PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Tu seras ma propriété !

C'est bêtement un soir, lors d'un plan Q que les événements ont commencé.

J'étais seul depuis quelques mois, et j'avais  donc repris mes habitudes sur les applis. Du haut de mes 30 ans, 185, je n'ai pas trop de mal à trouver,  mais du mal à ce que mes goûts trouvent.
Un soir, je tombe sur un mec de mon age, passif, bien chaud, à 30 minutes de chez moi, sur Calais. Pas motivé par la route, sa gueule finit par me convaincre.

RDV pris sur un parking, pour un plan suce. Le mec souhaite du régulier. Avec 1h aller retour, ça m'arrange, je passe pas pour 10 minutes. Arrivé à l'heure, je patiente. Le mec arrive, et monte dans la caisse. Conforme aux photos, quoi qu'un poil de manières, mais rien de dérangeant.

Très vite s'engage la conversation. Le mec ne va jamais sur les applis. Je suis "un accident" pour reprendre ses termes. Pour faire simple, il se revendique "cul à rebeu" et forcément, c'est pas mal gueule de blanc qui correspond à ses critères, mais qu'importe, je lui ai tapé dans l'oeil.

Assez curieux, je lui demande comment il fait pour se faire serrer par des rebeux si il va jamais sur les applis ? Ma question, si anodine, va finalement changer ma vie...

Pas très loin de chez lui, se trouvaient la jungle de migrants, qui a longtemps fait parler de lui. Et chez les gays, ils avaient semble t'il, un parking ou les migrants se vendaient pour 10/15€. Engagé, il préférait donner un peu de thune pour subvenir à ses besoins.

La conversation se poursuit, et je mets en route la machine pour faire affaire gratos avec ce mec assez excitant.
Le feeling ayant bien marché, la semaine suivant, on s'est revu. Couilles vidées, et ainsi de suite.

Peut être un mois après notre rencontre, le suceur m'envoya un message pour me demander mes occupations du samedi qui arriva. Ayant vides, il me proposa une après midi humanitaire suivi d'un trou bien chaud chez lui pour me remercier. Inutile de vous dire que j'ai accepté.

L'après midi arrivé, pour faire bref, on a effectivement aidé les associations sur place. De mon coté, ne me sentant absolument pas du tout concerné par la cause, je n'avais jamais pris la peine de m'intéresser au sujet de la jungle. Inutile de vous dire que les conditions de vies m'ont secoués. Le soir venant, je recommence ma petite affaire, et mets enceinte mon vide couille du moment.

Les journées suivants ont été plutôt troublant dans ma tête, les images mémorisées de ces malheureux me hantent un peu, assez peiné d'être impuissant à leur sort. Je contact mon suceur pour lui faire part de mon sentiment et du fait qu'il ait abusé de m'y avoir emmené.

A vrai dire, je suis devenu une machine à idées par la suite. Natif de Paris, la détresse humaine ne m'était pas étrangère, mais, ma solitude dans les hauts de France, région dans laquelle je venais d'arriver, m'a donné un coté créatif !

Prenant mon courage à deux mains, j'ai saisi mon samedi pour retourner sur place. Ma "promenade" m'a donné de beaux mecs à matter, et effectivement, il ne semble pas trop difficile de se faire sucer la bas. Toutefois, plus les pas s'accumulaient, plus j'avancais au sein d'une population de plus en plus "normales", qui possédaient encore d'amour propre.
C'est au détour d'un robinet installé à la hâte que j'ai rencontré un gars, dont pour simplifier son prénom, j'appellerai Khader.

Il était en train de se laver le haut du corps quand je suis passé. Assez troublé par la "propreté" dont il faisait l'objet dans ce lieu. Il était grand, musclé, mais son corps semblait affamé. Nos regards se croisent, mais Khader le tourne assez vite. Je comprends donc qu'il ne doit pas traîner sur ce parking à pute... Quel dommage !

Forcément, ma venue avait des arrières pensés. Je continue mon tour, mais à peine Khader n'était plus dans mon champ de vision, que je pensais à lui. Pour autant, sa couleur de peau ne correspondait pas à mon délire, qui est plutôt porté sur l'Europe de l'Est, comme les Russes...

Ni une, ni deux, Je fais demi tour et accoste Khader.

En faite, la conversation c'est faite très facilement, Il comprend le Français, mais le parle très mal.
Il m'invite dans sa tante de fortune, ou je peux y trouver des souvenirs de sa vie.

Khader comprend aussi très très vite que je ne suis pas hétéro. Ce qui facilite ma personne à m'assumer avec lui. Bien que pas du tout gay, il semble se foutre de mon orientation. Malgré tout, Khader m'avertis qu'il ne se vend pas. Et que du coup, il comprenait mon départ si j'étais venu pour ça.

Les minutes de conversations ont défilé, et mon après midi avec ce ténébreux brun s'acheva. Un peu triste du départ, je lui proposa tout de même :
(Propos "traduits" ;) )
- Je vis pas très loin d'ici, tu veux venir te reposer chez moi ?
- Non non non..... non merci beaucoup mais on s'habitue ici
- Tu es sûr ? tu as peur car j'aime les hommes ?
- Crois tu que je ne suis pas physiquement capable de me défendre ! (en rigolant)
- Vraiment j'insiste, je suis venu aider quelqu'un, ne veux tu pas souffler une nuit ?
(...)
- Je ne peux pas laisser ma tante ici, quelqu'un va s'installer dedans demain sinon.
- Tu peux prendre tes affaires et ta tante avec toi, je t'aiderai à la réinstaller demain.

Au fils des arguments, Khader accepte et finit par me suivre.
Dans la voiture, il se mit à tout toucher, "j'avais une 405, peugeot" me dit il en rigolant. "Ca conduit bien"

La route se passa sans encombre, la soirée aussi, Khader mangea à sa faim, pris une vrai douche, pendant quelques quarts d'heure d'ailleurs ! Ongles coupés, barbes rasés, seul ses cheveux étaient un peu long mais pas un bol heureusement.

Lors de sa sortie, il attend debout à coté du fauteuil que je lui dis quoi faire, surpris, je me retourne et constate qu'il avait remit ses habits.
- ah non retire les, tu es propre, prends des affaires propres
- mais j'en ai pas, j'ai que ça.
Je l'accompagne dans ma chambre, lui montrer mes affaires, et le laisser se changer. Coup de chance, à part aux manches, on taille pareil.

De retour dans le fauteuil, Khader est gêné et dans son coin.
- N'hésite pas, tu peux mettre des pieds sur la table.
- Merci

Le temps passe, il semble toujours aussi gêné.
- Mets tes pieds sur la table, j'aurai moins l'impression que je te gêne.

Khader s'exécuta. Kiffeur, imagines ma bite à la vue de ses chaussettes blanches sur ses grands pieds posés sur la table.
Serieux mec, j'ai quasi jamais quitter du regard ses pieds.

- Je peux te demander quelque chose ? Me lança t"il
- Oui oui
- Ca sert à quoi la culotte ou il y'a un trou derrière ?
- Euhhhh t'as vu ça ou ?
- Avec les sous vêtements
- hé bien, c'est moi qui suis gêné maintenant ! Dis-je en riant.
- Pourquoi ? C'est sexuel ?
- Oui oui
- Ah je vois à quoi ça sert du coup
On rit
- Tu vas apprendre un terme en Français alors, ca s'appelle un jock.

(...)

-Tu veux que je mets une chaine de chez toi ?
- Non non merci
- Tu es sûr ? J'insiste !
- Non vraiment, fait comme si j'étais pas là, en plus je travaille ta langue.

Bon, le reste de la soirée a été assez amical, j'en ai appris un peu sur sa vie. Il n'a plus de famille, et son frère était lui aussi gay, comme moi. Dans ses affaires, il m'a montré sa famille en photo, ainsi que son défunt frère, une tuerie lui aussi.
Assez K.O je lui explique le fonctionnement des télécommandes, qu'il connait quand même. Et lui mets le clic clac. Par politesse, je lui dis qu'il peut venir dormir avec moi si il le souhaite.

Le lendemain matin, je me lève avant Khader. Dommage, il a dormi habillé. Téléphone en mains, j'en ai profiter pour le mitrailler de photos, de lui, et surtout de ses chaussettes.
C'est vers midi quil émerge. Surpris d'avoir dormi autant, il s'excusa, c'est mignon. Je lui propose un petit dej.
- Non merci, je vais repartir, je te remercie beaucoup.
- Déjà ! Tu ne veux pas que je te ramène en fin de journée ?
- Tu pourrai me ramener ?
- Bien sûr ! Je n'allais pas te laisser repartir seul avec tes affaires.

Khaled a passé l'après midi avec moi, on a été se promener dans les parages, je lui ai montré un bout de ma vie. C'était assez magique. Ca fait longtemps je n'avais pas passé un week end sans me vider les couilles.

C'est lors du repars du soir, j'ai pris mon courage à deux mains pour lui proposer le deal que j'avais en tête.

- Bon, avant de partir, j'aimerai parler avec toi Khaled. Je ne suis pas venus pour le plaisirs hier. J'aimerai te proposer un deal. Je te propose de rester ici. tu pourras sortir, manger à ta faim, te laver, te faire des amis. Bref, recommencer une vie ici. En échange, tu t'occupera des tâches de la maison, la vaisselles, le repassage, la cuisine. Mais surtout, je te demanderai ta liberté. Je voudrai te posséder, mentalement, mais surtout sexuellement. Je sais que tu n'es pas gay, je ne pense pas que tu vas accepter comme ça, mais j'ai vraiment kiffer sur toi, je ne voudrai pas te ramener avec le regret de ne pas te l'avoir proposer. Si tu ne veux pas, j'aimerai tout de même que l'on conserve cette amitié qu'on a un peu tisser ce week end, et que l'on se revoit à l'avenir.

Khaled resta bouche fermé, et glaçant par son silence.

- Tu réfléchi ?
- Attends un peu s'il vous plait

Le temps se fût assez long.
- Je savais que tu allais me le proposer. Des amis du camps son parti car des gays sont venu leurs proposer. J'y ai réfléchi,pour me préparer à cette idée. ¨Être comme une femme à la maison ne me fait pas peur mais je n'ai jamais coucher avec un homme et je ne suis pas attiré par les hommes. Je ne pense pas pouvoir, pardon.

- Je ne suis pas surpris, ne t'excuse pas, mais peu d'entre vous ont cette chance, ne l'oubli pas, j'aimerai quand même te revoir par la suite, en tout bien tout honneur. Si évidement, ça ne va pas mieux pour ta situation.

Je lui offre mes vêtements, nous revoilà dans la voiture sur le retour. Il m'explique avoir passé un très bon moment, et me remercie beaucoup, car il se sentait mieux. Sur le camp, je l'aide à remonter sa tante à l'endroit, ou par chance, il était. Ses affaires rentrées, il m'invite à m'assoir quelques minutes avant de partir.

- Euh, je peux te demander quelque chose ?
- Oui Khader ?
- Euhhhhh, Euhhhhhh, le coté sexuel est obligatoire pour accepter ?
- Je peux patienter au début, mais oui, c'est une obligation. Désolé.
- Je vais faire la femme ou l'homme avec toi ?
- La femme

Un silence s'installe, avant le verdict.
- Je veux bien tenter mais laisse moi du temps.
- Avec plaisirs, mais réfléchi bien, je t'apprécie, mais sexuellement, ça risque d'être dur pour toi.
- Je veux tenter.

Le temps d'enlever tout ce qui venait d'être fait, Khader prend le temps de s'arrêter voir ses "potes" du camp.

Nous voilà reparti, avec un nouveau "compagnon", et pour lui, une "nouvelle" vie. Depuis, l'histoire a évoluée, avec un supplément dans la maison. De quoi assouvir mes kiffs et délires.

Tu veux en savoir plus ? Fais le savoir ! Je pourrai rentrer dans les détails...

The Boss

clubeur@ntymail.com

Autres histoires de l'auteur : Tu seras ma propriété

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

16 juillet 2019

Nouvelles (21)

Au sauna avec Nicolas Julienbogoss
Accompagnateur Martin Tche
Comment je me suis fait violer le cul chuuuut17
Un dimanche Martin Tche
Le masseur turc Martin Tche
Ma première hospitalisation Martin Tche
Mon pote Brice Thomas
Amir Thomas
Gabriel Renart
Sur la route de Bruxelles Omar-lille
5 garçons de terminale Frank
Olivier Lycrahot
Rapport de force -01 Lucif
Rapport de force -02 Lucif
Kiff Seithan
Exhibition et domination Pol
Un job d’été prometteur Tomtom69000
Virée au bar Lifeisdream
Medhi, un Maitre marocain Lope75
Chambre d’hôtel Frank
Chambre d’hôtel -02 Frank

La suite (12)

Le patient -06 d.kine.75
Un amour inaccessible -04 Miangemidemon
Le chef de chantier -06 Romain
Le chef de chantier -Fin Romain
Passion en toutes lettres 07 Cyrillo
Passion en toutes lettres 08 Romain
Passion en toutes lettres 09 Cyrillo
Passion en toutes lettres 10 Romain
Passion en toutes lettres -11 Cyrillo
Passion en toutes lettres -12 Romain
Les potes de mon grand-frère 4-2 Marc 67
Le fils prodige aime obéir -07 Charles.lope

Juillet 2019

Nouvelles

Passion en toutes lettres 01 Cyrillo
Passion en toutes lettres 02 Romain
Passion en toutes lettres 03 Cyrillo
Passion en toutes lettres 04 Romain
Passion en toutes lettres 05 Cyrillo
Passion en toutes lettres 06 Romain
Dans les airs ! Peter pan
Mon collègue Farid Hugo
Le grand frère de mon pote Julian
Éveilleur Alex
Éveilleur -02 Alex
2 ouvriers au supermarché Thomasqueutard
Soirée chez mon meilleur ami Arnaud

La suite

Le chef de chantier -05 Romain
Découverte de mon côté gay Alb29
Un amour inaccessible Miangemidemon
Les bains d’Odessa -02 Loic.1972
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)