PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Épisode précédent

Relation père fils -02

À ma plus grande déception, il y a fallu plus d'une année avant que quelque chose se reproduise avec mon père et nous n'en avons jamais parlé puisque c'est ce qu'il souhaitait, et de toute façon, cela aurait été bien trop étrange. Par contre, une tension sexuelle était très palpable, particulièrement lorsque nous étions que tous les deux. De longs regards étaient présents et le désir s'illustrait dans nos yeux. Je crois qu'un certain interdit s'était installé entre nous, puisque plusieurs occasions s'étaient présentées et rien ne s'était passé. Entre temps, j'avais rencontré quelqu'un, un garçon de mon âge il se nommait Frédéric, nous nous étions vus à plusieurs reprises. Rien n'était officiel, une relation simple qui ressemblait plus à une amitié avec des avantages dits sexuels et cela nous arrangeaient tous les deux. Cela faisait un bon 2-3 mois que je voyais Fred, nous ne nous disions toujours pas en couple puisque nous ne souhaitions pas l'être et au fond de moi, j'espérais provoquer mon père de cette manière-là malgré que j'aimais bien Fred.

Un certain soir, j'étais en train de me préparer puisque j'allais voir Fred ce soir pour passer la nuit avec lui, puisqu'il devait quitter la ville pour les deux semaines suivantes et nous avions tous deux besoin de nous vider les couilles. Je ne sais pas si nous étions exclusifs, mais pour ma part, je ne voyais personne d'autre que lui, mais en même temps, nous n'étions pas ensemble.

Étant seul à la maison, je débute ma routine en allant à la salle de bain : faire un lavement anal, prendre une douche. À peine sorti de la douche, j'entends la sonnerie de mon téléphone qui est resté dans ma chambre. J'ouvre rapidement la porte et je fais face à mon père qui était tout bonnement dans le corridor. Devant lui, je fige, je ne sais pas quoi dire, je dis « heu. Je croyais être seul dans la maison » et je prends mes jambes à mon cou pour me rendre à ma chambre. Une fois la porte fermée, je soupire longuement. Trop tard, j'ai manqué mon appel. Je regarde mon afficheur, c'est Fred. Il m'envoie un texto « On se voit toujours ce soir? ». Puis j'entendis mon père ouvrir la porte me dire « Tu te prépares pour aller voir ton petit copain? ». Ce n'est pas mon petit ami, ce que je lui rappelle, tout en cherchant à me cacher puisque j'étais toujours nu, et il me répond « ça ne te tente pas d'annuler tes plans? J'aimerais bien recommencer. Ça commence à me faire chier de savoir que tu vas de faire fourrer par Fred ». J'étais ébahi, mon père me demandait explicitement de baiser à nouveau, je n'en revenais tout simplement pas. Je repris mon cellulaire et écris à Fred « Pardon, je ne pourrai pas ce soir, urgence de dernière minute ».

Je laisse tomber mon cellulaire et me retourne vers le sujet de mes désirs, j'avais la queue bien droite, il enlevait déjà ses vêtements pour découvrir que lui aussi partageait cette même érection, mais plus volumineuse (petit rappel, la mienne fait 17.5 cm alors que la sienne 20 cm). Puis il me dit « Pompe-moi, j'en rêve depuis des mois, ta mère ne le fait plus depuis longtemps et elle ne savait pas y faire comme toi ». C'est avec la plus grande excitation et un immense plaisir que je m'exécutais, alors je me mets à genou.je mets sa grosse queue dans ma bouche. Mon père se donne à cœur joie, il me baise la bouche pendant une bonne dizaine de minutes, avec de gros râles de gémissement, cela m'encourageait à continuer puisque j'étais convaincu que je faisais bien ma tâche. À plusieurs moments il me retenait et me demandait de ralentir le rythme puisqu'il était trop près d'éjaculer. Au bout de ce 10 minutes, il retira sa lourde queue de ma bouche et ce qui allait se produire était évident, ses muscles se contractaient, son visage aussi, il ouvrit sa bouche. Il y était, il me regarda et il me dit « ça y est, tu vas avoir le paquet, 12 jours sans éjaculerrrrrrrrrr! » Il étira son mot puisqu'il éjaculait au même moment, 9 énormes épais et très opaque, la majorité sur mes joues, 2 directement dans la bouche, un dans l'œil et deux dans les cheveux. Pendant toute cette séance, je n'avais même pas pris la peine de me branler, j'étais encore en érection, mais cela ne me dérangeait pas : savoir que j'avais vidé les couilles de mon père me comblait amplement, je me branlerai plus tard en repensant à ce qui s'est passé.

Sans dire un mot, il ressortit de la chambre sans dire un mot, je croyais alors que c'était le temps de me branler, alors j'en profitai pour m'étendre sur mon lit, la main droite à la queue, et la seconde à frotter son sperme dans mon visage et en apporter à ma langue pour pouvoir y gouter pleinement. Au même moment, il entra avec une serviette à main qu'il avait imbibée d'eau et une seconde qui état sec et il me les lança en me disant « Lâche-toi la queue, lave-toi un peu, ce n'est pas vrai que tu vas rester plein de sperme pendant que je te baise comme une chienne ».

Moi qui croyais que c'était terminé, il faut croire qu'il était en forme et qu'il avait besoin de se vider ses couilles pour s'assurer que ce qui s'est produit pendant les 12 derniers jours soit bien à sec.

Une fois que j'étais essuyé, il s'approcha de moi, me tourna face contre mon lit, me cambrait les fesses vers le haut et étonnement il me dévora l'anus avec passion. C'était la première fois que je réussissais à me détendre suffisamment pour en profiter autant. Je sentais mon anus se dilater sous chacun de ses coups de langue. Puis, il arrêta au bout de deux trois minutes. Se releva et frotta son immense queue sur ma petite rosette. Je frissonnais d'excitation, cela me traversait littéralement le corps.

Étant conscient que mon anus était largement dilaté, je me penchai vers l'avant afin de m'assurer qu'il voyait bien ma rosette par la même occasion, lorsqu'il commença à se faufiler en moi, je serrai l'anus afin de m'assurer de bien le sentir entrer et je retenais mon souffle afin profiter du moment au maximum. Un plaisir absolu, une jouissance en soit. Une fois entrée au complet, il se pencha vers moi, colla son torse à mon dos et me chuchota à l'oreille « nous avons attendu bien trop longtemps avant de recommencer, ta mère ne me suffit plus », tout en faisant des va-et-vient de manière très sensuelle. Je lui ordonnai de se taire « chut! Fais juste me baiser et en profiter, je suis à toi ». Il se redressa, arrêta un peu, repris contact avec la situation et commença à m'enculer plus vivement. Sa queue est parfaitement courbée, j'ai l'impression qu'elle est « fait » pour enculer un gars, il atteint ma prostate à chaque coup, le sentiment d'excitation est flagrant, je me sens plus en contrôle de ce qui se passe à l'intérieur de moi, des frissons me traversent le corps, je n'arrive même pas à me toucher la queue puisque j'éjaculerais au premier contact. Il ressortit de mon cul, et me retourna sur le dos, j'étais face à lui, il se réinséra en moi d'un coup, m'agrippa les mains et me les tient au-dessus de ma tête, je me sens comme si j'étais attacher, comme si je lui étais vulnérable. J'adore. Je gémissais au rythme de ses coups de bassins, sa respiration prenait de la vitesse, son corps était bouillant, tout en me gardant « attaché » les bras dans les airs il me chuchota à l'oreille « je vais tellement te faire jouir ma petite chienne! » Au même moment, il se redresse et m'encule de plus en plus rapidement, il attrape ma queue et commence à vivement me branler : étant déjà trop excité, ma queue était pleine de pré-cum. Au bout d'à peine 45 secs, j'éjacule 5 gros jets de foutre sur mon torse. Il se repenche vers mon oreille, se couche dans mon sperme et me chuchote « j'adore te voir jouir comme ça » et se relève et me baise à une vitesse incroyable, il m'encule avec des grands coups, des soupirs et des gémissements profonds et c'était incroyable. Il ressort, se redresse et m'éjacule 4 nouveaux gros jets sur le torse en poussant un râle de jouissance. Puis, il manqua de force, il me tomba littéralement sur le corps et y resta inerte pendant de longues minutes. Pour ma part, c'était un moment parfait, nos semences s'entremêlaient entre nos deux corps et nous étions collés dans tout cela. Il me chuchote à l'oreille « merci d'être resté, j'en avais besoin », se lève et va sous la douche. Lorsqu'il en sortit, c'est moi qui repris une douche afin d'être propre puis je suis allé directement au lit, malgré qu'il était encore tôt. Une fois au lit, j'entendais ma mère rentrée à la maison en demandant à mon père s'il avait passé une belle soirée et il lui avait répondu « Oui, Bastien et moi on a écouté un excellent film ensemble ». Puis, je tombai dans un profond sommeil, en étant aux anges par ce qui venait de se produire.

Bastien.Right

bastien.right@outlook.com

Autres histoires de l'auteur : Le beau-père à la chasse - Relation père fils

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

19/03 : 17 Nouvelles

Andrew Aeshenn
La fibre paternelle gaydu71
Parfaite femelle Femelle
Retour de soirée Vap
Le serveur de la plage Eric
Le sandwich taiwanais Jako
Cours particuliers Julespg
Les toilettes du train Marc
Combien sont-ils ? Houne66
Pas vu venir celle-là ! James
Seul… Jako
Première avec un homme mûr Curiosite40
Dernier sauna à Paris Chopassif
Lieu de drague Puteadispo
Le mec de ma coloc Bryan
Siaka, le bel Ivoirien Gregmrs
L’internat Matte070

La suite... 7 épisodes

Le moniteur moto -09 Sketfan
Ma gorge défoncée -05 Mâlelope
Mon demi-frère hétéro -05 Oldyano
Stage BTS à la ferme -09 Stéphane
Soumission & Domination -523 Jardinier
Le patient -05 d.kine.75
Mariage pour tous -05 Yan
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)