PAUSE

Le garçon derrière la machine a besoin de repos, de vacances...
Rendez-vous fin septembre ;)

PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

J'aime me faire enculer

Chapitre 1

Jean a demandé à Alain de se mettre à quatre pattes et comme pour moi il l'a enculé en le pilonnant violemment, Alain gémissait en le priant de continuer plus fort et plus profond, je me suis glissé sous Dépucelé jeune, j'ai de suite été dépendant de la bite, a 18 ans j'ai rencontré un homme de mon quartier qui m'a proposé de venir chez lui pour me montrer des livres coquins, il avait environ 50 ans bien fait, athlétique, j'ai accepté je n'avais encore jamais vu ce genre de livre, arrivé chez lui il m'a fait assoir sur le canapé, il est allé chercher un bouquin c'est assis à côté et a commencé à le feuilleter, je me suis étonné de voir qu'il n'y avait pas de femme dans ce livre, je lui en ai fait la remarque et il m'a répondu « c'est normal c'est du porno gay » il a mis le livre entre mes mains et pendant que je tournais les pages il se caressait l'entre jambes à travers son pantalon, j'étais très gêné, j'aurais bien voulu partir mais j'étais fasciné par les images que je regardais, je me suis rendu compte qu'il avait sorti sa queue, j'ai rougis et je ne pouvais pas m'empêcher de lorgner cette belle queue que je trouvais très longue et surtout très grosse par rapport à la mienne, il s'en est aperçu, il m'a demandé si elle me plaisait, machinalement et sans aucune malice je lui ai dit que oui, avec un grand sourire il a écarté le livre et a approché sa bite de mes mains « tiens touche là,  tu vas voir comme elle est douce » je n'ai pas osé mais j'en avais très envie sans savoir pourquoi, il me dit il n'y a rien de sale a toucher le sexe d'un autre homme et joignant le geste à la parole il me dégrafa la braguette et devant mon sexe en érection (les images ne m'avait pas laissé de marbre) il me fit descendre le pantalon et le slip  sur les genoux, il me prit la bite et la caressa avant de me branler par des mouvements lents et doux, j'étais tétanisé, il m'a demandé de faire pareil avec la sienne je n'ai pas osé lui refuser et j'ai pris son gros manche dans une main et j'ai fait la même chose qu'il me prodiguait, au bout d'un moment j'ai commencé à prendre du plaisir de caresser cette belle queue et de me faire branler par cette main d'homme, je n'ai pas résisté longtemps et quand il s'est aperçu que j'allais éjaculer à ma grande surprise il a pris ma bite dans la bouche et m'a sucé pour que je déverse mon sperme dans sa bouche, j'ai repris sa bite dans la main et je l'ai branlé plus vite et plus fort, il s'est dégagé, m'a fait ouvrir la bouche et y a introduit son gros manche, j'ai faillis vomir mais j'ai trouvé son gout très agréable, il a baisé ma bouche et au moment d'éjaculer il m'a tenu la tête pour éviter que je ne rejette sa queue, quand il a lâché sa semence j'ai cru m'étouffer, je recevais des flots de sperme que je ne pouvais recracher ma bouche remplie par ce gros pénis, il a attendu que j'avale pour enfin sortir sa bite de ma bouche, elle était gluante, il m'a dit lèche la pour la nettoyer, je n'étais plus dans mon état normal, je me suis exécuté et j'ai apprécié ce gout légèrement sucré, il m'a emmené à la salle de bain, on s'est lavé la bouche et la bite, il m'a dit que je l'avais sucé mieux que sa femme, pendant que je me gargarisais la bouche il en a profité pour me caresser les fesses, au début j'ai esquissé un mouvement de refus, mais très vite je me suis laissé faire, en même temps il a remis sa bite dans ma main pour que je la caresse, elle était devenue molle et du coup j'ai pris un malin plaisir à lui titiller le gland, je n'avais pas remarqué qu'il était circoncis.

Avant de partir il m'a demandé si j'avais apprécié et si je voulais bien revenir le lendemain, je lui ai dit que oui j'avais aimé mais que je n'étais pas sûr de pouvoir venir le lendemain (je savais déjà que je viendrais). Après une nuit, bouleversé par ce qui c'était passée et le plaisir que j'avais pris malgré moi je ne pensais qu'à ce que j'avais vu dans le bouquin, des hommes se caressant, s'embrassant, se suçant, et s'enculant je me suis demandé ce que Alain attendait de moi, j'avais bien une idée mais je pensais qu'il n'oserait pas. Je suis revenu le lendemain, j'ai attendu que sa femme s'en aille, je suis monté à son appartement, il m'attendait avec juste un slip pour tout vêtement, il a voulu m'embrasser sur la bouche mais j'ai détourné la tête, à cette époque je n'étais pas encore prêt pour certaines choses, il n'a pas insisté et a commencé à me déshabiller, pendant ce temps j'ai remarqué qu'il bandait, sa belle queue se gonflait, en lui baissant le slip j'ai libéré ce beau manche, il m'a appuyé sur la tête et j'ai de suite compris ce qu'il voulait de moi, j'ai gobé sa bite et je l'ai sucé goulument, il m'a relevé, on est allé dans sa chambre, on s'est couché tête bêche et on a entamé un bon 69, pendant qu'on se suçait et après s'être mouillé les doigts de salive il a commencé à me travailler la raie du cul en insistant sur ma rondelle qu'il a envahi avec un doigt puis deux et enfin trois. Je n'aurais jamais imaginé que j'accepterais un tel traitement, pourtant je l'acceptais et même j'étais heureux de subir ce touché, je me suis enhardi et je lui ai prodigué la même attention, la différence c'est que mes doigts sont rentrés plus facilement que les siens. Il s'est relevé, mis à quatre pattes et m'a demandé de le sodomiser, je n'avais encore jamais pénétré personne, je me suis positionné derrière lui, il a pris ma bite, la dirigée contre son anus et pendant que je poussais il s'est reculé et j'ai senti ma queue rentrer entièrement dans ce cul offert, avec fougue je l'ai pilonné c'était la première fois que je baisais quelqu'un, j'ai éjaculé violemment.

Il m'a positionné à genoux sur le lit et il m'a enculé avec douceur, il savait que pour moi c'était la première fois, après de longs va et viens il s'est mis à me bourrer le cul, j'ai senti qu'il allait éjaculer, j'ai voulu me désengager de ce gros morceau mais il m'a entouré la taille de ses bras puissant et j'ai senti ses longs jets de sperme envahir mon cul.

Malgré la douleur de la pénétration j'ai ressenti un immense plaisir et j'ai compris que j'allais recommencer le plus souvent possible.

Il m'a embrassé et cette fois je n'ai pas refusé cette langue dans ma bouche, nous n'avons pas eu besoin de parler on a compris que notre liaison allait durer dans le temps.

Pour communiquer on avait trouvé un moyen de boite aux lettres, il y avait près de chez nous un immeuble ancien et il y avait des aspérités dans les murs dont une à l'abri des regards.

On se rencontrait le plus souvent possible et un jour sa femme était malade donc  il m'a proposé de nous rencontrer chez un de ces amants, je n'étais pas vraiment d'accord mais pour lui faire plaisir j'ai accepté, nous somment arrivés chez un homme d'une soixantaine d'années mais super bien conservé, après les présentations jean notre hôte nous a invité à nous déshabiller, nous avons accédé à ses souhaits, d'entré il m'a dit « moi je suis exclusivement actif, tu me suce, je te baise, pas de problèmes ?, non bien au contraire je suis là pour ça, on est passé dans la chambre et là il m'a montré sa superbe bite en me disant « à genoux et suce » devant ce beau membre je me suis exécuté, j'ai de suite pensé ce type est un dominateur et je ne me suis pas trompé, a peine sa bite dans ma bouche qu'il a commencé à me la démonter, pendant ce temps Alain me préparait le cul, quand il a compris que j'étais prêt il lui a fait un signe et jean se dégageant de ma bouche m'a pénétré sans aucune précaution avec violence j'ai crié de douleur mais le plaisir a pris l'ascendant et j'ai gémis de plaisir quand il m'a rempli le cul de sa semence. En même temps qu'il s'occupait de mon cul Alain me baisait la bouche et il a joui en me la remplissant de son sperme que j'aimais tant, je l'ai avalé avec délectation.

Alain et je l'ai sucé, quand jean a éjaculé Alain en a fait de même, je me suis régalé de son superbe foutre.

Après avoir repris des forces Jean est revenu à la charge, je l'ai sucé et il m'a enculé, il m'a demandé si je voulais le revoir, après un regard vers Alain et son consentement, j'ai donné mon accord. Il m'a gratifié d'une tape sur le cul et il est parti se laver, Alain en a profité pour m'enculer en même temps il me branlait quand il a jouis en me remplissant le cul de sperme j'ai moi aussi jouis pour ne pas rester en reste j'ai moi aussi enculé Alain et j'ai éjaculé en lui remplissant le cul de mon foutre.

On s'est lavés, habillés et après avoir pris un nouveau rendez-vous avec jean on est partis chacun de son côté. Jean m'a rattrapé et m'a dit que je pouvais venir chez lui quand je voudrais avec ou sans Alain et même plutôt sans, comme il était seul et retraité donc très dispos il n'y avait aucun problème, il aimait ma bouche et mon cul.

Depuis ce jour merveilleux je les ai revus presque tous les jours soit avec un seul ou avec les deux, j'étais devenu dingue de leurs queues et du cul d'Alain. Et bien entendu à partir de là j'ai commencé à accumuler les amants, je ne pouvais plus me passer de me faire enculer régulièrement.

Une suite bientôt avec les amis de mes amis sont devenus mes amants.

Chapitre 2

Les amis de mes amis sont devenus mes amants, après mon dépucelage par Alain et la prise en main par Jean j'ai rencontré d'autres hommes présentés par mes deux premiers amants, Serge un carrossier de 55ans, petit, trapue, avec une bite assez courte mais large un gland en cône, la première fois que je l'ai rencontré c'était chez Jean qui venait de me démonter le cul et la bouche, il a demandé à Serge s'il voulait se taper une lope docile en me montrant du doigt, devant son hésitation il m'a demandé de lui montrer mon cul, je me suis exécuté avec plaisir, Jean est venu à côté de moi et il a écarté mes fesses pour que Serge puisse voir mon trou qui lui ne s'était pas tout à fait refermé après le passage de sa grosse bite, Serge a baissé son froc à la vue de mon cul il s'était mis a bander, je me suis agenouillé et j'ai gobé cet objet de tous mes désirs, je le suçait, remontant ma langue le long de sa hampe, je le reprenais en bouche, je le relâchais pour lui gober les couilles qui étaient très grosses, au bout d'un long moment il a commencé à me baiser la bouche de plus en plus fort et de plus en plus profond, j'avais du mal à déglutir mais je me régalais, sans prévenir il a éjaculé en me tenant la tête pour que je ne lâche pas sa bite, ce que je n'avais pas l'intention de faire, bien au contraire j'ai dégusté son sperme onctueux avant de l'avaler, j'ai nettoyé sa bite à grands coups de langue, Jean qui avait suivi toute la scène s'est placé devant moi pour que je lui fasse la même chose et bien évidemment je me suis empressé de le sucer. J'étais un peu frustré que Serge ne m'ai pas baisé, je pensais qu'on aller en rester là quand mon carrossier est venu me taquiner le cul en me caressant la raie, et me titillant le trou, il s'est posté derrière moi et a commencé à me prendre, quand il a vu avec quelle facilité sa bite se frayait son chemin d'un coup de rein il la fait entrer jusqu'à la garde et il a commencé à m'enculer à grands coups de bite, il était puissant , et surtout endurant, j'ai eu droit à une séance de plus de 15 mn, quand je l'ai senti se contracter j'ai serré les fesses pour bien sentir cette bite qui me donnait tant de plaisir, il a joui par de longues saccades de foutre que je sentais envahir mon cul, j'étais aux anges, j'en voulais plus mais il devait partir, après une tape sur mon cul, il a confirmé à jean que j'étais une bonne lope et qu'il s'arrangerait pour me revoir, Jean lui a confirmé qu'il pourrait venir chez lui pour qu'ils s'occupent tous les deux de moi. Un peu frustré de ne pas avoir jouis je suis allé à la salle d'eau, je me suis assis sur le bidet et en poussant j'ai expulsé ce sperme qui commençait à couler le long de mes fesses, avec une poire de lavement que Jean a acheté j'ai fini de me laver l'intérieur, je suis allé au lavabo pour me laver la bouche tout en repensant à ce que j'avais pris pendant l'après-midi et je me suis mis à me branler, Jean s'en ai aperçu, il est venu me voir et il me dit je suis désolé je n'ai pas pensé à toi, je vais me faire pardonner, il s'est accroupit, a pris ma queue dans sa bouche et m'a fait une superbe fellation, quand j'ai senti que j'allais éjaculer j'ai voulu sortir ma bite de sa bouche mais lui au contraire a enserrait ma taille et il a attendu que je me vide dans sa bouche de mon sperme, il m'a regardé droit dans les yeux et il a tout avalé, j'étais sidéré de ce qui venait de se passer, après m'avoir nettoyer la queue il m'a demandé de n'en parler à personne car j'étais le seul depuis plus de vingt ans qu'il avait sucé, je le lui ai promis. Quelques jours plus tard Jean me fait savoir qu'il a un copain qui aimerait bien profiter de mes deux trous, il me l'a décrit comme un bel homme fortement membré me précisant que si je trouvais que son membre était trop gros ou trop long rien ne se passerais. Comme je lui faisais confiance j'ai dit ok, rendez-vous pris pour le lendemain, j'arrive très tôt, j'ai envie de me faire roder le cul avant l'arrivée de Pierre le nouveau, Jean m'encule sans gel et ça passe avec une petite douleur vite oubliée grâce au plaisir qui m'envahit, il me demande de le sucer je ne me le fait pas dire deux fois et je m'occupe de ce merveilleux pieu, je lui tire tout son jus que je me régale à avaler, mon amant me dit que pierre va se régaler car j'ai un cul magnifique.

Enfin voilà mon future nouvel amant, Jean nous présente, Pierre me regarde sous toutes les coutures, j'ai l'impression qu'il jauge un bestiau, il me sourit et demande que je le déshabille, c'est la première fois que j'ai ce genre de demande, je commence par le haut, la chemise, le tricot, hum qu'el beau torse, je m'enhardis a  lui prendre un téton entre mes lèvres et je le suce en le lui écrasant délicatement, je le sent vibrer, pendant ce temps je lui défais le pantalon qu'il laisse tomber sur ses chevilles, je jette un furtif regard sur son slip et je manque m'étrangler quand je devine ce qu'il cache la dessous, je glisse une main sous l'élastique et je descends doucement ce slip qui me cache ce que je désir depuis un moment, enfin apparais une bite hors norme, même en photo je n'ai rien vu de pareil, j'ai un pas de recul et je me retrouve devant un dilemme, j'essaye ou pas ? Je vais pouvoir la gober ? Vat-il pouvoir m'enculer sans me faire exploser le cul ? Tout se bouscule dans ma tête j'ai très envie de ce monstre dans ma bouche et au plus profond de moi mais j'ai peur d'avoir très mal, Jean me déshabille et me présente à l'homme qui va faire de moi un gouffre à bites du moins je l'espère de tout mon hêtre, Pierre me caresse un peu partout s'attardant sur ma croupe et y insérant un doigt, puis deux, ce qui me gênait le plus c'était les commentaires, bravo Jean tu l'a bien préparé, je pense qu'il va bien la prendre à fond, moi je n'en étais pas si sûr que ça, il m'a retourné vers lui et en appuyant sur ma tête il m'a fait descendre pour que je le suce j'ai essayé de gober cet énorme queue et je me suis étonné de pouvoir la gober non sans mal, j'ai commencé à le sucé contentieusement, je ne voulais pas la ressortir de peur que je ne puisse pas la reprendre en bouche, elle était délicieuse, je l'ai senti se raidir et il m'a inondé de son suc épais et onctueux, il m'avait tenu la tête pour bien m'enfoncer son mandrin au fond de ma gorge, précaution inutile car j'avais envie de boire ce sperme. Il a commencé à débander, s'est sorti de ma bouche et a demandé à Jean de me préparer le cul pendant qu'il rechargeait les batteries, si tôt dit si tôt fait je me suis retrouvais avec la bite de mon hôte dans le cul, il s'est mis à me pilonner sans modération, la vue de Pierre m'envahissant la bouche l'avait chauffé au plus haut point, il a jouit avec un grognement et j'ai senti son foutre m'envahir le rectum, il est resté en moi jusqu'à ce que Pierre qui entre temps avait enduit sa queue de gel vienne prendre sa place, j'ai cru que mon anus se déchirait quand il a commencé à me pénétrer, j'ai poussé un hurlement heureusement étouffé par le traversin que je mordais, il s'est arrêté, moi j'avais déjà une bonne dizaine de cm à l'intérieur, il m'a proposé de se retirer et d'arrêter, il voulait me donner du plaisir et en prendre aussi mais surtout pas me faire souffrir, j'ai refusé j'avais fait le plus dur, je lui ai juste demandé de faire une petite pause pour que mon cul s'habitue, il a attendu un moment et par de tout petits va et viens il a recommencé à me baiser, je sentais sa bite s'enfoncer chaque un peu plus, jusqu'à ce que je sentes ses grosses couilles me battre les fesses, j'avais très mal mais je prenais un énorme plaisir de sentir cette bite effectuer des va et viens de plus en plus rapides, je ne savais plus ou j'étais , je lui demandait d'accélérer la cadence il m'a écouté et le plaisir a pris le pas sur la douleur que je ne ressentais plus du tout, Jean est venu mettre sa queue dans ma bouche et je l'ai sucé avec avidité, il a explosé dans ma bouche, j'ai gardé un moment son sperme dans la bouche et je l'ai avalé, sans m'en rendre compte j'accompagnais les mouvements de Pierre, il a encore accéléré la cadence je savais qu'il allait jouir en m'inondant le cul de son bon foutre, quand c'est arrivé il était entièrement en moi et j'ai senti de violents jets envahir ma cavité anale je n'ai pu me retenir et sans même m'être touché la queue j'ai joui comme un malade, heureusement que Jean avait prévu une vielle couverture qu'il avait mis sur le lit. Pierre s'est redressé avec sa queue toujours dans mes entrailles jusqu'à ce qu'il débande.

Nous somment allés dans la salle d'eau, je me suis installé sue le bidet et là j'ai vu couler un flot important de sperme qui sortait de mon cul, un petit lavement avec la poire et je me suis retrouvé tout propre, c'est à ce moment que Jean a choisi pour me demander de me mettre à quatre pattes, il m'a écarté les fesses et a montré mon trou qui avait commencé à se fermer en disant a Pierre « tu vois il est très rond et de la taille d'une pièce de 5 francs » la prochaine fois je le prendrais en photo mais pour ça il faudra que tu te retires rapidement. Choqué par ses propos je lui ai dit que je n'étais pas d'accord mais au fond de moi je savais que le jour venu je ne refuserais pas car j'avais envie de voir ce trou béant. Pierre qui s'était déjà rhabillé nous a quittés en m'embrassant sur la joue, il a dit à Jean non ce n'est pas une lope mais un amant merveilleux et j'espère le revoir très bientôt, j'en étais tout émoustillé, il m'a dit « si tu n'as pas trop mal viens me voir demain il faut roder ce cul magnifique tant qu'il en veut et il a l'air d'en vouloir » s'adressant à Jean il lui dit si ça ne te dérange pas de nous recevoir, bien sûr que ça ne le dérangeait pas au contraire ça lui permettrait de m'enculer pour faire le passage, une fois Pierre parti Jean m'a demandé ce que j'en pensais, comme tout se bousculait dans ma tête je lui ai dit que c'était la première fois que je prenais autant de plaisir malgré le mal que j'avais ressenti, il m'a dit je ne te propose pas de t'enculer je pense que tu as eu ta dose pour aujourd'hui, bien au contraire comme j'avais vu qu'il bandait, je suis allé dans la chambre, me suis mis à quatre pattes sur le lit, il m'a dit qu'il préférait que je me mette sur le dos, pas de problème, il est venu se placer entre mes fesses , a mis mes jambes sur ses épaules et m'a enculé avec une telle fougue que je voyais ses pommettes saillir et j'ai de suite su qu'il allait jouir quand il s'est crispé, il m'a attrapé par la taille et j'ai senti son sperme m'envahir une fois de plus, il s'est dégagé de mon cul, s'est laissé glisser le long de mon corps a mis sa tête entre mes jambes et ma sucé, je n'ai pas tardé à éjaculer dans cette bonne bouche.

Re nettoyage à la salle de bains, une bonne douche ou il en a profité pour me caresser partout,  m'a essuyé, on s'est habillés et je suis parti après un long baisé, j'étais devenu sa chose. En partant il m'a dit demain il y aura Pierre mais peut être aussi une surprise à la fin.

Chapitre 3

J'arrive chez Jean prêt à subir les assauts de Pierre, je me suis bien préparé, du gel sur les parois internes, je suis bien décidé de commencer directement par l'énorme chibre de Pierre, à ma grande surprise mais aussi grande joie Alain est là, je demande à Jean si c'est ma surprise il me répond que non, bon je verrais bien. Pierre arrive suivi de Serge, et c'est toujours pas ma surprise, tout ce petit monde se congratule et je me rends compte qu'ils ce connaisses tous. Je sens que je vais charger, tout le monde à poil nous demande Jean, en quelques secondes  on se retrouve tous les cinq complétement nus, je dis à Pierre que j'aimerais que ce soit lui qui me baise en premier, les trois autres qui connaissent la taille du sexe que je veux prendre en premier me regardent d'un air interrogateur, je m'explique, j'y ai déjà gouté la veille et je voudrais savoir si je suis capable de prendre cette énorme bite sans que l'on m'ai fait le passage auparavant, Pierre acquiesce et tout le monde se retrouve dans la chambre, je prends la bite de Pierre et je la gobe, je la suce jusqu'à ce qu'elle devienne bien raide, je me met à quatre pattes sur le lit, je prends le traversin et je demande à Pierre de m'enculer, je sens son gland appuyer sur ma rondelle et progressivement s'enfoncer dans mon cul très ouvert, le gel fait son effet, quand je sens ses couilles contre mes fesses j'ai un grand soupir et là j'ai compris que je pouvais prendre n'importe quelle bite, Pierre s'est activé, Alain est venu se mettre à mes côtés dans la même position que moi et Jean l'a enculé, Serge pour ne pas rester sans rien est venu devant moi pour que je le suce, à ses yeux j'ai vu qu'il enviait la taille de la queue qui me bourrait le cul, Pierre s'en donnait à cœur joie, il me labourait le cul par de grands coups de rein, quand il s'est crispé j'ai compris qu'il allait se vider en moi et là j'ai reçu des flots de sperme chaud et gluant, à son tour Serge s'est vidé les couilles dans ma bouche, j'ai dégusté son jus avant de l'avaler, de son côté Jean en avait terminé avec Alain et ce petit malin qui avait de la suite dans les idées est venu se positionner derrière moi, j'ai cru qu'il voulait prendre le relais mais non il a chuchoté quelque chose à l'oreille de Pierre et quand ce dernier s'est retiré, il m'a écarté les fesses j'ai entendu les déclics d'un appareil photo, il avait dit qu'il le ferait et voilà s'est fait dit-il, ce soir je vais les développer et je vous les montrerait demain pour ceux qui viendrons les autres les verrons à leur prochaine visite. Alain est venu me voir et m'a demandé si ça faisait mal de prendre une aussi grosse queue je lui ai répondu que oui mais que j'avais pris un énorme plaisir une fois qu'il avait commencé à me pilonner la douleur a disparue pour faire place à un énorme bonheur, je lui ai confié que je ne pourrais plus me passer de cet énorme gourdin. J'ai demandé à Pierre s'il voulait bien essayer de baiser Alain, pour lui c'était ok avec beaucoup de gel ça devrais le faire, j'ai mis Jean au courant, il m'a dit être sceptique sur la capacité d'Alain à prendre ce sexe hors normes, mais si c'est ce qu'il veut qu'il essaye, le feu vert donné Alain s'est mis à quatre pattes sur le lit le cul bien tendu vers l'arrière, Pierre s'est enduit de beaucoup de gel et moi j'en ai mis une bonne rasade à l'entrée et dans le cul d'Alain, et là nous avons retenu notre respiration pendant que cette grosse queue s'enfonçait dans ce beau cul, Alain grimaçait de douleur je lui ai dit de mordre dans le traversin, nous avons suivi la progression de ce gros manche qui s'enfonçait lentement mais inexorablement dans l'anus dilaté d'Alain, quand il eut rentré toute la longueur et que ses couilles lui battaient le cul, Pierre a commencé à l'enculer par de longs va et viens, Alain gémissait en serrant les dents, excité par cette vision Serge est venu se coller derrière moi et m'a enculé pendant que je suçais Jean, ils ont tous les deux éjaculés presque en même temps, j'ai senti le sperme de l'un m'envahir le cul pendant que je recevais une bonne quantité de foutre dans la bouche que j'ai avalé avec plaisir. Nous avons entendu un grognement c'était Pierre qui se vidait dans le cul d'Alain, ce dernier dandinait du postérieur pour recevoir au maximum de sperme. Alain est venu m'agacer le cul, il avait envie de m'enculer, je me suis laissé faire, ce fus rapide, quand il a senti qu'il allait éjaculer il est venu me déverser son suc dans la bouche, j'ai bien entendu tout avalé. Apres avoir changé de partenaires pour que tout le monde ai bien participé, nous avons fait notre toilette, Pierre et Serge sont partis les premiers, Alain les a suivis de prêt, il ne restait que Jean et moi, il me dit tu vas enfin avoir ta surprise, je m'absente un moment et je reviens avec la surprise. Je suis resté dubitatif mais bon je verrais bien ce que c'est, une dizaine de minutes après il arrive avec une jeune femme d'une trentaine d'années, il me présente Sylvie une amie, je ne comprenais pas ou il voulait en venir, il lui dit comme je t'ai expliqué je suis sûr qu'il n'a jamais toucher une femme, elle me regarde enlève le chemisier et je vois apparaitre deux superbes seins j'ai senti la chaleur sur mes joues tellement j'ai rougis, elle a défait sa jupe a enlevé sa petite culotte, m'a fait signe de la rejoindre sur le lit, tout ce temps je ne m'étais pas rendu compte que je n'avais que mon slip, Jean avait un regard amusé, il m'a dit fait comme avec Alain mais ce n'est pas dans le même trou, elle était la couchée les jambes écartées je ne voyais que sa chatte mais pas de poils, devant mon étonnement elle m'a dit qu'elle s'épilait pour que ce soit plus doux, devant ce spectacle j'ai eu une forte érection, je me suis couché sur elle j'ai cherché l'entrée et c'est elle qui a guidé ma bite, je l'ai pénétrée et je lui ai fait quelques va et viens, elle a repris les choses en main et c'est surtout elle qui s'est baisée, je me suis enhardis et je l'ai pilonnée comme je fais avec Alain, j'ai éjaculé, elle s'est levée et allé se laver, avant de partir elle m'a dit maintenant tu n'es plus puceau, la prochaine fois je te montrerais ce qu'il faut faire à une femme pour la faire jouir, la prochaine fois ?

Elle est partie me laissant dans l'expectative, Jean reviens après l'avoir raccompagnée, je lui pose la question et sa réponse me sidère, tu vas apprendre à faire l'amour a une femme avec l'aide de Sylvie, c'est une nièce à moi, je l'ai souvent baisée plus jeune, elle adore le sexe et quand je lui ai parlé de toi elle a tout de suite été d'accord, quand je l'ai raccompagnée elle m'a dit que tu lui plaisait beaucoup et qu'elle s'occupera de ton éducation aussi longtemps qu'il faudra, avec une petite tape sur les fesses il m'a traité de petit veinard, cette conversation l'a émoustillé, j'étais toujours à poil, il a enlevé son pantalon et son slip je me suis penché et j'ai gobé ce sexe que j'aime tant, je ne me suis pas agenouillé car je voulais qu'il me caresse l'anus en même temps, ce qu'il a fait avec dextérité, sa queue ayant pris du volume il m'a pris par les épaules m'a fait pivoter, il ma enculé tout debout, une position qu'il affectionnait tout particulièrement,  il m'a embrassé je me suis lavé, habillé et je suis parti content de ce merveilleux après-midi.

Le lendemain j'y suis retourné, il me tardait de voir les photos, Pierre était déjà là, les photos étaient étalées sur la table, après avoir embrassé mes amants, je me suis penché pour voir à quoi ressemble mon cul après avoir été enculé, je n'en ai pas cru mes yeux, un énorme trou bien rond, et sur certaines on voyait bien un liquide que en sortait, le sperme de Pierre, pendant que j'étais penché pour voir les clichés Jean en a profité pour ouvrir mon pantalon, le faire descendre sur mes chevilles, je n'avais pas de slip aussi il s'est mis à me caresser le cul en insistant sur mon trou que je n'oserais plus qualifier de petit, j'ai senti monter en moi le désir de me faire enculer par ces deux beaux males, je me suis débarrassé du pantalon qui entravait mes chevilles et je me suis dirigé vers la chambre suivi par ceux qui allaient me régaler, ils se sont déshabillés pendant que je m'agenouillais au bord du lit, Pierre s'est positionné devant moi me taquinant le visage de son gros chibre que j'ai englouti non sans mal, pendant ce temps Jean a mis du gel dans mon cul et s'est introduit d'un seul coup jusqu'au fond, j'ai bien senti ses couilles me battre les fesses, je m'occupais de la bite en la suçant de bas en haut sur toute sa longueur et je redescendais pour m'emparer de ses belles couilles que je devinais bien pleines, je l'ai reprise en bouche et je l'ai sucée de plus en plus vite, pierre dans un râle a soudain éjaculé, j'en avais plein la bouche, j'ai tout avalé et j'ai léché sa queue qui était toujours raide pour la nettoyer, pendant ce temps Jean continuait à me bourrer le cul, il s'est crispé et m'a rempli le cul de son bon sperme chaud et onctueux. J'ai pris la bite de Pierre et je l'ai taquinée pour la faire grandir et surtout durcir, je voulais qu'il profite que mon cul était encore ouvert pour qu'il puisse s'introduire facilement, comme il avait la capacité de bander rapidement, et avant qu'il me prenne j'ai récupéré le mètre tailleur que j'avais emmené, j'ai mesuré la circonférence de sa queue 14 cm j'ai divisé par pi (3.14) un diamètre d'environ 4.5 cm, longueur 21 cm, vraiment énorme,  il m'a retourné sur le dos a bien écarté mes jambes et ses introduit lentement mais jusqu'au bout en une seule poussée, j'ai eu mal mais tellement excité d'avoir cette énorme bite en moi que le plaisir a pris le pas sur la petite douleur, il m'a chevauché d'abord lentement puis de plus en plus vite, je sentais ses couilles me frapper les fesses, j'ai adoré, il s'est arrêté laissant son chibre bien au fond de moi, il n'avait pas éjaculé, et soudain il a recommencé avec violence, à ma grande surprise j'ai aimé et je lui ai demandé d'aller plus vite, plus fort, plus profond, il m'a dit pour les deux premières demandes oui mais plus profond non car il était déjà au max, la violence de ses coups de bite me faisait reculer sur le matelas, et quand il a jouis j'ai eu l'impression que mon cul s'inondait de son bon foutre. Il est parti après avoir fait un brin de toilette, il avait un rendez-vous professionnel.

Je suis allé sur le bidet me vider de ce liquide qui commençait à couler entre mes cuisses Jean s'est approché et m'a présenté sa bite devant la bouche je l'ai gobée et quand il a eu une bonne érection, je me suis levé, essuyé, j'ai récupéré le mètre, longueur 19 cm, diamètre environ 4 cm (13 cm de circonférence), j'ai mesuré la mienne beaucoup plus modeste L 15 cm  diamètre 3.5 cm, j'ai demandé à mon hôte de garder le mètre car j'avais envie de mesurer celles de Serge et d'Alain, il m'a demandé de me coucher sur le dos s'est placé entre mes cuisses, a posé mes deux jambes sur ses épaules et m'a pénétré violemment, il m'a dit tout en me pilonnant avec force « tu aimes les grosses bites et bien tu vas en avoir Pierre va venir presque tous les jours et j'ai un pote qui est monté aussi bien que lui et qui te fera ta fête sois en sur » et il s'est mis à jouir en grognant de plaisir, moi j'avais l'impression agréable de jouir du cul, on s'est levé, je suis retourné me laver sur le bidet, un jus coulait mais il était plus fluide et plus clair que d'habitude, j'ai vraiment pensé que j'avais jouie du cul. Je suis rentré chez moi dubitatif.

Chapitre 4

Jean me contacte il me fait savoir que Sylvie aimerait bien me voir le lendemain matin, le matin je ne peux pas je travaille à mi-temps tous les matins, pendant les grandes vacances, pourquoi pas l'après-midi ? Il me répond pas possible il y aura pierre et le nouvel ami (Henri) très bien monté et je ne veux pas mêler ma nièce a ces rencontres homos, OK je vais essayer de me libérer, j'arrive à échanger la matinée contre un samedi matin, j'en informe Jean, le lendemain j'arrive chez lui, Sylvie est déjà là je lui fais la bise, elle me regarde et me dit c'est pas comme ça que tu dois m'embrasser, elle me tend ses lèvres et je l'embrasse comme mes amants le font avec moi (je n'avais jamais embrassé une fille) elle me demande de la déshabiller, je commence par son corsage, un petit soutien gorges qui ne cachait rien de sa belle poitrine, et je dégrafe la jupe que je descends le long de ses jambes en me baissant pour ne pas la laisser tomber sur ses chevilles, je me retrouve la tête à hauteur de son mini slip, elle me prends la par les cheveux et colle ma figure contre son sexe, je lui enlève ce dernier rempart et je sens la chaleur de sa chatte tout contre ma bouche, instinctivement je l'embrasse entre les jambes, elle frémit et me dit que j'apprends vite, Jean qui nous regardait depuis le début me fait signe de me mettre à poil, je me relève et je m'exécute, elle en profite pour se débarrasser de sa jupe et du slip qui étaient sur ses pieds, comme nous somment tout proche de la chambre elle m'y entraine, se couche sur le dos m'invite à venir près d'elle et d'un ton détaché m'annonce « première leçon » elle m'explique ce que les femmes aiment comme préliminaires, et au fur et à mesure je traduis sur son corps tous les conseils qu'elle me prodige, baisers, caresses, suces, et on arrive au niveau de son beau sexe, le plus dure arrive il me faut le sucer et trouver son clito j'ai eu du mal mais elle m'a tellement bien guidé que j'ai trouvé ce petit téton a l'intérieur de sa chatte, sa poitrine se soulevait en même temps que sa respiration s'accentuait, j'ai soudain senti un liquide envahir mes lèvres, j'ai cru a de l'urine mais , maintenant je sais qu'elle venait de jouir et que c'était sa cyprine, elle s'est dégagée, m'a fait mettre sur le dos et m'a fait une formidable pipe, quand elle s'est aperçue que j'allais jouir elle s'est subitement arrêtée, elle est venue sur moi et s'est empalée, quand j'ai jouis elle a continué à me chevaucher, elle a gémit et s'est abandonnée dans mes bras elle venait de jouir à nouveau. Jean qui a assisté à toute la scène est venu près de nous, il a caressé sa nièce, la remerciée pour m'avoir donné ce magistral cours, avec un sourire elle lui a dit que s'il le permet, il fallait que je pratique d'autres fois pour me perfectionner, il a été d'accord, elle a posé ses lèvres sur les mienne et je l'ai embrassée.

Une bonne douche et elle est partie en me disant à très bientôt, son oncle a eu un hochement de la tête et m'a dit je crains qu'elle se soit entiché de toi, je lui ai assuré que s'il ne voulait pas que je la revois je lui obéirais, au contraire il était contant de voir sa nièce qui sortait d'une déception amoureuse avoir de nouveau le sourire, je n'ai pas osé lui dire que je commençais beaucoup à apprécier ma relation avec Sylvie, pendant notre conversation j'ai remarqué que Jean se caressait l'entre jambes, je lui ai demandais si je pouvais faire quelque chose pour lui être agréable, il a sorti sa bite, elle était en érection,  il m'a dit qu'elle était dans cet état depuis que sa nièce et moi avons commencés à nous déshabiller, il n'a pas osé se branler devant nous. Je me suis agenouillé et j'ai gobé se beau manche que j'ai sucé amoureusement en pensant à Sylvie, au bout d'un moment comme moi j'étais toujours à poil il a baissé son pantalon et son slip m'a retourné, je me suis penché en avant il y avait la table à portée de main je m'y suis agrippé et il m'a embroché d'un seul coup et il m'a enculé de toutes ses forces, l'attente avait été trop longue pour lui, il a éjaculé de long flots de sperme, j'ai bien senti ses jets qui me remplissait le cul. Il s'est retiré, une petite tape sur le cul et je suis allé me laver, il en a fait de même, après m'avoir fait promettre de ne rien dire au sujet de Sylvie a aucuns de mes autres amants il a pris ma queue et m'a fait jouir en me suçant, il a dégusté mon sperme, on est retournés dans la salle d'eau on s'est lavé la bouche, il commençait a se faire tard, je suis rentré chez moi pour déjeuner, depuis qu'elle était partie je ne pensais qu'a elle je n'arrivais pas à m'enlever se superbe corps, je commençais à aimer cette femme de 15 ou 20 ans  de plus que moi, je me suis même demandé si j'allais rencontrer mes amant cet après-midi, la raison a fait que je ne pouvais pas faire faut bon surtout qu'il y aurait Henri ce nouveau qui allait devenir mon nouvel amant, mes pensées se contredisait, j'aimais être la femelle de tous ces hommes et en même temps je ne pensais qu'a Sylvie, tôt dans l'après-midi je me suis rendu chez Jean, je lui ai exposé mon dilemme, paternellement il m'a demandé si j'étais prêt à renoncer à me faire enculer, après une longue hésitation je lui ai dit que non, j'aimais trop ça, il m'a expliqué avec son esprit cartésien que je pouvais pratiquer les deux facettes de ma sexualité, et qu'a plus ou moins long terme vu la différence d'âge entre sa nièce et moi notre relation allait s'arrêter quand elle rencontrera un homme de son âge. Sur ces entrefaites Pierre et Henri sont arrivés, Henri était déjà excité et ça se voyait a la bosse dans son pantalon, présentations faites on s'est rendu dans la chambre, on s'est déshabillé, quand j'ai vu la bite d'Henri, j'ai pensé qu'elle était encore plus grosse que celle de Pierre, je me suis promis de la mesurer avant qu'il parte, comme si Jean avait lu dans mes pensées il a sorti le mètre et la calculette en riant il m'a dit bien on commence par le rituel, j'ai caressé avec la main et avec ma langue cette superbe queue pour qu'elle soit au max au moment des mesures, plus en érection que ça c'est pas possible, je mesure donc L 20 cm (15 cm donc 4.7 cm) plus courte mais plus grosse que celle de Pierre, ce petit intermède a fait rire tout le monde, Jean a commencé à me caresser le cul et en même temps il me le garnissait de gel pour me préparer, Pierre a demandé à Henri s'il voulait commencer, non il préférait se faire sucer pour commencer, je me suis accroupis en travers du lit les jambes biens écartées et la bouche grande ouverte, pendant que Pierre commençait à m'enculer Henri m'enfournait sa grosse bite dans la bouche, je me faisais baiser les deux trous en même temps par deux énormes bites, je prenais un plaisir immense, quand ils ont éjaculés j'ai senti mon cul se remplir et presque en même temps que ma gorge, j'ai avalé ce sperme que je dégustais pour la première fois il était onctueux mais d'un gout diffèrent des autres, je l'ai trouvé bon, Jean est venu se faire sucer juste de quoi retrouver une bonne érection, il ma positionné sur le dos mes jambes sur ses épaules et il m'a pilonné à grands coups de rein, lui aussi a éjaculé dans mon beau cul bien ouvert, Henri a pris sa place et m'a enculé doucement par de longs va et viens, j'étais tellement excité que je lui ai demandé de me bourrer le cul, je prenais un énorme plaisir de sentir cette énorme bite me fouiller les entrailles, il était très endurant, il m'a enculé pendant plus d'un quart d'heure, Pierre en a profité pour se faire sucer, quand il a jouit j'ai bien retrouvé la différence de gout, Henri a déchargé son foutre au plus profond de mon cul, quand il s'est retiré j'ai senti que leurs semence me coulait entre les fesses, j'ai serré celles-ci et je suis allé me vider dans le bidet, quand j'ai vu cet énorme quantité, j'ai pensé à Alain qui aurait aimé être à ma place, il adorait voir le foutre dégouliner de son cul.

J'en étais là de mes réflexions quand Henri est venu dans la salle d'eau, il m'a dit que c'était la première fois qu'il trouvait un cul aussi doux qu'accueillant, que si j'étais d'accord il aimerais bien me recevoir un de ces jours pour passer un aprèm de baise tous les deux, je lui ai dit que j'appartenais a Jean (ce qui était faux mais moi je le considérait ainsi), il est ressorti de la S.D.B. je l'ai entendu parler avec Pierre et Jean, je me suis lavé l'intérieur avec la poire a lavement, j'ai remis mon pantalon sans le slip et je les ai rejoint au salon, Jean m'a dit qu'Henri lui avait demandé la permission de me recevoir un aprèm chez lui et qu'il avait accepté, j'étais éberlué moi qui croyais qu'il aurait voulu être toujours présent, Rendez-vous est pris pour le surlendemain il m'a donné son adresse et le code pour entrer, Quand Pierre et Henri sont partis j'ai dit à Jean que je me considérais comme lui appartenant et il m'a répondu que chacun s'appartenais à lui-même et qu'il avait bien vu que je m'étais régalé avec Henri et que je devais faire l'expérience de me faire baiser par un seul homme très endurant et surtout très  bien monté, il était sûr que j'allais apprécier ce qui allait se passer chez Henri. Ça tombait bien il a dit à Pierre que le lendemain il ne serait pas chez lui donc journée de repos, après m'avoir caressé le cul Pierre est parti, une fois seul Jean m'a informé que Sylvie serait là demain et que c'est pour ça qu'il a inventé son absence, il m'a demandé si j'étais d'accord, il a deviné ma réponse quand il a vu que mes yeux s'éclairer quand il m'a dit que mon aimée serait là demain. Je lui ai sauté au coup je l'ai embrassé, il m'a dit en rigolant OK mais ça se paye, je me suis empressé de tomber mon pantalon, je l'ai entrainé dans la chambre, je l'ai fait assoir sur le bord du lit, je lui ai enlevé le pantalon et le slip, je me suis agenouillé entre ses cuisses et je l'ai sucé comme je ne l'avais encore jamais fait, il a vidé ses couilles dans ma bouche en gémissant de plaisir et j'ai avalé son suc, je lui ai nettoyé la pine en le suçant sur toute sa longueur avec ma langue en passant plus de temps sur son gland, je me suis assis à côté de lui, on est restait silencieux il me caressait la queue avec tendresse, et d'un seul coup il me regarde droit dans les yeux et me dit « je voudrais que tu me dépucelle. oui je veux que tu m'encule » je suis resté sans voix, c'est la dernière phrase que je m'attendais a entendre de sa bouche, je lui ai demandé s'il était conscient de ce qu'il venait de me demander, il m'a répondu que oui et que ça faisait un moment qu'il y pensait, bon on verra quand tu seras prêt je te rendrais ce service, de suite me dit-il en prenant le gel, « prépare moi je t'ai choisi parce que tu as la plus petite et la plus fine bite » il s'est tourné s'est mis à genoux sur le lit je l'ai enduit de gel en faisant parcourir un doigt a l'intérieur de son cul qui pour la première fois je voyais avec un regard diffèrent, j'ai rajouté un deuxième doigt puis rapidement un troisième, j'ai senti qu'il était prêt, je suis passé derrière lui et toujours en lui masturbant l'anus j'ai présenté mon gland contre son petit trou et progressivement j'ai commencé à m'introduire dans son intimité il a eu un mouvement de refus, j'ai voulu sortir ma queue mais il m'en a empêché, il me dit que c'était la surprise et que ça lui a fait un peu mal, j'ai donc continué ma progression, il se laissait faire, je suis arrivé à fond, il a senti mes couilles contre ses fesses qu'il a écartées pour gagner un petit cm de plus, j'ai commencé à l'enculer par de petits va et viens lents pour commencer et comme il s'est mis à accompagner mes mouvements j'ai accéléré la cadence, dans le miroir de la chambre qui nous faisait face je le voyais grimacer je devais lui faire mal, instinctivement j'ai ralenti mais dans un souffle il m'a demandé de le pilonner plus fort, je m'y suis employé et j'ai soudain senti que lui aussi m'accompagnait  par de grandes reculades, il s'est mis à gémir ce qui a déclenché mon éjaculation j'étais heureux d'avoir partagé avec lui ce moment délicieux, il a serré les fesses très fort pour que je reste le plus longtemps en lui, quand j'ai débandé ma queue est sortie toute seule, il s'est mis à plat ventre, m'a demandé de le laisser seul un moment, je suis allé à la S. D. B. me suis lavé rhabillé sans oublier le slip et j'ai attendu Jean dans le salon, il est arrivé un bon moment après, j'ai eu de la peine car il avait les yeux rougis, il m'a dit qu'il venait de passer un cap et qu'il était très heureux que ce soit avec moi mais qu'il ne le ferait plus sauf avec moi si je le souhaitais.

On a parlé de tout et de rien en évitant d'évoquer son dépucelage, il m'a longuement embrassé j'aimais bien quand c'était lui qui le faisait, j'acceptais de mes autres amants mais uniquement pour leur faire plaisir, je n'éprouvais ce genre de plaisir qu'avec lui et pourtant il pourrait presque être mon grand-père, il m'a raccompagné à la porte me confirmant le rendez-vous du lendemain avec Sylvie, je l'ai embrassé et je suis parti.

Le lendemain Sylvie était déjà arrivée mais Jean n'était pas là, elle m'a expliqué qu'il avait un rendez-vous chez le médecin pour faire un bilan de santé annuel, elle était impatiente de commencer nos ébats et sans attendre pour la première fois elle s'est déshabillée toute seule, j'en ai fait de même et nous étions dans la chambre en quelques secondes, je l'ai embrassé, caressée, j'ai pris ses jolis seins, un dans une main et je suçais l'autre, elle s'est laissé tomber sur le lit et m'a laissé faire, j'ai bien retenu la leçon donc je me suis occupé de son corps avec les mains et la bouche et progressivement ma bouche est arrivée au contact de son minou, j'ai léché ses lèvres y en entrant de temps en temps ma langue, je la sentais frémir à chaque fois que je touchais son clito, elle a pris ma tête et l'a tenue serrée contre sa chatte humide, elle avait un mouvement du bassin qui faisait que ma langue lui parcourait l'intérieur, je me suis mis à lui sucer le clito en l'aspirant par saccades, elle a jouie et j'ai reçu sa cyprine dans la bouche elle a recommencée à remuer le bassin et elle m'a attiré sur elle pour que je la baise, elle s'est déchainée pour accompagner mes coups de butoir, elle a serré les lèvres et a jouie en remuant le bassin, ça a déclenché mon éjaculation, elle s'en ai aperçue, m'a attirée sur elle, nous avons échangé un très long baiser, et nous somment restés enlacés, Jean qui était revenu très discrètement, a pointé son nez à l'entrée de la chambre, je lui tournais le dos mais j'ai vu son sourire dans le miroir de l'armoire, il est parti aussi discrètement qu'il était arrivé. Avec Sylvie on a eu du mal à ce quitter ce jour-là, je l'ai trouvée bizarre j'en ai parlé à Jean, il m'a répondu qu'elle avait rencontré un homme de son âge mais qu'elle n'était pas sûr de leur sentiments réciproques, et elle voulait continuer à me voir, dommage que je n'avais pas 10 ans de plus, la différence aurais été presque nulle elle 34 et moi 28 mais ce n'était pas le cas. Il va falloir qu'une belle page se tourne, je ne m'imaginais pas la partager avec un autre homme, Jean me donna raison, et puis j'avais rendez-vous le lendemain avec Henri, l'envie m'était passée mais j'honorerais ma parole, j'irais.

ÉPILOGUE

Je n'avais plus très envie d'aller chez Henri mais je savais qu'il m'attendait, j'ai pris ma mob car ce n'était pas la porte à coté, je me suis assuré de n'avoir pas oublié la poire que j'ai emprunté à Jean, je suis arrivé en bas de l'immeuble, j'ai fait le code et je suis rentré, appartement 10 donc premier étage, j'arrive devant sa porte je frappe, Henri m'ouvre, il est en peignoir je suis sûr qu'il n'a rien dessous, il me fait entrer, m'embrasse, me guide vers la salle d'eau pour que je puisse y aller quand bon me semblera, m'entraine vers la chambre, je remarque qu'il y a une vielle couverture dessus, pendant que je me déshabille il me tripote un peu partout mais surtout au niveau de mon cul, il enlève son peignoir et je vois qu'il bande, son énorme pieu se dresse fièrement à la verticale contre son ventre, j'ai tout à coup très envie de ce sexe, il se couche sur le dos, je le rejoint et prends dans ma bouche cette bite qui frémit je la suce par de petits va et viens, je la lèche de haut en bas sans oublier de m'occuper de ses belles couilles, j'ai l'impression qu'elles sont plus grosses que la dernière fois je reprends sa queue dans ma bouche et je le suce de plus en plus vite j'ai très envie d'avoir son savoureux jus au fond de ma gorge, il éjacule et je me régal, il se redresse me positionne à quatre pattes et me masturbe le cul avec deux doigts enduits de gel, mon anus se dilate par le plaisir qu'il me procure, il s'enduit la bite et se positionne entre mes cuisses, je sens le bout de son gland contre mon trou, je me recule pour l'inviter à me pénétrer, avec lenteur mais sans s'arrêter il enfonce sa merveilleuse queue jusqu'à ce que ses couilles viennent se coller contre mes fesses, et il commence à m'enculer d'abord lentement et de plus en plus vite mais toujours à fond, je suis étonné de n'avoir pas eu mal, il accélère le mouvement en me tenant par la taille, je suis fou de plaisir je voudrais qu'il ne s'arrête jamais, je sens monter en moi une jouissance extrême, il a compris que je me régalais aussi il a accéléré encore plus le mouvement, il s'est mis à me pilonner avec violence, j'ai éjaculé de bonheur, il s'en est rendu compte et il s'est vidé en moi, j'ai senti ses longs jets de sperme m'envahir le cul, il a continué un moment ses va et viens et progressivement il a débandé, sa queue est sortie toute seule, Henri était en transpiration, mon regard s'est posé sur la pendule de la table de chevet, j'en croyais pas mes yeux une demi-heure venait de s'écouler, sacré gaillard Henri, je suis allé à la S. D. B. ouf il y avait un bidet, j'ai récupéré la poire et après avoir vu tout ce foutre sortir de mon cul, je me suis lavé l'intérieur, Henri est venu me rencontrer, lui aussi s'est lavé et il m'a dit on a commencé par les hors d'œuvres maintenant on va passer au plat de résistance, quelque peu inquiet je me suis demandé dans quelle galère je m'étais fourré, mais vu le plaisir et la jouissance que j'avais eu, je m'attendais à recevoir des assauts répétés, nous avons bus un jus de fruit il m'a parlé de son addiction pour les jeunes hommes, et que je faisais partis de ses préférés, j'avais un cul magnifique, très souple, accueillant et surtout très ouvert, il m'a demandé si il y avait longtemps que je me faisais enculer, non depuis le début des grandes vacances, tu as vite appris et tu n'as pas perdu de temps, je me suis aperçu qu'il recommençait à bander, j'ai posé ma main sur sa queue, elle a réagi de suite, je me suis penché et j'ai gobé ce beau manche, il m'a appuyé sur la tête pour que j'aval d'avantage sa grosse bite, de toute façon c'est ce que je comptais faire, au bout d'un certain temps que je m'acharnais sur son beau vie, il m'a dit « allez on va au lit », chose dite chose faite il s'est remis sur le dos m'a demandé de me mettre tête bèche mais nous n'avons pas fait de 69, pendant que je le suçais il m'a écarté les fesses et m'a léché la raie en marquant une petite pause au niveau de mon trou, au bout d'un court moment, quand sa langue arrivait sur mon trou il y introduisait le bout puis une bonne partie, il me fouillait le cul avec sa langue, je ne connaissais pas cette pratique mais je l'ai adorée, quand il a éjaculé j'avais trois doigts qui avait remplacé la langue  dans mon cul qui était trempé de salive, il m'a demandé de m'empalé sur lui, je me suis exécuté avec plaisir quand j'ai senti ses couilles contre mon cul je me suis écarté les fesses pour m'enfoncer un peu plus, il a gémit de plaisir, j'ai alors commencé à monter et descendre tout le long de sa bite, plusieurs fois volontairement j'ai laissé échapper ce merveilleux engin pour le reprendre aussitôt en redescendant d'un coup sec, il rugissait de plaisir, il m'a enserré entre ses bras puissant et nous avons basculé sur le côté puis moi sur le dos, on ne s'était pas quitté d'un poil j'avais toujours son pieu dans le cul, il s'est redressé, a mis mes jambes sur ses épaule et il m'a enculé de plus en plus fort, à mon tour je me suis mis à gémir j'avais les yeux fermés, les lèvres pincées, je me suis senti jouir du cul, il a compris de suite en sentant cette humidité dans ma cavité anale, il s'est déchainé j'ai crié de plaisir, je lui demandais de continuer encore et encore, j'ai jouis mon sperme s'est répandu sur mon ventre, lui continuait, il était inépuisable je râlais de plaisir et quand il s'est vidé de son jus dans mes entrailles je me suis mis à trembler de tout mon corps, je venais de jouir d'une force encore inconnue. Nous somment restés enlacés sans bouger, je sentais le sperme me couler entre les cuisses, je savourais cet instant sublime, avec ses doigts il a ramassé le sperme qui était sur mon ventre et me l'a mis dans la bouche, quand il eut tout ramassé je lui ai sucé les doigts je me régalais de mon propre foutre. On s'est levés, passage par le bidet, pendant que son sperme s'échappait de mon cul j'en ai récolté un peu que j'ai avalé, il m'a dit que j'étais fait pour contenter les hommes, que j'aimais trop la bite, et qu'il se ferait un plaisir de me contenter à nouveau, de retour au salon toujours assis côte à côte pendant que je lui caressait la queue il m'a fait savoir qu'il était divorcé mais que les femmes ne l'intéressaient que très peu, il préférait les jeunes majeurs mais avec moi il a fait une exception vu mon jeune âge, mais le bien que lui ont dit mes autres amants l'a décidé, la prochaine fois que tu viendras, je  t'enculerait encore plus longtemps, je me suis pensé (présomptueux le gus) mais au vu de ce qu'il m'avait mis et vu que sa bite recommençait à durcir, j'ai pensé que ce serait bien possible. Je suis retourné dans la chambre récupérer mes vêtements, pendant que j'étais penché pour les ramasser j'ai senti sa grosse bite s'insérer dans mon cul, je lui ai dit que j'en avais assez eu pour l'aprèm, ce sera vite fait cette fois ci me dit-il et en effet 5 à 6 minutes plus tard il jouissait, retour au bidet re nettoyage et comme j'avais pris mon linge, je suis revenu au salon tout habillé, il a fait la moue, tu vas bien me faire une petite pipe avant de partir ? Je lui ai demandé s'il ne s'arrêtait jamais, sa réponse « jamais quand j'ai une bonne bouche et un super cul à ma disposition » je lui ai fait promettre qu'après une dernière pipe il me laisserait partir, j'ai pris sa bite dans la bouche et je me suis acharné jusqu'à ce qu'il jouisse, je suis allé me laver la bouche, pris un bonbon à la menthe, il m'a embrassé, j'ai récupéré la poire et je suis parti, j'ai récupéré ma mob. J'ai fait pratiquement tout le parcours en danseuse pour rentrer, j'avais trop mal au cul pour pouvoir m'assoir. Sacrée après-midi, je suis passé chez Jean pour lui rendre la poire, Alain été là, il avait pris une sacrée dose lui aussi, j'ai raconté sommairement ce que j'avais pris, Jean m'a dit bravo, Alain que j'avais involontairement excité est venu prêt de moi, a caressé ma bite à travers le pantalon, j'ai regardé en direction de Jean qui m'a fait signe que lui n'en pouvait plus, j'ai juste baissé mon pantalon et mon slip, Alain est venu coller son cul contre ma bite et comme pour me venger de ce que m'avait fait subir Henri je l'ai enculé à la sauvage, de toute façon Alain aimait qu'on le pilonne, j'ai éjaculé, il m'a sucé pour me nettoyer la queue et je suis parti. Jean m'a demandé de passer le lendemain.

J'avais encore une gêne au niveau du cul quand je suis arrivé chez mon amant de cœur, il m'a rassuré, ce n'était pas pour une partie de cul entre nous, il me fit assoir à ses côtés et m'a dit il faut qu'on parle sérieusement, vu le ton employé je m'attendais au pire, Sylvie est arrivée m'a embrassé et s'est assise à côté de son oncle, Jean a pris la parole, il a précisé qu'il était l'instigateur de cette réunion, premièrement je sais que vous avez des sentiments l'un pour l'autre, vous savez aussi qu'à cause de la grande différence d'âge votre liaison risque de ne pas durer éternellement, toi Sylvie je sais que tu as rencontré un gars de ton âge mais que tu ne sais pas si ça va durer, quand à toi Michel je sais que ta sexualité n'est pas encore définie, homo, hétéro, bi ? Sylvie m'a dit, que si tu vois des hommes ça ne la dérangeait pas outre mesure, bien sûr si un avenir ensemble était envisageable, elle préfèrerait que tu redeviennes uniquement hétéro, je pense que la question ne se pose pas vu le contexte, un des deux veut s'exprimer ? Sylvie a dit « je n'ai que deux mots à dire, Michel je t'aime mais je sais qu'on ne pourra jamais vivre ensemble, je souhaite qu'on reste amants et même si je venais a rencontrer quelqu'un avec qui je pourrais faire une partie du chemin je serais toujours à toi », personne ne m'empêchera de te voir ni ne nous empêcherons de nous aimer, je ne savais plus que lui dire, je me suis levé je suis allé près d'elle je l'ai prise dans mes bras, embrassée, dans un souffle je lui dis je serais avec toi tant que tu le voudra, on s'est retournés vers Jean qui avait la larme à l'œil, il nous a souri, nous a fait la bise, nous a rappelé que Sylvie avait la clé de l'appart et que nous serions ici toujours chez nous.

A part jean qui a continué quelques temps avec Alain, je n'ai plus revu mes autres amants je n'en avais plus envie, quand Sylvie a fait sa déclaration j'ai reçu un énorme électro choque, mes envies homo ont disparues comme elles étaient arrivées,  aujourd'hui j'ai 38 ans marié  deux enfants et oui vingt ans ont passé, je n'ai plus jamais eu de rapport avec un homme, Sylvie elle a 54 ans elle est mariée, elle a un beau garçon de 19 ans nous somment toujours amants, nous nous rencontrons toujours régulièrement, nous faisons l'amour comme à cette époque bénie toujours chez Jean qui lui ne bande plus depuis quelques années, il est pour nous comme un père, il m'a confié un jour que comme sa nièce était la seule famille qui lui reste il va lui donner l'appartement avant qu'il s'en aille rejoindre sa femme décédée très jeune, trop jeune, il a trouvé une solution pour qu'elle n'ait rien à payer, ce ne sera pas une succession mais un achat fictif en viager, il a pensé à tout le coquin. Pour le moment il a toujours bon pied bon œil et je m'en réjouis, il a été pour moi et le restera toujours comme un deuxième père.

Ceci est une histoire vraie, elle peut paraitre bizarre mais tout est vrai. Les prénoms ont été changés sauf à leur demande pour Jean, Sylvie et  bien sur moi Michel.

michelgay31600

michelj9a@aol.fr

Autres histoires de l'auteur : J'aime me faire enculer - Patrick - La corse me porte chance - Je découvre mon homosexualité et j'aimes ça.

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

Septembre 2019

Repos

Le garçon derrière la machine a besoin de repos, de vacances...
Rendez-vous fin septembre ;)

Nouvelles (20)

Dépucelé par mon cousin Mecbi
Le pote de mon frère Jvicks
Plan au sauna Bonboul33
Du fantasme à la réalité Loic1972
Les oreilles d’Armand Romain
Gourmand Médi
Un domi humilé par son bâtard Franck de Nice
le prof et Karim -01 Gilou 44
Aurélie Yanno
7 mois d’abstinence James
Déjeuner torride Chopassif
Jack Yanno
Jeremy et Yohan Soroco63
Plans totalement anonymes Eric84
Premier plan hard Tardif
Après-midi au Suncity Hidalgowien
Dans l’intimité du Valo sauna Oakspirit
La Fratrie JulesP
Alexis Romain
Chroniques d’été -01 Caramel

La suite (7)

Première hard -02 Tours37
Mes dépucelages -03 XXL
Mes dépucelages -04 XXL
Mes dépucelages -05 XXL
Les potes de mon grand-frère 4-4 Marc 67
Un amour inaccessible -06 MiangeMidemon
Un Maitre marocain -02 Lope75
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider
(Simple et anonyme)
Ne donne pas accès aux pages "avant-première"