ne me voit pas. Je goute son sperme. Il a une saveur délicieuse : celui de la soumission.

Je le laisse tomber.

Je bande à nouveau. « Suce-moi. » Il s'exécute. Je ferme les yeux et imagine le petit hétéro à mes genoux en train de me pomper goulûment.

Je mets un peu plus de temps à venir. Lorsque son visage, lèvres souillées de sperme, me regarde, je m'aperçois que je commence à me lasser de ces plans culs crades avec lui.

Il va me falloir autre chose… De plus clean.

[ Merci pour vos messages positifs et négatifs ! Continuez ! Si la suite vous intéresse, écrivez-moi. Les commentaires et suggestions sont les bienvenus ! Je ne répondrai pas aux messages publics : si vous avez des questions, des remarques, des colères : envoyez moi un mail. ]

Yopi

yop_ex@outlook.fr

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur : Sen et Kaze - Rapt - Un hasard - Tennis ? Plus Jamais ! - Tournoi en chambre - Pipe en jean… - Ma deuxième année de Fac - Au boulot - Le pinceau du peintre - Soirée étape - Ma première histoire - Et in inferno ego - Le dépôt - Mon petit beur - Première année de Fac

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

19/03 : 17 Nouvelles

Andrew Aeshenn
La fibre paternelle gaydu71
Parfaite femelle Femelle
Retour de soirée Vap
Le serveur de la plage Eric
Le sandwich taiwanais Jako
Cours particuliers Julespg
Les toilettes du train Marc
Combien sont-ils ? Houne66
Pas vu venir celle-là ! James
Seul… Jako
Première avec un homme mûr Curiosite40
Dernier sauna à Paris Chopassif
Lieu de drague Puteadispo
Le mec de ma coloc Bryan
Siaka, le bel Ivoirien Gregmrs
L’internat Matte070

La suite... 7 épisodes

Le moniteur moto -09 Sketfan
Ma gorge défoncée -05 Mâlelope
Mon demi-frère hétéro -05 Oldyano
Stage BTS à la ferme -09 Stéphane
Soumission & Domination -523 Jardinier
Le patient -05 d.kine.75
Mariage pour tous -05 Yan
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)