PUBLIER

HISTOIRE

SHOPPING

Mon pote Hector

Chapitre -01 : Un projet

(Première histoire pour moi ! Ça va devenir de plus en plus chaud au fil des épisodes, vous verrez… N’hésitez pas à m’envoyer vos messages et commentaires par mail ;) bonne lecture et amusez-vous bien…)

Les portes de l’ascenseur se fermèrent derrière nous deux. Un silence gêné s’établit. La tête baissée, il ne remarquait pas que je le matais, dans le miroir. Les lignes de son torse se dessinaient clairement sous un des tee-shirts moulants qu’il portait régulièrement. Ses bras laissaient apparaître des muscles plutôt développés sous les manches, longues. Revenant à ses petits seins, comme j’aimais à les appeler quand je me les imaginais, le soir, je découvris les deux petites taches roses de ses tétons, que ce fameux tee-shirt, et blanc et moulant, révélait à l’œil curieux. Aussi, un coin de peau beige me fit de l’œil, sous une côte, au travers de ce qui me semblait être une déchirure de l’habit. Une voix grave, par anticipation, annonça l’étage, et mon ami, las, s’étira, jetant ses deux bras forts au-dessus de sa tête brune ; moi, attiré par la bande de chaire dévoilée par son mouvement, entre sa ceinture en cuir noir et le tee-shirt, je restais sans bouger. Mes yeux s’étaient fixés sur ce bout de peau de l’objet de mes désirs : Hector.

Les portes s’étaient ouvertes derrière moi. Je remarquai que Hector m’observait. Instinctivement, je baissai la tête, qui avait viré au rouge. Du coup, je pus mater ses chevilles saillantes, entre ses ourlets et ses petites chaussettes, bleues. Mais je le suivais jusque dans son appartement, et fermai la porte derrière nous deux.

Après les cours, Hector m’avait proposé de bosser sur un projet que nous avions tous les deux. Nous avions dû nous mettre en binôme en TD de bio, et comme nous nous connaissions depuis le lycée, ça s’était fait naturellement. Sujet : La reproduction sexuée.

Ainsi nous travaillions, dans cette fin d’après-midi d’un mois de septembre exceptionnellement torride. La chambre d’Hector n’était ni grande, ni confortable, nous nous étions tous les deux installés sur son lit, double. Lui lisait un bouquin, allongé, sa tête inclinée vers la fenêtre. Un large rayon de soleil l’illuminait. En même temps, moi, dans la même position, derrière lui, je révisais un cours. Du moins, c’est ce que je fis dans un premier temps. Ne pouvant pas ne pas profiter de la situation, je me mis à le matter. C’était délicieux. Dans cette position de voyeur, je voyais ses formes qui jaillissaient au soleil, ses fesses amples et magnifiques se devinaient sous son jean serré, aguicheur. Il eut chaud, retira son haut à manches longues. Je me régalais, et mon corps le montrait bien. Ses omoplates saillantes semblaient me faire signe, et c’est tout juste si je ne me mis pas à le caresser. Entre moi, en chaleur, et le soleil redoublant ses feux, je ne savais dire ce qui lui donnait le plus chaud. Quoi qu’il en soit :

«Ça te dérange, si j’enlève mon bas ?»

N’attendant pas ma réponse, il retira tout naturellement son jean. Qui sait s’il savait la mine que son pote faisait, derrière lui. Je crus jouir sur le coup, sans aucun attouchement. Son cul, son cul magnifique, à la fois rebondit et ferme, c’était comme s’il se présentait à moi, montrant par où le prendre. Il portait un boxer rose, à coup sûr deux tailles en dessous de celle qui aurait convenu à cette bête. Comme si ce n’était pas assez, je crus bien que Hector se trémoussait, me charmant par ses mouvements musculaires, de ses fesses et de ses hanches.

Et il bandait. J’en fus certain, je crois, à moins que son sexe ne fût au repos… Mais non, il grandissait, se déployait, et une tache apparut là où son membre pointait. Je n’en pus plus, je mis la main au mien, esquissant des va-et-vient, silencieux néanmoins. Puis, les gémissements pointèrent. Je les entendis, profonds, rauques, comme des râles. Puis le ton changea, Hector émit un infime couinement. Je me sentis aux bords des larmes, des larmes d’extases, ma main devenue folle me branlait à travers mon jean ; la ceinture cliquetait, le tissu se froissait, mais qu’importait le bruit ! Il couina, une seconde fois, puis ses gémissements se multiplièrent, ma main s’accéléra, tout ça en rythme, si bien que fermant les yeux, je nous vis, lui et moi, en train de baiser littéralement et frénétiquement. Il me faisait l’amour ! Et bien sûr, je jouis ! Mon liquide chaud se déversa dans mon caleçon, tout chaud. Je crois que je m’évanouis sur le coup. Bien qu’il se soit tu, j’entendais toujours les couinements, dans un coin de ma tête.

Ils résonnaient dans tout mon être, me donnant des frissons.

Anno

anno.mail69@gmail.com

Suite de l'histoire

Autres histoires de l'auteur : -

DROIT D'AUTEUR, TEXTES INSCITANT A LA HAINE, IMPLIQUANT DES MINEURS...
MERCI DE ME LE SIGNALER : CYRILLO@CYRILLO.BIZ

Cyrillo.biz ne revendique aucun droit sur les textes publiés.
Les textes publiés ont tous été envoyés directement à cyrillo.biz
Les auteurs sont libres de retirer leurs textes sur simple demande à cyrillo@cyrillo.biz

à propos des histoires Cyrillo

Dernière mise à jour publique

5 juillet 2019

Nouvelles (13)

Passion en toutes lettres 01 Cyrillo
Passion en toutes lettres 02 Romain
Passion en toutes lettres 03 Cyrillo
Passion en toutes lettres 04 Romain
Passion en toutes lettres 05 Cyrillo
Passion en toutes lettres 06 Romain
Dans les airs ! Peter pan
Mon collègue Farid Hugo
Le grand frère de mon pote Julian
Éveilleur Alex
Éveilleur -02 Alex
2 ouvriers au supermarché Thomasqueutard
Soirée chez mon meilleur ami Arnaud

La suite (4)

Le chef de chantier -05 Romain
Découverte de mon côté gay Alb29
Un amour inaccessible Miangemidemon
Les bains d’Odessa -02 Loic.1972
RETOUR AUX HISTOIRES 2018
2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011 - 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

IMPORTANT
Rêve ou réalité, ces histoires ne sont pas un art de vivre
Elles ne doivent pas te faire oublier les dangers d'une relation sexuelle sans protection :
Les maladies sexuellement transmissibles.
Faites comme les gens qui aiment la vie, leurs proches :
PROTEGE-TOI ET METS DES CAPOTES!

Chercher :

Plan du site

Home page

Accueil

Cyrillo

Blog de Cyrillo - Contact - Twitter

Histoires

Ecrire une histoire - Top Auteur - Lire les dernières histoires - 2018 - 2017 - 2016 - 2015 - 2014 - 2013 - 2012 - 2011- 2010 - 2009 - 2008 - 2007 - 2006 - 2005 - 2004 - 2003 - 2002 - 2001

Photos

Amateurs - Bazard à teubes - Mon Cul

Shopping

Sex shop

Dial

Le service Chat n'est plus proposé car le fournisseur cesse son activité.
Le service n'est donc plus proposé sur ce site. Pour contacter le service chat : zone-dial.com

Merci!
Faire un don juste pour aider (Simple et anonyme)