PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Premier épisode - Épisode précédent

Pute à domicile -02

Le Jour Et La Nuit

Réveil difficile ce matin. La nuit a été courte, surtout après ce qu'Arthur venait de me faire. Mais bizarrement, quand il est sorti de la chambre, rien, pas un mot, pas une insulte, pas même l'ordre de lui faire son petit déj' ! J'étais surpris, presque rassuré. Ce n'est qu'en allant en cours que j'ai compris cette accalmie. En entrant dans la classe, tous les regards ce sont tournés vers moi. Ils riaient, mais pas comme d'habitude. Ils se moquaient, mais pas comme d'habitude. Ils m'appelaient "la suceuse", "la bouche à bite", "dégueulis". Je comprenais que la vidéo avait déjà circulé. J'étais mort de honte. Arthur se marrait en voyant ma tête. C'était la pire chose qui pouvait m'arriver. Le mois de décembre a été long après ça et j'attendais les vacances avec impatiente. Je faisais profil bas ... comme mes notes, qui baissait vite. Je ne pouvais plus me concentrer correctement puisque tout le monde parlait autour de moi de cette sale nuit d'horreur. J'avais l'impression d'être le seul fautif à blâmer. Je culpabilisais à la place de mon bourreau.
Lui il jubilait ! Il avait même l'audace de se taper celle qu'on nomme "Miss université", et ce sans aucun scrupule et remord vis-à-vis de ce qu'il m'avait fait deux semaines avant. En même temps, faut reconnaître qu'elle est jolie ! Mais il ne la mérite pas lui ! Surtout que ses notes n'étaient pas brillantes, hormis en sport où, bizarrement, il se tapait des 17 ou des 18. Il se permettait tout désormais avec moi : les soirées alcoolisées durant lesquelles il m'enfermait nu dans la salle de bain, les soirées jeux vidéos interminables, les bruyantes parties de jambes en l'air avec sa belle, et même quelques séances de branlette avec film porno en musique de fond auxquelles je n'avais malheureusement pas accès. Parce je dois bien l'avouer, même si je le hais profondément, il reste sacrément canon l'animal ! Je ne l'avais à ce moment j'avais vu plus qu'en débardeur ou la bite à l'air mais le peu que j'ai vu m'a fait fantasmer plus d'une fois. En même, qui ne craquerait pas devant un si bel homme ?! Dommage qu'il se comporte comme un connard fini ...

Noël ... enfin un peu de liberté ! L'occasion de retrouver ma famille et de sortir quelques jours de cet enfer ! Même si je n'arrivais pas à arrêter de penser à cette foutu université et à Arthur. Comment pouvais-je m'en sortir sans risquer de représailles ? Comment arriver à lui faire cesser de me torturer sans qu'il ne me torture encore plus ? Comment retrouver une vie digne de ce nom ... et un peu de dignité en passant ? Comment faire tout ça sans que personne ne sache par où je passe ? Comment effacer 4 mois en enfer ? Tant de questions restées sans réponse pendant ces vacances où les nuits ont été courte pour mon sommeil.
D'ailleurs, ces vacances sont passées si vite qu'il faut déjà songer à retourner moisir dans cet appart' en compagnie de ... non mieux vaut ne pas prononcer son nom. Mes parents me disent au revoir en pensant que je suis content d'y retourner ... j'aimerais tellement pouvoir leur dire.

Une fois arriver dans ce maudit appart', je retrouve avec grand désespoir mon terrible colloc' qui a aujourd'hui un sourire démesuré. Je lui en demande la raison.
L : C'est moi qui te fais sourire ?
A : Elle a l'air sympa ta famille.
L : Je te demande pardon ?!
A : Bah tu vois, l'avantage d'être dans une école d'info, c'est que tu rencontres de bon petit geek qui peuvent te fournir en gadget sympa, genre un traqueur GPS, comme celui que j'ai collé sous ta caisse.
L : Espèce d'enfoiré ! T'as pas intérêt à t'en prendre à eux !
A : Doucement ! Si tu continues, je vais être obligé de leur envoyer la vidéo ! J'ai l'adresse mail de ta maman.
L : T'es complètement malade ! Je t'ai jamais rien demandé. Pourquoi tu me fais ça ?
A : Je suis un connard. Maintenant j'ai envie d'être sucé. Ma copine me laisse toujours sur ma faim quand elle le fait.
L : Hors de question !
A : Ok je leur envoie ...
L : NON ! Je ...
A : Ouais ... tu vas gentillement pomper ton ami Arthur parce que t'es une bonne petite pédale qui sert qu'à ça !

J'avais rien à dire. Il avait déjà plusieurs coups d'avance et la braguette ouverte. Je voulais préserver ma famille de ça. Il gagnait cette fois, mais je commençais à entrevoir un plan contre lui. Je me suis donc sagement agenouillé, ai sorti sa bite et l'ai sucé. Enfin, jusqu'à ce qu'il ne prenne les choses en main et ne me fasse de violentes gorges profondes. Putain la brute qu'il est. Je comprends que sa copine ne le satisfasse pas ! Heureusement, il a joui au bout de 5min ... et j'ai réussi à avaler sans vomir.

Les deux mois suivants se sont passés comme les quatre précédents, violemment, dans la douleur et la honte, mais je lui survivait. Je me faisait démonter la mâchoire une fois par semaine, des fois deux. J'étais sa chose. Je faisais absolument tout pour lui à l'appart', jusqu'à certains devoir, histoire de faire remonter ses notes. Et quand les profs nous demandait pourquoi nos devoirs étaient si similaires, il répondait le plus sagement et vicieusement possible que je l'aidais à "combler ses difficultés". Au moins, ça faisait rire la classe. J'étais également régulièrement chahuté dans les vestiaires, que j'évitais le plus possible, quitte à arriver en retard pour avoir le temps de me changer à la maison plutôt que devant les gars de la classe. Le pire a été quand on a explosé le pare-brise de la voiture et qu'on y a tagué à mort la pédale. Mais je m'y attendais ... Bref, un sacré enchaînement de galère que j'aurais bien évitées, mais si je sentais toujours un sentiment de culpabilité injustifié, bien qu'omniprésent.

Après un premier semestre en demi-teinte, j'avais décidé de reprendre les choses en main. Les réponses à mes questions prenaient formes petit à petit. Je ne savais pas vraiment où j'allais si je partais dans cette voie, mais je savais qu'au fond c'était ma seule chance.
Au final, j'avais décider de lui faire purement et simplement payer pour tout le mal qu'il avait pu me faire pendant 6 mois. Je ne savais encore comment il paierai mais il paierai de toute façon. Ce serait plus de voir sa tête se décomposer en même temps que ma vengeance prendrait forme ! Pour l'instant, il me fallait quelque chose pour le faire taire ... des preuves ... mais comment en trouver ? Au début, je fouillais l'appart' en son absence, sans éveiller de soupçons. Mais il n'y avait rien, même pas un magazine de cul sous le matelas ! Bordel, c'était plus compliqué que ce que je pensais. Surtout qu'à chaque tentative, je sentais qu'il se doutait de quelque chose.

C'est au mois de mars que ma quête a commencé à porter ses fruits ... et c'est grâce à Arthur que ça a commencé. Evidemment, c'était à moi de descendre les poubelles. Et évidemment, celle de la salle de bain était régulièrement composé de capotes. Mais étrangement, il y en avait plus souvent que quand sa copine venait. Je ne savais jamais qui venait puisque j'étais toujours enfermé dans la salle de bain, très bien isolée. Je n'entendais que les cris et râle des deux bêtes qui souillaient le canapé ... où je dors chaque nuit depuis six mois. J'ai alors commencé à photographier, date et heure à l'appui, les capotes d'Arthur, ce qui n'est pas glorieux et facile à falsifier. Il me fallait des preuves plus fiables.
Au début, j'essayais d'enregistrer ses conversations avec mon tel, à écouter à la porte de sa chambre pour savoir qui il appelait, prenant ainsi de plus en plus de risques. J'ai même tenté de pénétrer son tel, un jour qu'il l'avait oublié ... en vain.
Je m'épuisais plus qu'autre, mon plan n'était pas abouti ... mais je ne pouvais pas abandonner aussi vite. Et en même temps, j'avais pris tellement de risques que j'avais pris plus d'assurance que j'avais pu en acquérir dans toute ma vie. J'arrivais même à lui mentir sans qu'il ne s'en rende compte. Même le jour où il a repéré que j'étais entré dans sa chambre
A : Eh la pédale ! T'as foutu quoi dans ma chambre quand j'étais parti ?
L : Bah j'ai juste fait le ménage. J'ai poussé un peu tes affaires mais j'ai rien fait de plus.
A : T'es un menteur pédale !
L : Regarde l'aspi tu verras !
A : Et depuis quand tu fais le ménage quand je suis pas là ?
L : Je suis tellement une sous-merde que je me rabaisse tout seul !
A : C'est bien sale pute continue !

Il tombait dans le piège à chaque fois. Alors j'ai commencé à le suivre le soir, pour voir ce qu'il faisait. Je prenais pleins de photos, pas très compromettantes, mais on le voyait avec pleins de filles différentes. Je l'ai souvent surpris à aller à l'exact opposé d'où il avait pu dire à sa copine qu'il allait ! Je l'ai surpris à des soirées alors qu'il allait soit disant se coucher, aller chez dans des squats alors qu'il était invité chez ses parents, jusqu'à le voir acheté des médoc' à des personnes plutôt louches. Il savait au fond que je faisais des choses dans son dos mais il n'arrivait jamais à le prouver. Il me marinait toujours en vain, me menaçait pour rien. Je sentais son emprise se défaire peu à peu. Il ne faisait plus vraiment peur, plutôt mal, psychologiquement, puisque j'étais toujours humilié régulièrement, comme la fois où il m'a aspergé le pantalon et a fait croire à tout le monde que je me pissais dessus, ou les fois où il me mettait la tête dans les chiottes ... sales évidemment. Mais rentrer chez moi n'était plus une épreuve maintenant. Il sentait aussi que ces menaces n'avait plus trop d'effets, malgré toutes les nouveautés qu'il pouvait m'offrir.

J'avais évidemment pris soin de faire de nombreuses copies sur des clefs que j'avais disséminées un peu partout, sur le campus, l'université, la voiture, même le supermarché. Il ne pouvait pas m'atteindre et tout effacer.

Et puis il y a eu ce soir, le plus soir de l'année, un soir d'avril où il avait encore une fois décider d'aller divaguer. J'ai suivi ce sweat à capuche pendant une heure, jusqu'à la zone industrielle de la ville, d'assez loin pour qu'il ne me calcule pas, bien qu'il avait son casque vissé sur la tête. C'est là que j'ai eu mon ultime preuve, celle qui allait me libérer

PtitGayCurieux

loginlive2011@hotmail.fr

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur : La fôret - Mon employé - Chaudes vacances - Le meilleur ami de mon frère - La grange - Voyage scolaire - Pute à domicile - Chaude chambre d'internat - Chienne de compagnie - Mon professeur de philo - Le vendeur - Maxime et moi - Jonathan et les hommes - Ludo - Colocation - Fouille au corps - Mon correspondant - Un bon secrétaire - Les toilettes de la FAC - L'esclave et le seigneur - Ce voisin pas très sympa - Fût pris qui croyait prendre - Attouchements consentis - Abusé dans les vestiaires - Mathématiques - Le vendeur de voiture - Promenade nocturne - Inauguré par mon frère - Le sous-marin - L'île de la tentation - Le châtelain - La colonie de vacances - Révisions particulières - Sous le bureau de mon banquier - Simon le handballeur - Dérapage avec mon coloc' - Comment pervertir un mannequin ? - Soirée trop arroséeFin de journée dans l'ascenseur - Le beau Fabien - La fenêtre d'en face

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

18/04 : 15 Nouvelles

Sauna de Sochaux Chatenois25
Une soirée partie en couille 17cmglandcompris
Un charme fou Ghost writer
Rasage coquin Jako
Plan anonyme -01 Rsexenc
Plan anonyme -02 Rsexenc
Surprise à la fac Aymeric
Militaire-Motard Militaire
Plan avec une racaille Passif-lille
Dans le vestiaire Pakito31
Voisin Marlon
L'éveil du Renart Renart
Séance sportive Pititgayy
Un Affectueux Collègue Jako
Tout a basculé à 19 ans ThomasLePassif

La suite... (7)

Mariage pour tous -09 Yan
Frenchies -11 Pititgayy
Mathieu -03 Jeanmarc
Chambres à louer -15 Jeanmarc
Kader -12 Cédric T
Kader -13 Cédric T
Dans les geoles d'Armid -03 Iwan

Avril 2014

Nouvelles

Que de changements -01 Evanaddison
Que de changements -02 Evanaddison
Que de changements -03 Evanaddison
Que de changements -04 Evanaddison
Soirée torride Caramel
À la fin de l’été Bookman
Victor Victorbg
Une aire d’autoroute. Ginger
Marché D’Amiens Nord Legarsdu80
Mon petit frère Pédale69
Un Chinois très chaud... Mat44
Thibault Theo5852
Masseur Bastien
Le Club Ganymède Jako
Soumis au livreur wantmonster86

La suite...

Que de changements -05 Evanaddison
Que de changements -06 Evanaddison
Que de changements -07 Evanaddison
5ème jour Curiosity
Frenchies -10 Pititgayy
Mathieu -02 Jeanmarc
Soumission & Domination -524 Jardinier
Souvenir d’internat -03 Benvart
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)