14 Déc.
+ 43 histoires en accès privilège.
14 Déc. : +30 histoires en accès public

A noter.
Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.

VIP?
Accès privilège :
Des histoires en +, juste avec un don

Don anonyme, en paypal ou CB

DESTOCKAGE DVD GAY
PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Pipe en jean…

Slalomant entre les passants encore nombreux en cette fin d'après-midi brûlant de juin, Yves se dirigeait d'un pas décidé vers le magasin de vêtements.

Bientôt la trentaine, blond aux cheveux très courts, il avait revêtu le masque sévère de la sortie de bureau.

Chino noir, chemise bleue, chaussures en cuir et blouson bleu-marine, il fronçait les sourcils ce qui rendait ses yeux bruns inquiétants. Nulle trace de douceur ne se dégageait de ses traits fins.

Il remontait le courant des acheteurs satisfaits comme le saumon son torrent.

Bien fait sans être athlétique, il surveillait du regard les jeunes hommes qui pourraient correspondre à ses attentes.

Mais il était pressé.

Le magasin allait peut-être bientôt fermer alors il n'accordait qu'un regard rapide aux étrangers. Rien de plus. De toute manière il avait clairement présent à l'esprit qu'il n'était pas vêtu pour « la chasse ». Il se savait ressemblant à n'importe quel hétéro de son âge, mal fagoté avec juste la touche de soin supplémentaire pour éveiller l'intérêt : on ne sait jamais. L'image que lui renvoyaient les vitrines, confirmait son sentiment.

Arrivé devant le magasin, il y pénétra goutant avec plaisir l'air climatisé.

Un rapide coup d'œil lui fit comprendre que le rez-de-chaussée était réservé aux hommes, le premier aux femmes. Méthodique, il commença par le rayon à sa gauche. Les vendeurs, hommes et femmes, qu'il vit regroupés dans la partie droite le motiva à commencer ainsi.

D'un regard précis, il parcouru les rayonnages : examinant le tissu d'une chemise ici, le décor d'une poche de jean là, la coupe d'un t-shirt ailleurs. Il sorti un blouson et le rangea aussitôt. Pas à son goût. Devant les rangées de jeans, il commença à examiner les différents modèles avant de se diriger vers les exemplaires exposés précisément pour comparer à l'envie les matières, couleurs et travail.

Trop travaillés, trop délavés, il reporta son choix sur des modèles simples : noirs.

Le vendeur qui avait déjà classé Yves –au premier coup d'œil jeté depuis l'autre côté du magasin- dans la catégorie des clients à budget modéré qu'il faudrait convaincre avec difficulté de prendre un petit quelque chose en plus, arriva à ce moment-là.

De l'âge d'Yves, avec du charme sans être beau, il était fin voire maigre. Plutôt un avantage aux yeux d'Yves.

« Puis-je vous aider » Lança-t-il avec un sourire professionnellement affable.

Le vendeur réalisa alors qu'en dépit de son air d'hétéro un peu revêche, son potentiel client avait un visage agréable et un corps tout à fait plaisant, notamment ses fesses.

Demandant conseil au vendeur sur les tailles à prendre, Yves le détailla un peu plus. Un rien d'intérêt commença à l'effleurer. Mais il était là pour un pantalon.

« - Oh, je pense qu'il vous faut un 31. Voyez, je porte un 30. » Argumenta le vendeur en plantant ses yeux verts dans ceux d'Yves et en levant légèrement les bras pour dégager ses hanches.

Yves ne put s'empêcher de regarder la taille de son interlocuteur qui était effectivement fine. Conscient d'être moins fin que cela, il demanda un 32.

Avec un sourire le vendeur lui conseilla d'essayer le 31 qui lui irait comme un gant : « croyez-moi j'ai l'habitude. ». Il garda pour lui l'idée que les fesses de ce client seraient particulièrement craquantes dans un 31.

Malheureusement il ne trouva qu'un 32. Yves le lui pris des mains : « je vais quand même l'essayer ».

Le vendeur accompagna son client au premier : une fuite dans le système de climatisation interdisait l'accès aux cabines d'essayage du rez-de-chaussée et mobilisait toute l'équipe du magasin pour mettre à l'abri les collections et éponger le sol.

Le vendeur suivit des yeux les fesses montant l'escalier alors que son esprit s'égailla dans des fantasmes de cabine d'essayage.

Yves quant à lui se demandait si le jean lui irait.

C'est donc seuls qu'ils se retrouvèrent au premier.

Entrant dans la première cabine venue, Yves enfila le jean ce qui ne lui pris que quelques instants. Il sorti pour se regarder dans l'immense miroir qui faisait face. Effectivement, ça allait mais il avait nettement de quoi prendre une taille en dessous.

« - Je vous l'avais dit. » Conclut le vendeur modérant sa satisfaction, il enchaîna aussitôt :

« - Mais regardez le modèle que je porte, il est très similaire au votre et là je l'ai en 31. »

Yves se dit qu'effectivement le pantalon rendait bien sur le jeune vendeur. Il acquiesça et demanda s'il pouvait l'essayer.

Le vendeur se dirigea vers une pile de petits cartons posés au sol près des cabines d'essayage : « je crois qu'il y en a là-dedans. » Il prit le soin de s'agenouiller en se penchant largement en avant : il savait très bien que son boxer apparaitrait comme par magie entre son t-shirt blanc et le jean noir.

Imparable.

Yves n'en perdit pas une miette et, à présent qu'il n'était plus aussi pressé par le temps, le faible intérêt qui lui avait traversé l'esprit un peu plus tôt se fit… plus insistant. Et, à vrai dire, il ne fallut guère que les dix ou quinze secondes pendant lesquelles le vendeur resta à genoux pour que la libido d'Yves ne s'enflamme.

Alors que le vendeur se redressait un pantalon à la main, Yves se caressa lentement la cuisse pour tester la matière du pantalon qu'il était en train d'essayer. Plantant ses yeux dans celui du vendeur, il dit : « je peux toucher celui-ci pour comparer la texture ? ».

Avec un mouvement de tête affirmatif, le vendeur présenta le pantalon qu'il venait de prendre dans le carton mais Yves n'y toucha pas. Il mit un genou au sol et passa sa main sur la cuisse du vendeur, exactement comme il venait de le faire sur la sienne. Il partit de la hanche, glissant sur la fesse pour arriver derrière le genou.

L'esprit du vendeur s'embrasa. Ses joues rougirent. Et une sourde inquiétude naquit : « merde je suis au taf quand même. » Ne sachant comment réagir face à ce client désirable qui venait de lui caresser la cuisse et dont le visage se trouvait au niveau de sa… Ben… Au bon niveau quoi… Il recula d'un pas et tendit, confus, le pantalon.

Yves lut la panique sur le visage du vendeur et le désir sur son entrejambe. Difficile de le rater d'ailleurs : le slim ne pardonne rien.

Avec un petit sourire en coin, il se releva lentement, pris le pantalon et referma à demi le rideau de la cabine d'essayage sans quitter les yeux du vendeur. « Toi… T'es à moi… » Se dit-il, ses plus féroces instincts de chasseur en éveil.

Il enleva le pantalon trop grand et revêtit le nouveau. Il ne put s'empêcher de penser que le vendeur était doué car, en effet, ce 31 lui allait comme un gant, il le sentait. Dans son boxer, il déplaça son sexe raidi de manière à être à l'aise et certain qu'il serait visible au premier regard.

Pendant ce temps, le vendeur se mit un peu plus loin. Les tempes battant comme un tambour, il s'inquiétait de la suite des évènements. Tout le monde est en bas, mais si quelqu'un monte ? Et s'il me fait d'autres avances ? Putain ! Qu'est-ce-que je fais ???

Yves ouvrit le rideau en grand. Dans le reflet du miroir il vit le vendeur attendant un peu plus loin, fébrile, qu'il sorte.

Sans bouger de l'intérieur de la cabine, il dit : « Qu'en pensez-vous ? » Obligeant le vendeur à se rapprocher et pénétrer dans la cabine.

Le vendeur, s'avançant, constata que le jean moulait parfaitement les cuisses de son client… Et que ledit client avait une bonne bite bien raide. « Putain… ! ».  Il jeta un œil paniqué en direction de l'escalier, mais… personne.

« Il vous va super bien » Dit-il avec un demi-sourire gêné… « Voyez, c'est ce que je pensais »… Et il dégluti nerveusement.

Yves s'approcha et planta ses yeux dans ceux du vendeur et qui se retrouva paralysé comme une souris devant un serpent.

Un ton plus bas, Yves dit :

« - Et votre boxer ? Il est vendu ici aussi ? »

Une puissante décharge d'adrénaline envahit le vendeur. Un torrent brûlant se répandit de sa poitrine jusqu'à ses couilles. Il avait souvent rêvé –et même s'était branlé- en imaginant des plans dans les cabines d'essayage, mais il ne l'avait jamais fait… « en vrai ».

« - Heu… Non… C'est un addicted »… Il respirait avec difficulté.

Plantant trois doigts dans la ceinture du jean du vendeur pour l'empêcher de reculer, Yves s'agenouilla sans hésiter.

Il posa ensuite les doigts de sa main libre sur la ceinture du vendeur et avec un regard brûlant lui dit : « - Je peux voir ? »

Incapable de réagir, le vendeur regarda, incrédule, son client ouvrir un à un, lentement, les boutons de son jean.

Une fois entrouvert, le boxer noir révéla la bande où s'étalait la marque en lettres blanches et épaisses…

Feignant d'en apprécier la qualité, Yves fit glisser ses doigts sur le tissu, juste à la limite entre la peau et la ceinture élastique.

Le vendeur sachant qu'il bandait comme un taureau, ferma les yeux et attendit… Avec angoisse et envie…

Remontant sa main sur les abdos fermes du vendeur devenue proie, Yves s'autorisa un petit sourire satisfait et fit descendre le boxer jusqu'en dessous des bourses de son partenaire résigné.

Une bouffée d'odeur masculine, virile, musquée se répandit. La verge se dressa comme un ressort, elle était belle, épaisse. Le gland à demi décalotté était déjà luisant. Sans s'arrêter sur ce détail, Yves nota qu'il était entièrement rasé : pubis et bourses glabres comme un œuf. Dans l'esprit d'Yves le vendeur fut rangé dans la case « gay ».

Sentant les mains de son client libérer son sexe, le vendeur gouta chaque sensation : les doigts caressant son membre, le tissu glissant sur sa peau et ensuite coincé sous ses testicules, la fraicheur sur son gland, le souffle chaud du client sur son sexe… Son cœur lui faisait mal dans la poitrine…

La panique reprit le dessus un instant et il se retourna pour fermer entièrement le rideau : autrement dit, il donnait son accord.

Yves comprit lui aussi : il caressa de la pointe de la langue la partie visible du gland violet.

Un soupir en réponse…

Yves approcha son nez de la base de la verge, juste là où le sexe commence à se dresser et où les bourses commencent à descendre : il respira doucement l'odeur du jeune homme… Il souffla doucement sur la verge, un jet d'air chaud et intense qu'il fit remonter lentement au long de la verge…

Un gémissement montant dans les aigus fit échos… Un frémissement des cuisses accueillit cette manœuvre.

Il prit alors le gland entièrement dans sa bouche et commença à le suçoter comme un bonbon. Il entendit la bouche du vendeur s'ouvrir en grand et l'effort qu'il fit pour ne pas émettre le moindre son.

Les jambes se raidirent. Le ventre se crispa.

Yves fit pénétrer centimètres par centimètres la verge dure dans l'humide intimité de sa bouche brûlante.

Une fois entièrement entrée, le vendeur saisi la tête d'Yves pour enfoncer le plus loin possible son sexe.

« Putain que c'est bon » se dit-il. Il sentait son sexe au plus profond de la gorge de ce mec qui venait de l'allumer. « Ouah »… Il rouvrit enfin les yeux pour admirer la tête blonde du mec en train de le pomper.

Ce beau mec.

Il commença à faire onduler son bassin et ainsi accompagner son suceur. Il commença à faire dériver son esprit et se vit en train de le prendre à poils sur les piles de jeans. Il voyait ce client, à quatre pattes, jean baissé sur les cuisses et les fesses rasées en train d'attendre sa saillie. Le client écartait ses fesses pour découvrir une rondelle rosée dans la laquelle le vendeur s'apprêtait à plonger sa bite toute entière… Il se voyait lui exploser le fion sous le regard de ses collègues envieux… Il voulait jouir dans le trou de cette petite pute de client… Il voyait ses collègues se branler tout à tour sur le visage… Il entendait ses gémissements de plaisirs… Il en redemandait… Il voulait que tous les vendeurs viennent le prendre tour à tour… Mais le client était à lui… Et c'est lui qui allait le remplir de jus… en premier en tout cas…

Sentant le vendeur bien parti, Yves accéléra et alterna les mouvements de langues. Il gratifia aussi les testicules de son vendeur d'une courte séance de léchage qui fit que le vendeur renversa la tête en s'abandonnant au plaisir. Il écarta même les bras un court instant.

Lorsque la langue quitta ses couilles, le vendeur replia ses bras. « Nom de Dieu que c'est bon ». S'enhardissant, il le releva pour l'embrasser à pleine bouche. Son sexe s'écrasa contre le jean de son client. Il sentit la queue de celui-ci aussi raide que la sienne. Leurs langues se caressèrent longuement jusqu'à ce qu'une douce pression sur ses épaules lui fasse comprendre qu'il lui fallait s'agenouiller à son tour.

Déballant en un éclair le sexe de son client, le vendeur prit à peine le temps d'en noter la taille ou s'il était circoncis : il avala  goulument et commença à le pomper. Vite, fort, bien baveux comme il aimait faire.

« Il connait son boulot putain… » Se dit Yves en s'abandonnant à son tour aux caresses. Il prit la tête du suceur de sa main droite et imprima un rythme un peu plus lent que celui que le vendeur venait instinctivement de prendre.

Yves composa des images du vendeur debout contre la paroi de la cabine… Jean descendu sur les cuisses il le pénétrait profondément, rapidement… Le pantalon du vendeur baissé, le boxer froissé dépassant de la ceinture excitait Yves au dernier degré. Il imaginait des fesses aussi épilées que le reste et un trou accueillant, chaud, humide, serré… Un vendeur en train de gémir et de l'encourager à le prendre… Il lui mettait son sexe au plus profond de son fion… Il le prenait en cadence, toute la cabine vibrant en rythme… Il sentait son sperme prêt à jaillir et féconder le jeune vendeur de jeans en chaleur…

Le vendeur senti son client ralentir le rythme, il vit qu'il avait les yeux fermés et il pouvait presque sentir au rythme beaucoup plus lent qu'il prenait qu'il goutait chaque seconde de la présence de sa bite dans sa gueule. 

« Mmm… Putain qu'elle est bonne sa queue… Vas y crache ton jus… Je veux bouffer ta sauce… » 

Il hurlait… Dans sa tête… Il pompa pendant plusieurs minutes…

Il entendit à peine son client souffler : « Je viens »… Par réflexe il se retira, son client empoigna sa bite et commença à se branler vigoureusement… Le désir brûlant qui l'habitait le poussa en trois secondes à rapprocher son visage du gland passé du violet au rouge. Le rythme du client accélérait… Sa respiration aussi…

Quand le client se tendit, le vendeur ouvrit en grand la bouche, face au gland devenu encore plus gros. Il sentit les quatre ou cinq jets puissants venir s'écraser au fond de sa gorge. Il gouta la saveur fauve du sperme frais : il adorait ça. Il engloutit de nouveau la bite redevenue calme. Il la téta pendant quelques secondes… Et avec regret, il l'abandonna alors que son client commença à remballer.

Ayant remonté son boxer, Yves se pencha pour relever le jeune vendeur qui venait de se prendre un sacrée décharge. Il avait tout avalé… Bon p'tit gars va…

Il l'embrassa et le retourna contre lui. Il prit son sexe dur en main et le branla calmement tout en embrassant le cou de son partenaire. De sa main droite il excitait la verge épaisse du vendeur… De la gauche il lui caressait le ventre et de ses lèvres il embrassait sa nuque.

Quelques instants plus tard, il entendit le vendeur : « putain je viens…merde… » En un éclair, Yves s'empara du blouson qui était sur la patère juste derrière lui et le plaça devant le sexe.

Les épais jets de sperme blanc allèrent s'écraser sur le tissu bleu marine. Lorsque plusieurs secondes se furent écoulées après les derniers jets, le vendeur rouvrit les yeux.

« - Je suis désolé pour ton blouson… » dit-il un mélange de panique et de confusion.

« - Pas grave » répondit Yves : « il fallait que je m'en achète un autre. » Il le plia alors de sorte que les taches ne se voient pas. Il enfila son vieux chino, se rajusta alors que le vendeur se rhabillait lui aussi.

Le vendeur en sortant de la cabine d'essayage fut soulagé –le mot est faible- de ne trouver personne à l'étage : tout le monde était encore accaparé par le problème technique du rez-de-chaussée.

Yves le suivit de près. Ils redescendirent ensemble. Après avoir trouvé un nouveau blouson, Yves passa en caisse.

Le vendeur plia les vêtements de son client… « Particulier »… jean… blouson… t-shirt…  Il réalisait qu'il ne lui avait rien demandé, ni nom, ni numéro de téléphone, adresse...  Rien… Il avait envie de le revoir… De baiser avec lui… Actif ou passif, il s'en foutait. Il voulait juste passer du temps avec ce charbon ardent. Bouffer à nouveau sa queue… Se faire pomper… Lui démonter le cul ou se faire défoncer… Peu importe !

Il trouva la solution. Il prit le formulaire de la carte de fidélité et le tendit :

« - Si vous souhaitez la carte de fidélité, vous pouvez remplir ce document… »

Devant l'air indécis de son client, il ajouta à l'intention de ses seules oreilles : « Un numéro de téléphone... Au moins ? » Sur un ton presque suppliant.

Yves, comprenant seulement le manège du vendeur, sourit jusqu'aux oreilles et rempli la case « portable »… Et ajouta la mention : « pour toi tout seul ».

Le sourire radieux du vendeur lui fit comprendre qu'ils se reverraient très vite.

[ Merci pour vos messages positifs et négatifs ! Continuez ! Si vous avez envie de lire d'autres choses, n'hésitez pas à me le dire. Les commentaires et suggestions sont les bienvenus ! ]

Yopi

yop_ex@outlook.fr

Autres histoires de l'auteur : Sen et Kaze - Rapt - Un hasard - Tennis ? Plus Jamais ! - Tournoi en chambre - Pipe en jean… - Ma deuxième année de Fac - Au boulot - Le pinceau du peintre - Soirée étape - Ma première histoire - Et in inferno ego - Le dépôt - Mon petit beur - Première année de Fac

Dernière mise à jour publique

14/12 : 21 Nouvelles

Mon directeur de formation Deepth
Une bonne pipe CaptainNemo54
Faites vos jeux Yan
Mon année Erasmus Bryan
Comment j’ai rencontré mon copain TTBM Ethan69
A Young Hetero
Ma nouvelle vie de lope Nico76500
Nicolas et Bobo Nicolas
Maxence Éric
Confessions réelles d’un videcouilles Guillaume
Un hétéro de moins Jean-Baptiste
Baisé au jus par Denis le flic Baisemoi37600
dans les bois.... Pititgayy
Mes potes du lycée Juliencyrillo77
Le timide Frank
Mes 18 ans Titi30
Dans sa toile Ed.Nygma
Découverte Patoche0054
Les toilettes de l’aéroport Hugo974
À trois sur les parkings Couple chaud
Mon demi-frère hétéro Oldyano

La suite... 9 épisodes

Nouvelle expérience -02 Arras62
Le jouet d’un hétéro -05 Franck84
Éric, ma vie Chapitre -17 Rodrigue
Éric, ma vie Chapitre -18 Rodrigue
Ma première colocation -06 Pascal
Ma première colocation -07 Pascal
Soumis à Karim -02 Tod
Chambres à louer -13 Jeanmarc
Début avec mon maître -02 Jd18

Décembre 2018

Nouvelles

Pendaison de crémaillère Alex
1 de perdu, 2 très chauds de trouvés James
Montparnasse Lane
Plan punition Chopassif
Serveur timide, mais chaud Romain
Un super plan en voiture Le paon d'Héra
Ma première colocation Pascal
Un Français au Québec Wesley
Ascenseur bloqué Hugo
Première fois hard Inexp
Deux novices dans la douche Flavien49
Accident de travail Catana
Autostop en Martinique Ed.Nygma

La suite...

Mon pote Hector -04 Anno
Nicolas et Bobo -02 Nicolas
Jeune, riche et gâté -08 Matt
Première fois sur un site -02 ChTtbm
Le jouet d’un hétéro -04 Franck84
Soumission & Domination -514 Jardinier
Soumission & Domination -515 Jardinier
Chambre à louer -12 Jeanmarc
Voyage Initiatique -11 Ninemark
Voyage Initiatique -12 Ninemark
Voyage Initiatique -13 Ninemark
Voyage Initiatique -14 Ninemark
Voyage Initiatique -15 Ninemark
Ménage et baise à 12 -03 Denis
Mon âme au diable -06 Pititgayy
Mon âme au diable -07 Pititgayy
Ancien pote -09 Bearwan
Ma première colocation -02 Pascal
Ma première colocation -03 Pascal
Ma première colocation -04 Pascal
Ma première colocation -05 Pascal
Le jouet d’un hétéro -03 Franck84
Le jouet -04 Hellboy62
Hypnotisé mon copain -08 Jeanmarc
Colocation -06 Emerick
Le jouet -02 Hellboy62
Le jouet -03 Hellboy62
Les Chronique de Max -10 Max

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)

RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

DESTOCKAGE DVD GAY

Chercher :

 

 

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter - Tumblr

Expositions

Sommaire des expositions - Verner Degray - Barbizart

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - Histoires 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Liens

Liens vers d'autres sites gay - IDM SAUNA - L'IMPACT BAR - EL HOMBRE

Photos

Modèle - Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)