PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Premier épisode - Épisode précédent

Mon coloc et mes fantasmes 2

Soirée poker

Le réveil sonne, je l'assomme d'une main maladroite et toujours ensommeillée. Je me retourne sur le dos fixant le plafond tout en me frottant les yeux. Je ne peux m'empêcher de repenser à ben et notre soirée passée. Je me redresse, tourne le regard vers la porte, anxieux de ce qui se passera une fois que je la franchirai. Si mes fantasmes laissaient une place à des relations entre hommes, ça restait jusqu'hier soir irréel et improbable. Comment allons nous se dire bonjour, est ce qu'on doit s'enlacer, s'embrasser ? Est ce qu'au contraire on passe à autre chose on se salue verbalement s'affairant chacun à nos préparatifs respectifs.

Je me lance, j'appui sur la poignée, baisse le regard un peu honteux. Apres tout il n'avait lui exprimé que de la virilité, alors que moi je me suis livré à ses assauts. Je ne me sens pas moins viril, d'avoir été celui qui livra une fellation suivie d'une sodomie. Mais j'ai le sentiment d'avoir été dominé par Ben, et j'appréhende un jugement dans son regard. Ou pire je crains qu'il ne se montre fier voir méprisant. La pièce est plongée dans le noir, il dort toujours, après lui est en vacances.

Je quitte l'appart, pour une journée de travail. Les regards des autres dans la rue me paraissent différents. Je n'y porte habituellement pas attention, mais ce matin c'est comme si tous ces inconnu devinaient ce qui m'était arrivés. Un regard sévère m'accuse d'un crime, deux amis souriant se moquent, une petite vieille horrifiée, un jeune qui se tripote, un gars qui me fixe. Ces gens, que j'ai toujours ignorés, avec qui je partage ces rues, les transports depuis toujours, n'ont même pas conscience de ma présence, et pourtant leur attitude ne m'a jamais autant affectée.

Le travail a occupé mon esprit une bonne partie de la journée, excepté à la pose déjeuner. Je savourais une salade quand je reçois un sms de ben qui me préviens que trois de ses potes de lycée passeraient la soirée à la coloc. Je lui réponds aussitôt que s'était ok qu'en plus je bosse que l'après-midi le lendemain. Ma salade venait de prendre un goût d'amertume, je me rends compte que l'idée de passer une nouvelle soirée avec Ben seul ne m'aurait pas dérangée. Je me demande d'ailleurs si ce débarquement n'est pas une manière de sa part d'éviter de se retrouver seul avec moi.

Je fini par rentrer. Ben et ses potes sont déjà installés autour de la table basse, verres remplis et bouteilles débouchées, signe que la soirée va être arrosée. Je salue rapidement l'assemblée et me dirige dans ma chambre pour me changer. On toque à la porte, j'accorde le droit d'entrer, Ben glisse la tête :

- On commande des pizzas, qu'est ce que tu veux

- Merci ca va aller

- Tu charries, tu vas pas faire bande à part. je vais te les présenter tu verras ils sont plutôt cool.

- C'est sympa mais en plus je suis serré en tune

- Si ce n'est que ça je t'invite. Tu n'as pas le droit de dire non de toute façon je commande c'est que tu prends souvent avec ta base crème au lieu de tomate.

- Bon… ben… ok

Il referme la porte. Je me change comme prévu. Allume l'ordi pour vérifier mes mails et deux trois autres conneries puis les rejoins. Ils rigolent sans retenue, parle de sport, de leur souvenir de lycée, je prends connaissance de quelques anecdotes sur Ben. Les pizzas arrivent, on reste installer sur les canapés. Ils évoquèrent à plusieurs reprises le nom d'une fille comme si elle les reliait tous les uns aux autres. J'ai hésité un moment avant d'oser leur demander qui était cette Chloé. Ben les supplie ne rien en faire, mais les trois autres ne cèdent pas à sa requête. Antoine le plus crus de tous m'explique donc qu'elle était dans leur classe que comme eux elle était interne, et que chacun leur tour se l'était faite, aux toilettes, sous une douche, sous un escalier menant dans les sous sol d'un bâtiment, à l'infirmerie. Mais surtout un soir où les surveillant avaient organisé une soirée dvd au RDC, Ben l'avait convaincu de venir dans sa piaule, qu'il partageait avec Thomas (un autre des participants de la soirée). Et alors qu'il se faisait pomper Thomas est entré et les a surpris. Il faisait face à Ben qui avait les yeux fermés, se crassant le torse d'une main et de l'autre encourageait Chloé en lui maintenant la tête. Celle-ci tournait le dos à l'entrée et ne voyait donc pas non plus Thomas, qui avait dégainé son téléphone, et ne manqua pas de capturer plusieurs fois la scène. Et quand Ben ouvrit les yeux, il réussit à ne pas trahir Thomas et à l'inviter discrètement à continuer. Et il aura baisé Chloé jusqu'au bout sans qu'elle ne s'en rende compte. Bizarrement, cela ne me surprend pas, je peux pleinement concevoir que Ben détienne un pouvoir d'emprise sur les autres. Certaines allusions deviennent plus claires.

Nous avons fini de manger et Thomas rappela à Ben qu'il avait suggérer un poker, et me demande si je joue, je décline l'invitation toujours pour des raisons de tunes.

- On se le fera une prochaine fois du coupon ne va pas laissé Jer (oui Jer c'est moi je ne suis pas sûre de vous avoir déjà précisé que je m'appelle Jérémy) dans son coin

- Non mais s'est pas grave t'inquiète

- Où alors on fait un strip comme ça pas d'histoire de tunes et de gars mis à part.

C'est Mickaël le dernier invité qui lance innocemment cette idée. Je n'y tenais pas car je ne peux déjà m'empêcher de regarder Ben en repensant à la veille, à sa peau, a ses mains qui s'agrippent à moi. Alors si nos habits tombent je risque de ne pas contrôler une partie de mon anatomie. Les quatre me fixent, Mickaël Thomas et Antoine impatient de commencer une partie, Ben en revanche plus embarrassé. Je n'avais pas vraiment d'excuses valable alors j'accepte. Nous entamons la partie et on s'amuse vraiment bien, on perd tous quelques vêtements, en récupère, pour les reperdre comme une monnaie d'échange, sans que la moindre gêne ne s'installe. Je me détends progressivement.

Soudain Antoine lance un :

- Tapis

- On peut faire ça ? demande Ben

- Ben pourquoi on ne pourrait pas ? répond Thomas

- Je sais pas ce n'est pas des tunes.

- Et alors ? il pose tout sur la table et s'il gagne il les reprend

- Oui enfin je me dessape si je perds

- Ah non c'est trop facile avec les jetons tu pousses tout et tu reprends à auteur du tapis des autres là c'est pareil

- C'est bon on s'en fou s'il doit finir à poil on n'est pas à deux minute près. s'agace Mickaël, Qui suit ?

- Ok Tapis ! annonce Ben.

Ils sont barges ses deux là. Je ne sais pas trop quoi j'ai une très belle main mais ils ont l'ait sûre d'eux. Je ne connais pas assez Antoine pour savoir s'il bluff où pas et après la nuit passée avec Ben je le sais bluffer de grand talent. Qu'est ce que je fais il y a sur table un as deux rois une dames et un neuf. Et j'ai un as et deux dames en main j'ai donc un full. Je me lance, ben à ce regard qui me faisait craquer hier je suis sûre qu'il bluff. Il reste donc Antoine je le fixe dans les yeux :

- Tapis !

- Ce truc de ouf. Michael et thomas trépignent d'excitation.

Les cartes se retourne, j'expose fièrement mon full, Ben retourne lui aussi un full avec deux as et un neuf. Enfin Antoine simulant l'agacement du perdant jette deux rois il nous désarme donc Ben et moi.

- Aller filez vos fringues les loosers.

- C'est bon la partie est finie laisse tombé. Dis Ben

- Où alors on vous laisse une chance de reprendre vos vêtements sur d'autres parties en misant des gages. Proposition de Thomas qui est bien décidé à foutre quelqu'un à poil

- Moi ça me va. En revanche se coucher donne un gage aussi. Surenchérit Mickaël.

- Ca peut être marrant, allez vos fringues je les ai gagné !

Ben se lève sans protester et retire les vêtements qu'il lui reste. Ils me regardent tous, je me lève à mon tour et imite Ben. On se retrouve tous les nuls devant ses potes qui n'y portent finalement guère attention et se réjouissent plus du ridicule de la situation que de la nudité elle-même.

Les cartes sont lancées, les premiers gages tombes. Assez ridicules du genre resservirent tous la bouteille entre les jambes, des pompes avec une bassine d'eau bien froides dans laquelle plongent la queue et les bourses du gagé à chaque flexion des bras. Nous étions toujours que ben et Moi à être gagé et nos vêtements d'Antoine perdait allait au profit de Mickaël et Thomas. Le jeu à commencer à dévier lorsque le stock de glaçon sur table est tombé en rupture et que je suis retourné en chercher après mettre couché. De retour avec un bol de glaçon bien rempli. Thomas avait trouvé l'inspiration pour notre gage resté en attente. Ben devait prendre un glaçon entre les dents et venir le faire glisser sur mes seins. On a d'abord contesté mais ils n'ont pas cédé. Ben s'exécute. Il approche son visage de mon torse se concentre sur mon téton droit et commence un mouvement rotatif. Le froid est saisissant mais moins que d'avoir ben dans cette position nus tous les deux et devant ses potes. Il passe au pectoral gauche. C'est Antoine qui finalement, interrompt le gage en relançant les cartes. Je reprends mes esprits et constate que mon sexe a légèrement gonfler rien de vraiment flagrant mais moi je ressens cette sensation de début d'érection qui envahie le bas ventre. Thomas retourne au frigo pour récupérer une bouteille, et revient avec un sourire qui n'augure rien de bon. Une nouvelle partie un nouveau gage, thomas sort de derrière lui une carotte qu'il avait trouvé en même temps que la bouteille. Et nous devions simuler une fellation et c'est ben qui commença. Puis ce fut mon tour. Ben me semblait pas perturbé par cela ce n'est qu'un délire de plus entre potes. En revanche je ne les connais que depuis quelques heures et j'ai un peu honte mais ben l'a fait. Thomas est le plus attentif à ce qui se passe et ne cesse de sourire.

Prochain gage « vous sucez la carotte en même temps !» nos lèvres se frôlent à plusieurs reprises jusqu'à ce que Thomas vienne appuyer sur nos tête en même temps les poussant chacune en avant pour finir l'une contre l'autre. La seule chose qui rendait le baiser impossible était la carotte.

Nouveau gage, je ne porte plus vraiment attention à la partie et attends impatiement le ou les prochains gages. « Embrassez vous mais un vrai baiser. » Ben se penche vers moi et m'embrasse. Il m'embrasse devant ses potes comme s'il embrassait une meuf. Antoine le fait d'aileurs remarquer :

- Eh ben on pourrait croire…

- Ta gueule ! Lui répond thomas

- Ils ont combien de gage déjà ? demande Mickaël.

- Quatre

- Alors ben carresse lui la teub mais continu à l'embrasser

Ben descend une main sur mon sexe, me le caresse, me le masse. je sens mon esprit me fuir et mon corps me trahir. Sa caresse invite mon sexe à se développer et se transforme progressivement en branle. Je suis assis les fesses au bord du canapé ben sur ma gauche, pencher au dessus de mon visage prolongeant son baisé, tout en me branlant. J'en oublie presque ces potes autour.

- Encore deux ! Jer écarte les jambes

Je m'éxécute dévoilant mes bourses et ma raie.

- Antoine et Mick attrapez ses chevilles.

Ils obéissent, se saisissent chacun d'une cheville et m'écarte encore plus les jambes. Je ne proteste pas, je me noie dans le baiser de Ben. Je ne m'imagine à aucun moment ce qui peut traverser l'esprit de Thomas.

- Jer le prochain gage est pour toi. Te faire goder avec la carotte

Je manifeste un désaccord de principe, mais je me rends compte que j'en ai réellement envie. Je me débats pour ne pas lui faciliter la tâche, et aussi par ce que la contrainte qu'ils opèrent pour me maintenir immobile m'excite énormément. Ben met fin au baisé et vient me murmurer à l'oreille :

- Ta queue me dit que tu aimes ça. Et moi qui avais peur que tu regrettes pour hier soir.

A ce moment Thomas appui sur mon anus avec la carotte, il pousse, relâche, pousse, relâche, pousse jusqu'à ce que je cède. Et lorsqu'il arriva à ses fins il enfonça son gode de fortune aussi profond que possible. Je me débats à nouveau, il tient poussé pour que je ne m'en débarrasse pas. Ce qui a eu pour effet l'opposé puisque mon anus fini par aspirer et se refermer sur la carotte. Mon anus est soulagé de cette tension qui le tenait écarté, mais la sensation que la carotte en moi me procure est hallucinante. Mon corps voudrait l'expulser alors que je n'ai qu'une envie, c'est qu'elle me fasse jouir.

Mon corps fini par avoir le dessus, la carotte pousse en sens inverse. Je la sens glisser lentement, je sens alors la honte m'envahir quand je me rends compte que je vais jouir victime de l'association de la branle de Ben et de la carotte qui déflore mon trou. Je décide cependant de ne rien dire et de laisser mon l'éjaculation, pendant que Ben me branle. Et au moment où je sens mon sperme monter, Thomas repousse soudainement la carotte au fond de mon trou, donnant une puissance incroyable au jet de sperme qui s'évade de mon sexe. Après ce que j'avais jouis la veille je ne pensais pas pouvoir renouveler l'exploit d'aussi tôt. Et pourtant mon sperme m'arrosa le torse le menton mais surtout la joue de Ben. Lui qui avait pris soin de ne pas se souiller la veille.

- Oh les gars mais quel délire. Mickaël était époustouflé

- Ouais enfin ça part en couille là.

- Grave on peut le dire

- Aller les gars c'est pas que… mais je vais me rentrer, mick tu restes où je te ramène. Lance Antoine

- Vous partez déjà ? Ben toujours a poil au dessus de moi.

- c'est déjà 1 :30 je bosse demain.

- Ok bon ben merci d'être venu c'était sympa.

Ben quitte sa place pour aller les saluer, Thomas lâche la carotte avec laquelle il jouait toujours à mon grand plaisir. Je me retourne sur le canapé pour les saluer. Ils ramassent leur affaires Ben s'était juste saisit de mon tee-shirt pour s'essuyer le visage et l'entourer autour de la taille, se contentant de cette tenue pour raccompagner Antoine et Mickaël à la porte. La porte se ferme il me jette le tee-shirt pour m'essuyer, se retrouve à poil à nouveau.

- Tu fais quoi Tom du coup

- Je ne vais pas tarder je pense

- Tu veux rester dormir ?

- Ben je ne veux pas vous déranger.

- A toi de voir si tu rester on peut jouer encore un peu.

- Un poker a trois ?

- Je ne pensais pas au poker mais plutôt au cul de Jer

Je ne peux m'empêcher de sourire, Ben le remarque « regarde il n'a qu'une envie c'est de se faire faire défoncer ! » il a raison même si je n'aurais pas utilisé un terme aussi cru. Je veux à nouveau ressentir l'extase que Ben m'a fait connaître la veille. Ben s'est rapproché de moi tout en tentant de convaincre Thomas, il pose sa main dans mon dos, me caresse certainement pour démontrer à Thomas que je ne m'y opposerais pas. Mais Thomas ne semble pas convaincu, Ben se penche à mon oreille et me murmure

- Si tu as envie de te faire baiser comme hier, va le lui prouver. Montre lui que tu as envie de lui qu'il t'excite.

- J'ai surtout envie de toi, que ta queue qui pend sous mon nez. Je n'en reviens pas de lui avoir dit ça.

- Prouve le moi et va lui tailler une pipe. Après quoi je te baiserai.

Je regarde Ben qui n'a pas l'air de plaisanter, puis me tourne vers Thomas. Je prends le temps de le détailler. De la partie de il lui reste son jean son débardeur qu'il portait initialement sous une chemise blanche et un gilet noir, qui lui avait donné un look à la Timberlake. Un mec craquant en fait, ce que j'aurai remarqué plus tôt, si cette obsession pour Ben n'était pas si forte. Je me lève donc du canapé toujours sans le moindre vêtement, alors que lui seul ses pieds et ses bras sont dénudé. Il est proche de la table, debout, me surveillant. Hésite t-il à partir où a rester, il ne bouche pas. J'arrive à sa hauteur tente un baiser dont il se détourne. Je me baisse, m'installe à genoux devant lui, relève la tête pour le regarder, il relève également la tête pour ne pas avoir à affronter mon regard. J'entreprends de lui dégrafer les boutons de son jean après l'avoir débarrassé de sa ceinture. Il se recula.

- Non ! je ne peux. Je ne suis pas PD

- Il ne faut pas être PD pour se faire sucer. Je me surprends moi-même de cette réponse

C'est alors que Ben nous rejoint, exposant fièrement une érection entre ses jambes. Il attrape ma tête de ses deux mains, et m'enfonce son pieu. je m'en réjouis et commence à m'activer pour lui faire du bien. Il m'interrompt en bloquant ma tête enfoncée contre son pubis. J'arrive à peine à respirer.

- Tu vois lui il veut bouffer de la teub. Alors si c'est ce qu'il veut, il faut lui en faire bouffer.

- Même si c'est une grosse chienne, ça reste un pélo…

- Et alors tu crois que ca fait de moi un PD ? Non ! tant que le Pd est celui qui se fait défoncer, nous on profite juste d'une salope qui ne peut s'empêcher d'offrir son cul à n'importe qui.

Ben lâche son emprise, et au lieu de me retirer et de l'insulter pour ce qu'il vient de dire, je me comporte tel qu'il vient de me décrire.

- Si tu as déjà pris ton pied hier et que tu veux le défoncer encore ce soir tu ne crois pas que ça fait de toi…

- Il m'a fait jouir, et j'ai pris mon pied. On ne va pas se marier non plus mais quitte à avoir un coloc qui aime se faire déboiter autant en profiter. C'est le Chloé de la coloc. Et je t'assure que je me suis rarement fait pomper comme ça. essaye tu verras, ce n'est qu'une pipe.

Il fini de déboutonner son jean, alors que Ben me repousse vers lui. Thomas appui sur la ceinture de son jean de son caleçon et les fait descendre en dessous des ses fesses. Son sesxe n'est pleinement en érection mais traduit lui aussi d'une hésitation, dévoilant une taille correcte. J'ouvre la bouche et l'avale, cette demie mollesse me surprend je n'est connu que le sexe de Ben bien dure forçant l'entrée. Alors j'essaye de lui donner de la vigueur en jouant avec mêlant, suce, baiser, lèche de son sexe et de ses bourses. Je lui titille le bout du gland du bout de ma langue. Je me saisis de son sexe d'une main et entreprend une branle, de l'autre lui attrape une fesse, tout en m'occupant des ses couilles. Je me dis que je suis peut-être bien le PD de la coloc. Je sens son sexe prendre du volume dans ma main, que je viens remplacer par ma bouche, pour de ma main rejoigne l'autre sur les fesses de Thomas.

Sans m'interrompre Ben installe Thomas contre la table. M'attrape par les fesses et me relève. Je suis debout, pencher en avant en train de sucer thomas, ben s'accroupi derrière moi et enfonce un doigt qui s'enfonce sans difficulté. Il se montre toutefois moins délicat et patient que la veille. Il enfonce un deuxième. Il repart vers la table basse, laissant mon anus sur sa faim. Il revient et admire et se fait un plaisir de déclarer « eh bon mon Jer tu as ton trou de balle qui en réclame ! » et il y enfonce à nouveau ces deux doigts mais il n'était pas revenu bredouille, et ses doigts sont alors rejoins par la fameuse carotte. Il commence à jouer avec tous ce bazar dans mon trou. Il commence par des vas et vient groupés puis il différencie l'action du sextoy et de ses doigts, lorsque l'un est dans la poussée il retire l'autre, et visse versa. Cette nouvelle sensation est terrible, jouissive et douloureuse à la fois. Ça dure ainsi quelques minutes, jusqu'à ce que je crache le sexe de thomas et réclame à Ben de me prendre.

- Baise-moi Ben ! fourre-moi ta queue putain ! et je reprends Thomas en bouche

- Tu vois je te l'avais dit, il en demande et en redemande.

- Grave ! on va lui donner ce qu'il demande et le baiser des deux côté.

Ben enfile une capote et se place derrière moi, alors que Thomas as déjà bloqué ma tête entre ses deux mains et enclenche des vas et vient dans ma bouche. Je ne m'attendais pas à ce que lui, qui hésitait tant à ne serait ce que se faire sucer, adopterait une attitude aussi ferme et bestiale. Ben s'enfonce en moi, c'est extra, je n'ai plus l'appréhension de la veille et je me délecte aussitôt de sa queue qui joue en moi. Je suis immobile au milieu de la pièce les jambes écartées le buste penché en avant à recevoir les assauts de Ben et Thomas qui me défoncent tout deux sans ménagement.

Mes jambes ne me soutiennent plus. Ben me sent flancher à plusieurs reprises, il se retire, je suis partagé entre le soulagement, et « j'en veux encore ». Thomas imite Ben, je m'écroule à genou, puis à quatre pattes. Ben fait signe à Thomas de venir prendre sa place, Nous sommes en nage, mais il semblerait que mon « j'en veux encore » va être exhaussé. Ben debout à côté de moi vient de tendre une capote à Thomas. Qui ne tarde pas à l'enfiler puis à m'enfiler. Il me transperce les boyaux, alors que Ben vaque à d'autres choses. Je me retrouve à me faire baiser par thomas sans personnes pour occuper ma bouche et retenir mes cris. Thomas se penche au dessus de moi, m'enlace de ses bras et me baise littéralement comme une chienne, à quatre pattes lui avachi sur moi. Mon sexe me fait mal tellement il est dur. Thomas se redresse et toujours ses bras autour de moi, je suis le mouvement. Ben réapparait devant moi son Téléphone à la main, visant sa queue qu'il s'apprête à me fourrer en bouche. « Antoine et Mick sont bien arrivés ». J'hallucine il lit ces textos alors qu'ils me baisent.

- J'en peux plus je vais jouir ! Annonce Thomas

- Ne lui joui pas dans le cul il va être déçu

Thomas se retire laissant mon cul grand ouvert. Sans trop savoir comment Ben m'allongea en quelques secondes dos au Sol. Il prend la place de thomas dans mon cul. Mon sexe me fait toujours mal, et les coups de rein de Ben sont d'une rare violence. Je ne contrôle absolument rien et me contente de jouir intérieurement. « Donne lui tes couille à bouffer et branle toi en même temps, puis arrose lui la gueule » je pris ses couilles en bouche, puis rapidement il se retira laissant ses bourses glissées sur mon visage depuis ma bouche jusqu'au front. Je vois sa main en mouvement sur son pieu, puis sa jouissance m'exploser en pleine face. J'ai le nez,les yeux, la bouche, les joues, et le front souillés par son sperme. Je sens Ben se retirer, j'entends le claquement de la capote que l'on retire rapidement, puis la sens tombée sur mon pectoral droit, suivie quelques secondes après de plusieurs giclées de sperme depuis mes abdos jusqu'au menton. Je n'en peux plus je suis exténué. Je garde les yeux fermés, gêné par le sperme gluant de Thomas. Je n'ose imaginer à quoi je peux ressembler avec se sperme et cette capote sur mon corps. « Regarde sa queue comme elle est raide. Branle le qu'il puisse jouir lui aussi » lance soudainement Thomas. Je pense pas avoir la force de jouir je suis tellement vidé que je ne pense même pas pouvoir me relever. Mais Ben consent à l'idée de Thomas. Il se montre encore une fois vicieux jusqu'au bout et avant de me branler se saisit de la fameuse carotte qui aura participé jusqu'au bout, et me l'enfonce à nouveaux. Et tout en actionnant la carotte, il prend en main mon sexe et me branle. Encore une fois c'est l'extase, une extase brève mais réellement intense. Comme si dépourvu d'énergie la jouissance n'en devenait que plus intense. Je jouis à mon touret mon sperme vient rejoindre celui de Ben sur mon torse. C'est une certitude je ne pourrais pas me relevé, pas tout de suite, c'est à peine si j'arrive à bouger mes bras et mes jambes pour trouver une position plus confortable. J'abandonne et reste dans cette position, etendu sur le sol une jambe allongée, l'autre légèrement repliée, les bras inertes. J'entends Ben commenter cette baise et la comparer à celle de la veille. Je comprends que Ben avait vanté ces exploits à thomas bien avant la soirée. Je me dis même que si thomas est venu par ces propres moyen au lieu d'accompagner Antoine et Mickaël, n'était pas innocent. Je me demande même si Ben n'avait pas tout plannifié. Je réalise alors qu'en l'espace de deux soirée Ben m'a permis de réaliser deux de mes fantasmes, Le coloc exhib, et une soirée poker qui dérape. Bien que ce dernier était un phantasme Hétéro à la base et que je me voyait plus dans le rôle de Ben que celui de ma partenaire de fantasme.

Ben s'approche de moi « aller vient on va t'aider à aller sous la douche ça ne te fera pas de mal. Oh avant regarde comme t'es beau ! » il me montre son écran de téléphone et fait défiler des photos de moi une queue en bouche, dans le cul, à quatre patte, la carotte a le droit à sa part de gloire, et enfin moi allongé par terre le corps inerte, recouvert de sperme et de la capote de Ben, la carotte dans le trou. Je n'ai pas la force de l'insulter, ni d'essayer de le frapper, alors qu'il le mériterait. Et pourtant je ne peux résister au sourire que Ben affiche en me montrant ces photos. Encore une fois la réalité aura dépassé le fantasme.

jarjabings69

entremecs69@live.fr

Autres histoires de l'auteur : Mon beau père ! Ses enfants et moi -01 - Mes fantasmes mon coloc : l'aveu
Mon coloc et mes fantasmes - Hétéro suspendu

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

19/03 : 17 Nouvelles

Andrew Aeshenn
La fibre paternelle gaydu71
Parfaite femelle Femelle
Retour de soirée Vap
Le serveur de la plage Eric
Le sandwich taiwanais Jako
Cours particuliers Julespg
Les toilettes du train Marc
Combien sont-ils ? Houne66
Pas vu venir celle-là ! James
Seul… Jako
Première avec un homme mûr Curiosite40
Dernier sauna à Paris Chopassif
Lieu de drague Puteadispo
Le mec de ma coloc Bryan
Siaka, le bel Ivoirien Gregmrs
L’internat Matte070

La suite... 7 épisodes

Le moniteur moto -09 Sketfan
Ma gorge défoncée -05 Mâlelope
Mon demi-frère hétéro -05 Oldyano
Stage BTS à la ferme -09 Stéphane
Soumission & Domination -523 Jardinier
Le patient -05 d.kine.75
Mariage pour tous -05 Yan
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)