PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Premier épisode - Épisode précédent

Famille recomposée - 45

Seb et Gabin remontèrent en ascenseur à leur chambre mais, s'étant trompés de deux étages, ils redescendirent à pied. Mais ils s'arrêtèrent en entendant : « … forme demain, alors juste pour vous vider les couilles, pas plus de 5mn ». Ils penchèrent la tête, restant cachés : c'était l'équipe adverse du lendemain, dans un coin de l'étage ; l'entraîneur était en train de relacer son jogging, 5 joueurs se marraient tout en agitant leur main plongée dans le leur.

-       Mais vous êtes resté au moins 20mn, vous !

-       Je lui ai mis deux cartouches ; elle en avait bien besoin ; je vous préviens qu'elle est encore plus chaude que d'habitude.

Les deux potes se planquèrent, intrigués, à mi-étage dans le tournant de l'escalier. Un des joueurs, la gaule pointant devant le jogging, disparut dans une petite porte de service dans l'angle. Les autres continuaient de se branloter doucement.

-       Putain, j'tiens plus, c'est bien parce que je voulais passer dans les derniers ce coup-ci, histoire de voir à quoi ressemble sa chatte, disait l'un.

-       Ben à du yaourt explosé, à mon avis, répondait l'autre.

-       Et le trou de balle en chou-fleur, avec le boss et Eric qui sont passés…

Seb et Gabin hallucinaient : les joueurs devaient se tirer une meuf dans ce cagibi, et si elle se tapait toute l'équipe, ça devait être une sacrée chaudasse. Collés l'un à l'autre derrière la rampe, ils bandaient ferme en se malaxant la bite, murmurant leurs hypothèses et leur envie de tirer un coup eux aussi : ils allaient attendre que le dernier soit parti et fileraient baiser. Et ils patientèrent ainsi, les couilles de plus en plus remplies : le joueur sortit sous les acclamations de ses potes et tandis qu'un autre entrait, il laça son jogging et rit quelques instants avec les autres en imitant un rodeo, quelques fessées et quelques cris ; « salope…les trous…. shampooing » furent tout ce qu'ils entendirent. Seb sentit les doigts mouillés de Gabin sur ses lèvres et ses narines :

-       Putain, t'es con !

-       T'as vu comme je mouille ! elle va en avoir de la sauce ! dit Gabin en riant

-       Ouais ben garde ta mouille, salop !

-       Oh ça va, Miky déguste ça comme du caviar…

-       Allo, chuis pas Miky, hein

Vingt minutes plus tard, le dernier gars était entré, et les potes se préparèrent. Dès qu'il sortit et disparut dans le long couloir, ils bondirent et firent irruption dans le cagibi. C'était un local de service : une fille, petite trentaine, était à quatre pattes sur un banc de lit, le cul laiteux vers le porte, en train de trifouiller sa chatte gluante avec ses doigts. Une dizaine de capotes par terre, sa robe noire enroulée à la taille, du jus plein le dos jusque dans les cheveux, et qui coulait le long de la raie passablement rougie. La brunette tourna la tête encore haletante :

-       Hé ! vous êtes qui vous ?

-       Les remplaçants, dit Gabin, qui avec Seb, avait déjà le glaive à l'air

-       Wouaaah !..., s'exclama-t-elle devant les 22/7, interrompue aussitôt par l'intromission du gros gland suintant

-       Tiens, mange !

Seb avait déjà enfilé une capote trouvée sur une étagère (dans une petite coupelle pleine), et enfonça son pieu dans la chatte crémeuse ; il bourra aussitôt à pleine vitesse, sans ménagement, ce qui fit miauler la nettoyeuse. Gabin était excité comme un fou en voyant le rictus bestial de son pote et défonça les amygdales de la bonne soumise. Il sentit le sperme sur ses cheveux en lui tenant la tête et la traita de tous les noms, ce qui sembla lui plaire. Seb lui dit que son cul s'ouvrait en faisant des bulles à chaque poussée de sa queue dans sa chatte. « Elle réclame ! » dit Gabin qui, ni une ni deux, vira jogging et boxer, demanda une capote à son pote, et enjamba la croupe malmenée par les coups de reins de Seb. Dans un long râle de bonheur il s'enfonça dans le trou glissant qui le moulait à la perfection, ce qui fit monter la salope dans les aigus ; ils la labourèrent de leur mieux, enflammés par la situation, et elle commença à jouir comme une folle une première fois. Gabin lui avait plaqué les épaules sur le blanc et se tenait à ses épaules, Seb ne pouvait plus la tenir aux hanches aussi pratiquement, alors ce sont celles de son pote qu'il tint, et il voyait le superbe cul se démener, même la raie, et même l'œillet, à certaines poussées, avant les grosses couilles. Il ne la baisa que plus sévèrement. Chacun gueulait de plaisir et la femme enchaîna trois orgasmes dont les contractions eurent raison des résistances masculines : ils remplirent leurs capotes puis se désemboîtèrent. Ils vidèrent leur jus sur la raie trempée déjà et vinrent à l'autre bout du banc se faire nettoyer la queue. La nympho était en train de se doigter la chatte avec le jus dégoulinant et jouissait encore en se gavant de leurs manches. Et puis ils se barrèrent, bien soulagés et légers, et se marrant à l'idée de la prochaine compétition. Ils en riaient encore en se douchant, et savourèrent ce qui allait devenir un super souvenir en se couchant, mais déjà totalement rebandés…

Au même moment, Tommy connaissait sa première initiation aux soirées du samedi, avec ses mâles et Miky. Les deux passifs avaient leurs langues fichées dans les trous virils, pour récompenser leurs mâles, assis sur la=e canapé et cuisses on ne peut plus ouvertes, de la grosse dose de foutre qui venait de les nourrir. Baisés en levrette et tête bêche devant la cheminée, ils avaient été ramonés pendant une grosse demi-heure, et les jumeaux avaient synchronisé leurs mouvements à merveille dans le cul et dans la bouche des deux jeunes affamés. Sortir d'un trou béant pour limer une bouche presque collée à la fesse avait rendu les mâles particulièrement chauds, et ils avaient eu l'impression en beuglant tout ce qu'ils pouvaient, de juter des litres entre les lèvres impatientes. Le cul cambré vers la cheminée et le trou palpitant encore, les jeunes amants honoraient leurs hommes avec un plaisir attentif et se régalaient encore de ces rondelles en sueur. Les mâles prolongèrent le plaisir avec une clope, s'asseyant à quatre pattes pour donner leur cul. Les jeunes mains écartèrent leurs fesses musclées et les langues fouillèrent encore mieux, tandis que les couinements des passifs répondaient aux soupirs de bonheur des mâles. Ils se roulaient des pelles en se faisant passer la roulée et planaient, leurs grosses couilles vidées se remplissant peu à peu sous l'effet des mains qui les malaxaient doucement.

C'est après ce festin de langues qu'ils montèrent tous les quatre dans la chambre. Jaco ordonna aux plus jeunes de se pomper en 69 et les mâles vinrent de chaque côté les doigter et lécher jusqu'à ce que gémissements et contractions annoncent la libération du jus dans les bouches. Il y eut ensuite un festival de baisers et de doigtages entre ces quatre emmêlés, puis chaque mâle choisit son passif, se montra plus impérieux dans ses baisers et commença un doigtage évident ; une meilleure dilatation pour la séance de doubles qui s'annonçait.

Honneur à Tommy, il fut démonté le premier. Assis sur le pieu de Toni qui lui mangeait la bouche, il se prit le manche en douceur d'abord de Jaco, pendant que Miky, assistant pour la première fois à ce spectacle, n'en perdait pas une miette. Tommy prit le plus grand pied de sa vie (mais pas le dernier) quand Jaco prit sa vitesse de croisière pour limer et que Toni en rajouta. Miky n'en revenait pas de voir ces deux fois 22/7 ramoner ce petit cul poilu, et quand Jaco monta sur ses jambes fléchies, il se plaça à l'arrière et vit en gros plan les deux poutres faire leur travail impitoyable. Tommy ne finissait plus de gueuler, transporté au paradis, et dès que Jaco lâcha « bonne salope ! » en donnant de grands mouvements de balanciers, Tommy se déchaîna pour être larvé et en prit plein les oreilles autant que plain le cul. Traité de petite pute par son mâle qui l'encourageait à jouir du cul, il ne tarda pas en effet, et alors que Miky se limait le cul à trois doigts en adoptant la cadence des mâles, on entendit un long cri… Les mâles le et se félicitèrent et Toni dit : « à Miky maintenant ! ». Deux minutes plus tard, c'était Miky qui était perforé, mais ses cris étaient étouffés par la bie de Tommy qui le limait en lui tenant bien la tête. Jaco commentait son appétit de salope en le voyant de près aspirer comme un fou, le visage crispé par les coups de bite redoublés. Il jouit du cul à son tour au moment où Tommy lui larguait son jus, et contrairement à son habitude, Miky ne put avaler, complètement défoncé par l'orgasme et il se mit à baver du sperme sur l'épaule de son homme. Jaco attira sa tête pour lui rouler une pelle au jus, Tommy vint lécher l'épaule blanchie au foutre ; Toni voyant tout cela devenait démoniaque. Se sentant près de jouir, il réclama le cul de Tommy pour y juter. Il aida Miky à se dégager, lequel s'effondra sur le côté, encore dans les vappes, et Tommy sans tarder s'empala sur la bite de Jaco et reçut la double ultime. Matraqué par Toni qui lui releva le torse autant qu'il pouvait pour lui bouffer l'oreille en grognant, il sentit la poutre de Jaco s'immobiliser et pulser de grands jets de foutre qui lui cassèrent la voix et Toni lâcha tout, en secouant tout le lit par ses violents soubresauts. Quand il se retira, sonné, Miky trouva la force devenir voir le cul tout ouvert et blanchi de Tommy et s'attela au nettoyage amoureux de la bite rougie et énorme. Tommy lui parvint à se dégager, avec peine, libérant des coulées de foutre sur la queue t les couilles de Jaco, et vint à son tour nettoyer l'ensemble ; ainsi les deux passifs, côte à côte et à 4 pattes, sucèrent et léchèrent délicatement les membres merveilleux des mâles qui reprenaient leur souffle, cuisses ouvertes.

A l'hôtel, Seb et Gabin ne trouvaient pas le sommeil. Reparler de leur coup dans le cagibi ne les avait pas fait débander, et Gabin avait justement rappelé que Tommy et Miky devaient être en train de beugler sous la défonce. Chacun dans son lit se branlait doucement, imaginant la scène, et regrettant que les deux affamés de bite ne soient pas là.

-       On devrait se branler, dit Seb au bout d'un moment.

-       Ben on fait quoi là ?

-       Nan, j'veux dire l'un l'autre.

-       Ah, mais t'es une chaude toi, dit Gabin en se marrant.

-       J'me branle assez quand j'suis tout seul ; on pourrait profiter d'être à deux…

-       A ce moment-là, tu pourrais aussi bien me pomper…

-       T'es ouf ! rêve pas.

-       Me lécher les couilles au moins… après j'te le fais ?

-       Tu le f'ras pas.

-       Juré ! j'commence et on change.

-       Bon, ok, finit Seb en dégageant les draps.

Gabin sortit son mètre 90 du lit et sa massue de 22/7. Ils comprirent vite que le lit était trop petit. « Par terre » dit Seb, déjà aux anges. Il s'allongea, replia un peu les cuisses et saisit sa bite ; Gabin s'allongea à son tour, et lécha timidement les grosses couilles poilues de son pote. Puis moins timidement, il les goba une par une, les massa de sa langue, par-dessous, et Seb soupira de plaisir, ferma les yeux et s'abandonna à sa branlette. Gabin se surprit à aimer ce qu'il faisait ; il pensa qu'il bouffait une chatte et banda plus fort, à se faire mal sur le sol, et cambra un peu le cul pour se libérer. Et Seb sentit alors la langue sur son trou ; il sursauta, redressa la tête : « euh… t'es sûr, mec ? », mais Gabin, les yeux fermés, lui dégustait le trou de balle, et Seb vit aussi ses merveilleuses fesses cambrées. Cette langue était bonne, très bonne ; il offrit mieux son cul et son pote lui bouffa littéralement le cul et les couilles. Il n'était pas loin de juter quand tout s'arrêta : Gabin avec un grand sourire le regarda en lui disant : « à mon tour, man ! ». Seb n'hésita pas : ils inversèrent les positions. Il lécha le petit trou qu'il avait vu palpiter deux heures plus tôt, les énormes couilles rasées par Miky, mais il vit que Gabin, au lieu de se branler contre son ventre comme lui, le faisait bien à la verticale : sa bite géante était superbe, il fallait bien l'avouer. Un mât, tout près de son front quand il léchait les couilles. En fait, ça devenait clair, Gabin la lui tendait à sucer. Seb s'arrêta et regarda son pote : un sourire, mais rien de moqueur, un sourire de bonne ambiance. Alors… il tendit la langue vers le gland, le lécha avec sa mouille, puis l'engouffra et suça. Gabin branlait très lentement sa bite. Seb ne se sentit pas du tout dégouté et finalement il posa sa main sur celle de Gabin qui, comprenant, retira la sienne, et Seb se mit à le pomper pour de vrai. Cette grosse bite lui remplissait bien la bouche, et il n'y en avait qu'un tiers. Gabin, les bras sous la nuque se laissait faire, aux anges. Seb s'arrêta : « tu vas me sucer aussi ? ». Alors Gabin se redressa et vint s'allonger de côté, et chacun trouva la bite de l'autre et ils se sucèrent en 69, sans inhibition et en douceur, et finalement se caressèrent même le cul – culs qui s'animèrent et ils se retrouvèrent à se limer la bouche l'un l'autre lentement. « Me jute pas en bouche », dit Seb ; mais Gabin ne dit rien et le suça à fond. Seb se sentit partir et il sentit aussi la large main de son pote caresser fermement sa tête pour la maintenir : tant pis, il prendrait tout, c'était trop bon. Avec un long gémissement, Seb se vida les couilles à grands jets dans la bouche de Gabin qui, sans plus juger, expérimentait quelque chose de nouveau et pensait à Miky. Il gicla à son tour en appuyant sur la tête de Seb, surpris par la puissance des jets. Leurs corps se mirent à trembler ; ils avalèrent tous les deux leurs semences de mecs. Les mouvements de reins cessèrent et ils cessèrent de téter. Puis chacun finit sur le dos, en silence et bienheureux.

-       Chuis pas fan, dit Seb.

-       C'est clair, pas hyper bon… mais avaler ça m'a excité.

-       Ouais voilà, c'est plutôt ça.

-       T'as bien juté, gros, en tout cas !

-       Tu peux parler, salop !

-       T'as plein de protéines pour demain !

Et finalement ils éclatèrent de rire et allèrent se brosser les dents quand même… Ils s'endormirent en même temps, sans finalement trop cogiter à ce qui venait de se passer.

mike

cherchebiberon64@hotmail.fr

Autres histoires de l'auteur : Famille recomposée - L'ami Mathieu - Correspondances
Défouloir pour homme marié - La communauté - À la fac - Blanche fesse - Abdel - Boucheafion - Pine d'âne - Petit gorêts

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

21 mai 2019

Nouvelles (15)

Découverte Femelle
Une bonne salope sur un parking Chubbyslut
Complainte du garçon... Jako
Mon coloc me trouble -01 Svven
Mon coloc me trouble -02 Svven
Mon coloc me trouble -03 Svven
Mon coloc me trouble -04 Svven
Dépucelage à la plage Femelle
Découverte de nouveaux plaisirs Paupours
Louvain-La-Neuve sur un parking Nico
Sauna, mon premier dominant Femelle
Mes rêves J.S.
Domination à la forge Theo49
L’ange pervers Frank
L’ange pervers -02 Frank

La suite (8)

L'éveil du Renart -07 Renart
L'éveil du Renart -Fin Renart
Valentin et Simon -02 Aeshenn
Kader -16 Cédric T
Colocation -09 Emerick
Colocation -10 Emerick
Stage BTS à la ferme -13 Stéphane
Les potes de mon grand-frère 4/2 Marc 67

Mai 2019

Nouvelles

Sauna Sun city Julien
Ma première chez les hommes 13008
Une sacrée initiation Lucif
Mon prof, mon pote et moi ? Étalon
Un bon prêt en liquide Pititgayy
Le copain de ma fille Jeanmarc
Soumis en cam Lope75
Jeux de rôle musclés Stéphane
Les potes de mon grand-frère 3-1 Marc 67
Travesti éduquée par son maître Julia2
Mise à dispo  Lopeajus39
Sissy Bumi88
Tournante de rêve Jerem72
Le clandestin Jako
Les skets de mon pote d’internat Kifflesket
Ma (Dé) Formation Matiti Yah
Un plan psychologique Alcide
Révélation nocturne Pierredelavega
Enfin ! T&R
Au mariage de mon neveu Eliot
La chienne exhib Pol
Bar bien chaud Caramel
Réalité fantasmée Fred
Un taxi ? Houne66
Rendez-vous chez le médecin Paul75
Randonnée initiatique Ron
Comment j’ai sucé mon cousin Romain
Prague Astro
Vengeance Julian Lerkin

La suite

Un amour de soumis -06 Elfe
Au Sauna de Sochaux -02 Chatenois25
Un examen oral -03 Gogo
Les skets ... -02 Kifflesket
Soumission & Domination -527 Jardinier
Soumission & Domination -528 Jardinier
Soumission & Domination -529 Jardinier
Soumission & Domination -530 Jardinier
Frenchies -12 Pititgayy
Le patient rebeu -02 Dirtybator
Stage BTS à la ferme -12 Stéphane
Ma (Dé) Formation -02 Matiti Yah
Ma (Dé) Formation -03 Matiti Yah
L'éveil du Renart -04 Renart
L'éveil du Renart -05 Renart
L'éveil du Renart -06 Renart
Kader -15 Cédric T
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)