NEWS :
19 Juillet

"Sodomie"
"Handgag"
"bbk"

193 pages en accès
avant-première.
C’est quoi cet accès ?

OFFRE 50%

Valable tout 2024.
Simple,
CB ou Paypal,
Discret

Shop Gay

Cyrillo20 ans
site gay gratuit

PUBLIER

HISTOIRE

Sextoy
Sexshop

Signaler ici si l'histoire ne respecte pas les mineurs, ado, enfants (-18ans) ou toute autre infraction. Merci !

Premier épisode

Passion

Chapitre 3

Pour le nouvel an, Lisa a de nouveau organisé une grosse soirée avec tout le monde.

Xavier m'a de nouveau laissé tout seul.

Rien de surprenant de sa part : exceptés Lisa et Kévin, il est tellement discret que personne d'autre ne sait que nous sommes ensemble.
La tête commence à me tourner. Il faut dire qu'il est 2 heures du matin.

Je pars à la recherche d'un lit vide en espérant que mon chéri me retrouvera.
Lorsque j'ouvre l'une des portes, je tombe sur mon homme démontant Cindy, la nana la plus insupportable de la promo, en levrette.

Il n'a même pas pris le temps de la déshabiller. Sa jupe est relevée et ses seins ressortent de son débardeur. Il les empoigne à pleine main.
Il jouie en elle.

Pile au moment où son regard se tourne vers moi, je referme la porte.

J'attrape mon manteau et je sors de la maison en pleur.

J'entends un "Cali !" mais je ne me retourne pas.
Ça fait quelques minutes que je marche dans le froid.

La tête me tourne de plus en plus, mes larmes brouillent ma vision.

Je m'adosse à un muret et me laisse glisser sur le sol.
Une voiture s'arrête à mon niveau.

Le moteur se coupe.

J'entends 2 portières qu'on ouvre puis des bras musclés qui me soulèvent.

L'inconnu : "c'est Marc. Je t'emmène au chaud."

C'est le frère de Lisa.

Il me dépose sur la banquette arrière puis reprend sa place au volant.

Lorsqu'on arrive, il me porte jusqu'à une chambre et m'allonge sur le lit.
Il me tend une bouteille d'eau puis vient me prendre dans ses bras.

Je me blotti contre lui. Ses mains me caressent tendrement le dos.

Lui : "tu veux bien me dire ce qui ne va pas ?"

Moi, entre deux sanglots : "j'ai pas de seins..."

Il ne peut s'empêcher de rire.

Lui : "et alors ?"

Moi : "alors les hommes veulent des seins, pas un résidus de mec comme moi..."

Lui : "je vois... C'est à cause de Xavier ?

Moi : "oui..."

Lui : "ne le prends pas mal mais... Vous n'étiez pas fait pour être ensemble..."

Moi : "c'est sûr puisqu'il préfère les femmes..."

Lui : "c'est pas ça... Lui, c'est le genre à ne vouloir que du sexe, pas une vraie relation, et même là, si j'ai bien compris, il n'assurait pas... Toi tu as besoin d'un mec tendre, mais qui sait te prendre en main une fois au lit..."
Il me plaque contre le matelas et m'embrasse.

Au début surpris, je le laisse faire.

Ses mains parcourent mon corps. L'une d'elles remonte jusqu'à mon visage.

Il me caresse tendrement la joue avec son pouce.

Lui : "t'es tellement mignon, j'ai envie de te croquer..."

Il enlève mon t-shirt puis le sien.

Il me retire en douceur mon jean et mon boxer et se met lui même à poil, puis vient se placer entre mes jambes, revenant me caresser tendrement le visage.
Je sens sa verge contre mon cul, elle a l'air énorme.

Il attrape le lubrifiant, enduit son membre et vient caresser ma fleur.

Il entre en douceur, tout en me couvrant de bisous.

Je le sens me remplir, centimètre après centimètre. Il est doux et je ressens un plaisir immense.

Il arrive au fond et je gémis de plaisir.

Je me tortille sous lui pour faire de la place au nouveau venu.

La tête me tourne toujours. J'ai l'impression d'être dans un rêve.

Lui : "ça va ?"

Je m'entends gémir un "ouiiii".
Il commence à aller et venir, lentement.

Il grogne assez fort.

Moi : "je te fais tant d'effet?"

Il me caresse le visage de nouveau.

Lui : "j'ai jamais eu une petite douceur aussi serrée entre mes mains..."

Moi, d'une petite voix : "je suis une petite douceur ?"

Il me sourit : "tu es MA petite douceur..."

Moi : "fourrée à la crème ?"

Lui : "petit coquin... Oui, mais pas tout de suite pour la crème..."
Il continue son ramonage.

Je sens la chaleur montée en moi.

Moi : "han... Je suis tellement bien dans tes bras... Mmmm... Continue siteplaît... Han..."

Il accélère un peu.
J'ai perdu la notion du temps.

Quand il ne m'embrasse pas dans le cou, il fixe son regard dans le mien.

Ses mains maintiennent mes fesses immobiles tandis qu'il continue son mouvement.

Je sens sa sueur contre ma peau, mes mains le griffent en tentant de m'accrocher à lui.
Avec une grande maîtrise de soi, il finit par ejaculer en moi sans changer le rythme.

Il s'allonge de tout son poids sur moi et me mordille l'oreille.

Lui : "mon cœur, c'était magique ! Ça va toi ?"

Je reprends mon souffle en le serrant de toutes mes forces contre moi.

Lui : "ça doit vouloir dire oui..."

Il sort et nous retourne.

Il m'enlace avec tendresse.

Je sens son cœur ralentir. Je me laisse bercer par ces battements de plus en plus lents.

Mon corps tremble encore au contact de ses doigts sur ma peau. J'ai pris un plaisir indescriptible.

Je m'endors en priant que ce ne soit pas un rêve.

Chapitre 4

Je suis réveillé par des voix que je connais bien.

Kevin : "moi qui pensais le retrouver à se morfondre..."

Lisa : "avec mon frangin ! J'hallucine !"

Marc attrape un coussin et leur lance à la figure.

Lui : "cassez vous les merdeux !"
La porte se referme. Il se rend compte que je ne dors plus.

Sa main vient relever mon menton. Il me regarde droit dans les yeux, et me caresse du pouce.

Lui : "bien dormi ?"

Je lui fais un bisou dans la main et repose ma tête sur son torse.

Il m'enlace et me fait un bisou sur le front.

Lui : "je suis désolé pour hier soir..."

Moi : "pourquoi ?"

Lui : "j'ai profité de ta tristesse pour te faire l'amour, c'est pas bien de ma part, j'aurais pas dû..."
Je me redresse, sentant comme une boule au fond de ma gorge.

Moi : "tu veux dire que tu veux pas de moi ?"

Il se redresse à son tour et prend ma tête entre ses mains.

Lui : "hey ! Bien sûr que je te veux ! Ça fait un moment que je te veux... Mais j'avais une copine. Puis quand on a rompu tu étais avec Xavier. Hier, quand j'ai compris que c'était fini entre vous, j'ai pas pu résister. Je voulais pas prendre le risque qu'un autre mette la main sur toi, dans tous les sens du terme... "

Il sourit à sa propre blague.

Je me détends et lui réponds par un sourire.

Lui : "je voudrais pas qu'on aille trop vite tu comprends ? Je me dois de te courtiser, qu'on apprenne à se connaître..."

Je me remets à rougir.

Moi : "tu veux me courtiser ?"

Il prend l'une de mes mains et l'amène à ses lèvres.

J'affiche une mine boudeuse.

Moi : "mais je veux tes bras moi... Les 3..."

Il explose de rire et je ne peux plus jouer la comédie plus longtemps.

On s'écroule l'un sur l'autre en riant.
Une heure plus tard, je sors de la chambre... comblé.
Les cours reprennent. Je suis obligé de parler à mon nouveau chéri par téléphone.

C'est une torture.

Je passe mes nuits à enlacer mon polochon, mais il est froid, n'a pas les mains baladeuses et ne me couvre pas de bisous.
Je dois attendre vendredi soir pour avoir la surprise de le trouver à la sortie à m'attendre.

Lui : "bonjour mon ange !"

Je rougis instantanément.

Je m'approche de lui.

Il pose une main sur mon visage et me colle à lui de l'autre avant de m'embrasser tendrement.

Moi, d'une toute petite voix en remarquant tous les regards braqués sur nous : "bonjour mon chéri..."

Lui : "ce jolie minois tout rouge m'avait tellement manqué..."

Il a dit ça avec un grand sourire. Je comprends qu'il est content de mon hésitation, il souhaitait me mettre dans l'embarras.

Moi : "c'est ta façon de me courtiser ?"

Lui, avec un sourire espiègle : "non, ça ça viendra après. Là c'est juste mon plaisir face à ton côté tout mignon et timide."

Je lui tire la langue.

Il me fait un dernier bisou.

Lui : "aller grimpe, sinon on va faire ejaculer les puceaux !"

Il m'ouvre la portière de sa BMW tel un gentleman. Je n'ose pas jeter un coups d'œil autour de moi. Il la referme après moi puis fait le tour.

Moi, alors qu'il met sa ceinture : "tu m'emmènes où ?"

Il ne me répond pas.
On se dirige vers le centre-ville. Il fait nuit quand il s'engage dans un parking souterrain.

Je sors. Il fait froid. Il vient devant moi et me referme mon blouson. Il sort de sa poche un bonnet avec un ponpon rouge qu'il me colle sur la tête.

Il vient me faire son habituelle caresse avec le pouce.

Lui : "je voudrais pas que tu prennes froid..."

Je m'accroche à lui, saute à son cou et l'emballe.

Moi : "continue à te montrer drôle et prévenant comme ça, et on va jamais sortir de ce foutu parking..."

Je ne ments pas. Ses petits gestes me font un effet de dingue.

Moi : "je suis à 2 doigts de te violer tout de suite !"

Lui : "je vais éviter de t'en caler un maintenant alors..."

On rigole tous les deux.
On se bécote quelques minutes et on finit par se décoller.

On arrive sur une place sur laquelle s'élève une grande roue. On se dirige droit dessus.

Moi : "c'est très romantique, mais elle n'ouvre que dans une heure..."

Lui : "correction : "elle ouvre dans 53 minutes... Et en attendant elle est à nous."
On grimpe dans une cabine. Le machiniste nous fait un signe de la main et enclenche la machine.

Arrivé tout en haut, la roue s'arrête.

Au-dessous, la toile lumineuse s'étend à perte de vue.

Je bloque devant cette vision, debout contre la vitre.

Marc vient se placer derrière moi. Ses mains viennent caresser mon ventre.

Lui : "ce que j'aime le plus chez toi, ce sont tes grands yeux plein d'étoiles qui brillent... Là, avec le reflet des lumières de la villes, ton regard est sublimé."

Je me tourne vers lui. Il regarde mes yeux avec un sourire.

Moi : "on m'avait jamais dit un truc aussi beau..."

Il dépose un bisou sur mes lèvres.

Lui : "je suis sincère..."
Ses caresses sont plus appuyées, je sens la bosse dans son pantalon qui augmente en volume.

Moi : "tu crois qu'on peut... Le faire ici ?"

Lui, avec un sourire : "il nous reste 32 minutes... Tu voudrais ?"

Moi : "... Je sais pas... Je trouve ça excitant, avec tous ces gens en bas..."

Il baisse déjà mon jean.

Le temps de lubrifier et il se présente à l'entrée.

Il vient doucement, comme la première fois.

Je m'accroche au barre de renfort de la cabine.

Son corps se colle au mien. Il me domine. Je suis sur la pointe des pieds, et pourtant il me regarde de haut.
Il accélère progressivement. Sa main me caresse le ventre.

Je gémis comme un fou.

Enfin il m'écrase contre la paroi et se vide en moi.

Il sort mais reste contre moi et me couvre de bisous.

Je reprends mon souffle.

Moi : "han ! Han ! comment tu fais ?"

Lui : "comment je fais quoi ?"

Moi : "pour me faire vibrer comme ça..."

Il me sers un peu plus fort.

Lui : "je t'aime !"
La roue recommence à tourner. On se rhabille rapidement.

En bas, une petite foule attend de pouvoir monter.

Mon chéri s'amuse à me voir rougir en sortant de la cabine devant tous ces regards interrogateurs.
Je pensais reprendre le chemin du parking mais il me tire dans une petite ruelle, puis dans un restaurant.

Il a prévu un repas en amoureux.
Après le repas, il me reconduit chez moi.

Garer en bas de l'immeuble, on se bécote amoureusement.

Moi : "tu as encore le temps pour un câlin ?"

Lui : "bien sûr !"

Je me glisse sur la banquette arrière.

Il me rejoint difficilement avec sa carrure de rugbyman.
Il se colle à moi. Je ressens de nouveau cette chaleur dans le bas ventre. Lui même est chaud si j'en crois la barre dans son caleçon.

Moi : "j'ai envie de toi..."

Lui : "encore ?"

Moi : "si ça ne tenait qu'à moi, on resterait toute la nuit l'un dans l'autre..."

Lui : "... D'accord... Mais à une condition..."

Je suis déjà en transe, chauffé à blanc par une avalanche de bisous.

Moi : "tout ce que tu veux..."
Il nous relève, me cale dos à lui, me tenant aux appuies tête de la banquette arrière.

Il me baisse le jean et le boxer, ne laissant sortir que mon petit cul rond.
Il sort le monstre de sa cage et perce ma fleur. Il vient se caler tout au fond de moi, sans brutalité mais sans douceur non plus. Son passage m'arrache un cri.

Lui : "mon dieu, j'ai même pas eu besoin de lubrifier..."

Moi : "c'est quoi ta condition ?"

Lui : "ce coups ci je ne vais pas te ménager..."

À peine a-t-il prononcer ses mots qu'il ressort son membre, l'enduit de lubrifiant et commence un pilonnage intensif.
Je m'accroche comme je peux, mais il augmente la cadence et je perds pied peu à peu.

À un moment, il ralentit, jusqu'à s'arrêter complètement en moi.

Moi : "mon dieu... Marc... T'arrêtes pas siteplaît..."

Lui : "attend faut que je te montre un truc..."

Il passe son téléphone devant mon visage. C'est une vidéo.
Je vois sa queue me ramonant sans ménagement.

Elle est si grosse, et mon cul si étroit, qu'il n'y aurait pas la place de passer un doigt en plus.

Je m'entends gémir comme une salope : "oui! Han ! Encore ! Han ! Han! Han ! Je t'aime... Han ! Han!"

La vidéo se termine.

Il jette son téléphone sur le côté, prends mon cul de ses 2 mains et me baise de nouveau.

Lui : "tu m'excites tellement ! Humfff ! Je veux te baiser encore et encore ! Ouuuuh !"
Il accélère encore, me ramonant sur toute sa longueur.

Lui : "je... Veux... Te... Baiser... Tout... Le... Temps..."

Il a balancé ses hanches à chaque mots.

Il s'est arrêté au fond. Je sens sa queue qui convulse, déversant un flot abondant de semence.

Ses bras se referment autour de moi.

Il me serre contre lui avec douceur, la tempête est passée.

Mon corps tremble. Je ressens un bonheur intense en moi.

Des larmes coulent le long de mes joues. Il le remarque.

Lui : "ça va mon ange ? Je t'ai fait mal ?"

Il me fait des bisous et s'apprête à sortir.

Moi : "RESTES !"

Il stoppe son mouvement.

Je ne peux arrêter mes larmes. Je reprends mon souffle lentement tout en appréciant ses caresses.

Moi : "Marc ?"

Lui : "oui ?"

Il a un air préoccupé. Ça rajoute à son charme.

Moi : "ce que tu m'as fait là c'était..."

Il me coupe la parole : "je suis désolé ! Je me suis emporté, je te promet que..."

Moi : "mon chéri..."

Je lui caresse la joue. Il se tait.

Moi : "tu n'as pas à t'excuser... C'est moi qui te demande pardon... J'ai tellement pris mon pied que j'ai sali tes sièges..."

Son regard se dirige vers les sièges. Emporté par mon plaisir, je les ai souillé.

Moi : "je te demande qu'une chose..."

Lui : "tout ce que tu veux mon cœur..."

Moi, en souriant : "siteplaît, attend de debander avant de la sortir en douceur..."

Il rigole et me couvre de tendresse.

Lui : "bien sûr mon cœur."
Il m'embrasse tout en remontant mon jean et le sien. Il m'embrasse encore quand on sort de la voiture.

Je renifle une dernière fois son odeur et je le quitte.

Il est encore là à me regarder quand je monte dans l'ascenseur.
Je rejoins ma chambre au plus vite.

Le temps d'enlever jean et boxer, je sens déjà le nectar de mon homme couler le long de ma cuisse.

Je garde le t-shirt, en espérant garder son odeur sur moi.

Je dispose mon polochon au milieu du lit et m'allonge sur lui, sur le ventre pour garder mon homme en moi le plus longtemps possible.

Cali

li.cali@yahoo.com

TEXTE IMPLIQUANT DES MINEURS,
UN ENFANT OU ADO (-18ANS)
IL FAUT ME LE SIGNALER :
CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Signaler aussi tout texte incitant à la haine, au racisme, à la violence et à la cruauté. Sous peine de fermer ce site !

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

💦 1er Juil. | 54 pages

Les nouvelles | 8 Pages

Mon Cantal doux Coolsexe
Soirée entière Shura
Un mâle hors du commun Rafael
Anecdotes Fabrice
Running Alexandre
Le squat Fabrice
Beauf de coeur Louuis3535
Plan avec Karim 0liv

Les séries : 46 pages

Agriculteur | 14 Amical72
Saison 21 : 1 | 2 | 3 | 4 | 5
67 | 8 | 910
11 | 12 | 1314
Le gendarme et mon cul | 2 | +1 Lepassif
1 | 2
Vengeance sur Hétéro | 19 | +1 Miangemidemon
1 2 3 4 5
6 7 | 8 | 9 | 10
11 | 12 | 13 | 14 | 15
16 | 17 | 18 | 19
Confinement en famille | 3 | +1 Meetmemz
1 | 2 | 3
Abandon total | 4 | +1 Balthazar
1 | 2 | 3 | 4
Cruising | 4 | +4 Zebulxxx
1 | 2 | 3 | 4

ET CE N'EST PAS TOUT !
Il y a 193 pages en + ici

RETOUR AUX HISTOIRES

21 ans d'histoire :
2023 | 2022 | 2021 | 2020 | 2019 | 2018 | 2017 | 2016 | 2015 | 2014 | 2013 | 2012 | 2011 | 2010 | 2009 | 2008 | 2007 | 2006 | 2005 | 2004 | 2003 | 2002 | 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
N’oublie pas les dangers d'une relation sexuelle sans protection,
que tu sois sous Prep ou pas.
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES !

Sextoy
Sexshop

Chercher sur le site

ATTENTION

HISTOIRE AVEC DES MINEURS, ADO, ENFANT(-18ANS)
IL FAUT ME LE SIGNALER :
CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Signaler aussi tout texte incitant à la haine, au racisme, à la violence, à l'absence de consentement ... à la cruauté. Sous peine de devoir fermer ce site !

Plan du site


Merci !

J'aime ce site et je souhaite faire un don,
du montant que je veux, juste pour aider


Simple, en CB ou Paypal, Discret.


Juin 2024 : Visiteurs : 144K

Ce site utilise des cookies uniquement pour faciliter la navigation. Aucune données personnelles ne sont collectées ni conservées pour du partage, ou a des fins marketing. ©2000 Cyrillo.biz. Hébergeur : Planethoster Canada

À jour : mercredi 14 juin 2023 à 09:52 .

Retourner en haut