PAUSE

Le garçon derrière la machine a besoin de repos, de vacances...
Rendez-vous fin septembre ;)

PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

3/4 d’heure intense

Là, j’en ai pris pour mon compte
Ça a duré le temps que ça a duré, mais ça a été à la fois limite violent, et assouvissant.
Je m’explique :
Pour ceux qui me découvraient (je vous engage à lire mes histoires précédentes toutes réelles)

Je suis arrivé tardivement au sexe avec les hommes l’aube de mes 60 ans.
Une réelle découverte, j’ai rencontré un homme de mon âge, Paul qui dévergondé à outrance, m’ayant fait, et fait faire des trucs quasi inavouables.
Il m’a prêté, loué, mis en gage, et en lot, comme 1er lot dans un loto, fait découvrir les plans à 3 et plus, mis dans des situations auxquelles je n’avais même pas, ne serait-ce qu’imaginées ou envisagées, avant de le connaitre, coincé que j’étais dans ma triste vie d’hétéro basique, insatisfait et fin de compte ennuyeuse sur la fin.
À bien y regarder, il a fait de moi sur le tard une salope soumise (certes de caractère), mais soumise quand même, et avide d’évolutions.
Malheureusement Paul a eu un problème grave de santé (cardiaque) lui interdisant pour l’instant tous efforts physiques et émotionnels, de toute manière les médications qu’il est obligé de prendre l’empêchent de bander tout du moins pour l’instant.
Il est mon coach sexuel, nous sommes restés très amis, je suis là pour lui s’il a besoin de services tout autres que sexuels, et après tout, les amis c’est aussi fait pour ça, et même s’il ne me baise plus, il s’occupe de moi à ce niveau, d’abord parce qu’il a du temps pour chasser, puis surement par fantasme
(il doit jouir intellectuellement) des situations dans lesquelles il me met, et enfin parce qu’il dispose d’un carnet d’adresses de OUF.
On se dit tout.

Il me connait bien, sait ce que je ne veux pas et le type de mecs qui peuvent prétendre à mes largesses.
Il sait que je suis branché, aussi bien plans cul directs et rugueux que plus élaborés et déjantés.
Par plusieurs fois je lui avais relaté des rêves dans lesquels, je me faisais purement et simplement violer.
Je lui avais confié que c’était devenu un fantasme prise de tête, que j’avais voilà déjà pas mal de temps.
Vendredi dernier Paul m’appelle, me dit être embarrassé, et avoir besoin de mes services pour le lendemain, il a acheté une voiture à un de ses anciens collègues, 1, 4X4 BMW à Arcachon et me demande si je suis dispo et s’il serait possible que j’aille la chercher chez le vendeur, ou tout est réglé, même le plein fait, assuré, pour la lui ramener.
Je trouve donc un co voiturage qui m’y emmène.
Une fois lâché dans Arcachon, je prends un taxi qui m’emmène à l’adresse indiquée.
Je déboule donc dans une jolie petite maison en périphérie d’Arcachon, ou effectivement est garé devant la porte un BMW 4x4, X5 noir
Le taxi se barre, et je vais sonner à la porte.

J’entends : entrez c’est ouvert je suis au fond du couloir.
J’entre, il fait plutôt sombre et effectivement au fond du couloir il y a de la lumière.
J’avance et là tout bascule d’un coup.
Je me fais harponner sans ménagement par deux mecs à priori bien costauds.

On m’enfile un genre de sac sur la tête, me soulève et me transporte.
Panique à bord, je me débats, gueule, rue, dans les brancards, rien ni fait, ce sont 2 solides lascars qui savent y faire, ils m’immobilisent et empêchent tout mouvement de ma part non sans me bousculer sérieusement.
Je ne suis pourtant pas une crevette je fais 1m85 pour 90 kgs et suis pas manchot.
On me pose, j’entends un des deux mecs dire voilà ton paquet on en fait quoi ?
Une voix répond, installez-moi cette merde sur le sling après l’avoir foutu à poil
Ils sont donc 3.

Je panique encore plus d’autant que je ne vois rien
Les voix sont rauques, puissantes
En moins de temps qu’il le faut pour le dire l’une me désape entièrement pendant que l’autre assure sa prise sur moi par une clé de bras très douloureuse.
Je râle vocifère, insulte, et gueule
la troisième voix dit et puis faite moi le taire il me soule avec ses cris et insultes.
On soulève le sac de toile et on me bâillonne.
Je me sens soulevé, déposé sur un sling (bon ça je sais ce que c’est).
À la nuance près que celui-là est équipé de bracelets et chevillères en toiles avec des scratchs puissants m’interdisant tout mouvement.

Le 3e dit aux 2 autres :
Vous pouvez vous casser, je me débrouille tout seul maintenant, merci pour le coup de main.
C’en est presque un soulagement.
Effectivement j’entends que ça sort et une porte qui se ferme.

À peine la porte fermée, je reçois une baffe de chez baffe, avec le commentaire suivant :
Tu te laisses faire, n’y en aura pas pour longtemps si tu la ramènes, je te mets une trempe dont tu te souviendras un moment !
Je suis vaincu et ne me fais d’idée sur l’issue de ma situation.
Je prends encore quelques bonnes claques sur le cul, la situation est ambigüe.
Je suis mort de trouille et en même temps une excitation monte crescendo en moi.
Et, je capte d’un coup : putain de Paul, le salopard…
Mais je n’ai pas le temps de gamberger, 2 mains m’écartent les fesses, un doigt puissant pousse sur moi anus et le pénètre d’un coup direct sans gel comme ça à sec.
Puis le doigt remue, tourne, s’enfonce et ressort, replonge en moi, je m’ouvre sous la pression, en plus l’excitation commence à faire son chemin dans ma tête et mon ventre,
Un commentaire désobligeant fuse, ben dis donc tu m’as l’air d’être une bonne salope toi !
On dirait que tu mouilles en tout cas tu t’ouvres.
T’es encore serré, mais t’inquiètes je vais t’ouvrir ça.
Tu vas manger chaud ma garce !

J’ai du mal à respirer avec ce putain de bâillon, il s’en rend enfin compte et me dit je t’enlève ça à la condition que tu arrêtes tes insultes.
Je fais OK de la tête, il soulève cette espèce de cagoule et me libère la bouche
et rabat la cagoule.
Impossible de voir à quoi il ressemble.
D’un coup je sens quelque chose de froid et dur qui appuie sur ma rondelle.
Il pousse ça rentre tout seul ça doit faire pas plus de 2 cms d’épais.
Et il enfonce lentement c’est long très long cela me parait interminable.
Jusqu’au moment ou ou c’est vraiment au fond.
La sensation est agréable, il pratique 3 oui 4 va-et-vient puis retire l’objet, en laissant une dizaine de cms dans mon ventre, la j’entends un petit bruit de moteur électrique, est je comprends il m’a enfilé un gode gonflable.
La pression se fait, mon anus s’élargit lentement puis il arrête, enfonce 10 centimètres environ de plus et reprend le gonflage.
La sensation est hallucinante, je me remplis de l’intérieur, mes parois annales se distendent, j’ai pas mal, une drôle de sensation de bien être m’envahit le ventre je soupire et gémis.

Il retire le gode, s’arrête en laissant encore au moins 5 cms dans mon trou et recommence à gonfler, je sens mon anus s’ouvrir se distendre lentement.
Puis il retire l’engin encore gonflé de mon trou, le soulagement est immense, mon orifice se rétracte d’un coup.
Puis je sens de nouveau quelque chose de dur et froid, il pousse, ça rentre d’un coup, puis plus rien, et de nouveau par-dessus ça, une 2e poussée, j’ai compris là aussi c’est une 2e boule, plus épaisse que la précédente, il est en train de m’enfiler un chapelet de boules, plus grosses les unes que les autres.
Il en passe 4 successives, j’ai un peu de mal avec la 4e quand même je lui dis doucement ça fait mal.
Lui ta gueule !
Il pousse encore une 5e boule se présente il crache dessus et pousse d’un coup, mon anus l’absorbe d’un seul coup avec douleur, je couine et récupère une bonne claque sur le cul pour le compte.
Il me laisse comme ça 2 ou 3 minutes en me tapant avec le tranchant de la main sur mon ouverture, j’ai l’impression d’avoir un truc vivant là-dedans.
Puis il doit saisir le cordon qui dépasse parce que je sens qu’il essaie de retirer le chapelet, la 1re à sortir est la dernière rentrée évidemment, je crois que c’est encore plus douloureux qu’à l’entrée, puis les autres suivent, lentement.
C’est là un réel soulagement, la dernière sortie, j’évacue une série de gaz, en d’autres circonstances j’aurai été confus, mais là, je m’en fous carrément, apparemment lui aussi d’ailleurs..

Là, il me dit t’es prêt, et je vais t’enculer en force.
Pour ça je vais te détacher on va aller sur un lit.
J’ai toujours cette putain de cagoule sur la tête, il commence par les mains me les ramène devant et me lie les poignets ensemble.
Puis les chevilles, mes jambes tombent, il me redresse, me met sur mes jambes et me guide, me pousse sur à prioiri sur le lit, me met à 4 pattes le cul en l’air appuyé sur mes coudes.
Je sais plus ou je suis, aucun repère, le ventre en feu un mélange de honte, d’envie, et que ça s’arrête me hante, plus l’angoisse de ce qui arrive

Il me dit « fini les hors-d’œuvre, voilà le plat de résistance »
Je le sens s’installer derrière moi, il m’écarte un peu les genoux pour avoir un meilleur accès à mon trou.
Il pose son gland sur mon trou, je sais que c’est un sexe et pas un gode, c’est chaud limite brûlant, de ses mains il m’écarte les fesses, il ne m’aurait pas laissé les mains lies je l’aurais fait moi-même, j’ai basculé dans ma tête, j’attends plus que ça désormais une vraie bite dans le cul.
Je gémis, remue des reins, et lui dit :
merde vas-y, baise-moi, bordel, qu’on en finisse !
Y a des fois il vaudrait mieux que je ferme ma gueule, parce qu’il exécute et d’un violent coup de reins m’enfile sa queue sur au moins 10 centimètres, son gland est énorme, sa queue dure, comme du béton, il m’arrache un cri de douleur, de la vraie qui fait mal celle-là, j’en ai le souffle coupé.
Il me dit : tu fais moins le malin là.
Moi : Oui, mais vas-y doucement pour le reste,
d’autant que je viens apprécier à mes dépens, le calibre de l’engin et que j’ignore la longueur du truc.
Il est au moins épais de 6 cms et ce putain de gland en tète chercheuse n’en parlons pas…
Lui : ta gueule (une fois de plus) t’es qu’une merde et je fais comme je veux !
Et il entreprend de s’enfoncer en moi d’un coup, pas lent ni précipité, mais ininterrompu, il pousse, pousse, mes entrailles s’ouvrent sous la pression elles n’ont pas le choix et enfin je sens les poils de son pubis collé à mes fesses, vu mon expérience je dois avoir au peu de choses près entre 21 et 23 centimètres au fond du cul, difficile à dire vu la préparation qu’il m’a faite.
Il reste planté là, au fond bien campé sur ses genoux, mon antre s’adapte à lui c’est moi qui prend l’initiative de commencer a remuer doucement, j’avance et recule un peu sur son pieu qui m’éventre,

Au bout de 3 ou 4 va-et-vient comme ça sur 4 ou 5 centimètres accompagnés de mes râles, et commentaires :
genre ha la vache quel engin, je la veux, vas’y baise-moi, allez connard encule moi ou t’as que de la gueule.
Là encore j’aurais mieux fait de la fermer, je suis ouvert, mais pas au point de supporter ce qu’il me met d’un coup, je sais pas si je mles vexé, mais il se met à me bourriner comme un malade et il ne fait pas semblant il m’enfile sur toute sa longueur par des va-et-vient puissants, violents qui tapent au fond de moi
Il se retire 2 fois pour me refourrer comme un malade, et me punir à coups de bites
Il me fait mal, et en même temps j’aime ça, la douleur se mélange avec un plaisir furieux qui monte du fonds de moi et descend de mes reins, je dégouline de partout je suis essoufflé, il mène un vrai marathon, j’ai la bouche grande ouverte pour chercher mon souffle et il me pilonne encore et encore au plus profond qu’il peut, maintenant mon cul l’accueil sans problèmes, toutefois quelques douleurs, de temps en temps, quand il tape trop fort au fond de moi ça m’arrache des cris de douleurs et j’essaie de m’avancer pour le contraindre a se retenir, mais là encore il a une pogne d’enfer et me tient bien par les hanches…

Je croyais l’avoir pris à son propre jeu, il n’en est rien c’est bien lui le patron il me VIOLE carrément et depuis le début....
Ça y est j’ai lâché le mot, et je l’accepte dans ma tête,
JE SUIS EN TRAIN DE ME FAIRE VIOLER
Et pas qu’un peu.

Certes c’était un fantasme, mais je ne l’avais pas vu comme ça, je l’imaginais du genre me faire plaquer sur capot de voiture et enculé, forcé direct par un inconnu, qui se barre au bout de 5 ou 6 minutes de limage express, ou chopé par un mec dans les douches de la piscine qui m’aurait enculé directement debout plaqué contre les parois des douches.
Mais je ne l’avais pas envisagé comme ça, les faits sont bien la, il m’a violé et pas qu’avec sa queue.
Voilà a quoi je pense pendant qu’il continue à me bourrer, et d’un coup le plaisir arrive en moi, il me submerge mon cul s’ouvre mon ventre est en feu ma queue qui n’était pas au top est devenue dure, de violents spasmes m’animent, mes sphincters ce contractent sur sa queue apparemment il aime il dit :
Mais la salope elle jouit du cul, je ne le crois pas ça, et de redoubler ses coups de boutoirs, je hurle de plaisir je pars de partout ma queue mon cul tout ce contracte, mes reins se cambrent, j’explose de partout ma queue, mon cul ma tête, c’est violent, très violent.
J’en ai pris des pieds, mais comme celui-là jamais...
Lui de son côté se cambre aussi se plante au fond de moi et balance une série de jets puissants brulants qui m’inondent il pousse un cri long rauque animal en même temps.

Voilà, c’est fait, j’en peux plus je m’aplatis sur le lit à plat ventre des qu’il sort de moi.
Je ne sais même pas ou plus si j’ai mal au cul je suis comme anesthésié.
Lui est resté à genoux.
Il me retourne
et il me détache les mains, m’enlève ma cagoule et je découvre mon tortionnaire.

Je reste scotché.
40 ANS maxi (moi qui ne baise qu’avec des quinquas à minimum) dans les 180 pour 90 kgs brun cheveux mi-longs, très mate de peau, poilu moyen du torse les yeux sombres pas vraiment beau, mais il a une gueule de mec mec un peu marquée on dirait un Gitan d’autant qu’en plus il a une boucle d’oreille (bonjour le cliché)
Il me regarde, sourit et me dit : salut moi c’est MANU
J’ai juste su répondre : Ben moi James !
Comme si de rien n’était, il me dit on va sous la douche, je crois qu’on en a besoin non ?
Effectivement, et je le suis et je vois mes fringues sont en vrac, par terre.

On passe sous l’eau je découvre l’objet du délit encore en forme, qui plus est.
Un bon 23 comme je l’avais supputé, un gland magnifique, une de 6 d’épaisseur.
Il est encore dur, je ne peux pas m’empêcher d’y mettre la main et de le caresser.

Parce qu’après tout, je ne fais que la découvrir fin de compte, il se met à gémir alors je le caresse, l’astique avec lenteur sur toute sa longueur, il aime.
Il ordonne : allez vieille salope fais toi plaisir, suce-moi ça.

Je tombe à genoux et l’enfourne, avec un peu de mal il faut l’avouer et je m’applique à lui administrer une pipe d’enfer.
ÇA PARAIT QUE JE SAIS FAIRE !

Ça ne traine pas, il éructe qu’il va re jouir, sa queue se tend d’un coup il me prend la tète me la maintient, bien tenue, pendant qu’il se libère et jouit une 2e fois dans ma bouche ce coup-ci.
Il y en a moins que ce qu’il a laché dans mon cul, mais il expédie ça en 2 jets puissants.

Là, c’est bien fini on se rhabille, il me donne une enveloppe et dit : clés, papiers assurance de la voiture.

T’as plus qu’à te casser, ha oui remercie Paul.
Il m’avait promis un bonus pour lui avoir fait un bon prix pour la BM.
De toute manière je l’appellerais.

Ha oui au fait, si tu reviens dans le coin, inutile de venir ici, ce n’est pas chez moi, mais chez des potes partis à l’étranger, et qui m’ont demandé de surveiller la maison.
Et là-dessus il me pousse dehors.

Je récupère le nouveau jouet de Paul, programme le Bluetooth de mon téléphone sur la voiture, et direction les Landes, 1 h 15 environ de route avec un monstre pareil ça va être que du bonheur.
Je mets la radio et je tombe sur les grosses têtes de RTL ; du coup je regarde l’heure et me rends compte que cette baise n’a pas pris plus 3/4 d’heure maxi.
J’ai perdu toute connexion, notion et réalité à partir du moment où j’ai été cagoulé.
Sur le chemin du retour, je réfléchis à ce qui vient de m’arriver, et dis que voilà, un fantasme qui tombe, et que du coup ce n’est plus un fantasme, je le regrette presque.
Le téléphone me sort de mes songeries, je suis à mi-chemin, c’est Paul.
Il me dit : alors cette voiture, ça roule ?
Moi : t’es bien une espèce d’enculé rare toi, quand même, tu as encore réussi à te servir de moi.
Lui : tss tss c’est pas moi l’enculé d’après ce que vient de me dire Manu.
Et puis de quoi tu te plains, c’était un trip inassouvi qui te taraudait ?
Hé ben voilà c’est fait, apparemment tout le monde est content !
Manu ne tarit pas d’éloge,
il semblerait que tu aies eu ce que tu voulais, surtout que je connais le Manu il a pas du te rater, d’ailleurs à ce sujet si t’as mal au cul j’ai un nouveau baume qui devrait t’aider..
Et moi, j’ai eu une bonne remise sur la voiture.
Que répondre à ça ?
J’en ai appris un peu plus sur le Manu.
De souche espagnole mariée BI.
Chef de chantier dans le BTP.
Que la maison dans laquelle il m’avait sauté appartenait à des amis communs aux 2, un couple d’échangistes un peu déjantés, qu’ils ignoraient comme sa femme d’ailleurs que le Manu saute des mecs de temps en temps, et qu’ils n’apprécieraient pas du tout d’apprendre que le Manu se soit servi de leur maison pour satisfaire ses penchants.

Moi, OK je serais chez toi dans une demi-heure avec ton nouveau jouet, à peu près, une vraie fusée cet engin (je me suis retenu de dire un peu comme le Manu) sort l’apéro, je l’ai mérité, et ne suis pas contre le baume non plus, parce qu’il faut avouer que ça chauffe quand même un peu dans mon slip coté pile.
Lui : OK arrive.
Je livre donc la voiture.

Paul me demande de lui raconter en détail mon plan, ce que je fais volontiers.
Du coup, ça l’excite un peu à pépère, et il me demande si je ne veux pas le caresser et le sucer tout en sortant sa bite, elle est molle de chez molle, moi je sors aussi la mienne pour qu’il la caresse aussi, et j’ai beau m’y employer, rien a faire, décidément ses médocs son contraignant, nous renonçons, il en est tout navré.
Le problème, c’est que du coup c’est moi qui suis excité et cela se voit.
Nos sommes assis dans le canapé, il me dit : baisse ton froc complètement je bande pas certes, mais je peux sucer, je me lève me plante en face de lui la queue bien raide, il l’enfourne au plus qu’il peut, me malaxe les couilles, tire dessus, me tète le gland, et très vite je se, ns de nouveau le plaisir revenir.
Je suis planté devant lui, jambes écartées, ma bite dans sa bouche et le plaisir arrive arrive, alors d’une main, il enfonce son pouce dans mon cul, de l’autre me tient la tète fermement, sa bouche autour de ma queue, les lèvres serrées et je lui balance le peu qu’il me reste à balancer, au fond de la gorge, en poussant des petits cris de plaisir.
J’ai tout juste le temps de me rhabiller et lui de se mettre présentable que l’on entend la porte s’ouvrir, c’est sa fille qui rentre tout énervée et elle dit :
– Salut James ! Et à son père : ça y est papa elle est arrivée.
Paul oui, James est allé la chercher.
Elle me tape un gros bisou en reconnaissance.
La fille de Paul est plutôt jolie, célibataire et lesbienne (ça doit être de famille).
Elle m’a vu régulièrement avec et chez Paul, même si elle habite un petit appartement indépendant dans la maison.
Paul est persuadé qu’elle sait pour nous surtout avant qu’il se fasse opérer du cœur, mais elle n’en laisse rien paraitre.
Paul est veuf depuis quelques années et son père est tout pour elle.
Elle apprécie que l’on se revoie depuis son opération, et sait que Paul est en difficulté physique masculine.
Paul lui dit les clés sont sur le bar.
Elle s’échappe prend les clés et disparait.
Paul me dit la voiture c’est pour elle pour Noël.
Moi : ha oui quand même, tu ne veux pas m’adopter par hasard ?
On finit la soirée, sa fille nous a rejoints, elle est toute excitée par son nouveau jouet.

Je les quitte en me disant que je finissais l’année en beauté, parce que là, avec Noël, et la St-Sylvestre qui arrivent, la famille va débarquer à la maison et je ne vais pas avoir beaucoup de temps pour la bagatelle.
Mais sait’on jamais ?
Au fait ; pendant que j’y suis, avec un peu d’avance
Bonnes fêtes de fin d’année à tous.

James

jamescotbask@orange.fr

Autres histoires de l'auteur : Sacrée reprise après 7 mois d’abstinence - Sévèrement déglingué - 1 pour tous, tous pour moi - Pas vu venir celle-là  ! - 3/4 d’heure intense - Plan avec 2 actifs - Nouveau plan, nouvelle queue - 1 de perdu, 2 très chauds de trouvés - Forestier Sculpteur rugueux - Plombier en urgence - CQFD - Putain de Machine! - Picnique mémorable à la plage - Mal au cul - Là! c'était du lourd de chez lourd - Je suis devenu la pute de Paul en peu de temps - Une bonne dernière directe pour la route - Parole donnée Parole tenue, ho combien - Quand le Hasard et l'imprévu font les choses biens - Pari perdu rime avec plein le cul - Direct du lourd épais au fond des entrailles - Baise à 3 en Mer - Parce qu'il faut un début à tout tôt ou tard - Enfermé 30 Heures

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

22 aout 2019

Nouvelles (20)

Douche salle de sport Noprise2tete
Sexe à l'armée -01 Martin
Sexe à l'armée -02 Martin
Sexe à l'armée -03 Martin
Sexe à l'armée -04 Martin
Sexe à l'armée -05 Martin
Sexe à l'armée -06 Martin
Sexe à l'armée -07 Martin
Sexe à l'armée -08 Martin
Excitantes retrouvailles Max
Aller en club tout seul Jh30du11
Un boss plus que pervers Private78
Le vigneron Romain
Fratrie « de Wintzt » Calinchaud
Mon voisin hétéro ? Étalon
Un magnifique voyage Passifsensuel
10 ans en arrière Bad boy
Weekend dans le sud Chopassif
La Première Fois de Mon Pote Molgax
Capotes et jus Barn

Aout 2019

Nouvelle

Abdou Romain
L’école de danse Noah93
Hétéro, juste ce qu'il faut Hugo
What a TØS Sexaddict49
Première hard Tours37
Plan à 3 en extérieur Sylou69
Fouille révélatrice à l’aéroport KarlJ
La piscine Quentin94
Un sauna de verre Glaudoun
Défonce au camping Heysi37
Pauvre Cyrillo Romain
Mes dépucelages -01 XXL
Mes dépucelages -02 XXL
Le fils du shérif -01 Matt
Le fils du shérif -02 Matt
Le fils du shérif -03 Matt
Faire durer le plaisir Frank
Faire durer le plaisir -02 Frank
M Renart
M -02 Renart
Amoureux de Dimitri Chopassif
Prof de sport Victobg
Lost in Cocktown Pititgayy
Il m’offre son c... Seithan
Jardinier bien bâti Virilbgmuscle06
Mes années de fac Louisallenk
Toilettes publiques Hugo
Anniversaire de mon beauf Linox
La Cage d’escalier Éric
Révélation au club de natation WhiteKnight
Mehdi, le livreur de pizza Pol
Les vices de l’internat Lloh
Le volleyeur et le rugbyman Dolto
Chienne à rebeu Larbin
Nils -01 Renart

La suite

Passion en toutes lettres -17 Romain
Passion en toutes lettres -18 Cyrillo
Passion en toutes lettres -19 Romain
Passion en toutes lettres -20 Cyrillo
Passion en toutes lettres -21 Romain
Passion en toutes lettres -22 Romain
Passion en toutes lettres -23 Cyrillo
Passion en toutes lettres -24 Romain
La grosse bite de mon beauf -08 Ghost writer
Un étudiant appliqué -07 Amical72
Un étudiant appliqué -08 Amical72
Un étudiant appliqué -09 Amical72
Un étudiant appliqué -10 Amical72
Un étudiant appliqué -11 Amical72
Amour inaccessible -05 Miangemidemon
Nils -02 Renart
Mariage pour tous -13 Yan
Mariage pour tous -14 Yan
Le cul -02 chuuuut17
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider
(Simple et anonyme)
Ne donne pas accès aux pages "avant-première"