18 Déc.
+ 53 histoires en accès privilège.
14 Déc. : +30 histoires en accès public

A noter.
Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.

VIP?
Accès privilège :
Des histoires en +, juste avec un don

Don anonyme, en paypal ou CB

DESTOCKAGE DVD GAY
PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Ça devait pas se passer comme ça…

Chapitre 1

Pierrick a 26 ans. 1 mètre 80, 75kg, pas mal foutu, il vient d'être nommé Prof d'Eco à l'IUT de Saint-Denis. Venu d'un trou perdu de l'Est de la France, il ne connait personne et c'est l'IUT qui lui a trouvé un petit appart dans le quartier du Franc Moisin. Dès son arrivée il a bien vu que le quartier n'était pas des plus agréables mais il espérait bien pouvoir rapidement déménager. Il était arrivé il y a deux jours et n'avait pas mis le nez dehors, occupé à vider ses cartons et à ranger ses affaires. Après avoir été en couple pendant 2 ans avec une fille sympa il avait réalisé qu'il n'était pas fait pour être en couple et s'était séparé il y a presque 3 ans. Depuis quelques aventures sans lendemain l'avait amené à se dire qu'il n'avait qu'une chose à faire, se consacrer à son boulot et devenir carriériste (encore que, dans son boulot, les évolutions de carrière c'est pas la joie). Demain matin, c'est son premier jour il faut faire bonne impression…

Il ne manquait plus que ça, le portable en rade de batterie, son alarme n'a pas sonné et Pierrick est à la bourre. Bref c'est énervé qu'il arrive à son cours, le premier de l'année. Dans sa salle, en face de lui, une trentaine d'étudiants, assis sur les tables, les dossiers de chaise, un bruit assourdissant de conversations, d'éclats de rire, d'insultes fusent de partout entre les jeunes. Enfin, les jeunes, ça va de 18 ans à 32. Donc, certains sont plus vieux que lui.
Après avoir réclamé 3 fois le silence, Pierrick se rend à l'évidence que l'année va être longue. Un grand coup frappé sur le bureau calme un peu tout le monde.

« Bonjour, je m'appelle Pierrick … mais vous m'appellerez Monsieur, vous me vouvoierez  quant à moi, je vous appellerai par vos prénoms et je vous tutoierez. » Puis il égrène les recommandations d'usage pour l'année, bien décidé à affirmer sa place dans cette arène un peu difficile. Il remarque à peine les visages, il sait qu'il aura un trombinoscope avec la tête de ses élèves et qu'il n'a pas besoin de commencer à le connaitre.
La journée se passe, se termine puis il rentre chez lui. La journée a été merdique et il sait déjà que l'année sera sur le même modèle. Il avait des espoirs ce matin, mais là, franchement, ce n'est pas ça… La soirée se passe puis direction le lit. Il est couché depuis dix minutes quand la musique dans l'appart du dessus commence à se faire entendre… Enfin, se faire entendre, c'est léger comme expression, c'est un vrai bordel à base de grosses basses qui tapent comme des forgerons de l'enfer… Agacé de la journée, il enfile un bas de survet et un tshirt et monte direct frapper à la porte des voisins du dessus. Mais le bruit de la musique est tellement fort que personne ne l'entend. Il recommence à frapper, c'est pareil, pas de réponse. Il redescend et écrit un mot des plus courts qu'il placarde sur la porte du voisin « Merci de bien vouloir laisser dormir les gens qui bossent. »

Le lendemain, même journée que la veille. Il a le temps de regarder un peu ses élèves. Quelques bimbos surmaquillées, des racailles autoproclamées, des filles timides, des plus vieux qui ont repris leurs études ou ont changé d'orientation…
Le soir, rentré chez lui, il s'apprête à manger quand on frappe à sa porte. Etonné il va ouvrir. En face de lui, un jeune, vraisemblablement de son âge. En survet et baskets, il doit bien mesurer 1m85, visiblement musclé sec, typé algérien ou tunisien, son visage d'abord dur semble s'adoucir un peu une fois la porte ouverte.
« C'est bien vous qui avez laissé ce message sur ma porte hier soir ? »
Merde, le message, Pierrick l'avait totalement oublié… Pierrick est un peu décontenancé, il s'attendait à tout sauf à voir débarquer quelqu'un chez lui
« Oui mais ce n'était pas la peine de descendre pour ça… »
Le voisin semble reprendre un air un peu plus dur « Et ça vous prend souvent de laisser des messages comme ça chez les gens ? Vous pourriez tomber sur un violent vous savez »
Là, Pierrick commence à se demander si ce ne serait pas une menace à peine voilée, il tente de calmer le jeu « Non, je viens d'arriver dans le quartier et… »
La réponse fuse « Et en plus tu n'es pas d'ici et tu viens dicter ta loi ? Mais tu te prends pour qui ? »
Pierrick, pris au dépourvu, sait qu'il n'a plus beaucoup d'issue il faut tenter de désamorcer la situation « Euh, désolé si j'ai été malpoli. J'aurais du essayer de discuter avant mais bon, on est pas obligés de continuer comme ça… Voulez-vous prendre un verre pour en discuter tranquillement ? »
Le voisin le regarde et lui répond « On fera ça, t'inquiète… Mais bon, là ce soir, j'ai des potes qui passent à la maison, je te tiens au courant et évite de monter si tu entends du bruit parce qu'il va y en avoir » dit le voisin avant de remonter chez lui…
Inutile de dire que le bordel s'est poursuivi tard dans la nuit…

A 3 heures du matin, Pierrick est réveillé par des coups frappés à la porte. A demi-réveillé il entre-ouvre la porte et il est projeté en arrière, c'est le voisin du dessus, visiblement bien torché qui est dans son entrée. A peine le temps de se relever qu'une paire de baffle le balance au sol. Puis une autre. Pierrick n'a pas le temps de souffler. Les coups pleuvent, juste assez fort pour le tenir en respect. Dans une lueur, Pierrick se dit que le mec aurait déjà pu le massacrer mais on dirait qu'il se retient. A moins que ce ne soit l'alcool. Pierrick est par terre. Il voit son agresseur par en dessous :  ses baskets, son jogging qui a l'air bien rempli (mais qu'est-ce qui lui prend de penser à ça et en plus maintenant ?), ses bras musclés, son visage déformé par une rage sourde… Le voisin n'a toujours pas dit un mot et balance deux coups de pieds dans le ventre et les cotes de Pierrick… Souffle coupé. Puis l'agresseur parle, lentement, la voix un peu pâteuse « Alors l'intello, on la ramène moins quand on est par terre… Tu la fermes là ta grande gueule ? » Un autre coup de pied vient ponctuer la phrase. « Allez, maintenant tu vas être gentil et tu vas t'excuser de m'avoir mal parlé » Pierrick n'y comprend rien, il n'a jamais mal parlé, le message c'était réglé pour lui. « Allez excuse toi ! » Et bim, deux autres coups de pied, pas très fort mais quand même douloureux. « Excuse-moi d'avoir… » Pas le temps de finir, un autre coup de pied s'abat sur Pierrick « D'où tu me tutoies espèce de pauvre merde ? ». « Excusez-moi d'avoir mal parlé » arrive à bredouiller Pierrick. Là-dessus le voisin s'asseoit dans le fauteuil et dit à Pierrick « Allez, c'est pas grave mais va chercher deux bières ». Pierrick n'en croit pas ses oreilles, ce mec lui demande de lui payer une bière en plus ? C'est un malade. Mais bon, après tout, si c'est pour s'en débarrasser… Pierrick va chercher les bières, les posent sur la table basse. Son voisin en ouvre une et commence à boire. Pierrick va pour prendre la sienne mais c'est une grosse mandale qu'il prend à la place. « Qui t'a dit de te servir ? C'est moi qui te donne ta bière » et là, le voisin verse quelques gorgées de bière par terre et dit tranquillement à Pierrick « Et maintenant tu lèche ! » Ordre visiblement à exécuter immédiatement car Pierrick reçoit une autre mandale qui le projette dans la flaque de bière. Sa langue touche la bière et là, un flash part. Son voisin a pris une belle photo de lui en train de lécher la bière, au sol, à 4 pattes, et on reconnait bien, malgré son air surpris, un Pierrick humilié.
Sans un mot, le voisin se lève et par en claquant la porte laissant Pierrick dans un état de stupeur et de honte indescriptible…

Chapitre 2

Pierrick est couché dans son lit, il se repasse la dernière demi-heure qui vient de s'écouler, les coups, la bière par terre, la photo… Il sait qu'il ne va pas dormir le reste de la nuit tout occupé à se demander ce qui va se passer avec ce voisin complètement allumé. Enfin, c'est clair, il demain soir, en sortant de l'IUT, c'est direct chez les flics.

Le lendemain, Pierrick arrive à l'IUT, direction salle des profs, on discute pour passer le temps, il prend à 10h00. A 10h00, Pierrick rejoins sa salle, les étudiants entrent et là, non, pas ça, tout mais pas ça, son voisin du dessus entre et va s'asseoir au fond de la salle ! Il est assis, affalé sur sa chaise et le regarde avec un sourire carnassier. Pierrick est livide, blanc comme un linge, il ferme la porte et regarde la salle pleine d'étudiants qui visiblement n'ont pas très envie de se passionner pour l'économie… Mais ce matin, l'économie est le dernier de ses soucis. Le cours se passe pour lui comme dans un rêve : il balance ses notions, écrit mécaniquement au tableau et fait tout pour ne pas croiser le regard de son voisin/étudiant.
A la fin du cours, tout le monde s'en va… sauf le voisin qui prend son temps et laisse la salle se vider. Pierrick va pour partir quand il entend « Tu vas où ? ». Ce qu'il redoutait arrive et en 2 secondes son étudiant est près de lui, passe devant lui, se dirige vers la porte qu'il referme. Il se retourne et dit tranquillement à Pierrick : « On sait tous les 2 que j'ai une photo de toi assez amusante et si tu veux éviter que je la partage avec tout l'établissement, tu vas faire ce que je te dis. Je sens que l'année va être très intéressante pour toi comme pour moi. Tu finis à quelle heure ce soir ? » Pierrick est paralysé, il a bien entendu, « photo », « partager », « année intéressante », mais il ne peut pas répondre,  comme si sa bouche refusait d'émettre le moindre son. « Tu finis à quelle heure salope ? » et là Pierrick répond dans un murmure « 18 heures ». « Parfait, ça te laisse le temps d'aller acheter des pizzas, prends en 4 ou 5, de la bière et là aussi soit généreux, de la vodka et du whisky… Tu apportes tout ça à 20h00 chez moi. Ne m'oblige pas à descendre pour te chercher, je te jure que tu n'as rien à y gagner… ». Puis l'étudiant sort de la salle sans un regard pour Pierrick qui semble avoir vu un fantôme lui annoncer que l'Apocalypse est pour ce soir.

Il est 20h00 et Pierrick est devant la porte de son voisin du dessus, enfin, son étudiant, son agresseur, il ne sait même pas comment l'appeler. Il a apporté les pizzas, la bière et a pris chez lui vodka et whisky. Il aimerait bien que tout ça soit juste un mauvais rêve et se réveiller dans son lit mais c'est la triste vérité, il est dans une situation plus qu'inconfortable et il le sait. Il frappe à la porte, une voix lui crie d'entrer et de fermer derrière lui. Il entre. Son voisin est là, assis ou plutôt vautré sur un canapé fatigué. La décoration est plus que dépouillée. Il s'avance de deux pas et attend avec ses sacs pleins pendants au bout de ses bras. « Pose tout dans la cuisine et viens te poser, faut qu'on discute ». Sitôt dit, sitôt fait. Comme un robot, Pierrick pose les sacs dans la cuisine et s'assoie sur un fauteuil.
« Tu as sûrement du regarder dans ton trombi, moi, c'est Akim. Et désormais, pour toi, je suis ton Maître et tu as ma pute. J'ai ce qu'il faut pour te bousiller ton année et tu le sais sinon tu ne serais pas là. Je connais ton nom, ton adresse (logique tu es au-dessous, ce qui te va bien comme place) et je sais que c'est ta première année et que tu as plus que tout peur du scandale. Donc, voilà le marché que tu ne peux pas refuser. Tu seras ma pute pour toute cette année scolaire et tu obéiras à tous mes ordres. En échange, je promets de garder secret notre arrangement, au sein de l'établissement sauf avec certaines personnes qui n'ont aucun intérêt à le répéter. Si il te venait l'idée de refuser, je diffuse la belle photo de toi en train de laper ta bière au sol et je ne donne pas cher de ta survie en tant que prof à l'IUT ». Tout a été dit d'une traite, comme si Akim avait préparé son discours. Pourtant il semble bien que ça lui vienne naturellement, au point que Pierrick se demande si tout cela est une première pour Akim. En tous cas, une chose est sûre, il en peut accepter que cette photo soit diffusée. Et il se dit qu'Akim est en fait en train de jouer avec lui et que dans 2 jours tout cela sera terminé et que la vie reprendra son cours. Au pire s'il peut récupérer le portable et effacer la photo ça peut même être fini ce soir.
« J'espère que tu as bien compris, salope ? ». « Oui, je vous ai compris Akim… » . « A partir de maintenant, c'est Maitre Akim pour toi petite pute et c'est la dernière fois que je te le dis. Compris ? ». « Bien Maitre Akim ». Visiblement Pierrick a décidé d'endormir la méfiance d'Akim. Peut-être qu'en jouant le jeu celui-ci se lassera plus vite et mettra fin à cette situation de plus inconfortable.
« Voici donc les règles : Désormais tu vis ici, tu n'as rien à faire d'un chez toi. Tu n'iras là-bas que lorsque j'aurais besoin d'être seul et pour être sûr que tu n'y passes pas de temps, tu vas demander à ce qu'on coupe gaz, électricité, eau, box et téléphone. Mais comme tu ne vas quand même pas vivre à mes frais, c'est toi qui prendras en charge mes factures de gaz, d'électricité, d'eau, de box et de téléphone. Concernant le portable, tu auras désormais le forfait minimum et je te donnerai un vieux portable. En effet, je dois pouvoir te joindre quand je veux 24h/24h mais il est hors de question que tu te trimballes avec un aussi beau portable que le mien. D'ailleurs tu vas résilier ton forfait et laisser tomber ton numéro. Je veux pouvoir choisir ton nouveau numéro ainsi que ton opérateur. Tu as tout compris ? »
Pierrick est abasourdi, on dirait qu'Akim a décidé de prendre totalement sa vie en main, qu'il a abdiqué tout libre arbitre. Et en entendant tout cela, l'idée qu'Akim va se lasser en 2 jours devient de plus en plus improbable… « Mais je ne vais tout de même pas... » « Ta gueule ! Je t'ai demandé si tu avais compris, pas si tu étais d'accord ! Car autant te le dire tout de suite que tu sois d'accord ou pas je m'en fous. Tu obéis, un point c'est tout. »
« Je continues. Comme je te permets de vivre avec moi, tu devras entretenir la maison et faire les courses que, bien évidemment tu payeras. Je te dirai quoi acheter et en quelle quantité. Passons maintenant au plus important. A partir de ce soir, comme tu vis ici, ce sera selon mes règles, c'est-à-dire à poil 24h/24h. Tu n'as pas à être habillé. D'ailleurs, est-ce qu'un chien se trimbale habillé sauf les petits chiens des pouffes, un chien habillé ça n'existe pas. Tu as des questions ? »
« Ça fait tellement de choses d'un coup je ne sais pas si… »
« OK, tu as raté l'occasion de poser des questions donc, on verra au fur et à mesure. Pour commencer fous-toi à poil et vite. »
Pierrick n'en reviens pas en quelques heures il est passé de prof au statut de pute pour un de ses étudiants. Bien qu'Akim semble être avoir 2 ou 3 ans de moins que lui, Pierrick se sent tellement humilié qu'il commence à regarder Akim comme son ainé. Et c'est mécaniquement qu'il enlève ses vêtements ne gardant que ses chaussettes et son boxer. « J'ai dit à poil salope » lui lance Akim qui le détaille des pieds à la tête. Pierrick enlève chaussettes et boxer et se retrouve nu, essayant de cacher avec ses mains son sexe qui pendouille piteusement entre ses jambes. « Pour ce qu'il y a à cacher, tu peux enlever tes mains, petite chienne » lui lance un Akim rigolard « Tu sais, tu as bien une tête à avoir une petite queue qui ne doit te servir qu'à aller pisser. D'ailleurs, à partir de maintenant, interdiction pour toi de pisser debout, c'est réservé aux mâles ça, pas à pute… D'ailleurs, suis-moi… ».
Akim se lève et se dirige vers le fond de l'appart, Pierrick connait l'emplacement de chaque pièce car lui-même a exactement le même appart à l'étage du dessous. Akim ouvre la porte des toilettes et dit à Pierrick « Tu dois avoir envie de pisser, alors vas-y, assieds-toi et pisse. » Pierrick ne comprend pas ce qui se passe, pourquoi lui demander de pisser et soudain il capte, c'est juste pour l'humilier, comme Akim sortirait son chien pour le faire pisser, là, Akim choisit l'heure ou Pierrick peut aller pisser et il doit le faire devant lui. « Mais je ne sais pas si je vais y arriver, Maitre Akim. » « Tu as plutôt intérêt, car, si tu ne pisses pas maintenant, la prochaine fois, ce sera demain matin ! » Pierrick s'assied donc sur les toilettes et sous le regard d'Akim qui sourit, il essaye de pisser. Paralysé par la honte, Pierrick a toujours eu la vessie timide et il a toutes les peines du monde à se concentrer. Au bout de quelques minutes qui lui paraissent une éternité Pierrick arrive enfin à pisser sous l'œil d'Akim qui lui passe la main sur la tête un peu comme on caresse un chien qui a bien travaillé. Pierrick se concentre toujours et ferme les yeux pour pisser. C'est à cet instant qu'il entend les déclics du portable. Akim vient de faire 5 photos en rafales de lui à poil sur les chiottes.

Lopsarnaud

lopsarnaud@gmail.com

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur : Ça devait pas se passer comme ça…

Dernière mise à jour publique

14/12 : 21 Nouvelles

Mon directeur de formation Deepth
Une bonne pipe CaptainNemo54
Faites vos jeux Yan
Mon année Erasmus Bryan
Comment j’ai rencontré mon copain TTBM Ethan69
A Young Hetero
Ma nouvelle vie de lope Nico76500
Nicolas et Bobo Nicolas
Maxence Éric
Confessions réelles d’un videcouilles Guillaume
Un hétéro de moins Jean-Baptiste
Baisé au jus par Denis le flic Baisemoi37600
dans les bois.... Pititgayy
Mes potes du lycée Juliencyrillo77
Le timide Frank
Mes 18 ans Titi30
Dans sa toile Ed.Nygma
Découverte Patoche0054
Les toilettes de l’aéroport Hugo974
À trois sur les parkings Couple chaud
Mon demi-frère hétéro Oldyano

La suite... 9 épisodes

Nouvelle expérience -02 Arras62
Le jouet d’un hétéro -05 Franck84
Éric, ma vie Chapitre -17 Rodrigue
Éric, ma vie Chapitre -18 Rodrigue
Ma première colocation -06 Pascal
Ma première colocation -07 Pascal
Soumis à Karim -02 Tod
Chambres à louer -13 Jeanmarc
Début avec mon maître -02 Jd18

Décembre 2018

Nouvelles

Pendaison de crémaillère Alex
1 de perdu, 2 très chauds de trouvés James
Montparnasse Lane
Plan punition Chopassif
Serveur timide, mais chaud Romain
Un super plan en voiture Le paon d'Héra
Ma première colocation Pascal
Un Français au Québec Wesley
Ascenseur bloqué Hugo
Première fois hard Inexp
Deux novices dans la douche Flavien49
Accident de travail Catana
Autostop en Martinique Ed.Nygma

La suite...

Mon pote Hector -04 Anno
Nicolas et Bobo -02 Nicolas
Jeune, riche et gâté -08 Matt
Première fois sur un site -02 ChTtbm
Le jouet d’un hétéro -04 Franck84
Soumission & Domination -514 Jardinier
Soumission & Domination -515 Jardinier
Chambre à louer -12 Jeanmarc
Voyage Initiatique -11 Ninemark
Voyage Initiatique -12 Ninemark
Voyage Initiatique -13 Ninemark
Voyage Initiatique -14 Ninemark
Voyage Initiatique -15 Ninemark
Ménage et baise à 12 -03 Denis
Mon âme au diable -06 Pititgayy
Mon âme au diable -07 Pititgayy
Ancien pote -09 Bearwan
Ma première colocation -02 Pascal
Ma première colocation -03 Pascal
Ma première colocation -04 Pascal
Ma première colocation -05 Pascal
Le jouet d’un hétéro -03 Franck84
Le jouet -04 Hellboy62
Hypnotisé mon copain -08 Jeanmarc
Colocation -06 Emerick
Le jouet -02 Hellboy62
Le jouet -03 Hellboy62
Les Chronique de Max -10 Max

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)

RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

DESTOCKAGE DVD GAY

Chercher :

 

 

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter - Tumblr

Expositions

Sommaire des expositions - Verner Degray - Barbizart

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - Histoires 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Liens

Liens vers d'autres sites gay - IDM SAUNA - L'IMPACT BAR - EL HOMBRE

Photos

Modèle - Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)